Pêche et cargos high-tech

Rêvons les yeux ouverts: quelles pourraient être des solutions high-tech et viables qui permettraient d'économiser le maximum de fuel à l'avenir, en pêche ou en marine marchande ?

En photo, le Faucon Maltais. Pas moche en plus!
Mais je ne sais rien de ce bateau...

J'avais aussi entendu parler d'un thonier-catamaran il y a 20 ans, solution encouragée par le Chasse-Marée à l'époque.

Connaissez vous d'autres projets ou plans ou concepts intéressants ?

L'équipage
08 nov. 2007
08 nov. 2007
1

oui plein

à chaque fois qu'il y a crise du petrole les m^me projets font surface .Certains vont chercher des subventions au ministere de l'économie ou à la recherche et sortent les vieux projets de la crise precedante .

On change un peu la presentation on va voir les bureaux d'études de quelques chantiers navals et ainsi le type se graisse la pate tant que la crise dure.

Evidement les bureaux d'études pas fou vont dans la salle des archives et depoussiere le dernier cargo ou chalutier à voile.

et ainsi va le monde....et tout le monde rigole..

josé

08 nov. 2007
0

Les premiers datant
de la première crise du pétrole, vers 73 ou 74 sauf erreur...

Durant quelques mois, on a nagé dans la pure science fiction ! ;-)

[color=blue]_/)[/color]

08 nov. 2007
0

Pas question d'en rire :
mais la réalité est extrêmement simple : le pétrole n'est pas encore assez cher... suffit d'être patient.

Il y a quelques années, je discutais avec un Américain qui fabriquait des systèmes frigorifiques solaires à base de zéolithe et d'eau, qui sont les deux des éléments naturels non polluants et c'était assez performant : par 35°C il pouvait produire sept kg de glace avec un mètre carré exposé au soleil.

Il a arrêté : ça pouvait interesser les pays pauvres mais c'était trop cher pour eux, et chez lui le pétrole n'était pas assez cher !

[color=blue]_/)[/color]

09 nov. 2007
0

dans tres peu de temps
ou seront les poissons?

08 nov. 2007
0

avant de rire...
avant de rire bêtement devant ces projets farfelux, il faudrait bien comprendre que leur utilité est indiscutable. On n'a pas le choix! Dans 30 ans, je ne pense pas que la pêche puisse continuer à ressembler à ce qu'elle est aujourd'hui. Et il faut bien financer ces "projets". Si on voulait arrêter tous les gens qui semblent "s'engraisser" à nos yeux, alors croyais moi qu'il faudrait mettre un paquet de monde au chomage, tous domaines confondus.

Alors, oui, on fait des projets un peu fou. On rêve aussi de cargos à voile... Comment fera-t-on pour importer des produits chinois sans gasoil pour les porte-container?

Leon.

08 nov. 2007
0

tiens

un thonier à voiles: il y en a un sur les vasieres du Blavet à Lorient.

C'était une serie de trois ,lorsque le premier a commencé à pecher les resultats étaient tellement castrophique que le second n'a pas été fini :directement au sec et le troisieme n'a pas vu le jour evidement.

josé

09 nov. 2007
0

Thoniers ou autres
bateaux de pêche à voile...

Pour que ça fonctionne, il faudrait sans doute des équipages motivés et intelligents ! Se traîner sous voiles à 5 noeuds alors que les collègues foncent à 15 noeuds au moteur est un bon motif pour que la mayonnaise ne prenne pas !

Ensuite, il faut calculer l'économie réelle de fuel (il y aura toujours les groupes électrogènes pour les cales réfrigérées) et le sur-coût en salaires des marins au prorata des jours supplémentaires passés en mer...

Actuellement, ce ne serait même pas une réalité économique mais une philosophie... certes utile et d'avenir mais à mon humble avis, cela ne se fera pas avec la génération actuelle des pêcheurs, qui comme l'immense majorité de nos concitoyens toutes professions confondues sont plus accrochées à leurs acquis qu'à une gestion réaliste !

[color=blue]_/)[/color]

09 nov. 2007
0

Salut José
A quoi donc crois tu mon cher José que servaient les bisquines, et leur immense voilure (même sans les perroquets pour le travail)....à tirer des chaluts, certes plus petits.

Quand on aura épuisé le pétrole, si l'on persiste à vouloir pêcher au rythme actuel, il risque de n'y avoir plus de poissons non plus dans la mer.

On voit de la moruette (petite morue) que l'on ne laisse même pas grandir. Sur le marché aux poissons de Deauville, j'ai vu des kilos de soles à peine grosses comme la main.

Au début du chemin de fer, on appelait çà le "tue vaches" à tel point que des villes comme Orléans ou Tours n'en n'ont pas voulu (les Aubrais et Saint Pierre des corps les ont remplacées ...

En plein pays de Caux, alors que l'on a sans doute la puissance nucléaire la plus forte de France au km2 avec Paluel 3600 MW et Panly 1800 MW on voit fleurir partout des éoliennes, 15 ans après le Danemark et l'Allemagne.

Nous avons eu des discours épiques sur l'éolienne qui fait du bruit et qui tue les oiseaux ...

Pourquoi crois tu que les pétroliers "ramassent" tous les brevets intéressant les solutions alternatives ???

Un jour viendra où le vent sera à nouveau utilisé sur les bateaux de toute nature, mais probablement avec une technologie complètement différente que celle que nous connaissons... Par nécessité.

Faut pas cracher dans la soupe.

09 nov. 2007
0

oui tilikum

et tout simplement ça ne peut pas marché.C'est une vue de bureaucrate ou de personne ignorante des choses de la mer.

Le moteur principal d'un bateau de pêche a pour fonction principale (90% du temps) de pêché pas de faire route.Un bateau de peche classique de nos ports (les 20m) passent 15j en mer ,1j à allé et 1j à revenir soit 13j a trainer le chalut et ce n'est suremnt pas avec des voiles que le chalut va etre trainé.

Par ailleurs comme tu le dit le GO sert à produire l'énergie du bord (éclairage,pompe) et surtout à produit du froid pour consever le poisson.

On avait fait un bilan energetique d'un tel projet et on trouvait qu'un bateau de peche consommait plus de GO avec des voiles que sans.Car il mettait trois fois plus de temps à allé et à revenir de ses lieux de peche.Il lui restait donc 8j pour remplis ses cales au lieu de 13j ,imagine le truc.

Ce sont pas des idées s'est n'importe quoi.

Par contre il y a d'autres pistes à explorer mais là c'est du vrai boulot de pro:amelioration des carenes,gain de poids,moteur moins gournant,isolation des cales,amelioration de l'hydraulique....

josé

09 nov. 2007
0

José !
Je veux rectifier quelques points à propos des thoniers à voile de Lorient, dont tu parles.
Deux ont été construits : l’Eole et le Cadoudal
Eole, armé à Etel, a pêché le thon, mais ses résultats n’étaient pas fameux sans qu’on puisse vraiment expliquer pourquoi, ensuite je ne sais pas ce qu’il est devenu.
Cadoudal, armé à Locmiquélic, pêchait à la palangre (il n’a jamais été question de faire le thon avec, et encore moins le chalut, bien entendu) mais c’est vrai qu’il avait des soucis aussi.
En particulier il avait tendance « à passer sur son matériel » lors du relevage et Léon, son patron, a décidé, après un ou deux ans (m’en souviens plus) d’exploitation, d’aller faire autre chose ailleurs.
Ils sont donc descendus en Afrique avec le bateau et après avoir fait un peu de pêche là bas, ils se sont mis à faire du transport entre la Guinée-Bissau et l’archipel des Bijagos.
Plus tard Léon est rentré mais le bateau est resté et il doit sans doute naviguer toujours là bas.
Le troisième n’a jamais été terminé et le jeune patron (Jacques) qui l’avait commandé a été ruiné dans cette affaire. Le bateau (saisi) à traîné sur la vasière durant les longues années de procès, puis il a disparu (il me semble que je ne le vois plus depuis plus d’un an)
Jacques, qui naviguait avec Léon sur « Cadoudal » tout le temps du chantier de son propre bateau, me disait que c’était un voilier sacrément puissant et, l’équipage, qui en plus d’être des pêcheurs, étaient aussi des régatiers, avait vite trouvé la façon de faire marcher un tel bateau (Ils avaient aussi amélioré la voilure d’origine)
Ainsi, lorsqu’ils rentraient de marée certains après midi de thermique bien costaud, ils ont bien rigolé en doublant des « purs » voiliers de régate.
Si les promesses d’aide qui avaient amené ces jeunes patrons breton à se lancer dans de tels projets, avaient été suivies de faits, (mais c’a n’a pas été le cas, car rapidement la question du prix du pétrole n’intéressait plus personne) ces bateaux auraient pu faire une carrière tout à fait honorable dans la pêche douce.
Ce qu’il en est resté c’est un jeune patron qui à commandé des « promènes-couillons » ou fait le matelot ici où là, pendant vingt ans pour payer un bateau qui n’a jamais navigué, mais qui, comble de l’ironie, à pourrit devant ses fenêtres, sans qu’il n’ait le droit de s’en occuper ni même de s’en approcher !
Le seul droit qu’il n’a jamais eu c’est celui de payer !

09 nov. 2007
0

Guerveur

Je tiens l'histoire des thoniers construit à "La Perriere" du responsable du bureau d'études de l'époque qui a dessiné ses thoniers et qui a forcement suivi l'affaire.

le premier a peché un peu en tant que thonier et vu ses resultat la coque du second a été mi sur la vassiere et il y ait toujours tout au moins jusqu'à ce matin que j'ai encore aperçu étant juste devant mon bateau.

Et le troisieme n'a jamais vu le jour

enfin bref s'est encore une bonne fausse idée que de vouloir fait la pêche actuel je dis bien actuel avec des voiles.

josé

01 fév. 2008
0

Cadoudal
Le Cadoudal a coulé en 92, abandonne dans le port de Douala au CAMEROUN

08 nov. 2007
0

il est certain que remettre
les pêcheurs à la voile, fut-elle high tech, serait de nature non seulement à préserver les stocks de poissons mais aussi à éviter des pollutions non négligeables; et puis celà pourrait être le retour des "petits pêcheurs" cotiers.
mais on peut toujours rêver....

08 nov. 2007
0

je peux même
donner des cours de godille :-D :-D :-D

08 nov. 2007
0

oui mais
le prix du poisson à l'arrivée serait bien plus élevé car il faudrait plus de temps pour le pécher, ou alors accepter une baisse de niveau de vie des pécheurs, et dans ce cas arrêter les tracteurs et payer notre nourriture plus cher ou que le niveau de vie des agriculteurs baisse et.......au final que l'on soit tous d'accord pour baisser notre niveau de vie,je ne pense pas être d'accord, le pécheur et l'agriculteur non plus, donc si cela se fait ce sera sous la contrainte, pétrole plus cher, moins de km pour nos véhicule ou obligation de vivre plus près de notre travail, dans les villes loger tous le monde implique des immeubles de grandes hauteurs, le nombre croissant de citadins entrainant d'autres containtes et......et là encore ce sera la contrainte, je m'arrête, j'ai peut être déjà le blues pour mes filles.

08 nov. 2007
0

Malthusianisme
Dslé d'être un peu à côté du sujet mais c'est vrai que le malthusianisme (réduction de la population pour préserver l'espèce en étant en adéquation avec la ressource), même si elle est assez radicale, est dans le fond une politique qui sera un jour ou l'autre, de grè ou de force, mise en application.
Les Chinois ont essayé ... le résultat est mitigé.
Mais si un jour cette réduction de population se fait de force, tout est imaginable (épidémie, guerre, ...) est là ce ne sera vraiment pas marrant ... et pourtant ... et pourtant ... on y est si proche ...
:-(

08 nov. 2007
0

faucon maltais
vu assez souvent cet ete dans le golf de st tropez , mais sous voile il est gitard

08 nov. 2007
0

immeubles plus hauts
Pas sûr que ce soit la bonne soluce, ascenceurs etc... Je pense qu'on doit s'habituer, doucement mais sûrement que l'espèce humaine est hautement nuisible pour la Terre que nous aimons et dont nous vivons. Donc, appliquer plutôt le postulat de Malthus (fin 19ème !), c'est-à-dire réduire la population mondiale n'en déplaise aux tenants des "croissez et multipliez" qu'ils soient croisés ou mulsulmans. Les Chinois l'ont très bien compris avec leur politique de l'enfant unique tant décriée par les Occidentaux, lesquels sont des faux-culs car bien soulagés que le dit "péril jaune" soit de la sorte, un peu jugulé !

0

oui mais peut etre
bientot on sera obligé de le baisser notre niveau de vie pour pouvoir simplement survivre !

08 nov. 2007
0

Ca se précise
Des projets : www.carnetdevol.org[...]ils.htm

Du presque concret : www.ctmv.eu[...]/

08 nov. 2007
0

C'est quoi le Faucon Maltais ?
Un yacht perso de "riche" ?

0

oui c'est le reve d'un grand patron
ingenieur de formation qui voulait un voilier moderne et novateur ,c'est reussi je crois !

08 nov. 2007
0

le maltese falcon appartient à Tom Perkins
74 ans, un ingenieur genial, diplome de stanford, parmis les premiers fondateurs de Hewlett Packard, il est devenu ensuite "Venture Capitalist" et "Business Angel"
Au lieu de claquer son argent dans les casinos ou autres, il a concu une grande partie des systemes qui font de ce bateau une premiere, le greement est a maniement presque presse bouton, il est beau il trace
Il est un poil gitard mais tout est relatif.
pour moi un bateau non gitard est sous toilé

il depote des force 2 et fait un pres remarquable.

Voila

08 nov. 2007
0

C'est bien la preuve
que c'est possible, quand un gars intelligent s'y met !

C'est donc vraiment un problème strictement politique, la preuve...

08 nov. 2007
0

hum !!!
il a 74 ans, une super réussite économique

il se fait un superbe joujou,

mais rien ne prouve que ce soit économiquement viable,

car tout électrique il faut une armée de technicien compétent pour l'entretient,

est ce transposable à la réalité quotidienne et économiquement viable ???

08 nov. 2007
0

claro qu'on en peut pas transposer economqiuement cette merveille
en caboteur ferrailler dans nos eaux mais c'est une recherche appliquée digne d'interet !

08 nov. 2007
0

il y a plusieurs années

déja, une etude americaine avait fait sensation.

Elle demontrait que notre niveau de vie ,notre pouvoir d'achat serait inchangé si au lieu de circuler en voiture on circulait en mobylette.Bien sur on irait moins vite il suffisait donc de prendre ce temps perdu sur notre temps de travail,biensur on gagnerait moins mais on n'aurait pas de voiture à financer,simplement la mobylette.Et individuellement nous serions aussi riche.

L'étude poussait le raisonnement plus loin en demontrant que si au lieu de circuler en mobylette on circulait en velo nous serions aussi riche mais cette fois ci collectivement.Pas de parking,moins de route,pas d'accident,etc etc...

Et plus de pollution,plus de changement climatique,et tout le monde en pleine forme.

Mais imaginons ,plus de constructeurs automabile,plus de garagistes, plus d'hopitaux,moins de travail pour les pompe funebres.Une catastrophe économie...il faut choisir.

La solution est portant simple :interdisons la voiture voilà tout :-|

josé

09 nov. 2007
0

il y a aussi Kyte ship
je les ai rencontré, ce sont pas des rigolos maibon pas encore vu bcp de cargos avec leru cerf volant

www.kiteship.com[...]/

09 nov. 2007
0

Et
l'Alcyone du Cdt Cousteau ???

09 nov. 2007
0

"Maltese Falcon"
pour voir en vidéo le " Faucon Maltais " :

09 nov. 2007
0

pour ce qui le save pas
il va avoir cargo a voile de construit pour transporter du vin de bordeau aller sur mer et marine . com et vous aurez les infos

09 nov. 2007
0

Ce faucon me fascine...
NON, ça n'est pas une contrepèterie...
:heu:

Je me demande en quel métal sont les mats pour supporter des efforts pareils sans haubannage ?

Sinon José, tu considères que le chalutage est indispensable, donc une traction permanente et forte que seul un moteur thermique peut effectuer. Mais tu oublies que le chalutage lui-même est condamné à terme comme destructeur de ressource. Donc...

J'ai toujours cette impression qu'on aborde les problèmes de demain avec le regard d'aujourd'hui, si ce n'est celui du passé. C'est à une autre logique générale qu'il faut parvenir, nous y sommes obligés.

09 nov. 2007
0

Les mâts ....
... sont en carbone me semble-t-il.

09 nov. 2007
0

Pour sauver la planete
et les poissons du meme coup, un seul moyen: augmenter le prix du G-O de façon rhedibitoire. Je n'entrevois aucune autre solution. Et la terre ne s'arretera pas de tourner pour autant!

09 nov. 2007
0

oui
carbone

09 nov. 2007
0

le chalutage
et les filets pélagiques sont les causes majeures de la destruction de la ressource et aussi les techniques les plus consommatrices en énergie; si évolution il doit y avoir et on voit mal comment y échapper, il ne sert a rien de jouer l'autruche à coups de suventions qui ne font que retarder une nécessaire remise en cause fondamentale de cette activité économique mais bien sur comme toujours il faut que les autres (espagnols,japonais,etc.) commencent d'abord par changer et on suivra après...

09 nov. 200716 juin 2020
0

Mieux que le vélo,
il existe des voiliers qui vont pus vite que les voitures. Le problème c'est la route ! ;-)

09 nov. 2007
0

Route et char
Si on prévoit un moteur auxiliaire (thermique ou électrique) pour les parcours face au vent et les forêts, pourquoi pas ?

Mais quid des ponts ???? :scie:

09 nov. 2007
0

Il faut couper les ponts...
...avec le passé !

09 nov. 2007
0

on parle de technologies
pour la pêche dans 20 ou 30 ans mais au rythme où diminue la ressource, je ne pense pas qu'on trouvera encore quelque chose à pêcher dans nos océans à cette époque....
Excusez moi pour avoir casser l'ambiance....

09 nov. 2007
0

un autre gros probleme

avec ses projets de bateaux de pêches à voiles.

Pour avoir planché quelque temps sur la stabilité de tel bateaux ,les criteres de sécurités de stabilités ne peuvent etre respecté avec le greement et avec le vent dans les voiles .

alors ce pose la question des derogations à ses critéres ,qui serait assez fou pour demander et prendre la responsabilité de les accorder.Dejà que certains criteres sont tellement au raz des paquerettes que l'on ne peut descendre à leurs niveau sans mettre en peril la securité alors je vois mal comment on peut deroger à ses regles minimalistes.

Simplement pour un probleme de securité pour moi c'est niet, maintenant chacun fait comme il veut
:-|

josé

09 nov. 2007
0

et pourtant calypso
il y en a eu de très beaux et très marins des bateaux de pêche à voile qui ont parcouru les mers plus longtemps que les sabots en ferraille dévoreurs de GO actuels. leurs qualités marines n'étaient pas ridicules!

09 nov. 2007
0

alors ne changeons rien!
et attendons que le ciel nous tombe sur la tête!
moi aussi j'ai eu des ancêtres pêcheurs et je ne souhaite à quiconque de revivre ce qu'ils ont pu vivre mais le conservatisme ne mène à rien dans la double perspective d'une raréfaction de la ressource et de la pénurie/augmentation du coût du carburant; il faudra bien faire sauter quelques paramètres pour sortir de l'impasse.

11 nov. 2007
0

une vieille image d'Epinal
ressassée par le journal de 13 heures qui a encore de beaux jours devant elle...

09 nov. 2007
0

et que dis tu
de la vie des marins à bord, et de la famille qui à terre ne mangeait pas de viande tous les jours et de cet accueil que l'on devait réservé au maire et au curé lorsqu'il venaient t'annoncer la nouvelle, nostalgie des galères ? a moins que ...
Question à prendre avec beaucoup d'humour.
Est tu issus d'une famille d'armateur?
Réponse : moi non mon arrière grand père est mort dans les brumes de Terre neuve , je ne l'ai pas connu, mais ma grand mère elle me racontait et pour cette génération ,La mer c'était la misère.
Je me répètes, mais est-on capable d'accepter un niveau de vie plus bas ??

09 nov. 2007
0

Il est dit
et depuis longtemps en europe que la pêche est pour les Espagnols et le tourisme pour les français, l'évolution est déjà prévue, le paramètre qui doit sauter est la pêche française.

11 nov. 2007
0

j'espère
pour les pécheurs

09 nov. 2007
0

En optimiste volontaire
je pense qu'il y a une limite à l'augmentation du cout du carburant.

Quand le pétrole sera à 150 $ on saura faire d'autres carburants probablement moins polluants et moins chers avec des moteurs moins gourmands.
La problématique se résout à la loi du marché, comment le répercuter sur la filière poisson, et combien le consommateur final veut y mettre.

La pénurie de la ressource est aussi facile à gérer techniquement.(quasi suppression de la pêche pendant un temps à moduler)
Ce n'est qu'un problème de politique internationnale.
Et il faudra bien y passer un jour ou l'autre.

09 nov. 2007
0

bon, bon

je ne suis pas contre l'économie de carburant bien sur mais ayant travaillé sur ses projets de bateaux de pêche à voiles je pense que la solution ne se trouve pas là.

Il ne s'agit pas de revenir en arriere mais d'aller en avant.Il faut prendre les choses avec realisme et la premiere realité est économique.Tout nouveau systeme qui se traduirait par un surcout est voué à l'echec .Par contre toute innovation qui se traduira par une reduction des couts et une amelioration de l'environnement sera un succes.

Et en matiere de bateaux de pêches celà est possible .Seulement celà demande une vraie politique volontariste ,bien mené, et financierement couteuse dans un premier temps et longue à mettre en oeuvre.

Il faut travailler sur l'existant c'est à dire amelioré les carénes ce qui est un gros boulot,se battre sur les poids pour reduire le devis de poids,faire des moteurs moins gournant là il y a 15 ans de retard sur l'automobile,amelioré les isolations des cales ,c'est actuellement une catastrophe,reduire les consommation en électricité,tout revoir l'hydraulique ,revoir le rendement des helices.etc.

En faite il faudrait un organisme qui permette de faire un proto. car les armateurs n'ont pas la possibilité financiere de faire celà et ce n'est pas leur métier, ensuite proposé ses solutions à l'industrie.Et donc créer un nouveau concept de bateaux de pêche moderne et permettant par ses innovations de reduire les cout d'explotation de ses bateaux .

Il faut depenser de l'argent en recherche mais en vraie recherche pas en gadget dans son petit coin.

Et je pense que là se trouve la solution et que celà est possible et à porté de main car les bateaux de pêches son actuellement sur un concept des années 60/70 lorsque le portique arriere a vu le jour.

enfin il y a du boulot dommage pour moi il est trop tard mais ça doit etre passionnant:-D

josé

09 nov. 2007
0

d'accord avec toi josé
à un point près c'est que si les armateurs voulaient si investir il pourraient le faire,

mais profit à court terme à toujours été et est encore la préocupation

et aussi si un cabinet d'architecte, ou chantier ou même péquin moyen arrivait avec de nouvelles solutions plus économe pour l'armateur il prendrait si ça lui coute rien

et on met beaucoup d'argent dans la recherche , le bassin des carènes à paris existe depuis combien de temps???
les logiciels etc etc , il y a moyen si les décideurs le veulent, mais se sont les même qui palpent sur les plus values du pétrole entre autre.....

09 nov. 2007
0

le bassin de carene

de Paris existe depuis des lustres 1906.

C'est un outil extraordinaire surtout depuis 2000 ou il a été transferé à Val de Reuil.

Il appartiens à la marine mais ouvert au privé avec grand plaisir car ils paient.

josé

09 nov. 2007
0

et ça couterait
plus cher en investissement, donc il faudrait pêcher davantage pour amortir et ça ferait encore baisser la ressource...cercle vicieux pour toute solution qui ne passera pas par une diminution des tonnages pêchés!
il faudrait prendre le pb par l'autre boût:
quels sont les prélèvements qui sauvegardent la ressource, quelle organisation pour y parvenir avant qu'elle ne soit détruite, quels moyens mettre en oeuvre pour un système économique permettant de faire vivre des pêcheurs avec un prix du poisson supportable par le consommateur lambda????
et la question qui tue: quel courageux politique pourrait bien prendre ce bâton merdeux?

09 nov. 2007
0

En investissement de départ, oui
mais pas en exploitation puisqu'on économise du fuel...

Au fait José, qu'est devenu le "vieux" bassin de carène de la porte de Sèvres ?

09 nov. 2007
0

à Gilou

bonne question ma fois j'en sais rien .mais je suppose que vu le prix du metre carré du terrain il y avais là une bonne operation a faire

josé

01 fév. 2008
0

Bassin des carènes
Va disparaître pour créer le futur pentagone hexagonal (si on peut dire...).

01 fév. 2008
0

on drevrait récupére des places de port...
Pas moins de 189 demandes de sorties de flotte ont été déposées par les patron-pêcheurs en moins de trois mois ! « C'est énorme et inquiétant », souligne Le Marin, selon lequel la Basse-Normandie et la Bretagne sont les régions où le plus de bateaux pourraient partir à la casse. Les professionnels avaient jusqu'au 25 janvier pour déposer leurs dossiers, dans le cadre du plan de sortie de flotte lancé en octobre dernier. Le nombre de demandes est très nettement supérieur aux prévisions du gouvernement. Selon l'hebdomadaire, l'enveloppe initialement prévue pour financer cette nouvelle réduction de la flottille, soit 25.5 millions d'euros, est très insuffisante. En décembre, le coût des 129 premiers dossiers déposés s'élevait, déjà, à près de 50 millions d'euros. En Bretagne, 46 demandes auraient été faites, contre 45 en Basse-Normandie, 33 en Aquitaine et 24 dans les Pays-de-la-Loire.
La crise actuellement traversée par la filière explique cette situation qui en dit long sur la confiance des pêcheurs en leur avenir. L'effondrement du prix de revente des bateaux semble inciter les patrons à profiter des primes offertes par l'Etat et l'Europe pour désarmer leurs unités. Selon le président du comité régional des pêches de Bretagne, cité dans les colonnes du Marin, pour un navire de 24 mètres, l'écart entre une vente d'occasion et les indemnités proposées serait du simple au double.

à condition que les "autorités se penchent sur les problemes de la plaisance..

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Bol d'Or 2016

Après la pluie...

  • 4.5 (133)

Bol d'Or 2016

mars 2021