Quarts de nuit à deux dont un novice

Bonjour à tous,
J'ai un convoyage à faire, je navigue toujours en solo, mais là, il faut raccourcir le temps de navigation, et pourquoi pas aider la jeunesse à s'amariner?
J'aurai donc des quarts de nuit à faire avec un novice. Mis à part les aspects formation, découverte du bateau et de l'élément liquide et toutes les joyeusetées, quel quart de nuit lui confier à partir de la nuit tombée - ou un peu avant, sachant que l'on sera en binôme-découverte de cette magie qu'est le début de la nuit en mer et pas trop loin des côtes.
Quels horaires appliquer, qui le premier, horaires décalés, plus légers pour lui, plus lourds pour moi ?

Navigation sur la façade atlantique.

Merci de vos réponses et retours d'expérience.

L'équipage
13 sept. 2012
14 sept. 201214 sept. 2012
0

Un novice, la nuit.... J'hésiterais à le laisser sur le pont tout seul. Quand j'ai un novice à bord, je prends soin d'avoir qqn d'autre avec lui. Ceci veut dire un minimum de trois à bord. Avec les quarts de quatre heures, par exemple, équipier 1 commencerait à 16h00, équipier 2 (le novice) à 18h00, et Equipier 3 prend la place de 1 à 20h. Ils continuent à rouler comme cela toutes les deux heures. C'est pas tenable longtemps, mais pour deux jours/une nuit, c'est possible, et donne bcp plus de sureté. Nous avons fait Scillies/Royan/St.Jean de Luz avec six à bord. Il peut y avoir des courants. Ce n'est pas un trajet sans cargos ni chalutiers, et les feux de route, la nuit en mer, peuvent être très décevants.

14 sept. 201214 sept. 2012
0

Du moment qu'il sait tenir un cap, utiliser des jumelles et voir sa position avec le GPS, pas de probleme pour laisser le debutant seul de jour comme de nuit a mon avis. C'est tout de meme pas complique !

En cas de manoeuvre, ou de probleme, tu es a 3 metres.
Donne lui un sifflet, il aura qu'a souffler dedans pour que tu montes le voir.
Le plus dur est d'etre sur qu'il ne s'endormira pas. Et ca n'a rien a voir avec l'experience.

Bonne nav !

14 sept. 2012
0

c'est souvent le creneau 2h du matin/6h...qui est le +"dur"(sommeil/un poil plus frais voire froid..mais (ok avec plutonium)rien à voir avec la "novicitude"
feux de rote?
vert sur vert tout est clair
rouge sur rouge rien ne bouge
sinon reveille moi
reveille moi si le vent tourne si le vent forcit...
harnais et pisser dans les wc ou dans le cockpit!!

14 sept. 2012
0

Pisser dans le cockpit n'est pas à conseiller à un novice. Il va vouloir rincer et prendre de l'eau de mer. Ca peut coûter un sceau voire un bonhomme... :non:

14 sept. 201214 sept. 2012
0

Il y a des novices futés et des novices neuneu !
Si il est futé, une fois mémorisé les règles de nav', si le vent est établi, c'est juste de la veille (si il y a un pilote sur le canote), pas de pb.
Moi je tiendrai compte de son biorythme : si c'est un couche tard autant lui donner le premier quart et l'inverse, si il aime faire dodo dès 21 h.
Par conte, harnais obligatoire, et pourquoi pas une bouteille plastique coupée pour le pipi nocturne....

14 sept. 2012
0

mieux une écope....les bords sont moins agréssifs!!

14 sept. 201214 sept. 2012
0

Avec un novice (attaché au fond du cockpit avec un harnais) je ferai comme en solitaire c'est a dire que tu es toujours de quart mais avec un bonus de quelques tranches de sommeil en plus quand tu en as besoin et que l'instant si prête. Qu'il te tape sur l'épaule à la moindre incertitude. Quitte pour toi à récupérer un peu la journée, cela sera plus facile pour lui d'estimer les problèmes Bonne nuit :-)

14 sept. 2012
0

on rincera .....à mon reveil!!il y a 98%......d'eau....dans....
ne le prend pas mal
le sceau c'étais pour les rois et nobles....il reste un garde des sots....et il peut pleuvoir assauts......
amusons nous de nos fotes d'aurtografe,j'an fé ossi!
tu as raison le + simple et sur....les wc du bord....

14 sept. 2012
0

C'était voulu pour voir si quelqu'un relève...

14 sept. 201214 sept. 2012
0

Pour m'être endormi en plein jour (ah, ce haricot de mouton arrosé au côtes du Rhône!) alors que le reste de l'équipage m'avait lâchement abandonné pour une sieste réparatrice et bienvenue, et être ainsi passé de l'océan au Morbihan (merci au pilote automatique qui avait bien fait son boulot... le réveil fut rétrospectivement difficile) je reste partisan de deux personnes en veille la nuit.
C'est moins reposant et il faut être trois au moins mais bien plus sympa pour celui qui se tapera le 2h/6h... et on peut continuer ainsi longtemps.
Je rappelle à tout hasard le Règlement international pour prévenir les abordages en mer (RIPAM) qui précise dans sa partie B, section 1 règle 5:
"Tout navire doit en permanence assurer une veille visuelle et auditive appropriée, en utilisant également tous les moyens disponibles qui sont adaptés aux circonstances et conditions existantes, de manière à permettre une pleine appréciation de la situation et du risque d'abordage".
Dans les cinquantièmes hurlants, on doit pouvoir estimer qu'on ne croisera pas trop de cargos et qu'on peut peut-être s'en affranchir mais dans la Manche ou au large d'Ar-Men...

14 sept. 201214 sept. 2012
0

Dans une route de nuit Fécamp Cherbourg, je vais dormir un peu. Après 2 h environ, je me réveille. Les lumières de la côte étaient sur tribord au lieu de babord. J'ai mis un peu de temps à comprendre qu'il avait fait demi tour. Depuis combien de temps, je ne sais...

CaptainRV

14 sept. 2012
0
  • sur tout ce qui a été dis, et s'éloigner de la cote la nuit..adapter aux rythmes des 2 équipiers, et surtout s'attacher, la nuit j'utilise les wc du bord.
14 sept. 2012
0

Je ne dors pas tranquille quand j'ai quelqu'un dans le cockpit la nuit; alors, avec un novice?
Harnais obligatoire.

14 sept. 2012
0

il m'est arrivé en tunisie,de m'endormir...en plein midi(aprés une nuit agitéé à barrer/prendre/lacher des ris...;)sous régulateur d'allures...allant droit sur une longue plage...coup de chance,réveillé à temps

14 sept. 2012
0

Si on est certain que le novice vous réveille dès qu'il voit un autre bateau ou qu'il faut régler les voiles on peut essayer de dormir - il est dans ce cas moins dangereux que certains équipiers inconscients de leur incompétence. Sinon il est plus prudent de naviguer au moteur sous pilote avec l'alarme du radar et un réveil.

Dans tous les cas : harnais obligatoire et frein de bôme pour éviter les dégâts dûs à des empannages involontaires - le vent est rarement stable près des côtes.

Pour les horaires celà dépend des personnes; personnellement c'est aux environs du lever du jour que j'ai plus de mal à me concentrer. A deux je fais des quarts de deux heures qui correspondent en principe à un cycle de sommeil.

Le mieux serait de faire ensemble une navigation même courte avant; j'ai hésité à effectuer une traversée de 200 milles avec une débutante mais en voyant qu'elle apprenait très vite et surtout me faisait répéter quand elle n'avait pas compris mes explications j'ai décidé de partir avec elle et je ne l'ai pas regretté.

14 sept. 2012
0

effectivement il y a de tout comme équipier, par expérience je partirai sur le fait qu'il est pas top.

Quart de 3h00 si pilote et 2 heures sans pilotes.

Une seul règle celle de te réveiller à chaque lumière sur l'horizon,
et lui demander son analyse de la situation distance évolution etc...
afin de pouvoir ce rendre compte si il voit juste ou pas.

pour le réglage des voiles pas besoin qu'il t’appel tu t'en apercevra tout seul très certainement. et un simple TES VOILES crié de ta couchette le fera rectifier.

14 sept. 2012
0

bonjour

je partage ce qui a été dit plus haut: un novice sera peut etre meme plus attentif et prudent qu'un confirmé et n'hésitera pas a réveiller le skipper au moindre doute... (mais il faut que le "contrat" soit clair, avec des règles précises)

pour mon expérience, ca s'est tès bien passé pour quart de nuit a 2 dont 1 novice.

les règles étaient simples:

  • alarme toute les 15 min pour le tour d'horizon. le novice doit faire un tour d horizon et scruter la moindre lumière (avec les jumelles en cas de doute). si lumières = on me réveille

  • si le vent change = on me réveille, si lumière = on me réveille, si vent forcit (a l anémo) = on me réveille

et ca roule, sous autopilote, et l equipier tranquillement installé a l'intérieur (les avantages de la vision panoramique d un cata)

si rien de tout ca: je dors plus ou moins tranquille. selon la confiance que l équipier s'endormira pas lui meme (mais alarme toutes les 15 min de toute facon), et qu il me réveillera au besoin.

et là ca demande aucune compétence particulière. donc un novice peut très bien remplir ce role.

evidement, ca marche pas pour un quart de nuit qui longe les cotes, ou si encombré. ca fait pas de sens, si toutes les 20 min on est réveillé (encore que, micro sieste est mieux que rien).

et dès que plus de 2 équipiers, j 'essaie de m attribuer plus de repos dans les quarts que les autres quipiers, pour pas etre lessivé a l avance si pb (vent forcit, veille plus attentive qui nécessite skipper, etc). et les quipiers hesitent du coup beaucoup moins encore a venir me reveiller au besoin

le plus dur, c'est pas le role que doit faire l equipier novice, c est d arriver soit meme a s endormir... :-)

bon vent et bonne veille

14 sept. 2012
0

Il nous manque un truc pour donner un avis. Combien de nuits envisages tu de passer en mer lors de ce voyage?

Si c'est pour une, voir deux nuits, moi, je mettrai pas mon pijama, je prendrai pas mon duvet, je descendrai pas dans le bateau.

Je resterai dans le cockpit, avec lui ou sans lui, la nuit. Mais surtout je dormirai le maximum avant de partir et ensuite, chaque fois que tout est clair.

Tu emmènes avec toi un minuteur de cuisine, basique mais très sonore et tu le gardes dans ta poche. Quand tout est clair, tu te mets 20 minutes.

Ca m'a permis de naviguer avec mon fils quand il avait 12 ou 13 ans, et plus tard de traverser le golfe de Gascogne.

14 sept. 201214 sept. 2012
0

bonjour et tout à fait d'accord avec la dernière intervention. Les données ne sont pas les mêmes si on doit passer une nuit, voir deux qu'une quinzaine. Ne pas oublier aussi les quarts de jours peut-être plus important que les nuits au vu du trafic.
Gilles

14 sept. 2012
0

Merci solvveig j'était partis sur une nuit, par expérience avec un novice auquel je donne des repaires aux instruments du type, tu me réveil quand le bateau atteint tel vitesse, que l’anémomètre annonce tel vent que le cap change de x degré (bateau sous régulateur) , ben souvent c'est moi qui me réveil en cas de changement avant qu'il ne le réalise, reste les autres bateaux a surveiller et là je n'ai pas de sixième sens

14 sept. 2012
0

C'est surtout au petit matin que ça se gâte.
On se croit déjà le jour alors que c'est encore la nuit.
L'attention se relâche, ça sent une bonne odeur de café et les ennuis s'avancent.
C'est comme ça que j'ai vu un voilier rosbeef qui m'a tranquillement coupé la route, tous feux déjà éteints, et personne en veille.
J'ai bien mis une bonne minute avant de réagir et une autre à fouiller dans mon sac de veille pour trouver la corne qui va bien (elle fait vraiment gros bateau).

Marrant de voir quelques bonhommes s'agiter sur le bateau, tout ébouriffés et ne sachant visiblement pas où ils sont.
On aurait dit une sortie de fourmis après un coup de pied dans la fourmilière.
Le flegme britannique semble être une légende.

14 sept. 2012
0

De ce que je viens de lire, j'aime bien deux choses :
- Le minuteur cuisine de solveig2,
- La (grosse) corne de brume de cetecry.
Que du sonore.

14 sept. 2012
0

Attention aussi que ton novice soit capable d’exécuter une manœuvre d'urgence.
Éviter une collision par exemple en débranchant le pilote pour prendre la barre.
Si tu dors à l'intérieur tu n'auras peut-être pas le temps d'intervenir.
Voir:
www.hisse-et-oh.com[...]-en-mer

14 sept. 2012
0

evidement il y a novice et novice ,mais sur cette zone Atlantique ,le long des cotes en plus je ne laisserai jamais un novice monté un quart de nuit seul trop dangereux .

-d'abord nous sommes dans une période ou les nuits sont longue de 21h à 8h du matin ... ça fait pas mal de temps ou il sera seul .
- les dangers sont trop nombreux

et un particulierement pas souvent evoqué mais que j'ai rencontré : les pêcheurs on zone interdite tout feux eteints , heureusement que cette nuit là j'avais mon radar allumé ..

14 sept. 2012
0

Tout dépend ce que tu appelles un novice. Est-ce un novice de la voile ou un novice de la navigation de nuit ? Ce n'est pas tout à fait pareil ! Dans le premier pas, je ne le laisserai JAMAIS seul (ce qui implique une première nuit blanche pour toi), dans le second cas, je commencerai avec lui pour lui apprendre les choses essentielles (jumelles, compas de relèvement, harnais) puis établirais ensuite des quarts de 2h. Après tout dépend aussi des conditions (pétole-moteur-pilote-belle visibilité ou vent variable-brouillard-mer formée). En tous cas, toujours harnais et réveil si problème.

14 sept. 2012
0

Bonjour à tous et merci de vos remarques, conseils et anecdotes.

Bon, changement de dernière minute, le novice sera UNE novice, qui en sera à sa deuxième navigation, ce qui ne change pas fondamentalement la donne, mais curieusement, je fais plus confiance en la femme que l'homme.
Enfin, si, ça change pour faire pipi dans la bouteille avec un pantalon étanche ! :oups:
Départ décalé d'une semaine (dernière semaine de septembre), pour ne pas avoir de trop gros coefficients de marée.
Il y a de bonnes jumelles à bord, le traceur GPS est dans le cockpit, un pilote automatique non interfacé avec le traceur (je n'arrive pas à les faire discuter entre eux (Raymarine ST2000+ et Geonav6), mais si on lui donne un cap correct, il le suit, obligation de porter le VFI de nuit avec harnais incorporé et longe frappée DANS le cockpit et toutes les contraintes rassurantes et nécessaires...

Bien sûr, consignes de quart claires et concises avec l'impératif qu'en cas de doute, il vaut mieux être réveillé avant qu'après... je suis frileux et n'aime pas l'eau froide!

Sur la durée du quart, j'oscille entre deux et trois heures maxi, le plus difficile étant de ménager la chèvre et le choux au sujet du quart situé entre 2 et 6h du matin.

La navigation est prévue à la limite des 6MN pour éviter la côte et ses dangers divers et variés, et en tout cas, si risque important de casiers, filets ou bouées de pêcheurs en fonction du trajet et de l'heure, je suis "sur la brèche".
Durée prévue de la navigation de trois jours, donc à peu près deux nuits en mer en comptant large avec une escale obligatoire en baie d'Audierne et un passage d'écluse au départ du voyage.
Pour Solveig, j'ai une corne de brune, effectivement, je crois que je vais la sortir bien en évidence...
Intéressante, cette faute volontaire du sceau représentant un sot sur son seau !
:pouce:

0

La dernière semaine de septembre se termine par la pleine lune.
Dans ces conditions, si la météo est correcte, c'est un peu comme en plein jour.

14 sept. 2012
0

Je verrais cette navigation plus comme une solitaire assistée que comme une vraie nav à deux, au moins les premiers jours.
Je l'ai fait pas mal de fois, avec de bonnes explications et une bonne mise en confiance ce nouvel équipier peux devenir un futur voileux qui se souviendra tout sa vie de cette première traversée.

14 sept. 2012
0

je l'ai fait à plusieurs reprises, et toujours le quart minuit 3 h, si problème (vent qui monte, etc, j'assume et je me lève : en fait il s'agit surtout de veille.

14 sept. 2012
0

Un paramètre à ne pas négliger avec un novice le mal de mer, la situation peut etre radicalement différente avec ou sans RAOUL :-D

Gil.

0

Il me semble que ce sera UNE novice.
Le mâle de mère ne sera donc pas là. :oups:

14 sept. 2012
0

Tu dis que tu navigues souvent en solo? pourquoi ne fais tu pas comme si tu étais seul ???pas de quart de nuit pour ton équipière la première nuit et tu lui rallonges un peu ses quarts de jour pour profiter d'une bonne petite sieste ... Puis si tu sens que celà le fais plutot bien donne lui un ou 2 quart de 2 heures maxi les nuits suivantes avec consignes et harnais!
Pour la première nav de nuits avec mes fils (2 ados) je leur avait donné 1 quart chacun 22h minuit et 4-6 h sauf que malgré la confiance que j'ai en eux impossible de dormir ... du coup je me suis tapé toute la nuit + mon quart de jour de 6 - 10 h et impossible de m'endormir avant 15h!!!
Maintenant je fais comme si j'étais seul. Au moins eux dorment et son opérationnel le jour.
Bonne nav à toi

14 sept. 2012
0

Je l'attache, lui dis:
Tu veux pisser, tu m'appelles.
Tu vois ou même crois voir quelque chose, tu m'appelles.
Tu as peur, tu m'appelles.
Voiles réglées, tu vois que la vitesse varie de plus d'un 1/2 noeud, tu m'appelles.
Au moteur, pareil.
Tu es fatigué, tu m'appelles.
Avec tout ça, je peux gratter une bonne heure de sommeil, sinon, tant pis, de toute façon je préfère être éveillé et ne vais pas m'ennuyer.

15 sept. 2012
0

Altair, effectivement, ce sera plus une navigation assistée, je lâcherai doucement la pression sur moi-même, pas sur elle, elle en aura peut-être déjà trop sans vouloir le dire. Mais j'essaierai de la laisser la plus autonome possible, pour l'aider si nécessaire. En réponse aussi à pdm, premières nav' de nuit pour elle, deuxième nav' en voile, donc premières découvertes et responsabilités, et il est certain que je "dormirai" d'un oeil, et comme j'ai des lunettes, il y en aura trois d'ouverts...
;-)
Nemo, tu as raison sur ta remarque, et j'ai pensé à la lune, en croisant les doigts pour avoir un ciel clair et pas trop de pluie.
Breg, l'horaire que tu donnes, c'est SON quart ou le mien?
Libideau, je serai le mâle, donc, la mère... ;-)
Outuvas, ben, en fait, c'est un peu ce que je vais faire... Ne pas trop lui montrer mon manque relatif de confiance, la laisser "seule" un peu, mais aussi lui offrir ces premières fois.
Premier mouillage de nuit, car je connais un endroit sans aucune lumière ou le mouillage est parfait et d'excellente tenue, première veille de nuit, premiere utilisation des instruments et interprétation des choses lues et ressenties eveil des sens, premier passage du Raz de Sein, si tout va bien comme je l'espère (pas de MTO trop pourrie, pas de filet dans la trajectoire, pas trop de mal de mer), ce sera un bon souvenir pour elle et elle n'a pas l'air trop empotée, mais j'ai tout de même prévu qu'elle fasse ses quarts (plus petits) comme une grande, avec un "ange gardien" derrière.
Sarkis, t'es pas sérieux, là, c'est moi qui me fait débarquer ! Mais en fait, je vais essayer de ne pas faire ce que tu écris, et qui risque d'être ce que je voudrais faire... :lavache:

15 sept. 2012
0

Pour ma part, il m'est arrivé de naviguer avec des gens de peu d'expérience, jamais avec un ou une novice total.
Si nous ne sommes que 2, et manque de confiance dans mon équipier, je fais le quart de 0 à 6 H, c'est la plus sale période, autant que je le fasse.
Pour l'équipier, pendant son quart , baudrier obligatoire avec sangle courte.
Régulateur (avant) pilote (maintenant) impérativement débranché.
Rien de tel que les sensations d'une barre pour rester éveillé.
Pour ma part, dans ce cas,et je tiens ça de mes parents, je dors sur le plancher, en bas de la descente. c'est suffisant pour se reposer, et suffisamment inconfortable pour ne pas s'endormir profondément.
De plus, bien au centre du bateau on sent mieux ses réactions, et le bruit d'un winch ou d'une voile qui fasseille de toute façon me réveillera.

Mon expérience de cette situation se limite à des parcours de 36 H max.

15 sept. 2012
0

Par rapport à l'organisation ou non de quarts, je n'ai pas grand chose à rajouter à ce qui a été écrit sur les différentes options qui s'offrent à toi.
Cependant :
- ne pas commencer la nav par une nav de nuit avec un équipier inconnu (au sens de sa pratique de la voile). Les surprises le jour, pas la nuit ;-)
- profiter de la nav du jour pour s’entraîner à faire "comme si que" c'était un quart (en profiter pour faire une sieste). Ca va donner 2 ou 3 réflexes, rassurer (dans le bon sens du mot) l'un et l'autre car souvent ce n'est pas l'excès de confiance mais plutôt la panique qui devient mauvaise conseillère. Si l’entraînement de jour montre au CdB que c'est prématuré (par ex : équipier novice qui ne comprend pas l'intéret de l'interdiction totale de quitter le cockpit comme la nuit, ou de la longe et de ses deux points d'ancrages) alors renoncer... plutot que les regrets...
- mon expérience, c'est que les pbm arrivent plutôt avec les "un peu moins novices", ceux qui ont un peu trop confiance en eux. Et là il faut du tact et des consignes de pro ;-) (et donc bien réfléchies par le CdB sinon elles seront trop nombreuses) du style : 10%=reveil (de changement de vitesse du vent, de cap, d'angle du vent, de profondeur si un peu près de la côte etc) à toi de les "inventer" en fonction de ton bateau, du secteur de nav etc. Perso, sans me fier à l'électronique, j'ai un écran répéteur dans ma cabine avec alarmes sur 4 paramètres (cf ci dessus).
- les seuls cas où j'ai eu du vrai soucis, c'est quand je me suis endormis dans mon propre quart ;-) merci mon petit réveil toutes les 10 min (pendant le quart , pas pendant le sommeil). Attention à ne pas négliger le facteur physio (perso surtout pas d'alcool avant un quart, une bonne sieste avant et après, une activité régulière type boisson chaude, point sur le LdB)

Bref comme d'hab CdB c'est du soucis et du plaisir :-)

15 sept. 2012
0

Réflexion général: Comment peut-on vraiment dormir dans ces conditions quand on ne peut que douter de la fiabilité de son équipier, à moins d'ètre complètement épuisé, ce qui n'est pas non plus idéal pour la sécurité de tous?

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le beau temps !

Après la pluie...

  • 4.5 (185)

Le beau temps !

mars 2021