Pharmacie et nouvelle D240

La nouvelle Div 240 mentionne seulement une "trousse de secours" très très basique.
En navigation >60 milles, est-ce que la pharmacie hauturière géante d'avant n'est plus obligatoire ?
Car là c'état vite plusieurs centaines d'euro, avec les périmés annuels et tout...
.
En hauturier -à part la trousse basique- la dotation en médicaments devient totalement volontaire, non ?

L'équipage
19 déc. 2014
19 déc. 2014
0

Bonjour Roberto.
"[i]En navigation >60 milles, est-ce que la pharmacie hauturière géante d'avant n'est plus obligatoire ?[/i] "
A partir du 01/05/2015, la nouvelle Division 240 remplace l'ancienne. C'est donc la nouvelle trousse de secours définie à l'article 240-2.16 qui deviendra réglementaire pour les navigation > 6M.
Réglementaire, mais "a minima": chacun peut et doit l'adapter à ses besoins en fonction du type de navigation, des personnes à bord,...

19 déc. 2014
0

elle n'était déjà plus obligatoire depuis 2010 (240-3.17)
elle est juste augmentée de deux ou trois éléments.

19 déc. 2014
0

Bonjour AICA. Il y a eu plusieurs allers et retours pour la définition de la pharmacie obligatoire ou conseillée. Dans la dernière version (JO 13/05/2014) de la Divison 240 encore en vigueur, les articles 240-3.09 ET 240-3.17 précisaient une liste obligatoire assez proche de celle prévue dans la nouvelle Division 240.

www.developpement-durable.gouv.fr[...]on2.pdf

19 déc. 2014
1

Bonjour à tous,
Et si il y a des médocs périmés, vu que ce n'est pas précisé dans le texte de la division, est-ce que ça va encore ? Car comme disait un humoriste dont j'ai oublié le nom : "qu'est-ce qui se passe dans la gélule pendant la nuit du ... au ... ?". Bien souvent le principe actif est encore bon plusieurs mois après la péremption ?
Bon vent à tous.

19 déc. 2014
0

Je crains que, sur le plan réglementaire, un médicament périmé ne soit considéré comme manquant à la pharmacie du bord. Bien que, comme tu le soulignes très justement, il soit encre efficace bien après sa dite limite d'utilisation. Il est cependant probable que, dans la liste obligatoire, il y ait plusieurs articles sans date limite (gants, bandes, gaze, etc).
Les médicaments présents dans ma pharmacie du bord sont, pour la plupart, périmés depuis plusieurs années (navigation exclusivement côtière).
Je viens de rechercher un vieux fil très intéressant, rédigé par un de nos matelots pharmacien:
www.hisse-et-oh.com[...]nts.pdf

19 déc. 2014
0

L'humoriste dont tu as oublié le nom est Roland Magdane !
" Mais qu'est-ce qui peut bien se passer dans cette p.......de boite de cassoulet dans la nuit du..... au ....?? Est-ce qu'on pourra encore sauver les haricots ???"
:-D

19 déc. 2014
0

Roland Macdane

19 déc. 2014
3

Et ce devrait être à chacun de porter (ou pas) cette responsabilité et non d'être imposé.

19 déc. 2014
0

cette pharmacie est de la fumisterie, mais c'est la loi...y'a belle lurette que je ne m'occupe pas de leurs "obligations " en ce domaine , j'ai pas envie de mourir betement....une preuve de plus de l'utilité de ces reglements ou juste une erreur????.
la pharmacie ca les a gonflé , ils se disent qu'on a tous un tel sat, ce qui au milieu d'un ocean ne sera d'aucun secours pour jouer au medecin sans materiel.
les fournitures vitales pour la nav hauturiere de toute facon pour se les procurer et savoir les utiliser, faut etre du metier ou avoir un copain qui en est...donc ils font l'impasse pour qu'on reste legal...legalement malade ou mort ...c'est la loi :lavache:

19 déc. 2014
0

merci, donc c'est juste la trousse qui est strictement obligatoire :-)
.
une "liste officielle" (comme l'ancienne par exemple) a l'avantage de pouvoir y faire réference lors des contacts avec le CCMM (ou équivalent CIRM et compagnie): une fois nous avions eu un petit souci au large, email au CIRM en indiquant "comme médicaments à bord nous avons la liste française pour le large, + les produits X-Y-Z" toute une série de compléments que notre docteur nous avait conseillés, comme cela ils savaient ce qu'ils pouvaient prescrire ou pas.
.
Il faut dire que l'ancienne liste fait un peu hôpital de brousse, même après avoir enlevé les emballages en carton on remplit un coffre à moitié :doc:

19 déc. 2014
0

c'est compliqué cette trousse à plus d'un titre

Il y a des medicaments que l'on obtient avec une ordonnance j'avais donc demandé à mon medecin ,il a refusé car pour lui pas d'ordonnance sans consultation car dans certain cas ils peuvent etre dangereux .

Et cet été un équipier a souffert des yeux , et bien je n'avais pas de colire . La brousse ideale devrait tenir compte des équipiers .

Pour ma part j'ai pris l'habitude de deposer ma trousse chaque année chez le pharmacien qui fait le tri .

20 déc. 2014
0

merci Steredenn

donc actuellement ,il n'y a rien ..ou presque

20 déc. 2014
0

Bonjour Calypso. Dans sa version actuelle, valable jusqu'au 30/04/2015, la Division 240 ne comporte pas l'obligation d'acheter des médicaments qui nécessiteraient la délivrance d'une ordonnance !

[i]"Article 240-3.17
(Arrêté du 04/12/09)
Caractéristiques de la trousse de secours
La trousse de secours comprend au minimum les éléments suivants :
– 1 paquet de 5 compresses de gaze stériles, taille moyenne ;
– Chlorhexidine en solution aqueuse unidose 0,05 % ;
– 1 coussin hémostatique ;
– 1 rouleau de 4 m de bande de crêpe (largeur 10 cm) ;
– 1 rouleau de 4 m de bande auto-adhésive (largeur 10 cm) ;
– 1 boîte de pansements adhésifs en 3 tailles ;
– 4 paires de gants d'examen non stériles, en taille M et L.
Tout complément de la trousse de secours est laissé à l'initiative du chef de bord, en fonction des risques
sanitaires qu'il peut être amené à identifier dans la préparation de la navigation envisagée et des personnes
embarquées. "[/i]

20 déc. 2014
0

Actuellement: pas grand chose d'obligatoire, ni de vraiment surprenant.
Et dans la nouvelle version, pas beaucoup d'éléments supplémentaires:

[i]« Art. 240-2.16.-Caractéristiques de la trousse de secours.

Bande autoadhésive (10 cm)

Rouleau de 4 m

Type Coheban

Compresses de gaze stériles

Paquet de 5

Taille moyenne

Pansements adhésifs stériles étanches

1 boîte

Assortiment 3 tailles

Coussin hémostatique

Unité

Type CHUT

Sparadrap

Rouleau

Gants d'examen non stériles

1 boîte

Gel hydroalcoolique

Flacon 75 ml

Couverture de survie

Unité

Chlorhexidine

Solution locale, 5 ml à 0,05 % " [/i]

19 déc. 2014
0

Mettrais-tu, sans formation médicale, n'importe quel collyre dans l'œil d'un de tes équipiers ?
Ton équipier a eu de la chance … tu n'en avais pas !

19 déc. 2014
0

donc mon medecin avait raison

19 déc. 201419 déc. 2014
0

mon medecin , non seulement m'a fait pas une, mais plusieurs ordonnances vu la quantité de medocs,
mais en plus, il m'a fait un répertoire avec une entrée - à l'encre bleue - par symptome avec les médicaments correspondant et une entrée - à l'encre rouge - avec le nom des médicaments et ce que ça soignait.
il avait en plus cherché à produit équivalent ceux qui n'etaient pas dans des flacons en verre, ceux qui etaient plutot en sous cutanné qu'en intraveineuse etc etc
il m'avait même fait une ordonnance pour de la morphine (que j'ai rapporté à la pharmacie à mon retour)

donc il y a plusieurs type de médecins
les mauvais, et le mien (c'est toujours mon medecin :doc: )
:pouce:

19 déc. 2014
1

Rassures moi, c'est pas la sécu qui paie? Si?

19 déc. 2014
0

@Lodge
oui, bonne question, dans ce cas le médecin est censé porter sur l'ordonnance la mention "non remboursable", et la CQ ne pas rembourser: normal, c'est une "assurance maladie" et pas une "assurance au cas où" remboursant des produits dont la vocation principale est, fort heureusement pour nous, de se périmer sans avoir été utilisés.
:doc:

[size=7]je sens que ça va chauffer...[/size]

20 déc. 2014
0

Erreur, il ne suffit pas de demander à la Sécu!
Si c'est un médicament pour une affection couverte à 100% c'est oui, sinon tu dois partir avec la prescription pour 1 mois et ensuite renouveler sur place.
Encore une connerie de plus pondue par des crétins derrière un bureau et ne connaissant rien des conditions de délivrance des médocs à l'étranger même en Europe.
Tu te vois aller chez le pharmacien anglais, suédois.... avec ton ordonnance en français pour la délivrance du traitement? Comme si le nom commercial était uniforme dans le monde, sans parler des génériques.
C'est vraiment du n'importe quoi mais c'est la réalité.
Il faut une fois de plus contourner cette difficulté en demandant à ton officine habituelle de te faire l'avance pour le nombre de mois d'absence. Ensuite il déclare une délivrance mensuelle jusqu'à épuisement de la prescription.
C'est ce que j'ai fait en 2014, car lors de la demande de délivrance pour 6 mois, je suis tombé sur une employée de la Sécu particulièrement obtuse et zélée dans l'application du règlement.
En 2012 et 2013 ; no problem.

20 déc. 2014
0

Erreur, il ne suffit pas de demander à la Sécu!
Si c'est un médicament pour une affection couverte à 100% c'est oui, sinon tu dois partir avec la prescription pour 1 mois et ensuite renouveler sur place.
Encore une connerie de plus pondue par des crétins derrière un bureau et ne connaissant rien des conditions de délivrance des médocs à l'étranger même en Europe.
Tu te vois aller chez le pharmacien anglais, suédois.... avec ton ordonnance en français pour la délivrance du traitement? Comme si le nom commercial était uniforme dans le monde, sans parler des génériques.
C'est vraiment du n'importe quoi mais c'est la réalité.
Il faut une fois de plus contourner cette difficulté en demandant à ton officine habituelle de te faire l'avance pour le nombre de mois d'absence. Ensuite il déclare une délivrance mensuelle jusqu'à épuisement de la prescription.
C'est ce que j'ai fait en 2014, car lors de la demande de délivrance pour 6 mois, je suis tombé sur une employée de la Sécu particulièrement obtuse et zélée dans l'application du règlement.
En 2012 et 2013 ; no problem.

19 déc. 2014
0

j'ai posé cette question à mon toubib récemment, et aussi à la pharmacie…
ça ne semble pas évident pour tout le monde…
j'ai aussi posé la question à des potes, qui sont pourtant très éthiques, lorsque l'on parle d'usage des deniers publics et du bien communs…
pour mon médecin et mon pharmacien, pas eu de réponse bien claire, mais bon, je vit loin des côtes… pour mes potes pourtant très à cheval sur les principes:
"si c'est imposé par une réglementation, tu te fait rembourser si c'est remboursable"

j'avoue ne pas encore avoir tranché sur le sujet… ça me pose pas mal de questions

20 déc. 2014
0

pas tout remboursé

les médicament que je prenais à l'époque en longue durée, si

idem quand je vais repartir, mon traitement longue durée devrait m'etre fourni pour 9 mois (temps d'absence prévu) avec accord de la sécu... il suffit de leur demander

20 déc. 2014
0

de toutes façons, il me semble que tout ce qui est "pansement" (gaze, coton, sparadra etc ) n'est pas remboursé

20 déc. 2014
0

finalement tout celà devient un peu casse c.....

ça change constamment au grés des marées et des courants contraire ..Il y a peu il fallait etre docteur , puis on minimisé puis de nouveau changer ...

il serait bon la haut qu'ils s'accordent une bonne fois pour toute , en fait on change a chaque fois que les types changent

20 déc. 2014
0

Bon, un petit topo sur le remboursement par la CQ:

1- La pharmacie de bord ou de voyage
La CQ, comme je l'ai dit plus haut, ne rembourse en principe qu'en cas de [i]maladie[/i], voir entre autres les articles L314-1 et L321-1 du code de la sécu, et surtout l'article L162-4:
[i]Les médecins sont tenus de signaler sur l'ordonnance, support de la prescription, le caractère non remboursable des produits, prestations et actes qu'ils prescrivent :
1° Lorsqu'ils prescrivent une spécialité pharmaceutique en dehors des indications thérapeutiques ouvrant droit au remboursement ou à la prise en charge par l'assurance maladie, telles qu'elles figurent sur la liste mentionnée au premier alinéa de l'article L. 162-17 ;
2° Lorsqu'ils prescrivent un produit ou une prestation en dehors des indications thérapeutiques ou diagnostiques, telles qu'elles figurent sur la liste mentionnée à l'article L. 165-1 ;
3° Lorsqu'ils prescrivent des actes ou prestations en dehors des indications ou des conditions de prise en charge ou de remboursement, telles qu'elles figurent sur la liste mentionnée au premier alinéa de l'article L. 162-1-7 ;
4° Lorsqu'ils prescrivent des actes et prestations non remboursables en application de l'article L. 321-1.
Lorsque les médecins réalisent des actes non remboursables, ils n'établissent pas le document prévu à l'article L. 161-33.
Pour les spécialités pharmaceutiques mentionnées au 1°, l'inscription de la mention : " Prescription hors autorisation de mise sur le marché ” prévue à l'article L. 5121-12-1 du code de la santé publiquedispense de signaler leur caractère non remboursable.[/i]

2- les pansements, bandes, etc...
Ils sont remboursables (dans le cadre de l'art ci-dessus), sur la base d'un tarif appelé LPPR, un gros bouquin difficile à consulter.
Attention, souvent les tarifs sont libres, et le prix de vente, qu'il sont remboursable ou non, peut varier, parfois considérablement, d'une pharmacie à l'autre...

3- Le traitement habituel en cas de départ.
Normalement, un médicament n'est délivrable que pour un mois, sauf les contraceptifs et les boites de 90 cps (boites pour 3 mois). au passage, exigez de votre potard ces boites de 90 quand elles existent, vous gagnerez 2 fois les 0,50€ de franchise par boîte.
Si vous partez plus d'un mois à l'étranger, il faut [i]au préalable[/i] demander au service médical de votre assurance maladie (Cpam, msa, rsi...) l'autorisation de délivrer (et facturer) pour X mois (6 maxi, car sinon vous résidez plus en france et relevez de la caisse des français à l'étranger, mais c'est une autre histoire) en une seule fois. Il faut fournir l('ordonnance, et indique destination et durée.
S'agissant par exemple d'antihypertenseurs ou antidiabétiques, me médecin conseil donnera l'accord assez facilement. S'agissant de psychotropes limités à une délivrance de 28j par le code de santé publique, ce sera plus dur.
Petit "détail": les DOM, ce n'est pas l'étranger...

4- Le remboursement des soins à l'étranger
Pour simplifier:
Si en Europe et Suisse, demander la CEAM, carte européenne d'assurance maladie, qui vous permet de ne pas faire l'avance en cas d'hospitalisation dans un établissement public.
Pour les soins de ville, en Europe vous serez remboursés, dans la limite des tarifs français.
Hors Europe et Suisse, ne seront remboursés que les soins [i]inopinés[/i], c'est à dire maladie aigue ou accident, et toujours dans la limite des tarifs français.
Attention, les tarifs sont parfois très élevés: il vaut mieux avoir une assurance complémentaire ad hoc, qui en plus pourra prendre en charge un éventuel rapatriement, voire faire l'avance des frais, surtout en cas d'hospitalisation. (intérêt d'une carte gold ou premier pour payer un billet d'avion ou une location...)

Il y a d'autres subtilités, mais l'essentiel et là.

On peut trouver ces règles +/- con, on peut avoir envie de les contourner, mais "dura lex, sed lex"

Bon voyage et bon vent !

:doc: :policier:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (74)

mars 2021