plonger pour décoincer son ancre

Bonsoir
Il y a quelques jours un plaisancier constatant son ancre bloquée a plongé pour la débloquer.
Sa femme ne le voyant pas remonter à déclenché les secours.
Son corps a été retrouvé dans les algues très abondantes à cet endroit.

J'ignore s'il y a eu malaise ou s'il s'est pris dans les algues.

L'avis de personnes expérimentées m'intéresse

L'équipage
30 juil. 2019
30 juil. 2019
0

triste histoire

30 juil. 2019
1

Groix il y a deux jours?
Entendu le déroulement par vhf, effectivement très triste, et impressionnant.
Une pensée pour eux.
.
Sur aller récupérer son ancre en apnée, tout en ayant été moniteur de plongée il y a trente ans mais en n'ayant plus plongé depuis, je n'y irais pas, tiens peut être trois quatre mètres mais sinon absolument pas; il y a des club de plongée presque partout on peut souvent trouver assez vite des passionnés qui peuvent aider contre contribution à récharge bouteilles, on va dire

30 juil. 2019
0

Pensée pour la famille et les proches.

Attention avant de porter tout jugement. Rien n'indique que cet homme n'était pas un plongeur expérimenté. Mêm eaux plus aguerris les accidents peuvent arriver.

31 juil. 201916 juin 2020
1

Un drame pour la famille. Il a peut-être eu un malaise.

En Méditerranée, lorsque l'ont sort pour aller dans les calanques, là où les fonds ne sont pas trop profonds et bien sur quand il y a beau temps, nous attachons l'ancre avec une "cigale". C'est à dire que l'ancre est attachée à la chaine par l'extrémité où il y a les plateaux (par exemple) avec une manille et du coté de la hampe la même chaine est simplement attachée avec une fine cordelette qui doit casser au cas où l'ancre serait bloquée. A ce moment-là, l'ancre est retirée à l'envers et remonte plus facilement.

31 juil. 2019
0

il est top ce systeme !!!!

31 juil. 201931 juil. 2019
31 juil. 201931 juil. 2019
1

Très triste j'ai perdu un copain voileux dans une situation presque similaire !
se rappeler que :
La plongée est une activité à risque ! c'est bien pour cela qu'il est recommandé d’être deux en plongé !

Mes pensées vont à sa famille et à ses proches .

.

31 juil. 2019
1

Il peut y avoir beaucoup de causes à l'accident. Etait-il en apnée ou en bouteille... Je suis moniteur de plongée et j'ai une petite bouteille à bord. J'arrive pour la nuit, je vais voir. Si elle est coincée (pas encore arrivé), je peux aller. Si le vent monte, je vais empenneler (pas encore eu le cas)... Pratique et ludique. A condition de connaitre un peu...

31 juil. 2019
4

Le cerveau privé d'O2 on perd connaissance en 15s et 5mn après le cerveau est quasi irrécupérable.
Notre vie tient à très peu de chose.
La plongée apnée ou bouteille est par principe physiologiquement une activité à risques certains (1/1000) en elle même, qui peut amplifier un problème préexistant.
Que ce soit apnée ou bouteille, pour réduire les risques de la plongée il faut un entrainement spécifique et respecter ensuite des règles à connaitre et appliquer.
Le milieu aquatique est par principe dangereux. Les noyades sont plus nombreuses que jamais en France, les enfants en particulier payant cher la bêtise des parents.

31 juil. 2019
0

Que signifie "cerveau privé d'O2" ?
des apnéistes tiennent plusieurs minutes sous l'eau...
C'est une question de pression partielle, non?
tandis que le réflexe respiratoire est géré par la pression partielle de CO2...

L'apnée est une activité accidentogène par le fait qu'elle parait accessible à n'importe qui, sans formation aucune... un coup d'hyper-ventilation, on bloque et on se croit meilleur...
alors qu'on file droit vers le pépin...

31 juil. 2019
3

NOTRE CORPS N'EST QU'UNE MACHINE PHYSIOLOGIQUE TOTALEMENT AUTOMATIQUE. Cette implacable évidence est très difficile à faire admettre à interlocuteur humain.

Notre cerveau humain nous trompe en nous faisant croire que nous pouvons être le maitre absolu de ces automatismes bulbaires

!!! Privé d'O2 veut dire privé d'O2 !!!!!
Par exemple par arrêt de la circulation, entre l'arrêt cardiaque et la mort cérébrale il y a 3 à 5mn maximum, raison pour laquelle la survie cérébrale tient à la rapidité à faire repartir le cœur ou à au moins faire un massage cardiaque immédiat ET efficace, action à privilégier en premier sur la ventilation bouche à bouche et à maintenir tant que l'équipe de REA n'a pas pris le relai.
Dans l'intoxication au cyanure, gravissime, le sujet a toujours son sang oxygéné mais les cellules ne peuvent plus utiliser l'O2.
Dans l'intoxication très grave, et hélas encore trop fréquente au CO
l'hémoglobine, saturée en CO qu'elle fixe 300 fois mieux que l'O2,
ne peut plus transporter l'O2.
Dans les deux cas le sujet cherche à respirer mais en vain.
L'air que nous respirons au niveau de la mer est à une pression partielle 25% x 1013mb = 250mb (à 4500m d'altitude la pression partielle serait la moitié) !!!! MAIS ATTENTION !!! ce qui compte c'est la pression partielle au niveau cellulaire qui est autour de 10 à 15mb. Il y a une chute gigantesque de pression partielle obligatoire pour réussir à vivre. On peut faire vivre un certain temps des sujets d'expérience sans aucune circulation sanguine en saturant le liquide extracellulaire en O2 (ce qui ne résout pas le problème de l'élimination de CO2 produit par les cellules).

ACCIDENTen APNEE: Des capteurs spécialisés au niveau carotidien mesurent les taux de CO2 ET D'O2. MALHEUREUSEMENT la baisse d'O2 prévient très peu, l'obligation impérieuse de mobiliser ses muscles respiratoires étant déclenchée par la montée du CO2 dans le sang.
Notre corps n'a pas la possibilité de surstocker l'O2.
L'hyperventilation baisse seulement le CO2 plasmatique sans bénéfice pour l'O2 mais provoque, de façon dangereuse en apnée, un retard du signale d'alarme CO2. Le sujet peut donc facilement prolonger sa plongée, jusqu'au moment où l'O2 étant consommé il va y avoir perte de connaissance SOUS l'eau. Le sujet ne contrôle plus rien mais vit encore et donc le CO2 va ensuite déclencher SOUS l'eau un réflexe de reprise repiratoire et noyade immédiate.
En situation limite à la remontée la perte connaissance peut aussi être déclenchée par hyperextension du cou stimulant les capteurs carotidiens.

REGLE d'APNEE: JAMAIS D'HYPERVENTILATION TRES PROLONGEE pour garder l'alarme CO2 active en premier.
(La règle du 1/3 temps du Dr Sciarli est empirique mai elle est mieux que rien (on hyperventile seulement 1/3 du temps de l'hyperventilation test de surface qui fait tourner la tête par alcalose).

31 juil. 201916 juin 2020
3

Triste fin.

Personnellement je me suis fait un système pour décoincer l'ancre sans plonger.
J'ai un mousqueton de grande taille de longe harnais de sécurité du boulot celui pour se prendre sur des tuyaux de 60. J'y ai passé un bout de 20 m .
Pour décrocher l'ancre je me met à pic chaine tendue
j'enfile le mousqueton sur la chaine et je laisse descendre au maximum.

Ensuite je remets une dizaine de mètres de chaine en coulant et je laisse suivre le bout(important).
Quand j'estime avoir mis suffisamment de chaine je remonte sur l'ancre avec le bout mis au taquet et je continue d'avancer jusqu'à ce que le système aie tiré l'ancre à l'envers c'est à dire par le cul.
Une fois libérée il n'y a plus qu'à la remonter.
Je vous mets une photo du mousqueton. J'en ai offert un ou deux l'an dernier à des français de rencontre.
www.ugap.fr[...]05.html

31 juil. 2019
0

Super! En quoi un grand mousqueton de marine ne peut-il convenir?

0

Un grand mousqueton avec une résistance à la rupture de 2500 kg pour 21 €, en marine, ce n'est pas possible : pas assez cher...

31 juil. 2019
0

Pensée à ses proches.

Okilebo, je ne comprends pas bien ton système : si l'ancre est vraiment coincée, horizontale sur le fond, la hampe, solidaire du soc, ne se mettra pas verticale ? et ton anneau ne pourra pas aller jusqu'au soc ?

31 juil. 2019
0

Vu ce système sur les salons :
www.bateaux.com[...]-d-orin
Un retour d'expérience?

31 juil. 2019
0

A vous lire , il ne faut pas chercher à plonger pour décoincer une ancre , trop dangereux.
Je l'ai pourtant vu faire plusieurs fois
Un grand nombre de plaisanciers non professionnels de la plongée , non particulièrement entrainés plongent pour couper un bout pris dans une hélice , le danger me semblait alors de s'assommer sur la coque qui monte et descend avec une fréquence différente de celle du plongeur .
Comment faire en pareil cas?

31 juil. 2019
0

A mon avis il n'y a aucune commune mesure entre aller à l'hélice à 50cm sous la coque et aller decoincer en profondeur, souvent sans visibilité, avec des risques d'accroche, une ancre engagée.
Décrocher une ancre en apnée c'est vraiment risqué je pense. Il vaut mieux laisser le mouillage avec un parebat et revenir équipé ou avec un pro de la plongée.
Un mouillage c'est moins cher qu'une vie.
Certains l'ont peut-être fait, et d'autres ne sont pas revenus.

31 juil. 2019
0

Tout est question de profondeur, de savoir-faire et d'entraînement.
Et puis, aussi, de (mal)chance.

L'hélice se trouve à 1 mètre de profondeur : ce n'est franchement pas un exploit que d'aller y décoincer un bout (quoique...).
Et il n'y a besoin d'aucune matériel autre que palmes masque et tuba : un casque, peut être ? Un ami utilise un casque de rugby...

L'ancre, c'est une autre affaire.

09 sept. 2019
0

Vous avez parfaitement raison. J'ai DU le faire plusieurs fois pour cause de blocage d'hélice à cause des algues. Le risque est effectivement celui que vous indiquez. Mais à partir du moment où on en a pris conscience, on tente d'anticiper le mouvement du voilier.
Même avec le recul, je ne vois aucun autre façon d'agir dans une telle situation.

31 juil. 2019
0

Et bien oui, ce système semble fonctionnel.
Mais je préfère MON système, plus simple efficace et pas cher du tout.
Évidemment, MON système rudimentaire n'est pas à utiliser par gros temps, mais chez nous, on ne voit pas l’intérêt de sortir par gros temps alors.

31 juil. 2019
0

Pour plonger, il y a aussi ce système :
www.eazydive.com[...]/
... et quelques plongées d'initiation dans un club pour les procédures

31 juil. 2019
2

Quels que soient les appareils de plongée à l'air comprimé,
l'utilisation expose dès 4m au risque MAJEUR de surpression pulmonaire (éclatement des alvéoles pulmonaires), si à la remontée on ne souffle pas de façon continue l'air contenu dans les poumons. IL EST IMPERATIF d'avoir suivi une formation minimum permettant de neutraliser le réflexe de blocage de la glotte à la remontée avant toute utilisation.
Les apnéistes qui passent à la plongée à l'air comprimé doivent absolument atteindre une maitrise complète de la procédure.

31 juil. 2019
0

Donc si l'on peut éviter de plonger, c'est plus safe.....
Et en Bretagne l'eau est froide.

31 juil. 2019
3

Oringuer !

31 juil. 2019
3

Encore une bonne vieille méthode oubliée! Oringuer évite la plupart du temps le risque de coinçage de l'ancre et permet de la remonter sans aucun risque.

09 sept. 2019
0

Oui mais oringuer n'est pas toujours possible surtout dans les petits ports en Grèce quelques fois c'est déjà juste pour avoir assez de longueur de chaine.
Je me vois mal mettre un orin pour emmerder la barquasse du pêcheur en face.
J'ai la bouteille à bord et je sais plonger mais en solo je ne me risquerai pas parce que le temps de remonter sur le bateau une fois libéré je ne sais pas ce qu'il va faire ni où il pourrait finir sa course.

31 juil. 201931 juil. 2019
0

Dire comme plus haut qu’il ne faut pas tenter de décoincer une ancre en apnée, c’est comme dire qu’il ne faut pas naviguer par plus de 20 nœuds de vent…ou dire qu'il ne faut jamais monter en tête de mât.
Tout dépend de son niveau d’entraînement, de ses capacités physiques, et de son expérience. Pour avoir, modestement je précise, pratiqué un peu l’apnée et côtoyé des apnéistes de haut niveau, je peux vous dire que certains se seraient révélés tout à fait capables d’aller décoincer une ancre par 15/20 mètres voire plus, alors que pour quelqu’un de peu entraîné ce sera la plupart du temps 4/5 mètres, et encore…

31 juil. 2019
2

c'est mon cas, au-delà j'ai du mal à équilibrer rapidement la pression dans les oreilles.
J'ai vu quelque part qu'il y a une solution :
oringuer court (~3m sous la surface)
c'est plus facile pour plonger que de descendre bas, dans des algues hautes pour farfouiller après l'ancre....

08 sept. 2019
0

C'est comme ça que je pratique... jamais eu de soucis

31 juil. 2019
4

Personnellement comme je mouille 80% du temps dans 4/5m d’eau j’ai un bout flottant sur l’extrêmite de l’ancre d’une longueur de 2 m . Ce qui fait qu’en cas de besoin je n’ai qu’à aller crocheter à 2 ou 3 m maxi, si je mouille dans plus profond j’y ajoute un véritable Orin.
Déjà coincé mon ancre l’an dernier dans’ une plage de sable... ente 2 rochers impossible d’utiliser la méthode plus haut les rochers bloquaient l’accès...

31 juil. 2019
0

@okilebo : super ton système ! un simple mousqueton à rajouter au matériel du bord, et on ne le met en oeuvre qu'en cas de nécessité. Adopté !

01 août 2019
1

Oui mais comme certains je ne vois pas comment le mousqueton va aller tout seul tirer l'ancre par le cul !
les méthodes de l'orin, voir de l'orin court ou du bout flottant à 3 mètres sous la surface me paraissent beaucoup plus efficaces, et si la chaine est coincée sous plusieurs plaques rocheuses pas de solution sans plongeur bouteille.
attention, pensez que si votre ancre est réellement bien coincée et que vous vous mettez à pic de l'ancre chaine tendue, la moindre vague soulevant le bateau va arracher davier et guindeau !

08 sept. 2019
0

Ou tordre la verge

01 août 2019
0

Sur notre boudignion il y avait l'ancre d'origine, une ancre avec un anneau sur la verge (allez y c'est cadeau) blague à part on ne voit pas bien sur cette image mais il y avait une forme particulière permettant de stabiliser l'anneau quand on veut la remonter à l'envers.
Seuls bémols il me semblait que c'était interdit maintenant, mais peut être légende urbaine.
Et quand même, en 24 ans une fois nous avons décrocher par calmasse, à force de tourner dans tous les sens quand le petit courant d'air s'est levé on était pile à l'envers.
www.boutiquethomasmarine.com[...]ssant-3

01 août 201916 juin 2020
09 sept. 2019
2

Et si le vent tourne ?

01 août 2019
0

Commenter un drame humain ça n'est pas (ça ne devrait pas) comme commenter un match de football. Seul une analyse précise et basée sur une autopsie permettrait de comprendre ce qui s'est passé. Entre les phénomènes d'hydrocution, les oedèmes pulmonaires, les accidents cardiaques et cérébraux, bien malin celui qui pourra sans autres informations en tirer quelques leçons (nous sommes à près de 60 mort par noyade depuis la canicule). Dire qu'il ne faut pas plonger pour aller chercher / vérifier son ancrage est aussi stupide que de penser qu'il ne faut pas se baigner quand il fait chaud/froid ou après un repas (l'alcoolémie est un facteur de risque bien plus important)...

01 août 2019
0

Quand on on navigue avec un voilier, il est intéressant d'être capable d'intervenir dans l'espace compris entre l'ancre et la tête de mât, mais cela implique des compétences et des risques.
Enquête de Gendarmerie, mais le BEAmer n'est pas concerné, je suppose.
:-(

01 août 2019
0

Il sera intéressant de savoir quelle était la cause. Personnellement j'ai suivi quelques cours d'apnée avant de pouvoir enchaîner correctement les apnées. Je fais partie de ceux qui vont vérifier systématiquement leur ancre (jusqu'à 13/14m de profondeur)

Pensées à la famille pour ce drame.

01 août 2019
2

L'apnée maitrisée reste une pratique à risque dans la mesure où, plus on progresse, particulièrement en profondeur, plus les conditions psychologiques et les sensations mentales que développe l'apnée peuvent facilement conduire à atteindre les conditions d'une perte de conscience sous l'eau, les automatismes qui nous font vivre ne pouvant être volontairement contrôlés. Il faut absolument essayer de rester dans sa marge de sécurité personnelle purement empirique.

Lors d'un entrainement à 10m dans une fosse de plongée encadrée, un apnéiste est mort à 5mn devant son binôme le surveillant en surface pour la simple et absurde raison que pour gagner quelques secondes de plus l'apnéiste restait immobile sans faire régulièrement aucun signe OK de la main !!!.

01 août 2019
0

Ce genre d'accident nous rappelle des risques que l'on a tendance à oublier dans la vie de tous les jours.
Ce qui est une bonne occasion pour refaire le tour des solutions possibles en fonction des compétences de chacun.
Ensuite, pour l'analyse des causes, il faut du temps des méthodologies et des professionnels : BEA, etc...

08 sept. 2019
0

il est décédé suite a plusieurs apnées consécutif, ça femme lui aurait demandé d'arrêter et de couper le bout mais il a insisté et fini par faire une syncope.......

08 sept. 201908 sept. 2019
1

J'amène mon modeste retour d'expérience

Au Liouquet, entre St Cyr sur mer et La Ciotat, en 2009, je bloque mon ancre dans les rochers malgré une cigale. Je descend en apnée en m'aidant de la chaîne pour arriver jusqu'à l'ancre, (estimant qu'il y a 2 ou 3 mètres de fond, en fait il y avait plus). Une fois, puis je n'y arrive pas, je remonte, puis je réitère. J'arrive à débloquer l'ancre, je remonte (comme une fusée à bout d'air) je remonte sur le bateau et là, tout tournait comme lorsqu'on prend une cuite avec 4 grammes.
Je suis resté une heure sans bouger, le doigt prêt à soulever le clapet distress de la VHF, j'en menais pas large.
Conclusion: ma ligne de mouillage est attachée avec une manille inox dans la baille à mouillage, plus jamais je ne fais cette connerie, je préfère laisser une ancre et cinquante mètre de chaîne à la flotte, quitte à prendre le point GPS et revenir avec un plongeur, ou tout simplement de laisser l'ancre et chaîne au fond. Je préfère repayer une ligne de mouillage neuve que d'y laisser la vie.

Triste destin pour ce plaisancier......!!!!

08 sept. 2019
0

Essayer de décoincer une ancre de 15kg au fond, ça demande un effort important et donc une ventilation importante.
En apnée, c’est une prise de risque à prohiber absolument.
Si changer d’angle de tire en faisant pivoter le bateau ne suffit pas, il faut faire appel à un plongeur bouteille.

09 sept. 2019
0

ben suis pas un spécialiste de l'apnée mais ne faut-il pas faire quelques exercices de respiration et décompression avant de plonger ?

et descendre avec un orin à crocher à l'ancre au lieu de tirer dessus en étant au fond ?
après, le plongeur avec bouteille c'est bien mais le faire à 5m ce n'est quand même pas impossible si en bonne santé.

09 sept. 2019
0

@Quizas : "ne faut-il pas faire quelques exercices de respiration et décompression avant de plonger ? "

NON.

09 sept. 2019
0

Je plonge souvent pour mieux caler mon ancre de 32 kgs ou pour la décoincer pour ne pas forcer sur le guindeau. En apnée. J'évite simplement de le faire au-delà de 10 m vu mon âge, 68 ans. En lisant ce fil, j'ai l'impression d'être Superman ! Ou on est capable de faire quelques efforts ou on reste à l'abri chez soi...

09 sept. 2019
0

Mon chez Monsieur, des costauds comme vous, c'est bien souvent le lot des équipiers des canots de la SNSM. Et madame dit pendant qu'on pratique les constantes, ''je ne comprends pas, vous savez, mon mari est costaud.
On a juste envie de répondre '' il était''.

09 sept. 2019
0

Je suis chasseur sous marin donc apnéhiste depuis plus 30 ans !!
Pour répondre !!! oui il y a des exercices a faire de respiration !!! Mais surtout pas de l hyperventilation ce que a du faire notre pauvre ami !!! Surtout si il a fait des plonges a répétition en se ventilantt mal et en essayant de soulever une charge !!!
Car j' ai fait moi même une syncope pendant un entraînement en forçant en apnée !!! Mais j étais en piscine en binôme qui me suivait a la surface !!!
Moi j' ai tout le matos de plongée sur le bateau c est aussi un gage de sécurité
Car là Bretagne ce n est pas la med !!!

09 sept. 2019
0

:doc: Rappel : la syncope ne prévient pas et est subite, elle met en état d'inconscience avec arrêts momentannés cardiaque et ventilatoire, suivi d'une reprise qui se termine par la noyade (toujours inconscient) si personne ne ramène en surface.
C'est l'accident classique et mortel des apnéistes débutants ou mal formés qui croient qu'il est impératif de faire des exercices de respiration avant apnée… :non:

Je me permets donc de répéter à Quizas : AUCUN exercice de respiration avant apnée, simplement se calmer et respirer tranquillement sans forcer, une inspiration et c'est tout. L'apnée, c'est 99% dans la tête.
Le meilleur moyen de s'améliorer étant de pratiquer en sécurité, et surtout de faire un canard efficace (chose rare).

10 sept. 2019
0

Exact ! J'ai toujours cru qu'il y avait arrêt cardiaque…. merci d'avoir rectifié (même si cela ne change pas grand chose pour celui à qui ça arrive…)

11 sept. 2019
0

OK. Je comprends.
En formation moniteur on apprend ce que Sciarli avait appelé "le RdV syncopal des 7 mètres", mécanisme qui survient en apnée après ventilation forcée au moment de la remontée… et dans mon souvenir, il y avait bien arrêt cardiaque.

10 sept. 2019
1

Syncope en apnée : arrêt ventilatoire oui, arrêt cardiaque non.

10 sept. 2019
2

On mélange fâcheusement en langage courant syncope et perte de connaissance, donc cause et conséquence.
On passe en 15s en inconscience par privation du cerveau en oxygène. Cette privation peut se faire par défaut d'O2 dans le sang ou par arrêt de la circulation. En apnée le premier mécanisme qui intervient est la baisse de l'O2 dans le sang, car trop consommé (cette consommation s'envole au moindre effort (cf ancre à débloquer). Un autre mécanisme peut survenir à la remontée, cette fois purement réflexe par stimulation de capteurs carotidiens avec alors pause cardiaque et donc perte de connaissance qui suit, le cerveau n'étant plus irrigué correctement. Le problème majeur dans les deux mécanisme est la perte de connaissance sous l'eau alors que la montée inéluctable du CO2 dansle sang va déclencher une reprise respiratoire automatique et donc cette fois la noyade par obstruction ventilatoire.

11 sept. 2019
0

Notre corps est extrêmement complexe et les mécanismes physiologiques, tous très intriqués, qui nous font survivre aussi.
Notre cerveau fondamentalement lent à l'échelle synaptique (de l'ordre de la milliseconde), a besoin, pour notre survie immédiate en milieu hostile, de converger vers UNE solution décisionnelle.
Cette façon de faire est fortement validée par la vie courante, l'éducation, l'enseignement, les médias, les modes, etc.. Le succès "médiatique" du RDV des 7mètres du Dr Sciarli, est mérité car correspondant à une réalité, mais n'est pas la seule cause de la perte de connaissance sous l'eau en apnée.

11 sept. 2019
1

Le problème de l'hyperventilation est la baisse du Co2 dans l'organisme.(gaz qui est le déclencheur de l'envie de respirer). Le besoin de respirer est du a la pression partiel de CO2 dans le sang et non pas au manque d'oxygène.
En baissant par l'hyperventilation la ppCO2 dans le corps on retarde le besoin. Pendant ce temps l'O2 continue de baisser. Avec la profondeur la PPO2 reste suffisante pour rester conscient. En remontant cette PPO2 passe tout à coup sous le seuil 0,16 (entre 10m et 4m le plus souvent) et syncope.

09 sept. 2019
0

Il m'est arrivé autrefois, dans un port, d'embosser mon bateau car il n'y avait pas de places visiteurs.
J'avais commis l'imprudence de ne pas mettre d'orin, et mon ancre avant s'est prise dans une chaîne.
N'étant pas un plongeur émérite, et l'eau étant froide par chez nous, j'ai pris un bout au bout duquel j'ai fait une boucle de chaîne d'environ 20 sm de diamètre, la boucle étant elle même passée autour de la chaîne.
Ainsi la boucle de chaîne par son poids est descendue jusqu'au fond, et à l'aide de l'annexe, j'ai tiré sur l'ancre pour la décrocher de la chîne qui était au fond.

Ca a marché, l'autre alternative c'était de perdre mon mouillage je ne me sentais pas de plonger.

Dire ce qui s'est passé ici est difficile, la plongée est tellement pleine de risques, l'eau froide a pu provoquer un malaise etc...

En tout cas c'est bien triste.

09 sept. 2019
0

Et croyez vous que pour un bout de ferraille, il faille prendre le moindre risque, entre 50, 100 ou 200 € et la vie? Ou plutôt relever sa position GPS et revenir avec un plongeur bouteille si on est pas plongeur ou si on est pas équipé de matériel de plongée? Arthaud est tombée à l'eau, on ne sait pas ce qui est arrivé à Tabarly, ça arrive aux meilleurs les conneries non ?
Et Arthaud, c'était au cap Corse, pas en Bretagne ........

09 sept. 2019
0

pas mal, la boucle de chaîne.
sinon, j'ai vu ce dispositif : anchor rescue
www.scanmarinternational.com[...]choring
quelqu'un aurait déjà testé?

09 sept. 2019
0

je me demande si l'anchor rescue serait capable de traiter une ancre crochée dans une chaîne, à savoir capable de la faire reculer sans la tordre.
La boucle de chaîne était uen improvisation qui a fonctionné du premier coup car elle a coulissé sur la verge. Je parle de celle de l'ancre....

09 sept. 201916 juin 2020
2

J'aime bien la cigale de Clo-13190, l'inconvénient est que le mouillage n'est tenu que par le petit bout. AnchorRescue est mieux mais plus cher donc le plus simple reste quand même l'orin avec une bouée et un poids pour tendre la bouée à la verticale de l'ancre comme sur le dessin.

09 sept. 2019
0

pour faire simple:
aller couper un bout sous 50 cm d'eau c'est faisable (cf les jeux en piscine)
aller à plus de 3 mètres sans entrainement c'est trop risqué.

09 sept. 2019
5

Bonjour,

Cet accident est regrettable, la disparition de quelqu'un est toujours de trop et cette histoire est bien triste.

Cela dis, comme d'habitude, vous exagérez ! Si on écoute tout ce qui ce dit sur H&O, on ne fait plus rien de sa vie, on reste dans son canapé.

L'apnée, c'est comme toute activité, il faut être un minimum en forme, écouter son corps et ne pas trop forcer, mais bon, il ne faut pas exagérer, c'est pas non plus très compliqué ni si dangereux que ça, même à (largement) plus de trois mètres. C'est d'ailleurs bien moins dangereux que la plongé bouteille.

Evidemment qu'il y a des accidents de temps en temps, mais il y a aussi des gens qui se font écraser en traversant la route et on ne dis pas qu'il faut arrêter de traverser la route, il faut juste faire attention en traversant...

09 sept. 2019
2

Il n'y a aucune exagération dans ce qui est écrit plus haut. Personne Comme nous ne sommes pas des animaux marins toute activité subaquatique est potentiellement risquée. Ce serait une énorme et néfaste contre vérité de le nier. Que ce soit en apnée ou en plongée aux gaz comprimés il y a des règles à bien apprendre, comprendre et surtout respecter. La plongée aux gaz comprimés est beaucoup plus techniques que l'apnée, avec un environnement très contraignant, encombrant et couteux, mais offre beaucoup plus de possibilités avec nettement plus de sécurité dans le domaine de l'apnée habituelle, quand on en respecte scrupuleusement les règles.
En apnée, qui parait effectivement très facile et sans problème, on joue en permanence avec des paramètres personnels utilisant des automatismes fondamentaux qu'en aucune façon on ne peut régler volontairement. Et malheureusement l'apnée offre facilement la très grande tentation de fleurter avec la perte de connaissance absolument sans prévenir, imparable et mortelle sous l'eau.
Tout plongeur responsable a le devoir de mettre en garde et de conseiller les futurs plongeurs.
A l'époque de la sortie du film "Le grand bleu" il y avait eu une augmentation des noyades en apnée.

09 sept. 2019
5

Je ne nie pas qu'il y ai des risques, mais pas plus que dans d'autres activités sportives.

Quand je lit que "à plus de 3 m sans entrainement c'est trop risqué" (entre autres sur ce fil) je persiste à dire que c'est très exagéré.

On peux prévenir sans pour autant être toujours catastrophiste et alarmiste!

C'est comme ça qu'on se dirige vers une société d’assistés permanents qui n'ose plus rien faire sans l'aval d'une autorité ... bref.

10 sept. 201910 sept. 2019
1

La plongée bouteille est plus dangereuse que la plongée en apnée pour quelqu'un qui n'a suivi aucune formation.
Novice en apnée, tu descends rarement en dessous de 3m et 20s d'apnée donc risque de syncope=0%. En bouteille sans rien connaitre tu peux descendre comme tu veux et rester trop longtemps et là risque 100% sans parler des pb de surpression, d'effort avec respiration bloquée avec ouverture de shunt cardiaque et/ou pulmonaire...

09 sept. 2019
1

L'évolution de notre Société n'a strictement rien à voir avec les réalités des mécanismes physiologiques de bases fondamentaux qui contrôlent de façon totalement automatique notre corps et ceux de très nombreux animaux.
Une perte de connaissance sous l'eau ne peut que conduire à une noyade certaine (la noyade n'étant qu'une asphyxie définitive).
Ce n'est pas du catastrophisme ou de l'alarmisme
de tout faire pour éviter à son prochain une noyade.
Il faut absolument transmettre à l'apnéiste néophyte les quelques connaissances nécessaires pour limiter les risques certains liés à la plongée en apnée, activité sportive très particulière et très étudiée scientifiquement depuis longtemps.
La malchance peut certes amener à se noyer vraiment dans une flaque d'eau (il existe aussi des noyades sans eau dans les poumons), mais une perte de connaissance à terre loin d'un précipice ou d'un parapet est nettement moins risquée que sous l'eau.

10 sept. 2019
0

ta remarque est très judicieuse, je connais un cas de perte de connaissance ayant mené à la mort , c'était une sortie de route, un passager sonné, mais la tête dans une flque d'eau.
Dans l'eau, une simple perte de connaissance bénigne mène à l'issue fatale.
C'est en cela que oui, la plongée est beaucoup plus dangereuse que bien des sports

11 sept. 2019
0

Très drôle!

10 sept. 2019
1

Surtout ne nagez plus, on mets la tête dans l'eau parfois pour nager ... c'est très dangereux ... en fait arrêtez le bateau, c'est très dangereux il y a de l'eau tout autour ... en fait non, arrêtez tout c'est mieux :heu:

09 sept. 2019
0

Autre expérience : au mouillage dans la petite baie de Fuerte Ventura sur la côte méditerranéenne de l'Espagne, après une annonce de mauvais temps (force 7), nous avons plongé, à deux, en apnée, pour assurer nos ancres affourchées (4 m de fond environ). Bien nous en a pris. Durant la nuit, le vent est monté jusqu'à 83 noeuds... Autour de nous, bien des bateaux ont décroché durant la nuit, certains se sont même tapés.

10 sept. 2019
0

les tests d’ancres affourchées concluent que cela ne renforce pas la tenue du mouillage ça toutefois peut être utile en cas de courant. C’est même dangereux si le mouillage décroche et qu’il faut remonter en catastrophe bon courage ! Empelenner serait mieux mais c’est encore pire s’il faut remonter le mouillage. Il y a trente ans je me suis fait piquer une des ancres affourchée aux Antilles. J’avais affourche pour diminuer l’effet d’essuie glace. 83 n c’est une forte tempête et pas force 7. Si le mouillage a tenu c’est que l’ancre principale était très bien mouillée.

10 sept. 2019
0

Bonjour Domde,
Force 7 était l'annonce du bulletin météo. Les 80 et 83 Noeuds enregistrés par l'anémomètre en pointe le soir et le matin (50 noeuds durant toute la nuit) furent la conséquence d'un phénomène venturi que nous n'avions pas prévu n'étant pas que de passage : nous étions en face d'une vallée... Comme quoi, en mer, il faut parfois aussi regarder à terre.
Effectivement, nous avions assuré très profondément nos ancres et allongé très largement les chaînes.

10 sept. 2019
1

de plus en plus "chronique d'une mort annoncée" ce forum !
on risque déjà sa vie en permanence sur un bateau et maintenant on ne peut plus plonger à 3 mètres !

et pas sur que l'on soit plus en sécurité derrière son clavier avec les risques d'explosion des batteries lithium :whaou:

il ne reste plus qu'une solution pour éviter une mort annoncée et finir en beauté :

faire sa dernière plongée au protoxyde d'azote

ou s'exploser la tronche avec un énorme pétard Jamaïcain :langue2:

10 sept. 2019
0

Vous avez tous raison, mais il faut adapter son discours. J'ai eu un fidèle équipier qui avait remonté l'Italie avec de Lattre et aussi des glénanais citadins...
;-)

10 sept. 2019
2

Heureusement pour moi mes parents n'étaient pas au courant, quand j'avais 12-13 ans et qu'ils me laissaient batifoler pendant des heures avec palmes et tuba.
Faut dire que sur beaucoup de sujets on les traiterait d'inconscients aujourd'hui :mdr:

10 sept. 2019
0

Idem pour moi, plus jeune aussi, mon père s y mettait parfois
L apnée comme le jogging à toujours fait partie de mes loisirs
À voir ds mes articles un sujet sur ce propos :alavotre:

10 sept. 2019
1

La mort d'un enfant est une tragédie et peut briser une famille.
Perso au même âge inaugurant mes PMT en rivière, mon oncle très bon nageur, heureusement pas loin a compris tout de suite que j'avais un vrai problème et m'a sorti d'une situation très mal partie. Les enfants sont par nature aventureux et inconscients. En France cette année on a battu le records de noyades. Et les enfants ont une fois de plus payé très cher la lamentable idiotie et le manque de surveillance de leurs parents. L'apprentissage obligatoire très jeune de la natation limite un peu les dégâts. L'apnée, interdite en piscine en cours de natation n'est enseignée que dans les écoles de plongée, la surveillance de groupe n'étant pas possible sur ce sujet. Pourtant les enfants adorent nager sous l'eau mais ils ne peuvent comprendre bien les règles qu'on doit imposer faute de ne pas avoir encore assez de connaissance sur la façon dont marche notre corps. Il est d'ailleurs consternant que beaucoup d'adultes qui font de l'apnée n'en connaissent guère plus.

10 sept. 2019
0

Il faut reconnaître que l'eau n'est pas notre élément naturel, et que les accidents de plongée, y compris avec des plongeurs expérimentés sont loin d'être rares.
Quand on fait de la plongée, le ba-ba est de ne pas plonger seul et d'avoir l’entraînement correspondant à ce que l'on veut faire.
Ne pas faire comme les citadins qui ne font jamais de sport et qui foncent l'hiver sur les pistes de ski.
moi ce qui m'arrête, c'est la température...
Donc avant de foncer à l'eau, j'essaierai toutes les solutions : remonter l'ancre au winch et si c'est une autre chaîne la tenir avec un bout pendant que l'on enlève son ancre, mousqueton, moteur, etc....
Orin? pas fan au vu de l'expérience (malheureuse) des autres.
Et attention : rester le moins possible dans son lit, car statistiquement c'est là que l'on meurt le plus souvent.

10 sept. 2019
1

les mots me manquent.
plonger à 3m serait dangereux?
Ma gamine de 6 ans y va..
celle de 12 à 8-10m et celle de 17 à 12-15m.
Chacun dans ce fil y va de sa non-experience et tout de même de son avis. Après tout naviguer ne veut pas dire nager.
Alors, pour bien fixer les idées:
oui, aller dans l'eau peut être dangereux, et plus que les dominos.
En apnée, l'accident arrive chez les individus qui paniquent (cf notre dcd..) , ceux qui s'entrainent (à cause de l'hyperventilation et du rendez vous syncopal des 7m) et ceux qui sont en mauvaise condition physique.
Un type normal qui descend à quelques mètres, relax, 10 fois par an, ne risque quasiment rien, car il est stoppé dans son élan par le manque d'air.
Celui qui a un objectif et va au delà de ses capacités, prend des risques.
Celui qui s'entraine pour aller plus loin, plus profond, plus longtemps prend des risques.
Je peux vous expliquer les histoires de spo2 et spco2 si vous voulez, mais je doute que cela vous intéresse.

10 sept. 2019
1

Ce qui oblige impérieusement à remonter pour respirer n'est pas la baisse de l'O2, la PaO2 mais la montée du CO2, de la PaCO2. Cette montée du CO2 va dans le sens de la sécurité et il faut essayer de garder cette alarme (donc proscrire l'hyperventilation à mort, bien nommée dans ce cas). On dispose d'un détecteur de la baisse de la PaO2 mais l'alerte donnée est hélas très proche de la perte de connaissance et ne permet donc pas de l'anticiper
Il n'empêche que remontant on est toujours vivant et l'O2 continue d'être consommé et donc la Pa O2 baisse.
Si on a mal calculé ou présumé de ses possibilités on peut très bien perdre alors connaissance sous l'eau. Ne contrôlant plus rien le corps peut redescendre et d'autant plus vite que la pression de l'eau le comprime (on coule à pic), le rendez vous syncopal éventuel des 7m étant la cerise sur le gâteau.

10 sept. 2019
2

Arrêtez de tout mélanger ! Un apnéiste ne fait aucun effort violent, c’est absolument incompatible ! Et il prend du temps entre deux plongées pour calmer son rythme cardiaque.
Quand on va décoincer son ancre, souvent on multiplie des plongées successives très rapprochées, avec des efforts importants au fond à manipuler un mouillage lourd, oui là on commence à prendre un risque. Après la victime était quand-même bien jeune dans ce cas..

10 sept. 2019
0

"Quand on va décoincer son ancre, souvent on multiplie des plongées successives très rapprochées, avec des efforts importants au fond à manipuler un mouillage lourd, oui là on commence à prendre un risque. "
et de même quand on enchaine les plongées rapprochées pour aller gratter sa quille ou chercher sa rollex au fond, quand on remonte sur le pont sa tourne et manque d'équilibre, je crois que là il faut faire gaffe, non ?

11 sept. 2019
0

@Quizzas : " quand on remonte sur le pont sa tourne et manque d'équilibre, je crois que là il faut faire gaffe, non ? "

chacun fait comme il veut, mais normalement :non: , quand on pratique correctement l'apnée, ça ne tourne pas et on ne manque pas d'équilibre.
:doc:

11 sept. 2019
0

Quizas si tu as la tête qui tourne !!! C est que tu fais de l hyperventilation !!!!
Pas bien surtout pour aller chercher une Rolex :mdr:

11 sept. 2019
1

J'ai pas de Rolex ! Mais même pour la récupérer, je risquerai pas ma peau, même si j'ai pratiqué l'apnée durant près de 40 ans.
L'observation sur un apnéiste qui "prend du temps entre deux plongées pour calmer son rythme cardiaque." est exacte, du moins ce doit être comme ça; mais si le poisson de sa vie est dans le trou en dessous, si cette p....**** d'ancre veut pas se décrocher, c'est là qu'il faut faire preuve de maitrise de soi, c'est pas toujours facile.
Il est certain qu'un apnéiste expérimenté y arrivera plus facilement, mais c'est pas facile et notamment, il faut être prêt à assumer un échec au moins temporaire face aux témoins...
Un seul mot : prudence, à combiner à connais-toi toi-même.

11 sept. 201911 sept. 2019
0

La prudence implique l'application de mesures de sécurité, ce qui est donc intimement lié à la connaissance du sujet, qui implique l'acceptation de l'existence du risque…

Je reste pantois quand je lis qu'il n'y a aucun danger à laisser plonger sans précaution des enfants en apnée …
alors que des accidents arrivent même en club piscine, lors d'entraînement avec des plongeurs confirmés et en bonne santé. Exemple vécu en direct, où la plongeuse avait l'impression d'être dans un tourbillon dont elle ne trouvait pas la sortie… tandis que nous, sur le bord, on la voyait tourner sur elle-même; selon le toubib, ce serait un vertige de Ménière du à une différence d'équilibrage entre les 2 oreilles; la plongeuse, confirmée et sportive, n'avait jamais eu aucun souci auparavant. La même chose en marche à pied ou aux dominos n'aurait eu aucune conséquence grave; en apnée sans précautions d'usage, c'était la noyade assurée.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le beau temps !

Après la pluie...

  • 4.5 (129)

Le beau temps !

mars 2021