… règle de priorité

Question stupide mais j’ai un doute que j'aimerais lever grâce à vous: ;-)

Si je navigue GV et Génois en ciseaux et qu’arrive un voilier sur avant-bâbord (tribord amure) ou avant-tribord (bâbord amure), dois-je considérer la règle du « sous le vent » pour laisser la priorité à mon copain de droite sachant qu’il est bâbord amure ? et dois-je laisser la priorité à mon copain de gauche sachant qu’il est tribord amure ? Sachant que si je bouge, au pire, j'empanne et que pour éviter un doute, j'empanne systématiquement ces derniers jours, bien avant que la question ne se pose pour mes 2 autres copains! ;-) lol...
Bon, un dessin vaut mieux qu’une longue question ! ;-) Merci pour votre aide, cette situation se produit sans cesse sur les étroits chenaux de Zélande …

L'équipage
04 oct. 2010
04 oct. 2010
0

.
pidop

juste pour dire les priorités ça n'existe pas on parle de navire privilégié.

Maintenant pour le cas tu es plein vent arrière donc les 2 navires sous le vent sont privilégié.

04 oct. 2010
0

oups
bien entendu, on parle bien de laisser passer, il n'existe pas de règles de priorité, lapsus idiot! ;-) Thx pour la rectification et Merci pour la réponse Alex! ;-)

04 oct. 2010
0

Pour moi
Que tes voiles soient en ciseaux ne change rien, c'est ta GV qui décide --&gt sur le dessin tu est donc tribord
-- Tu es prioritaire sur "ton copain de droite"
-- Tu laisse la priorité à "ton copain de gauche"

Ca c'est la théorie mais dans un chenal étroit, le bon sens doit prévaloir ( c'est mon avis)

04 oct. 2010
0

Selon ton schéma
et sauf erreur :

  • Tu es vent arrière, tribord amure (c'est la GV qui fait fois)
  • Le voilier sur ton babord est sous ton vent et plus loffé que toi, tu lui dois la priorité.
  • Le voilier sur ton côté tribord est à ton vent et babord amure, c'est à lui de t'éviter
04 oct. 2010
0

c'est donc ma GV...
qui décide. Cela colle bien au RIPAM. Si je n'avais pas de GV mais seulement un Génois, c'est lui qui donnerait le sens de ma descende, la question ne se poserait pas! Merci à vous pour vos réponses rapides et précises! ;-)

04 oct. 201016 juin 2020
0

tout à fait...
c'est cela (voir photo, ne pas se fier aux distances, c'est une schéma trèèès basique) ;-)

04 oct. 2010
0

Pas d'accord avec Nrs
Ou alors je comprend de travers cet extrait du RIPAM :
&lt&lt&lt&ltAux fins d'application de la présente règle, le côté d'où vient le vent doit être considéré comme étant celui du bord opposé au bord de brassage de la grand-voile ou, dans le cas d'un navire à phares carrés, le côté opposé au bord de brassage de la plus grande voile aurique (ou triangulaire). &gt&gt&gt&gt

04 oct. 2010
0

c'est drole: on commence à jouer sur les mots: j'adore
Sur l'extrait du RIPAM, la fin de la phrase doit s'appliquer aux "navires à phares carrés" ce qui est rarement le cas de nos canots ( qui va parler d'éclairage? j'attend!)
Et pour l'histoire du génois seul qu'en disent les juristes

J'imagine le spectacle: dans une régate, un concurent sous génois seul (mais ça doit être rare!), génois sur tribord, en train de pousser sa bome sur babord en criant "tribord" aux autres !! ;-);

04 oct. 2010
0

non !
ce n'est pas la GV qui décide, c'est : "le coté" qui reçoit le vent, donc avec un génois, tu es privilégié si tu reçois le vent par ton tribord :-)

04 oct. 2010
0

Lolaic
Triangulaire, pour la cas d'un génois seul?

04 oct. 2010
0

.
Si on se base sur les régles je dirais comme Sailortoun.

Il y a les régles, mais il y a aussi le savoir vivre.
En général au portant on évite de prendre la tête de ceux qui font du près. Et si tu croise un bateau sous spi en général tu essais de ne pas l'obliger a manœuvrer.

04 oct. 2010
0

C'est pas la GV, c'est la bôme
Revenir à la définition de l'amure d'un bateau à voiles, GV triangulaires ou carrées, c'est la mm chose.
En tout cas, c'est pas le foc qui n'a pas d'amures.

RV

04 oct. 2010
0

A la GV près...
En fait, c'est la direction d'où la GV reçoit le vent, je suis d'accord avec Sailortoun.

Dans le cas particulier, la question était posée pour une navigation en Zélande. Ce n'est pas que les règles soient différentes en ces lieux, mais pour qui s'est trouvé dans la Veersemeer un dimanche, cela prend une importance particulière. Cela arrive de tous les côtés et on a souvent peu de place pour manœuvrer, avec les petites bouées des fonds de 1,50m qui sont toutes proches.

Je dirai que, toutes règles bien connues par ailleurs, on se trouve dans un cas un peu extrême où il faut anticiper au maximum la situation dans laquelle on va se trouver et manœuvrer en conséquence pour éviter de Ripamesques conflits!

04 oct. 2010
0

D'après ton dessin,
sauf à mettre le moteur et faire machine arrière toute, tu as une collision garantie...

RV

04 oct. 2010
0

oui,
... évidemment! ;-) c'est pour faire 17ko que j'ai rapproché tout le monde sur un jpeg de poche! ;-) ;-)
Alex, le savoir vivre est la première règle à appliquer, tu as entièrement raison! :-)

04 oct. 2010
0

Et après ?
Sailortoun a raison.

Tu es tribord, prioritaire sur ton copain de tribord qui est babord amure, et du dois la priorité à ton copain de babord, qui est sous ton vent.

Mais une fois cela posé, comment se dégager d'un tel bordel ?

Jacques

04 oct. 2010
0

Erendil
ne te fie pas à la photo, imagine un plan d'eau de plusieurs centaines de mètres ;-)

04 oct. 2010
0

Erendil
Je tire une fusée et je teste mon nouveau radeau de survie.

Pour le reste je fais comme tous ceux qui suivent le reglement, celui qui recoit le vent de tribord a priorité, et le bon sens prévaut évidemment, je n'ai bien sur pas envie de couler en droit!

04 oct. 2010
0

Et apres ?
ce n'est pas après qu'il faut réfléchir mais bien avant .
Moi je laisserais les deux passer .

Tu es vent arrière donc quand tu va virer tu passera bâbord ou tribord amure et tu resteras manœuvrant sans rentrer dans la zone de leur collision .
Ensuite les 2 restants n'ont qu'a dévier légèrement leur route pour éviter la collision .

Par cette manœuvre je laisserait les 2 autres de dépatouiller .

TÉMÉRAIRE mais pas KAMIKAZE

04 oct. 2010
0

vous jouez
petit bras....moi je coule les deux!

:acheval:

04 oct. 2010
0

Ponton,
Impossible, ils ont déjà ouvert leurs sabords, je suis foutu!!! ;-) :goodbye:

04 oct. 2010
0

moi je
dirais que c'est le plus gros qui a raison ...

Route d'abordage par un boooaaaaaaaaaaat ( c'est pour donner une idée de la longueur )et madame qui dit à son mari :

Chéri qu'est ce qu'il fait ( en parlant de son fils qui tenait la barre à roue ) , il y a un bateau qui arrive !

Et moi , j'ai viré en catastrophe pour pas abimer le beau bateau du messieur et je l'ai même pas insulté c'est dire si la mer rend courtois :-D

04 oct. 2010
0

tu es vent arrière
tu n'as aucune priorité

si tu te mets tribord amure, le voilier sur l'avant babord est prioritaire

si tu t'es mis tribord amure, c'est que tu étais babord amure, le voilier sur l'avant tribord est prioritaire.

dans la situation de ton dessin, j'aurai eu tendance à loffer babord amure et passer derrière le babord amures, puis à me mettre tribord amure pour passer derrière le tribord amure

au portant, lenavire est plus manoeuvrant.

Celui qui n'évite pas une situation d'abordage est fautif , prioritaire ou non.

dans les étroits chenaux, le tirant d'eau est à prendre en compte, est prioritaire celui qui ne peut s'écarter de l'axe du chenal sans prendre un risque d'échouement!

04 oct. 2010
0

"Tu es Vent arr, tu n'as aucune priorité", mais que nenni
C'est d'ailleurs pour ça qu'en régate, à la bouée sous le vent, tous les voiliers qui arrivent vent arrière empannent pour se retrouver bôme à babord, donc tribord amure.

Et les voiliers devant ayant déjà viré la bouée leur doivent la priorité s'ils sont babord amure, donc ils font en général quelques longueurs avant de virer.

Un voilier vent arrière avec la bôme sur babord a toute priorité sur TOUS les voiliers babord amure, quelle que soit leur allure.

Comme je l'ai déjà dit + haut, revenir à la définition de ce qu'est une amure.

RV

05 oct. 2010
0

tb,bb,slevent,auvent
tous ces termes sont expliqués ici avec la règle des privilégiés.

www.netprof.fr[...],1.aspx

bonne révision

05 oct. 2010
0

pour le permis
je sais que ça sert à rien, mais les règles sont intéeressantes

05 oct. 2010
0

Tout a fait
il est meme courant de laisser le spi à tribord et de passer juste la bome à babord pour être prioritaire, (engagé tu as droit à de l'eau à la bouée) tu descends comme ça plein cul juste le temps de passer la bouée, tu mets le génois à contre à tribord, puis tu empannes la gv et tu affales le spi dans le génois dans la foulé et tu repars au prés babord amure.

06 oct. 2010
0

RIPAM Arrêtons de finasser
fr.wikipedia.org[...]i/Amure

04 oct. 2010
0

et sur le deuxieme dessin
c'est pareil

05 oct. 2010
0

Les règles ont évoluées...
"le rattrapé peut se défendre en loffant jusqu'à être bout au vent pour empêcher l'autre de passer."

NON, ce n'est plus possible depuis déjà pas mal d'années...

05 oct. 2010
0

La règle ne parle pas dans ce cas de "au vent" et "sous le vent",
elle dit simplement que le bateau qui serre le vent le plus ou si tu veux qui est le plus prêt du vent est prioritaire.

RV

05 oct. 2010
0

J'ai écrit exactement le contraire, il me semble:
"le bateau qui serre le vent le plus ou si tu veux qui est le plus prêt du vent est prioritaire."

Je n'ai pas parlé de "au vent" et "sous le vent".

Un bateau au près est prioritaire sur tous les autres (sous la même amure bien sûr),
un bateau au travers est prioritaire sur un bateau vent arrière.

C'est assez logique, plus un bateau serre le vent, moins il est maneuvrant, donc il a la priorité sur celui qui est plus abattu et qui est plus maneuvrant.

RV

06 oct. 2010
0

Règle 12 du RIPAM
" Règle 12
Navires à voile

a) Lorsque deux navires à voile s'approchent l'un de l'autre de manière à faire craindre un abordage, l'un d'eux doit s'écarter de la route de l'autre comme suit :

i) quand les navires reçoivent le vent d'un bord différent, celui qui reçoit le vent de bâbord doit s'écarter de la route de l'autre ;
ii) quand les deux navires reçoivent le vent du même bord, celui qui est au vent doit s'écarter de la route de celui qui est sous le vent ;
iii) si un navire qui reçoit le vent de bâbord voit un autre navire au vent et ne peut pas déterminer avec certitude si cet autre navire reçoit le vent de bâbord ou de tribord, le premier doit s'écarter de la route de l'autre."

Le fait d'être au vent et sous le vent implique naturellement que les bateaux les plus près du vent sont prioritaires.

Fais un petit schéma et cela te semblera évident.

RV

06 oct. 2010
0

Et il ne peut y avoir de route de collision dans le cas que tu cites
"je peux m'imaginer qu'un bateau au près puisse être au vent d'un bateau au travers, tous les deux étant sur le même bord."

Fais un petit dessin.

Bon, j'arrête, bon vent à tous et take care.

RV

05 oct. 2010
0

Notion de "route normale"
On n'a plus le droit de lofer au delà de "la route normale".

09 oct. 2010
0

la question posée
fait référence à la navigation dans un chenal et non en régate ou lesregles sont particulières (engagement)

04 oct. 2010
0

Cela est...
...très intéressant RV! En course, si je bascule ma bôme pour redevenir privilégié face à une situation, je récupère formellement la possibilité de prendre l'ascendant sur mon adversaire? l’exemple que tu donnes est parlant : l’arrivée à la bouée sous le vent. Est-ce courant (je ne l'ai jamais vu faire vraiment, mais je n'ai jamais chercher à le voir non plus)

05 oct. 2010
0

Mais non
Le permis ca sert a rien ;-)

05 oct. 2010
0

Carrement
C'etait ironique dixit un autre poste...

04 oct. 2010
0

pas compliqué
tribord prioritaire sur babord et sous le vent prioritaire sur bateau au vent. de la combinaison des 2 règles ci-dessus et par rapport au premier dessin tu es tribord amure, tu n'es pas prioritaire sur le vert également prioritaire parce que sous ton vent et vous êtes tous les deux prioritaires sur le bateau venant de tribord qui est babord amure.

05 oct. 2010
0

JCL, tu oublies une 3ème et une 4ème règle
le bateau le plus près du vent a la priorité sur celui qui est moins près du vent sous la même amure.
Donc, par exemple, babord amure, le bateau au près est prioritaire sur le bateau au travers, et il n'y a pas dans ce cas de notion de "au vent" et "sous le vent", celle-ci ne s'applique que quand les bateaux font des routes presque parallèles mais de collision.

Et la 4ème que j'allais oublier: le rattrapant doit s'écarter du bateau rattrapé. S'il essaye de passer à son vent à une allure de travers par exemple, le bateau sous le vent peut loffer pour l'empêcher de passer.
On le voit également assez fréquemment en régate au vent arrière où le bateau derrière prend le vent du bateau de devant qui n'en peut mais, et le rattrapé peut se défendre en loffant jusqu'à être bout au vent pour empêcher l'autre de passer.

RV

05 oct. 2010
0

j'veux la règle !
dis moi le numéro de la règle. il est courant de lofer pour empecher le ratrapant de passer là tu m'etonne.
par contre captain tu m'epate sur la 3 eme regle. là aussi j'aimerais des details. si je suis au pres et que tu es largue (meme amure)je suis prioritaire à mon sens puisque sous le vent. par contre d'accord avec toi sur la 4 eme.
ps : on parle de regate bien sur, peut etre hs pour ce post !

05 oct. 2010
0

De bons schémas valent mieux que de longs discours
www.vyc.be[...]les.htm

A noter que ces 4 règles s'appliquent également à la navigation de tous les jours en croisière pépère, en respectant les règles du RIPAM bien évidemment.

RV

05 oct. 2010
0

Confusion !
Bonjour Captain,
je ne comprend pas bien ton interprétation : selon mes souvenirs et en consultant le lien que tu as renseigné c'est le navire le plus près du vent qui n'a pas "priorité".
Pourrais-tu étoffer ton raisonnement ?

Merci d'avance.

J.J.

05 oct. 2010
0

pas sur qu'un bateau au près
soit moins manœuvrant qu'un bateau sous spi le tout sans même faire intervenir les notions d'équipage vs solitaire etc

05 oct. 2010
0

Moi non plus je n'ai pas mentionné
"au vent" et "sous le vent".
Mais à mon avis, nous ne parlons pas du même règlement. Je me réfère pour ma part au RIPAM règle 12 Navires à voile

www.premiumwanadoo.com[...]pam.htm

et je ne retrouve pas les mentions que tu cites à savoir bateau au près ou bateau au travers.

Pourrais-tu me communiquer un lien pour le texte auquel tu te réfères ?

Merci d'avance.

J.J.

06 oct. 2010
0

Même sans schéma,
je peux m'imaginer qu'un bateau au près puisse être au vent d'un bateau au travers, tous les deux étant sur le même bord. Et dans ce cas donc le bateau au vent doit s'écarter. Mais je trouve que la confusion se dissipe, en effet il ne s'agit plus d'une 3ème ou 4ème règle mais d'une interprétation différente de la règle 12 du RIPAM et en particulier du § ii. Il reste qu'il ne faut pas confondre la position d'un bateau : soit au vent ou autrement énoncé le plus près du vent, avec une allure le près et là cela devient plus clair.

Bien à toi

J.J.

07 oct. 2010
0

C'est possible
mais ils ne peuvent pas se rentrer dedans.

Si le voilier au vent est au prés, il s'éloigne du bateau sous le vent qui est vent de travers.

Jacques

05 oct. 2010
0

Ami, pas d'accord
Il me semble qu'il y a confusion. Cette règle s'applique au bateau rattrapant qui passe sous le vent et n'a pas le droit de loffer.

"17.1 Si un bateau en route libre derrière devient engagé à moins de deux fois sa longueur
de coque sous le vent d'un bateau sur le même bord, il ne doit pas naviguer au-dessus
de sa route normale tant qu’ils restent engagés dans les limites de cette distance"

RV

14 nov. 2010
0

muraille
autrefois sur les navires de hauts bords les cotés par analogie au chateau fort se dénomaient murailles ,dérivé en mur ,le vent venait d'un côté au de l'autre ,ce qui ne régle pas le cas du vent AR avec le brassé carré ou son équivalence :les voiles en ciseaux ou l'on ne peut plus parler d'amure .Si l'on considére que la position de la GV détermine l'amure c'est facile il faut se mettre sous la fausse panne pour "gagner" la priorité ou simplement loffer un peu et empanner ,a ce jeu le vent AR est prioritaire.

04 oct. 2010
0

Celui qui à un tirant d'eau...
qui lui fait courir le risque de s'échouer....encore faut-il qu'il le fasse savoir au autres !

Peut-être doit il montrer les signes distinctifs "navire handicapé par son tirant d'eau" soir de jour un cylindre noir, et de nuit 3 feux rouges superposés sur 360°....:reflechi: mais pensez-vous qu'il y aura beaucoup de monde pour 1° s'n apercevoir, 2° pour le comprendre.... ;-)

04 oct. 2010
0

euh.....
"mais pensez-vous qu'il y aura beaucoup de monde pour 1° s'n apercevoir, 2° pour le comprendre...."

Tout bon marin est attentif au marques et sait les interpreter n'est-ce pas?? ;-)

04 oct. 2010
0

avant d'évoquer les privilèges
la règle de base (dans le ripam, sauf erreur de ma part) est de tout faire pour éviter toute collision, je met de côté les régates dont les règles permettent souvent de s'approcher du combat de rue.

Un règle de base enseignée par mon cher père il y a des années :
le respect de l'autre et le fait que l'on laisse la "priorité" au moins manœuvrant" en effectuant clairement toute manœuvre permettant d'éviter l'abordage

et surtout : il y a 2 règles de priorités (pour la route) ou privilèges pour la mer, ceux que l'on doit qui sont impératifs, ceux que l'on nous doit qui sont facultatifs...

jusqu'à présent ça ma plutôt bien réussi

04 oct. 2010
0

Et oui dans la pratique
C'est surtout comme cela qu'il faut se comporter et surtout montrer de maniere clair a l autre notre intention, par des embardé large et des changements de cap prononcé, sinon y a aussi les signaiux sonore que tout bon marin est censé connaitre....

04 oct. 2010
0

Oui mais...
Tout à fait d'accord avec le fait que la règle principale est de tout faire pour éviter l'abordage, que l'on soit ou non privilégié.

Mais, le RIPAM -dans sa grande sagesse- précise aussi (Règle 17) que le navire privilégié en route de collision avec un autre navire doit maintenir son cap et sa vitesse.
Ce n'est que lorsqu'il devient évident qu'une manoeuvre du navire privilégié devient la seule solution pour éviter l'abordage, que ce navire doit manoeuvrer.

Mettre en pratique des comportements sympathiques, mais non conformes au RIPAM, peut aussi conduire à des interprétations imprévisibles des uns ou des autres...

04 oct. 2010
0

Oui oui tu as raison
Ce serait comme s'arrêter a tout les feux verts sur la route, je comprend.
en fait c'est surtout lorsque l'on constate que l"autre" navire ne montre aucun signe comme quoi il va manœuvrer (ou qu'il ne vous voit pas) qu'il faut manoeuvrer.
Mais bon anticiper une éventuelle collision en modifiant légèrement son cap cela ne coute rien et reste plus "intelligent"... C'est préférable que de manœuvrer dans l'urgence, le stress et les conflits... La mer est suffisamment vaste pour éviter de se croiser de trop près comme c'est souvent le cas...

04 oct. 2010
0

1 étoile pour Spot pour cette phrase:
&lt&lt&lt&ltceux que l'on doit qui sont impératifs, ceux que l'on nous doit qui sont facultatifs... &gt&gt&gt&gt

04 oct. 2010
0

En effet belle phrase
Y'en a une que j'affectionne particulièrement:
"qui peut le plus, peut le moins"

05 oct. 2010
0

elle est excellente
j'avais toujours en mémoire " ce n'est pas parce que l'on a priorité que lon est obligé de la prendre", j'essaierai plus souvent d'emprunter celle de notre ami.
jj

04 oct. 2010
0

Bien d'accord avec lolaic et Sailortoun...
...quant à l'interprétation de la règle 12 du Ripam.
Ensuite, comment, en pratique, se sortir de cette situation ?
Il suffit, me semble-t-il, de loffer immédiatement pour se mettre vent de travers, en restant tribord amure. Le bateau se trouve alors au vent et en route parallèle à celle du petit copain qui venait de gauche. Tout risque d'abordage est alors évité avec les 2 autres canots. Ensuite, le skipper de notre bateau pourra tranquillement ralentir (choquer) puis abattre et passer derrière le bateau qui venait de gauche (celui qui venait de droite étant déjà croisé).

L'autre solution qui consisterait à empanner et loffer babord amures pour laisser passer la bateau de gauche me semble beaucoup moins évidente. Elle permet, certes, de passer derrière le bateau de gauche, mais elle conduit à se retrouver babord amures en route de collision avec le bateau venant de droite, qui lui aussi est babord amures, mais sous le vent et donc privilégié. Pas facile de le laisser passer, sauf à avoir le temps et la place pour ré-empanner tribord amures et loffer aussitôt après avoir laisser passer le bateau venant de gauche...

En théorie, j'imagine que je favoriserais plutôt la première solution. Mais, en fonction des circonstances, la 2ème peut être envisagée.

04 oct. 2010
0

comme quoi...
... une petite question amène de grandes réponses! ;-) Merci à tous pour votre réactivité!

en effet, sur le Veersmeer qui n'était pas l'exemple que j'avais en tête, on croise et recroise dans tous les sens, toutes les directions et le seul moyen de naviguer sans être en danger ou sans être dangereux consiste en une anticipation qui dépasse toutes les zones de navigations larges et profondes dans lesquelles on pourrait naviguer habituellement.

et... vous avez vu qu'on était tous d'accord sur ce fil!!!! ;-) ;-) ;-)

05 oct. 2010
0

Hum .. tous d'accord ...
Ouaip ... y'a pô ! y va falloir k'on nous invente un permi voile pour nous mettre tous d'accord.

05 oct. 2010
0

bizarre
de ce que j'ai pu observer dans la vraie vie, la règle de priorité généralement observée est la suivante :
Art. 1.26 : "Le First 210 cède le passage à l'Oceanis 50"

05 oct. 2010
0

pas toujours,
y'en a qu'on essayé... y'z'on eu des problèmes
yachtpals.com[...]on-3074

05 oct. 2010
0

Mon RIPAM à moi...
Règle n°1: j'irai jamais en Zélande!

Règle N°2: j'f'rai jamais de régate!

;-)

Laurent

06 oct. 2010
0

comme déja dit: le + gros ou le + foccard passe en premier
parce que rien ne sert d'avoir eu la priorité quand on est mort

cordialement

06 oct. 2010
0

en etude de permis
a mon avis, le bateau a ton babord est tribord amure et est sous le vent par rapport a toi donc privilégier sur le bateau de ton tribord et sur toi si tu te est tribord amure. si tu te babord amure il est quand même privilégier sur toi vu qu'il reçois le vent sur son tribord.le bateau sur ton babord doit le privilège sur le bateau de ton tribord vu qu'il est babord amure et vu qu'il est sous le vent par rapport a toi et que tu est babord amure vus que tu doit manoeuvrer pour le bateau de ton tribord tu doit lui laisser le privilège.A votre avis ce raisonnement est-il juste.

06 oct. 2010
0

et maintenant le meme probleme...
...mais avec une goelette a mats egaux qui descend plein cul les 2 GV en ciseaux...

:-D :-D :-D

( c'est pas un piege, je suis interesse par la reponse...)
;-)

06 oct. 2010
0

Je ne connais pas la réponse, mais
j'aurais tendance à répondre que c'est le grand mât qui donne l'amure.

Parce que, même de taille égale, il y a un grand mât et une misaine et/ou un artimon.

Donc, si trois mâts, celui du milieu, et si deux mâts, celui de l'arrière.

A confirmer.

RV

06 oct. 2010
0

What ?
Problème de congruence, il me semble, dans la deuxième phrase ?

06 oct. 2010
0

Du jus d'algues vertes....
Malgré une tentative d'exégèse talmudique du post de Liberty1, je ne m'y retrouve pas.
La question n'est pas entre le bateau venant de bâbord et celui venant de tribord, mais du bateau qui arrive voiles en ciseaux tribord amures par rapport aux deux autres.
Une expression claire pourrait aider!

06 oct. 2010
0

le plus gros....
Etant très souvent sur l'eau, je dirais c'est le plus gros qui passe..............

la régle c'est celui sous le vent qui doit passer mais sur l'eau c'est le plus C.... qui force la passage...

après cela gueule.... :-)

06 oct. 2010
0

nos réponses :
salut laurent,
gg2-4 dit: que c'est l'amure du foc qui compte...en mer (open water),
.. sur un chenal donc veerse meer ou oosterschelde il faut garder la droite du chenal, tout ce qui traverse n'a pas priorité
et sur une rivière..encore different...

mon petit mot :
-si il s'agit des eaux 'interieures' tu as deja 70° de chance que l'un d'entre eux a son moteur qui tourne :-)
==&gt ouvrir les oreilles et voir si ça crache !
-crier "bakboord" :pecheur: les douteurs s'écartent LOL
a+
cath

06 oct. 2010
0

Mais non GG
C'est l'amure de GV qui est prise en considération, sauf si on navigue sous génois seul, of course.

Exact dans les secteurs relativement étroits comme Veerse Meer ou Oosterschelde où , en plus, on rencontre des véliplancjistes qui déboulent de tous les côtés comme des fusées plus quelques rameurs courageux!!!

07 oct. 2010
0

ah oui, Cath !
en plus vous criez bakboord (babord pour nos amis français) et nous "tribord" quand on est privilégié.

En clair, les néerlandophones crient "VOUS N'ETES PAS PRIVILEGIE !" et les francophones crient "JE SUIS PRIVILEGIE !"

Différence de mentalité latine et germanique ? Intéressant...:heu:

Que crient les sujets de Sa Grâcieuse Majesté ?
Ils ne crient pas, me direz-vous... Tous des gentlemen... hum...

09 oct. 2010
0

Starbord...
Starbord hurlent les Britanniques...

09 oct. 201016 juin 2020
0

Pour resumé
Et faire simple...

11 oct. 2010
0

Il faut relire, Malaga...
le premier livre de voile pour y apprendre que le tribord amures est privilégié et non pas prioritaire. Cela signifie que l'autre navire doit s'écarter de sa route, mais si la collision semble inévitable, il doit faire une manœuvre d'évitement, faute de quoi il se verra attribuer une part de responsabilité dans la collision qui s'ensuit.
Le RIPAM et ses règles est notre livre de chevet favori... ou devrait être...

11 oct. 2010
0

oui,
Enfin, j'ai beau relire tout le fil, je ne vois personne ici qui soit obligé de réapprendre la base du vocabulaire (et heureusement par ailleurs). Et si la question que je posais paraissait stupide à la base, je ne m'étonne pas du nombre de réponses vu que nous avons partagé par mal d'infos dans différents domaines... Donc +1 à tous! Mais vous n'aurez pas le privilège de vous voir offrir une étoile en priorité pour chacune de vos réponses ...lol... :-D ;-) :-p

14 nov. 2010
0

Juridiquement
difficile a prouver c'est tellement ténu ,il vaut mieux s'écarter du voilier qui frise le vent AR

11 oct. 2010
0

ce qui est sûr:
il faut connaitre les règles.......

et naviguer en fonction de l'environnement dans lequel on se trouve et repérer de loin celui qui risque de nous couler

naviguer, c'est prévoir il faut anticiper franchement sa manoeuvre pour éviter l'abordage ..... ou sortir de l'incertitude qui pèse sur la décision à prendre.

on navigue à la voile pour le plaisir et non pas pour em...... ce qui font comme nous ou ceux qui bossent

Très souvent, devant croiser la route de plus "méchant" que moi, je modifie mon capet fait route sur l'arrière de celui qui risque de me couler

Pour ce qui est du respect des règles, méfiez vous des anglais qui se déroutent pour vous passer devant!

25 nov. 2010
0

et pourtant ...
j'en croise régulièrement qui ne savent pas ce qu'est une priorité, en mer.

Je précise que je parle de voiliers, car pour les bateaux à moteur c'est pire encore !

25 nov. 2010
0

moi je veux bien ecumeur
mais quand tu dit tres souvent ils ignorent en plus et pata ti et pata ta, faut pas generalisé non plus, ont a l'impression en lisant que seul les gens qui ont des voiliers savent tout et tout faire.... des fois c'est pas triste non plus crois moi, et j'en ai vus et meme aidé. ;-)
ps/ j'ai un moteur ;-)

25 nov. 2010
0

bonsoir ecumeur
tout a fait d'acord avec toi,tout le monde se plante au minimum une fois ;-)et là je suis gentil :-)
moi qui fait beaucoup les canaux, j'en vois et c'est pas triste mais a mon avis, y a pas pire que le hollandais :-D mais bon faut prendre ca avec humour et si l'on peut aider.
le seul que je n'aiderais JAMAIS, c'est le mec a la barre de son bateau et bouré, desolé, et ca, la boisson en plaisance comme ailleur, c'est un fameux probleme ossi,meme si personellement j'aime prendre un voir plusieurs aperos gentillement, mais certainement jamais en conduite ou autre.
pour ce qui est du permis, je suis sur qu'il ne sert a rien mais faire de l'ecolage non pas pour le permis mais pour savoir, là je crois que ça devrais etre instauré.

07 oct. 2010
0

Avec leur manière indirecte....
de dire les choses, je pense que les Gibis disent "je crains que vous soyez privilégié!"!!!

09 oct. 2010
0

Et certains français
" casse toi pauvre con "

Ok, je sors ...:acheval::acheval::acheval:

11 oct. 2010
0

Croyez vous qu'un permis voile
Je suis effaré de lire le nombre d'interrogations, d'incertitudes pour le problème simple posé.

Croyez vous qu'un permis voile améliorerait cela?

Surement pas, puisqu'il suffit d'ouvrir le premier livre de voile pour y apprendre que le tribord amure est toujours prioritaire, qu'un voilier au près est prioritaire sur son collègue à une allure plus arrivée.

Vous y trouverez aussi les définitions de termes utilisés, à commencer par amure...

Avant de naviguer, il faut d'abord connaitre le Cours de navigation des Glénan ou un autre.

Imaginez vous conduire un camion sans connaitre la priorité à droite?

11 oct. 2010
0

Privilégié ou prioritaire.
Effectivement Ecumeur. Mais, dans tous les cas, s'il y a collision, 10% de responsabilité sont toujours attribué au voilier victime d'une collision.

Et quand on ne sait pas ce qu'est une amure, on ignore surement la nuance entre privilégié et prioritaire...

14 nov. 2010
0

Larousse
AMURE :Etre tribord(bâbord)amures recevoir le vent par tribord(par bâbord). le plein vent AR est un intant ponctuel,fugace,infitésimal qui est impossible d'évaluer avec exactitude ce point échappe donc a la définition d'AMURE,en pratique cette position n'existe pas ,le vrai repére pour déterminer tribord ou babord amure c'est la girouette ;-)

25 nov. 2010
0

Malaga et Mondocane
Il faudrait tout de même se souvenir que la "priorité" n'existe pas en mer, voilier ou moteur.
Il existe des "navires privilégiés", ce qui est tout à fait différent. Et en cas de risque de collision inévitable, le navire privilégié est tenu de manœuvrer pour éviter la collision, faute de quoi il se retrouve avec une part de responsabilité en cas de "boum"!
Je ne pense pas qu'un permis voile améliorerait la situation car quand on voit comment les "motoristes" qui passent un permis tiennent compte de la règlementation, on peut se poser des questions. De plus, très souvent, ils ignorent en plus les techniques de base de manœuvre dans les ports ou ailleurs...

25 nov. 2010
0

Salut Geo!
Je ne généralise pas, mais je constate à longueur de saison ainsi que sur mon ponton.
Le problème, je crois, c'est l'enseignement pratique dispensé chez nous pour le permis moteur.
Je vois des bateaux écoles évoluer dans les ports et effectuer diverses manœuvres, très souvent contraires à ce qu'il faudrait faire, par exemple accoster face au vent ou au courant à titre d'exemple.
C'est vrai que certains voileux sont également totalement nuls dans ce domaine. Et puis il y a ceux qui "savent" et se plantent un jour, comme lorsque j'ai essayé de détruire une digue au Havre avec l'étrave de mon EdM!

14 nov. 2010
0

Tout est question de priorité
Apres toutes ces interprétations de la situation, la solution est la même que par grand vent, prendre la fuite
Alors , sur ce cas précis, ne faut'il pas dire "chérie, prend la barre, je vais te préparer une infusion"
amicalement

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

août 2017 de retour d’Ecosse vers Bangor

Après la pluie...

  • 4.5 (79)

août 2017 de retour d’Ecosse vers Bangor

mars 2021