Panique à bord

Ils ont eu le courage de la mettre en ligne.
Une bonne vidéo à montrer en école de voile.

L'équipage
15 nov. 2017
15 nov. 2017
1

J'imagine qu'on va causer du pan pan, des gilets, de l'absence de harnais, etc... mais au final, je trouve qu'ils s'en sortent plutôt bien dans la gestion de la panique...

15 nov. 2017
0

ouais , trop facile à critiquer derriere nos ordi , bien au chaud
ça souffle sévère quand-même

15 nov. 201715 nov. 2017
0

Cette vidéo m'épate et plus particulièrement le caméraman.
Comme toi, je pense, je suis tombé dessus après avoir suivi les liens "pépères" de Yves.

En cours de vidéo, on voit l'équipage agrippé aux chandeliers et aux filières, semblant se rattraper pour ne pas tomber dans les flots déchainés, les mains sont crispées, les corps ballotés, le caméraman, lui, filme pratiquement sans bouger, le dos à la mer. Au même moment, le barreur est debout, calme...

Certes, ils ont déchiré une voile, mais je suis troublé, encore une fois, par le calme apparent de la prise de vue qui ne me semble pas cohérent avec la situation suggérée.

Je dois avoir mauvais esprit.

15 nov. 2017
2

Je pense que ce soit un signe ulterieur de cette envie ex reseau sociaux de se mettre en scene en continu, quoi qui se passe, en distinguant de moins en moins realite et virtualite.
Il y a ceux qui filment leur suicide, leurs exploits avec la vitesse ou autres betises, possible que le cameraman "tenait dur" pour cette raison.. (?)

15 nov. 2017
0

"calme apparent" je ne suis pas d'acc' il y a pleins de moments ou il ne maitrise plus sa caméra, et c'est bien normal !

Je suis juste étonné qu'avec 80 noeuds l'annexe n'ait pas foutu le camps ou déchirée...

Quant aux gilets de sauvetages, harnais...
hum hum, ils étaient pas loin de la vraie catastrophe.

Je trouve moi aussi qu'ils assument bien, gardent leur calme etc... Un grand bravo à cet équipage !

15 nov. 2017
0

Il sont quand même pétrifié plus fort du vent.
C’est un bateau de location,c’est pour ça qu’ils n'étaient absolument pas préparé. Ils ont eu de la change.

15 nov. 2017
0

Oui, le moteur avec cette gite c'est juste bon à aggraver la situation par une panne à court terme

15 nov. 2017
1

Je trouve aussi qu'ils on plutôt pas mal géré. Effectivement, certainement bateau de loc.
Ils ont quand même sorti les gilets.
20 à 30° de gite à sec y'a de quoi serrer les fesses.
J'aurais juste fais descendre l'équipage en surnombre dans le carré pour éviter les risques.
Le cockpit c'est quand "la croisière s'amuse" ....

15 nov. 2017
2

sa souffle !! je prefère voir l'équipage a l'interieur , sa évite un homme a la mer impossible a retrouver par ce temps , ou les manoeuvres son juste aléatoires.

15 nov. 2017
0

Il me semble qu'une bonne partie du temps, ils étaient à la cape sèche.
Dans cette position pas besoin de 80 noeuds, avec 40, ça gite bien...

;-)

15 nov. 2017
3

Équipage à l’intérieur, gerbes assurées !!! :mdr:

15 nov. 2017
4

oui peut être pour certains , mais toujours a bord , il y a l'évier et seau au cas ou ...

15 nov. 2017
5

Coup classique.
Le génois au port est enroulé mais lâche et sans tours supplémentaires de la bosse.
Quand il y a du vent l'enroulage du génois est plus serré et la bosse est en butée.
Moralité faire à la main et avant de partir quelques tours supplémentaires.

15 nov. 2017
0

Difficile de voir avec précision mais il semble que l'écoute de génois se soit coincée, d'où impossibilité de border, fasseyement puis déchirure inévitable. Ça m'est arrivé avec un Code 0 (5 à 30 kt de vent en 10 secondes, bout d'emmagasineur échappé de la gorge), il a fini pareil... mais réparable et réparé !
Cet équipage semble avoir montré pas mal de sang-froid et a bien manœuvré pour se retrouver sous le vent de l'île.

15 nov. 2017
0

question ? sur un cata tu te mais a la cape a sec de toile ok mais par contre les moteur peuvent aider non ?
pensez vous que les moteurs pourrais lutter contre la force de ce vent ?
avec un cata de 40 pieds et 2x 30 cv

15 nov. 2017
8

Non, la seule solution est la fuite.

CaptainRV

15 nov. 2017
2

Bah, que celui qui n'a jamais connu une situation un peu délicate avec du mal à gérer leur lance la première pierre ...

ça me rappelle un coup de sirocco non anticipé (moins violent que sur la vidéo) en allant à Elbe sur mon Biloup de 29 pieds, que j'avais eu "un peu" de mal à gérer car pas suffisamment préparé et "un peu" présomptueux de ma part car n'ayant pas fait demi tour à temps ... Ma skipette m'en à voulu (elle à eu raison) tout c'est bien terminé finalement, pas de pan-pan, mais une mise à l'abris dans un mouillage abrité et destination initiale atteinte que le lendemain après "rangement" du bateau (c'était le basar la dedans après le coup de vent!) mais je fais plus attention maintenant, il faut apprendre de ces erreurs.
:heu: :langue2:

15 nov. 2017
0

A 5.47 l'utilité d'une table de cockpit :-)

15 nov. 2017
0

Ça semble mal parti avec un bateau qui dérive fort et semble s approcher d un cap. Ils s en sortent bien, un peu chanceux ss doute de se retrouver un peu par hasard à l abri de l autre cote du cap. Pas de panique, sauf peut être quand l équipier réalise que ça va pas être facile de communiquer en anglais avec les locaux :-(

15 nov. 201715 nov. 2017
0

Je remarque que le temps, en début de vidéo, semble assez tranquille, du coup, j'aurais du mal à les blâmer pour un manque de préparation.
(après, le gus qui dit cela, c'est le même qui sort en ciré complet par grand beau force 2 sous les railleries de l'ensemble du reste de l'équipage)
 
Par contre, je ne comprends pas du tout le reste de la vidéo.
Et ca m'ennuie, parce que j'aimerais bien savoir comment réagir dans cette situation.
(notez que je n'ai pas le son, donc, j'ignore s'ils mettent le moteur)
-> pourquoi ils laissent le genois battre sans le border ni le rouler ?
-> pourquoi le genois fasseille alors qu'ils sont travers au vent ? (après, j'ai compris que le vent à tourné quand même)
-> pourquoi ils restent travers au vent ?
-> comment ils réussissent à rester manoeuvrants sans propulsion ?
-> pourquoi ils ne vont pas se planquer dans le carré ?
Et je crois que même les réponses à ces questions vont me faire poser encore d'autres questions tellement c'est pas clair.
 
Pour le cameraman, il a fixé sa caméra sur son crane, tout simplement. C'est ca qui stabilise la vidéo. (on a tendance à stabiliser notre crane quand ca bouge :D)

15 nov. 2017
2

Pas de hurlements, pas de gesticulations intempestives, je trouve que l'équipage a bien géré. Une fois le génois en vrac, vers 4:50, ils sont en cape sèche, et je trouve que le barreur s'en est bien sorti dans une mer qui commençait quand même à salement enfler. L'essentiel c'est que tout se soit bien terminé.
Deux petits bémols :
- Dans la description, l'auteur précise que leur enrouleur de génois avait déjà des problèmes plusieurs jours auparavant. Perso, je sors pas là-dedans si je ne suis pas 100% sûr de mon bateau, location ou pas.
- Quand je dis précédemment "là-dedans", je veux dire qu'une lecture plus attentive du ciel n'aurait certes pas permis d'anticiper une telle violence, mais on voyait quand même bien que ça risquait de sérieusement secouer, avec un ciel "plein", et pas plein de cumulus de beau temps...
Encore une fois, l'important est que tout le monde s'en soit sorti entier, mais bon sang de bonsoir, levez les yeux de temps en temps !
Bon vent et mer belle à tous.

15 nov. 2017
7

Ils sont au moteur, l'enrouleur de génois est coincé. Ils s'en sortent en se mettant sous le vent d'une île. Le cap peut paraître bizarre mais c'est pour aller se mettre à l'abri...

Quant à l'apparente décontraction du cameraman, j'imagine aussi que c'est lui qui a fait le montage et il n'a pas gardé les moments ou il se pète la gueule dans le cockpit et qu'il pleure en appelant sa mère... ;)

L'équipage de touristes est quand même au top, j'en connais qui crierais dès les premiers degrés de gîte.

Ce que je retiens en débriefant tranquille devant l'écran c'est que le skipper/barreur prend un risque en ne portant pas de harnais (après il n'en a peut-être pas). Il a l'air à l'aise et sur de lui (c'est peut-être aussi ça qui rassure l'équipage), mais s'il passe à la flotte, les autres ne peuvent (semble t-il) rien faire.

15 nov. 2017
0

@ Jeanlain
C'est absolument ça .

15 nov. 2017
1

Au début on a envie de leur dire eh les gars vous allez vers du mauvais, arrêtez de rigoler et rangez tout.
Ensuite on ne sait pas trop ce qu’il se passe, pourquoi le génois ne rentre pas, pourquoi ils ne partent pas en fuite, soucis technique sans doute.
Ça arrive à tout le monde de se laisser surprendre, mais heureusement ça ne coute pas un génois à chaque fois.
Ils s’en sortent bien mais ils n’ont pas dû récupérer la caution..
Ce qui me sidère c’est cette capacité à filmer dans ces circonstances.
La cam est prête, les batteries chargées, mais l’enrouleur on l’a vérifié ?

15 nov. 201715 nov. 2017
3

Un gros Bénéteau de loc avec un enrouleur dimensionné pour un bateau de 9 m, et une drosse avec pas assez de tours sur le tambour, qui arrive en butée avant enroulement final quand le génois est serré sur le tube ...
.
J'ai toujours été un peu étonné de voir que des bateaux de 50 pieds, il mettent des enrouleurs plus minces que celui que j'avais sur mon 34 pieds, avec de la drosse de 5 ou 6 mm.
Pas étonnant que ça merde en cas de gros grain. Ca peut aussi être les roulements qui lâchent.
.
J'ai vu ça aussi en Manche, l'été dernier, et le malheureux équipage est arrivé à Jersey avec le reste de génois non enroulé en lambeaux. Si le matos avait été à la hauteur et correctement préparé par le loueur, ils n'auraient pas fini leur semaine de loc au moteur.

15 nov. 2017
2

Pour que le génois ne s'enroule pas serré, il ne faut pas enrouler au près.

15 nov. 2017
0

Quand j'aurai les moyens de posseder un tel bateau, mon genois sera sur emmagasineur. Trinquette arisable sur etai largable quand le temps se gatte et là, tu as de la marge...

15 nov. 201715 nov. 2017
3

Et quand tu navigues par 35 noeuds au bon plein depuis des heures avec un génois à 1/2 enroulé et serré à bloc sur l'enrouleur, quand le grain à 60 noeuds te tombe dessus, tu le déroules entièrement (au portant, bien sûr) pour l'enrouler "pas serré" ? :heu:
.
Moi, non. J'ai le matos qui va bien, je me mets au portant, et j'enroule le reste avec ce qu'il faut de drosse dans le tambour.
je déroule tout une fois à l'abris pour le ré-enrouler, sinon, c'est sur, ça fait des beaux plis qui restent dans le dacron.

15 nov. 2017
0

Ils ont eu beaucoup de chance tant mieux, mais au début de la vidéo on les voit fanfaronner les voiles sont déjà réduites, ils savent qu il va y avoir du gros temps mais ils sont habillés en mode croisière. ont ils vraiment regardé la météo ou l ont ils sous-estimé ?, sont ils inconscients ?

15 nov. 2017
0

Pas plus tard que cet été : devant le port de Hyères ; coup de mistral . Un bateau d' une douzaine de mètres tire des bords de travers GV roulée ,gélois à moitié roulé . Il fait des allées et venues, génois faseyant brutalement jusqu' à ce qu 'un zodiac d' une Sté de loc l ' aborde . Un mec saute dans le bateau et va sur la plage avant . deux minutes après , le génois est roulé , le bateau est pris en charge par le pro du zodiac , direction la pompe à carburant , le plein. Retour à sa place , débarquement de l ' équipage et rembarquement dans la foulée des locataires suivants . C ' était un jour de fin de loc. Qu 'aurait fait la Sté de loc si ça s'était passé un autre jour ?

16 nov. 2017
0

J'étais au chaud dans le port de Hyères au mois d'août quand ça à secoué un peu. Le balais des bateaux de location était impréssionant avec des manoeuvres très limites. J'ai trouvé que les Sté de loc et leur personnel géraient bien les choses en accompagnant les plus paniqués. Mais franchement être proprio et mettre son voilier en gestion location, pour le coup cela ne fait pas envie.

16 nov. 2017
0

Alors tu veux que ch't'en raconte une bien bonne ?
En octobre, on loue un bateau à LR. Un 40'.
Le loueur nous explique qu'il appartient à un propriétaire méticuleux qui a même fait changer la GV.

On a donc une GV neuve !

On doit partir à 2 heures du mat pour une virée de 4 jours.

Eh bah, surprise, le guindant était trop long de 4 ou 5 cm.
Le propriétaire méticuleux n'avait même pas hisser entièrement la GV à blanc pour essai.

Bon, tu me diras que nous aussi on aurait dû la hisser à blanc avant de décider de partir.
En général, on le fait au moins pour faire le point sur les bosses de ris.
Mais là, on partait avec 10 noeuds de vent.
OK : 1 partout !

Et les manoeuvres de proprios dans les ports, l'état de leurs bateaux parfois souvent ....

Alors tu sais, les vieux poncifs habituels sur la loc ...
Ce ne sont pas ceux qui ne la pratiquent pas qui en parlent le mieux !

15 nov. 2017
0

C'est un problème bien connus de toute les sociétés de location, le niveau de compétence et expérience des locataires et leurs pratique du bateau qu'ils louent.
C'est que très récemment que j'ai appris à quoi servait ce fameux ICC, c'est une sorte de qualification qui est demandée dans certains pays européens pour pouvoir louer un navire, mais pas nécessaire pour skipper son propre bateau car non obligatoire.
Dans l'exemple en vidéo je ne sais pas si cela aurait changer quoi que ce soit, mais sur les départ pontons des voilier en location été, on se dit que ça n'aurait peut-être pas fait de mal d'inciter certains à y passer.
Surtout que c'est quand même pas trop méchant comme certification.
Comme pour le cas de la Volvo Ocean Race, il est possible que la situation évolue par l'exigence des assureurs ...

15 nov. 2017
9

Vous me faites rire!
c'est pauvres croisieristes on simplement postés une video sans penser que tous le forum allait les analyser, se moquer limite c'est bien fait pour leurs gueules!!!

Un peu de tolérance les gars.

On a le droit en 2017 de louer un bateau meme si on n'a pas fait 3 transats, on a le droit d'etre en mode vacances puisque l'on est en vacances.

Bien sur les loueurs sont tous des escrocs c'est bien connu, et les locataires des kéké sans experience !

Et puis derrière son ecran au chaud on est tellement mieux; on est soudainement meilleur chef de bord, avec les bonnes reactions a avoir immediatement...

bref c'est typique des forums...

15 nov. 2017
2

Nous n'avons pas la même lecture . Je trouverais les réponses assez constructives.

15 nov. 201715 nov. 2017
4

"tous le forum allait les analyser"
"les loueurs sont tous des escrocs"
"les locataires des kéké sans experience"
On peut dire que tu fais dans la mesure et le post constructif !

15 nov. 2017
14

Ils ont eu de la chance car en plus il aurait pu pleuvoir !

Et tenir un parapluie ouvert dans le cockpit avec ces courants d'air, croyez-moi c'est pas facile.

16 nov. 2017
0

@Yves(.): excellent :mdr: :mdr: :mdr:
nous on sait le faire en bretagne , ça fait parti de la formation de base

16 nov. 2017
0

et la bière dans la troisième....

16 nov. 201716 juin 2020
3

@Duduche
Ce n'est pas une légende.

19 nov. 2017
0

@jeromef
il faut suivre.
Concernant les bretons, Duduche Braz a dit:"le parapluie dans une main, la godille dans l'autre..."
c'est lillustration de cette vérité. :topla:

16 nov. 2017
0

le parapluie dans une main, la godille dans l'autre...

19 nov. 2017
0

Pourquoi cette photo de pré-kite- boarder ?

15 nov. 2017
1

Je savais qu'en Med il y avait parfois du vent, mais je croyais qu'il y avait toujours du ciel bleu...
kenavo

15 nov. 2017
4

Moi, je viens de voir cette vidéo, et n’ai pas de reproches à faire. Ils assurent bien, chapeau les gars et surtout le skipper.

CaptainRV

15 nov. 2017
0

Je trouve au contraire que les commentaires de ce fil ne les accablent pas trop par rapport aux commentaires en anglais sur la video qui ne les épargnent pas !

15 nov. 2017
1

J'ai bien regardé la vidéo plusieurs fois et , bien que je ne comprenne pas tout, je trouve justement qu'il n'y a pas eu de "panique à bord". La preuve en est à la fin, lorsqu'ils échangent des petits sourires en mangeant un morceau, pas de rancœur, pas d'angoisse après coup. Moi je dis chapeau, d'autant plus si la majorité est profane. J'ai pas toujours embarqué des gens aussi cool ( avec en prime de très jolies jambes :mdr:). Donc, je ne comprend pas tout, disais je, donc je pose des questions:
-Le génois mal enroulé parce que serré à mort, ça je connais à mes dépends, et au bout de plusieurs tentatives, j'ai fini par comprendre pourquoi ma drosse était parfois trop courte, parfois de bonne longueur. Ceci dit, dans de telles conditions, manœuvrer pour l'enrouler nickel ne serait peut être pas ma priorité.
- Il m'est arrivé de me laisser surprendre par des coups de tabac soudains, courants en med, et ma petite expérience m'a démontré que la condition de base pour que le voilier reste manœuvrable était de conserver une motricité . J'aurai choisi ( ce que j' ai pu faire par le passé) de conserver un peu de GV (surtout sur enrouleur donc pas de prise de ris fastidieuse), de choquer la drisse du palan de bôme pour équilibrer le bateau. Enfin, sur mon petit bato, ça a payé et j'ai toujours pu rentrer sans aide (mais pas sans adrénaline).
Je répète, c'est une question à l'adresse de marins bcp plus expérimentés. Et merci à ces jeunes de m'amener à réfléchir par cette vidéo sans prétention.
Over !

15 nov. 2017
0

Bon, voilà , je craque, je replonge.
Des années sans bateau, mais je ressens le besoin de revenir sur ce forum, de repnsenser à la voile et aux bateaux.
C’est grave docteur ?

Ce qui est notable dans cette vidéo, c’est l’absence de panique à bord, contrairement au titre du post. Et pourtant, il y avait de quoi.
Ça, c’est déjà très bien quand on a un équipage peu expérimenté.

Après, je me pose plein de questions, mais 2 surtout me taraudent :

Pourquoi il fasseye ce génois ? Ils n’ont pas pu border ? Le génois qui se déchire, c’est un problème. Mais le mât qui aurait pu tomber si un hauban lâche, s’en est un autre ! Un génois qui fasseye comme ça, il n’y a pas que la voile qui souffre, une sacré vérification s’impose. Je me serais mise au portant, je ne sais pas, mais j’aurais TOUT tenté pour arrêter ce fasseyement.

Pourquoi n’ont-ils pas gardé un minimum de GV? Avoir des voiles propulsives quand on est au vent de terres me semble plutôt une bonne idée, meilleure que de tenter d’utiliser le moteur... la voile n’avait peut-être pas un nombre de ris suffisant? En tout cas, la cape totalement sèche pour cause de vent trop fort, je n’ai jamais eu à m’en servir autant que je m’en souvienne sur mon via 42. Et pourtant, du vent, on a a eu entre la France et l’australie.

Seul vrai reproche : absence de harnais (pas forcément la faute du capitaine, si c’est un bateau de loc). Dans ce cas, tout le monde rentre à l’intérieur, sauf ceux à la manœuvre. Mais comme là personne ne manœuvrait vraiment...

Je re regarderai la vidéo pour mieux comprendre. Mais un enrouleur qui se bloque ( ou en bout de bosse ) ça n’empeche que de rouler, pas de border.
On a donc double problème, enrouleur bloqué et bosse non étarquable ?

15 nov. 2017
0

@ graine d'étoile : " la voile n’avait peut-être pas un nombre de ris suffisant?" GV sur enrouleur de mat.

15 nov. 2017
0

Celle la n'est pas mal non plus.l’annexe va s’en rappeler longtemps.

15 nov. 2017
0

Bonjour,
Vous avez tous noté qu'il s'agit d'une route Santorin-Ios, donc très courte, 10 milles entre les deux extrémités des deux îles.
La route qui semble un moment travers à la mer est certainement la conséquence du choix d'aller se mettre à l'abri au plus vite.
L'équipage a bien géré, il a probablement été victime d'un blocage de l'enrouleur de génois.

15 nov. 2017
0

Depuis quand on ne peut pas affaler un genois sur enrouleur...? Au lieu de s'acharner sur la bosse de ce système peu fiable, et cher qu'est l'enrouleur on s'attache et on va tirer tout le beau merdier en bas avant que la voile ne tombe en lambeaux...
Je pense qu'il a ont eu de la chance rien de plus..

15 nov. 2017
6

t'es bon toi !
va-t-en affaler un génois en partie enroulé ...

15 nov. 2017
0

Dérouler c'est rarement un problème; de plus le vent monte assez progressivement. On ne les voit pas abattre une fois pour tenter quelque chose.

15 nov. 2017
1

Souvent l'enrouleur se bloque a cause d'un surpattage. Donc il faut rederouler pour enrouler à nouveau.
Sinon la technique qu m'a été enseignée est de liberer les ecoutes de genois et de faire des tours avec le bateau de facon a enrouler le genois...

15 nov. 2017
1

20 , remarque nulle et non avenue.
Avec cette violence du vent...

15 nov. 201715 nov. 2017
0

C'est sur qu'ils étaient en mode "vacances" et qu'ils ont du etre très surpris.Pas un n'avait de chaussures;ça n'aide pas pour agir vite et éventuellemnt se déplacer sur le pont meme si 80 noeuds c'est énormissime!

15 nov. 2017
0

C'est justement ce que j'allais demander. Dans les commentaires de la vidéo, beaucoup disent qu'il aurait fallu faire des tours avec le bateau pour enrouler. Dans une tempête, c'est faisable sans partir au tas ?

15 nov. 2017
0

Si ça avait été leur bateau ils auraient sauvé le genoa, honte sur ce point, sinon coolness tres anglo saxonne et pas de danger reel

16 nov. 201716 nov. 2017
1

c'est une petite nav entre 2 iles sans s’être renseigné sur la vidéo malgré un temps super chargé pour la med, sur un bateau dans les 40 pieds. Bof

Je n'ai pas les moyens de laisser un genoa exploser comme ça, oui ça souffle a la fin, sauvé par le moteur, pas glorieux c'est tout.

15 nov. 2017
5

je sais pas ce que j'aurais sauvé, mais à priori la peau de l'équipage et la mienne, un genois c'est chéro, surtout vu la taille du canot, mais c'est jamais qu'un immense torchon

j'peux pas me permettre trop de commentaires vu mon inexpérience, mais je trouve que l'histoire semble pas si mal géré que ça, peut-être un peu avec de la chance, ou pas, mais dans ce merdier, je sais pas comment j'aurai pu réagir, en début de vidéo, la mer semble plutôt cool, il est évoqué plus haut une courte distance entre les 2 points de la croisière, et à partir du moment ou ça s'accroche aux chandeliers pour pas passer par dessus-bord, on voit bien qu'elle est plus trop cool la mer, et pourtant on lit souvent ici que les vidéos ont tendances à diminuer l'état de la mer, alors bon, en gars pas super averti, je me dit que j'aurait probablement hurler comme un porc qu'on égorge dans cette situation, que si mes gamins ou ma moitié s'étaient accrochés aux chandeliers pour pas passer à la baille, j'aurais probablement plus d'éuipage, et même t'être plus envie de continuer la voile, facile à l'écran au clavier, en mattant une vidéo, encore plus facile si on a 12 milliards de milles dans les pattes, mais en réel, si on navigue 3 semaines à 2 mois par an, même en essayant de faire les choses bien, qui sait ce qu'il aurait VRAIMENT fait, dans cette situation ?

15 nov. 2017
0

Je n'ai pas examiné la vidéo dans le détail mais border le génois? vu la gite qu'ils ont déjà à sec?
J'aurai sans doute testé si j'avais été dans la situation pour voir la tendnace prise mais ont-ils aussi assez d'eau à courir pour mettre l'accélérateur?
(Je ne connait pas les lieux)

15 nov. 2017
4

En tout cas, habitués que nous sommes á des vidéos oú la force du vent est surévaluée, ici ça souffle vraiment très très fort.
Pas de harnais, c'est mon seul reproche. Le reste on ne peut pas juger depuis notre fauteuil, mais ça confirme ma phobie des enrouleurs.
C'est bien filmé.

16 nov. 2017
4

Meme si ils avaient réussis à dérouler complètement le genois dans l'intention de l'affaler, ça me semble etre une très mauvaise idée dangereuse, il ne s'agit pas d'une voile d'avant guidée par un étai, avec la force du vent le genois desendraillé aurait été incontrolable et serait passé par dessus bord avec probablement un équipier avec...

Ils ont bien fait non équipés comme ils l'était de ne pas aller à l'avant du bateau, pas la peine de rajouter un homme à la mer.

Je suis pas si sure que le barreur et l'équipage soient si "cool" on sait que dans des moments de stress intense inattendu beaucoup de gens réagissent sur un mode de sidération mentale en attendant que ça se passe et en espérant interieurement que ça va s'arranger tout seul sans rien faire, d'autres agissent font quelque chose, la troisième catégorie panique hurle....

J'ai l'impression qu'ils sont dans le premier stade.

Par contre aucune excuse sur l'absence de gilet de sauvetage, longe...Les conditions avant le coup de vent n'étaient pas déja si cool (GV enroulée...) temps pas génial

16 nov. 201716 nov. 2017
1

pas assez de tours dans l'enrouleur et enrouleur peut etre sous dimensionné, ça c'est pas leur faute puisque bateau de loc

sur mon bateau de 30 pieds le proprio précédent avait installé un enrouleur prévu pour 35 pieds au moins, je ne l'ai jamais regretté, il a plus de 20 ans maintenant

le simple fait de partir vent ar 1 minute à fond au moteur aurait beaucoup aidé quand il enroule comme une brute au winch ce qui allait donner ce que ça a donné, ensuite rien à faire sinon le voir partir en pièces

la stabilité de la caméra impressionne

16 nov. 2017
0

Idem pour les écoutes et drosses , je me demande s'il n'est pas préférable d'avoir un taquet coinceur avec un peu de marge et pas en monter un de 6-12 mm pour mettre une écoute de 12 ..
Car ça frotte un peu et quand il faut manœuvrer vite sous tension, ça devient un peu galère..
J'ai constaté ça récemment sur un Bavaria 36 et cela m'a surpris, peut-être qu'entre un voilier de croisière et de régate, ce genre de détail devient fondamental..

16 nov. 2017
4

Dans la première partie de la vidéo, on voit des voiles bien réduites, bien plates (il y a même un peu de contre-écoute sur le génois), un gréement bien raide, on voit un bimini et une capote bien ferlés, la suite montre que même l'annexe est bien arrimée. Enfin bref, il sont bien préparés. Le problème : un génois bloqué avec une route travers au vent. Ils sacrifient le génois, au prix de pas mal de gîte mais sans compromettre la route vers l'abri. J'ai beau réfléchir, bien au chaud devant mon ordi, je pense qu'ils ont raison sur toute la ligne. Ils ne sont pas si "touristes" que ça.

16 nov. 201716 nov. 2017
0

Après avoir revu cette video qui m'interpelle je pense avoir compris ce qui est arrivé.
Ils sont au début au près, le vent monte, ils essayent de virer pour arriver a leur destination.

Virement laborieux sous foc seul et aide du moteur ( à 2mn le skipper met les gaz).

Le vent tourne ils se retrouvent vent arrière ou trois quart mais la contre écoute est passée devant l'étai (à 3mn)

A partir de là c'est la gonfle et le bateau gite avec le génois qui prend toujours (à contre), le skipper ne contrôle plus le bateau .

Ils continuent coûte que coûte dans la direction de l'abris.

16 nov. 2017
0

mais ils avaient quitté un abri depuis quelques milles, pourquoi ne pas y retourner au vent AR ?? non c'est pas bon

16 nov. 2017
0

ok merci, une carte aiderait à comprendre, ils auraient quitté santorin pour un meillleur abri, ça éclairerait.

16 nov. 2017
0

Parcequ'il n'y a pas d'abri correct en cas de mauvais temps à Santorin

16 nov. 2017
0

Parce que au début tous va bien et ils sont au près c'est ensuite qu'ils sont au portant et il me semble pas très loin de l'arrivée.

16 nov. 2017
0

En résumé et sans vouloir jeter la pierre.
Contre écoute qui passe devant l'était, blocage total.

16 nov. 2017
0

Hello Tupperware; la contre-écoute ne passe pas devant l'étai...

17 nov. 201716 juin 2020
0

Peut être

16 nov. 2017
0

J'ai plus les yeux ce soir. :-)

16 nov. 201716 nov. 2017
2

La passivité devant le problème est désespérante.
Pas un n'aurait eu la presence d'esprit d'essayer de comprendre l'origine du problème. Sortir du copickt - aller jusqu'au tambour d'enrouleur - est il un effort insurmontable ?
On tire comme des boeufs sans réfléchir, on démarre le moteur et ont espère que ça va se résoudre tout seul.
Et en plus on se film et on diffuse cette "fantastique" prestation - Triste monde.

Je vais faire mon vieux con ... mais avant les enrouleurs on aurait jamais vu ça !!

16 nov. 2017
0

je partage ton indignation, typiquement les locataires qui se foutent du matériel et pour lesquels les voiles sont des accessoires l'important est le moteur

17 nov. 2017
0

Hello cezembres,
Pour affirmer cette "passivité", je pense que tu as vu la vidéo complète. Donne nous le lien. :acheval:

16 nov. 2017
0

Bonjour,
Petit nouveau sur le forum, j'ai eu envie de commenter cette vidéo intéressante. Je suis chef de bord et elle me fait réfléchir sur comment mieux préparer et gérer ce qui arrive. Toujours beaucoup plus facile gentiment à son PC que quand ça piaule, on est tous d'accord là dessus.

Préparation:
- L'enrouleur, c'est pratique pour faire de la régulation de vitesse en pilotage ou en manoeuvre, mais je ne suis pas un fan. Quand il y a du vent, je le laisse enrouler bien serré (voire affalé) et je sors étai larguable + solent (arisable).
- J'aime pas les GV sur enrouleurs :p
- Si on prévois du gros temps, effectivement harnais et gilet par défaut pour tout le monde, c'est mieux, mais l'équipement des bateaux de loc n'est pas toujours au top de la sécurité mais plus au minimum de la législation.
- L'annexe, je la déglonferai et fouterai en bas en attente, pas sur le pont (gêne, prise au vent, risque de se détacher et de créer un incident sur le pont).

Gestion:
Si la situation arrivait quand même, et sans connaître du tout la zone:
1-Je me mettrais en fuite au GL pour calmer le jeu avec l'enrouleur (ne pas hésiter à passer la barre à un 'touriste', c'est plus facile de piloter un barreur pas trop idiot que de l'envoyer faire le zouave devant sans savoir ce qu'il se passe, et le barreur est celui qui se tient le plus facilement souvent)
2-Sortir éventuellement un tourmentin
3-Virer l'équipage inutile à l'intérieur
4-Soit rester en fuite, soit passer au Bon plein, mais pas rester travers à la houle

Après, je réitère, j'en fait un exercice et volontier une discussion, mais on n'a pas forcément tout le contexte, l'expérience des gens à bord, les différentes contraintes qui viennent facilement "polluer" les réflexions du chef de bord, ...

16 nov. 2017
0

Quant à filmer, je pense juste que c'est une go pro sur la casquette et qu'il n'y pense pas plus que ça...mais effectivement, globalement je les trouve très passifs...

16 nov. 2017
0

Et par hasard en raison des mouvements du bateau la casquette connectée a de son propre (couvre) chef diffusée la vidéo sur le Net croyant reconnaitre le code 2 fois droite, 3 fois en haut.

16 nov. 2017
1

Echelle de Beaufort
50 noeuds de vent réel :
L'écume produite s'agglomère en larges bancs et est soufflée dans le lit du vent en épaisses trainées blanches.
Dans son ensemble, la surface des eaux semble blanche.
Le déferlement en rouleaux devient intense et brutal. Visibilité réduite

64 noeuds de vent réel :
L'air est plein d'écume et d'embruns. La mer est entièrement blanche du fait des bancs d'écume dérivants. Visibilité fortement réduite.

16 nov. 2017
0

Le titre de ce fil est bien choisi.C'est bien panique à bord car l'équipage ,mis à part le chef de bord à la barre qui gère bien,semble quand meme débutant.
Il manque clairement une personne pour agir sur les images.
C'est complètement normal de serrer les fesses dans des conditions dantesques comme ici,mais ici essayer de sauver le génois en allant sur le pont (SANS OUBLIER DE S'ATTACHER évidemment).

19 nov. 2017
1

conditions dantesques?? 50 ou 60 nd de vent sur une période courte c'est de le rigolade,vas traverser l'atlantique en hiver avec une dépression qui te colle au cul pendant un bon moment avec 60 nd et 16 m de creux, là tu connaitras des conditions dantesques

16 nov. 2017
3

Je pense qu'il y'a maxi 50 n et peut être que sur les rafales; ca correspond à ce que j'ai pris lors d'un orage en Sardaigne, de 45 à 55 noeuds avec quelques rafales à 60. J'ai déjà eu sur une grosse unité 70 noeuds établi j'ai pris des photos la mer était comme l'a décrit viking; c'était près du cap Horn

18 nov. 2017
0

Près du Cap Horn le courant de Drake fait que la mer se creuse encore plus qu'ailleurs. Creux et déferlentes sont accentués.

18 nov. 2017
0

C'est exact, mais je parle de l'état de la mer dans la première heure, striée comme un damier à grand traits blancs jusqu'à l'horizon, et l'eau vaporisée sous forme d'écume. Il y avait un anémomètre correctement étalonné il affichait 70 noeuds constant et après quelques heures il y avait 7m de creux.
On ne peut pas se tenir dehors avec un vent pareil sans être solidement attaché. C'est comme de monter sur le toit d'une voiture à 130 km/h sur l'autoroute. C'est bien loin de ce qu'on voit sur la vidéo même si le vent y est déjà très violent.

17 nov. 2017
2

Bonjour, je suis un débutant et je reviendrai pas sur ce qui a été dit. Ce qui me choque un peu c'est le fait de faire un Pan Pan ...le bateau n'est il plus manoeuvrant ....il y a la GV, peut être une trinquette sur étai largable, et au pire reste encore l'aide du moteur. En plus ils en rigolent...

17 nov. 2017
0

C'est bon signe de rigoler...
Dans la plupart des cas, les gens hurlent et paniquent complètement, ce qui est bien plus dangereux que d'être sidéré ou de rigoler.

17 nov. 2017
0

Rigoler c'est pour la caméra, ils savent que c'est filmé. La voile qui se bloque n'était peut-être pas prévue au programme mais le film pour se la péter une fois revenu à terre oui alors au prix où ça coûte on essaie de garder un peu de tenue. Ah, bassesse humaine :heu:

17 nov. 2017
10

Un pan pan n’engage à rien, c’est bien d’avoir à terre quelqu’un qui est alerté et peut éventuellement intervenir si la situation s’agrave, type homme à la mer. Bonne décision du skiper.

CaptainRV

17 nov. 2017
0

130km/h ? Y en a qu'ont honte de rien :-D

17 nov. 2017
0

70nds peut-être 1 seule fois dans la plus forte rafale, sinon pas plus de 60 à mon avis dans les rafales et établi nettement oins, sachant que ça se lève d'un coup sur une mer de 20nds, rien d'extraordinaire en méditerranée, ni d'ingérable, ça ne déferle même pas..
le génois bloqué il faut réagir très vite et ça peut vite devenir coton
c'est le le risque des enrouleurs
ils disent dans la description qu'ils savaient que ça allait souffler (mais pas autant), dans ces conditions perso je sors avec le solent sur l'étai largable, le génois roulé et rabanté voire carrément amené plié rangé dans un coffre

ce qui me fait le plus peur c'est que comme d'innombrables équipages ils attendent le dernier moment pour sortir les gilets
l'opérateur VHF aurait besoin d'un peu de pratique
pas de harnais
ils étaient très peu maneouvrants, si quelqu'un était passé par dessus bord, il était franchement mal barré, même si la med est chaude !
le génois c'est du matériel ça ne fait mal qu'au porte-monnaie

17 nov. 2017
2

(babouch) sinon pas plus de 60 à mon avis .... dans ces conditions perso je sors...

eh ben moi je ne sors pas

18 nov. 2017
0

Merci de souligner l'imprécision de mon langage ????
En effet la phrase que tu as citée, "dans ces conditions perso je sors " ne faisait pas référence à l'autre que tu as citée, qui est la 1ere de mon message ("pas plus de 60nds"), mais à celle qui précédait immédiatement :
"Ils savaient que ça allait souffler (mais pas autant)"
.
Ça n'était pas évident, mes excuses
En l'occurrence je sors avec le solent sur l'étai largable et le génois au minimum rabanté sur l'étai dès force 5 avec un équipage débutant, par exemple en stage, afin de transmettre ce que je crois être une bonne pratique. Dans tous les cas à force 6.

Je n'ai jamais navigué avec 60 noeuds dans les rafales, et si c'était annoncé je ne sortirais pas si je peux l'éviter. L'équipage de la vidéo non plus, de leur propre aveu.
Cette expérience rappelle avec force que la météo n'est pas une science exacte, c'est une réalité très courante en Méditerranée.

Pour parler de mon expérience mesurable, le 8 mai de cette année j'ai skippé une sortie associative dans la rade de Marseille, les prévisions étaient Mistral 8Bf. C'est à peu près ce que nous avons eu, pour ce jour la station météo de Marseille-Marignane à enregistré 45nds au plus fort, vers 12h, quand nous étions sur l'eau.
Sauf que j'avais prévenu tout le monde de s'équiper, qu'on s'est préparés à se faire tabasser un peu, ça a été l'excuse pour une révision complète sur la sécu, harnais capelés, gilets, vérif VHF, bouée etc.
Pendant qu'on remontait vers L'Estaque aux louvoyage dans un méchant clapot et les embruns (GV3 ris et solent), le tangon de spi qui était mal arrimé a été emporté par une vague qui a balayé la plage avant (erreur de débutant !) . Excellent exercice pratique d'homme à la mer : nous ne l'avons jamais retrouvé, nous supposons qu'il a fini par couler. Heureusement que ce n'était pas un équipier, sans gilet ni harnais...
Ce jour là j'avais confiance dans les prévisions, elles se sont verifiées.
L'automne précedent, mon bateau à été drossé à la côte par une tempête de sud-est à plus de 110km/h, de même qu'une dizaine d'autres bateaux rien que sur l'étang de Thau, et sûrement bien d'autres sur le littoral français. C'était le 14 octobre, de mémoire.
Cette fois, je surveillais la météo de très près, et je n'ai vu aucune source annoncer plus de 40nds dans les rafales...
J'aurais peut-être pris la décision de sortir, si l'occasion s'était présentée, avec un équipage. Je loue le ciel que ça n'ait pas été le cas (et aussi d'avoir bien voulu épargner mon bateau qui s'en est miraculeusement tiré sans dommages apparents, autre que du mastic râpé sur la quille).
Cdlt

18 nov. 2017
2

L'avantage de ces vidéos permet tout à chacun de voir ce qui a bien été fait et ce qui est à revoir. (entre autre, l'absence de gilet dès le départ pour ma part et le génois que l'on regarde partir en lambeau)
Pour le reste, je m'éviterai de porter un jugement, bien trop facile derrière son écran.

18 nov. 2017
1

Le bateau a tenu, l'équipage aussi. Une frayeur qui leur sert de leçon.
Fin de l'histoire.
Epissez tout...

18 nov. 2017
2

Autre chose : ils presque tous pieds nus : un classique en méditerranée très dangereux. A 20 nœuds établis tous auraient dû avoir leurs chaussures et des gants et au moins le barreur et un équipier aguerri ou deux le harnais, le gilet et les lignes de vie installées pour si besoin était aller manœuvrer à l'avant sans prendre de risque. Les autres auraient dû immédiatement les mettre à l'intérieur et y rester. Je pense que j'aurai fait fermer la descente.

C'est ce qui est flagrant dans la vidéo, pour le reste je pense que sur le prochain bateau de location le skipper vérifiera qu'il reste suffisamment sur la poupée de l'enrouleur pour rentrer le génois complétement par fort vent.
Rien ne vaut l'expérience pour éviter les catastrophes, mais acquérir cette expérience en mer par un jeu essai/erreur à la mode kamikaze est parfois très couteux et peut provoquer des accidents dramatiques .

18 nov. 2017
1

J'ai regardé plusieurs fois cette video et j'ai une hypothèse un peu différente sur le déroulé de leur aventure.
Dès les premières secondes (entre 7'' et 13'') on voit très bien, dans leur sillage, le profil de l'île (Santorin probablement) qu'ils viennent de quitter pour faire route vers Los. Ils font route au près.
A 2mn, pendant la tentative d'enroulement du génois, on distingue, à nouveau, parfaitement le profil de cette même île toujours dans leur sillage.
A 2mn 10'', on aperçoit droit devant, dans le lointain et dans la crasse, une île qui, dans les secondes qui suivent, apparait ensuite sur babord (à 2mn20''). Le voilier me semble donc avoir abattu vers tribord, puis fait demi tour vers Santorin. L'orientation du pavillon grec à 2mn22'' confirme que le bateau est passé vent arrière. A 2mn42'', apparait droit devant le profil de Santorin, ce qui confirme que le skipper a décidé de revenir s'abriter sous le vent de Santorin.

18 nov. 2017
0

Brillant

19 nov. 2017
0

Non non c mérité, quand c bien faut le dire :pouce:

19 nov. 2017
0

Merci Jean, tu es trop bon ! :topla:

19 nov. 2017
0

Pas mal d'erreurs qui n'ont pas de conséquences heureusement.
Je ne comprends pas pourquoi il ne choque pas les écoutes en grand. Ça enlève la pression sur le bateau qui se redresse et il peut réfléchir à la suite. Et il préserve son équipage.
D'accord avec CataHorus sur l'utilité du PanPan même tardif.
L'origine du problème, c'est d'avoir sorti le génois. Ils avaient déjà eu des problèmes avec l'enrouleur (dans le commentaire de la video), ça leur tendait les bras. Vu les conditions déjà musclées au départ, il aurait fallu faire GV réduite et appui moteur au besoin.

19 nov. 2017
0

Jolie distribution de bons-points et de mauvais points. Alors, ils ont droit à une image ou à aller au coin ? Moi ça va ici, ça ne souffle pas sur mon écran et mon fauteuil ne gîte pas trop.

19 nov. 2017
0

Je me garderais bien de juger assis dans mon bureau.
Toutefois, je note que cette vidéo n'est pas une bonne publicité pour les enrouleurs.

Pour ma part, je porte en permanence un gilet de sauvetage, et lorsque le temps se gâte une longe de sécurité. C'est une habitude à prendre qui ne peut pas nuire.

Pour avoir vu des voiliers prendre une gite impressionnante (au catway!) lors du passage d'un grain orageux violent sur le port de Boulogne (60-70nds pendants une dizaine de minutes), je sais que je ne connais pas la bonne attitude à adopter lors d'une telle situation. (Pour en avoir discuté avec les autres membres d'équipage, on s'est dit que sinus n'avions pas pris la décision de ne pas sortir et que ce grain nous avait pris à la sortie du port on aurait été drossé à la côte sans y pouvoir grand chose).

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie, le soir en Bretagne Nord.

Après la pluie...

  • 4.5 (0)

Après la pluie, le soir en Bretagne Nord.

mars 2021