Pourquoi se munir d'un greement de trinquette ..

Bonjour à Tous,
.
Souvent envisagé par des amis du forum, ma question est dans le titre.
Généralement installée sur emmagasineur de nos jours, soit du tout ou rien, et en tenant compte des progrès des voileries et enrouleurs focs/génois depuis pas mal d'années, si pas une priorité en surface de la GV, pourquoi l'envisager sur des unités de 10/11 M maximum sauf à envisager des navigations très au large ?
Un Storm Bag ne ferait pas meilleure affaire ?
Sans compter d'envisager des bastaques volantes...
.
A vous lire,

L'équipage
07 juil. 2016
07 juil. 2016
6

Me concernant : rien ne vaut une petite voile d'avant solidement endraillee sur un étai largable, en tissu de plus de 300 gr et avec une bande de ris.

Au près, un enrouleur est surtout en emmagasineur, par brise.

07 juil. 2016
0

La trinquette c'est ce qui permet de continuer à faire route au près sans coucher le bateau. Je m'en sert à partir de 25/30 n réel. Le génois sur enrouleur est une catastrophe au près par fort vent.
La question qu'il faudrait plutôt se poser surtout en med c'est à quoi sert un génois si on a un gennaker/code 0 sur emmagasineur que l'on peut garder jusqu'à 20 n?
A mon avis il peut être avantageusement remplacé par un yankee sur l'enrouleur, on garde une trinquette de brise sur étai largable, et bien sûr un tourmentin pour les cas les plus graves.

07 juil. 2016
1

Un code 0 par 20 noeuds. Il doit être fameusement solide et ses ancrages, drisse et autres doivent aussi plus que costauds surtout si on serre le vent avec.
.
pour répondre à la question, tout est une question de bassin de nav'.
En Med, ça présente un intérêt.
Dans le Nord, là où la météo à 24 - 48 h est presqu'aussi prévisible que l'horaire du train, c'est moins évident... à moins d'aimer particulièrement ce genre de nav'.
ce qui m'interpelle plus, c'est qu'à l'âge moyen du plaisancier (55 +, voire 60 si j'ai bien compris) et vu que la plupart naviguent en équipage réduit, familial ou solo, je m'imagine assez mal aller jouer les acrobates à l'avant pour installer le bazar que le bateau fait des bonds et est rincé. Certains sont certainement très capables de le faire mais je doute que ce soit la moyenne.

07 juil. 2016
1

dans le nord nous avons du courant, pour faire route à partir de f5 les degrés gagnés contre le courant comptent double... du coup une trinquette est utile plutot qu'un génois partiellement roulé...

07 juil. 2016
0

Si 20 n au portant c'est la limite avec le gennaker 67 m2 ; greement ketch, pas d'artimon eventuellement 1ris dans la Grand voile; il est installe sur bout dehors et retour au cockpit pour le rentrer. A 20 n faut une main sur l'ecoute et un oeil sur le barreur pour eviter les departs au lof

07 juil. 2016
0

Nous avons fait installer un étai largable (en tête ou presque) sur notre Sun Light 30 PTE. Le GSE fait 35 m2.
Nous avons récupéré une voile d'avant de 14m2, avec mousquetons, qui va bien sur l'étai, le point d'écoute arrive juste au niveau du mât.
Je l'ai essayé par 20 nœuds, avec la GV 1 ris... très agréable... je n'ai pas encore évalué le gain en cap mais en vitesse il n'y a pas de perte, en confort le gain est net.
Le seul bémol est le grammage de cette voile qui provient d'un bateau plus petit,un peu léger, mais comme on nous l'a donné...

07 juil. 2016
1

La trinquette...

08 juil. 2016
1

La trinquette ou équivalent n'est pas du tout en rapport avec une navigation au large mais avec la force du vent et ses conséquences sur l'équilibre et l'efficacité vélique.
Et en outre les conditions sont souvent d'autant plus mauvaises qu'on est près d'une côte dont il faut alors absolument pouvoir se dégager. Avant les enrouleurs on changeait de voilure sans se poser de question car il fallait bien s'adapter au vent. Les systèmes d'enroulement sont pratiques mais ne changent en rien les fondamentaux de l'aérodynamique vélique: Une voile du temps bien placée et bien règlée sera toujours nettement supérieure à l'utilisation d'une voile qui n'est plus du tout adaptée au vent en cours avec en plus un centre vélique alors beaucoup trop haut.
Tout cela redeviendrait évident pour vous si vous décidiez de faire le montage nécessaire.
Perso sur mon 11m DI acier le génois et la trinquette sont sur enrouleur et la trinquette est devenu la voile de base,
utilisée en premier, enroulée en dernier pour alors ne laisser que le tourmentin (sur son propre étai larguable), en pratique jamais utilisé.

08 juil. 2016
1

Tu as raison sur la question d'équilibre vélique et de l'intérêt.
Comme je l'écrivais plus haut, le plaisancier moyen d'aujourd'hui est un retraité proche de la soixantaine. La plupart naviguent aujourd'hui en équipage très réduit (si pas en presque solo).
Avant les enrouleurs, on changeait certes de voile assez souvent. Mais à cette glorieuse époque, les bateaux de plaisance étaient souvent moins grands qu'aujourd'hui et menés par un équipage de plusieurs hommes dans la force de l'âge. Ces équipages là, de nos jours, on ne les voit plus qu'en régate.

08 juil. 2016
0

Une question subsidiaire d'un nostalgique des gréements fractionnés (on ne se refait pas!):

Certains ont-il essayé de moderniser avec succès sur leur yacht un gréement sur la base d'une sorte de yankee sur enrouleur associé à une trinquette également sur enrouleur voire à simple ris? Je n'arrive pas à aimer le génois à enrouleur (re-"on ne se refait pas!").

Et si oui sur la base de quel grammage ?

08 juil. 201608 juil. 2016
0

Un genois enroulé n'est généralement pas assez plat et d'un grammage trop faible.
Une trinquette bien réalisée donc très plate aura une performance bien meilleure dans la piaule. Elle doit permettre de faire un meilleur cap et de garder de la vitesse dans le gros temps. Apres cela reste le problème de savoir a quelle vitesse de vent on l'installe, 30, 35, 40 nds ?
Moi je n'en ai pas, mais j'en rêve!

08 juil. 2016
0

en anticipant la pose sur l'étai largable, voile attachée dans son sac il ne reste qu'à détacher le sac, en ayant trop attendu cela complique... l'affalage et attache dans des conditions mollissantes pose moins de soucis. Suivant les gouts deuxième enrouleur ou étai largable plus facile au quotidien pour les virements sous génois, chacun peut y trouver son compte.

08 juil. 201616 juin 2020
0

Merci pour vos premiers retours,
.
Il appartient à chacun de "sentir" son unité, et de l'équiper suivant son propre ressenti. Nous sommes d'accord.
.
Certains architectes privilégient une moindre surface avant, et d'autres, en me référant à cette unité prochainement présentée, équilibrent à quasi 50/50...
Et là, on voit bien que la fameuse trinquette représente quasi la moitié du génois... ce qui pourrait à mon sens la justifier. Mais c'est loin d'être une généralité.
.
Je tente de faire passer le document...


08 juil. 201616 juin 2020
0

Et en comparaison... Le nouveau DEHLER 34'.


08 juil. 2016
0

Une trinquette idéale également lorsque la mer est très formée en Med navigation bien plus confortable dans la houle croisée et lorsque cela piaule on prend en plus les baraques....j avoue beaucoup aimé

08 juil. 2016
0

Mon génois étant en fin de vie sur mon Selection, j'ai décidé d'expérimenter :
- grand gennaker sur enrouleur de génois (qui va fonctionner alors comme un emmagasineur)
- foc solent arisable avec un étais largable frappé 20 cm derrière l'enrouleur.

Ainsi, j'espère avoir toujours la voile du temps :
petit temps : gennaker
ça monte : solent
ça monte encore : solent un ris
ça monte encore et encore : tourmentin à la place du solent un ris.

Et là vous me dites : il va bien se marrer pour changer son solent pour le tourmentin. C'est vrai. C'est le point faible. Pour l'instant, je ne sais pas comment faire à part "quand faut y aller, faut y aller".
Autre point faible : dans le petit temps, je vais perdre 10° de cap au près du fait que le gennaker est moins efficace que le génois. Je me console avec la vitesse que je devrai avoir en plus !

C'est cornélien ces choix !

08 juil. 2016
0

Les systèmes larguables sont une raison supplémentaire de savoir anticiper assez l'évolution du vent et de la mer.
Aller se balader sur l'avant quand cela est dégradé n'est pas toujours plaisant. Il est vrai que quand on est habitué
à une voile d'avant sur enrouleur en sloop, on tarde souvent à faire le montage de l'étai larguable très génant pour les changements de bord. En fait il faut se décider une bonne fois à changer de façon de gérer les voiles. Encore faut-il être convaincu de l'intérêt de la formule cotre. Et la seule façon est de l'expérimenter en situation.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

lever  du  soleil  à la  Cala  Mongo Costa  Brava

Après la pluie...

  • 4.5 (92)

lever du soleil à la Cala Mongo Costa Brava

mars 2021