Perte quille [westerly centaur]

Bonjour à tous, je me présente :

Je suis Proprietaire d'un westerly centaur de 1974 appelé Eurêka qui mouillait dans le port de Saint briac jusqu'à un jour malheureux du 19 septembre 2017 où il a coulé par perte d'une quille. Le bateau était assuré tout risque à La Finistère pour une valeur de 18000 euros (expertise de 2010) Aujourd'hui le rapport de l'expert et de la compagnie vient de tomber !
Indemnisation = 0 et je dois payer la destruction de l'épave. Raison : perte de quille du à vétusté.
Je suis désemparé et je fais appel à votre expérience. Les conditions météo étaient mauvaises la semaine précédent l'événement et le bateau était encore sur son mouillage d'été.
Merci de votre aide
Bertrand

L'équipage
17 nov. 2017
17 nov. 2017
0

Vraiment désolé pour toi.
je n'ai pas de connaissance juridique et ne peux pas t'aider de ce coté.
.
Néanmoins, tu fais bien de relater cet accident, car tu n'es pas le premier propriétaire de Centaur qui perd une quille.
C'est une faiblesse des vieux Westerly. Fonds mal échantillonnés, mal varangués et, d'après un pro qui en a réparé un, il n'y que du mat de verre et pas de roving...
.
Voir ce fil, relatant ma propre expérience avec un Westerly Konsort.
www.hisse-et-oh.com[...]iquille

17 nov. 2017
0

j'ai connu 1 expérience similaire avec 1 RM800 dont 1 quille avait "laché" au mouillage asséchant et sans voie d'eau sur la coque .

Le bateau ayant à cette époque <10 ans l'expert mandaté par la MAIF avait conclu à 1 corrosion electrolytique d'1 tirant, mais il faut préciser que la quille n'était tenue que par 3 tirants . 1 infiltration dans le joint de quille en Sika avait suffit a fragiliser l'ensemble . L'assurance m'avait indemnisér complétement hors franchise .

17 nov. 2017
0

Sur ces bateaux, je sais que le mat était projeté et non utilisé sous forme de tissu.
Quoi qu'il en soit, si ces bateaux présentent une faiblesse de structure, je ne vois pas en quoi le propriétaire d'aujourd'hui en serait tenu pour responsable. D'autant que le bateau a été expertisé au moment de l'achat et que l'expert du moment n'avait rien remarqué d'anormal.

17 nov. 2017
2

Bonjour, très triste pour toi.
L'attitude de l'assureur me semble surprenante mais je n'ai pas lu les petites lignes du contrat. Il y a malgré tout acceptation d'assurer en tous risques ce voilier expertisé.
Bien sûr sur un voilier de plus de 40 ans il y a de la vétusté, mais cela n'implique pas une faute de maintenance et ou d'entretien qui pourrait être à l'origine de la perte d'une quille.
Tu peux sans doute contacter Légisplaisance pour avis www.legisplaisance.fr[...]/ .
Jac

17 nov. 2017
7

0 indemnisation pour vétusté... Ça voudrait dire qu'un bateau qui coule seul à cause d'une avarie n'est pas pris en charge parce qu'il est vétuste ?? C'est dingue !

Ça conforte encore plus mon point de vue sur l’inutilité d'assurer tous risques un vieux bateau. Avec les assurances dès qu'il s'agit de prendre en charge un objet/véhicule ancien il y a toujours des prétexte pour l'avoir dans l'os même avec des preuves du bon état et d'une expertise... Payer une "grosse" prime pour ce résultat c'est du vol manifeste.

Bon courage pour la suite.

17 nov. 201717 nov. 2017
3

Bonjour Bertrand.

Je suis également à St-Briac sur Mer . à 50 mètres de ton mouillage. (B 055). Un Kelt 760

En rejoignant mon bateau pour une sortie en mer j'ai aperçu ton mât qui dépassait de l'eau d'environ 3 mètres.

J'ai appelé la capitainerie (Olivier)du port et laissé un message. Il m'a ensuite envoyé un SMS par lequel il était au courant.

A mon retour, ton bateau commençait à se coucher sur le flan tribord.
Ta quille est toujours à proximité de ton mouillage. Vu dernièrement lorsque j'ai retiré mon aiguillette pour hivernage.

Je n'ai pas d'expérience dans le domaine des assurances.

Il faudrait peut être mandater un expert désigné par toi.

L'expert n'a pas vu cette quille, et la façon de son arrachement.

Si tu as besoin d'un coup de main pour quoi que se soit. fait moi signe.

François

17 nov. 2017
0

merci pour ton message, étais tu derriere moi?à 50 metres je pense que c est ton bateau
pourrais je avoir tes cordonnes en prive?

17 nov. 201716 juin 2020
0

Je suis à 50 mètres derrière ton bateau.

Message envoyé en privé.

17 nov. 201717 nov. 2017
6

On ne peut pas admettre que tous les bateaux de série en polyester pourraient couler au mouillage au seul nom de leur âge et incriminer leur vétusté.
Ou alors, il faut les retirer des ports et cesser immédiatement de les assurer en "tous risques" !!!
Comment un expert sérieux peut-il rendre son rapport au bout de deux mois sans même avoir fait retirer du sable la quille qui reste toujours enfouie à l'endroit où elle a coulé ?
Cela paraît facile de se retrancher au nom de la vétusté due à l'âge.
J'ai observé le matin du naufrage ce bateau au mouillage (aux jumelles), voisin du mien, et tout allait bien. A la remontée de marée, il y a dû se passer une conjonction d'évènements qui a entrainé le naufrage subitement en moins de 10 minutes.
Je pense que si cela était seulement provoqué par l'usure du temps, tu aurais observé des infiltrations d'eau annonciatrices qui auraient pu t'alarmer, et je sais que ce n'est pas le cas.
Il ne faut pas te laisser faire, c'est du foutage de gueule !

17 nov. 2017
6

Ne te laisse pas faire!
J'ai aussi perdu un bateau sur corps mort, et en me battant mon indemnisation a fini par passer de 7000 aux 23000 de l'expertise!
Ton arme est ton contrat, décortique le et trouves-y les arguments pour leur démontrer qu'ils doivent te payer ce qu'ils te doivent par contrat.
Ce sera long et éprouvant, mais ne te laisse pas faire!
Si ton bateau était "vétuste", ils ne devaient pas accepter de t'assurer tous risques! Qui est l'expert?

17 nov. 2017
1

en tout cas ce n'est pas arrivé en mer

17 nov. 2017
3

j'ai appris qu'il existe des experts d'assurance et des experts d'assuré !

Etonnant , non ?

je croyais naivement qu'un expêrt était neutre jusqu'au moment ou il est venu chez moi me dire que ma maison allait tomber ,
elle est toujours debout ( depuis 100 ans )....
cherche un expert d'assuré ...

17 nov. 2017
0

Tu dois exiger de leur part qu'ils te citent très précisément l'article du contrat qu'ils invoquent pour refuser de t'indemniser.

17 nov. 2017
0

As tu une protection juridique? Si oui leur passer un coup de fil.
Qu'est il écrit exactement sur le rapport d'expertise?

17 nov. 2017
0

Bon, courage, désoler, pour ton bateau.... :-(

C'est quel assurance ?

17 nov. 2017
0

Comme écrit Le Finistère
D'ailleurs je reste étonné car je travaille avec eux et tous les dossiers d'indemnisation qu'on a du faire passer, ça a toujours été très bien.

17 nov. 2017
0

L'expert de l'assurance est payé par l'assurance, et c'est pour différentes sociétés qu'il travaille, le client est clairement défini... voir une contre expertise indépendante et contradictoire par quelqu'un de reconnu par les tribunaux... que tu auras à payer., je rejoins ce qui a été dis plus haut

17 nov. 201716 juin 2020
3

Bonsoir,
Désolé pour cette catastrophe.
Nous avons un Centaur de 1974. Il était au mouillage trop près de la digue à Jard sur Mer, et il tossait à chaque marée. Résultat : une infiltration d’eau. J’ai fait faire les réparations par un chantier en juillet 2010. Il y avait une fissure d’une vingtaine de centimètres sur l’avant du sabot tribord supportant la quille. Seule chose trouvée par le chantier sur les deux quilles.
Le chantier ne m’a jamais parlé de défaut de structure ou de construction. Au contraire, j’ai eu l’occasion de faire d’autres travaux où l’on peut constater qu’à l’époque le chantier n’était pas avare sur les quantités de matériaux.
Sans infiltration d’eau visible dans les fonds, il est quasiment impossible de douter de l’état de sa coque. Donc impossible de dire aussi qu’il y a eu défaut d’entretien.
Un assureur qui prend un bateau de plus de 40 ans d’âge dans son portefeuille, qui plus est en tout risque après expertise, ne peut pas évoquer la vétusté pour ne pas indemniser son client.
Il ne faut pas se laisser faire, c’est trop facile.
Dans tous les cas bon courage.
Daniel de J & C

17 nov. 2017
0

Pour avoir eut un sinistre géré avec Finistère, ils avaient répondus positivement sans attendre. Je suis étonnée de leur réponse.

Courage à toi

17 nov. 2017
2

l'assurance assure un risque lié à un sinistre, pas la vieillesse du bateau. Donc, si la quille lâche parceque au regard de la conception et de la structure du bateau, la structure ne pouvait plus tenir, elle n'assure pas. si la quille lâche du fait de la survenance d'un événement extérieur ou fortuit, elle assure.
On est responsable de l'entretien et notamment du fait qu'à un moment, il faut vérifier et si besoin refaire des pièces structurelles. ien on ne le sait pas toujours, on ne s'en rend pas toujours compte, les pro ne nous informe pas toujours, et ce n'est pas facile : un chantier qui conseille X euros de travaux préventif sur un vieux bateau va passer pour quoi.
Bref, il faut déterminer si la quille à lâcher seule ou à cause du coup de vent ou les deux. si tu peux déjà voir toi même la structure, l'état des varangues des renforts sur lesquels étaient repris les boulons tu auras une idéee, s'ils sont clairement pourris, c'est de la vétusté et tu n'y pourras rien. sinon, il faut venir à tes frais au moins pour en avoir le coeur net un autre expert ou pro et voir après.
en 5 ans il peut s'en passer des choses sur un bateau.
enfin, les " experts", il faut surtout connaitre leur cursus. il n'y a pas de diplôme d'expert, c'est l'expert qui décide qui l'est et les clients qui confirme en ayant recours à lui.
les experts judiciaires sont désignés par les cours d'appel, mais sur leurs demandes à eux et sur pièces dans des domaines ou les magistrats par définition ne sont pas compétents techniquement. c'est comme partout, il y a de bons et de mauvais expert.
là il faut voir et savoir ce qui a lâcher et pourquoi.

17 nov. 2017
0

Au vu des photos, les boulons (ou plutôt écrous) sont nickels, c'est la coque qui s'est découpée autour de la quille. Sauf si la quille a beaucoup tapé (vagues avec faible hauteur d'eau), pour moi il y a un défaut de conception (varanguage) ou de réalisation (échantillonnage), qui aurait dû être signalée par la première expertise.

17 nov. 2017
0

sauf qu'à la première expertise, la quille était en place !
il n'y a pas que la coque qui s'est découpée pour que la quille lâche : ce devrait être une peau, mais la quille ne devrait elle pas tenir sans ?
en tout cas si la rupture n'est pas liée à la survenance d'un événement extérieur c'est plié.
il aurait ans doute été utile si ce défaut est connu que l'expert en fasse part il y a 5 ans et conseille les travaux nécessaires à la conservation de celui-ci.

17 nov. 2017
2

La rupture doit être liée aux échouages répétitifs dans un port qui assèche la structure s étant dégradée au fil des ans sur un bateau pas suffisamment renforcé à la conception

17 nov. 2017
0

Outre le boycott de cette compagnie d'assurance, que conseiller ? RTL et julien Courbet ? A quoi servent donc les pré-expertises ?
Je suis moyennement étonné de l'avarie, ayant moi même un canot anglais de réputation de solidité du même age : en y regardant de près, il y a de sérieux problèmes de conception (auquels j'ai remédié de façon coûteuse )
C'est comme les belles bagnoles anglaises : la classe mais...de la merde ! (Ceux qui ont réussi à faire rouler longtemps un coupé Jag comprendront. ..)

18 nov. 2017
0

Si chaque cas litigieux devait aboutir a un boycott, j'ai bien peur que nous ayons du mal a s'assurer !!!!

17 nov. 2017
0

Boycott... déjà?

18 nov. 2017
1

Nous pouvons entendre ton discours rigil, mais la compagnie d'assurance, elle est pour quoi dans la qualité de la conception et de la construction ? Nous sommes libres aussi de choisir tel ou tel bateau, bien ou mal construit, et ce choix en fonction de nos critères est une liberté que nous choississons et devons donc aussi assumer. comment imaginer que l'échouage systématique d'un bateau n' a pas des conséquences ? un bateau conçu pour échouer l'est il pou autant pour échouer à chaque marée durant 50 ans sans vérification et entretient des pièces de structures ?
après nous ne sommes pas dans de la faute de qui que ce soit mais dans la responsabilité, c'est différent même si cela se recoupe parfois.

18 nov. 2017
2

La compagnie accepte sans soucis ton chèque chaque année, correspondant à une valeur déclarée et donc d'un montant calculé en fonction. ..parfois, une expertise est même exigée.
Perso, je "raque" depuis 1991 pour un bateau de 1976.
Si en cas de sinistre je ne touchais rien...j'espère que leurs locaux au moins seraient bien assurés !

18 nov. 2017
-2

encore une fois, la compagnie assure un risque, pas de le fait que le bateau vieillisse : si le bateau périt à raison du risque assuré, elle paye, s'il périt du fait de son âge, elle ne paye pas. elle n'assure pas l'usure, et les bateau aussi sont mortel.Je ne me suis pas prononcé sur la cause. Maintenant tu fais ce que tu veux, si c'est ce que tu dis, j'espère que tu as aussi un bon avocat, vu le ton que prends des posts, c'est le dernier de ma part et je ne répondrais plus. Mais je partage la tristesse de quelque qui perd un vieux compagnon.

18 nov. 2017
0

Quand ta voiture perd une porte rouillee ...tu fais jouer ta garantie toi ?

18 nov. 2017
4

Je ne suis pas assuré pour une porte rouillée
Mais l'exemple complètement con que tu donne me ramène à une annecdote : j'ai un jour assuré tout risques une vieille voiture (et pas en collection) . La voiture, garée, s'est fait rentrer dedans (aile, portière, capot, roue et fusée. ..) delit de fuite...
Et bien en dépit du prix des réparations astronomique par rapport au prix négocié de ce genre de bagnole (XJS) la compagnie Generali (pub car correct) a tout payé car le montant de ma prime correpondait à une valeur que nous avions négocié auparavant. ..Voila ce qu'on attend d'une bonne assurance !

18 nov. 2017
0

Merci de cette belle démonstration de l utilité d une assurance ...merci de fairepartie des gogos que tu insultes

18 nov. 2017
0

pourquoi défaut de qualité ? de conception ?

c'est un biquille. Il était dans une zone d'assèchement. Si le bateau roule au moment de la posée, il cogne alternativement d'une une quille à l'autre.

18 nov. 201718 nov. 2017
5

De toutes manières un centaur comme ca ne vaut pas 18000 @, moins de la moitié .personnellement je serai deja super content qu il n y ait pas eu de morts e navigation et je passerai a autre chose, photo effrayante

18 nov. 2017
3

La compagnie Le Finistère a quand-même accepté d'assurer ce bateau de 1974 pour 18000€ après une expertise de 2010 et encaissé des primes fixées par elle même après évaluation du risque.

18 nov. 2017
2

C'est exactement ce que je disais plus haut...maintenant si il y a des gogos qui acceptent de raquer une rançon chaque année et accepter de ne pas être dédommagés en cas de sinistre, libre à eux...faut bien nourrir les assurances !

18 nov. 2017
0

expertise de 2010
nous sommes en 2017 !!!!!!

18 nov. 2017
0

bon, les boulons de quille cela ne se changent pas tous les ans non plus...

18 nov. 2017
0

ne soit pas non plus insultant avec ceux qui prennent une assurance en connaissance de cause ( cf les cas de remboursement à 100% de ce fil )

18 nov. 2017
2

Salut, j'ai malheureusement eu un gros sinistre sur mon voilier et j'ai été obligé de m'intéresser a mon contrat d'assurance.
Si lors de l'expertise de 2010 un problème de tenu de quille ou de boulon de quille a été signalé et que tu n'as pas réalisé les travaux t'as plus que tes yeux pour pleurer.
Si il n'y a rien a ce moment là du doit contester l'avis de l'expert. A toi de démontrer que ton bateau est bien entretenu (facture, photo etc...) et prend un expert de ton choix pour une contre expertise.
L'expert que tu as vu est mandaté par l'assurance, il ne représente pas forcément tes interets. Ne te laisse pas faire, met les devant leur responsabilité. Il essaye toujours de payer le minimum dans la plupart des cas les assurés ne doivent pas contester, c'est tout bénef pour eux.

19 nov. 201719 nov. 2017
3

l'expert est là pour
déterminer l'origine du sinistre.
et l'évaluation des dommages.
rien de plus.
.
a la lecture du rapport d'expertise la compagnie d'assurance applique le contrat.
.
dans le cas présent - l'expert a estimé que la quille avait cassé par fatigue - vieillesse et non suite a un fait de mer (accident soudain - un talonnage par exemple).
.
le contrat doit comme quasi toujours ne pas couvrir les conséquences de l'usure normale, des défauts d'entretiens, etc ...
.
en clair l'expert a estimé que ton bateau a sombré en raison de son usure.
ta compagnie ne couvre pas l'usure.
.
ton seul moyen de défense serait de prouver que le sinistre a une origine autre.
par exemple tempête et vagues exceptionnelles - négligence de ta part - tu aurais dut sortir ton bateau.
tu ne l'a pas fait - il a cassé sous les chocs.

30 mai 201830 mai 2018
0

Non ce n'était pas moi l'expert mais j'ai prit la peine de lire le sujet
.
"le rapport de l'expert et de la compagnie vient de tomber ! Indemnisation = 0 et je dois payer la destruction de l'épave. Raison : perte de quille du à vétusté."
.
ce qui me permet d'en déduire
"dans le cas présent - l'expert a estimé que la quille avait cassé par fatigue - vieillesse et non suite a un fait de mer"

19 nov. 2017
0

"dans le cas présent - l'expert a estimé que la quille avait cassé par fatigue - vieillesse et non suite a un fait de mer"
C'était toi, l'expert ? :tesur:
.
Pour ma part, connaissant bien ce mouillage, où j'ai eu mes bateaux pendant des années, je sais que les posées peuvent être très dures par houle d'ouest, même l'été.
Et un biquille tossant d'une quille sur l'autre pendant longtemps peut casser.
.
J'ai fini par quitter ce mouillage après avoir tordu deux fois les béquille de mon Mousquetaire.
.
Je pense que c'est de ce coté (talonnage violent à la posée) que seatrip peut trouver une voie de recours.
Mais je vois gros comme une maison que l'assurance rétorquera que le bateau n'avait rien à faire dans un mouillage à marée exposé à la houle à cette période de l'année...
.
Puis, comme dit une haut, un vieux Centaur, ça vaut nettement moins de 10.000 euros.
Je jeux en vaut-il la chandelle ?

18 nov. 201718 nov. 2017
2

En gros seatrips aurait du déclarer qu'il a talonné par exemple (ce qui n'est à priori pas le cas) pour bénéficier d'un début d'indemnisation.
L'assurance et ses différentes clauses on ne s'y intéresse pas suffisamment lorsque l'on souscrit;moi le premier.
Ce n'est qu'au moment ou il nous arrive un problème que l'on
(re)découvre le périmètre d'indemnisation.

19 nov. 2017
0

Toute ma sympathie pour cette infortune, décidément nous sommes plusieurs à déplorer la perte de nos bateaux ces derniers temps...
Après mon propre naufrage, j'étais comme toi, désemparé devant le refus de garantie de mon assurance. J'ai reçu des soutiens de divers intervenants et on m'a conseillé les bonnes personnes pour me retourner contre l'assureur. Ça va prendre des mois mais j'ai bon espoir et je te conseille de faire de même : contacter un avocat spécialisé en droit maritime, mandater un expert pour expertise contradictoire, ensuite tu sauras si ça vaut la peine d'engager la bataille. Ton préjudice ne se limite pas à la valeur du bateau, je suppose que tu as eu aussi les frais de retirement, puis de déconstruction. Donc évaluer risques-chances de succès après avis dûment autorisé. Ici sur un forum on n'a ni les termes du contrat, ni la compétence juridique, ni l'évaluation précise du préjudice et il faut tout cela. Bon courage !

19 nov. 2017
0

de temps en temps ces bien de replonger dans sont contrat afin de voir ce qu il en est vraiment , ce que je vient de faire et on a encore fait des découvertes (close ) moi avec la mienne aucun souci de dédommagement suite a mon talonnage et un contact sans aucun reproche de leur coté juste un doute avec l expert qui me paraissait lège . ces bien une fatigue de la coque la cause puisque l on voie bien les boulons qui sont nickel les assurance ne sont pas la pour indemniser une usure et le fait que le bateau pose arrange pas les choses (petit choc a mi flottaison ) par contre ton assurance doit payer tes frais de retirement . bon courage a toi

19 nov. 2017
3

J'ai eu affaire aux experts d'assurance, en particulier du côté de saint-Malo avec un expert dinardais. J'en ai surtout déduit qu'ils sont au service de l'assurance. Cela crée un véritable système mafieux.
Oui, j'ai bien dit "mafieux" ...

19 nov. 201719 nov. 2017
2

expert d'assurance.... c'est pourtant clair ...

19 nov. 2017
0

Proprietaire également d'un Westerly Centaur qui échoue toute l'année depuis 40 ans et assuré tous risques à La Finistère, je suis effaré par cette décision de ne pas t'indemniser à la hauteur de la valeur vénale. Les conditions mto précédant l'événement étaient éprouvantes dans le lit du Fremur avec un gros ressac. Si la vétusté est la seule raison, on peut détruire tous nos westerly. Il ne faut pas abandonner demander une contre expertise. On doit tous appeler cette compagnie pour demander des explications.
Bon courage à toi

22 nov. 2017
4

Merci pour vos messages.En ce qui me concerne, le Finistere m'informe procéder à une nouvelle étude du dossier.

22 nov. 2017
0

On croise les doigts pour toi...

22 nov. 201722 nov. 2017
1

Je comprends ta détresse seatrips, et c'est vrai qu'on attend toujours d'une assurance une aide au moins en rapport avec les sommes qu'on leur verse, et souvent depuis plusieurs années.
.
Toutefois, le mot vétusté sur un bateau de plus de 40 ans n'est pas si incongru que ça. Ce ne sera probablement pas facile à entendre, mais la quille ne s'est pas fait la malle par hasard. Sur un bateau de cette génération, les techniques de construction étaient à mi-chemin entre les techniques traditionnelles et les techniques modernes, avec tout un lot de malfaçons/approximations lesquelles ont toujours des conséquences au bas mot désagréables. Je crains que l'on t'oppose effectivement un manque d'entretien/réparation/prévention, car ces faiblesses récurrentes sont connues et ce genre de bateaux, en plus de l'entretien courant qui demande des mises à jour à ces endroits. Et prouver que le problème vienne d'ailleurs va être compliqué, car la maintenance du bateau incombe entièrement au propriétaire.
.
Le chantier Wrighton a corrigé le problème depuis longtemps en intégrant ses quilles à la coque sous une lamination, et du coup les Bi-loup ne perdent pas de quille, et ont un entretien réduit sur ce point. Sur un Westerly sur lequel ces soucis ne sont pas anecdotiques, un traitement préventif semblable relèverait du simple bon sens, ce qui relativiserait aussi le coût de l'opération. Facile à dire après coup me diras-tu ? Oui, tu as raison, mais c'est ce qui m'a toujours fait reculer jusqu'à présent pour l'achat d'un ancien, parmi d'autres raisons plus fonctionnelles : trop de choses à surveiller ou à mettre à jour, un gouffre à pognon si on veut faire les choses correctement. Hélas tout ce qui devrait être faire dessus n'est que rarement fait, comme de tomber régulièrement les quilles pour refaire la boulonnerie et vérifier les points de fixation.
.
Quoi qu'il en soit, j'espère sincèrement que tu trouveras une issue favorable à cette tragédie. Les 18k€ me semblent peut-être un peu optimistes même pour un Centaur en bel état, mais si déjà l'assurance pouvait payer la destruction et si tu pouvais récupérer un peu d'apport pour le prochain, ce serait bien. Courage !

29 nov. 2017
1

Bonjour seatrips,

Des nouvelles de la Finistère ? Mon courtier ne comprends pas non plus comment on peut ne pas assurer la vétusté quand on accepte la garantie tous risques....
On peut par contre déduire un pourcentage pour la vétusté.
Ne tarde pas à demander un appui juridique, l'expert a conclu rapidement sans expertise approfondie, sans analyse météo...
Tient nous au courant bon courage

30 nov. 2017
1

"Tous risques" ne signifie pas "n'importe quel risque, n'importe où". Lire et relire les contrats d'assurance.

30 nov. 2017
0

quand assure une voiture elle est pas assuré par ça vétusté , pour les bateau ces pareils

30 nov. 2017
1

bonjour, je viens de lire ton message et je trouve absolument incroyable que tu ne sois indemnisé de rien..à quoi cela sert de payer une assurance de ce type ? on devrait tous se faire rembourser ce qu'on paie depuis des années (pour rien).

30 nov. 2017
-1

demande à ton assurance maison de rembourser car tu n'as pas été cambriolé, et à ton assurance voiture car tu n'as pas eu d'accident. c'est le principe même de l'assurance : ce sont les cotisations de ceux qui n'ont pas de sinistre qui payent le sinistre. la vétusté en elle-même n'est pas assurée. on n'en tient compte si le sinistre intervient pour une autre cause. la vétusté c'est l'usure, l'assurance ne la couvre pas sauf cout prohibitif. Maintenant il faut être sur que le sinistre est du à la vétusté, si ce n'est pas le cas, elle doit prendre en charge en déduisant le coût de la vétusté.

30 nov. 2017
1

Cela dit, tout le monde à l'air de trouver normal qu'un westerly biquille puisse perdre une quille de cette façon, mais depuis 2005 que je m'y intéresse, c'est la première fois que j'y suis confronté.

Alors que tous les centaur ont aujourd'hui 40 ans et devraient être considérés comme vétustes, l'aspect impeccable des boulons de quille est d'autant plus intriguant....

30 nov. 201730 nov. 2017
0

Les boulons des vieux Westerly sont fait d'un bon inox, qui reste impeccable même après 40 ans. Pour les plus récents, je ne sais pas.
Mais après déquillage, quand j'ai constaté que la semelle de quille faisait 8 à 10 mm d'épaisseur, strate de varangue comprise, j'ai eu les boules...
Nous sommes plusieurs propriétaires de Westerly sur le même chantier des bords de Rance à avoir eu ce problème et a avoir du renforcer les fonds avant, ou après, perte de quille. (Centaure, Konsort, Pentland, westerly 33)

30 nov. 2017
0

Déja vu ça sur un Westerly biquille il ya 15 à 20 ans une des quilles perdue c'était comme à découper selon les pointillés

30 nov. 2017
0

Sur les photos de seatrips, il n'y a aucun déchirement de tissu de roving est de fibre de verre agencée en chaîne et trame.

Seule la surface portante de la quille a été arrachée.

Comme le dit GUILLEMOT, "C'est une faiblesse des vieux Westerly. Fonds mal échantillonnés."

30 nov. 2017
1

Bonjour. Je suis de près depuis le début et j'ai déjà vu un idylle dans le même cas, boulons riquiqui et pas de matière solide. Bien que j'ai un Macwester, je ne pense pas en arriver là avec des boulons de 40 en inox et le lest bien plus bas de 30 à 40 cm en dessous de l'aileron porteur. Déjà fait du saute cailloux aux Scilly et croyez moi, çà secoue plus le ressac sur la plage qui est en sable dur quand viennent à passer les bateaux de passagers se rendant à Tresco juste au moment de se poser ou de flotter. Pour tenir mes boulons , il y a des varangues stratifiées..

Au niveau des assurances, pas la peine de croire au tous risques, une simple RC au raz des pâquerettes et c'est suffisant (30 euros environ l'an).

30 nov. 201716 juin 2020
0

Photos des miens. Scusez pour le doublon.

30 nov. 2017
0

Je pense que La Finistère va revoir ton dossier. Tu auras de la vétusté mais de Quoi racheter un bateau correct, c'est le but de l'assurance tous risques. En message privé donne moi le rapport d'expertise. Je connais un expert en Bretagne Sud... tient nous au courant.

30 nov. 2017
6

J'ai eu un jour un problème de voiture (casse de la courroie de distribution une semaine après son remplacement) que le garage à refuser de prendre en charge.

Ce qui m'a vraiment aidé, c'est la "Maison de la Justice et du Droit" que j'ai consulté (à Annemasse). C'est gratuit et anonyme et tu te retrouve à discuter avec un juriste qui va lire ton contrat et chercher dans le droit comment tu peux te défendre. Tu repars avec des textes de loi surlignés, des phrases et lettres type et des infos sur les démarches à suivre. Après c'est à toi de faire le reste mais ça permet de ne pas se faire avoir parce que l'on ne parvient pas à lire et comprendre un contrat ou que l'on ignore une obligation de la partie adverse.

Dans mon cas, ça s'est terminé au tribunal de proximité, le garage a remplacé le moteur à sa charge et m'a remboursé les frais d'expertise que j'ai dû engager (ouais, avec un expert d'assuré contre l'expert du garage... impartialité ?) . Ca a pris longtemps et je suis resté 6 mois sans voiture. En tous cas, sans la maison de la justice, je n'aurais jamais su comment me défendre.

L'annuaire de ces maisons : www.annuaires.justice.gouv.fr[...]73.html

Bon courage !

01 déc. 2017
0

En assurance maritime, la faute nautique est assurable heureusement. Si tu heurtes une roche et que ton bateau sombre, tu es indemnisé en tous risques.
Seatrips a laissé son bateau sur son mouillage d'été alors que des conditions météo éprouvantes étaient annoncées. Aucun biquille ne résiste à une forte houle et des vents de 40 nœuds en tapant sur du sable dur pendant plusieurs jours, il y aura des séquelles forcément. Donc l'assurance doit t'indemniser en déduisant une vétusté d'environ 5% par an depuis la dernière expertise. Ils vont revenir vers toi mais continue la procédure judiciaire pour aller jusqu'au bout. Courage

11 déc. 2017
1

J'assure mon bateau tout risque en 91 pour une valeur X j'ai demandé a mon assurance aujourd'hui, en cas de perte de mon bateau quel serai le montant du remboursement de mon prejudice,reponse c'est l'expert de l'assurance qui decidera ....
Donc en clair le bateau n'a cessé de perdre de la valeur, les cotisations annuelles ont augmente réguliérement !!!
Je pense que je vais remplacer mon assurance tout risque par la RC de la FFV

10 jan. 2018
0

C'est le même principe que pour votre auto ;)

26 jan. 2018
1

Mon bateau de 2009 à subit une décote.... normal. Après renseignement pris auprès d'un avocat j'ai fait révisé mon assurance (april_marine) gain........420€ donc je renouvellerais cette opération tout les deux ........ j'aurais du m'en inquiéter avant

22 déc. 2017
0

Art172-13 du code des Assurances:" Les risques assurés demeurent couverts, même en cas de faute de l'assuré ou de ses préposés terrestres, à moins que l'assureur n'établisse que le dommage est dû à un manque de soins raisonnables de la part de l'assuré pour mettre les objets à l'abri des risques survenus.
L'assureur ne répond pas des fautes intentionnelles ou inexcusables de l'assuré."

Il y a du grain à moudre.

Inutile de s'adresser à un avocat spécialiste du droit maritime. C'est le droit commun qui s'applique en la matière. Choisir de préférence un avocat qui navigue et qui saura de quoi il parle.

09 jan. 2018
0

Aï !!! Mais au fait, l'EXPERTISE date de quelle année ??? L'expert qui a fait son rapport positif pour assurer le bateau est mouillé. S'il s'est trompé ou n'a rien vu : il est coupable mais normalement il est, lui aussi, assuré auprès d'une compagnie s'il a fait une erreur.
Courage, Claude

26 jan. 2018
0

L'expert est celui de l'assurance donc il n'a aucun intérêt à vous défendre. Pour tout sinistre important il faut prendre un contre expert qui sera outre défenseur. Les expertises doivent êtres contradictoires sinon elles n'ont aucune valeur. Ensuite si les deux experts ne peuvent pas conclure de façon positive . Votre avocat portera cette affaire devant les tribunaux.........bien lire le contrat et le rapport d'expertise. À première vue la mauvaise foi de votre assurance me paraît très facile à démontrer

29 mai 201829 mai 2018
3

Je viens vous donner des nouvelles de mon cas.Suite au refus de la compagnie de m indemniser, j ai fait une contre expertise à l amiable avec mon avocat.
La contre expertise a révélé qu il y avait eu une l’existence d’une fissure transversale dans la carène de la quille ,manifestement à l’emplacement de l’arrachement du stratifié
sur l’arrière tribord de la portée de quille.

L expert de l’ assurance n’ a pas vu cela lors de son expertise et a expertisé la quille sur une photo prise par moi.La quille a été retirée une semaine avant la contre expertise soit 6 mois après la 1ere expertise.
Le bateau était assuré en tous risques et avait été expertisé par le cabinet du prédécesseur de l’expert de l’assurance en 2010 avec des quilles en bon état.

L’expertise de l assurance a dit qu’une réparation « amateur » avait était faite
Sur la tenue tranversale de la quille,qu un renfort a été posé sur l’avant , que ces travaux n ont pas été fait dans les règles de l’art alors que la varangue était bien d’origine.
L assurance parle de réparation récente qui avait été faite, alors que rien a été fait sur les quilles à l achat du bateau en 2010.

Sur le manuel du constructeur au niveau de la quille il est marqué qu il n y a pas d entretiens particuliers à faire sur les quilles à part de la peinture.

L assurance afin d’éviter une procédure judiciaire était prête à intervenir transactionnelle ment à la hauteur de 3000 euros, ce qui me semble très peu indemnisé d autant plus qu elle ne prend pas en compte la destruction du bateau.
Un avenant sur la destruction a été fait sur les contrats en 2016, personne ne m a informe de ceci.

Suite à la contre expertise et la demande par mon avocat d avoir une indemnisation à la hausse l’assurance reste sur sa position et refuse d’intervenir dans la prise en charge de ce dossier au motif que leur contrat exclu les pertes et avaries provenant d’usure, de vétusté et ou de défauts d’entretien.Ils maintiennent leur position dans cette affaire.

La compagnie se cache sous cet article alors qu il y a eu une faute nautique, ceci est assurable et garanti dans les assurances.
La météo était mauvaises plusieurs jours avant l avarie ( il y a des bulletins et rapport du port ), avec le mouvement des vagues et la direction des vagues la quille s est arrachée.
L’ assurance me dit qu il s agit du seul bateau à avoir subit des dommages sur Saint Briac, c est normal, il y avait deux bateaux identiques au mien qui étaient à l abri dans le port .
Je n ai pas eu le temps de mettre à l abri mon bateau.

Je vais au tribunal pour la suite de mon dossier.De nos jours pour les vieux bateaux il est préférable de ne pas les assurer en tous risques.

30 mai 2018
0

bonjour
desole pour toi et le bateau ; mais une reparation est elle possible et a quel cout , moi je pense que j'etudirai cette possibilitee ; et la comparee aux cout d'une procedure .
le premier expert n'a pas demander de devis d'une reparation ?

salut

30 mai 2018
-1

quand la réparation dépasse la cote ces poubelle

30 mai 2018
0

Bonjour, c'est incorrect de la part de La Finistère, toi qui a payé tes cotisations en tous risques depuis de nombreuses années j'imagine. Et pour quelques milliers d'euros.Continues à te battre en justice jusqu'au bout. Perso, je suis entrain de quitter cette compagnie, mon courtier OAP m'a trouvé une compagnie moins chère et le contrat couvre l'ensemble des dommages, destruction comprise. Et cet expert qui pense qu'un navire biquille non abrité est indestructible dans la houle et des vents force 8. Les Westerly ne sont pas faits pour échouer violemment , l'inclinaison des quilles entraine des moments de flexion surtout avec des quilles de 600 kg, en dynamique les forces sont éprouvantes pour les semelles en polyester. Je choisis toujours mon mouillage en conséquence ayant eu des varangues fissurées à l'échouage dans des météo loin de celles qu'à connu ton navire. Au procès il te faudrait le témoignage d'un expert avisé du club des Westerly pour que le juge comprenne bien les raisons de cet événement de mer. Courage

30 mai 2018
0

pour ma part je suis bien assurer et j ai eu deux talonnage ( dans un chenal ) et le comble mon assurance a baisser . j ai toujours eu a faire a la même personne de la compagnie et quand l expert est passer j ai contester sont expertise et fait venir un autre expert une fois un accord trouver en moins de 1 semaine je recevait le chèque des frais de l assurance et les travaux on commencer .

30 mai 2018
1

Dans un tel cas où la météo, la position de mouillage exposée au ressac du navire et la vétusté se cumulent pour donner lieu à l'événement de mer l'expert qui a toujours le doute doit appliquer une vétusté mais être favorable à l'assuré. Personne n'était dans la cale à inspecter les varangues et le portage de quille pendant les coups de vent répétés lors des échouages donc personne ne sait vraiment.... Un bon avocat démontera aisément ce doute.

02 sept. 2019
0

Bonjour à tous, je fais appel aux connaisseurs des westerly Centaur du forum, je suis à la recherche d'un plan des varangues notament babord, quelqu un aurez cela ou pourrait me donner des informations, merci d avance

02 sept. 2019
1

Je suis très souvent Lancieux, je vois ton bateau à chaque fois que je longe le chantier. Ça me fait mal au coeur (j'ai aussi un Westerly biquille).
J'ai cru comprendre que le Centaur suréquipé qui est derrière le tien hésite à reprendre la Mer suite à ta mésaventure
J'imagine que tu connais le Westerly Owner Association ?
Sinon Vincent (alias Guillemot) pourra te conseiller sur la démarche à suivre pour renforcer tes varangues.
Bon courage !

JP

02 sept. 2019
0

Bonsoir JP, merci pour ton message, en fait je cherche un plan des varangues car l'expert m'a accusé d'avoir rajouté une varangue sur mon bateau pour le consolider, ce qui est bien entendu faux. Toutes mes varangues sont bien d'origine, j'ai pu le constater sur un autre westerly mais je cherche un plan officiel . Je suis sur le point d'aller au tribunal, la compagnie n'ayant fait aucun geste pour le dédommager. Je remercie tout ceux qui pourraient m'aider dans ce dossier.
Bonne soirée ......

02 sept. 2019
0

Tu es malheureusement tombé sur un expert inexpert, il y en a de plus en plus et dans tous les domaines.

03 sept. 2019
1

Juste une réflexion (qui ne va malheureusement pas servir à seastrips) : J'ai dû une fois faire appel à mon assurance pour intrusion et vol; j'ai été indemnisé, bien évidemment en tenant compte du coefficient de vétusté, rubis sur l'ongle. C'était la MAIF. Je n'y ai aucun intérêt, j'en suis juste sociétaire. Pensez aux mutuelles, les assurances privées, c'est l'arnaque la plus totale. Je vais reprendre un voilier pour y passer beaucoup de temps, je sais déjà vers qui je vais me tourner pour l'assurer...

04 sept. 2019
0

Je les ai contactés, mais d'une part le prix était beaucoup plus élevé, d'autre part ils exigeaient comme beaucoup une expertise au préalable (à mes frais)

Tout comme mon assureur auto d'ailleurs (groupama)

Je suis donc chez "le Finistère" et je n'ai pas eu de problème lors d'un sinistre, certes pas de la même ampleur !

Peut-être que notre ami est tombé sur un truand.

04 sept. 2019
1

Ecoute, je suis OK pour dire que le prix n'est pas l'élément déterminant.

Le problème avec une assurance, c'est comme avec un médecin, ce n'est pas écrit à l'entrée si c'est un bon ou un mauvais.

Moi j'avais un bon echo de "Finistère" avec d'autres plaisanciers qui avaient eu à déclarer des sinistres, donc je suis allé là.

Ce n'est pas tant l'assurance en elle-même qui peut poser problème, c'est le courtier local ou l'expert mandaté.

En l'occurence, ils m'ont dit ici qu'en dessous de 2000 euros, pas d'expertise.

04 sept. 2019
-1

On a pas les moyens de payer pas cher...

04 sept. 2019
2

Tout à fait d'accord avec CNJ et Pied Marin, la compagnie de Seastrip assure les navires anciens uniquement pour des raisons financières et avec l'aide d'expert associés et auto proclamés manquent à leurs obligations en cas d'événement de mer. J'espère que le tribunal va mettre en lumière les nombreux manquements de cet expert que tu cites et notamment cette soit disant varangue bien d'origine. Je pense que tu peux faire un courrier au chantier en UK pour avoir le plan des fonds d'origine. tiens nous au courant des suites et courage ne lâche rien…

04 sept. 2019
0

je découvre ce post, et malheureusement ce n'est pas une première sur ce modèle.

Un ami de mon père a fait déconstruire le sien, à cause du même mal.
lors d'une mise au sec, l'arrière des quilles s'est enfoncé dans la coque, un coté était complètement mou, délainé par l'osmose, et l'autre coté prenait le même chemin et à craqué lors du posé....

Cela s'est produit lors d'une mise à terre en l'absence du proprio, car il faisait faire le carénage par le chantier local. impossible de savoir si tout a bien été fait comme il faut lors du "posé"

S'en est suivi une bataille d'expert, pour savoir qui était responsable, d'autant plus que le bateau avait été acheté 3 ans plus tôt, avait eu un traitement anti osmose avec facture de 4 ans, ça a duré 2 ans, coûté un max... pour devoir payer la démolition.

Un expert a fait éplucher les strats de fibre et cela était sans appel: Osmose sur 2/3 de l'épaisseur de la strat, semble t'il accéléré par un traitement sur une coque humide, un max de mat et peu de tissé, et beaucoup de bulles, certaines énormes, qui ont accéléré l'osmose. la fatigue des matériaux avait aussi été mentionné, le bateau ayant passé sa vie en atlantique avec un corps mort faisant échouer le bateau sur certaines périodes de l'année (gros coeff je crois)
Aucune réparation n'était visible, aucune trace de talonnage, et aucune modification de varangue.
Le tribunal avait a demi mot mis en cause le vieillissement normal, et certains défauts de construction qui avait accéléré les choses. chantiers mis hors de cause, précédent proprio idem, traitement de l'osmose idem, bref compliqué.

Mon père avait eu le dossier d'expertise judiciaire avec les 30 ou 40 pages... et beaucoup de photos. Est ce que cela t’intéresse si je peux le retrouver? il devait y avoir des photos des fonds avant autopsie et donc des varangues, avec une longue description, ce qui devrait pouvoir t'aider pour le transmettre au dossier?

ou est ton bateau?
qui est l'expert de l'assurance?

04 sept. 2019
0

Bonjour, merci pour ton témoignage.En ce qui me concerne mon bateau était sain sans osmose, ce qui a été conctaté par les 2 experts.Je serai intéressé par le plan si tu peux le retrouver, merci.

04 sept. 2019
0

en lisant ça je suis bien content d'avoir acheté un "triquille"...

J'avais lu ici sur un autre modèle (idylle je crois) qui avait aussi coulé à cause des quilles.

En revanche, il y a tellement de vieux westerly sur l'eau, j'en connasi un (Berwick) qui navigue toujours alors qu'il était osmosé il y a 30 ans.

04 sept. 2019
1

Objectivement, un bateau sain peut-il perdre sa quille ? Mon avis est que non. J'ai eu l'occasion de voir quelques épaves à St Martin, dont des monos qui ont perdu leur quille justement, et il y a des similitudes d'une épave à l'autre. La constatation est simple, c'est qu'une quille boulonnée à travers quelques couches de fibre, ben c'est pas assez solide. Même si les couches sont épaissies à la jonction. Sur un Jeanneau (SO410, je crois), je n'ai même pas vu de renfort du tout !
Ce qui se passe, c'est que la quille offre une surface d'appui pas assez large et se transforme en burin dans la coque au moindre choc. En clair, si la marée ne te dépose pas comme une fleur sur du sable, il y a des chances d'y avoir du dégât. C'est des bateaux dessinés pour des conditions idéales, sans marge de sécurité en cas d'imprévu. La seule construction qui vaille dans ces cas là, c'est comme sur Biloup : les quilles sont entièrement inclues dans la lamination. A l'époque de la construction de ton Westerly, on ne savait rien de la durée de vie d'une résine et de sa résistance. C'était de la construction expérimentale.
Si tu dis que ton Westerly était en bon état, alors c'est avant tout un problème de conception. Même si je suis bien attristé par ta mésaventure, comment assurer un défaut de conception ? Il a forcément perdu sa quille pour une raison, laquelle n'est pas forcément assurable ou remboursable.

04 sept. 2019
0

Je pense au contraire de Jambe de bois, que n'importe quel bateau ancien ou récent ne peut résister à des conditions de mer difficile dans une période d'échouage surtout quand le courant fait éviter le navire dans un sens puis l'autre avec des vents et surtout une grosse houle de travers. J'ai connu de tels moments avec mon centaur et constaté des varangues fissurées alors que la mer était assez calme. Comme tu le dits il faut s'échouer dans des endroits adaptés et c'est bien le problème de Seatrips, c'est qu'il a amarré son bateau sur une bouée exposée mise à disposition par le port. Voila sa faute et cela n'entraîne pas une non prise en charge de l'assurance, la faute nautique non intentionnelle est assurée. L'expert aurait du prendre le temps d'avoir des doutes et considérer l'ensemble des facteurs mais il a préféré se faire valoir par le payeur…

04 sept. 2019
0

Je suis ce sujet depuis le début, j'ai bien compris la mésaventure. Il fut un temps où certains bateaux ont été construits avec des épaisseurs de laminés qui en font theoriquement des bunkers flottants. Sauf que le laminé et la resine n'étaient pas toujours optimaux, ni en dosage, ni en formule, ni en application. Aujourd'hui, si on est beaucoup plus précis, les impératifs économiques font qu'il n'y a aucun superflu et au contraire des choix très optimistes. L'avantage des épaves, c'est qu'on peut voir précisément et le point de rupture, et la construction.
Dans ce que j'ai constaté, désolé, mais boulonner des quilles de 10cm de large sur un laminé de moins de 7mm, on peut tourner le sujet dans tous les sens, c'est loin d'être à toute épreuve. Par ailleurs, j'ai aussi constaté des traces de delamination entre les couches ce qui témoigne également d'un problème de ratio résine/fibre. En tout état de cause, il est compréhensible que ces bateaux aient perdu leurs quilles pour des raisons de conception.
Dans le cas de notre ami, nous savons qu'il y a eu forte sollicitation, mais le bateau était il vraiment en capacité de supporter cette sollicitation ? Forcément non, c'est ce que démontre l'issue de cette mésaventure. Si la responsabilité du port n'est pas engagée, cela semble difficile à plaider. La durée des "tractations" en témoigne.

04 sept. 2019
0

C'est si mince que ça à cet endroit?

Je comprends pourquoi le mien est lourd, le bordé faisant 15mm dans le haut, et s'épaississant jusquà au moins 30mm...

04 sept. 2019
0

Effectivement, si l'échantillonnage des structures de nos Westerly aurait pu être améliorée, cela restent des navires costauds si on en prend soin lors des échouages. Quand une compagnie accepte de prendre en charge une protection sinistre Tous Risques, elle doit savoir arrondir les angles et proposer une négociation. Dans le cas présent où le navire était assuré pour 18000 euros, l'assurance aurait pu proposer la valeur vénale du bateau donc environ 8000 euros, mais je pense comme certains disent sur le forum que c'est plutôt un problème de personne et que l'expert a visiblement fait du zèle...

07 sept. 2019
0

Bonjour je fais encore appel à vous si quelqu'un est membre du Westerly club en UK ce serait sympa s'il pourrait demander le plan des varangues du Centaur. Je cherche aussi des cas d'événements de mer qui ont eu lieu au mouillage et pris en charge par les assurances afin de faire une jurisprudence..Merci de votre aide.

27 sept. 2019
0

Pourquoi ne leur envoies-tu pas un mail ou un coup de fil?

Pour acheter mon bateau, je suis passé par l'asso de propriétaires, le président a été très serviable.

07 sept. 2019
0

Bonjour.

J'ignore si tu est au courant, mais ta quille est dans la descente à gauche du petit port à St-Briac.

Pour des plans de varangues, demande à guillemot sur ce forum, il était intervenu sur un fil pour la réparation de son Westerly. Son bateau était sur la Rance.

A+

27 sept. 2019
0

Oui je sais,non seulement l assurance ne prend pas en compte la destruction, mais le chantier qui a récuperer le bateau a été payé, mais a fait la motié du travail, ils auraient du enlever le bateau avec la quille aussi, la quille devrait être à côté du bateau, elle a été déplace gracieusement par le port, mais c est au chantier de faire le travail, 2000 euros pour déplacer le bateau, c est leur boulot, plus 90 euros tous les mois depuis decembre 2017!

26 sept. 2019
0

Bonjour, suite à ton événement Seatrips j’ai fait vérifier à sec la tenue de mes quilles pour un westerly centaure de 1976. Aucun souci, varangue solides, pas de jeu, légères infiltrations d’eau à tribord dues à joints anciens. Westerly préconise de les refaire annuellement(voir notice). Un centaure qui échoue dans de bonnes conditions reste solide très longtemps. Ceci peut Éventuellement t’aider dans ton litige ?

27 sept. 2019
0

Bonjoour à toi,
oui je pense que si mon bateau avait été à l’abris comme d’habitude il n’y aurait jamais eu de problème. C’est bien les conditions de mer et météo qui ont fait sombrer mon navire..... merci pour tes remarques

09 jan. 2021
17

En ce début d’année je vous annonce une bonne nouvelle concernant le litige qui dure depuis plusieurs années suite au naufrage de mon bateau.
La compagnie a été déboutée au tribunal et a été condamnée à me payer la valeur du navire, des dommages et intérêts et les frais d’avocat.
Je suis content que enfin justice soit faite et qu’on ait entendu mes arguments de bon sens marin !
J’ai pu ainsi devenir propriétaire d’un nouveau bateau équivalent.
Je voulais partager cette bonne nouvelle avec vous. Il ne faut jamais lâcher même si on se sent parfais seul devant des décisions surprenantes de certains experts....
Meilleurs vœux pour cette nouvelle année

09 jan. 2021
1

Bravo pour ta pugnacité enfin récompensée!!!

11 jan. 2021
0

Bravo, la ténacité a payée !

11 jan. 2021
0

Bravo !
Tu commence bien l'année, avec la fin de ce cauchemar et un nouveau bateau !
Bonne nouvelle !

09 jan. 2021
0

Ça c'est super !
Tu as pris quoi comme nouveau bateau ?

09 jan. 202109 jan. 2021
2

Le même, j ai eu une opportunité intéressante.

10 jan. 2021
0

👍

09 jan. 2021
1

Et comme assurance ?

09 jan. 2021
0

Une autre compagnie April pour la réponse à votre question.

09 jan. 2021
0

Ouah quelle bonne nouvelle pour toi ! Tu t’es bien battu bravo et ton jugement fera certainement jurisprudence pour d’autres affaires similaires et calmera peut être certain expert très proche des compagnie qui en ont oublié leur vrai métier: l’objectivité et non le porte monnaie
Profite bien de ton nouveau bateau un westerly je suppose ?

09 jan. 2021
1

Bravo, nombreux sont ceux qui auraient abandonné.

09 jan. 2021
1

Super !

T'a bien fait, de leur rentrer dedans ! 🤗

10 jan. 2021
1

Cela ne paraissait pas normal depuis le début de cette affaire que l'assureur se retranche derrière l'âge du bateau alors qu'il avait été expertisé quelques années auparavant par les mêmes experts...
Il semble que ces bateaux présentent en vieillissant une certaine fragilité au niveau de l'environnement des quilles, mais ce n'est pas à l'utilisateur de payer pour une éventuelle erreur de conception du constructeur ou de l'architecte, si c'est le cas.
La décision du tribunal parait donc tout-à-fait raisonnable, et l'assureur n'a pas fait appel.
Mais c'est fou d'attendre 3 ans pour entendre cela.
Alors bon vent avec ton nouveau bateau...

12 jan. 2021
0

Bien reçu ton message Bertrand .

12 jan. 2021
0

Ce serait super d'avoir la référence du jugement pour que le prochain à qui cela arrive puisse invoquer la jurisprudence.

13 jan. 2021
0

Je profite de ce fil pour ajouter que moi aussi, j'ai eu de très sérieuses déconvenues avec cette même compagnie d'Assurance.
Problèmes réglés, plus rapidement certes, à grand renfort d'avocats.

Cette compagnie c'est une cata.
Et, juste pour l'anecdote, alors qu'assuré tout risque y compris pour la zone dans laquelle je me trouvais (Canaries), on me demande mon adresse pour m'envoyer le chèque,
je réponds qu'étant en voyage je ne peux réceptionner ce chèque et qu'un virement serait plus opportun. Réponse "non c'est pas possible, nous on envoie des chèques, point".
La gueule de l'assurance navigation de voyage...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'eau de l'Aude là

Après la pluie...

  • 4.5 (181)

L'eau de l'Aude là

mars 2021