Pourquoi pas des ancres super lourdes ?

Hello,

En lisant divers échanges sur ce forum j'ai repéré quelques trucs qui me chiffonnent.
Récemment j'ai lu:
- un mouillage de 30m de chaîne pour 2m d'eau
- un petit tirant d'eau permet de mouiller dans des super spots au dessus du corail
- des sujets déplorant la surfréquentation de certains mouillages
- des disputes liées au rayon d'évitage non respecté
- des restrictions / interdictions de mouillage dans des endroits paradisiaques

Du coup je me demande pourquoi on n'utilise pas, sur les bateaux équipés de guindeaux électriques, des ancres super lourdes et des chaînes plus courtes ?
C'est peut être idiot ce que je dis, mais
- ça éviterait de raboter les patates de corail dans des endroits où on dit aux plongeurs de faire attention avec le bout de leurs palmes
- ça permettrait de caser plus de bateaux dans chaque crique
- ça réduirait le risque d'emmêler les chaînes ou de mouiller sur celle du voisin

??

L'équipage
27 août 2019
27 août 2019
6

La flagellation va suivre...

27 août 2019
0

avec un énorme grappin à neuf pointes acérées (pourquoi faire petit), ensuite repassage avec cablôt en acier 7x19 tout décommis et éffiloché

27 août 2019
5

candide...

Une ancre n'accroche pas par son poids... mais sa forme et sa surface une fois tirée horizontalement. Une grosse ancre peut être encombrante.
Pour tirer horizontalement on mouille 5-6 fois la hauteur entre le davier et le fond. donc pas 2m mais 3m50 à prendre en compte
Ensuite, une grande longueur de mouillage fait ce que l'on appelle l'effet "chaînette", ainsi le mouillage est plus confortable tant que la tension n'est pas maximum.

Enfin, avec 30-35nds de vents, tu mouilles long, surtout si il y a la place. 5-6 fois si les fond son profonds, mais tu peux aller jusqu'à 10 fois dans des fonds peu profonds. Ainsi la nuit avec 30m de mouillage quand les haubans sifflent, tu met l'alarme de mouillage et tu dors bien!

27 août 2019
4

C'est pas c... cette idée. Il suffirait de remplacer son ancre de 20 ou 30 kg par un corps mort en béton de 1000 kg et un petit bout de chaîne de 10 mm... ;-)

27 août 2019
0

Pourquoi pas un parpaing ?
Pas cher, on peut en trouver partout et ajuster le poids facilement. 1, pour le petit temps, 2 quand ça commence à bouger, 3 quand ça commence à tirer. Le bonus, c’est qu’en fin de croisière, on peut les laisser au fond. Ça fait un habitat idéal pour les poulpes et autres poissons de roche.
Bref, que des avantages.
Polo

27 août 2019
0

faut pas railler les parpaings comme ça : c'est même assez utilisé !
quand ça souffle, y'en a qui rajoutent un parpaing (en béton ou en plomb) à leur ligne de mouillage...
ça aiderait une (mauvaise) ancre qui tient pas.... :heu:

27 août 201927 août 2019
4

Je suggère d'utiliser le lest (amovible) du bateau comme ancre.
Il suffit qu'il ait des ailettes repliables qui permettent l'hydrodynamisme dans un sens et la croche comme ancre dans l'autre sens.
Qui nous dessine ça ?
:acheval:

27 août 201916 juin 2020
0

@Candide: tu poses la question qui tue (surtout toi dans ce forum). Le rôle de l'ancre n'est pas de tenir le bateau. Sa forme lui permet de crocher le fond à condition qu'elle soit tenue à l'horizontal. C'est le rôle de la chaîne assez longue pour la maintenir plaquée au fond et servir d'amortisseur. Imagine que pendant la nuit une houle de 1,5 m soulève le bateau d'autant.

27 août 2019
2

@Tilandsia
.
Cà c'est du grand n'importe quoi !
.
Il arrive toujours un moment, quand le vent monte, monte monte, où la chaîne est tendue. C'est alors que l'ancre tient... ou dérape...

31 août 2019
0

Vote par erreur.

27 août 2019
2

@IrisT: Je réponds à un néophyte les principes de base, je ne prétend pas avoir le savoir absolu. Tu parles de conditions extrêmes. Candide ne cite pas ce genre de situation. Si maintenant on parle de vents très forts, il existe des techniques de mouillages, comme l'empennelage dont le principe consiste toujours à maintenir plaquée au fond l'ancre principale, soit à l'aide d'une 2ème ancre distancée de la hauteur du fond de la 1ére, soit d'un lest.
Et je ne suis pas certain que le poids de l'ancre se révèle vraiment efficace si le vent forcit.
Mais d'autres bien plus savant que moi qui dit n'importe quoi,sauront répondre à Candide.

27 août 2019
3

question de néophyte par un néophyte:........normal. bravo à cedric 1983 pour sa pédagogie.

27 août 2019
0

Euh, y'a un problème ?

27 août 2019
0

Je ne faisais que mettre en garde Candide contre le déchaînement de réponses acerbes et autres volées de bois vert dont le forum est friand. Je pense aussi avoir répondu à sa question.

27 août 2019
0

rien ne vaut de belles images pour voir comment croche une ancre


à 14" on voit une CQR ... rien n'a ajouter

27 août 2019
2

Oui mais il n’empêche qu’une ancre plus lourde croche mieux et tient mieux. Il n’y a pas que la longueur de chaîne qui compte.

27 août 2019
1

Ah...y'a pas que la longueur qui compte?

Désolé elle est tellement facile!

27 août 2019
0

Ah bon ?
essaie donc une ancre alu de type Fortress... ou regarde les essais...

28 août 2019
0

J’en ai une... dans mon garage, je la cède à qui en voudra.

27 août 2019
0

@ Lulu2
tout simplement une quille "amovible", au mouillage on la descend au fond, 2 tonnes pour un 10/11 mètres ça devrait tenir, et on la remonte pour partir naviguer...

@ Chalkis
j'ai été très surpris par la tenue d'une ancre en alu que nous avions eu beaucoup de mal à décrocher du fond.

28 août 2019
0

Le problème de l’ancre alu, c’est qu’il faut un fond adapté dans lequel l’ancre s’enfonce, typiquement sable ou vase.

28 août 201928 août 2019
0

C'est pas dans le garage qu'il faut tester son accroche….

Les ancres en acier ne s'enfoncent et ne tiennent que dans du sable ou de la vase. La plupart tenant nettement moins bien que la Fortress alu : les tests, tous les tests, le démontrent : le poids n'apporte strictement rien à l'accroche, si ce n'est dans sa répartition.

J'ai une SPADE alu de 8 kg, si je lui donne 1,5 à 2 fois la hauteur d'eau, elle s'enfonce en moins d'un mètre (pas dans le rocher, ni dans les herbes, je l'accorde volontiers).

27 août 2019
4

99,50 % des mouillages tiennent avec une bonne ancre trois fois la profondeur tout chaîne et une couverture météo qui prévoit un temps raisonnable pour les prochaines 24 heures et on dort tranquille . Pour les autres cas on prévoit plus; pour les anxiogènes de service qu’ils se fassent faire un ordonnance d’anxyolitiques.

28 août 2019
0

C'est bien le problème maintenant avec les nouvelles ancre il faut mettre davantage de longueur de chaînes ce qui n'arrange pas les zones de mouillage encombré

28 août 2019
0

C'est ce que conseil les fabricants

28 août 2019
1

Rocna par exemple recommande un minimum de 5 fois la hauteur d’eau dans le mode d’emploi.

29 août 2019
1

Une ancre qui chasse ne pourra jamais crocher à nouveau avec 3 fois la hauteur si le vent ou le courant sont forts. 3 fois la hauteur, ça tient tant qu’on n’a pas besoin d’une grande résistance.

29 août 2019
0

Une ancre qui chasse ne pourra jamais crocher à nouveau avec 3 fois la hauteur si le vent ou le courant sont forts. 3 fois la hauteur, ça tient tant qu’on n’a pas besoin d’une grande résistance.

29 août 2019
0

Et les "c'est du grand n'importe quoi", c'est du bon sens marin ?

28 août 2019
0

Tiens donc :heu: revoilà Père Siphonné qui nous dit qu'avec 3 mètres de chaîne dans 2 mètres d'eau (1,5 fois la hauteur...) son bateau est "stoppé".

Mais comme on ne sait pas ce qu'il a comme bateau ?...

Même avec mon annexe, dans un mètre d'eau, je jette (oui oui, je le jette !) mon grappin avec au moins 2 m de chaîne (de toutes façons il n'y a pas plus...) et un bon bout de câblot...

28 août 2019
0

Pense tu que ta façon de faire est suivi par tout le monde.
En ce qui me concerne sûrement pas

29 août 2019
1

pour une fois je suis d'accord avec toi

çela fait longtemps que je n'ai plus la crédulité de croire que tout ce que l'on me met sous le nez a grand renfort de pub et de marketing est "moderne " et "mieux" ..ça c'est juste

pour le reste ..lorsque l'on manque d'argument on attaque la personne mais ça c'est une très vieille méthode bien connu et ce n'est pas "moderne"

:litjournal:

29 août 201929 août 2019
0

autre exemple de CMA : au large je fais le point avec mon vieux sextant et par curiosité je compare avec le GPS "moderne" et bien je peux t'affirmer que le modernisme ce plante a chaque fois de plusieurs milles .

je pense que loin des cotes le gps doit etre moins bon mais comme on est au large ce n'est pas bien grave ..

et par ailleurs j'en suis toujours au bateau en bois d'arbre :tu te rends compte d'un archaïsme ! c'est épouvantable n'est-ce pas

29 août 2019
0

up.
La demande serait elle passée inaperçue ? .

29 août 201929 août 2019
0

pourquoi il faut plus de chaine aux nouvelle ancres? ..mais je n'en sais rien du tout c'est simplement conseillé par les fabricants eux m^me qui préconisent souvent de mettre 5 fois la profondeur ..pour quelle raison ? il faut leur demander

que d'histoire encore une foie

29 août 2019
0

amen !! j'abandonne :acheval:

28 août 2019
0

pourquoi avec les nouvelles ancres,

Il y a 50 ans on disait déjà trois fois le fond....

29 août 2019
0

J'aime (j'adore) ces déclarations à l'emporte pièce faisant force de lois... C'est toujours et ces jamais, autant de signes de bon sens marin ;-)

29 août 2019
1

@Tilandisia
.
Désolé. Quand un profil dit humblement "Mon expérience ? peanuts ! Ma volonté de naviguer, toujours intacte. Le pseudo définit celui que l'on voudrait être ou celui que l'on est. etc." ce qui est très respectable, affirmer des règles n'est pas du bon sens marin, ni du bon sens tout court. C'est juste tenter de s'expliquer à soi-même ce que l'on ferait dans une situation donnée...
.
Alors, mon bon sens m'a fait réagir (j'ai 35000 milles d'expérience de mouillage entre l'Islande, Jan Mayen, le Groenland et la Grèce, jusqu'à 70 noeuds de vent dans 12 m avec 50 m de chaîne et 4 bouts nylon rompus).
.
Dommage que mon n'importe quoi soit tombé sur vous (après , j'ai abandonné l'idée de réagir), car tout le fil est truffé de commentaires du café du port... Il vaut mieux ne pas trop s'y fier, si l'on veut que son mouillage tienne le coup.
.
Sans rancune, Pierre.

28 août 2019
1

Tu lis mal….
Avec les "nouvelles" ancres, dont le précurseur fut l'inventeur de la SPADE, est arrivé une réelle avancée dans la connaissance de la tenue d'un mouillage.
On est passé du tout chaîne bien lourde avec une CQR bien lourde à laquelle on adjoint un parpaing au milieu de la ligne et une deuxième ancre si ça monte trop… à une ancre unique (mais une "nouvelle"), de la chaîne plus légère en grade 7, et un bout élastique qui permet d'absorber les chocs des surventes. Certes, un peu plus long pour le mouillage, mais dans ces conditions, il y a longtemps que le mouillage n'est plus encombré....

28 août 2019
0

Hum... Calypso.
Avec ma SPADE il me suffit de 1,5 fois la hauteur d'eau et 1 mètre de recul au moteur haut régime pour stopper le bateau.
Tu m'expliques un peu en quoi elle est pénalisante dans les zones de mouillages encombrés ? (Tu as l'air d'être spécialiste de ces lieux où je ne vais jamais :pecheur: )

29 août 201929 août 2019
0

Je m'en doute, et j'en suis fort aise.
Quant à ton avis sur ce que tu crois être ma pratique, je m'en bas l'œil totalement.

Décidément, tout ce qui est "moderne" provoque chez toi de l'urticaire ! tu sembles totalement bloqué intellectuellement aux environ des années 90, la dernière modernité acceptée par ton esprit semblant être le radar... le bug de l'an 2000 ?

Peux-tu nous démontrer ton affirmation : " avec les nouvelles ancres il faut mettre davantage de longueur de chaîne" ?

29 août 201929 août 2019
0

Oui, je comprends : rien de ce qui est apparu depuis la démocratisation du radar n'a et ne pourra désormais plus jamais trouver grâce à tes yeux. CMA... Ce n'est pas une "attaque", mais un constat.

En arriver à affirmer que les ancres modernes ont l'inconvénient d'obliger à mettre plus de longueur de chaîne, c'est une autre affaire qui ne tient pas à l'incapacité d'évoluer, mais simplement... de la mauvaise foi.

29 août 2019
1

José, peux-tu nous expliquer (de manière aussi technique, ou scientifique si tu préfères, ) comment tu determines que , je cite "que le modernisme ce plante a chaque fois de plusieurs milles ."
Autrement dit quel est l'autre référentiel absolu et parfaitement fiable ?
Merci.

30 août 2019
0

la réponse est tellement évidente que je n'ai pas repondu ,tout simplement CMA

29 août 201929 août 2019
0

Bof. Tu fais de grandes affirmations péremptoires, et on est sensés te croire d'office ? ? ?

Tu ne nous expliques toujours pas la raison qui fait que les ancres modernes exigent plus de longueur de chaine.
Ta longue expérience, sans doute ?

29 août 2019
0

ah bon ? c'est tout ? en effet, ça doit te poser beaucoup de problèmes

:mdr: :mdr: :mdr:

29 août 2019
0

sérieusement : tu n'as jamais mouillé que 3 fois la hauteur d'eau ? ? ?

29 août 2019
1

Oui Calypso, face à Père Siphonné il faut savoir capituler... :mdr:

28 août 2019
0

lorsque tu es sur un "bateau des autres" en tant qu'équipier et que tu te réveilles parce que ça cogne un peu sur la coque, tu deviens prudent (ce que tu appel anxiogène)

le cognement c'était le safran qui posait sur un rocher plat au rythme de la houle, à Majorque en 2001...

CQR, 3 fois le fond sur du sable soit 20m de chaîne environ, même pas 25 nds de vent. 1 safran HS...

29 août 2019
0

99.50% du temps ce genre de statistiques ne tient pas.

29 août 2019
0

:lavache: "une brise de nuit qui monte à 35 nœuds dans les rafales"
... on est limite "vent frais", et ça doit siffler dans les haubans.

Et puis c'est quand même plus raisonnable de mettre 20 m de chaîne dans 5 m d'eau (4 fois la hauteur d'eau en chaîne + le câblot au "maître bau" ça doit bien faire 5 ou 6 fois ...) que seulement 1,5 fois.

Mais quand ce câblot se tend de près d'un mètre dans les rafales, le bateau ne se met-il pas en travers ?

29 août 2019
0

si si : on parle des mouillages pour la sieste, pas trop loin de son port pour le cas où ça commencerait à dépasser les 15 noeuds au mouillage.

Cette nuit, mouillage solitaire dans une baie immense et magnifique...
Un lac à l'arrivée, mais à 23 heures une brise de nuit qui monte à 35 nœuds dans les rafales. Ma SPADE de 25 kg bien enfoncée dans le sable (avec elle, on peut viser un rond de sable de quelques mètres de diamètre : cela lui suffit largement pour enfoncer les 2 oreilles), et 20 mètres de chaîne dans l'eau sur un fond de 5 mètres, mais surtout mon câblot qui reprend la ligne au niveau de l'eau par une noeud de bosse et qui est ramené au maître bau : s'allonge gentiment de près d'un mètre dans les rafales, aucun à-coup de rappel !
Dodo tranquille; ce matin, toujours solitaire dans cette baie calme comme un lac, grand soleil, baignade dans une eau à 30 °C.

27 août 2019
1

l'idée de candide29 n'est pas dénuée de sens, qui dit ancre plus lourde dit ancre à surface d'accrochage plus grande et donc plus efficace à longueur de chaine égale.
mais prix en rapport avec le poids donc souvent on prend le poids mini recommandé en fonction de la taille/poids du bateau mais à mon avis prendre 5 à 10kg de plus n'est pas idiot du tout !

27 août 2019
0

On pourrait ajouter que l'excès de poids à l'avant altérerait les performances du bateau. J'imagine que les architectes calculent le poids de l'ancre en fonction de la retenue au mouillage comme de la navigation.

0

Perso, j'ai remplacé la 12kg par une 16kg, et je suis beaucoup plus tranquille...

27 août 2019
0

bon on parle de 5 à 10 kg en plus ... les ingénieurs qui calculent le poids de l'ancre c'est pour les imprimantes, pour les voiliers les "architectes navaux" calculent juste l'emplacement des toilettes et la grandeur des couchettes :mdr:

27 août 2019
0

Il me semble que pour mouiller aux Kerguelen les navires n'utilisent pas d'ancre qui ne peuvent accrocher au fond à cause des algues très longues mais des gros blocs de béton qu'ils mouillent avec une grue. A vérifier cependant...

27 août 2019
0

Oui,mois aussi. Mais si je m'en réfère au post d'origine, je n'ai pas raccourci pour autant la longueur de la chaîne de mouillage. Or Candide pose la question du poids de l'ancre qui permettrait de raccourcir le mouillage. Je crois sincèrement que l'erreur est de croire que le ratio poids-ancre/longueur de chaîne soit la réponse à son questionnement. Mais, je le répète, je ne suis pas le mieux placé pour ça.

28 août 2019
1

La réponse était pour Elpeyo.

28 août 2019
0

Outre les critères de tenue, et là effectivement si c'est pour mouiller par temps très calme pour un repas du midi, peu importe, tu m'expliques comment , même avec un guindeau électrique, tu tranfères ta pioche à bord une fois relevée.

Moi ça me gave déjà avec ma CQR de 35 livres...

28 août 2019
0

Si ton davier est bien fait, ton ancre remonte toute seule à sa place sans intervention et sans toucher la coque.

28 août 2019
1

Sauf que certaines ancres ne passent pas ou difficilement dans le balcon avant et restent logées sur le davier.

28 août 2019
3

Pour moi, l'erreur de conception se trouve dans ces voiliers sur lesquels on ne peut pas laisser l'ancre sur le davier.
Ils ne sont pas prévus pour sortir trop souvent (avoir l'ancre à poste est une sécurité absolue lors des manœuvres et en côtier), et il ne doivent jamais mouiller.
Bref, des bateaux faits pour stationner sur les parkings à bateaux ventouses que sont les ports français.

J'en reste bouche bée de lire qu'on choisit une ancre en fonction de sa capacité physique à la rentrer dans la baille ! et en plus affirmer qu'il s'agit d'une généralité applicables sur la plupart des voiliers

( Le cas d'une transat retour n'arrive pas souvent, et n'a strictement rien à voir. )

31 août 201931 août 2019
0

Je n'y suis pour rien si t'es vexé parce que ton bateau correspond à que j'ai écrit.

C'est une question de programme. Rien d'autre.

31 août 2019
1

Parmi les bateaux qui mouillent tous les jours (ou au moins très souvent) rares sont ceux qui n’ont pas de guindeau électrique.
Remonter une ancre de 30 kgs avec une chaîne de 8 n’est plus un problème.

28 août 201928 août 2019
0

de tous les voiliers que je rencontre depuis 6 mois, aucun n'avait la "pioche" dans la baille... et je n'en vois réellement pas l'intérêt !l
Mais il est vrai que je ne rencontre que des voiliers qui ne restent pas au port.

28 août 2019
0

je ne sais pas s'ils sont de "vrais marins" ou pas, mais en tout cas ils ne mettent pas leur "pioche"dans la baille contrairement à ce que tu affirmes...
On ne doit pas rencontrer les mêmes...

29 août 2019
0

OK. On ne parle pas des mêmes.

Je ne possède pas de ponton, et je ne rencontre que des bateaux qui, souvent, n'en ont pas non plus mais par contre naviguent et sont très souvent au mouillage.
Cela dit, je louais dans les années 90 des moins de 10 mètres, et tous avaient leur ancre à poste... jamais je n'aurais accepté qu'il en fut autrement.

28 août 2019
0

Si sa place est de rester sur le davier, ce qui est souvent le cas des bateaux à moteur, mais sur la plupart de vliliers, la pioche se mat dans la baille ou sur le pont.

28 août 2019
1

dans ce cas c'est une erreure de conception (ou d'achat de choisir un voilier qui n'est pas concu pour naviguer)
Quand sur une transat retour du encaisse des déferlantes de 5m sur l'étrave, crois moi c'est mieux si il n'y a pas d'ancre!!!

31 août 2019
0

Ecoute, je te propose une chose: je met une ancre de 30 kg sur mon bateau (+ 50 m de chaîne de 8 ?) et tu viens me montrer comment tu la remontes.
Après, promis, je t'écouterai religieusement. :-D

28 août 2019
0

Ah, oui tu ne fréquentes que les "vrais marins"....

29 août 2019
0

Il n'en reste pas moins que la plupart des bateaux de moins de 10m n'ont pas un davier conçu pour y laisser l'ancre à poste, et même les plus gros assez anciens.

Je viens de le vérifier sur mon ponton ce matin où seules les vedettes avaient leur ancre à poste avec le guindeau électrique.

En revanche des beaucoup plus gros bateaux ont l'ancre prête à mouiller sur le ponton à côté (40 pieds etc..)

29 août 2019
0

J'imagine que tu parles de bateaux plus modernes, on ne joue pas dans la même "gamme"
Mais sur un plus petit bateau (j'avais un sangria avant), ça ne me gênait pas du tout de sortir l'ancre de la baille (elle n'avait pas de place ailleurs)

Je comprends que quand l'ancre fait 50 livres ça soit plus pénible. Moi je n'ai pas le choix, elle est sur ses supports sur le pont, je préfèrerais effectivement qu'elle soit "à poste", mais vu le peu de mouillages forains que je fais ce n'est pas un problème (ça me fait de l'exercice)

28 août 2019
1

Naviguant en Grèce, je mouille tous les jours. Heureusement que l’ancre est à poste car je ne me vois pas la sortir de la baille à mouillage à chaque fois.
Tous les bateaux, voile ou moteur, de propriétaire ou de location, naviguant en Grèce, ont également leur ancre à poste.

28 août 2019
0

Je veux bien, mais beaucoup de bateaux des années 80 (jeanneau ou bénéteau) de taille moyenne ne sont pas conçus pour avoir l'ancre sur le davier.

Le mien est conçu d'origine avec des support sur la plage avant.

Personnellement je fais très peu de mouillages forains car j'aime bien les marinas , donc le pb ne se pose pas.

28 août 2019
0

Alors le problème ne se pose pas

28 août 2019
0

Un mouillage à poste en nav côtière ok

Dans une traversée un peu importante non

A l’hivernage ou entre des nav espacés non plus.

Que diriez vous si le port vous facturait la longueur ancre incluse?

28 août 2019
0

:reflechi: :lavache:

28 août 2019
1

Je n’enlève jamais l’ancre de son davier y compris pour l’hivernage et elle ne dépasse pas du balcon, donc ça ne change pas la longueur. Par contre c’est du poids mal placé on est d’accord.

29 août 2019
0

cela ne compte pas, car sur l'acte de francisation c'est la longueur hors tout ce qui est démontable... en gros sur les bateaux ancien le balcon n’apparaît pas car il est démontable.

30 août 2019
0

les ports n'ont pas la m^me definition du HT que les affaire maritime .

les AM appliquent la loi ,ce qui est demontable ne rentre pas en compte dans le HT ,par contre les marinas prennent en compte l'encombrement du bateau a poste ..

30 août 2019
0

euh... je ne sais pas d'où tu sors ça, "hors tout" c'est hors tout.

A Brest, un gars avait ajouté un bossoir d'annexe sur son bateau, le port est venu le mesurer et a augmenté son tarif.

28 août 2019
1

Début août un voilier ayant son ancre sur son davier a rompu une garde, il est venu taper dans notre bateau. Davier cassé, balcon tordu et rayé sur une sacré longueur, filière endommagée...

28 août 2019
0

Très regrettable mais ce n’est pas l’ancre qui est responsable de la rupture de la garde.

28 août 2019
0

Cela dit, j'ai vu quelques daviers tordus, notamment dans les flottilles (bateaux de loc).
ça ne risque pas avec le mien : mon davier se résume à 3 reas prises entre 2 gros tubes alu formant bout dehors. L'ancre vient naturellement se positionner correctement juste en dessous de ce bout dehors.

29 août 2019
0

elle est responsable de l'aggravation des dégâts, c'est donc une circonstance aggravante...

29 août 2019
2

Tous les mouillages tiennent parfaitement là où il n’y en a pas besoin. Trop peu de chaîne, c’est la meilleure façon d’assurer que son mouillage fasse défaut quand on a besoin que ça tienne.

98% des bateaux qui se trouvent sur la plage quand ça souffle fort y sont pour un problème de longueur de mouillage.

29 août 2019
2

La règle stupide des "3 fois la hauteur d'eau", origine années 60 les Glénans, a encore de beaux jours d'ennuis devant elle…
Accrochée dans les esprits comme un arapède à son rocher.

29 août 2019
0

Bonjour, cette règle a au moins le mérite de donner une référence à un néophyte. Après, c'est l'expérience, bonne ou mauvaise qui fait la compétence.

29 août 2019
0

4-5 serait plus prudent.

29 août 201929 août 2019
0

Correspond bien à la pratique de l'époque : mouillage de sieste, et refuge rapide vers "son" ponton dès qu'on dépasse les 15 nœuds.
Beaucoup semblent rester coincés dessus et la désignent comme Vérité absolue. D'ailleurs ne lit on pas qu'aujourd'hui que "à cause ancres modernes on mouille plus long " :lavache: ? du pur CMA.

29 août 201929 août 2019
0

De mémoire, le moniteur m'avait plutôt appris trois fois pour un mouillage temporaire en journée si qqun reste sur le bateau et cinq fois la nuit ou si on laisse le bateau seul. Sans hésiter à être généreux si les conditions sont plus dures. Et enfin, surveiller que le bateau tient à l'aide d'alignements.
Mais je n'ai pas le cours sous la main.

30 août 2019
0

Après vérification, le cours des glenans recommande :
3x la hauteur d'eau maximale
5x si le vent est fort ou risque de le devenir
7x si ça envoie vraiment
Enfin, pour l'anecdote, les lecteurs du rapport BEA mer auront noté que le CSL Viriginia mouillait a une profondeur sous quille de 100 à 120 m avec 300 mètres de chaîne durant 13 jours :lavache:

29 août 2019
1

la règle de 3 fois la hauteur d'eau date de bien avant les Glenan et les années 60. Je l'ai trouvée dans un recueil de cours de l'école navale d'avant guerre. Pour le clin d'oeil, le capitain Haddock y fait référence dans un tintin des années 50. Comme le dit Lebriztout elle a l'aventage de donner un référence par beau temps.
J'avais trouvé une autre règle, je ne sais plus exactement ou, mais probablement chez Moitessier. C'etait "mouiller au moins trois fois ou la force du vent" (IE 6 fois le fond par force 6, fois 7 par force 7 et ainsi de suite). Cette règle me semble assez pragmatique.

29 août 2019
0

valable effectivement dans des circonstances standards.

Lorsque les fonds sont très faibles, mouiller deux fois la longueur du bateau reste un minimum...

Imagine un DI de 10T / 12m dans 1m d'eau, 2m50 avec le davier. Avec ne serait ce que 10m de chaine par f4, cela va être juste !!!!

29 août 2019
1

Il y a quelques sujets récurrents qui déclenchent les mêmes déchaînements de force 9. Bravo Candide, tu as tapé dans le mille.

29 août 201916 juin 2020
0

J'adore ça, les discussions sur le mouillage. On rigole bien.
Pour participer joyeusement, et pour ne pas répéter toujours la même chose, je dirai que...
Les principles établis, que l'on peut lire ou entendre, c'est bien. Mais, à mon avis, la vraie confiance en ces principes s'acquiert par l'expérimentation et les constats personnels.
Par exemple, les jours de vent fort, je conseille de mettre un masque, d'aller se promener parmi les bateaux, et regarder ce qu'il se passe sous l'eau. Mais faire une analyse sérieuse : regarder de quels bateaux il s'agit, quels diamètres de chaîne, quelles longueurs, quels types d'ancre. Regarder le comportement des chaines (tensions), et le comportement des ancres... Sur fond de sable, on peut clairement voir la trainée d'une ancre qui aurait glissé.
Dans le même registre, on peut aussi aller voir ce qu'il se passe dans les endroits où les bateaux sont sur corps morts. Il y a pas mal d'années, c'était le cas à la sortie du vieux port de Cannes. Là, on voyait de tout : moteurs de voiture, radiateurs en fonte, pneus remplis de béton... Avec le temps, et les coups de vent, on voyait qui finissait sur la plage... C'était très instructif...
Et pour partager l'un de mes tests sous l'eau, voilà la photo d'une gueuse en fer de 50 kg que j'avais placée à 3 m d'une Delta de 16 kg. (bateau 9,96 m 5,5 t) J'ai ainsi essuyé deux coups de vent à 35 nds, ça a parfaitement tenu. Mais... Constat : La gueuse sert UNIQUEMENT à permettre à l'ancre de mieux travailler, grâce à son poids, par son action "vers le bas". Car, la gueuse, je pouvait la bouger à la main, sans aucun effort, elle glissait "comme une savonnette". Je veux dire par là que son action d'accrochage était NULLE, et qu'elle n'aurait pu tenir le bateau à elle toute seule.
:alavotre:
Petit détail au passage :
Ma gueuse de 50 kg reçoit une poussée d'Archimède de 6,5 kg... ce qui ramène son poids, sous l'eau à 43,5 kg.
Quant au béton, Un bloc de 1 m3 qui pèse 2,5 tonnes, ne pèse plus que 1,5 tonnes sous l'eau....
:mdr:

29 août 201929 août 2019
0

Bambou joli, ton post est typique d'un plaisancier de Méditerranée.
Il y a des mers où il est inutile, diificile, voire dangereux de plonger : peu de visibilité, eau froide, courant, etc.
Pense à ceux qui ont 12 m de marnage, des courants alternatifs de plusieurs noeuds même au mouillage et de l'eau à 10°. Ça complique un peu le problème, ne penses-tu pas ?

30 août 2019
30 août 2019
0

Quelle orreur.... Des mers où on ne peut pas se baigner.....
:mdr:

29 août 201929 août 2019
0

50 kg de gueuse pour assurer une ancre de 16 kg sur un bateau de 10 mètres et moins de 6 tonnes :tesur:

Mon bateau fait 12,5 mètres et environ 12 tonnes, tu conseilles combien de kg de gueuse ????

Je suis entièrement OK avec toi sur l'intérêt d'aller observer les fonds dans les mouillages.

30 août 2019
0

OK je comprends mieux.
Je crois que ce poids a l'intérêt d'ajouter une élasticité à la ligne de mouillage, qui absorbe les coups de butoir imposés par le mouvement du bateau lors des surventes et de la houle .

Mais pour ma part, en mouillage forain, je préfère de loin une ancre enfoncée jusqu'aux 2 oreilles pour la tenue, et une ligne mixte pour l'élasticité...

30 août 2019
0

Je n'ai pas cette gueuse a bord. Je l'avais mise ce jour là, parceque je devais laisser le bateau sans surveillance pendant un mois...
Je prends cet exemple pour témoigner que le poids, en sois, n'a aucun pouvoir d'accrochage.

30 août 2019
0

Hello,
J'aimais bien plonger aussi...un peu frustrant avec ma Fortress alu de 7kgs(cata de 8T)...souvent je ne voyais que le bout de la chaîne, la vaurienne avait comme(bonne)habitude de s'enterrer profondément! :heu:

29 août 2019
0

L’homme a inventé l’écriture pour permettre de transmettre les connaissances. Plusieurs personnes on fait énormément de tests, observations et études. Il y a de bons textes sur le sujet.

29 août 2019
0

L'avantage de la plaque de béton, c'est qu'elle travaille par effet "ventouse"....

29 août 2019
0

On était juste en train de jaser sur la verge mouillée dans notre petite anse préférée, quand un matelot sur un gros bato vida la caisse de son ancre sur une sèche. Il me souvient que l'ancre fit couler beaucoup d'encre et ce n'était pas de Chine, qu'on se le dise...

29 août 2019
0

Les histoires de longueur de chaînes c'est pour dire que l'ancre doit tirer à plat
on peut disserter des heures sur la longueur mais des ingénieurs on sûrement calculé et modélisé tout ça avec des cosinus hyperboliques (les fameuses chaînettes)
je crois mettre tout le monde d'accord en mettant un peu plus

30 août 2019
0

Le principe de base, c'est de savoir que dans une caténaire (chaînette) la tension est identique en tout point et évidemment tangente à la chaîne.
Donc le but de la longueur c'est de s'assurer qu'au niveau de l'ancre l'effort reste horizontal.

Après il y a des super beaux logiciels pour calculer tout ça (Ariane chez Bureau Véritas, Deeplines ..)

29 août 2019
0

re ancres superlourdes
Je pense qu'il puisse y avoir un comportement assez différent, ces choses peuvent offrir une résistence au mouvement de façon très différente.
On prend une ancre supersuperlourde, genre 200kg: il est très probable que avec des tractions rélativement réduites (petit bateau), ce sera essentiellement la friction du métal posé sur le fond qui va produire la "tenue" du mouillage. C'est un paramètre intéressant, les sociétés de classification posent une ancre dans la catégorie altisonante "SHHP" Super High Holding Power, si elle tient 4 fois plus qu'une ancre "stockless" de la même masse, stockless c'est une ancre qui tient essentiellement par friction. (Autant dire de la valeur pratique de cette qualification...).
Une ancre toute petite qui par contre par dessin, géometrie, distribution des poids, etc etc rentre dans le sol aura une tenue déterminée par son interaction tridimensionnelle avec ce soustrat, toute autre chose, à titre de comparaison on arrive à plusieurs dizaines de fois la résistence d'une ancre stockless.
.
Alors entre les deux? Avec une ancre énorme posée sur le fond, soit la traction croissante de la chaîne reussit à la faire passer du stade 1 au stade 2, soit elle tiendra comme une simple ancre de friction superficielle. Si cette ancre est vraiment grosse, dans un fond donné il ne faudra pas que sa taille lui empêche de penetrer dans le soustrat, ou y travailler mal, sinon pas beaucoup d'avantages.
Il y a peut-être une limite au surdimentionnement?

29 août 2019
2

Pour 8,5 t en charge et 37 pieds j’ai une ancre Vulcan même fabricant que la Rocna recommandée 16kg j’ai choisi 20kg. Elle nécessite pour bien crocher et s’enfouir un petit coup de marche arrière. J’ai voulu la tester dans du sable dur elle continue à s’enfoncer comme la Spade ou la Rocna même avec seulement 3 fois la hauteur d’eau. Après pour la sortir il faut insister lourdement en marche avant et avec le guindeau a la limite de tout casser. J’ai très bien tenu avec plus de 60n établi au mouillage en Sardaigne avec 40m de chaîne et un amortissement sur 8 m en textile par 8 m de fond pendant 3 jours. J’ai eu beaucoup de difficulté à la remonter

30 août 2019
0

Bonjour Domde,
En NZ, les fonds de beaucoup de baies bien fermées sont de vase dure, entre vase et glaise. Pour sortir ma Rocna, je suis souvent obligé d'appuyer de tout mon poids sur la chaine qui surplombe la baille à mouillage ouverte, pour arriver par plusieurs appuis et courtes reprises du guindeau à la sortir de sa prison. Avec la nécessité ensuite de la trainer en surface pour faire partir le gateau collant sur ses pales.

30 août 2019
0

Suis obligé de faire de même lorsqu’elle s'enfonce dans le sable dur ou la vase. Il faut aussi faire très attention à ce qu’elle ne s’engage pas sous un rocher car sa forme en U la fait se coincer facilement et la rend difficile à décoincer même avec un orin.

30 août 201930 août 2019
0

Domde.
Tu as donc tenu les 60 Nds avec 6 profondeurs.
Il faudrait que les fabriquants d'ancres présentent un tableau de tenue :
Force de traction vs angle de traction (nombre de profondeurs) ce serait une donnée bigrement intéressante.
A 6 profondeurs, on est proche de 10°... Ce qui permet aux ancres de type Delta, Spade.... etc, de se maintenir enfoncées, même quand elles chassent.

30 août 2019
0

avec 6 H mais aussi une ancre choisi 1 cran au dessus : cela a son importance...

et, encore une fois, ce n'est pas le vent qui fera décrocher ce type d'ancre (quand elle est enfoncée), mais la force générée par les mouvements violents du bateau lors des surventes ou de la houle. Lire Fraysse et/ou Poiraud.

30 août 2019
1

En Islande, voilier 10 tons / 13 m, Rocna 25 kg.
8.5 à 12.5 m (marnage) de fond de bon sable, 50 m d chaîne (4 H), 70 noeuds pendant 24 heures. 4 bouts amortisseurs de 18 à 20 mm ont cassé net. Pas dérapé d'un mm. Pas nécessaire d'empeneller...
.
Voir aussi

(Islande, 40 m de chaîne + 10 m de bout + voile de mouillage dans env 7 m (boue dure). Pas nécessaire d'empeneller...
.
@baboujoli. Impossible de donner des résistances en fonction de H. En Norvège, la Rocna 33 kg (même bateau) chasse avec 4 H et plus dans de la boue trop légère.
.
@Domde
Bon résumé. Bonne technique. Correspond à l'expérience de Thoè...

30 août 2019
0

@ IrisT : quelle était longueur des bouts amortisseurs qui ont cassé ? ragage ?

La technique donnée par Domde correspond aux avancées de la connaissance sur la dynamique de tenue des ancres depuis plus de 20 ans maintenant.

30 août 2019
0

Diverses longueurs, minimum 5 m. Aucun n'a cassé au noeud ni à l'épissure. Rupture au milieu du bout. A la suite de cela, j'ai fait une étude très poussée, changé de technique et écrit un livre...

30 août 2019
0

On a tous des situations où le mouillage a tenu dans des vents forts.
Je préfère l’inverse, dans quelles situations votre mouillage n’a pas tenu et qu’avez-vous fait pour y remédier?
Il est pénible d’avoir un mouillage avec lequel on n’a pas une grande confiance si le vent monte.
J’avais une Wasi déjà imposante, de bonne réputation, avec laquelle je dérapais de temps en temps (même avec 10 fois la hauteur d’eau) que j’ai remplacée par une Rocna de forte section et depuis 2 ans, aucun dérapage (je mouille tous les jours, étant en Grèce, avec parfois des vents de 40 nœuds).
Pour mon cas, c’est le changement d’ancre (plus lourde et de forme différente) qui a fait la différence, le reste étant identique.

30 août 2019
0

Hello,
Ma Fortress avait tendance à glisser sur une 10saine de mètres avant de commencer à s'enfoncer, et elle le faisait en plusieurs fois...il fallait relâcher de la chaîne par étapes...donc tant que je ne prenais pas ces éléments en compte, il m'arrivait de chasser...
On avait également chassé d'au moins 200m sur le fleuve surinam,pendant la nuit, mais là je pense qu'on était parti avec une grosse motte de vase molle...
J'ai également chassé une fois ou deux en mouillant par pétole, quand le vent montait soudainement, sans prendre le temps de suffisamment tirer sur l'ancre.
En tout cas, l'ancre a toujours repris, et heureusement....et je précise que je vivais au mouillage environ 350j/an... :scie:

30 août 2019
0

dans quelles situations votre mouillage n’a pas tenu et qu’avez-vous fait pour y remédier?
.
Voilà ce que je pense...
.
1. Si l'ancre chasse à cause de la mauvaise tenue du fond, je change de place...
2. Si l'ancre ne tient pas dans un (relativement) bon fond, je change d'ancre...
3. Rajouter un amortisseur... tout cela ne sert que si le fond est bon.
4. Rallonger la ligne mais je suppose que cela vait été fait,
5. Gréer une voile de mouillage,
6. Empeneller ? Non. Trop compliqué en solo (sinon, empeneller deux BONNES ancres).
7. Affourcher ? Non. Idem et sans doute moins efficace.
8. Gueuses ? Non (inutile, il vaut mieux rajouter son poids en ancre et en chaîne).
.
Les ancres de Thoè
.
Thoè, conformément à la brochure Delta était équipé d'une Delta 16 kg à l'origine. Elle n'a pas fait long feu...
.
Remplacement par une Spade 100 de 20 kg (et une Spade 100 de 9 kg). Elles ont fait côte Atlantique et Méditerrannée.
.
Achat d'une Rocna 25 kg quand je suis parti dans le nord (Irlande, Ecosse, Islande, Jan Mayen, Groenland) La Spade 20 kg devenue l'ancre de secours, rangée dans les fonds.
.
J'ai perdu la Rocna au Groenland, engagée dans une épave, impossible à relever au guindeau. Pour ne pas rajouter un problème à un problème, parti à la dérive à 2h du matin dans le noir, par rafales de 50 kts, j'ai scié la chaîne, perdu l'ancre et 15 m de chaîne.
.
Elle a été remplacée par une Rocna 33 kg (8 kg de différence = 2.5 m de chaîne de 10 mm avec gros gain en tenue). Comme dit plus avant, elle a chassé dans de la boue molle lors d'un essai en petite marche arrière. Solution, aller mouiller ailleurs...

En résumé : 1 Rocna 33 kg (sur le davier) + 1 Spade 100 20 kg (secours, rangée démontée) + 1 Spage 100 9 kg alu (sur le balcon arrière)

30 août 2019
0

Les fois où j'ai chassé :
- Delta 20 kg, monocoque 37 pieds 7t, fond correct mais renverse avec fortes surventes dans une calanque étroite, chasse au bout de plusieurs heures de chahut et tractions en tous sens.
- Delta 25 kg, cata 12t, fond sable "parfait", bonne tenue pendant 36h avec vents jusqu'à 30 nds (vérifié en plongée), puis chasse après rotation du vent de 90° moins de 20 nds.
- Même configuration, fond sable excellent, 12m de fond, chasse après renverse du vent à 180°, 35 nds.
- Même configuration, fond gravier et rochers, amarre à terre, chasse avec vent 0 nd, par traction de l'amarre.
- Spade 30 kg, cata 10t, fond herbeux (mouillage de nuit...), chasse au bout de plusieurs heures, vent 40 nds.
- Même configuration, 10 m de fond irrégulier avec herbes, chasse par vent 15 nds.
- Même configuration, fond de vase et gravillons (rivière), chasse avec vent 42 nds + courant.
J'ai l'habitude de mettre 5 fois la hauteur d'eau et au moins 30 m de chaîne (même si 2m de fond), sauf si zone étroite ou encombrée. Les facteurs de décrochage sur ces exemples sont donc avant tout la mauvaise nature du fond (impossible à évaluer de nuit ou en eaux troubles) et la renverse avec pivotement et tractions latérales sur l'ancre, même si elle était bien enfouie au début.

30 août 2019
0

Qu'une ancre chasse sur un herbier ou vase molle, c'est normal. Sur de tels fonds, elles se valent quasiment toutes.

Qu'une ancre chasse sur sable parfait au motif qu'il y a eu rotation du vent, là, par contre, pour moi il s'agit d'une ancre dangereuse.

30 août 2019
0

Hello,
Jamais chassé(sauf mentionné plus haut)lors de renverses avec la Fortress...mouillages sur le Guadiana, dans plusieurs fleuves au Brésil, et le pire à Kourou avec en plus un p...de courant!
Il y a une vidéo sur le net avec des essais sur différentes ancres lors de renverses brutales, en s'aidant d'un bateau à moteur..;dans mon souvenir, il n'y a justement que la Spade qui reste enfoncée.
Toutes les autres, y compris la Fortress, sortent puis raccrochent plus ou moins loin ensuite, ou pas.
Bon, la Rocna raccroche le plus vite dans le lot... :heu:

31 août 2019
0

Tout à fait juste, c'est pourquoi j'ai changé la Delta pour une Spade qui ne m'a lâché que sur les mauvais fonds.

31 août 2019
1

Ma Delta ne m'a jamais fait défaut, pendant des années, sur plusieurs bateaux. Je l'ai en ancre principale. J'ai aussi une Spade Aluminium en 2ème ancre...

31 août 2019
0

Il serait intéressant de savoir ce que Candide 29, qui d'ailleurs ne se manifeste plus, entend par ancre super lourde (par rapport aux préconisations habituelles).
Ça permettrait aux spécialistes de répondre de façon constructives.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le dieu des nuages souffle ses petits !

Après la pluie...

  • 4.5 (176)

Le dieu des nuages souffle ses petits !

mars 2021