Par quoi commencer comme construction ...

Bonjour tout le monde !

J'ai dans la tête de me lancer dans la contruction d'un bateau. Le but (d'ici quelques années) est d'avoir un voilier habitable.

Le soucis est que je connais rien à la construction de bateau. Je pensais commencer pour me faire la main par construire un petit Ilur (pour ceux qui voyent pas c'est une sorte de barque avec voile :-D ), mais je me demande vraiment si ca peut m'aider pour passer ensuite à un voilier habitable.

Qu'en pensez vous ?

L'équipage
29 août 2004
29 août 2004
0

C'est la bonne solution
Construire un petit bateau est la solution d'apprentissage la plus simple ou il y a le moins de risques de déconvenue et cela procure une formation ou l'essentiel est est abordé si on envisage un futur bateau d'un type appochant. En outre il permet de naviguer et de le revendre, ça peut payer de l'équipement.
Tu devrais aussi t'inscrire ce serai sympa....

29 août 200416 juin 2020
0

troll?
troll? tous les ingrédients sont prets y a plus qu'a agiter!!!!!!!

03 sept. 2004
0

ne pas ajouter
un mort au cimetiere des bateaux amateurs jamais terminés. Se rapprocher d'une assos de constructeur amateur et trouver un pot qui à besoin d'un coup de main et qui te retournera l'assenceur. IL EST TRES DIFFICILE DE TRAVAILLER SEUL SUR CE TYPE DE PROJET.En tant que pro chapeau bas à tous les costauds qui on fait leur reve tout seul. Bon courage

05 sept. 2004
0

Ok recu 5/5
Effectivement j'ai pas envie de m'enliser dans une construction pour laisser un cadavre derrière moi.

eric55 : Je vais suivre ton conseil et chercher une association.

Jean-Claude : Comme tu le dis je vais rester sur ma premiere idée et me lancer sur un petit voilier légé et pas trop compliqué pour choper les rudiments.

Merci à vous !

06 sept. 2004
0

Matériau
Une évidence et une remarque:
1)Tant qu'à construire un petit bateau pour apprendre autant prévoir qu'il soit dans le même matériau que la construction définitive envisagée.

2) Construire une maquette, à une échelle pas trop petite, du bateau définitif semble une façon complémentaire de découvrir le futur chantier.

MichelR

06 sept. 2004
0

mon expérience
J'ai envisagé aussi, seul, la construction d'un bateau CP/epoxy qui puisse me permettre de faire un peu de camping côtier. Je ne connaissais rien à la construction amateur, j'ai donc décidé de faire déjà l'annexe... J'ai choisi le BBM230 (j'ai acheté les plans). C'est très formateur et on arrive à faire toutes les erreurs possibles et à trouver, en général, la solution. Il est intéressant aussi d'apporter quelques modifs juste pour voir ce qui se passe. J'en suis aux trois quarts du bateau et voici mes remarques sur la construction amateur :
-Ne pas trop compter sur les autres,
-C'est toujours plus cher que prévu,
-Ca prend beaucoup plus de temps que prévu,
-l'occasion revient moins cher et prend moins de temps,
-Il faut avoir son chantier près de chez soi si on est marié, à moins d'avoir une épouse aimant la mer pour d'autres raisons que le homard,
-être persévérant et ne pas se décourager,
-avoir du plaisir à construire,

En conclusion : on y trouve beaucoup de satisfactions à condition de savoir ce qui nous attend. Je suis enchanté de cette expérience et j'espère pouvoir démarrer la suite cet hiver.

Cordialement
JJB

06 sept. 2004
0

Ilur
On peut le faire à clins:

cnsl.naoonet.free.fr[...]r/ilur/

Ou en lisses jointives:

www.nautique-sevres.org[...]1.shtml

Il existe quantité de plans de voiliers habitables à clins, pour la construction desquels une telle expérience sera précieuse.

05 nov. 2004
0

avancer en marchant
un pied devant l'autre.. et un à lafois!
Bien sûr, se lancer dans un futur projet abandonné est stupide.
tous les conseils qui ont éét donnés sont bons, et je m'y suis retrouvé..
Quant à moi, j'ai commencé par un dériveur (4m60) en CP epoxy, et je continue par un tri de 6m80 car il faut aller plus loin.. l'objectif final étant encore plsu gros et grand... mais bien sûr les contraintes citées sont réelles et empécheront sans doute le troisième stade...
- long, cher, complexe... un moment on ne peut pas tout faire seul, comme pour un dériveur!
- et puis il faut savoir pourquoi on veut construire..
car:
- si c'est pour avoir un bateau moins cher.. c'est vrai, mais tout le temps passé à le faire, n'est pas du temps de navigation. et parfois ce n'est pas vrai, on trouve des occases moins cher.. certes qui ne sont pas neuves..
- si c'est par gout d'avoir "son" bateau à soi, car on l'a fait.. on risque d'y passer bq, bq de temps... mais là cela devient une passion qui est plsu forte que celle de la navigation.

Dans tous les cas, il faut commencer par petit car on apprend beaucoup sur soi, sur le comportement de ses proches (et cela compte).. et si techniquement parlant son réve peuvent on non se réaliser

05 nov. 200416 juin 2020
0

Stir Ven
Le site donné n'était plus à jour:

www.francois.vivier.info[...]ts.html

Il semble que le Stir Ven, tout en étant facile à faire, laisse à l'amateur la faculté d'élargir la cabine au détriment du cockpit quand il en éprouvera le besoin.

06 nov. 2004
0

je construis un deriveur mais j'y connais rien...
j'ai dessiné des plans un peu au pif et j'ai fait une maquette et j'en refais d'autres pour préciser au 1/8 et voir si ça tient la route . je veux que ce soit le plus simple possible pour moi a construire, mais que ce soit plein de palans et de drisses et des poulies partout.
mon but en fait est de construire un 2.5m gréé côtre, tout en me faisant la main avec le travail de menuiserie, je compte le faire en cp epoxy.
avec bien sur en objectif final...
alors si vous avez peut etre un p'tit conseil

06 nov. 2004
0

Peut-être commencer par se poser les bonnes questions?

Pour avoir parcouru la France des chantiers amateurs pendant quelques
années, je livre ces réflexions aux candidats à l'aventure:

1/ Les deux tiers des bateaux entrepris n'ont jamais vu l'eau.
Trop long, beaucoup plus cher que prévu, découragement, chômage, divorce...
Les uns se délitent sur place, les autres ont été désossés pour la ferraille.

2/ Ceux qui ont réussi avaient, à de très rares exceptions près, déjà
un bon bagage technique général, avec une spécialisation au moins
semi-professionnelle dans le matériau de coque.

3/ Parmi les unités mises à l'eau, "pour un tour du monde" plus de la moitié
n'a jamais dépassé Gibraltar ou les Canaries. Le fantasme du bonheur en mer
n'a pas toujours résisté à la dure réalité.

En résumé, ne jamais oublier:
- Que la coque pontée en représente que 1/4 du coût du bateau fini,
- Qu'il faut disposer d'un budget cohérent à long terme,
- Qu'il faut multiplier au moins par deux (trois serait plus réaliste!)
le temps indiqué par les archis,
- Qu'on ne s'improvise pas soudeur-alu, charpentier de marine, et encore
moins archi nav,
- Qu'avant de se lancer, mieux vaut d'assurer qu'on aime vraiment naviguer!

Ceci étant, j'ai aussi rencontré des constructeurs amateurs heureux bien que
pas du tout navigateurs, ayant passé vingt ans à fabriquer l'objet d'un rêve...
Ces gens là ont trouvé, dans la construction elle même, et la résolution des
multiples problèmes qu'elle pose, de véritables satisfactions comparables à celles
qu'un artiste peut éprouver face à sa création.

--
christian.navis.free.fr[...]/

06 nov. 2004
0

ça c'est la vraie verité..........
Christian Navis,nous pose en quelques lignes toutes les facettes de notre passion.....

et ce n'est pas vraiment optimiste.......que de deceptions.......
mais aussi que de bonheur pour certain.....

tu devrais intervenir plus souvent Christian.

gg.
;-)...........................

06 nov. 2004
0

Rêver
N'oublions pas la part du rêve, même si parfois il y a des atterissages brutaux.

Naviguer, quelle évasion ! et c'est possible à tout niveau : une micro croisière avec un micro croiseur et faire des sauts de puces peut apporter beaucoup de plaisir si on ne peut pas faire, avec un grand bateau, un grand voyage.

Et la construction amateur ? encore une autre forme de rêve, un peu comme les fiançailles d'antan : plein de promesses et de préparation. C'est peut être plus cher qu'une bague !!!

06 nov. 2004
0

Construire

c'est d'abord construire un bateau neuf, non une occasion plus ou moins fiable et dont un débutant décèlera plus difficilement les vices cachés.

L'économie réalisée s'évalue par rapport au prix du neuf, non de l'occasion.

C'est ensuite en connaître les contraintes internes, les lignes de force et les faiblesses structurelles. Ce qui permet de mieux l'entretenir et le barrer.

C'est encore choisir dans un registre de plans bien plus large, et échapper au conformisme de l'alternative plastique ou étagère vivobouchanique.

C'est enfin apprendre à construire son prochain et plus grand bateau, faisant alors une économie plus appréciable encore.

(Je reproduis ici des messages retrouvés dans les archives sur le sujet)

06 nov. 2004
0

Chaud devant !
Le degré de finition peut varier, certains bateaux au dessin inspiré de la pêche n'ont rien à gagner à être poncés à la lame et à recevoir dix-huit couches de vernis.

C'est aussi le critère premier pour la durée de construction.

Je n'ai pas trouvé les outils bien chers, de l'acier suédois en promo, une ponceuse, une perceuse et une défonceuse du supermarché font l'affaire, à des prix indécents et pour une qualité certes médiocre.
En outre l'étalement de la dépense la rend moins dure à la tirelire.

J'ai fini par abandonner les outils électriques, assourdissants et parfois inefficaces à part les deux susnommés. Et puis on n'a guère plaisir à s'en servir.

Je ne crois pas qu'il soit bon de trop s'inquiéter du temps de construction, on l'estime rarement à bon escient et cela gâte le plaisir de construire qui est au fond la seule condition pour aboutir.

Si on n'aime pas le travail manuel il faut acheter. Mais l'on peut s'initier par économie puis se griser et se découvrir la passion d'une vie.

Si on a un terrain, la construction et le remisage hivernal sont résolus par érection de la serre gothique de plastique vitreux ou de la définitive isba de rondins, également noëlisables à la période critique de l'année où souffle la bise et faiblit le moral de la famille d'abord complice.

Rejoindre une des coopératives qui poussent à l'ombre des assoces de constructeurs de certains types de voiliers éprouvés permet d'évidentes économies par l'achat groupé.

Je cherche quelques références propres à nourrir cette évaluation approximative.

Cet entreprenant quidam a construit son Ilur, très joli petit dériveur pour 20.000 Balles.

cnsl.naoonet.free.fr[...]dex.htm

Le fabricant ricain Glen-L propose des boîtes à monter comprenant à peu près tout, résine comprise, sauf les panneaux de bois supposés faciles à trouver sur place.

On dit qu'en augmentant le devis de moitié on a une idée du prix total panneaux compris.

Le prix du CTBX d'extérieur est dérisoire mais il se délaminera avant le CTP marin s'il passe la visite de contrôle.

www.glen-l.com[...]/

La plupart sont vilains et de facture légère, mais ont le mérite d'offrir des points de comparaison.

Cela donnerait 3223€ pour le Glen-L 17 pieds;
4098€ pour le 19 pieds; 6627€ pour le 25'.

Américain d'aspect mais bien plus robuste et attirant l'Amigo, de 7m60 comme le Glen-L 25 avec son boute-hors, reviendrait sans le transport en Europe à 9.654 €, comme une 206 en promo.

Le concurrent B&B propose un Coresound 17' pour environ 2286€ et le Coresound 20' pour 2972 Roros.

La coopérative ad hoc proposait il y a encore peu l'anguleux Corsaire pour 35.000F, le prix d'une Panda-balladurette.

Que penser de tout ça? Arnaques ou bonnes affaires?

Eric

(Je me permets de reproduire encore un ancien message. La dicussion que je suggérais sur ces évaluations n'avait d'ailleurs pas eu lieu.)

06 nov. 2004
0

chebec...je ne vois pas....
ou tu veux en venir ?

explique je ne dois pas etre le seul imbecile de HEO.........

merci d'avance...

gg. ;-)........

0

chebec
tu n'a pas l'air d'aimer les bouchains vifs,me trompege?;ca m'a tout l'air d'un manque d'ouverture d'esprit!

07 nov. 2004
0

coque pontée...
Comme beaucoup, j'aurais aimé (j'aimerai ?) contruire un bateau de A à Z, coque y compris.
Et bien-sûr, j'aimerai entamer une telle démarche pour réaliser un voilier peu commun, sinon ce n'est pas la peine...

Mais...

Mais, après avoir visité qques chantiers amateurs, après avoir échangé via le ouaibe avec des constructeurs, je m'interroge sur la pertinence d'un tel choix au regard des contraintes qu'il impose. (en fait tout ce qui a déjà été évoqué plus haut).

Il y a dans les archives le témoignage de Renaud (?) qui a construit un superbe Haliotis 38 et s'interroge sur le bien-fondé de sa démarche (+/- 10 ans pour en venir à bout).
Tous les chantiers que j'ai visité témoignent de la durée que demande un tel projet et ne sont viables que parce que les constructeurs ont en réalité un projet de grand départ.
Il y a aussi le constructeur qui construit pour le plaisir de construire, mais c'est une autre histoire...

Bref, construire de A à Z, uniquement pour des raisons économiques ne suffit pas. Il faut de plus être soutenu dans sa démarche, etc...

C'est pourquoi, il me semble plus cohérent (amha) de s'orienter vers une coque pontée et d'en réaliser les emménagements.
On connait son bateau de fond en comble, on peut l'aménager à son goût, à sa main et cela dure normalement moins longtemps qu'une construction à partir de rien.

N'étant pas doué sur la longueur (mais ancien pilier droit ;-) ), je préfèrerai privilégier le temps qui me reste à naviguer le plus rapidement possible, si le choix devait se poser.
De plus, la coque pontée permet un contrôle plus souple des AM (je crois) si elle correspond à un voilier homologué. De plus le budget est mieux maîtrisé, me semble-t-il...
Mais c'est juste mon humble avis ... :-D

Ceci étant, pour répondre à la question initiale, le meilleur moyen de commencer une construction quand on n'y connait rien, est de visiter des chantiers, me semble-t-il...

07 nov. 200416 juin 2020
0

oups, la photo....
de la bête (vide et ronde comme un oeuf) qui m'a permis de me faire la main...

07 nov. 2004
0

En tant que constructeur amateur
on se permet d’apporter notre avis

Confirmant pêle-mêle les contributions ci dessus :

Avoir un endroit abrité pour construire (excellent pour le moral et la durée du chantier)

Avoir des compétences techniques : plus ou moins métallier, soudeur, chaudronnier pour le métal ou menuisier pour le bois et assimilés

Ne pas construire en comparant le prix de l’occasion mais le prix du neuf pour le même projet

Ne pas se fixer sur un délai de construction trop rigide : le délai estimé au départ est souvent utopiste

Prévoir un budget large en sachant qu’il sera très vraisemblablement dépassé d’un tiers

Avoir un conjoint (ou une famille) adhérant parfaitement au projet et à sa finalité

Ne pas compter sur les autres

Avoir autant que possible son chantier près de chez soi

Construire avec un projet de nav : côtier, transat, TDM peu importe pourvu qu’il y ait un projet réaliste

Etre persévérant et ne pas se décourager,

Avoir du plaisir à construire,

Tout à fait d’accord avec Chebec :

« « L'économie réalisée s'évalue par rapport au prix du neuf, non de l'occasion.

C'est ensuite en connaître les contraintes internes, les lignes de force et les faiblesses structurelles. Ce qui permet de mieux l'entretenir et le barrer » »

Et avec cet aphorisme de JJB :

« « Et la construction amateur ? encore une autre forme de rêve, un peu comme les fiançailles d'antan : plein de promesses et de préparation » »

Mais surtout, chaque projet est unique,
et si on réunit toutes les conditions ci-dessus on a plein de chance d'aller au bout sinon.....??????

Jacky et Chantal

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Peinards dans les Hébrides

Souvenir d'été

  • 4.5 (149)

Peinards dans les Hébrides

novembre 2021