Particularités des gréements en Cotre.

Bonjours à tous,

Voici quelques temps que je consulte les annonces en vue de trouver mon futur (et 1er) voilier. Même si c'est un projet sur le long terme j'aime bien pouvoir me projeter.

Ayant finalement jeté mon dévolu sur un Trismus 37 en alu je m'interroge sur son gréement en Cotre.

A ce jour je n'ai navigué que sur des Sloops et j'ai beau écumer le net je ne trouve que des explications sur les spécificités techniques des Cotres mais pas sur la pratique. (Comment, par exemple, effectuer un virement de bords avec la présence des deux voiles d'avant? Est-ce que ces fameuses voiles sont toujours utilisées simultanément? Ce que ça change sur la navigation, etc...)

Du coup je cherche un site ou un ouvrage sur le sujet, pourriez-vous me conseiller ?

L'équipage
26 juin 2015
26 juin 201526 juin 2015
-4

en général les voiles sont utilisées seules. La trinquette est utilisée par plus gros temps, à partir de 25nd en général. Cela evite une usure prématurée en restant partiellement enroulée. et en plus la forme de la voile est parfaite pour le pres. Avec ce genre de voile le génois recouvre la trinquette, dons l'utilisation simultanée n' a pas d'intérêt. Gros inconvenient à prendre en compte, lors d'un virement de bord, c'est enroulage du génois à chaque fois. c'est rébarbatif en cotier. pas d'interet en vent arriere non plus, la grand voile croisée avec le génois donne l'equivalent de trinquette et genois sans GV. Autre point, suivant le point de drisse, il faut parfois des bastaques, avec risque de casser le mat si on fait n'importe quoi. Et en inconvenient bonus, le point d'amure etant plus sur l'arriere, le bateau est moins ardant, et sera plus sujet aux vagues au pres. Ca brasse sous trinquette au final.

26 juin 2015
15

Bonsoir,
ce que tu affirmes est archi-faux!
Sur un côtre, la trinquette est faite pour être utilisée en complément du yanquée(avec un net gain du près au travers). Aux allures portantes, elle peut effectivement créer des turbulences à la voile d' avant.
Pour moi, le gréement de côtre n' a quasiment que des avantages:
-si voiles d' avant sans enrouleur, changer de yankée ou de foc au près est nettement plus sécurisant avec trinquette que sans, car le bateau à encore de la puissance pour affronter les vagues et ne "bouchonne". pas.
-si voile d' avant sur enrouleur,(et trinquette sur enmagasineur ou enrouleur), du près au travers on peut ajuster la surface sur l' avant beaucoup plus facilement en "jouant" avec la trinquette.
-au près dans la piaule, on est beaucoup plus efficace avec GV arisée et trinquette que génois très enroulé ou foc minuscule(et donc sans recouvrement sur l' étai)car elle permet d' avoir encore des écoulements laminaires sur l' extrados de la GV.
-pour virer de bord en solo, on peut très bien ne pas s' occuper de la trinquette qui reste à contre jusqu' à ce qu'on ai fini de border le génois ou le yankée, ce qui permet à la voile d' avant de passer le bas-étai sans aucun problème.
-lors des manoeuvres de port ou de mouillage à la voile, on est infiniment plus maneuvrant sous GV+ trinquette que sous GV seule ou GV+ génois, de plus çà dégage la plage avant.
-concernant les bastaques, sur la plupart des côtres, elles ne sont là que pour raidir le bas-étai afin de gagner en cap au près et non pour tenir le mât comme sur une "nouille 7/8ème", et on peut d' ailleurs les frapper avec des mousquetons sur les cadènes de bas-haubans si l' on ne veut pas s' embêter pour les manoeuvres.
-pour les virements de bord, ma trinquette étant sur enmagasineur, je la roule juste avant, ce qui me prend environ trois secondes sans effort, le génois passe sans aucun problème quelque-soit la force du vent, car il glisse dessus et je là redéroule une fois le génois bordé, ce qui me prend 4 secondes, réglage compris.
Il est à préciser que contrairement aux idées reçues, ces avantages du gréement de côtre ne sont pas réservés aux "gros" bateaux, car après avoir navigué sur un "Marjolaine 35" ainsi gréé, j' avais adapté une trinquette sur le bas-étai de mon Loisir 7.30, en plus du génois sur enrouleur, puis sur mon Armagnac (génois maxi sur enrouleur+ tourmentin sur bas-étai à enmagasineur utilisé en trinquette), puis maintenant sur mon Brise de Mer 31 avec gréement modifié: petit génois sur enrouleur+ trinquette sur bas-étai sur enmagasineur aux 2/3 du mât avec bastaques.
Excusez-moi pour ce post un peu long mais il fallait que je rectifie avec argumentation les fausses affirmations de ce fil.
J' invite d' ailleurs les septiques et détracteurs du gréement de côtre à venir faire un essais sur mon bateau(je suis basé dans le finistère sud) afin qu' ils constates par eux -même du gain en performance et de la simplicité de toutes les manoeuvres!(pas tous à la fois, j' ai pas un boat-peeple)
Gorlann

04 nov. 202004 nov. 2020
0

D'accord sur tout, et vous allez rigoler... Un copain avait modifié son Sangria en rajoutant un étai pour l'utiliser gréé en cotre. On reste un peu perplexe sur l'efficacité, en revanche, sur l'eau, il avait une sacrée belle gueule.

27 juin 201527 juin 2015
2

Bien d'accord (mis à part les "septiques" qui ne ne sont pas aussi contaminés qu'ils en ont l'air :-) )

Le gréement de cotre c'est ce qu'il y a de mieux en croisière.
Et, bien sûr, trinquette et yankee s'utilisent si possible simultanément, du près serré (qu'on serrera d'autant mieux dans cette configuration, surtout avec du vent un peu appuyé) au vent de travers. Le seul défaut,c'est le très petit temps. Au près, on aura intérêt à s'appuyer au moteur. Dès le vent de travers, un gennaker sur emmagasineur s'avèrera très utile dans ces conditions.

Et puis, il y a cotre et cotre : mon fier navire avait une trinquette bômée. Très pratique pour virer de bord mais un peu chiatique à envoyer et à ferler. Je l'ai remplacée par une trinquette sur enrouleur (associée au yankee sur enrouleur). Que du bonheur et une remontée au près incomparable dès que le vent dépasse 5 Bf. Pas de gîte et des voiles plates réglées pile-poil pour le vent du moment.

Peio
Haize Egoa

26 juin 2015
1

Je pense qu'il n'y a pas vraiment de règle et qu'à force d'essais et de tâtonnements, tu trouveras à quel moment et comment utiliser ta trinquette.

Tout dépend du bateau, de son équilibre sous voile, de la taille de la trinquette et de sa position plus ou moins reculée par rapport à l'étai principal.

Sur notre Haliotis, la trinquette est plutôt petite (12 m2, par rapport aux 40m2 du génois)

On l'utilise :
- par petit temps au vent travers, en plus du génois (rarement)
- dans la brise au près, en plus du génois roulé de moitié ou plus
- quand ça fraîchit vraiment, le génois roulé complètement.
- je l'ai aussi utilisée dans la brise au vent arrière, en ciseau avec le génois partiellement roulé, sans la GV.

Concernant les virements de bords, effectivement, l'étai de trinquette gène plus ou moins.
Dans le petit temps, on doit aller à l'avant pour aider le génois à passer. Plus le vent rentre et plus il passe tout seul.

26 juin 2015
1

Le gréement de côtre véritable comme sur le Trismus ne comporte pas de génois mais un yankee (la voile la plus en avant) . Il s'agit d'une voile d'avant avec un recouvrement faible et un point d'écoute assez haut au dessus du pont . L'écoute est reportée assez loin vers l'arrière du navire .
Tout dessus - conditions manœuvrables - trinquette et yankee sont conçus pour fonctionner ensemble avec l'avantage au près de pouvoir obtenir deux voiles très plates . Le fractionnement des voiles présente l'avantage de pouvoir réduire en conservant l'efficacité de chacune .
Trois voiles (yankee, trinquette, GV) compliquent quelque peu le virement lof pour lof … l'empannage également .
Néanmoins le faible recouvrement du yankee … l'éloignement des deux étais rendent l'opération tout à fait réalisable … avec trois écoutes cependant .
C'est un excellent plan de voilure en croisière !

27 juin 2015
2

oui mais en même temps un virement lof pour lof et un empannage c'est un peu la même chose, nan ? :oups:

26 juin 201516 juin 2020
0

Ah les grands principes et les idées bien ancrées...
Moi je fonctionne comme ça, mais bien sûr chacun fait ce qu'il veut...

Mais est ce encore un trismus... :lavache:

pfffzzzz

26 juin 2015
0

Pas très efficace à voir les penons qui refusent sur l'extrados de la trinquette... ;-)

26 juin 2015
0

..... :-)

26 juin 2015
0

Il n'y a aucun penon qui refuse sur la trinquette, ils décompressent sur le solent... :mdr:

pfffzzzz

26 juin 2015
0

Super. Merci pour toutes vos réponses.
Ça m'éclaire beaucoup.

27 juin 2015
1

Salut,

Je confirme la facilité du gréement de côtre qui ne présente que trop d'avantages par rapport au sloop.
Pour te faire une idée de mon ne quid nimis :

L'équilibre sous voile est top et le yankee que tu vois sur cette vidéo marche très bien au près.
Un autre avantage est de manipuler des voiles plus petites et donc beaucoup plus faciles. C'est donc beaucoup moins fatiguant.
En croisiere et en sole c'est important. De plus, pour le virement, laisser la trinquette à contre permet d'aider le bateau à virer et tu la reprends une fois la bateau sur son nouveau bord, tranquillement.
Le défaut est effectivement le tout petit temps ou le manque de toile se paye. Pour palier à ça, j'ai un étai largable avec un génois 130% ou un spy assimetrique mais il me manque un bout dehors pour l'exploiter correctement.
C'est en cours de réflexion.
Bref, le cotre moi j'aime!

27 juin 2015
0

Un petit grain de sel toujours utile.
Sur mon cotre à moi, et sur quelques autres:
les barres de flèches ne sont pas poussantes;elles sont rigoureusement transversales et longues.
Certains diront qu'au près elles empêchent de border plat?
Mais c'est une ....erreur puisque le yankee n'est pas à recouvrement!
Tout le gréement latéral est dans le même plan, il n'y a pas de galhauban avant ou arrière. Cela facilite le passage, deux points d'ancrage au lieu de six.
Il est possible de plus déborder la GV. Risques d'empannage réduits
La trinquette bien bordée avant le virement laisse glisser le Yankee aisément,si tant est qu'on juge bien de le conserver.
Au largue et au près,en conditions sportives, le point d'écoute du yankee, très haut malgré la gîte, est protégé des vagues de sillage. Et la trinquette, en retrait et sur le pont est aussi protégée.
Les quatre winches sont bien commodes, on en a toujours l'usage.
Et puis c'est JÔLI.

27 juin 2015
0

Oui, très joli ^^

27 juin 2015
0

D'ailleurs on entend bien mon pote le dire dans la vidéo, qu'il est joli mon bateau.

27 juin 2015
0

Si en plus on a une trinquette sur rail meme pas besoin de s en occupper au virement ou empannage

j ai navigué sur un joshua avec trinquette bômée et arisable, que vouloir de plus

27 juin 2015
0

Par contre je vais profiter de ce post pour poser une question pointue
sur mon mirage 28, j ai un b1s étais fixé au niveau du mi mat - barres de flèche
j ai aussi trouvé un mini tourmentin avec des mousquetons
je me demande si ce bas étais pourrait être utilisé comme étais pour ce tourmentin?

27 juin 2015
0

Bonsoir,
sur mon Armagnac, j' avais installé un bas-étai sur enmagasineur, sur lequel mon tourmentin était à poste en permanence. Je l' utilisais comme une trinquette, en plus du génois sur enrouleur.
Le gréement d' origine comportait 2 bas-haubans avant et deux arrière. Lorsque j' ai installé le bas-étai, j' ai supprimé les avant et ramené les arrières sur les cadènes de galhaubans, dans l' axe des barres de flèche, + rajout d' une paire de bastaques à mi-mât pour raidir le bas-étai(pas indispensable si tu conserves les bas-haubans arrière mais améliore les perfs au près).
Dans le petit temps, les 4 m2 du tourmentin étaient un plus, simplifiaient les maneuvres dans le médium et était toujours près dans la brise, que du bonheur!
15 000 milles dans cette configuration sans aucun problème, j' ai refais la même chose sur mon Bdm 31, mais avec le bas-étai aux 2/3 du mât, permettant d' utiliser une vraie trinquette.
Gorlann

27 juin 2015
0

A mi-mât c'est bien bas! Et comment assurer la rectilignitude de ce b1s étai?Bien des complications je pense, non?

27 juin 2015
0

Bonsoir,
si les bas-haubans reprennent sur l' arrière, il n' y a aucun problème.
S' ils sont dans l' axe il suffit de rajouter des bastaques.
La solution des bastaques comporte deux avantages:
-la possibilité de bien raidir le bas-étai pour le près
-permet d' ouvrir plus la GV au portant, améliorant ainsi la stabilité de route et limite le ragage, surtout si GV lattée.
Gorlann

28 juin 2015
0

Bonjour,

Sur Haize Egoa (qui est un ketch au gréement de cotre), il y a deux fausses bastaques qui reprennent la tension de l'étai de trinquette.
Seul inconvénient : on ne peut pas déborder complètement la GV au vent arrière.

Peio
Haize Egoa

28 juin 2015
1

Bonjour Manaoxygen
Ayant moi aussi un Trismus en alu, et valsant entre cotre et sloop, je suis à ta disposition si tu veux en discuter , regarde mon profil pour me contacter.
Thierry

28 juin 2015
0

Je n'hésiterai pas.

Attend toi à un véritable harcèlement dés que j'aurais une connexion Internet stable.

01 sept. 2018
1

Bonjour a tous, nous venons d'acquérir un voilier gréé en cotre. Construction danoise de 1986 de 39 pieds et 9 tonnes (møn 391). Après 4 mois de travaux en vu d un long voyage nous avons pu tester le bateau. Yankee trinquette GV avec 2 ris ds 20 nds rafales 25 le bateau remontait au près a 5 nds, impeccable. Jusquau moment ou la fixation de la sous barbe de la delphiniere a lâché, sous barbe qui venait d etre changé comme tout le gréement.
Avant le changement du gréement nous avons remarqué que le bas étais était assez tendu tandis que la sous barbe et l étai du yankee, frappés sur la delphiniere, étaient plutôt détendus (l'étai bananait un peu) . Lors du changement du gréement le gréeur a desserré le bas étais et tendu la sous barbe de la delphiniere fort pour éviter que l étai banane (le pataras étant déjà serré au max), les côtes etaient les meme du coup le nouvel étai bananait aussi. Avec ce réglage ns avons remarqué que la delphiniere pliait légèrement sous la tension, ce que nous avons fait remarqué, mais ce qui n'a pas inquièté le gréeur.
Du coup la question est, sur un greement cotre (avec étai frappé sur delphiniere) quelle est la repartition des charges entre étais et bas étai ? Sachant que le bas étai a une fixation de 80 cm et 5 boulons bien ancré ds la coque à contrario de la sous barbe fixaient sur une patte de 15 cm et 2 boulons.
Merci de votre retour

15 avr. 202016 juin 2020
0

Bonjour

J'ai fait l'acquisition d'un chatam 33 grée en cotre fin 2018.
L'ancien propriétaire avait remplacé le yankee par un génois couvrant.
Après une année d'utilisation et non convaincu de cette configuration (difficulté à régler le génois au près, le bateau marche en crabe) , j'ai décidé de ré-installer le yankee.
Qu'elle belle surprise de voir mon voilier enfin serrer le vent.
Prochaine étape, faire retailler le génois en yankee si c'est possible.
Une petite photo en illustration avec toute la toile. Que du bonheur...
Bonne navigation à vous tous...

15 avr. 2020
0

Bonjour,
le génois a une coupe différente de celle du yankee.
Ton voilier ne pourra pas le retailler pour le transformer en yankee.

15 avr. 2020
0

Bonjour

Philou2, merci pour l'info.
Je vais donc le mettre à la vente et faire confectionner un nouveau yankee.
De plus j'ai fait poser une bande anti uv sur ce génois.
Cordialement
Jafama

15 avr. 2020
0

Tu ne parles pas de la trinquette ?
C'est le complément indispensable du yankee pour le gréement de cotre.

L'idéal c'est d'avoir le yankee sur enrouleur (avec BUV) et une trinquette bomée derrière, comme le bateau dont parle Pat45 ;-)

15 avr. 202016 juin 2020
1

Hello,
J'ai découvert ce genre de gréement sur le Tayana 37 sur lequel on est confiné...j'ai été très surpris par la vélocité du bateau, malgré ses 12T affichés!
Les 2 voiles d'avant sont sur enrouleur, et la "staysail"(trinquette) est autovireuse...le bateau file gaillardement à 5-6 noeuds avec à peine plus de vent réel.

15 avr. 2020
1

bonjour; passoa 47 grèè en cotre, nav uniquement en solo! trinquette sur rail autovireur; en solo l'enorme avantage est de pouvoir louvoyer facilement quand on est seul sans toucher à rien ,le bateau est equipè de bastaques ça permet d'eviter un cintrage du mat par tres gros temps mais j'avoue qu elles ne sont pas primordiales en dehors d'avoir un maintien du mat en cas de rupture de haubans ou pataras j'ai egalement un etai volant et un yankee lourd à ris dans un sac le long des filieres ,utilisè seulement au pre par temps musclè et sur de tres longs bords en esperant(sans trop d'illusion) que tout ça pourra reservir dans pas trop longtemps

15 avr. 2020
0

Je me suis posé la question de la différence entre un gréement cotre et gréement standard. J'ai lu que le mât du cotre était plus en retrait, mais d'après certaines photos il semblerait aussi que cela est du à la mise en place d'un bout dehors. Certainement pour éloigner le génois d'une voile intermédiaire style yankee. J'avoie me mélanger un peu les voiles...
Merci pour vos éclaircissements même si j'ai constaté l'avantage d'une telle différence de gréement.

15 avr. 202015 avr. 2020
0

Pour ma part, je retiendrai de ce fil la technique de gorlann, à savoir le tourmentin sur le bas étai pour les petits bateaux. Dès que possible je teste.

03 nov. 2020
1

BALTIC 55, gréément côtre avec étai de trinquette amovible. Configurations vent apparent, au près :
10 - 20 nd : tout dessus
15 - 25 nd : Yankee ou trinquette seul selon état de la mer, GV 1 ris
20 - 30 nd : Trinquette seule, GV 2 ris
25 - 40 nd : Trinquette seule, GV 3 ris (ou GV affalée)
On a testé 55 nd sur mer plate (dans le Solent), sous trinquette seule, 25° de gîte, vitesse 8nd.
Testé également 55nd au portant avec une mer bien formée, trinquette seule, surfs à plus de 15 nd sans problème.

Une configuration intéressante est la trinquette seule avec la GV haute, on atteint des vitesses intéressantes entre 15 et 25 nd, le bateau reste relativement à plat, et très agréable à barrer (j'aime bien les bateaux un peu ardents.

Au portant, la trinquette gagne à être réglée avec une "short sheet", écoute passée dans une poulie le plus à l'extérieur possible, au maître bau par exemple, pour lui donner du creux et éviter de trop ouvrir en haut.

04 nov. 2020
0

Et un avantage du yankee est que l'écoute a bordé après un virement de bord est très courte comparée à celle d'un génois.
Appréciable lors d'un duel de virement de bord. ;-)

04 nov. 2020
0

Illustration, mais la photo est vieille et je maîtrise mal mon scanner...

04 nov. 2020
1

Pour moi le plus beau des monocoques... Le plus marin, le plus agréable, le plus.. 😉
Celui-là c'était le mien, je venais de l'acheter

04 nov. 2020
0

Il est chouette ce fil
Par contre, il ne m'arrange pas, parce que tout le monde a l'air vachement savant, et je vais donc passer pour un couillon de première :

je ne sais pas si mon fier navire est un cotre ou un sloop (à vrai dire, je m'en foutais, mais quand on me pose la question ...) :
- Il a 2 enrouleurs à l'avant, largement espacés (presque 2m)
- Il a des bastaques
- Le premier enrouleur porte un génois à grand recouvrement (du coup, je ne l'utilise pas en même temps que la trinquette)
- Le premier enrouleur est à l'intérieur du balcon avant. Il y a possibilité de mettre une voile sur la delphinière, mais pas un enrouleur. (plutôt un asymétrique)

S'agit-il de fait d'un sloop du fait de ce grand génois ?
Suffirait-il de gréer un Yankee sur le premier enrouleur pour en faire un cotre ?

Une petite photo du plan de pont ci-jointe.

04 nov. 2020
0

Une des distinctions qui m'a parue la plus probante tient à la position du mat. Si c'est un mat très avancé, l'angle du patara est plus ouvert que celui de l'étai et cela permet d'avoir un étai très tendu, ce qui est bon pour le près. A l'inverse, le côtre a un mat plus reculé ce qui a d'autres avantages.

04 nov. 202004 nov. 2020
3

@ peuwi
C'est un gréement de cotre... non assumé par son précédent propriétaire !
Oui tu pourrais gréer un yankee à la place du génois.

Et un gennaker sur la delphinière ?

Bien sûr en l'état actuel, le génois entier + la trinquette n'a pas de sens.
A la rigueur avec le génois partiellement roulé, mais un vrai yankee serait beaucoup plus efficace.

Il faudrait une photo sous voiles pour bien comprendre.
AMHA

04 nov. 2020
0

Bonjour Flora,

sur mon Brise de Mer 31, j' ai un génois sur enrouleur, et j' ai rajouté un étai de trinquette sur emmagasineur structurel, partant des 2/3 du mât jusqu' à mi-distance étrave/pieds-de-mât.

Dessus, j' utilise une trinquette de 5,65 m2, en plus du génois du près au travers, et je te garantie que çà fait gagner 1/4 de nd.

Au près dans la brise, c' est GV arisée + Foc sur étai largable et/ou trinquette.

Par contre, aux allures plus abattues, la trinquette perturbe le génois et il vaut mieux la rouler.

Gorlann

04 nov. 2020
0

Hello,
Je me permettrais pas de critiquer ton gréement gorlann !
3 étais donc ? l'étai largable forcément entre l'étai principal et celui de trinquette ?

Je trouve ça compliqué mais si ça te va...

04 nov. 2020
2

On simplifie : 1 voile d'avant c'est un sloop,
2 voiles d'avant c'est un cotre.
Très schématique, mais autrement on va jamais s'en sortir ! ☺️

04 nov. 2020
0

La réponse est plutôt simple, on peut parler de côtre s’il y a un Yankee. C’est la forme de cette voile particulière qui permet les performances associées à la trinquette.

Maintenant si tu veux changer le genois pour un Yankee, en effet la disposition de l’étai et bas-étai est très proche du côtre que j’avais. Comme le fait remarquer tdm, quid de la position du mât.
Sur mon ancien voilier, le constructeur proposait une version sloop et une côtre. Est ce que le chantier changeait la position du mât suivant la configuration? Je ne sais pas mais ça me surprendrait car cela demande pas mal de changements entre les deux voiliers. Mais en 1986 ils avaient peut-être deux plans différents...
Je te mets des photos si ça peut t’aider

04 nov. 202004 nov. 2020
4

Pour moi qui ai un sloop : Si deux voiles = sloop, si 3 dont deux à l’avant = cotre.
Mais peut-être que je simplifie.

04 nov. 2020
1

Une voile c'est une aile !!!! En avion un monoplan a une aile, un biplan deux etc... (on est allé jusqu'à six !). Pour moi une voile d'avant = sloop, deux voiles d'avant la deuxième décalée sur l'arrière de la première, au besoin équilibrée par des bastaques = cotre. On peut très bien à un moment utiliser les deux voiles en même temps, pourvu que la réponse aérodynamique apporte quelque chose.
En effet la surpression de l'intrados de la première peut contrarier la dépression de l'extra dos dela deuxième. Mais on peut aussi chercher un effet Venturi sur la deuxième et ainsi augmenter la portance globale de l'ensemble, dans ce cas on ne déploie pas la première en recouvrement.
A noter que souvent on peut ramener plus près de l'axe du bateau la trinquette alors que les haubans l'interdisent au génois, ce qui est une cause de la limitation angulaire du près.
Naturellement aux allures arrières on peut utiliser les deux voiles en ciseau.

04 nov. 2020
0

Merci Flora :
quelque part, c'était aussi mon impression à force de me renseigner.
Je note donc, si un jour je dois remplacer le génois.
Par contre, le gennaker sur delphinière, la forme du balcon semble l'interdire.

@Kobaia :
Ca, ca marche pour identifier un bateau au loin, qui a bien envoyé les voiles qu'il devait envoyer, et pas ce qui l'amuse sur le moment.

Merci pour vos réponses !

04 nov. 2020
1

@Peuwi pour gréer un gennaker, tu peux mettre une estrope pour remonter son point d'amure et passer par dessus le balcon.

04 nov. 2020
0

Avec Yankee trinquette GV

04 nov. 2020
0

@remi2202
Le point d'écoute de la trinquette me semble bien haut...

04 nov. 2020
0

A moi aussi

04 nov. 2020
1

Pour la hauteur du point d' écoute, tout dépend de ce que l'on veut faire avec la trinquette.

Dans mon cas, souhaitant une trinquette me permettant de remonter au vent jusqu' à 40/45 nd de vent, je l' ai volontairement fait coupé très plate, avec un point d' écoute haut pour limiter la prise aux vagues et bien-sûr dans le grammage "qui-va-bien".

Pour le petit temps et le médium, si j' en avais les moyens, j' en ferais bien faire une plus légère avec un point d' écoute au ras du rouf, mais ma trinquette de "gros temps" est utilisable dans le petit temps, même si ce n' est pas l' idéal, alors que l' inverse est impossible.

Et comme mon programme m' amène assez souvent à faire du près dans la brise, cette trinquette est vraiment un plus.

Sur mon Armagnac, j' utilisais mon tourmentin en trinquette (aussi sur emmagasineur structurel) en plus du génois enrouleur, mais l' apport dans le petit temps était moindre à cause de sa trop faible surface (4m2). A partir du médium, du près au travers, c' était également un plus.

Le gain en vitesse avec trinquette + génois est réel, même si il n' est pas "spectaculaire", mais le plus gros intérêt de cette configuration tient dans le fait que l' on peut faire + ou - la surface de la trinquette en quelques secondes, sans effort et du cockpit, alors que sans, au près, pour réduire(ou augmenter) la même surface sur le génois, il faut: choquer l' écoute, reprendre de la bosse d' enrouleur, aller sur le passe-avant pour se faire chier à avancer le chariot quand on a pas la chance d' avoir du super accastillage sur roulements à billes (c' est l' opération que je trouve la plus dangereuse parce qu' il faut faire vite pour ne pas défoncer le génois qui fasseille et que l' on fais souvent çà sans harnais), puis reborder.

Çà permet d' économiser considérablement le génois, l' enrouleur et le skipper... et moi j' aime!

Pour la trinquette bômée auto-vireuse, j' ai essayé; çà a bien-sûr des avantages, mais pas que:
quand il y a vraiment beaucoup de mer, il arrive qu' il soit impossible de virer vent-de-bout sans laisser la voile d' avant à contre, et quand on est sous GV au bas-ris et trinquette, on est bien content de pouvoir effectuer facilement cette manœuvre, pareil pour les manœuvres de mouillage à la voile.

Gorlann

04 nov. 2020
0

@ Gorlan : qu'entends tu par "emmagasineur structurel" ?

04 nov. 2020
0

L' étai de trinquette est pris entre un tambour (comme un enrouleur) sur lequel la bosse est enroulée et un émérillon comportant un réa pour la drisse.
Il n' y a pas de profilé rigide, la voile est "standard" avec des mousquetons.
c' est du "tout-ou-rien", pas moyen de naviguer avec la voile partiellement roulée.

En installant ce bas-étai pour ma trinquette, j' ai supprimé les bas-haubans avant, donc il participe à la tenue du mât, et rajouté une paire de bastaques pour le raidir au près.

Gorlann

04 nov. 2020
0

Compris, ton étai largable est pris sur la même ferrure que l'enrouleur.

04 nov. 2020
0

@ gorlann29 : ta trinquette est toujours à poste ? ou seulement les jours où elle peut être utile ? elle s'enroule bien malgré les mousquetons ? les mousquetons n'abiment pas la voile enroulée ? as tu renforcé le guindant de la trinquette (câble souple métallique comme pour un genak) ?
en tous cas, très bonne idée !

04 nov. 2020
0

Trinquette toujours à poste, car je l' utilise énormément.
Pas de problème d' enroulement avec les mousquetons.
Les renforts d' œillets font qu' après 8 ans, la voile est toujours parfaite.
Le guindant n' est pas spécialement renforcé, mais la voile de 5,65 m2 est en tissus Squarre de 340g/m2, donc vraiment costaud.

Gorlann

04 nov. 202004 nov. 2020
1

@kobaia & @flora oui oui au port, c'était pour faire sécher les voiles, il est fort probable qu'elle n'était pas frappée en bas (c'est même certain) :)
enfin en tous les cas je vois qu'il y avait quand même une raison d'avoir le point d'amure si haut, comme quoi :)

04 nov. 2020
0

pas complètement d'accord avec vous; ce n'est pas le yankee qui fait le cotre; le yankee est utile quand les 2 étais d'avant sont trop proches pour porter des voiles de forme triangulaire "classique"; il permet d'éviter que les 2 voiles d'avant se contrarient voire s'attirent; si la distance entre les étais d'avant est suffisante (minimum 1.20 m/1.50 m), les voiles vivent leurs vies chacune sans interférence; on peut envisager génois/solent ou tout autre association; sur mon voilier, j'ai solent/trinquette et ça fonctionne très bien, même au louvoyage car, dans le virement de bord, je laisse la trinquette sur son bord tant que le solent n'a pas changé de bord que je borde alors sur l'autre bord puis je fais passer la trinquette; les RM sont gréés de la même manière et ça fonctionne aussi très bien (c'est d'ailleurs pour avoir beaucoup naviguer sur RM que j'ai eu l'idée de mon gréément)

04 nov. 2020
1

Oui bien sûr, solent/trinquette ça fonctionne.
Génois/solent, j'en suis moins sure ! par petit temps ok.

L'avantage de ce gréement c'est qu'on peut ne conserver qu'une voile quand ça monte, ça simplifie les manoeuvres. Je parle de voiles endraillées.

04 nov. 2020
0

@ Flora :) : sur enrouleurs, ça fonctionne aussi

04 nov. 2020
0

Bien sûr, mais j'ai pas eu le bonheur de connaître ce confort-là !!!

30 mar. 2021
0

L'explication ci-dessus rappelle un point que je n'avais pas lu, mais "évident" : toujours border le yankee Avant de border la trinquette, sinon le point d'écoute de génois, en battant, pourrait exploser la trinquette...

04 nov. 2020
1

Pour moi, l'intérêt c'est de toujours utiliser le génois 100% déroulé, et si l'on veut réduire de passer sur trinquette sur enrouleur (15kts). Donc meilleur rendement qu'un génois partiellement roulé. Cela permet aussi d'avoir un grammage légèrement plus faible sur le génois.
Donc c'est l'un ou l'autre, sauf à certaines allures (près bon plein,largue), où le fait de garder les deux permet de gagner un peu en vitesse.
Inconvénient : il faut rouler un peu le génois au virement de bord, ce qui rallonge un peu la manœuvre.
Enfin, cela dépend bien sur du bateau....

04 nov. 2020
0

Nous procédions exactement comme décrit Patxaran sur notre précédent voilier. On naviguait en sloop avec l'était largable toujours à poste et le Solent à poste dans son sac prêt à être envoyé. L'enrouleur travaillait en tout ou rien et vers 15/17 nœuds on remplaçait le Génois par le Solent. Chaque voile avait son jeu d'écoutes à poste toujours prêt à l'emploi.
Un autre avantage, plein vent arrière, on avait deux tangons et on naviguait avec les voiles d'avant tangonnées en ciseaux et GV affalée. Sous grain on pouvait enrouler le Génois, en laissant le tangon, et continuer sous solent seul.

04 nov. 2020
1

Dans cette vidéo que je trouve claire, la distinction côtre/sloop tiendrait à la position du mat : dans les derniers 40% du boat c'est un sloop, dans les 60% au départ de la poupe c'est un côtre. Le gréement en sloop permet de tendre l'étai beaucoup plus fort (pour un même effort appliqué au patara), ce qui permet d'avoir un bord d'attaque plus efficace au près.

Ainsi, il peut y avoir des sloops à deux voiles d'avant, ça n'en fait pas un côtre.

04 nov. 2020
0

Bon, dans "Le voiles,..." Bertrand Cheret dit :
- une seule voile d'avant -> sloop
- deux étais et deux voiles d'avant -> côtre

Mais je préfère quand même l'autre explication - qui prend en compte avant tout la position du mat - plus instructive sur les conséquences de tel ou tel grément( en l'occurence, la tension de l'étai).

04 nov. 2020
0

Au top merci pour la vidéo sur le cotre et sloop!
Je comprends mieux pourquoi le gréeur avait du mal à tendre l'étai!

Position du mât et ...yankee pour moi 😅
si pas de yankee, c'est un slotre 😆 (attention j'insulte personne)

04 nov. 2020
0

"Mets ta trinquette à contre !" C'est ce que gueulaient les vieux de la vielle aux stagiaires qui faisaient des manques à virer dans la rivière de Pont l'Ab' sur leurs vauriens ou leurs caravelles. Car pour eux, y'avait pas à en démordre la trinquette c'est la voile amurée sur l'étrave, le foc, lui qu'il soit de Gênes ou du Solent, c'est sur le bout dehors qu'il est amuré, Gast !

04 nov. 2020
0

bonjour phil-972 quand entendais-tu ces remarques sur la rivière de Pont l'Abbé? cordialement.

04 nov. 2020
1

Les discussions sur les appellations sloup et cotre sont un peu byzantines. Selon l’endroit en France, un même bateau sera nommé l’un ou l’autre.

Par exemple, le Skellig est souvent appelé sloup langoustier en pointe Bretagne, alors qu’il pourrait être qualifier de cotre ailleurs .

04 nov. 2020
3

alors là, c'est pas un cotre ni un sloop mais un dundee, on dirait yawl pour un "yak" de plaisance.
on pourrait aussi dire cotre à tape-cul !
pas facile ...

04 nov. 2020
0

Perso, je dirais aussi dundee.
Mon bateau est souvent appelé sloup, alors que c’est un cotre (avec ou sans accent) pour moi.

04 nov. 2020
0

Côtre aurique à tape cul. Mais aussi Yawl. +1 Dam! ;-))

04 nov. 2020
0

J'aurais dit côtre à tape-cul

04 nov. 2020
0

Ce n'est pas le mien, mais cela donne l'idée :

04 nov. 2020
1

Le montage cotre avec trinquette et génois sur enrouleurs respectifs est remarquable car on dispose toujours d'une base tractrice. Au départ on déroule la trinquette en premier, le génois en second et puis à l'arrivée on enroule le génois en premier et la trinquette en second. On peut presque tout faire avec une trinquette, le génois ayant rapidement ses limites quand le vent monte.

04 nov. 2020
0

on parle de "cotre" et de "gréement de cotre";
mon voilier à GV à corne, barres de flèches poussantes (donc pas de pataras) et à gréement de cotre "à l'avant" (donc 2 voiles d'avant en permanence); c'est un sloop ? un cotre ? un sloop à gréement de cotre ? un slootre ?

04 nov. 2020
0

Sloop grée en côtre

04 nov. 2020
4

et quand deux côtres sont à couple, on dit qu'ils sont "côtre à côtre"

04 nov. 2020
0

Merci pour ces nombreux retours !
La vidéo de sailing wisdom est très instructive, et explique bien pourquoi l'important, c'est la position du mat.

Il n'explique pas bien comment mesurer (parce qu'entre la pointe avant et la ligne d'étrave, il y a bien 2m de différence, pareil sur la jupe ...), mais il le MONTRE bien :
il faut mesurer depuis l'étais jusqu'au pataras.

Et ca, c'est facile !

Résultat ... 57% ! Over The Rainbow est donc bien un cutter.

(superbe image réalisée sous powerpoint)

Maintenant, j'ai plus qu'à me poser la question (l'expérience me le dira) si je gagnerais à remplacer le grand génois par un yankee.

Merci pour l'idée de l'estrope pour le gennaker.

04 nov. 2020
0

@ Peuwi : l'idée serait, peut être, de mettre un yankee en plus du génois ?

04 nov. 2020
0

Un yankee + un génois ?
Là, il faut m'expliquer, parce que je ne vois pas.
Si je mets un genois sur l'enrouleur à l'avant, je ne vois pas où je mets un yankee : sur la delphinière ?
Et si je mets un genois sur l'enrouleur à l'arrière, vu la position de l'enrouleur, je l'appelle plutôt trinquette.

04 nov. 2020
0

@ Peuwi : je ne connais pas ton bateau donc je ne peux pas répondre mais un yankee et un génois n'ont rien à voir; un yankee a une forme très particulière pour être gréer tout à l'avant voire sur bout dehors; souvent, il y a 2 étais très proches

04 nov. 2020
0

Une astuce pour régler l etai avec enrouleur en harmonie avec l'étai de trinquette.
Celui de trinquette à tendance à fouetter sans cette voile quant le canote tape sur les vagues

04 nov. 2020
0

Oublié : mât 9/10 avec retreint.
Bdf : 180 deg.
Merci pour votre technicité.

04 nov. 2020
0

Le yankee est tout à l'avant, il a un point d'écoute très haut ce qui permet de fixer la poulie ou le rail d'écoute très en arrière, parfois même à l'extérieur sur la coque, ce qui libère bien l'espace. Il est par nature plus petit qu'un génois. En général sur les cotres y'a une trinquette qui est une voile pas très grande, solide et facile à manœuvrer vu que le point d'amure est bien au milieu du pont, entre le mat et l'étrave. Et un yankee tout à l'avant, sur l'étrave ou le bout-dehors. Ca permet aussi d'avoir un mat plus en arrière par rapport à un sloop, donc plus de largeur pour les haubans. Et ça permet aussi de diviser la voilure en 3 voiles sans avoir recours au ketch pas trop performant et plus cher. Et surtout c'est joli.
Pour virer c'est facile, soit tu t'occupe d'abord de passer le yankee et la trinquette après, soit l'inverse. Le seul pb c'est la manoeuvre du yankee qui est amuré dans le vide au dessus de l'eau, en cas de bout-dehors. J'avais un système de va et vient mais franchement...Le mieux c'est une trinquette à ris avec un yankee sur enmagasineur.
Exemples du Smock et du Baltic Rose :

30 mar. 2021
0

Attention à ta trinquette si tu laisses le point d'écoute de yankee battre ta trinquette gonflée sous le vent !

04 nov. 202004 nov. 2020
0

Le côtre classique (souvent à gréement à aurique) comportait un yankee amuré sur un boute-hors, et une trinquette amurée à l'étrave, ou en arrière, sur étai fixe de trinquette. Celle-ci pouvait d'ailleurs être "gènoise" avec point d'écoute près du pont

Les deux étais se trouvant donc assez loin de l'autre.

Je ne comprends pas non plus la configuration yankee + génois ?

04 nov. 2020
0

pensez vous que l'on pourrais transformer un cognac (sloop)
en côtre?

05 nov. 2020
0

Pour élargir un peu, quels sont les critères pour qu'un sloop puisse être modifié en un cotre convaincant?

05 nov. 2020
0

le plan de gréement n'est pas prévu pour, il faudrait changer l'implantation du mât, qui repose sur des cloisons, épontille, etc ..., changer l'emplacement des cadènes et renforts, etc..
grosse galère, gros coût, pour aucun bénéfice sur un petit bateau comme ça.

05 nov. 2020
1

Dans l'idée du passé et avant l'avènement de l enrouleur ça devait se passer ainsi :
Genois léger ds le petit temps.
Avec plus de vent on affale le genois leger et on passe au yankee qui est plus lourd et s apaire bien avec une trinquette.
Le binz c'est qu avec un enrouleur , on n'a pas trouvé l'équivalent du genois leger. Un gennaker ou code 0 ne permet pas de monter ds le vent d'une manière aussi performante sur les voiliers typès croisière.

05 nov. 2020
0

Tu as tout à fait raison Lolapo, en plus lorsqu'on va affaler le génois le vent n'est pas encore très violent, et ça fait faire un peu d'exercice. Yankee trinquette correspond ensuite à 80% du temps,et si ça force, affaler le yankee pour le rentrer dans un coffre à voile pas trop mal conçu sur le pont n'est pas plus compliqué qu'aller gréer un étai largable, sortir une trinquette ou un solent etc sur un sloop. C'est pourquoi sur mon cotre, je n'ai toujour pas d'enrouleur.(c'est aussi parce que j'ai trouvé un génois d'occasion neuf à un prix boum boum)

06 nov. 2020
0

@patrick pour avoir du affaler plusieurs fois le yankee dans la houle et rafales à 30 noeuds, moi je vois quand même bien l’intérêt d’un enrouleur parce que c’est sport et en croisière, le sport... :) Surtout qu’en général le point d’amure est avancé au bout de la delphiniere, que le point d’écoute étant haut, il faut aller à l’avant pour aider la voile à descendre... il vaut donc mieux bien se tenir et accepter les sauts d’eau.
Après on avait choisi de laisser le yankee à endrailler pour des raisons de budget mais aussi de sécurité, car même si c’est sport, affaler est toujours possible contrairement à un enrouleur ... qui d’ailleurs nous avait créé de sérieuses complications quand la sous-barbe avait lâché.
Ceci étant dit, à refaire, je mettrai un enrouleur 😝 et c’est d’ailleurs ce qu’a fait le nouveau proprio

06 nov. 2020
0

C'est pour ça qu'il faut anticiper, affaler le yankee tant que ce n'est pas acrobatique et garder la trinquette... sur un bateau un peu lourd avec un pavois et des mouvements doux, c'est moins galère !

Bien d'accord concernant les soucis dus à un enrouleur, dont on parle peu ici ?

05 nov. 2020
0

Une voile (au près surtout) est une AILE avec son centre de portance entre 20 et 30 % antérieur de sa corde, son couple équilibré par le couple opposé du plan antidérive, pour sa partie statique non propulsive, par rapport au point d'équilibre de l'ensemble. Quand le vent monte, la voile portant plus le couple vélique va monter et il faut trouver un nouvel équilibre. Un couple étant une force x par une longueur pour maintenir l'équilibre côté voile il faut diminuer l'incidence la surface et/ou reculer le centre vélique. La Trinquette située plus en arrière du génois répond bien à cet objectif.
Naturellement les forces générées doivent être reprises adéquatement au niveau de la structure du pont.

06 nov. 2020
0

Le cotre dans toute sa splendeur et au summum des années 1960: Yanica,
Sous trinquette génoise et yankee.
Notez l'écoute de yankee renvoyée par une poulie frappée sur la bastaque sous le vent, qui doit être aussi étarquée. Heureusement qu'il n'y a pas trop de rond de chute sur la gv.

07 nov. 2020
0

bastaque ou double étai ?

07 nov. 2020
0

Double pataras je pense, mais je ne pouvais plus éditer pour corriger mon post.

30 mar. 202130 mar. 2021
0

Même gréement sur un Illingworth numéro 4083....
Souvenirs en irlande
(réglages faciles selon le vent)

06 nov. 2020
1

L'enrouleur à sonné le glas du yankee.
Les " trinquettes" sur enrouleur ont zigouillées elles aussi la traditionnelle.

01 avr. 2021
0

Rigoureusement exact...le Yankee était La voile par excellence pour les grandes traversée avec du bon vent... de plus elle permettait une bonne visi avec son point d’écoute haut qui lui évitait aussi de prendre des gros paquets de mer et de se faire défoncer.
PS pour raidir correctement un étai de trinquette,( en action) les bastaques restent obligatoires...

07 nov. 202007 nov. 2020
-1

Juste pour rigoler ...
Si ce qui défini un cotre d'un sloop est fondamentalement la position du mat ...
Ben, les imoca sont pas exactement des sloops :D
(bon, après, c'est absurde à ce niveau)

edit : en fait, ils mettent occasionnellement plusieurs voiles d'avant en parallèle... Finalement, ce sont peut-être de vrais cotres.

30 mar. 2021
0

Pas faux.

07 nov. 2020
0

Cette discussion sur le côtre m'intéresse. Notamment sur les avantages et inconvénients du Yankee. Il y a un point que je n'ai pas vu évoqué c'est l'"effet de plaque". J'y connais rien, j'essaye juste de comprendre (et pour ce faire, en ces temps de reconfinement, je lis B. Cheret). D'près ce que j'ai compris, toute voile (ou toute aile) peut bénéficier d'un "effet de plaque" lorsqu'une de ces extrémités rencontre un plan (ou une "plaque" donc) qui lui soit perpendiculaire. Ce plan perpendiculaire a pour effet d'accélérer le passage du fluide et donc d'augmenter l'efficacité de l'aile. On trouve ça sur certains avions, sur les quilles à ailettes, et, bien sûr, sur le génois. Le génois bénéficie d'un "effet de plaque" causé par la surface plane et normale du pont, ce qui - d'après cette fameuse théorie - augmente son efficacité.
Dès lors, avec le Yankee qui a son point d'écoute très haut, on se priverait de ce gain en puissance dû à l'"effet de plaque".

Dès lors, je ne sais si ces réflexions concernent plutôt des pouillèmes de noeuds que seuls les régatiers recherchent, ou si ce fameux "effet de plaque" a vraiment un impact ?

07 nov. 2020
2

Effectivement vu que l'extrados est en dépression et l'intrados en surpression aux deux extrémités d'un plan porteur on aurait tout intérêt à ce que ce différentiel de pression ne puisse s'exprimer négativement alors par un système tourbillonnaire.
En avion de conception classique au fuselage bien distinct de l'aile l'aile peut bénéficier du fuselage mais il faut travailler le raccord (Karman) pour limiter la trainée. L'aile volante n'a pas ce problème
En bateau à la grande époque des courses de classes illustres on visait à des voiles d'avant touchant le pont et la grand voile se terminait au contact d'une bôme large et plate.
Perso, ne faisant pas la course les filières étant un élément de sécurité important, et préférant aussi voir sur le devant plutôt que de percuter un pêcheur et remarquant qu'une voile d'avant complètement déformée par la filière, s'use en raguant et que son profil est détruit à l'endroit de sa plus grande portance, j'accepte que la voile soit placée un peu plus haute pour récupérer sa forme efficace et bénéficier d'un vent éloigné de la surface de l'eau, déjà un peu accéléré, en regrettant que je remonte ainsi le centre de voilure mais en appréciant des changement de bords plus faciles.

27 mar. 2021
0

Salut à tous,

Je relance le sujet. J'aimerais apporter mon grain de sel sur mes recherches car je suis aussi concerné par ces questions et j'aimerais avoir vos avis sur un gréement de cotre. J'ai retrouvé un post d'Erik Lerouge au sujet des cotre, sloop ou autres.
"J'avoue être un fana du gréement de cotre. Mais il faut s'entendre sur les termes. Le cotre a deux voiles d'avant yankee et trinquettes utilisées simultanément. Cela permet de diviser la voilure en facilitant la manoeuvre. Avec l'enrouleur on réduit le yankee jusqu'à ne plus avoir que la trinquette dans la brise. Il faut reconnaitre qu'avec les progrés des voiles, des enrouleurs, des winchs, l'intérêt d'un cotre ne se manifeste que sur des bateaux de plus en plus grands. Cela se justifie à partir de 12m. En revanche, on peut aussi avoir un gréement possèdant un foc avec faible recouvrement sur enrouleur (ou parfois un solent à ris) puis une trinquette prenant le relai dans la brise. Le véritable nom de ce gréement est le slutter. C'est ce que j'emploie sur les petits bateaux de voyage de moins de 10m qui ne posent pas de réels problèmes de manoeuvre et apprécient l'efficacité au prés d'une seule voile d'avant. Je dirais que le slutter est plus efficace que le cotre tant que l'on n'a pas besoin de réduire. Dés que l'on commence à enrouler, le yankee/trinquette semble plutot mieux qu'un foc partiellement enroulé.
Dans la brise, l'intérêt du cotre est que l'on n'a pas à aller à l'avant pour établir la trinquette, c'est déjà fait ! Sur les gros multis, je met de plus en plus un grand génois sur stoqueur et la trinquette sur enrouleur. Sympa mais cher!"
. Voilà pour l'avis du pro.

De mon côté, j'ai un Nouanni, un plan Harlé qui a été prévu en sloop ou cotre avec une seule position de mât. Le GSE est fatigué et j'ai l'intention de le remplacer par 2 yankees sur mousquetons, comme prévu àl'origine. Le mât se situe à 40 % de l'avant, positionné afin que que le bateau puisse être gréé en sloop ou en cotre, comme l'explique la video plus haut. Je vous envoie le plan de voilure de la version cotre, dessiné par Harlé.
Je ne comprends pas l'utilité du génois lourd car sa surface (58 m2) fait à peu près celle de l'ensemble yankee1 + trinquette (56 m2). Ne fait-il pas doublon ? Quelle est son utilité d'après vous ? Quand est-ce qu'il est avantageux d'avoir le genois lourd par rapport au yankee1 + trinquette ? Autre chose : il y a un gros écart entre le yankee2 +trinquette (40 m2) et la trinquette seule (15 m2). Ne pensez-vous pas que j'aurai un "trou" en réduisant la voilure ?
Merci pour vos conseils !
Bye, Pascal

28 mar. 2021
1

Bonjour,
La réponse est sur ton plan :
Remarque pour le Yankee 1 : supprimer le génois lourd...

28 mar. 2021
0

Si je peux me permettre , n'oublions pas l'influence du poids à l'avant et en l'air. Sur mon 47pieds descendre le bordel de l'avant dans le carré améliorait V de 1 noeud par petit temps. Beaucoup plus de travail qu'une manoeuvre de voile. mais au bout d'une journée ou d'une nuit cela peut changer bien des choses à l'horaire d'arrivée. Je parle de croisière hors marinas françaises, aux temps bénis où nous étions jeunes. Et non assujettis à la TVA. SI si si J'ai connu. C'était avant l'enrouleur, le GPS, la location généralisée et la confiscation des mouillages foirains.
En me relisant, je vois que je suis un peu hors sujet...bof!

28 mar. 2021
0

Hello, on avait un yankee sur mousqueton de 22m2 et une trinquette de 7m2 sur un voilier de 11,8 et 11 tonnes.
On gardait les deux jusqu'à max 20/25 noeuds et au delà on avait que la trinquette. Franchement le bateau marchait très bien juste avec la trinquette même dans 20/25 noeuds. C'était surprenant et ça a surpris des skippers. Maintenant le voilier glissait très bien donc je ne sais pas si ça sera la même avec le plan Harlé.

29 mar. 2021
4

A noter que sur un vrai côtre (yankee + trinquette) la trinquette est le vrai moteur du bateau, elle reste à poste pratiquement en permanence car c'est elle qui ventile l'extrados de la grand'voile.
Suivant le temps, on porte un yankee plus ou moins lourd (j'en avais 3 sur mon Trisbal 36) que l'on affale pour saluer les grains.
De plus, dans la piaule, grand'voile arisée et yankee affalé, le grément est mieux stabiisé la tétière de grand'voile se trouvant à la hauteur du point de drisse de la trinquette soutenu par la bastaque au vent.
Dans les petits airs on revient aux voiles légères courantes (gennaker, spi symétrique ou asymétrique).
J'avais aussi un booster : grand génois très creux endraillé et confectionné en double dans du tissu à spi, tangonné au vent et déplié sous le vent (en papillon), idéal pour les grands bords au grand largue car d'une tolérance et d'une stabilité à toute épreuve.
On pouvait aussi le porter replié (c-à-d en double sur un bord) comme un très grand génois léger, mais pas près du vent vu son creux.
Quant à l'intérêt de la trinquette pour les manoeuvres de port ou de mouillage, c'est un vrai bonheur rendant le moteur pratiquement inutile.

30 mar. 202130 mar. 2021
0

Je retrouve bien là la souplesse du cotre...
Qui permet de recentrer longidutinalement le centre de voilure

30 mar. 2021
0

Bonjour à tous et merci beaucoup pour vos conseils.

@Flora :) : pas tout à fait d'accord avec toi. Dans la version avec Yankee sur enrouleur, effectivement, il y a suppression du génois. Idem avec la version GSE : suppression du yankee 1.

@remi2202 : avais-tu également un génois pour compléter l'ensemble yankee + trinquette ?

@Diogène : si je comprends bien, dans le petit temps tu avais des voiles légères courantes (dont un gennaker qui se porte à partir de 60° non ?) et un booster (plutôt pour les allures portantes). Quand le vent monte : yankee(s) + trinquette. Du coup, pas de génois (léger) pour le près dans le petit temps ? A moins que l'ensemble yankee + trinquette fonctionnait bien ?
Merci encore !

30 mar. 2021
0

Bonjour Lescal, en effet pour le près dans le tout petit temps (la demie-pétole) il me manquait en effet un grand génois léger que j'aurais sans doute porté sans la trinquette.
Je compensais ce handicap avec le booster mais au mieux à 45° de vent apparent et dès que la brise atteignais 10kts le plus grand yankee + la trinquette me propulsait à 5 kts.
Bien évidemment sur ce bateau je n'avais ni enrouleur ni emmagasineur, et je l'ai gardé 18 ans.

30 mar. 2021
0

Il faut préciser que dans mon terrain de jeux, le vent plus souvent entre 18 et 25 kts qu'à moins de 10 kts .

30 mar. 2021
0

Bonjour Diogène,
j ai le cousin du trisbal 36, un via 36 et je me pose à moyen terme de le gréer comme le tien. sauf qu il possède un bas étai.La trinquette était reprise à quel niveau du mat, était il à double étages (dans l axe) de Bdf?
Merci, David.

31 mar. 2021
1

Bonjour David,
Gréement à doubles barres de flèches dans l'axe, bas-étai au capelage des barres de flèches supérieures avec les bastaques qui n'étaient bordées que dans la brise pour raidir le bas étai et supprimer le pompage longitudinal du mât.
Point d'amure de la trinquette à un peu plus d'un mètre en arrière de l'étai, regarde les détails sur les photos ci-jointes (si tu peux assez zoomer).
Pour info, il y avait quelques VIA 36 sur le plan d'eau et Diogène était souvent devant, il faut dire que la plupart étaient gréés en sloop avec génois sur enrouleur, CQFD.
Bon vent.

01 avr. 2021
0

Bonjour Diogène et merci pour cet éclairage, c'est très clair maintenant pour moi !
Bon vent à toi

01 avr. 2021
0

Bjr à tous
Fil très intéressant au moment où programmons un enrouleur de trinquette et donc une nouvelles voile de 11-15 M2
Avez vous une idée du grammage pour cette voile ?
merci
Fred

01 avr. 2021
0

Bonjour ZZCC, le grammage seul n'est pas relevant. selon la qualité du tissu envisagé la réponse sera différente.

01 avr. 2021
0

Développons ...

01 avr. 2021
0

Et bien, prenons l'exemple d'une triquette enroulable basique, dacron crosscut. Si on pars sur du dacron entrée de gamme, on va être obligé d'augmenter le grammage pour avoir une résistance sur la durée. Un Dacron de meilleure qualité permettra d'avoir une voile plus légère pour une même durée de vie. Et si on part sur des laminés ou tissés modernes type vectran, c'est encore autre chose.
En fonction du programme, les réponses peuvent être aussi différentes.

01 avr. 2021
0

Ok merci.
Pour infos la dernière voile que nous avons refait est la GV dont le grammage en dacron est de 400 gr/m2.
Après de savoir si c'est du dacron d'entrée de gamme ou du dacron de meilleure qualité ???
Donc je pense que la trinquette sera en même matériaux pour de la croisière en Méditerranée.

01 avr. 202101 avr. 2021
0

400g c'est beaucoup je trouve pour un 38 pieds. Quelle surface? fullbatten? avez vous une indication marque/gamme du tissu?

01 avr. 2021
0

GV 24 M2 avec lattes forcées

01 avr. 202101 avr. 2021
0

@ZZCC Par exemple dans votre cas, pour une trinquette enroulable dacron crosscut, vu le programme, avec un bon tissu type Challenge fastnet, maximum 8,3oz/355gr. C'est largement suffisant. Pour la GV, je dirais pareil. Pour avoir pas mal de retour avec ce tissu, je dirai même que l'on pourrait sans problème se permettre de baisser encore en grammage.

01 avr. 2021
0

Ok merci pour ces infos :-))

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le dieu des nuages souffle ses petits !

Après la pluie...

  • 4.5 (165)

Le dieu des nuages souffle ses petits !

mars 2021