premiere sortie et photo du Creekmore Junk

Après un convoyage de miami qui n'etait pas forcement du plaisir j'ai convié 4 personnes a venir essayer le bateau samedi devant Port-louis. Le J-C a hate de l'essayer car il est le plus septique concernant ce type de gréement...
2 petite heures de nav par un vent de 10 à 12 noeuds les ont convaincus unanimement!après plusieurs virements, empanages et prises de cap bord sur bord voici leurs réactions a l'arrivée au port: " Blazé!" "Je suis sur l 'cul" "Super gréement..." "j'aurais jammais cru!" etc ... Comme quoi, lorsqu'on a pas pratiqué on se fait souvent des fausses idées.

L'équipage
08 mai 2011
0

merçi belles images !et tes mats ils sont en alu brut?

08 mai 201116 juin 2020
0

Superbe !!!
Tu as un gréement hyper fiable que tu peux utiliser longtemps, tout autour du monde ... Si un jour tu veux plus de performances (au près surtout)et que tes voiles commencent à vieillir, tu passes au voiles avec cambrure de chaque panneau et tu as là une bombe, pratique, efficace, pas chère, performante etc...

08 mai 2011
0

merci pour ces quelques photos.
pourrais-tu nous en dire plus quand aux perfs, nbrs de degrés entre deux bord de prés ? vitesse selon allure ? poids du bateau ? surface de voile ?

08 mai 2011
0

Il a l'air bien sympa ce bateau :-)

08 mai 2011
0

oui, les mats sont alu, le mat de misaine a une inclinaison importante d'environ 14°
On arrive dans de bonne conditions a faire des bords inferieur a 100° . pendant cette sortie on a meusuré 110° environ.
pour nrs, c'est quoi comme bateau sur ta photo avec les voiles bleues? super couleur en tous cas
bon vent

08 mai 201116 juin 2020
0

C'est une goélette norvégienne en ferro ciment, du groupe de fanatiques du gréement de jonque de Stavanger ... tous les détails des voiles dans le PDF joint.
Tout pour ces voilures fantastiques est gratuitement disponible .... en anglais :jelaferme: :jelaferme: :jelaferme:


09 mai 201116 juin 2020
0

Enfin des infos réelles sur ce gréement quasiment parfait, sauf qu’il n’est pas issu de la tradition européenne ce qui le pénalise lourdement en terme d’image. Il a aussi l’avantage de ne pas exiger de haubanage et d’équipement industriel coûteux comme des enrouleurs et autres winchs. La mat peuvent être en bois. Le Yachting de haute volée, avec Y majuscule, ne peut se reconnaître dans ce type de gréement et le dévalorise par son mépris à son égard, lui donnant une image de tour du mondiste inpécunieuux. On oppose souvent la piètre remontée au vent ce type de voile, Lebigor vient de montrer le contraire avec des performances au moins égale à un gréement standard. En fait on oublie souvent que la remontée au vent est aussi fonction du plan de dérive. Ainsi on peut voir sur ces images on projet de jonque grand voyage en version quille à bulbe qui n’a rien à envier aux bateaux rapides du moment. Il y a même une version bi quille.

09 mai 2011
0

Tout à fait vrai !!! Le gréement de jonque est très, trop souvent monté sur des carènes ...improbables, médiocres mais exotiques et qui seraient nullissimes avec tout types de gréement ... :bravo:

09 mai 2011
0

Je serais curieux d'essayer un truc pareil un jour.
cela-dit, relativisons un peu, si c'était si performant j'imagine qu'on en verrait un peu plus en régate, transat et autre course...

09 mai 2011
0

Question de définition de la notion de performance : si en équipage réduit, on mesure la facilité de réduction de voilure, de manœuvre, la sécurité du gréement auto porté, l'économie ... La Jonque moderne sera surement très, très bien placée ... :pecheur:

0

oui surement ,si on en vois pas plus c'est pas parce que c'est mauvais mais parce que les plaisanciers sont tres peu versé pour l'innovation, il n'y a qu'a voir le design des bateaux modernes :tous pareils !un profane ne peux pas faire de difference entre un beneteau ,un hanse;un bavaria ou un elan ! pour moluva :c'est pas un greement de regate mais un greement de croisiere plaisir !quoique !les nouveaux swing rig et compagnies me semble tres performant dans la facilité
petite question :a t'on vu un adepte de la voile de jonque revenir au greement classique ?

0

Je ne pense pas Moluva que ce beau monde s’intéresse à ce gréement qui sera de toute façon hors jauge. Mon avis c’est qu’ils sont tellement persuadé qu’ils détiennent la vérité et que seul les européens sont capable d’élaborer des techniques les plus performantes en voile et dans d’autres domaines aussi d’ailleurs qu’il ne regardent même pas ce qui se passe ailleurs. Pourtant progressivement on vient à ce type de voiles pour des bateaux ultra rapide comme ces ailes rigides qui en sont extrêmement proches. Elle ont cependant l’inconvénient de pas pour voir s’affaler comme une voile de jonque et ne sont pas réglables « bambou par bambou ». Des variantes sont mises en œuvre avec un simple doublement de la voile autour du mat de façon à créer une voile épaisse. Il y aussi dans le pacifique des voiles mises au point par des générations des navigateurs polynésien comme le voiles « pince de crabe » qui ont un meilleur rendement qu’une voile occidentale. Et dans tous les cas la technologie appliquée c’est des bouts de bois, du cordage ( ex fibre de bourre de noix de coco tressée), et de la toile (ex nattes en fibre locale tressée). En utilisant ce qu’il y a dans le jardin « derrière la maison » les peuples ont intelligemment réalisé des gréements performants avec de simples moyens et ceux-ci les ont mené plus loin que les européens. Les Polynésiens ont traversé le Pacifique en tout sens, les jonque de du général Zeng Hué sont remonté jusqu’en Mer Rouge et c’était un armada de centaines de bateaux énormes. Des jonques pratiquaient le commerce dans toute l’Asie et devaient affronter des temps de mousson et remontaient au vent grâces à leur dérives centrales ou latérales pour certainement. Donc je suis un fana de ce type de gréement. Pour un bateau de grand voyage il est parfait. Il se construit a peut de frais, il entretien facilement, il se répares avec les moyens du bord.

09 mai 2011
0

bonsoir ,
wally va sortir un 50 pieds avec un mat aile autoporté ,tous les chantiers vont courrir derriere et proposer le leur , pour vendre il faut innover ,ça fait des années que l'on tourne ne rond :grement en tete?7/8EME EXT...mais toujours avec pas mal d'accastillage
autour pour maitriser deux bouts de tissus . les grement innovants a wisbone,aerorig, cat boat ,jonque ou phares carrés ,restent du domaine de la marginalité ,quel dommage ,les anglais sont plus novateurs que les français dans ce domaine .
perso j'ai franchi le pas avec mon petit cata et le prochain voilier sera un monocoque
avec mat autoporté .....
alain

09 mai 2011
0

Le bateau et le gréement ont une gueule d’enfer.

Mais j’ajouterai un bémol par rapport à l’enthousiasme général ,pour ce qui concerne les performances.
Je ne demande qu’à croire que ce type de gréement soit performant, et même quasiment idéal selon certains.

Mais je voudrais juste qu’on m’explique pourquoi, puisque ces gréements sont si performants, on ne les voit pas en course.
Il ne s’agit pas d’un problème de jauge, puisque sur des bateaux comme les imocas, les minis ou d’autres, pratiquement toutes les innovations sont permises.
Il ne s’agit pas non plus du poids de la tradition, car chacun sait que l’imagination des coureurs et des architectes est sans limite dès lors qu’il s’agit d’aller plus vite, et qu’ils se contrefoutent de la tradition.

Alors pourquoi ?
Ne serait ce pas parce que ce type de gréement présenterait un déficit en terme de performance ?

Par contre, et là je rejoins l’avis de l’ensemble des intervenants, on peut certainement regretter de ne pas voir d’avantage de bateaux de croisières grées de la sorte, ça changerait de la monotonie ambiante, et, à priori il y aurait pas d’avantages du point de vue de la facilité, sans compter un accastillage réduit.

0

performance ,performance !et la facilité ,la securité,la beauté,la simplicité? :tesur:

09 mai 2011
0

Spécificité bien de chez nous : on prend un bateau "performant" avec un gréement "performant" et on lui rajoute des tonnes d'équipements "indispensables" à la croisière.
La "bête" de course devient un baquet mais permet de regarder de haut les "vrais" bateau de croisière conçus pour ... avec un gréement simple, facile, sûr (on prend un ris d'une seule main, l'autre est pour le verre que l'on sirote tranquillement), économique ... :acheval: :acheval: :acheval:

0

c'est comme ça ,qu'avec mon southerly 105 affuté avec helice repliable ,j'ai doublé au portant par force 3 un sun odissey 43 ds hyper chargé :-D

09 mai 201116 juin 2020
0

Bonsoir, ces Dunkerkois sont à la mode. Pour ma part, j'ai déjà la coque mais perdu la photo :langue2: et comme dit plus haut, les jonques sont allées bien loin, c'est comme leur godille.

09 mai 2011
0

question:comment on fait pour supprimer des doublons?

10 mai 201110 mai 2011
0

Nossi : Il s'agit d'un "Badger" plan de Jay Benford (www.benford.us[...]ex.html ). Une coque de doris qui est une merveille de simplicité. Associée à ce gréement et si on n'a pas deux mains gauches, c'est la garantie de ne dépendre que de soi-même et à bon marché...

10 mai 2011
0

Je comprends tout à fait vos points de vue sur la facilité, la beauté, la simplicité, etc., comme le dit Pierre2, ou l’agrément de vie à bord qu’évoque Nrs.

Mais toi même Nrs, tu as aussi évoqué les performances de ces bateaux en parlant de « bombe », et c’est là que je m’interroge.
Pourquoi cette voie n’a jamais été exploitée en course ? Et je le répète, dans ce domaine, le poids de la tradition n’y est pour rien.

Alors que ces gréements soient parfaitement adaptés à la croisière, j’en conviens. Pour le reste je suis dubitatif…mais ça ne me gênerait nullement qu’on me prouve le contraire, sutout que, comme je l'ai dit plus haut, je trouve qu'ils ont beaucoup d'allures.

10 mai 2011
0

Une "bombe" pour un voilier est intrinsèquement relatif, un Open 60' et même BMW-Oracle, ça va finalement pas très vite ... :langue2:

Je voulais simplement préciser que les variantes "modernes" du gréement de jonque ("cambered panels et/ou "split wing") tiennent facilement la comparaison avec un voilier a carène équivalente gréé en bermudien ... (Poppy à la Round The Island Race 2008). Ils parviennent même à "sauver" leur tête face aux concurrents équipés de spi ...
Il est cependant évident que ce gréement ne permet pas de gréer les : Symétriques, Assymétriques, Code 0, 1, 5 ... gennakers, reachers et autres (couteuses) joyeusetés !!!
La régate de haut niveau, c'est pas pour eux. Par contre un pourcentage important de plaisanciers moyens (croisière et occasionnelles régates de club) y trouverait très largement son compte en rapport coût/plaisir-performance ! Mais (il y a toujours un mais :-() il faut TOUT faire soi même car il n'y a que de très rares artisans voilier qui acceptent de proposer leurs services : pas de marché :goodbye:

10 mai 2011
0

La raison essentielle est l'impossibilité de porter d'immenses voiles légères type spi. Si on limitait les bateaux de course à GV + génois moyen (comme font la majorité des plaisanciers en croisière), la jonque aurait ses chances...

10 mai 201116 juin 2020
0

Avez-vous lu ce livre. Joshua Slocum construit ce bateau après le naufrage de son 3 mats dans le sud de l’Amérique. Il remonte les cotes américaines jusqu’au US en compagnie de sa femme de ses deux fils. Son expérience de la mer lui a fait choisir ce gréement de jonque à 3 mats sur une embarcation de 11m construite de ses mains.

10 mai 2011
0

Excellent livre, réédité récemment !
Mais là… on touche aux icônes ! Faire une jonque, sur une côte quasi déserte du Brésil, avec des bouts dépaves d'un trois mats de commerce (le sien), avec du bois local et de l'huile de coude… pour rentrer chez lui, tout simplement avec femme et enfants !
C'est cette aventure qui lui a inspiré son tour du monde…

10 mai 201110 mai 2011
0

Un résumé de l'aventure vécu par Joshua Slocum sur le Libertade:
lorenzo.heoblog.com[...]dex.php


Pour les Wally, j'attends de voir.
ce ne serait pas le premier effet d'annonce,
et j'ai entendu dite que la voilure Omer n'était pas encore au point.

Ce sont surtout les ailes rigides qui vont servir de formidable tremplin pour les voilures plus ou moins épaisses.
Les voilures "exotiques", comme les jonques, pourraient profiter en France de cet engouement.


La voilure de jonque n'est sans doute pas suffisamment performante pour la compétition.
Au rayon croisière, la simplicité et la facilité absolues de cette voilure aurait du lui faire connaitre un bien meilleur succès.

0

j'ai vu la photo du wally avec son aile ,ça ressemble a un swing wind rig amelioré !

10 mai 2011
0

Voilà l'effet d'annonces possible.
Cet article commence à dater et je m'autorise à douter.

Suffit de voir le nombre de projets tombés à l'eau, concernant les voiles épaisses


Pour ces Wally le chantier utiliserait le principe de 'L'Omer wing.
Une aile à profil épais sur toute la largeur.
Peu de points communs donc avec la voilure Swing.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Encore la pluie...

Après la pluie...

  • 4.5 (162)

Encore la pluie...

mars 2021