profondeur de dérive

Bonjour à tous.

Y a t-il une formule pour calculer la profondeur d'une dérive par rapport à la perte de profondeur de lest.

En clair : je prends l'exemple d'un 33 pieds qui se fait en quillard et en DL.

En quillard, tirand d'eau 1m64 lest 1T400
En DL O,88-2m10, lest pas indiqué le même je suppose.

Donc en DL le lest perd 0m76 de profondeur mais est compensé par une dérive qui descend à 0m46 plus bas que la quille du premier.

En dehors de l'allure de prés moins serrée la question que je me pose est la suivante pour le rappel, la raideur à la toile, la profondeur de dérive compense t elle la perte de profondeur du lest et comment ça se calcule ? ou alors réaction différente et il faut réduire plus tôt sur le DL

Quelqu'un peut -il m'éclairer, la question me turlupine comme on dit dans notre cher Sud-Ouest.
Merci à vous.

L'équipage
22 nov. 2008
22 nov. 2008
0

mauvaise hypothèse ...
"En DL O,88-2m10, lest pas indiqué le même je suppose."

le couple de rappel d'un lest est fonction de son poids et de la distance entre son centre de gravité et le centre de carène.

avec un lest plus court, il faut un lest plus lourd pour avoir le même couple de rappel.

cela explique également l'intérêt des bulbes, ça permet de descendre le centre de gravité et donc d'avoir un bateau plus raide pour un poids égal.

Sur un DL ou DI il faut considérer la dérive comme un plan antidérive et non comme un élément de stabilité (comme sur un 420).

Jouer sur la hauteur de dérive va jouer sur l'équilibre vélique du bateau, sa stabilité de route, mais pas (ou très très peu) sur sa stabilité latérale ...

si avec 500 kg posé sur le passavant le bateau gite de 10 ° dérive basse, quelque soit la position de dérive ce sera quasi identique.

22 nov. 2008
0

donc si je comprens bien
le poids du lest du DL qui n'est pas indiqué devrait être supérieur à celui du quillard et la différence calculée pour compenser la différence de profondeur.

De ce fait les deux versions doivent être à peut près identiques en raideur à la toile.

J'imaginais que la surface mouillée de la dérive influençait un peu le rappel et que l'archi en tenait compte dans ses calculs pour décider de la profondeur ou bien qu'une formule existait.

22 nov. 2008
0

pour clarifier ...
imagine tu prends une vague et tu boules ..

tu te retrouve couché à 90 ° tu n'as momentanément plus rien dans l'eau ... ton bateau devient une balançoire ...

et comme l'archi a bien travailler le plus lourd sur la balançoire c'est le lest donc le bateau se redresse ...

de manière très générale la "balançoire" bascule côté lest jusqu'à 120° à plus ou moins quelques degrés sur les bateaux de série.

généralement les quillards sont un peu plus "raide" que les dériveurs a modèle équivalent.

Ensuite le truc à voir ...c'est qu'une carène est conçu pour un déplacement donné.
Sur une même carène le quillard permettra d'utiliser la différence de poids de son lest par rapport a un dériveur en charge utile pour être dans les mêmes lignes d'eau.

d'ou idéalement, si on veut faire un bon dériveur ...on dessine un dériveur ..

22 nov. 2008
0

Ne pas confondre
Quillard, Quillard à quille relevable, DL et DI.
Il y a stabilité de forme et stabilité de lest.
Les quillards à quille longue surtout sont des
créations récentes dont le but initial et
la raideur à la toile d'abord, dans le domaine
de la course. Les bateaux marchands n'ont jamais
utilisé de quille longue pour des raisons évidentes de fabrication, d'entretient, de cout,
d'utilisation. Les bateaux de course d'autrefois étaient à quille longue plus profonde. Pour
remonter au près on a d'abord ajouté des dérives.
Un vrai DI à pour une mème longeur une largeur majorée et un lest majoré. La dérive n'a qu'une fonction de dérive. il n'y a aucun intérèt
à l'alourdir.
Pour d'évidente raison de sécurité un réduit
plutôt sur un DI. Le contrôle du relevé de la dérive permet de régler exactement le bateau.
En situation très dégradé on DOIT relever
la dérive pour laisser passer l'énergie de la vague (cela se sent très bien)..
Un quillard à quille revelable est proche
du quillard pur et pose un problème de stabilité
quille relevé si on ne veut pas l'alourdir
pour sa sécurité en répartissant le lest entre quille et coque ou en surlestant la quille
(grosses contraintes mécaniques).
Un DL est un intermédiaire dans la recherche
du petit tirant d'eau avec un lest modéré
sans le surlestage et les angoisses théoriques du DI. Il subit le mème contraintes latérales
que le quillard par très mauvais temps.
Sa largeur peut ètre la mème que celle du quillard avec un lest majoré parceque plus haut,
la dérive ne participant pas au lest comme sur le DI.
Ex pour un 10m à la flottaison par rappord au quillard:DI +1T de lest +20 à 30cm de large
enfoncement min 50 à 100cm. Dérive sortie+140cm
Equilibre statique:
bras de levier: force(poids)xlongueur.
Equilibre dynamique: dépend de la vitesse, de la forme de la dérive etc.. .

22 nov. 2008
0

équilibre dynamique ....
Si une dérive participait à la stabilité ...on aurait du mal à faire du près ...

pour faire du près la dérive crée une force dont la componsante sur le plan perpendiculaire à l'axe du bateau va vers le vent ...

jusqu'a preuve du contraire dans ce sens ça fait giter ... :reflechi:

23 nov. 2008
0

bien compris
mais pourquoi sur un DL dont le modèle est en 2 versions quillard et DL, la dérive descend plus bas que la profondeur de la quille du quillard.

La surface de la dérive doit elle correspondre à la surface perdue en quille ou y a-til une autre raison.

Dans l'exmple cité le quillard a un TE de 1m64 pourquoi la dérive descend jusqu'à 2m10, récupératon de la surface mouillée de la quille ou une autre raison.

Merci de vos explications.

22 nov. 2008
0

la dérive d'un DI
est profonde tout simplement parcequ'elle a une corde beaucoup plus courte qu'un aileron de quillard, donc une moindre surface portante à profondeur égale et une efficacité inférieure si c'est un simple voile de tôle...en effet, la corde est limitée par le fait que généralement la dérive d'un DI se replie sous le salon de pont ,dans le dossier d'une baquette ou sous une table de carré ...cette dérive ne participe pas au lest (rien à voir avec un quille relevable), d'ailleurs elle est parfois faite en bois (et doit alors même être lestée pour pouvoir être abaîssée par gravité!), voir en composites (bi-dérives assymétriques, sabre ou pivotantes par exemple) et si elle est en acier son poids ne représente même pas 10% du poids du lest... ceci est volontaire, pour ne pas remonter le CG dérive remontée...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (130)

novembre 2021