Pirates mondains

Le fil d'Astérias sur les prises de mer m'a conduit à cette réflexion sur les formes "urbaines" de piratage :
Le temps est frais, on est soit même pas très à l'aise, et quand sur le 16 on entend "pan pan", il faut se faire violence pour ne pas tourner le bouton...
Certes c'est un peu provocateur, mais est-ce que cela n'existe pas ?
Sur une autoroute en Californie, une expérience avait montré le pourcentage infime de réactions "humaines" devant une voiture renversée dans le fossé et un corps allongé à côté...
Est-ce qu'en mer l'homo civilis est plus ouvert à l'autre et prêt à le secourir ?
Les secouristes apprennent qu'ils doivent d'abord se mettre en sécurité eux-mêmes et que c'est leur limite d'intervention, limite avec laquelle ils flirtent régulièrement ;
Pour la population générale, il semble que cette limite soit bien en deçà et se situe plutôt au niveau du confort physique, voire moral .
Le cynisme étant souvent le mode le plus fréquent d'acceptation de cette attitude .
Alors, rassurez-moi, racontez-moi des histoires de sauvetages héroïques (pas dont vous êtes acteurs, les héros sont modestes) et des histoires de salauds ordinaires pour que l'on s'éduque un peu .

:alavotre:

L'équipage
05 juin 2005
05 juin 2005
0

Silence ........
Vous avez tous ( ou presque) eu des échos de mon expédition entre Arzal et les Sables d'Olonne ( 3 jours pour y aller et 2 pour revenir), le propriétaire du bateau n'a jamais voulu que l'on mette en route le "16" ce qui m'a franchement choquée car dans mes navigations antérieures, je l'avais en permanence ........
Est-ce un chauffard de la mer que j'ai rencontré ?

Merci de me renseigner .......

05 juin 2005
0

Je crois que j'ai trouvé
la photo de l'authentique chauffard des mers

05 juin 2005
0

la tof!
la tof! la tof! la tof! la tof! :-D

05 juin 2005
0

salut gatsby
pan pan pan c'est peut-être pour certains comme 3 coups de fusils..... l'animal se sauve.

des trucs héroïques... il y en a, j'en ai vécus et j'en ai vu. Mais ces trucs ne se racontent pas, ils se vivent et s'oublient.

au dernier cyclone vécu après avoir tiré un boat de l'embarras (après 15 h de boulot) j'attends toujours un pot à boire.
et je suis un animal... un secour ne peut se faire que si tu ne risques pas ta peau toi même sinon c'est de l'inconscience ou de la bêtise ou du suicide.
ce n'est que mon avis
mais pourquoi ce sujet ?

Dan

05 juin 2005
0

ciao dan, çà avance?
Pour répondre au fil sur les prises de mer, j'avais retrouvé un récit de Spinelli dont je parle dans ce sujet et çà m'a rappelé certains comportements analogues à ce qu'on voit dans des zones dites dangereuses, avec les Kalachnikovs en moins mais le même esprit .
Par exemple, il existait dans les environs de Sète un équipage qui interceptait les messages vhf et proposaient un coup de main vu qu'ils étaient dans le coin...
Ils lançaient une remorque à bord du pauv'gars pas bien renseigné qui avait désamorcé puis le ramenaient gentiment au port, refusant tout dédommagement ni même le verre de l'amitié .
Le propriétaire recevait un mois plus tard une lettre d'avocat réclamant 1/3 de la valeur du ship...
Dans un autre genre les équipages de cargos, sous-payés, s'accorderaient des chasses aux épaves pendant leurs trajets; ceci dit cela a un bon côté, c'est qu'ils assurent une veille efficace .

Autrefois, il y avait des naufrageurs qui allumaient des feux pour attirer les voiliers sur les récifs bretons pour pouvoir les piller.
Aujourd'hui, sur nos côtes, il s'agit plutôt d'indifférence, de passivité et d'individualisme et si personne ne vous coule volontairement, la non assistance à personne en danger me semble une réelle tendance.
Une sorte de glissement paradoxal où on aurait tendance à appeler au secours plus vite mais où l'on serait moins prêt à secourir autrui.
Mais bon peut-être que j'ai le blues aussi à cause du mistral !!

:-)

ps: les récifs étaient bretons mais certainement pas les naufrageurs !
;-)

05 juin 2005
0

Erreur ...
ce n'est pas 2% mais 0.2 % .... les math le dimanche c'est trop dur.

0

pour une société de remorquage...
... tout dépend de la vision du propriétaire.

Je me souviens d'un X-yacht 45 dont le proprio s'est ensablé à marée montante dans les bouches de l'Escaut. Il a hélé un remorqueur et voulait absolument être sorti de là pour rentrer à l'heure pour l'apéro sans doute... alors qu'il lui suffisait d'attendre deux heures.

La société de remorquage a considéré ça comme du sauvetage et lui a facturé une partie non négligeable de la valeur du bateau (selon ce que par expérience les arbitres d'assurances accordent) Comme quoi, si tu as les moyens et pas le temps, faut être bien assuré.

Par contre, si tu négocies avec le remorqueur, il est probable qu'il te fera ça au tarif horaire, ce qui pour un remorqueur moyen revient quand même à près de 500 roros par heure, c'est pas donné ces petites bêtes.

05 juin 2005
0

Le coup de l'aide ...
pseudo bénévole qui se termine en "prise mer", il a existé dans le Var aussi par une société de remorquage professionnelle. Pendant 2 ou 3 été, une brochure gratuite de pub diverses de commerçant locaux mettait en garde contre les méthodes de cette société de remorquage.

J'ai assisté une fois à la négociation comme elle doit se faire dans les règles de l'art: à la VHF sur le 16 (puis dégagement) entre une société de remorquage et le voilier, mais surtout avec le CROSS sur la fréquence qui était mêlé au dialogue et donc témoin assermenté du compromis de la transaction. Pour sortir un bateau de 16m valant 500 kE , avec la quille dans le sable (haut fond, beau temps, pas de danger imminent), le coût était de 1000 euros environ (2% de la valeur du bateau, 1 heure de trajet pour le remorqueur). La transaction a été réfusée car pas d'urgence, et finalement un plaisancier en bateau à moteur a sorti le voilier de son piège, gratuit à ma connaissance d'après le dialogue à la VHF.

05 juin 2005
0

ça avance oui!
le boat est terminé dans 3 mois environ
Dan

05 juin 2005
0

Il y a de tout sur l'eau...
En dehors du cas extrême autant que choquant du skipper qui ne veut pas rester en veille sur le 16 (a-t-il pensé qu'un jour, peut-être, il aurait besoin de l'aide d'autrui, je pense que la majorité des plaisanciers est prête à porter assistance à son prochain en difficulté. La seule limite à cette assistance est celle au dela de laquelle on risque de mettre son propre bateau et son équipage en danger.
Il y a une vingtaine d'années sévissait à Aurigny une étrange pratique : des pêcheurs locaux coupaient nuitamment l'aussière de quelque bateau amarré sur une bouée de mouillage du port, pendant que l'équipage dormait tranquillement. Lorsque le bateau était à proximité de la grande jetée ou des rochers,ils lui passaient une remorque pour le "sauver" et réclamaient leur dû auprès du tribunal local dès le lendemain matin. Sur les témoignages des "témoins", ledit tribunal leur donnait gain de cause. Cela a duré jusqu'au moment où les autorités ont pris conscience de cette piraterie et ont probablement pris sur le fait quelques délinquants.
Cette pratique est maintenant terminée, heureusement, mais en cas de pépin en mer, les pêcheurs sont toujours prêts à apporter leur assistance, moyennant finances, dès qu'ils entendent un appel sur le 16.
Dans ce cas, mieux vaut décliner et attendre le canot de la SNSM de Goury ou le canot RNLI d'Aurigny, tous deux très rapides à intervenir dans ce coin pourri et très professionnels.

05 juin 2005
0

Le BIEN ou le MAL ... soyons manichéen !

Tu resumes le probleme dans ta question :

Les envoyés du diable :
des tas de salauds m ont volé une centaine de fois,
dont une piece indispensable de mon regulateur d allure
alors que je naviguais en Solo et sans Pilote Auto,
et dans des regions sans pieces detachées ...

Les anges gardiens :
un marin trouve mon annexe vide en mer, et au lieu de la prendre et
continuer sa route (facilité), il remonte doucement au vent, malgre
des hauts fonds (difficulté)... et apres environ une heure, il me retrouve
accroché à un casier, j etais assez mal barré sinon.
Il m aide à remonter dans mon annexe (j etais un peu en etat de choc),
controle que je rentre bien vers le mouillage, et reprend sa route.

La question est de savoir si il y a une limite entre ces choix ethiques,
des gens et/ou comportements intermediaires ...

Amha, non, les enfoirés seront quasi toujours des salauds,
et les gens biens quasi toujours des gens biens
(meme si ils sont parfois contents d entendre le Cosma leur dire
qu ils n ont pas besoin de se derouter cette fois-ci)
et ceux qui ont essayé de me faire croire le contraire etaient en realité des enf...

La seconde question est de savoir quand on choisi son camp ?
à quel age ? inné ou acquis ? impact de l environnement.

Amha, c est fortement lié au comportement des references : parents ...
d'où l expression populaire : "enfant de salauds !"

Sachant que la reference peut etre un forum, et que le bien motive le bien
(de meme que le mal est souvent justifié par le mal, comme pour la mediocrité)
je pense que tu voulais ce sujet aussi pour aller dans le bon sens ...

Donc oui, c est une immense satisfaction de sauver un bateau echoué,
ou remorquer un autre dematé, meme et surtout sans recompense.

Ta conscience te le rendra !
Sat Nam.

PS : peut etre que la simple joie que j eprouve à ramener un ballon qui derive
à un gamin sur la plage est-elle egoistement un souvenir de mon enfance où qqun
m a ramené mon ballon, mais je m eloigne du sujet ...

05 juin 2005
0

je me souviens
d'un couple en semi rigide faisant le tour des mouillages dans l'estuaire de l'aven avec un gros toutou trempé et demandant à tout le monde si c'était le toutou du bord.
Je souligne que le toutou avait visiblement l'habitude du bateau.

Alors entre Piarates et ?????? je me pose quelques questions.

06 juin 2005
0

naufrageur d'aurigny
merci davoir prevenu cela m'est arrive en 8/1996
a aurigny ou le matin sans vent, sans vagues, j'ai trouve mon amarre cisaillée au 3/4:j'avais eu un doute...
maintenant c'est une certitude

06 juin 2005
0

à propos de filin de remorquage
y a-t-il une différence si c'est le remorqueur qui passe le filin au remorqué ou si c'est l'inverse? est-ce que ce geste a une incidence particulière ?
merci

0

en theorie
oui, mais c'est juste un usage qui est indéfendable en arbitrage.
de toutes façons, pas entre particuliers.

0

dans le bon vieux temps...
... celui qui acceptait l'amarre d'un remorqueur acceptait aussi implicitement ses conditions pour le remorquage, d'où ce vieilo usage de donner sa propre aussière pour se faire remorquer.

parallèlement, celui qui donne sa propre aussière reste maitre de la manoeuvre et donne ses instructions au remorqueur, tandisque celui qui accepte la remorque se laisse trainer et ferme son clapet.

mais de nos jours entre particuliers, c'est une pure question de gentleman's agreement, et avec un remorqueur pro, ils n'accepteront jamais votre propre aussière.

le seul point vraiment important est d'avoir un "contrat" fut-il oral (mais consigné au livre de bord) avec le remorqueur, qui précise les conditions, sachant que si vous signez le petit bon avec les petits caractères, il y a de fortes chances que vous êtes en "no cure-no pay" selon la formule ouverte du lloyds... formule ouverte signifiant en fait que le remorqueur peut demander jusqu'à concurrence de la valeur "sauvée"

la question est " c'est quoi la valeur sauvée"... pour un bateau échoué, ce n'est pas la valeur du bateau, mais uniquement le temps gagné en sus du tarif horaire du matériel engagé par le sauveteur, mais allez prouver que le bateau n'était pas en danger....

en fin de course votre assureur (si voue êtes assuré en sauvetage et retirement) conviendra d'un montant raisonnable avec le sauvetaur sans arbitrage, car ils connaissent tout deux le résultat probable de l'arbitrage et économisent des frais.

à vous de protéger votre assureur en prenant des notes et faisans des photos pour qu'il puiss prouver l'étendue réelle du risque encourru en cas de non sauvetage. Clair que si vous êtes échoué sur une digue de pierre et qu'un avis de tempête est en cours, le prix va grimper...

06 juin 2005
0

moi, j'veux qu'on m'esplique......
t'es dans la piaule, t'as une avarie qui fait que tu n'es plus manoeuvrant, les roches commencent a s'approcher dangeureusement pour reduire le bateau en petits morceaux, la VHF est HS a cause des entrees d'eaux et tu discutes avec le remorqueur....
Putain, vous avez du cran vous les mecs !!!!!

07 juin 2005
0

entre nous kiwi
si tu connais quelqu'un qui dans cette situation prend le temps de remplir le journal de bord (chose qu'il faudrait faire, je ne discute pas la dessus), SVP presente le moi je lui en serre 5 sans probleme
En ce qui me concerne, j'avoue sans honte que dns ces conditions, je surveille la remorque, je fais attention a la barre ect, ect.... mais je descends pas pour faire ma page d'ecriture. On est pas sur des Cargos les gars!!!!
Avez vous deja ete remorque par une vedette un peu puissante, dans les 400/500 cv ??? Il n'est meme pas sur que notre beau materiel resiste a la traction tellement c'est violent!!!
Et toi, plus qu'un autre Kiwi, tu dois le savoir
enfin, ce que j'en dis ......
et sans acrimonie aucune envers personne bien sur

07 juin 2005
0

non, je ne te parle pas de ca
ca c'est le classique que nous devrions tous faire, je te parle d'inscrire les negociations avec le remorqueur.

08 juin 200516 juin 2020
0

Réfléchissez un peu...

et vous comprendrez que pour le fax, vous avez déjà tout ce qu'il faut à bord... il ne vous reste qu'à brancher... :-)

pfffzzzz

07 juin 2005
0

euh
si je derange, je peux me deplacer :-) :-(

08 juin 2005
0

django
mes plus plates excuses

06 juin 2005
0

peux-tu
être plus explicite kiwi ?

06 juin 2005
0

merci
pour cette réponse. je note l'importance de la discussion AVANT de se faire remorquer.

06 juin 2005
0

ce n'est pas du cran
et c'est comme ça que les cotes sont "décorées" à chaque naufrage d'une poubelle en avarie qui discute le montant des frais.

0

c'est paske
la conclusion de loup est erronée...

en fait, la bonne conclusion est qu'il faut être bien assuré.

tu prends la remorque, et tu t'assures simplement d'avoir tout fait en bon père de famille pour réduire les couts pour ton assurance (annotations au journal de bord, carnet d'entretien de ton moteur et de tes équipements etc...) de sorte que ton avarie soit bien une force majeure et pas la suite d'une négligeance.

0

pas sur le moment même
mais en permanence, quand on a le temps.

dans mon journal de bord, tu trouves tous mes entretients, toutes les vidanges, chaque fois que je vérifie les niveaux, les heures moteur, les inspections de gréement, les graissages, les carénages....

bon, je vais pas faire l'inventaire, mais quand l'assureur me demande comment ça se fait que le bourrin est tombé en rideau, ou que l'arbre ou le join de quille a commencé à pisser ou que le mat a fait la culbute, je peux prouver que je les ai soignés.

et puis je note aussi les meteos, les marées, enfin je peux prouver que le choix de la route n'était pas téméraire etc...

détails, mais devant un expert d'assurance...

07 juin 2005
0

Dans ces cas là
sur les gros bateaux, j'ai cru comprendre qu'ils s'envoyaient des fax !
Encore un truc de plus à avoir à bord ! :-D

Je plaisante bien sur, mais les négociations se déroulant à la vhf, c'est le cross qui sert de journal de bord

07 juin 2005
0

obligatoire
si le bateau est (était...) en 3e catégorie
qu'en est il aujourdh'ui?

06 juin 2005
0

a propos de
pirates mondains et d`amarre que tu envoies pour te faire remorquer...je vs fait part d une petite experience.

zone=canal de suez
il y a un passage assez long qui remue, evidemment tu n es pas en avance...le pilote qui correspond en arabe sut ta vhf portative va te proposer un remorquage pour arriver plus vite a Ismaila...no comment...

c est sur que bcp d entre nous qui ont des chevaux sous le capot peuvent foncer :-)

07 juin 2005
0

excelent Django,
:bravo: :mdr: :mdr: :mdr:

08 juin 2005
0

django
a etoile le ciel de l indifference...
keep in touch

08 juin 2005
0

Pour être honnête...
Je ne sais pas trop comment ça ce passe en Med' mais en Bretagne Sud l'été, la veille du 16 est insupportable...

-"Gros blair de Coup dans'l'pif t'es là-d'ssus ?!?" (Rigolez pas, nos amis cibistes sont partout chez eux)

-"Ouais ici Coup dans'l'pif ça roule ?"
-"Bon, z'en êtes où ?"
-"Ben Zézette bronze à oualp' et pis on va tâcher d'être à l'heure pour l'apéro"

-"ICI LE CROSS ETEL, LE 16 EST UN CANAL DE SECURITE, VEUILLEZ DEGAGER"

-"T'as entendu ?"
-"Ouais c'est rien, encore un mariole qui s'la pète"
-"Bon t'oublie pas les cahuètes ce'coup-ci, hein ?"
-"Nan t'inquiètes à plus"
-"Ouais à plus"

Donc je l'avoue, il m'arrive de ne pas veiller le 16 à certaines périodes de l'année...

08 juin 2005
0

Malheureusement vrai...
L'année dernière, j'ai fini par couper la VHF, n'en pouvant plus d'entendre cette cacophonie.

De toutes façons, un appel de détresse serait passé inapercu dans ce bordel hertzien, avec musiques, rots, éructations et gamins qui s'amusent avec le "téléphone".

En parlant CB, justement, pour les histoires d'apéro, de RDV au mouillage etc... bref, tout ce qui peut être considéré comme conversations privées et anodines, je ne saurais trop vous en conseiller l'usage plutôt que celui de la VHF qui devrait rester, AMHA, un outil dédié sécurité.
On trouve à pas cher des postes d'occase de 40 canaux (homologués et libres d'usage) et avec une puissance de 4W, on fait presque aussi bien que la VHF en ondes directes et parfois beaucoup mieux si la propagation nous aide.

Pensez aussi à passer en position "1w" (puissance réduite) sur la VHF si les conditions le permettent (proximité des stations): celà évitera de polluer à 30M à la ronde et économisera vos batteries.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

dans le port de Pollenca aux Baléares

Après la pluie...

  • 4.5 (128)

dans le port de Pollenca aux Baléares

mars 2021