Prix sur le marché de l'ocasion en temps de crise ?

Bonjour,
le sujet n'est pas encore vraiment sur la table, car ce n'est pas la priorité en ce moment, mais une crise financière va suivre la crise du Covid19. Disons que ce n'est pas le sujet et faisons cette hypothèse.
On se doute de l'impact sur le marché du neuf, qui va chuter.

Mais quel impact sur le marché de l'occasion?
En posant cette question ouverte, j'ouvre ce fil à de vastes échanges parfois insipides qui ne manquent pas sur ce forum, alors de préférence, si vous avez des chiffres (sourcés), des études sur le sujet (cf crises précédentes) ce sera intéressant.

Je commence avec cette courbe du broker Antipode 2008-2018

Ventes Occasion >8m 2008-2018 Source Antipode

Les chiffres du ministere ( › default › files › statistiques 2018) montrent une très grande stabilité du nombre de mutations (occasion), entre 64 et 65000 unités/an, depuis 2007 (donc crise de 2008 inclus).

Mais ces chiffres sur les volumes ne disent rien sur les prix...

L'équipage
31 mar. 2020
31 mar. 2020
0

Même si j'ai acheté mon bateau, je reçois toujours des alertes sur tout les bateaux que j'avais remarqué, visité, contacté etc.... Et rien de notable. Pas d'appel de proprio décidant de baisser son prix.

Mais bon, je pense que comme il n'y a pas de visites possible etc... Tout le monde oubli son annonce. Les baisses ce sera pour la fin du confinement peut-être?

31 mar. 2020
9

comparé au coup d'entretien général + frais fixes .le prix d'achat n'est pas très important sur la durée ,il vaut mieux payer un peu plus cher un voilier en très bon état ,équipé de matériel récent, que de se dire je ne le paie pas cher mais je l'équiperais au fur et à mesure ,très mauvais calcul ..
la suite me donnera raison ,on sous estime toujours ce que le refit va coûter .
alain

01 avr. 2020
0

bien d'accord avec toi...mais...mais
j'ai refité trés sérieusement mon hanse 341(pour 16000e)et celà n'a pas attiré le moindre contact aprés de milliers de vues!!
depuis que j 'ai "tombé" le prix(31000...)2/3 contacts suspendus par suite du confinement
rappel dans un ancien fil("occasion:suis je trop cher")je m étais fait pourrir par la majorité des intervenants....
pourtant à cette période je proposais un prix comparable aux quelques autres hanse 341 à la vente...
amha =le problème des places a flot est certainement un (gros) obstacle?

31 mar. 2020
1

Ah les vautours pointent le bec

31 mar. 2020
0

Pas d'inquiétude , les prix de l'occasion vont s'effondrer , liés qu'ils sont à l'activité , donc conséquence inévitable .

31 mar. 2020
0

Il faut penser que les voiliers neufs des grands constructeurs vont aussi être vendus avec de bonnes remises,comme à la crise précédente ou un acheteur de voilier récent d'occasion...pouvait trouver un neuf au même prix .

31 mar. 2020
1

les prix vont peut etre un peu se tasser, mais en occasion combien de bateaux sont en très bon état et bien équipés. A mon avis les occases très bien entretenus et équipés se tiendront parce que rares.

31 mar. 2020
1

Dans le neuf, combien de chantiers vont disparaître ? La plupart des chantiers de petite taille ne survivront pas. Ils n’ont pas les fonds propres nécessaires.

Dans l’occasion, si crise économique importante, il n’y aura plus de prix tout simplement. Car plus d’acheteur.

01 avr. 2020
0

bien d'accord avec toi...mais...mais
j'ai refité trés sérieusement mon hanse 341(pour 16000e)et celà n'a pas attiré le moindre contact aprés de milliers de vues!!
depuis que j 'ai "tombé" le prix(31000...)2/3 contacts suspendus par suite du confinement
rappel dans un ancien fil("occasion:suis je trop cher")je m étais fait pourrir par la majorité des intervenants....
pourtant à cette période je proposais un prix comparable aux quelques autres hanse 341 à la vente...
amha =le problème des places a flot est certainement un (gros) obstacle?

01 avr. 202001 avr. 2020
1

Je me souviens de ce fil ou tu avais refusé l evidence que le Marché fixait le prix pas toi, raisonnons par l absurde, j ai acheté mon First 30 20000 dollars , dans les 5 dernières années j ai investi 20 000 euros, il vaut combien ?

En tout cas les prix vont encore s effondrer ou tout simplement il n y aura plus d acheteurs, j ai le sentiment que la plaisance aura quai disparu d ici 10 ans, on louera à la journée la semaine ou le mois

01 avr. 2020
0

A regret je partage totalement les termes du second paragraphe. Notre plaisance est en train de mourir...

01 avr. 2020
0

exact Jean...pour une part je "refusais" une certaine évidence à savoir que j'étais(" un peu"?)trop cher..
mais compte tenu de tout le refit et du neuf.....
bon on ne va pas recommencer le débat..
là j 'ai tombé significativement le prix!!A suivre
OK avec toi la plaisance "normale"(les acheteurs de 9/11m)va sinon disparaitre du moins s'effondrer en raison selon moi du manque de places à flot et des couts ....(places de port si on arrive a l obtenir!)

01 avr. 2020
0

ma réponse s'adresse a fritz the cat...!!

01 avr. 2020
4

La statistique est intéressante, elle montre que lors de la crise de 2008-2009 les ventes n'ont pas baissé. Les années suivantes ont été stables. donc pour un achat qui n'a rien à voir avec la raison mais relève du plaisir, on pourrait presque anticiper une hausse des transactions car nous percevons davantage la fragilité de la vie et d'en profiter tant que nous le pouvons. Après, pour les prix : on voit bien que ceux de l'occasion ont beaucoup baissé ces dernières années. De là à prédire une nouvelle baisse, une stabilisation ou une hausse : je ne sais pas et j'ai jeté les feuilles de mon bol de thé.

01 avr. 2020
0

Et si le TDM objectif majeur se retrouve bloqué qques années des suites de la pandémie...
De combien va baisser la vente du neuf...
Quels impacts sur l okaz?

01 avr. 2020
0

J'ai du mal à imaginer que pour les bateaux, qui sont plutôt des projets à long terme, l'impact soit aussi immédiat.
Pour les bateaux d'origine financière (genres investissement de location, bateau luxe de patron/trader trop riche, etc), acheté par des gens qui ne vont pas changer de rythme de vie pour un bateau, oui, clairement, il va y avoir une chute des achats, et ca va clairement impacter le marché du neuf, du luxe, et de la régate.

Mais pour ceux qui ont prévu de partir, c'est au contraire l'occasion de recevoir une prime de licenciement ou de départ volontaire, de prendre conscience qu'il faut en profiter pour voyager, etc.

01 avr. 2020
0

Le virus frappe les popilations âgées que l'on trouve sur les pontons. Risque donc de voir une hausse des bateaux mis à la vente.

01 avr. 2020
0

Entre ceux qui ont perdu en bourse, ceux qui ont fermé boutique et ceux qui ont perdu leur job, je m'attends à une sérieuse baisse des prix de l'occasion et des commandes en neuf.

01 avr. 2020
2

Je ne suis pas inquiet, sans aller jusqu'à dire qu'un bateau est une valeur refuge, il y aura toujours un marché pour les bateaux de qualité que le production actuelle ne propose plus.
En revanche, c'est vrai, les AWB vont être de plus en plus difficiles à vendre à prix correct.
En 2019,
j'en ai profité et je l'ai subi :
J'ai vendu mon bateau de 1976 en 15 jours au prix (fort) que je souhaitais, mais, j'ai raté celui que je voulais, car, en suivant les conseils lus sur H et O, j'ai voulu négocier car le gréement et le moteur avaient 40 ans, les voiles 10 et l'electronique plus de 6 mois...mal m'en a pris, le bateau, pourtant aux Antilles, s'est vendu au prix demandé en 10 jours...
Dans les deux cas, il s'agissait de bateaux de marques renommées fabriqués en petite série.
Pour faire une analogie avec le monde automobile, il sera paradoxalement plus facile de vendre une Aston Martin qu'une Laguna blanche diesel.
Voire une Mini Cooper ou une Mehari de 1970 qu'une Clio de 2005.
Pour simplifier, pas d'inquiétude pour les HR, Nauticat, Fairways, Wauquiez et autres Najad...plus compliqué pour les Beneteau, Jeaneau, Dufour, Bavaria et autres Hanse...

01 avr. 2020
0

En cas de crise on se rabat sur l'essentiel.
A chacun de décider ce qui est essentiel.
C'est certain que le marché du neuf et de l'occasion va sentir un gros coup de frein. Ça sera le moment d'acheter mais pas de vendre.
Mon bateau fait partie de l'essentiel, donc ça ne changera rien pour moi.
Mais pour les actifs et tout ceux qui vont être touchés financièrement, c'est une autre histoire 😕

01 avr. 2020
0

Bonjour,

Peut-être ai-je eu de la chance. Et un cas isolé ne vaut pas vérité statistique.
Mais sur la période de la crise de 2008, j'ai vendu un voilier, et j'en ai racheté un autre 18 mois plus tard.
C'est une période au cours de laquelle j'étais très attentif au marché de l'occasion, sur des unités de 10 à 12m et de 30 à 40 ans.

J'ai vendu mon voilier juste, pile avant l'effondrement des prix (rien de volontaire, circonstances de la vie). Au moment où je l'ai vendu, je me rappelle m'être dit : "tu n'as que 2 ou 3 mois pour le vendre un bon prix, après c'est foutu". Je voyais les signes annonciateurs de la grosse baisse du marché, il faut croire. Mais je ne me rappelle plus exactement ce qui me faisait me dire ça. Peut-être l'apparition de bateaux bradés sur le marché.
Toujours est-il que j'ai bien vendu, au tarif "normal", sans excès. C'était en avril 2013. Donc 5 ans après le début "officiel" de la crise.

Quelques mois après, désespoir, manque de bateau, touça...
Je vois que les prix ont réellement chuté. Enfin... Il y a deux catégories : ceux qui ont besoin de vendre et qui baissent les prix, vu qu'en ces temps troublés il y a peu de candidats à l'achat. Et ceux qui maintiennent des prix "pré-crise" et trouvent inconcevable l'idée de baisser leur prix. Ceux-ci ne doivent pas être dans le "besoin" de vendre. Ils ne sont pas pressés. Tant mieux pour eux.

Bref. Je passe une bonne année à regarder les prix, à réfléchir à ce que je veux. Les prix sont au plus bas.
Je finis par acheter en octobre 2014 un voilier que j'estime de valeur et de qualité identiques à celui que j'ai vendu 18 mois plus tôt.
Le prix demandé correspond à 65% du prix auquel j'ai vendu le précédent.
Facilement négocié, je l'ai acheté à 45% du prix de vente de mon précédent voilier.

Mon expérience personnelle est donc qu'en 18 mois, des bateaux de même qualité ont perdu la moitié de leur valeur marchande.

Ça n'est qu'un cas isolé, et peut-être de la chance. Pas une vérité statistique.
Mais voici mon expérience à ce sujet.

01 avr. 202001 avr. 2020
0

Ne pas s'attendre à un effondrement des prix de l'occase...comme en 2008 ça n'a pas bougé de façon visible.. ce qui ont baissé leurs prix de façon drastique avait des merdes invendables même en temps d'opulence...

01 avr. 2020
0

Hello,
Mon pote a acheté son boat(Tayana 37, de 1985) ici en Espagne 1 bon mois avant le confinement.
Prix correct affiché en premier lieu, négo autour de 20% à la baisse, affaire conclue 15j après parution de l'annonce, à la 1ère visite.
Le broker(dont ça risque d'être la seule et unique vente de la saison), apparemment encouragé par cette vente rapide(bateau typé classique)vient de mettre en vente à peu près l'équivalent, sur le ponton d'en face, mais en beaucoup moins bon état, et avec presque 10 ans de plus.
Et ben ça n'empêche que, covid ou pas, le rafiot est annoncé 40% de plus!
Cherchez l'erreur...

01 avr. 2020
0

Entre le prix affiché et le prix vendu...
Comme à quelques mois près, le chantier RM aurait pu être repris au tarif le plus bas,ou pas du tout !

02 avr. 2020
0

Entre 2009 et 2015, la plupart des petits chantiers se retrouvés au tapis. Le marché du neuf est très dépendant de la tenue de l’occasion. Si l’occasion se vautre de 50%, le neuf est mort.

De plus la démographie, ne va pas aider. Les classes d’âge nombreuses qui ont découvert la plaisance et qui ont fait ce qu’elle est aujourd’hui (un marché de masse), vont bientôt passer l’arme à gauche. A partir de 2023, la population dans la tranche des 50-65 ans va baisser. C’est elle qui pratique la voile et qui achète un bateau.

Enfin, si une crise du crédit se met en place, tous les actifs financés à crédit vont souffrir.

Plusieurs conséquences :
- le marché tel que nous le connaissons est en train de se transformer radicalement. Nous pourrions passer d’un marché de masse à un marché de niche : en gros celui de la location et celui du sport.
- le nombre de bateaux mis sur le marché de l’occasion va augmenter. Le nombre d’acheteurs va baisser... les prix vont chuter. La question de la destruction des bateaux les plus anciens va se poser de plus en plus. Pour aider, le gouvernement pourrait prendre la décision de mettre en place un contrôle technique.
- les infrastructures vont devoir se réinventer. Les ports de plaisance vont se perdre au moins 30% de leurs bateaux. Le prix des locations va augmenter (oui car un port ne peut pas perdre de l’argent). Moins de gens pour amortir les coûts = il sera très difficile de maintenir tel quel le système des amodiations.

02 avr. 2020
0

Si les ports se vident ils se feront concurrence et les prix pourront baisser, dans 5 à 10 ans ? Je n aurai plus de bateau anyway

1

Le marché du neuf tient encore car les stocks des distributeurs sont financés par des mécanismes spécifiques, mais ce financement a un terme, a ma connaissance le printemps prochain. On peut donc s'attendre à ce que des remises significatives soient faites (20% soit la marge du distributeur)

Sur l'occasion, je ne vois à ce jour pas d'impact majeur sur les prix mais attention, les DYC et autres loueurs de voiliers ont obtenu un report des échéances de crédit pour leurs propriétaires de bateaux. Combien de temps va durer ce report ? Les banques vont elles être aussi accommodantes la saison prochaine sans perspective de retour à la normale proche surtout pour les destinations lointaines.

Enfin, j'ai vu une statistique qui disait que au moins 50% des acheteurs avaient décidé de repousser leur projet d'acquisition de au minimum 18 mois. Et ca, c'était avant la deuxième vague du covid.

Mon avis c'est que la baisse du neuf va impacter le marché de l'occase en France et en Europe, si le neuf baisse des acheteurs préfèreront cette solution.

En revanche pour les bateaux situés dans des bases lointaines, il va y avoir un sérieux problème pour les propriétaires qui vont devoir vendre rapidement si les banques qui avaient accordé un report d'une année des échéances ne renouvellent pas cette faveur. Le CA de la location pour la saison passée est nul dans bon nombre de bases exotiques, ces dernières ont été fermées et il n'y a aucune perspective d'activité significative proche.

je ne sais pas combien de bateaux cela fait mais cela va inévitablement impacter le marché, des investisseurs pris au piège avec un actif a des dizaines de milliers de kilomètres, qu'il faut entretenir et dont il faut payer le crédit sans perspective de chiffre d'affaire avant 2023 au mieux et certainement pas au niveau d'avant !!!

Des propriétaires comme ca il y en a dans bon nombre de pays développés donc il va y avoir beaucoup de bateaux a vendre !

0

Je pense que le marché de l'occasion est aussi divisé en catégories de prix et les profils d'acheteurs sont différents. Un reflet de l'échelle sociale, en somme, mais pas un reflet de l'envie de naviguer.
Les bateaux délaissés, anciens, peu diffusés sont vendus à vil prix. Ce n'est pas sans influencer le marché correspondant. Et un bateau dans son jus ne vaut que pour qui effectue le refit lui-même (ou elle) entièrement de ses mains. S'il faut payer un pro pour faire le refit, évidemment qu'il vaut mieux se tourner vers de l'occasion d'un niveau supérieur, d'où ma compréhension des catégories d'acheteurs.

0

Ok mais quel impact sur les prix ?

0

et autre chose pour compléter mon post précédent, Béneteau à procédé à la mise en place d'un plan de réduction de la production appelé "go beyond" je crois.

La crainte affichée par Béneteau concerne l'arrivée sur le marché de l'occasion des flottes de charter, la pression sur les prix de l'occasion et donc la baisse des prix et volumes du neuf.

0

Paradoxe, il a eu une forte augmentation du marché de la location dans l’hexagone cet été +25%! www.google.fr[...]1233677

0

Pas un paradoxe du tout, la location en raison des contraintes sur les voyages lointains s'est reportée sur le marché domestique qui lui au contraire a pas mal fonctionné mais sur une période assez courte. Les loueurs ont même rapatrié pas mal de bateaux vers les marchés domestiques.

La question est +25% sur le marché domestique compense t il la perte des marchés exotiques souvent en totalité !

0

Ce "paradoxe" n'en est pas un, puisque les français ne sont pas partis à l'étranger et ont navigué en France...
C'est à mettre en parrallèle avec les records de fréquentation des ports de Bretagne cet été !
Sur notre base de voile cet été nous avons eu nous aussi notre record de fréquentation !

0

Avec le changement climatique dont les médias nous rabattent les oreilles et les tempêtes plus fortes et fréquentes, un bon ouragan qui détruit les flottes diminue le nombre de voiliers en vente.
Cela maintiendra les prix!
N'oubliez pas de payer votre prime d'assurance tous risques!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer