Pendanode

Bonjour,

Les pendanodes fixées par le chantier ont maintenant disparues. Elles étaient fixée dans la baille à mouillage sur une des lisses.

Pour aller au plus simple, peut on juste les attacher au balcon ?

L'équipage
17 nov. 2005
17 nov. 2005
0

Si c'est un bateau en alu,
le balcon et les chandeliers sont souvant montés isolés par des bagues plastique.

Pour que les anodes fonctionnent, le contact entre le câble et la coque doit être aussi parfait que possible.

_/)

17 nov. 2005
0

Choix difficile ...
Le chantier dont parlent Fab et Eric a changé d'avis: il y a qques années ils ont décidé de ne plus mettre de pendanodes !

J'ai rangé définitivement les miennes aussi, et mis de bonnes anodes sur la partie mobile du safran et la partie fixe et le tube d'étambot, sur chaque face (6 anodes)

L'idée qui a conduit le chantier (parlotte au salon nautique) à supprimer est la suivante: en navigation on ne peut pas les mettre de toute façon. Donc pour les grandes traversées de deux choses l'une: ou les pendanodes sont indispensables et on a un gros pb car on ne peut pas les mettre, ou elles ne servent à rien et on peut les supprimer définitivement.

Un excès de surface d'anode peut endommager la carème par une électrolyse inverse ... On y arrive si la peinture epoxy est de bonne qualité, car la surface d'alu en contact avec l'eau est très faible dans ce cas.

17 nov. 2005
0

pendanodes ou pas
Sur mon bateau alu, l'intérêt que j'ai trouvé aux pendanodes c'est que la continuité électrique avec la coque était contrôlable (et de mise en oeuvre assez simple). Les anodes fixes trouvées sur la bateau n'avaient en fait aucun contact avec le bateau (peu de contact avec le boulon, et isolation par la peinture) et devaient plutôt s'apparenter à des grigris, ce qui m'a amené à les remplacer.

Je ne naviquais qu'en côtière donc pas de pb de manque d'anode en traversée.

Ben

17 nov. 2005
0

Scusez mon ignorance ...
... mais c'est quoi une pendanode?

BAV

17 nov. 2005
0

Une anode ...
qui ne se bouffe pas est inutile !

Si aucune des anodes existant sur le bateau ne se bouffe, il y a fort probablement un problème sérieux, car autre chose va se bouffer à la place de l'anode.

Mon avis serait de mettre des bonnes anodes fixes aux bons endroits et vérifier qu'elles se bouffent "normalement" pendant quelques mois ... puis de mettre les pendanodes en plus quelques mois pour voir: si elles ne se bouffent pas, c'est qu'elles sont inutiles.

17 nov. 2005
0

j'en ajouterais ...
une paire sur le safran ...

18 nov. 2005
0

Safran ...
Eric, pour ton safran creux en alu, je percerais un trou traversant le safran de part en part de 20 mm de diamètre environ, et je ferais souder dans le trou un rondin en alu plein de 20 mm (du même alliage que le safran) traversant également de part en part le safran. J'aurais ainsi un volume de matière massif à percer et tarauder pour y fxier par une vis les anodes sur chaque face ... et l'étanchéité conservée du safran creux.

18 nov. 2005
0

Le chèque ...
pour le soudeur (1/2h de boulot) sera beaucoup moins lourd que celui pour le grutier ! Mais comme il faut bien carréner de temps en temps ... Le plus difficile est de trouver un soudeur alu compétent au même endroit et au même moment que le grutier :-(

Les soudeurs alu incompétents sont, eux, très nombreux, et se trouvent facilement partout à n'importe quel moment ... pffff ....

17 nov. 2005
0

Une pendanode
est une anode qu'on laisse "pendre" dans l'eau au mouillage (d'où son nom) au bout d'un cable fixé sur la coque aluminium, pour lui éviter des phénomènes d'électrolyse.

Les deux miennes (BdM31) sont fixées au premier tiers arrière de chaque côté et elles se font bouffer.
Attention aux ports de rias/rivières à fort courant: l'électrolyse y est plus intense que dans des eaux calmes. Ne néglige pas ce problème Fab: il faut un BON contact électrique entre l'anode et ce qu'elle protège. A ta place, je referai ce qu'avait fait le chantier en neuf (mêmes points de fixation, mêmes dimensions).

17 nov. 2005
0

Merci Gilles
J'ai encore appris qqchose aujourd'hui.

BAV

17 nov. 2005
0

c'est au port que ça sert
Je ne partage pas le point de vue de Robert : l'électrolyse et les courants vagabonds, c'est au port que ça se passe, et c'est là que la pendanode est utile et qu'on la met. D'ailleurs, quand on oublie de l'enlever en partant, on s'en aperçoit ;-)

Sou les conseil d'un expert que je considère comme sérieux, j'ai diminué le nombre des anodes sur la coque, qui s'usaient très peu - j'en ai laissé 2 sur la quille et 2 sur le safran - et j'ai mis 2 pendanodes à poste quand le bateau (alu) est au port.

17 nov. 2005
0

je n'ai pas vraiment d'avis ...
sur les pendanodes, je me contentais de rapporter ce que disait alubat il y a qques années au salon de Paris ... alubat qui dans mon esprit n'est pas nécessairement plus crédible que d'autres, au vu des détails atterrants de leurs finitions ;-)

La difficulté, c'est que des "experts sérieux" en électrolyse il y en a beaucoup, et comme en tout les domaines du nautisme , ce ne sont le plus souvent que experts "autoproclamés" :-( Ce n'est bien entendu pas un réquisitoire contre ton expert en particulier, car je ne le connais pas.

Par contre si tes anodes fixes ne se bouffaient pas, il y a un problème dont il faudrait trouver la véritable cause. Les enlever, c'est comme casser le thermomètre pour ne pas voir la fièvre ! Dans des cas diffiles à comprendre on utilise un appareil qu'on ballade autour de la carène et qui indique quelles sont les régions dans lesquelles il faut placer les anodes.

Les courants balladeurs dans les ports sont un vrai problème si le bateau est branché électriquement au quai en permanence. Si ce n'est pas le cas, ces courants font un peu partie du folklore , comme les histoire de trou dans la coque alu quand une pièce de monnaie est tombée sous le plancher :-)

Ce qui est dit dans les notes techniques, c'est qu'une surface d'anode trop importante dégradera aussi la coque. Donc c'est de ce dôté là qu'il faut rester modérer. Pendanode oui, pourquoi pas, mais pas trop et en excès du reste des anodes qui sont suffisantes si bien placées aux bons endroits. Il n'est pas du tout évident que les pendanodes soient bien placées par définition, ce n'est pas parce qu'elles pendent au bout d'un fil que la nature de leur effet est différent des anodes vissées ou qu'elles auraient un pouvoir magique surnaturel !

Tout ce que je dis là ne provient que des multiples lectures techniques que l'ai l'occasion de lire chez L.N, Péchiney (alu) et d'autre éditeurs techniques, en tout cas pas dans les revues de nautisme, ni même dans celles des constructeurs de bateau. Un grand chantier de construction alu de bateau de pêche et de travail qui a fort bien réparé mon canote semblait néanmoins avoir des idées assez folkloriques sur l'électrolyse ... nobody is perfect ;-)

18 nov. 2005
0

Le mieux,
Quand on a un bateau alu, c'est de le laisser dans un port à sec, n'est il pas Robert ;-)

Serieusement, j'y crois plus aux pentanodes:
Ya keks années j'avais eu des soucis d'electrolyse avec une embase sail-drive (due à une fuite electrique particulierement vicelarde) et j'avais installé une tresse de terre, du moteur jusqu'à l'exterieur, pis anode plongeante.
l'anode se bouffait, mais les pieces alu aussi...

17 nov. 2005
0

L'avantage des pendanodes
c'est qu'on peut les brosser régulièrement pour une meilleure efficacité et, comme disait Ben, on peut mieux contrôler la liaison élctrique coque/anode. Sur mon bateau, j'ai 4 anodes fixes et 3 pendanodes ; ces dernières se corrodent bien plus vite, donc sont plus efficaces.

18 nov. 2005
0

Avantages divers ...
Je suis bien d'accord pour cet avantage de nettoyage des pendanodes, moins bien d'accord pour la sécurité de la liason électrique: une liaison électrique fixe bien faite est toujours plus sûre qu'une laison électrique volante qui rague sur le liston et peut facilement avoir des faux contacts.

Une pendanode n'ayant pas d'efficacité intrinsèque supérieure à une anode fixe, si l'anode fixe ne se corrode pas, c'est qu'il y a un bug: son métal est mal choisi, ou sa fixation est incorrecte du point de vue électrique, ou son placement sur la carène est mal choisi.

Par contre, les pendanodes ont l'avantage de pouvoir protéger une zône où l'on ne peut pas facilement fixer une anode à la carène , par exemple à l'avant du bateau. Cependant l'avant une zone ou on n'a en général pas besoin d'anode car il n'y a pas de discontinuité mécanique à cet endroit (sauf s'il y a un propulseur d'étrave par exemple).

L'inconvénient de positionnement de la pendanode c'est qu'elle ne peut pas bien protéger certaines zônes profondes et lointaines comme la quille par exemple.

Je dirais que l'un des rares points à peu près certain et clair est que si une anode fixe ne se coorode pas, il faut s'inquiéter de savoir pourquoi, le plus souvent elle est mal fixée, quelquefois faite en un alliage foireux bon marché n'ayant pas les bonnes caractéristiques, quelquefois elle n'est pas placée au bon endroit.

18 nov. 2005
0

liaison électrique
Une bonne idée, c'est également de vérifier la protection du safran (voir plus haut les anodes à rajouter à ce niveau).

De 2 choses l'une, soit le safran est en continuité électrique avec la coque et on peut (peut-être ?) ne pas mettre d'anodes à ce niveau, soit le safran est isolé et il faut absolument des anodes.

Sur le test que j'ai pu effectuer le safran entièrement en alu sur aiguillots alu était très bien isolé électriquement de la coque (par l'alumine ?) et j'avais rajouté un gros cable qui mettait le safran "à la masse".

Ben

18 nov. 2005
0

si les anodes ne s'usent pas ...
c'est qu'il y a un problème, je suis bien d'accord avec toi, Robert. Cependant j'ai écris que mes anodes s'usaient très peu, et non qu'elles ne s'usaient pas du tout.
L'"exportation" de zinc étant proportionnelle au courant de fuite, dans une période de temps donnée, il est amha inutile de provisionner des kilos de zinc correspondant à des années d'usure, il vaut mieux les remplacer régulièrement.

Je pense que la faible usure vient du faible courant de fuite, du fait que je ne branche qu'exceptionnellement la prise de quai, et que le romanée n'est pas connu pour être trop sensible à ces problèmes, mis à part les pb d'électrolyse interne à la quille (plomb/alu).

Quant à l'existence des courants vagabonds : j'ai travaillé comme cadre au service électrique de la sncf dans une vie presque antérieure, et on considérait ces courants-là avec un grand sérieux, à cause du retour par le rail des milliers d'ampères du courant de traction, au point d'installer des protections cathodiques actives sur les conduites métalliques longeant les voies. On y apprenait que des courants de fuite pouvaient être détectés à des kilomètres des voies.

Il se trouve que mon bateau est à quelques centaines de mètres d'un voie ferrée électrique, dont il est séparé par des étangs. Donc : méfi!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le Renard, cotre corsaire de St Malo, en 2005

Souvenir d'été

  • 4.5 (77)

Le Renard, cotre corsaire de St Malo, en 2005

novembre 2021