passionné de l'univers marin, je souhaiterais passer d'un semi rigide á un voilier habitable.

Bonjours á tous.
Suis nouveau sur ce site et content d'en être.
En gros, la mer me rend accro, je navigue á la journée sur un semi rigide de 5m, depuis une dizaine d'années, en reliant le plaisir de la pêche ou les vacances en famille.
La pêche devient de moins en moins accessible, poissons en voie de disparition????.
C'est en partie pour cela que je souhaiterais changer de mode de navigation.
Passer á un voilier habitable.
Je possède le permis hauturier, mais je n'ai jamais navigué sur un voilier.
D'après vous, est il possible de s'y mettre, en autonomie par bon sens et par différentes étapes.
Ensuite, j'ai plein d 'autres questions, car je rêve d'un loisir qui me passionne et vos réponses au fil du temps, m'aideront peut être á réaliser mon projet.

L'équipage
06 jan. 2018
06 jan. 2018
0

OUI
J'ai fait le même cheminement et ai commencé avec un petit love love, on casse, on se fait peur on recommence et on apprend.
Foncez.

06 jan. 2018
0

Soit le Bienvenu, hadok62, dans un monde où les semis rigides de cinq mètres deviendront tes amis. Tu apprendras à les connaitre et à les apprécier, mais ça te sera d'autant plus facile ;-) ...

Tu ne sera pas tant dépaysé, puisque on partage le même espace et tu pourra toujours :pecheur:, ...

06 jan. 2018
2

Je te conseille vraiment de faire un stage d'une semaine dans une école : ucpa, glenan ou autre. Cela te donneras une bonne idée de ton besoin de formation.

06 jan. 2018
3

Apprendre tout seul c'est réinventer la poudre tous les jours
Il existe de très bons livres, documents en ligne et vidéos explicatives sur internet ou on trouve déjà beaucoup de choses
Ensuite si tu es sociable tu rencontres d'autres voileux dans ta région, tu discutes tu poses tes question pourquoi pas naviguer ensemble
Les stages c'est utile aussi mais à mon avis encore plus quand on a déjà quelques bases
Cdlt

06 jan. 2018
0

il faut naviguer le lus possible sur des bateau différents pour pouvoir choisir et au niveau manoeuvres, le dériveur reste une excellente école, en plus, aujourd'hui on trouve des tas de dériveurs anciens mais bon style 470, jet et autres windy à bas prix dés lors qu'il ne sont plus compétitif, ou un europe pour le solitaire. et si on choisit le bassin de navigation c'est sans riques

06 jan. 2018
0

Merci á vous pour toutes ces réponses enrichissantes.
Je pense que je vais faire une journée de stage sur Dunkerque. Et aussi m'enrichir théoriquement, avant de me lancer. Je vais encore patienter une année, avant de concrétiser mon rêve. En attendant je continue mes tites sorties pêche.
D'ici là, j'aurais plein d'autres question á vous poser, (en espérant pas trop vous gaver????).
Par exemple, y en a une qui me vient, j'ai déjà un aperçu sur mon futur voilier, ce serait un sangria ou armagnac. Avec ce type de bateau, en partant de dunkerque, quel genre de croisière pourrais envisager sur 3 semaines de congés.
Cordialement

07 jan. 2018
0

Bonjour Hadok62
Il y a aussi la piste de d’être équipier pour une saison de régate.
Le LUC voile possède deux bateaux c'est aussi une piste pour découvrir la voile.

Le Moko

06 jan. 2018
0

2 très bons bateaux, l'armagnac est un peu plus gros, mais il commence à être ancien et il aura besoin d plus de soins qu'un sangria : le cp, il ne faut pas le laisser à nu, une peinture moche avec des retouches ce n'est pas grave, par contre il ne faut aucune entrèe d'eau. j'ai croisé un sangria qui venait de France à Porto. la limite se sera la météo. l'armagnac sera un peu plus rapide, mais cela dépendra également des voiles aussi. le gros temps arrive assez vite sur ces petits bateaux. pour le programme, comptes un peu moins de 4 n de moyenne avec le sangria et pas loin de de 4.5 avec l'armagnac, ensuite cela dépend de l'heure de départ, de celle d'arrivée et de la marée !

07 jan. 2018
0

bonsoir
normalement tu as les bases pour la navigation .
la voile avec quelques livres et du bon sens peu s'apprendre
" presque " seul .
n'oubli pas la place de port , un quillard , tu ne pourra pas le mettre a l'eau pour chaque sortie

salut

07 jan. 2018
0

+1 pour le stage en école de voile, sur dériveur léger pour acquérir les sensations. Ensuite on peut se débrouiller seul avec des bouquins ou des copains, mais pour débuter c'est bien d'être encadré et d'avoir un regard extérieur.

07 jan. 2018
0

Salut Pierol.
Pour l'entrée d'eau, j'espère que ça se verrait, á partir du moment où il est vendu à quai.
Pour 4 noeuds maxi, c du sérieux? Si c le cas, faudra que je revois mes objectifs????
Sinon, le sangria peut encaisser quelle hauteur aproximative de vague?
Car, á 4 noeuds, si le temps change et que je me retrouve , ne serait qu á 15 miles d'un port. Ce doit être un vrai cauchemar????

07 jan. 2018
0

Bonsoir, passer par une bonne école de voile ne peux amener que du positif, et permet d'éviter de prendre de mauvaises habitudes.
Maintenant, il est toujours possible de s'en passer, mais au prix de grosses galères assurées!
Autrement, concernant le choix des bateaux Sangria-Armagnac, j'ai eu les deux.
Un Armagnac Mk2 gte avec lequel j'ai fait 15000M, et plus récemment un Sangria pte.
Comme dit plus haut, l'Armagnac demandera une surveillance et une maintenance rigoureuse, surtout au niveau des champs du CP et des liaisons, mais au niveau comportement à la mer et aptitude à étaler du mauvais temps, y-a pas photo.
Côté performance, je suis d'accord sur les 4 nds du Sangria, mais l'Armagnac est franchement nettement plus performant quelle que soit l'allure.
Mon Armagnac lourdement chargé tenait sans problème un bon 5nds de moyenne, notamment sur ma traversée retour Groënland-Bretagne sud avec plus de 24h de calme plat et moteur en panne.
Avec un Armagnac bien préparé, on peut vraiment aller n'importe où sur la planète à condition d'éviter les glaces, le tout étant d'accepter un confort précaire.
En revanche, le Sangria, même si il est réputé très marin aura toujours à la mer un comportement de "petit" bateau, avec des mouvements beaucoup plus brusques et une aptitude à remonter au vent nettement limitée.
Gorlann

07 jan. 2018
0

a DK, tu as le CRV pour te former (bassin du grand large) à la voile.
avec un sangria en partant de DK sur trois semaines, tu peux aller visiter la Hollande ou descendre dans la Manche (anglo normande), traverser vers l'ile en face (pour la Bretgne sud l'aller retour en trois semaines ça doit être faisable, à vérifier auprès de ceux qui l'aurait fait).

07 jan. 2018
0

Gorlann en a dit beaucoup et juste, le soucis sur un armagnac ce ne sera pas à priori les prises d'eau, mais l'entretien général : les clous galva qui ressortent quoi que l'on fasse sauf à oser les supprimer et les remplacer par ds chevilles ou de l'epoxy chargée, le pont est en cp, et si l'eau de mer ne pourri pas le bois ( le sel conserve), l'eau douce, oui, on dit toujours qu'un bateau bois pourri par les hauts.
Pour les vitesses, sauf en surf on ne dépasse pas la vitesse de carène et l'expérience m'a appris à revoir celle-ci à la baisse, sauf bonne voile et conditions idoines, sur un sangria , elle est de 3.75n, ( racine carré de 2.43 ( longueur d'onde x 5.8 ( longueur floraison), et sur un armagnac de 4.01 ( racien carré de 2.43 x 6.65), bien sur plus il est chargé plus il a de longueur flotaison, mais l'expérience montre que c'est surtout la longueur induite par la gite qui va compter d'un point de vue dynamique, a supposer que bien giter la longueur soit la longueur hors tout, pour l'armagnac cela donne racine carré de 2.43 x8.56 soit 4.56 n , sauf surf. les très bons bateaux, bien voilé et bien mené sont plus souvent que d'autre à cette vitesse qui est la vitesse maximum, sauf surf. J'ai eu pendant 22 ans un successeur de l'armagnac, un sauvignon, plus long et j'avoue humblement que l'on faisait plus souvent du 4 - 4.2-4.3 n de moyenne que d 4.5, certes, c'est un dériveur lesté qui remonte moins au prés, et à la fin les voiles auraient méritées un changement qui aurait sans doute apporter un bon quart de noeud en plus, mais au portant nous avions un très grand spi que l'on mettait le plus souvent possible mais cela ne conduira jamais un bateau au surf dans des conditions météo ne le permettant pas, de sorte que la vitesse de carène reste un bon indice.
oui, il faudra revoir le programme à la baisse, avec ce type de bateau 20 miles d'étapes en étapes c'est pas mal, en famille 15 c'est bon surtout s'il y a du près ( 1.5 fois la distance mini). privilégier une très bonne voile d'avant pour le cap. Après si on fait de la nav de nuit, la distance change car au lieu des 8-12 h d'étapes quotidienne on passe à 24 donc on multiplie par deux et l'expérience aussi montre qu'une croisière en étape des 12 h , c'est long et finalement plus épuisant qu'une nav de nuit de temps en temps : il faut aussi compter le temps perdu entre entrée-sortie de mouillage.
mais ce type de bateau, échouable c'est génial pour faire du rase cailloux, et avec ce n'est pas la distance qui compte mais ce que l'on fait que l'on voit, il faut en profiter pour aller là où les autres ne vont pas.
et puis il peut y avoir moyen avec quelques copains de convoyer le bateau en 4-5 jours avant sur la bretagne nord, terrain de jeu superbe !

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'eau de l'Aude là

Après la pluie...

  • 4.5 (38)

L'eau de l'Aude là

mars 2021