Poids max pour monter au mat

Bonjour a tous
Je vais devoir monter au mat de mon first 25.7 pour réaliser différents travaux (remplacement du feu de mat, remplacement de l'hélice de mon anémomètre perdu lors du dernier coup de vent, etc...). Cependant, je me pose la question du poids max admissible en haut du mat sans que le bateau ait un risque de se coucher. En effet, le first 25.7 n'est pas un gros bateau, et je suis d'une nature plutôt imposante (environ une centaine de kilos), alors je le demande si il est possible de monter travailler la haut sans voir le bateau se coucher, ou alors est il préférable d'intervenir lorsqu'il est sur ber, sachant que le lest de la quille relevable pèse 620 kg.
Merci de vos retours et conseils.

L'équipage
31 oct. 2021
31 oct. 2021
1

Il faut que tu aies 2 personnes en bas sur chaque bord pour stabiliser le bateau et éviter l effet balancier.
On a procedé comme ça pour changer la girouette sur un gib'sea 24.

On a aussi doublé l attache drisse de gv et balancine pour monter.


31 oct. 202131 oct. 2021
2

Ce que je faisais sur mon Filo (2T200 et moi un peu moins de 100 kg...), c'était d'attacher 2 bouts montés sur une drisse sur les taquets de ponton un peu loin à gauche et à droite (je passais parfois entre le génois et le mat du bateau des voisins). Bien souquer après la drisse au winch et là, le bateau ne bouge pas ! C'est très confort car le copain peut se déplacer sur le bateau sans souci de bouger en haut dans tous les sens...

Je rajoute juste car tu parles de Ber : je crois que les pros n'ont pas le droit d'intervenir sur les mats avec les bateaux à sec. Y a sûrement y avoir une bonne raison ?


31 oct. 2021
0

abattre en carène ,je l'ai fait avec un sylphe
alain


31 oct. 2021
0

Sur l'eau le bateau peut giter, l'équipier tomber à l'eau, sur ber, si poids en eau fait giter le bateau, il tombe sur du dur, idem sur rupture de drisse.
je préfère monter au sec car cela ne bouge pas, mais il semble que ce soit potentiellement plus dangereux.
Sinon, dématage ou abbatage en carène.


iclo420:Sur ber, vraiment à éviter. Si le bateau ne peut pas bouger c'est parce que ça force sur la très faible surface de contact des patins·le 01 nov. 10:51
31 oct. 2021
0

Si le port ne subit pas de grande amplitude de marée, et si la capitainerie ne s'y oppose pas, l'abattage en carène peut faciliter ces travaux car pour utiliser les outils des deux mains il faut avoir les deux pieds sur un support stable, sinon c'est de l'acrobatie.
La complicité amicale d'un ou deux autres voileux voisins aiderait fortement, et pas de risque de chute.


31 oct. 2021
4

Lest en bas, sans vent, au port, aucun risque qu'il ne se couche.
En effet, ton poids exerce une force vers le bas et le couple de rappel est maximum dans ces conditions.
Je le fais régulièrement sur mon voilier de même taille et ça ne bouge pas.
Sur un ber, je serais moins rassuré...


31 oct. 2021
1

Bonsoir,

100 kg en haut du mât d' un 25 pieds, c' est rien du tout... et heureusement, car sinon, il y aurait du soucis à se faire.

Il y a quelques années, j' avais filé un coup de main à un copain dont le Sangria avait cassé son amarre sur un corp-mort et s' était retrouvé en haut d' une plage, par grande marée avec coef descendant.
Le bateau étant couché, on avait suspendu environ 150 kg à la drisse de spi, plus deux annexes sanglées à la quille, plus deux personnes au rappel dans les haubans.
Avec tout çà réuni, la gîte maxi était d' environ 45 à 50 ° et on a eu du mal à dégager le canote, qui était remorqué par un petit bateau de pêche.

Gorlann


31 oct. 2021
0

Si tu te mets à gigoter d’un bord à l’autre , ça va faire un drôle de pendule qui va prendre de l’amplitude , méfie toi !


cochise42:oui, comme un métronome, il te faudra alors chanter en mesure.·le 01 nov. 08:07
rati:Se "mettre aux normes" en quelque sorte ?·le 01 nov. 10:00
01 nov. 2021
0

J'ai du monter un certain nombre de fois au mat de notre corvette et ce n'est pas gros comme btx sans même m’être poser la question et sans pb (60kg à l'époque ;))
je ne parle pas de notre boudignion c'était plus gros.


01 nov. 2021
2

Apres chez mois a Port Camargue aucun professionnel ne monte a terre au mat.
C'est plus ou moins interdit apparemment et dangereux pour le bateaux et le bonhomme.


rati:On appelle d'ailleurs ça "faire le mat à mort" 😁·le 01 nov. 09:39
jerome1966:Elle est bonne·le 01 nov. 10:44
0

Tant que le bateau reste droit ça va.
Mais si par ex un équipier monte à bord on peut rapidement avoir des pb.

Un bon indicateur : si le roulis est très lent on n'est pas loin du chavirement.


Brandan:@Hubert. Intéressant cet indicateur. Une théorie mathématique sous-jacente certainement. Phénomène de résonance ? Si tu pouvais donner un indice permettant de comprendre ce phénomène. Amicalement.·le 01 nov. 10:07
Hubert, de Cherbourg:Pour la théorie, cela parle de métacentre, trop compliqué pour moi.Empiriquement : la période de roulis d'un bateau sans mât est rapide.Plus il y a de poids dans les hauts plus c'est lent.Mais aussi plus il y a de poids haut placé plus l'angle de chavirage est petit.Donc si vous êtes lourd en tête de mât et que vous sentez que les petites oscillations sont lentes plus il faut que le bateau reste droit.·le 01 nov. 10:41
Brandan:Merci Hubert·le 02 nov. 12:49
mosc:comme un métronome alors ·le 03 nov. 07:43
Hubert, de Cherbourg:Oui à ceci près que le voilier même très chargé en tête de mât a une petite plage de stabilité grâce au déplacement du centre de carène.·le 03 nov. 08:12
01 nov. 2021
2

Voici ce que dit la revue Bateaux dans son essai du 25.7:

"Un lest important donne une bonne stabilité : couché sur l'eau il peut porter
une masse de 60 kg en haut du capelage ."

Donc, même pas en haut du mât. Il n'y a plus qu'à en tirer les conclusions pour le Captain Quintal.

Plouf !

Ou alors, subir les quolibets quand on est cramponné en haut d'un mat d'un voilier bien gité et sur lequel personne sauf un acrobate ne peut plus monter pour tenter de redresser l'engin.

www.mottemarine.fr[...]5.7.pdf

Le plus raisonnable est encore de capeler la tête de mat entre deux pontons, comme déjà suggéré. Si c'est entre deux pontons flottants, la marée n'y fera rien.

Il faut rajouter que puisqu'on est en hiver, démâter pour tout inspecter et remplacer les pièces bien à l'aise n'est pas un mauvais plan non plus.


01 nov. 2021
2

aller ça peut le faire


Hubert, de Cherbourg:Vous remarquerez que la gîte est réglée par un bout entre les sacs et le pied de mâtPlus on laisse les sacs s'éloigner plus la gîte augmente.·le 01 nov. 10:05
rati:Bien vu ! (@2:22 on le voit bien). Visionné rapidement et partiellement... je me posais la question du redressement ?·le 01 nov. 10:52
crescent76:Je n'y aurais pas penséMais comment éloigner les sacs pour le faire giter? ·le 01 nov. 11:28
Hubert, de Cherbourg:Le moindre soupçon de gîte va écarter le sac et plus il s'écarte plus cela gîteL'intérêt de remplir le sac avec de l'eau : si le bout qui retient le sac au pied du mât venait à lâcher la gîte se stabiliserait quand le sac touche l'eau.·le 01 nov. 12:54
2

Une fois couché le poids nécessaire pour le maintenir couché est beaucoup plus faible que le poids qui a été nécessaire pour le coucher.
Pour les petits angles, c'est la stabilité de forme qui tient le bateau debout.
Au-delà c'est le l'est qui compte et alors le couple créé par le poids en tête de mât peut facilement être supérieur au couple de rappel du lest.


01 nov. 202101 nov. 2021
-1

100kg, c'est 5 jerrycans de 20l.
Pour se rassurer, il suffit de les monter en haut du mât, en les fixant les uns sous les autres, et voir comment ça réagit...
Jean
PS:on peut avoir un bout ramené au pied du mât pour limiter l'amplitude (comme le fait remarquer Hubert)


Hubert, de Cherbourg:attention ! un coup de gîte (chalutier qui passe, deux copains qui montent à bord e même temps ... et plouf, le mât dans l'eau !on le répéte, tant que le bateau est à peu près droit ça va, mais ensuite le chavirage est rapide.je n'ai pas retrouver cette vidéo rigolote où deux équipiers en tiennent un troisième par les pieds et les mains pour le balancer à l'eau : à la une ! à la deux ! et ... plouf le bateau chavire ! il se redresse aussi vite quand tout le monde est à l'eau.voilier d'environ 7 mètres.·le 01 nov. 18:16
jeec:Donc, je corrige: C'est pas "on peut", mais "on doit" que j'aurais du écrire dans le PS...Jean·le 01 nov. 18:22
Hubert, de Cherbourg:je n'avais pas vu le P.S.·le 01 nov. 18:53
02 nov. 2021
2

Bonjour,
Je suis monté deux fois en haut du mât de mon First 25.7 sans assurage sur les pontons: ça c'est bien passé (je pèse environ 95kg sans les outils...). Mais je monte maintenant en assurant le haut du mât sur deux vielles drisses frappés sur le ponton et je suis bien plus tranquille.


02 nov. 2021
1

je pense que je vais envisager de capeler le mat de chaque coté sur les pontons, comme ca pas de problèmes. je ne vais pas risquer au mieux de me retrouver à l'eau et d'amuser la galerie, au pire d'abimer le bateau et les voisins de ponton en montant sans assurance de stabilité.


02 nov. 2021
0

Je ne sais pas si c'est totalement conforme à la politique de HeO mais il existe un groupe publique face de bouc de propriétaire de first 260/25.7: "First 260 Spirit - First 25.7", des fois que... ;)


gera:Je vais aller jeter un coup d'oeil.·le 02 nov. 12:45
02 nov. 2021
0

Dans un port à pontons flottants parallèles,"abattre en carène" voilier amarré le long d'un ponton, une drisse de tête de mat tirée depuis un autre ponton jusqu'à ce que la tête de mât soit au-dessus du ponton, à hauteur d'homme.


Chtit Luma:En prime, un excellent moyen de voir si le voilier va venir gentiment ... ou pas.Pas évident de trouver un emplacement adéquat, cependant.·le 03 nov. 10:12
03 nov. 2021
0

Le problème n’est pas de savoir si le bateau ou le mât vont tenir … mais plutôt de savoir combien de temps toi tu vas pouvoir tenir ton quintal dans ta chaise … j’en pèse 80 et déjà au bout de 10 minutes la position devient très inconfortable et le travail difficile. Prévoir un équipier pour t’envoyer l’outil que tu auras inévitablement oublié en bas. Mais qu’il ne reste pas juste en dessous de toi non plus au cas où tu laisserait tomber un outil.


04 nov. 2021
0

L'abattage en carène permet en plus de travailler à deux avec tout le matos à portée de mains.
Comme le dit Chti Luma la principale difficulté est de trouver le bon emplacement.
La préparation du bateau, intérieur et extérieur n'est pas négligeable : réservoirs vides, tous rangements assurés, batteries, moteur, objets lourds et contondants devront supporter 95° de gîte sans dégât.


04 nov. 2021
0

A l'époque où j'avais mon bateau dans le port de Granville (port du Hérel), ce port était assez bien foutu car le ponton où l'on pouvait mâter seuls son voilier disposait d'une petite nacelle équipée d'une grue sur le haut de la jetée (à environ 8/9m de haut). Il doit bien se trouver d'autres ports en France qui dispose de telles installations à disposition des plaisancier.
Sinon tu as aussi la solution de trouver un pont à bonne hauteur enjambant une rivière ou une ria. A Plouer-sur-Rance où se trouve aujourd'hui mon voilier il y a des plaisanciers qui remonte la Rance jusque vers Dinan pour trouver le petit pont où ils démâtent ou bien intervienne en hauteur sur la mât.
Je sais qu'à Brest certains font de même dans les rivières navigables qui se jettent dans la rade.


04 nov. 2021
0

Certaines affirmations ici m'interpellent.
Je ne suis pas sûr que 620 Kg à 1,50m sous l'eau suffiront à contrebalancer 100kg à 10,50m au-dessus de l'eau.

Ce calcul théorique semble montrer que seule la stabilité de forme maintiendrait le 25,7 horizontal, et au-delà d'un certain angle de gîte, plouf ! :

  • 620Kg X 1,50m (distance ligne flott./CG lest = 930 (kg/m ?)
  • 100Kg X 10,50m distance ligne flott./CG bonhomme haut du mât = 1050 (Kg/m ?) Donc 930Kg:10,50 = 88,5Kg équilibre de poids

Si l'on envoie en tête de mât un svelte de 65 Kg, pas de risque.


Skip'cool:En première approximation c'est bon. En fait lorsque le bateau gîte, la projection du centre de carène se déplace et améliore le couple de rappel. C'est probablement une des raisons qui font que le couple de rappel est maximal pour des angles de 60° (de mémoire), mais je ne parie pas mes propres doigts!·le 04 nov. 20:42
Hubert, de Cherbourg:Mais avec quelqu'un en haut du mât le couple de rappel max sera atteint pour un angle beaucoup plus faible et l'angle de chavirage aussi.·le 04 nov. 20:49
05 nov. 2021
1

pour tous ceux qui disent pas de soucis ,noproblemo etc.... avec un guss de 100kg en haut du mat d'un 25" qui n'est pas extra large et n'a pas de bulbe, le risque de finir dans les haubans du voisin est grand,à la première vague dans le port tu peux le regretter.

Un jour ou je devais monter au mat de mon bepox 750 (je pèse 100kg) je pose la question à mon beau frère architecte diplômé de southampton: réponse: c'est vraiment limite, si tu as un collègue plus léger envoie le à ta place.

ceux qui te conseillent de bien assurer le bateau avant de grimper ont mille fois raison. Ceux qui te conseillent d'abattre le bateau pour bosser tranquillement sans faire la java en haut ont tout autant raison :-)

Démâter si tu as beaucoup de boulot (perçage etc...)est ausssi une bonne option :-)


Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Coque de bateau

Souvenir d'été

  • 4.5 (172)

Coque de bateau

novembre 2021