prise de ris

salut à tous week end dernier par 20 noeuds , prise de ris , tout va bien jusqu'au moment d'étarquer la bordure!
quelqu'un a t il trouvé une solution de ris "automatique "et surtout avec quel accastillage à positionner sur la bome?
photos acceptées et tous renseignements aussi.....

merci

L'équipage
04 oct. 2012
04 oct. 2012
0

retour de la bosse de ris au cockpit sur un winch de roof.

04 oct. 2012
0

Je ne comprends pas très bien. Quel était le problème? Normalement, la bordure et la chute sont étarquées en même temps par la bosse de ris, à condition que la poulie de renvoi soit placée suffisamment en arrière.
Peux-tu préciser?

04 oct. 2012
0

pas mieux. Facile à mettre en oeuvre et très efficace. Après, si on veut être logique, faudrait aussi faire revenir le hâle bas.

04 oct. 2012
0

Quel bateau ? Ou les bosses de ris passent dans la bome et sont étarquées à l'aide d'un winch placé généralement sous le vit de mulet, ou la bome est équipée d'un pontet/poulie de renvoi/taquet. dans les deux cas, quand on souque la bosse, on étarque la bordure.

Donc, après avoir pesé la balancine, choqué le hâle bas et ce qu'il faut de drisse, saisi l'anneau ou l'oreille de chien dans le crochet ad'hoc, on étarque la bosse de ris puis la drisse,on reprend du hale bas et choque un peu de balancine, enfin, on rentre la ligne à maquereaux, parce qu'on ne peut pas s'occuper de tout à la fois...non plus...

04 oct. 2012
0

lezard > le hale-bas, c'est avant la balancine (et après avoir choqué la GV) :alavotre: :acheval:

04 oct. 2012
0

frankoys : ça va sans dire, mais effectivement, ça va mieux en le disant :reflechi:

04 oct. 2012
0

Bonjour,
est-ce une question Gag ?
JJ

04 oct. 2012
0

Il a peut être le vieux système avec la bosse a passer a chaque ris et le petit palan ou winch sur la bome pour étarquer la bordure.

Et cherche a mettre en place une prise de ris auto ou semi auto.

enfin si c'est pas ça je comprend pas la question.

04 oct. 2012
0

Hé les gars, on est encore nombreux à ne pas avoir de prise de ri automatique. Et Thierry ne semble pas connaître les systèmes plus sophistiqués.

ceux qui sont équipés pourraient fournir photos et schéma ? C'est toujours mieux que de longues explications.

04 oct. 2012
0

Ben, je pense que c'est d'abord à celui qui lance le fil d'expliquer son problème clairement.

04 oct. 2012
0

...ou alors il y a une erreur dans l'ordre chronologique de la manoeuvre ?

04 oct. 2012
0

J'ai regardé d'autres fils sur ce sujet, mais ce n'est toujours pas clair quant à ce qu'il advient des coulisseaux de GV. Car s'il faut aller au pied de mat avec un système automatique où tout est renvoyé au cockpit, je vois pas l'intérêt.

04 oct. 201204 oct. 2012
0

bin pour étarquer la bordure, je souque la drisse sur son winch, y a pas d'autre solution il me semble :-p
je fais ça avant d'étarquer la bosse de ris, afin d'éviter que la GV ne prenne le vent et empêche de la hisser
puis j'étarque la bosse, je libère la balancine (si HB pas rigide) et puis je raidi le hâle bas de bôme; si on fait pas ds l'ordre, ça coince (d'ailleurs des fois, ça coince, on n'est pas des machines...) :-p
pour une prise de ris auto, de ce que j'en connais, c'est pareil, mais au cockpitt avec tt un attirail de bosses sur la ralingue et sur la chute, ramené au cockpitt; mais il faut tj hisser la GV après avoir pris le ris, ou alors on met une drisse élastique :mdr: :jelaferme:
JL.C

04 oct. 201204 oct. 2012
0

"bin pour étarquer la bordure, je souque la drisse sur son winch" -> Donc tu étarques ton guindant ! :tesur:

Prise de riz auto : comme pour le bord de fuite de la GV avec la bosse de ris, un va-et-viens sur le bord d'attaque qui passe par l'œillet de ris qui permet de descendre le point d'amure sans bouger du cockpit.

04 oct. 2012
0

c'est quand même 'achement plus rigolo quand c'est pas une prise de ris auto !
Ah, les stages des Glénans...

04 oct. 2012
0

C'est pourtant pas dur...

Pour la prise de riz auto :

  • mettre le paquet ouvert dans un équipet juste au-dessus du réchaud.

  • positionner le paquet de telle sorte qu'il se renverse dans le bon sens une fois qu'on ouvrira l'équipet à l'aide du dispositif automatique

  • refermer l'équipet.

  • se démerder pour que le barreur n'utilise QUE l'amure permettant à l'équipet d'être au vent. Ben oui, benêts, sinon, si ça gîte pas dans le bon sens, le riz se fout dans l'équipet, pas dans la casserole.

  • Souquer un bout sur l'équipet.

  • remplir la gamelle d'eau

  • allumeeeeeeeer.... le feu !!! allluuumeeeeeeer.... le feu ! Pardon, je m'oublie, c'est sérieux comme sujet.

  • border la bosse d'équipet comme il se doit afin de laisser couler la quantité de riz qu'il faut.

  • choquer la bosse une fois la quantité désirée de riz atteinte.

  • pour la cuisson, y'a déjà un excellent sujet sur les nouilles, z'avez qu'à adapter au riz, Glougueule est votre ami, bande de fainéants !

Evidemment, entretemps, comme le barreur n'a droit qu'à l' amure qui va bien, prier pour qu'on se soit pas pris un cargo ou des cailloux ou une plage....

Oh et pis crotte hein, c'est toujours pareil, à chaque fois qu'on veut rendre service, on se fait rembarrer, m'enfin, quoi...

04 oct. 2012
0

L'essentiel à mon sens, est de tout avoir au même endroit:

Tout au pied de mât ou tout au cockpit

04 oct. 201216 juin 2020
0

Un système de ris auto, c'est ça :

04 oct. 2012
0

Avec ce système, et puisqu'on est dans la cuisine, après le ris (z !), un plat de nouilles supplémentaire dans le cockpit...un !

J'imagine le merd...r au 3ème ris... et les Km de bouts que ça représente :lavache:

04 oct. 2012
0

Sur un gros gros tu as aussi parfois une bosse pour l'amure et une bosse pour la bordure.
Par ce que si tu te déplace plus facilement sur le pont parfois la bosse d'amure est quand même vachement haut.

04 oct. 2012
0

Ben, en bout's ça fait 4 x la distance ris-bome, que tu peux lover dans un coin de la capote de roof. Sinon c'est deux fois la distance ris-bome que tu dois lover et frapper soigneusement pour pas que la bosse s'éparpille sur le pont. C'est un choix. Ca dépend aussi de la grandeur du bateau.
On a dit dans un autre fil, et je suis assez d'accord, et contrairement aux idées reçues, que des ris full auto sont plus intéressants sur un petit bateau que sur un gros car sur un gros, on quitte le cockpit relativement plus en sécurité que sur un petit.

04 oct. 2012
0

Maintenant, quel que soit le système, auto, semi-auto ou rien du tout, l'essentiel pour border la bordure est de choquer le hale-bas et de souquer sur la balancine pour un peu mâter la bome avant de souquer la bosse.

Tu racontes ça à un terrestre, il comprend rien du tout :mdr:

04 oct. 2012
0

...ben il aura qu'à prendre le riz à la louche :)

04 oct. 2012
0

venant d'un press-purée, c'est fort

04 oct. 2012
0

C'est bien beau tous ces commentaires, mais on ne sait toujours pas pourquoi étarquer la bordure pose un problème sur le bateau de thierry0809 ...

04 oct. 2012
0

ni quel bateau il a...

04 oct. 2012
0

ptet que la bosse de ris de thierry0809 s'est coincée à l'entrée de la bôme (un peu trop classique quand même...)

0

moi j'ai trois ris et six bosses indépendantes.
Tout revient au cockpit
je choque écoute et hale-bas
Le hale bas rigide fait remonter la bôme juste ce qu'il faut
Je descend la voile pour la hauteur du ris je tend à la main la bosse d'amure (aucun effort)
Je réétarque la drisse de GV (plus dur)
puis je reprend au winche la bosse d'écoute
je reborde la GV et je reprend le hale bas

en général tout va bien sauf quand la bosse de point d'écoute fait une coque dans la poulie
sauf quand la bosse de point d'écoute mal reprise au fur et à mesure qu'on baisse la GV va faire le tour de la bôme
sauf quand la bosse de point d'écoute se larche de son pontet ("saloperie" de textiles modernes qui glissent)
sauf quand la bosse de point d'amure va se flanquer derrière un échelon de mât

Donc un système qui marche bien quand on est bien rôdé !
il faut garder tous les bouts en tension et tout va bien.

L'avantage du système : on règle vraiment bien la tension de la bordure et tout se fait à l'abri de la capote.
Hubert, de Cherbourg

04 oct. 2012
0

Le dernière fois, en faisant cuire mon riz je me suis fait des bosses.
JJ

04 oct. 201204 oct. 2012
0

Ma configuration actuelle, c'est 3 bosses de ris et tout se fait au pied du mât.
- choquer ecoute et hale-bas
- aller au pied du mât
- descendre la GV
- mettre le point d'amure dans le crochet/mousqueton
- étarquer la drisse de GV avec le winch tribord.
- passer la nouvelle bosse dans la poulie ouvrante
- étarquer la bosse avec le winch bâbord.

À l'expérience, la manoeuvre se deroule sans trop d'anicroche. Mais je constate que je ne vois pas bien depuis le pied du mât si j'ai suffisamment étarqué la bosse ou pas. J'envisage de ramener le bout de réglage de la bordure et/ou une ou deux bosses de ris au cockpit pour mieux voir ce que je fais.

Par exemple par beau temps: bordure + 1ère bosse au cockpit
À la prise du premier ris: 1ère et 2ème bosses au cockpit
À la prise du deuxième ris: 2ème et 3ème bosses au cockpit

Sur mon bateau, ces changements seraient assez faciles. À mettre au point cet hiver.

04 oct. 2012
0

essayez l'antique bome à rouleaux !!!

pas de ris,pas de bout,pas de renvoie,rien un simple cliquet ,voile impeccablement tendue ,pas de changement d'allure un jeu d'enfant , pas de premier ris de deuxieme on peut rouler toute la voile si on veut ....

josé :pouce:

04 oct. 2012
0

Comme PRESSPUREE j'ai retours des bosses de ris au cockpit sur un winch de roof. mais...
obligé d'aller en pied de mât pour fixer les oreilles de chien faites maison avec un p'tit bout et défaire les coulisseaux.
J'avais auparavant fait une installation semblable à la photo de PIRCARRE , mais...toujours obligé d'aller au pied de mât pour les coulisseaux ...
solution pour les coulisseaux?

0

pour les coulisseaux on peut faire un transfilage. Il faut pour cela que les coulisseaux soient fixés sur des oeillets sur la voile. On remplace la sangle ou la manille par un bout qui passe dans l'oeillet dans le coulisseau puis dans l'oeillet au desssus puis dans le coulisseau puis dans l'oeillet au-dessus ... avec des variantes selon le goût de chacun. Quand la voile est étarquée le bout est tendu et maintient les coulisseaux contre la voile. Il faut un bout séparé pour chaque bande de ris.
Hubert, de Cherbourg

04 oct. 2012
0

oh tiens, une idée de produit à créer : le winch dynamométrique. On indique dessus ce qu'on veut étarquer/hisser, et hop on n'a plus qu'à tourner jusqu'à la bonne tension. Qui n'en a rêvé...

04 oct. 2012
0

:whaou: ça, pour frimer au ponton, c'est l'idéal !

....déjà, repérer sur la drisse ce qu'il faut laisser filer (marque ou moyen 'pratique' (longeurs de bras, la distance entre le bloqueur et le banc etc...), ça évite 2 aller/retour au pied de mât. Oui, les 3 cm qui manquent pour passer l'oeillet au croc, c'est généralement chez moi que ça se passe ! :-p

04 oct. 2012
0

Peux tu montrer une photo de ta bôme? Je pense que cela pourrait aider à répondre utilement à ta question.

04 oct. 2012
0

Avec une prise de ris en continu, on étarque la bordure et le guindant avec le même bout sans avoir à aller au pied de mat crocher les oreilles.

C'est le système montré par Pircarre.

Facile, efficace, adopté.

04 oct. 2012
0

Cela fonctionne bien jusqu'à une certaine taille de GV. Au-delà, il devient difficile de mettre assez de tension dans cette bosse unique pour étarquer correctement guindant et bordure.

04 oct. 2012
0

Tout à fait.

Sur BM, 45m2 ça fonctionne bien très confortable et si rapide, sécurité optimale

04 oct. 2012
0

Bon, j'ai toujours pas ma réponse ou bien j'ai pas tout compris. Je récapépète depuis l'bédut.

Je prends un ris puis deux, et soyons fous, trois. J'ai donc descendu ma GV d'une bonne longueur. Une telle quantité de coulisseaux ne peuvent pas stationner entre l'oeil d'amure et le vit-de-mulet sans être dégagés de la ralingue.

Or donc, palsambleu et corne de bouc, quand on renvoie de la toile, comment qu'c'est-y que les coulisseaux remontent-ils tous seuls dans la ralingue sans que je doive retourner au pied de mat, tout automatique que soit le système?

Y a un secret ou les prises de ris automatiques ne le sont que dans un sens? Et encore, j'ai du mal à croire qu'en prenant un ris ou plusieurs depuis le cockpit, les coulisseaux sortent tous tout seuls de la ralingue.

04 oct. 2012
0

Sur BM c'est sur un rail, les chariots restent en bas, aucun souci pour les renvoyer

04 oct. 2012
0

confirme ma demande de façon claire, intelligente et détaillée...
ce qu'un âne sur son bateau avait beaucoup de mal à exprimer
Mes oreilles sont suffisamment grandes pour "écouter " (lire ) vos réponses !!

04 oct. 201204 oct. 2012
0

<>

Je n'ai pas ce problème. Chez moi ce sont des charriots sur un rail. Les charriots s'accumulent au-dessus du vit-de-mulet. Il y a assez de distance entre les charriots pour que je puisse ramener le point d'amure de chaque ris à un des deux crochets sur le vit-de-mulet.

Je soupçonne que la différence, c'est qu'il y a proportionnellement bien moins de charriots que de coulisseaux.

04 oct. 2012
0

il s'agit bien du dernier post de CHTIT LUMA
pour moi ce sera le bonnet d'âne!

04 oct. 2012
0

sur l'aquila, les coulisseaux ne sortent pas du mat, ils "s'empilent" vers le bas et sont prêts à remonter dans le mat.

04 oct. 201204 oct. 2012
0

et en lisant un autre post, j'ai trouvé ceci

cata.iroquois.free.fr[...]to.html

avec des photos....

05 oct. 2012
0

Je ne comprends pas tout, mais j'apprends un tas de choses.
Sur ma GV, je n'ai que deux ris à prendre, les bosses sont à poste sur la GV, vont à l'extrémité de la bôme sur des réas intégrés à la bôme, puis, dans la bôme, vont passer dans des cames en alu placés sous celle-ci, avant le vit de mulet. De là, j'étarque la bosse voulue après avoir bien sûr détendu le hâle-bas et mâté un peu la bôme avec la balancine. J'étarque avec le winch placé, hélas, latéralement, ça frotte mais tant pis. Je bloque avec la came sur la bôme et je remonte la GV après avoir vérifié que l'anneau correspondant à mon ris est bien resté dans son crochet..
Bien sûr, les coulisseaux m'agacent "un peu", et j'ai une espèce d'obturation coulissante qui me les fait sortir de la gorge du mât. Ca dégueule, mais bon, j'essaie de capeler ce qui dépasse de GV avec un élastique blocable passé entre l'anneau de prise de ris côté mât et la bôme.
Ensuite, je ferle avec les garcettes.
Mais je n'ai pas vraiment de problème, pourtant je suis un peu néophyte, avec la bordure qui se retrouve étarquée à mort...
Par contre, si j'oublie de remettre l'obturateur blocable qui empèche les coulisseaux de sortir, là, il faut que je largue un peu la GV pour les remettre.
Et je ne pense pas avoir une prise de ris "automatique".
Tout se fait au pied de mât.

Mes 10 centimes.

05 oct. 2012
0

Sur un petit bateau (disons jusqu’à 9/10m), il est souvent possible d’étarquer la bordure sans le concours du winch, à condition que l’écoute et le hale-bas soient parfaitement libres. Et même le concours de la balancine n’est la plupart du temps pas nécessaire, d’ailleurs certains bateaux sportifs n’en sont pas équipés, pas plus que de hale-bas rigides.
Quand aux coulisseaux, il est également souvent possible de les « oublier » en remplaçant le croc d’amure par un transfilage textile muni d’un mousqueton, qui permet de rehausser le point d’amure et donc de permettre de crocher l’amure en gardant les coulisseaux à leur place. A voir en fonction de la configuration de ton bateau.
;-)

05 oct. 2012
0

Quand je dis que l'on peut étarquer la bordure sans le concours du winch, je voulais dire surtout "sans la manivelle".

05 oct. 2012
0

je pense que ta langue a fourcher sur la taille du bateau, sur mon 8,5, pour étarquer c'est winch et manivelle sinon c'est guindant à alvéole; en général, qd ça piaule, plus on a d'aide et mieux ça vaut :lavache:
qt à "10 centimes", les garcettes, à part le 1er ris, pour les autres il vaut mieux oublier, faire l'équilibriste ne sert à rien, de plus il suffit d'en oublier une pour déchirer la gv qd on peut lacher un ris :doc:
JL.C

05 oct. 201216 juin 2020
0

Comme j'ai tout en pied de mât et comme les oreilles de chien s'accrochent facilement mais se décrochent encore plus facilement, j'ai modifié les crocs de ris.

Je les ai couper et fait souder des mousquetons.

Comme les années se font de plus en plus sentir, j'ai viré le winch N° 6 et l'ai remplcé par un ST 16. Coséquence: meilleur étarquage de la drisse et j'ai une main (de plus :mdr:) pour me tenir.

Même canote que simbad.

05 oct. 2012
0

il y a belle burette que je modifiais mes crocs de ris comme ça ......
il y a aussi les ris irlandais le probleme c'est qu'on ne les prends qu'une fois
sur mon boat j'ai une bosse sur le guindant par ris avec un renvoi sur bloqueur ainsi q'une d'etarquage sur la chute par ris avec bloqueurs evidement ça me fait 6 bloqueurs au cokpit
mais c'est d'une facilité deconcertante quand on a fait des reperes sur la drisse de gv .
alain

05 oct. 2012
0

Merci pour ces réponses instructives, tant pour tous que pour ma petite "chapelle".
l'expression mes 10 centimes étaient pour apporter un peu d'eau au sujet des coulisseaux, mais tout dépend du mât que l'on a, si on a rail et coulisseaux ou seulement rails, etc.

05 oct. 2012
0

A Thierry0809,

Tu peux effectivement rencontré un problème pour étarquer ta bordure sur un système de prise de ris auto, type Selden par exemple.

Pour y remédier il faut reculer l'amarrage de ta bosse de ris sur la bôme.

A+ Sergio
sergeetdomi.blog4ever.com[...]15.html

05 oct. 201216 juin 2020
0

ci joint 2 schémas:
Sparcraft :bosses à l'intérieur de la bôme
Ris auto : bosses à l'extérieur de la Bôme
Sur mon Maldives, au début j'avais mis des réas extérieurs devant et derrière, deux simples d'un côté de la bôme et deux doubles de l'autre côté (3 ris).
A l'avant, avec les bords verticaux de la ferrure de la bôme, pas de problème.
A l'arrière, l'arrondi de la bôme faisait que les bosses en tensions avaient un mauvais angles et bouffaient les réas.
Après discussion avec le gréeur, j'ai fait percer deux lumières au dessus de la ferrure de bôme, ce qui permettait le passage des bosses des deux premiers ris selon la méthode sparcraft.
Comme la ferrure de bôme n'était pas assez large pour un troisième trou, le bas ris passait par des réas extérieurs. Pas tout à fait idéal, mais très satisfaisant quand même. Comme, le 3è ris servait peu souvent, les risque d'usure sur les réas extétieurs était limités.
Les bosses en dyneema étaient en 8mm sur la partie en tension une fois chaque ris pris et en 6mm sur la partie "messager", avec raccord en queue de rat.
Evidemment, repères sur la drisse.
Au résultat, des prises de ris très rapides du cockpit, donc très faciles et sécurisantes.
Malgré 1 charriot de têtière, 5 de lattes et 3 intermédiaires, mes oeillets de ris arrivaient pile au niveau pour être plaqués sur la bôme.

10 oct. 2012
0

Dans le VV d'octobre, il y a un article sur les prises de ris avec schémas et conseils divers.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

 Ty arc en ciel au pays du Ty punch

Après la pluie...

  • 4.5 (108)

Ty arc en ciel au pays du Ty punch

mars 2021