Pourquoi un antifouling

Bonjour à tous.
Me voici nouveau proprio d'un bateau. Cruiser tempatation 26.5 édition 89. Dans l'ensemble, il est en bonne état si ce n'est pas de son antifouling qui est pratiquement disparut à certain endroit. Rendu où j'en suis je pose la question si je me retape un nouveau antifouling ou j'enlève ce qui en reste?

Quelle est l'utilisation d'un antifouling sur un cruiser? Moin d'algue à la sortit de l'eau, plus facile pour le nettoyage? que ça???

merci d'avance

L'équipage
27 sept. 2006
27 sept. 2006
0

Essaye sans, et tu comprendra vite à quoi ça sert...
Et fais pareil pour l'entretien de ton bateau, c'est à dire ne fait rien, et tu verras vite l'effet...
Ta question est assez affolante.
Jacques

27 sept. 2006
0

Sortir de l'eau ?
ça dépend combien de temps il passe hors de l'eau. S'il est sorti au sec après chaque usage, on peut se passer parfois d'antifouling.

27 sept. 2006
0

Pratique courante
pour les bateaux à moteur qui ne sortent que les dimanches et passent la semaine sur leurs remorques : pas d'antifouling !

[color=blue]_/)[/color]

27 sept. 2006
0

antifouling ou plonger !
Si plonger et gratter avant chaque sortie ne te dérange pas, tu peux te passer d'antifouling.

Moi c'est ce que je fais ... j'adore l'eau donc ce n'est pas une corvé et puis l'hiver ca pousse moins vite.

Si tu sors tout le temps, compte pour l'été une fois toute les semaines/15 jours, l'hiver une fois pas mois.

Ca me prend 3 heures a bardoter (bon j'ai 3 coques ca aide pas) :-)

27 sept. 2006
0

Un cas concret ...
Un ateau sorti de l'eau toute l'année dans le midi de la France, sauf usage de 5 semaines en été, 2 semaines à Paques, 2 semaines en hiver ... antifouling quasi inutile : il a duré 5 ans, à la fin il n'y en avait plus, et pas de dépôts notable.

A chaque sortie d'eau, pendant quelques semaines au sec, les petits organismes déposés sèchent, meurent et tombent tout seuls. Après 5 ans, carène propre , prète à recevoir une couche neuve sans rien gratter.

28 sept. 2006
0

Donc rien que pour le nettoyage...
Merci de répondre c'est apprécié.

@ Jacques : Allons svp n'exagère rien l'ami. Il n'est pas question de faire les coins rond concernant l'entretient du bateau. Pour ce qui reste de l'antifouling ce ne sera probablement pas très long enlever ce qui reste. Alors je me renseigne sur les bien fait de celui-ci.

Le bâteau est à l'eau +/- fin avril à +/- sept ou octobre max (vive le Québec). Il est à la marina et ne sort de l'eau que si je voyage en direction d'un lac en particulier.

Dans mon entourage je suis le seul à avoir un antifouling. Les autres nettoyent la coque à l'acide muriatique et eau à haute pression sans plus. Il n'y a pas énormément d'huile de coude exigé pour ce travail. Alors...

Est-ce vrai que l'antifouling augmente la duré de vie de la coque (reduirait le taux d'humidité)???

Est-ce vrai qu'il fait perdre en puissance et par le fait même en vitesse sous prétexte qu'il offre une résistance non négligable à l'eau contrairement à texture lisse du gelcoat???

28 sept. 2006
0

protection et vitesse ?
L'antifouling ne protège pas vraiment la coque de l'humidité ... il vaut mieux compter sur un traitement époxy pour cet objectif . Plus efficace et plus durable.

La perte de vitesse: il y a des antifouling pour la régate qui sont pas mal, au téflon et autres anti-adhérents. Certains régatiers utilisent un antifouling dur et le poncent avant la régate pour avoir un poli adéquat.

Enfin, en hydraudynamique on peut montrer qu'une surface très légèrement dépolie peut avoir un coefficient de frottement dans l'eau plus faible qu'une surface miroir. Cela dépend aussi de la nature du matériau en surface, hydrophile ou hydrophobe.

28 sept. 2006
0

Donc, j'étais bien le seul à avoir bien compris qu'un 27' ne restait pas sur sa remorque
Et donc, je peux redire que 5 ou 6 mois à l'eau sans antifouling produit un résultat assez amusant. Je suis surpris de ton exemple. Il arrive que des eaux très acides permettent d'éviter l'antifouling (c'est par exemple le cas de Port Miou à Cassis), mais c'est rare, et dès que tu es dans un mouillage t'es mort.
Je ne vois pas comment tu peux nettoyer ta coque à l'acide sans le sortir de l'eau. Et si tu dois le faire, alors autant poser un antifouling. Clairement, l'antifouling ne sert qu'à une chose, éviter les algues et les coquillages. Cela ne sert à rien contre l'humidité. Cela n'améliore jamais la glisse par rapport au gel-coat. Il ne fait pas perdre grand chose s'il est bien passé.

28 sept. 2006
0

Je dis peut être une con...
Mais j'ai qqes souvenir qui me disent que la trainée d'un profil dans un fluide (une coque dans l'eau) depend du nombre de Reinolds.
Donc de l'etat de surface exclusivement, la matiere n'aurait aucune importance.

As t'on deja vu un avion recouvert de Teflon ???

En fait les anti fouling Teflon serait un super truc commercial, bref un piege a c....

Bon ça va c'est aussi ce que je mets.

28 sept. 2006
0

Je suis pas certains que ton approche soit juste.
Je ne vais pas trop me mouiller car Reynolds et cie c'est situé assez bas dans la pile de mon cerveau, il va falloir un peu de temps pour que cela remonte.

Mais dans ton exemple rien ne permet de dire si en passant d'un materiau a l'autre tu conserves un etat de surface identique.
Donc la difference vient de l'etat de surface ou du materiau ?????

Après sur un bateau notre probleme vient de la couche limite, cette couche d'eau qui reste accroché a la coque et que l'on deplace avec nous.

A l'interieur de cette couche limite il y a egalement des forces de frottement qui dependent de la rugosité (donc de l'etat de surface)

La couche limite ne reste pas bien longtemps nickel car l'ecoulement ne reste pas laminaire.
Le decrochage lui se produit lorsque le Nombre de reynolds devient trop elevé (fonction la vitesse, la fluidité du fluide, la longueur de la paroi).

Le truc de la surface depolie est basé sur l'idée de maitriser (provoquer) le decrochement de la couche limite, mais bon la c'est complexe ...

Un truc certains il ne faut pas depolir les apendices, cela reduit trop leur portance.

A aucun moment je vois ou le materiau pourrait jouer, (dans l'hypothese d'arriver a un etat de surface similaire)

Après par simple observation je n'ai jamais vu dans des series olympiques

(les gars naviguent près de 300 j par an et sont payés pour cela, donc pas de discussion possible sur le niveau)

des bateaux qui pouvaient être sortie de l'eau revêtus d'antifouling, si avec un antifouling c'etait plus efficace ils en mettraient.
De plus j'ai plutôt vu des gars lustré des coques que les poncer.

Même au tdf a la voile certains (plutôt premier) y allaient sans antifouling et plongeaient chaque jours avant le depart pour passer la carene au papier à l'eau.

personnelement je reste convaincu que l'ideal c'est une carene la plus nickel possible.
Et après même si il y avait un ecart entre une carene nickel avec un antifouling lambda et un teflon, je pense que cet ecart serait bien moindre que d'avoir un passe coque de plus ou une passe coque de plus.

Cela ne m'empèche pas de naviguer avec des antifouling Teflon, qui ont l'avantage de se salir plus vite, mais avec une saleté qui n'accroche pas, donc un coup d'eponge et c'est clean.

28 sept. 2006
0

A l'eau
Il me semble que sur les balles de golf c'est surtout pour leur donner la possibilité d'aller droit que l'on crée un ecoulement turbulent a l'aide des alveoles.

Dennis Conner je ne veux même en entendre parler !!!!

Contre exemple, a la coupe du monde 2006 les gardiens de foot se plaignaient de la vitesse et des trajectoires instables des ballons enmployés.
(Plus lisse)

PS : J'aime pas le foot

28 sept. 2006
0

non, on les ennuie pas,
au contraire, ce ton "antidocte" est plutôt clair, et en peu de mots on saisit le problème. C'est un des intérèts de ce forum.

28 sept. 2006
0

et moi il me semble
avoir compris que le bateau est au Québec, et donc que la t°C des eaux ne facilite pas une prolifération phénoménale des algues ... Mais bon, je ne prétends pas avoir raison à tout prix, ça me semble juste être un élément à prendre en compte avant de répondre ... amha, bien sûr ;-)

28 sept. 2006
0

la glisse ...
A propos de glisse: je ne suis pas certain mais il faudrait vérifer, les antifouling au téflon posés au pistolet pourraient être meilleurs que le gelcoat nu de ce point de vue. Pas à cause de l'état de surface (identique), mais à cause de la nature chimique du revêtement.

J'ai utilisé du VC17m au Téflon© posé ainsi sur un bateau de régate, le "toucher" de carène est étonnant, ça ressemble à une poele Téfal neuve ;-)

28 sept. 2006
0

coefficient de frottement ...
le coefficient de frottement, ça dépend drôlement du matériau de la surface et du liquide. Prends un plan incliné de 20 à 45°, pose une goutte d'eau dessus et regarde comment elle roule vers le bas et à quelle vitesse. Avec la même pente passe du verre au téflon, au plastique, etc ... Surprenant.

Comme dit deux fois déjà plus haut dans le fil, à matériau égal une surface dépolie est meilleure en frottement qu'une surface lisse, car elle crée un film d'eau cisaillé à l'interface. Et pour les planeurs on va jusqu'à mettre sur le bord d'attaque un fil en surépaisseur pour créer cette couche limite turbulente.

La friction entre un solide et un liquide est vraiment un domaine ou rien n'est ni simple ni intuitif.

Evidemment, ça ouvre des perspectives aux vendeurs de rêve :-D

28 sept. 2006
0

deux contre-exemples
mais c'est pour pinailler:

les balles de golf ne sont pas lisses mais alvéolées.

Denis Conner avait fait recouvrir la carène d'un de ses bateaux pour l'américa's cuo d'un adhesif imitant la peau de requin.

28 sept. 2006
0

zephyr ...
Bien entendu il faut séparer le pratique du théorique, et que les gars en régate préfèrent un gelcoat nu est clair, et il y a plein de bonnes raisons à cela, notamment qu'il est difficile de reproduire un état de surface quand on ajoute une couche "à la main" sur un parking de slip de mise à l'eau.

Pour le théorique, ce qui fait que le matériau compte beaucoup, ce sont entre autre les interactions de Van der Vaals (électrostatiques) entre le liquide et le solide. La tension interfaciale (la différence de tension de surface entre le liquide et le solide) va changer beaucoup le coefficient de frottement. Une surface traitée hydrophobe (qui repousse l'eau) aura un coefficient de frottement plus faible qu'une surface traité hydrophile (qui attire l'eau).

On sait même faire actuellement des surface qui ont une propriété de frottement anisotrope: plus glissant dans une direction et moins glisant dans une direction perpendiculaire (surface idéalement lisse evidemment). Cette anisotropie serait amusante à utiliser sur un safran: trsè glissant pour la direction des filets, et moins glissant dans la direction perpendiculaire, pour minimiser la turbulence en bout de pelle ;-)

Mais bon, on va ennuyer les potes qui nous lisent :reflechi:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

parapluie de Cherbourg aux Hébrides

Après la pluie...

  • 4.5 (195)

parapluie de Cherbourg aux Hébrides

mars 2021