PAN-PAN, Glénans

Contribution réservé aux marins expérimentés.
Les Glénans, sur ces voiliers de 30 pieds, au lieu du mouillage réglementaire (chaine de 8 mm, 2 fois la lg de la coque et cablot), a décidé d'installer de la chaine de 10 mm, pour une longueur de 50 ml. Pas de guindeau. Le fait de changer , a mes yeux radicalement le mouillage (pour info, que je vous demande de vérifier, ancre de 20 kgs, poids de la ligne en 8 mm et 30 ml de cablot, environ 55 kgs et mouillage en 10 mm, même ancre pas de cablot, poids de la ligne 137 kgs), ces poids peuvent avoir une marge de, disons 5 kgs en plus ou moins, soit pour la ligne de 8 mm = 50 a 60 kgs et pour la ligne de 10 mm = 130 a 145 kgs, groso modo. Cette organisme de sortie en mer et d'initiation a la voile, n'aurait-elle pas dû équiper ces voiliers d'un guindeau (manuel ou électrique). Me répondre aussi par MP. Les personnes qui répondront, devront me communiquer leurs expériences maritimes personnelles.

L'équipage
25 fév. 2011
25 fév. 2011
0

c'est quoi le souci ;-)
sur un bateau collectif y a de la viande à bord ;-)

pour info sur les dufour 325, tout du moins sur ceux de la base de paimpol , il y a des guindeaux, sur les nouveaux RM 10,50 également.

Sur d'autres plus anciens , il n'y en a pas effectivement, et je concède que notamment sur les 33 pieds alu, le mouillage lourd est quasi une ancre de miséricorde. Mais à plusieurs celà se gère.

Il ne faut pas perdre de vue que ce sont des bateaux qui naviguent avec des équipages relativement nombreux. Il est certain que pour une activité plaisance et/ou en équipage réduit, un guindeau ne serait ce que manuel est un plus certain.

Quand au choix, ligne tout chaine, ou ligne mixte, vaste débat. Quoiqu'il en soit, il est généralement admis, que le poids de la ligne, donc en rapport avec la longueur et le diamètre de la chaine, à un incidence non négligeable quant à la tenue du mouillage...

ps1: il m'arrive de faire partie de la viande à bord

ps2: pour un radioguidage météo par sms pour un parcours côtier des perthuis vers la bretagne, suis pas compétent

25 fév. 2011
0

demande d'info
salut
pour la modif du mouillage, l'équipage, si féminin pour relevée cela dans 20 kts et du clapot, n'a pas réussi, la viande était avariée ?
Cela veut-il dire que relevé ce type de mouillage est potentiellement impossible, vu un équipage de 'gonzesse' (sans aucune image matcho). C'est a dire que 2 filles, normalement constituées (lambda), n'ont pas réussi, est-ce normal (oui, la preuve), est-ce prudent, je pose la question. La modification du mouillage, grosso modo, 100 kgs de plus, un quintal, avec autorisation du chantier? des Aff Mar? Ne mets-elle pas l'équipage en difficulté ? Faute de la pose d'un guindeau.
Par exemple, sur mon trimaran, HB 9.9, mouillage, ancre dantford de 20 kgs, 30 ml de chaine de 8, puis 10 mm de chaine de 10 et cablot de 18 mm mouillé d'une longueur inférieur a la hauteur d'eau (ou + 3/4 ml, quand ca souffle) , suivant les conditions météo et surtout/aussi la configuration du mouillage/port. Je suis obligé de différent, en solitaire, le départ, car je ne peux gérer la remonté du mouillage, que je fais en plusieurs fois(pour ne pas me fatigué de trop), et la gestion de la trajectoire du bateau, mais il est vrai, qu'un multi a bcp de prise au vent et pas d'inertie.
Merci pour tes remarques sur les bateaux équipés de guindeau et faissant parti de la flotte des Glénans.

25 fév. 2011
0

compatibilité
Bonsoir

de mon point de vue tu poses la question a l'envers pour moi : est ce que l'équipage a les compétences, qualifications et qualité pour ce bateau et matériel.

l'an dernier j'ai debarqué un GPS carto, en fait j'ai du mal a lire une notice de 250 pages de mauvaise traduction sous la pluie pendant un coup de vent a quelques encablures des cailloux donc aujourd'hui mes competences m'orientent vers l'achat d'un compas de relevement et de carte papier !!

et bah ouais faut s'adapter

Fanch

25 fév. 2011
0

Si j'ai bien tout compris tes messages, ...
... il y a en fait plusieurs questions. Je vais essayer d'apporter mon point de vue.

Je m'en vais dès à présent te rassurer pour ce qui est de ta première interrogation : non, il n'y a vraiment pas besoin de consulter le chantier ou d'obtenir une autorisation des Aff. Mar. pour rajouter 100 kg de matériel sur un bateau de 10 mètres, fussent-ils placés près de l'étrave (je bluffe complètement pour la concordance des temps).

Plus sérieusement, il me semble que tu discutes en premier lieu la pertinence de renforcer le mouillage choisie. Malheureusement, je ne crois pas qu'il y ait de consensus très tranché sur la ligne de mouillage qu'il faudrait avoir (j'en veux pour preuve la quantité de fils dédiés au sujet). Même si on pouvait "calculer" la ligne de mouillage idéale, elle dépendrait évidemment du type de bateau, de la zone de navigation, mais également du programme envisagé (les bateaux des glénans naviguent par exemple beaucoup, pas uniquement à la belle saison, et de manière relativement intensive), etc. Elle ne pourrait en aucun cas être déterminée à partir d'un exemple, ou uniquement à partir de la longueur du bateau (la réglementation citée est-elle d'ailleurs toujours en vigueur ?). Enfin, il me paraît d'autant plus hasardeux de critiquer le choix des glénans que la plupart de ce genre de décisions sont fondée sur les expériences passées (et la flotte est assez conséquente pour que les tendances observées soient pertinentes). En d'autres termes, je suis à peu près sûr que s'ils utilisent de la chaîne de 10 mm c'est que la chaîne de 8 mm ne s'est pas avérée être suffisante. Il faut également garder à l'esprit que les équipages (chefs de bord compris) peuvent ne pas être très expérimentés : le mouillage est un élément de sécurité primordial.

Concernant les guindeaux, je suis là encore à peu près sûr que tu n'es pas la première personne à avoir pensé que ce serait plus facile pour remonter l'ancre. Ne pas utiliser de guindeaux électriques sur les bateaux est un choix réfléchi de la part de l'association, et probablement assumé. Ne connaissant pas les arguments invoqués, je me garderais bien de le commenter. Quant à savoir s'il est plus dangereux d'avoir un mouillage trop lourd ou trop léger, je te laisse insérer ici le proverbe de ton choix, en fonction de tes convictions : "trop fort n'a jamais manqué", "qui peut le plus peut le moins", "ce n'est pas l'ancre qui est trop lourde c'est l'équipage qui est trop léger" ou au contraire "le mieux est l'ennemi du bien". Tout ça pour dire que ça rejoint la première partie de ce message : il me paraît difficile de déterminer si un mouillage est trop lourd ou trop léger, et donc de porter un jugement pertinent sur la question.

25 fév. 2011
0

Captainjas
Explique moi le montage de ta ligne de mouillage
“Par exemple, sur mon trimaran, HB 9.9, mouillage, ancre dantford de 20 kgs, 30 ml de chaine de 8, puis 10 mm de chaine de 10 et cablot de 18 mm mouillé etc“
car à la lecture de ton texte je comprends que tu utilise deux tailles de chaine ce qui est de mon humble avis une bonne idée mais par contre tu semble avoir mis ta chaine de 8 sur ton ancre puis ta chaine de 10 et enfin le cablot.
pour ma part j'ai fais le contraire ancre+ chaine de 10+ chaine de 8 puis le cablot.
Alors 3 questions.
1- suis je dans l'erreur ? auquel cas merci de m'expliquer pourquoi.
2- ou as tu fais une erreur dans la rédaction de ton texte.
3-qui rejoint la question n°1 explique la raison de ton montage.
Remerciements
Cordialement

25 fév. 2011
0

c'est pas la première fois
que j'entends "l'ancre, puis la chaîne de 8 puis la chaîne de 10, puis le cablot...."
Mais je n'ai jamais eu l'explication.

25 fév. 2011
0

Pas d'accord du tout ...
... gonzesses ou gamins ados ou gars pas de pb en équipage, même avec 150 de chaînes à remonter.Tu mets un au moteur à la barre qui va mettre du gaz et barrer pour aller sur le mouillage tranquillement, 1 qui remonte la chaîne et un troisième qui guide le barreur suivant comment est déposé la chaîne dans les fonds.
Pour avoir déjà encadré des stages d'ados, et être le seul adulte a Bord pas de PB. L'important c'est d'avoir la chaîne bien à la vertical de l'étrave pour ne pas forcer d'ou l'intérêt que le barreur communique bien avec le 3ième membre de l'équipage qui le guide à l'étrave.

Enfin ce n'est que mon point de vue.

LE seul PB de passer de la chaîne de 8 et 10 c'est le sur poids . Mais si le mouillage est bien placé comme sur Les glénans 33 pas de PB.

A+ DIAMBA

25 fév. 2011
0

Mouillage en eau profonde
Espérons qu'aucun des équipiers n'aura l'idée de jeter l'ancre à l'eau sans vérification préalable du sondeur sur un tombant. Car ici où on peut avoir 200m de fond à un demi-mille de la côte, certains se sont déjà fait piéger par le sondeur qui "ne marchait pas" et ont vu filer 100m de chaîne de 12 !

Car pour remonter 145kg à la main, je n'aimerais pas faire partie de la "viande". Quant à l'étalingure, elle a intérêt à être costaud si ça part tout seul.

Pour le type de mouillage, le mixte est recommandé pour diverses raisons, il y a beaucoup de littérature sur le sujet dans Heo et une étude technique d'un héossien sur son site.

Bien sûr plus c'est lourd mieux c'est mais il faut savoir rester raisonnable et trouver le meilleur compromis entre tenue et poids embarqué.

25 fév. 2011
0

condition de mouillage
sous réserve, par une hauteur d'eau inférieur a 10 ml, pas de marée (méd). Un 'sister ship', a dérappé, dans les mêmes conditions de temps (même lieu, même heure)????. Mais je n'ai pas la lg de chaine mouillée, ni le type/poids de l'ancre.

PS: pour le radio guidage, le boat est a lorient.

25 fév. 2011
0

Il faut voir le pourquoi du comment
C'est n'est pas très futé car il vaut mieux un deuxième mouillage, apprendre à affourcher ou empenneler...
En revanche, il n'y a péril en la demeure que si le skipper est borné. En cas d'urgence, on doit pouvoir larguer le mouillage. Sinon par beau temps, on peut toujours s'aider de 2 bosses et 2 winchs. Cela s'étudie et se prépare.

25 fév. 2011
0

Info pour les dinosaures
Depuis la publication de la Division 240, il n' y a plus de mouillage réglementaire long comme ci et constitué comme ça : la réglementation demande "une ligne de mouillage appropriée" à définir par le chef de bord sous sa responsabilité

25 fév. 2011
0

PENDUICK n'en avaient pas.
PEN DUICK VI et PEN DUICK III n'était pas équipé de guindeaux, il y a encore 10 ans! Cela équipait l'équipage.

Plus sérieusement, il est plus formateur de ne pas en avoir en école de croisière. Et quand on en a "ch..." pour remonter l'ancre, on se souvient pour la vie de l'erreur commise.

Quand au poids de la chaine, ce qui est important, est qu'il soit centré. Pour cela, les bailles à mouillages sont aberrantes.

25 fév. 2011
0

Hummmm
jeune, je remontais mon mouillage complètement à la main jusqu'à 20 Kts de vent après avoir hissé la GV puis départ à la voile.
Ensuite, je le faisais jusqu'à 15 Kts de vent, puis de plus en plus difficilement.
Aujourd'hui, avec un tout p'tit bateau, j'arrive encore par 25 Kts de vent, en prenant mon temps, avec un taquet bien placé pour pouvoir me reposer un peu en cours de relevage.

25 fév. 2011
0

Maintenant
j'ai quatre bras, mais la force comme l'énergie s'amenuisent.....C'est le problème des blondes sans doute :-)

25 fév. 2011
0

ah la mémoire !
j'ai passé une semaine sur un Dufour 30 de la base de Paimpol, c'est marrant je ne me souvient pas d'un truc aussi lourd.
Et pourtant nous avons du tout balancer en urgence à port blanc pour arrêter le bateau lancé en marche arrière, inverseur en vrac au mauvais moment...même en mouillage forain je ne me souvient pas que cela soit galère.
De toute façon mouiller l'ancre à la mano c'est chiant sale et pas pratique.

Et puis depuis le temps que on nous le répète, le maitre mots c'est L'ANTICIPATION, donc un bon skipper il vérifie son mouillage et il fait en fonction de son équipage...donc au Glénans encore plus simplement qu'ailleurs, tu le changes avant de partir.

25 fév. 2011
0

A une époque...
pas très lointaine, la plus part d'entre nous ont relevé les mouillages à la main, j'en ai connu ou c'était les NANAS de corvée, c'est une bonne formation, en plus la plus part du temps c'était à la voile.

25 fév. 2011
0

Je croyais qu'avec
l'âge on prenais de la force dans les avant Bras. Léo

25 fév. 2011
0

50 m de chaine
a toujours été la politique des Glénans. Et avec obligation de tout mouiller à chaque fois.
Les bateaux naviguent la majorité du temps en escadre....dans un lieu de mouillage tout le monde (des glénans) évite de la même manière.

Pour relever le mouillage...l'union fais la force. Sur un bateau de 10m, il y a normalement au moins 6 à 8 personnes dessus.

C'était comme ça à l'époque....et sans moteur, ce qui fait aussi pas mal réfléchir à l'endroit où tu mouille et anticipation de la météo pour la durée du mouillage.

Mais bon....ça a surement changer.

Sur mon bateau, le mouillage léger est en 10.... on le remonte à 2, à la main. C'est physique mais ça fait faire un peu d'exercice.

25 fév. 2011
0

Tu n'as pas tort mais est-ce toujours possible
Naviguant en famille sur un bateau sans guindeau, le fait de relever seul le mouillage de 25 m de chaîne de 8 et une ancre de 14 kg est la limite de mes possibilités physiques... Et encore, après mon corps me rappelle violemment que j'ai fleurter avec sa zone rouge. Et je n'ai que la quarantaine (Certes, je ne suis pas à proprement parler sportif ou athlétique !)

Donc que fera un plaisancier qui, après le bon apprentissage de son stage, équipera son fier destrier de 20 kg d'ancre et 50 m de chaîne de 10. Il ne mouillera qu'une fois ... avant de courir s'acheter un guindeau, des câbles gros comme le pouce et une batterie supplémentaire (bonjour le poids et le décentrage des charges !). Enfin, le jour où son guindeau lache pour une raison où l'autre, il sera en difficulté car incapable de gérer seul une ancre et une chaîne trop lourde et en même temps le reste du bateau.

C'est peut-être adapté aux Glénans qui ont toujours des bras en trop à bord mais pas au plaisancier moyen.

25 fév. 2011
0

"définir par le chef de bord sous sa responsabilité"
est certainement à mettre en // avec ce qui a été dit dans ce fil

"Il faut également garder à l'esprit que les équipages (chefs de bord compris) peuvent ne pas être très expérimentés ....."

25 fév. 2011
0

Ne pas oublier
de s'aider du moteur pour ne pas avoir à haler le bateau contre vents et marées. Il ne restera qu'une vingtaine de mètres de muillage à remonter. OK c'est un exercice qui donne chaud mais te donne la forme pour le reste de la journée.
Mon boat n'a pas de guindeau, tout à la main.
Navicalement.
André

25 fév. 2011
0

Chacun fait et pense ce qu'il veut...
En matière de mouillage, il y a autant de religions différente que de bateaux.
De plus, en quoi est-ce comparable de mouiller en med par 20 m de fond de roches ou de sable dur soumis au vents changeant et mouiller dans les deltas et rivières de la mer du nord par 3-4 m de fond dans de la vase très molle. D'autre part entre ces deux situations, on mouille plus fréquemment en med qu'en mer du nord où les abris naturel sont rares.

Les comparaisons entre les différents types de mouillages n'ont pas de sens sauf pour les très rares qui sont amenés à naviguer dans tous les types de bassin.

Ceci étant, pour rester dans le fil du sujet, j'aimerai quand même savoir combien de fois les 30 pieds des Glénans ont pu déraper avec une ancra de 20 kg, plus ou moins 20 de chaîne de 8 et du cablot. ça ne doit pas être souvent. Pour ce qui est de la rupture du mouillage, j'imagine que ça n'a pas dû leur arriver du tout.
Ceci me fait douter de la pertinence d'augmenter encore le poids du mouillage.

Enfin (et ceci mon opinion sur la chose), c'est encore une démonstration de l'extrêmisme de cette école de voile qui, si elle inculque de belles valeurs, s'éloigne de plus en plus de la réalité de la plaisance. En effet, après s'être fait bourrer le crâne de telles normes, comment un ancien stagiaire pourra-t-il se sentir en sécurité sur le premier bateau de location venu équipé d'une ligne de mouillage peut être un peu juste dans l'absolu mais déjà surdimensionnée pour le programme de sa croisière.
Autre aspect des choses, un bateau qui plantera des pieux au rythme d'une belle balançoire parce qu'il a 150 kg dans le nez est-il plus sûr que celui qui sera moins soumis au tangage parce que son mouillage ne fait que 50 kg ? Posé autrement on peut dire que l'équipage dans le premier cas sera rapidement épuisé et va se traîner (au point éventuellement de rater sa marée pour rentrer à l'abri convoiter) alors que le second va mettre une ou deux heures de moins et sera plus frais.
C'est personnellement ce que je reproche à cette école de voile, c'est, au nom d'une certaine vision de la sécurité, de rester cramponnée à l'époque où la plaisance se faisait sur "des bateaux d'hommes" (avec plus de winches que d'éuipiers...), humides, lents, ... menés par des plaisanciers plus proches du loup de mer voulant se lancer le défi de vivre "à la dure" alors que l'essentiel de la plaisance aujourd'hui est fait de bateaux de famille, menés avec femme et enfants, sur des bateaux plus tolérants, plus simples à manoeuvrer et la plupart du temps plus rapides (Je n'ai pas dit que c'était nécessairement mieux ou plus glorieux).

Je sais que mon opinion n'est pas politiquement correcte car elle critique une institution élevée à un rang biblique que seuls quelques hérétiques (comme moi ?) s'aventurent à critiquer même si je reconnais que les Glénans font du bon travail globalement.

25 fév. 2011
0

planter des pieux au près!!!
une solution justement, à cette allure, c'est de mettre le bateau un maximum sur le nez, donc de mettre le plus de poids à l'avant pour mieux passer les vagues en tenant son cap.

Le mouillage lourd est un avantage dans ce cas.

25 fév. 2011
0

Non au contraire au prés il faut charger l avant
Nous disons exactement le contraire , rlis mon post :-D

25 fév. 2011
0

Ah ?
C'est donc que tu es très sur de toi...

Et pourtant je pense que tu devrais essayer, comme ça pour voir...bien trop sur de toi...

25 fév. 2011
0

Au près tu
Priviligies la vitesse ou le cap?

26 fév. 2011
0

Je confirme : pas trop de poids sur l'avant au près
J'avais un jour trouvé avant de partir que ma flottaison avait une drôle de tête (l'arrière était plus enfoncé que l'avant). Me disant que ça allait s'aggraver avec mon poids (pourtant pas terrible) dans le cockpit, j'avais équilibré en chargeant légèrement plus l'avant.

Quelle erreur ! Le bateau ralentissait sur chaque vague et je me prenais une bonne quantité d'embruns à chaque fois.

J'ai pu vérifier (avant et après) que même sur des creux de 2-3m le bateau ne semble pas ralentir avec le "fret" centré ou en arrière (large), il "monte" sur la vague et glisse presque sans ralentir.

Ce ralentissement sur les vagues me cause aussi un léger mal de mer au bout de quelques heures dans le cockpit, alors qu'habituellement je peux lire un journal à l'intérieur.

Serait-ce différent sur des bateaux à forme spéciale ? Avec une étrave brise lames par exemple ? Ou pointus de l'arrière ?

26 fév. 2011
0

Pour commencer une petite vidéo
sur l'utilisation des ballastes

25 fév. 2011
0

C'est d'ailleurs pour ça
que dans les bateaux les plus affuté, on veille au centrage des poids...

Les mouvements inertiels d'un bateau impliquent qu'une distribution des poids aux extrêmités renforce le tangage. Donc, il faut surtout éviter de charger trop l'avant. A l'arrière la chose est moins sensible surtout sur des carène modernes où les formes AR sont très portante.

25 fév. 2011
0

J'avais bien lù
j'écrivais au second degré

amicalement

25 fév. 2011
0

Je ne suis pas aussi sûr de moi
... mais j'ai essayé et, sur mon bateau, ça marche beaucoup mieux depuis que je l'ai allégé de 50 kg sur l'avant.
C'est plus rapide et plus confortable.
Il tape deux fois moins qu'avant.
Mais peut être ai-je tort ?

25 fév. 2011
0

Les deux
je regarde le VMG en essayant de faire souffrir le moins possible l'équipage et le matériel

26 fév. 2011
0

Brufan, mica 971 et si
c'était une personne du centre d'entraînement national pour la course au large qui vous le disait, continueriez vous à affirmer le contraire?

25 fév. 2011
0

Mon mouillage
Il n'y a pas d'erreur, mon mouillage principal, a poste, pour mon tri, c'est une ancre de 20 kgs standart d'époque, puis 30 ml de chaine de 8 et puis 11 ml de 10. Pourquoi, le poids en bout de ligne de 8, quand le boat tire, il faut d'abord qu'il lève cette partie lourde. Et puis, quand je relève le mouillage, dans un 1èr temps, je relève le cablot et le 10 mm, j'enlève la housse de gv, je retourne remonté la moitié des 15 ml, vais démarrer le moteur, remonte a décrocher, puis embraye le moteur et finis de remonter le mouillage.

25 fév. 2011
0

VDLFANCH
l'équipage n'a pas à s'adapter, pour la simple et bonne raison, c'est qu'il reçoit des stagiaires, donc équipage différent a chaque sortie ou stage. Ce qui n'est pas le cas de ton voilier, que tu peux équiper, soit dans les règles de l'ancienne réglementation (cas de ma question), soit a la règle d'aujourd'hui, soit en surdimensionnant ton mouillage (mon cas, et je suis pas le seul). Moi, je pense, et je ne discute pas le changement de ligne de mouillage, que le fait de rajouter 100 kgs sans changer le mode de relevage, eut poser problème. La preuve, dans le cas concret que je vous site, 2 filles (femmes, je ne connais pas l'age, mais en bonne condition physique), n'ont pas réussi, et le temps total de remonter du mouillage et de 45 mn, ne part -on pas dans ce cas sur les rotules, surtout avec un bms au cul ?? Même a 25/30 ans..

25 fév. 2011
0

seulement
2 personnes sur un bateau de 10m....avec une des deux personnes responsable du bateau qui mouille 45 m de chaine de 10 alors qu'un BMS est en cour.

Ils font vraiment les cons à Paris !!!! :-)

25 fév. 2011
0

je ne vois pas
ou tu veux en venir...
bon et bien maintenant tu le sais que deux femmes ne peuvent pas remonter ce mouillage...
dans ce cas tu y vas toi même le remonter au lieu d'attendre 45 minutes.
En plus ton équipage et ton mouillage tu ne les découvre pas une fois en mer...
le mouillage c'est comme les niveaux de gazoil d'eau d'ampère cela se vérifie avant de partir

non je ne comprends pas tu veux des réponses de gens expérimentés c'est tout juste si il ne faut pas envoyer son CV...
Et tu pauses des questions de novices :reflechi:

25 fév. 2011
0

Bon
Contribution réservé aux marins expérimentés"

sans doute pas assez expérimenté pour répondre, mais qu'importe, si le crime du "hors sujet" est puni ici, celui de l'incompétence ne l'est pas....

"Les personnes qui répondront, devront me communiquer leurs expériences maritimes personnelles"

Je garde mon CV pour d'éventuels employeurs, si tu as une offre...

Pour revenir, à ce que je pense être le "corps du sujet":cheri:, ne serait il pas une bonne idée de limiter la taille des bateaux aux capacités de chaque équipage à remonter le mouillage?

Ainsi les p'tits vieux auraient des barques, les femmes des bouées canards, elle n'auraient qu'à lever les pieds pour lever l'ancre (grâce à Archimède il ne devrait pas y avoir de limite d'âge...), les jeunes fringants auront le droit au 10m, les riches pourront multiplier le nombre d'équipiers, résolvant les soucis de chômage en France....

25 fév. 2011
0

il y a plusieurs choses

le Glenans naviguent en Atlantique ,Manche dans des zones peut profondent .

lorsque l'on mouille on le fait avec un maxi de 10m /15m d'eau à marée haute ..ce qui ne fait pas un poids énorme à lever 10m de chaine de 10 çà fait 22 KG ...au moment du decollement de l'ancre on a 22kg de chaine plus 16kg d'ancre ce qui fait 38,40 kg ...et ça dans des cas extreme mettons 50 kg ...c'est donc faisable sans trop de probleme...

perso j'ai une chaine de 10 de 40ml,une ancre de 16 kg et jusqu'à ce jour je n'ai guere utilisé mon guindeau manuel car je vais à la main dix fois plus vite ..il faut simplement etre bien calé et avoir des gants..

josé

25 fév. 2011
0

calypso ! il y a des glénan en med !!!
demande a jp ..........

25 fév. 2011
0

ajoutes-y quand même
1. un peu de traction sur l'ancre par le bateau
2. quelques kg de vase, algues et autres
3. les frottements énormes sur le davier...

Et même, arracher 40 à 50 kg à la main est objectivement une limite pour la plupart des plaisanciers (sans parler de l'âge croissant des équipages).
Faut-il rappeler que dans le secteur du BTP on essaie de bânir les sacs de 40 kg au profit de sacs de 25 kg.
Même si c'est dur à admettre, nous avons tous nos limites et pour la plupart nous ne sommes ni des forçats ni des athlètes mais simplement des terriens dont le loisir est la plaisance.

25 fév. 2011
0

j'ajouterais bien que quand tu as les deux mains aggrippées
sur la chaine en traction, le principe de la troisième main pour se garder est bien mal en point, et que l'équilibre sur la plage avant d'un bateau qui tangue et/ou roule est bien précaire......autrement dit, se passer d'un guindeau, c'est pas vraiment sécurité, surtout quand le chef de bord, responsable du mouillage, est inexpérimenté et collé à sa barre

25 fév. 2011
0

Excuse, je précise
Sur le bateau, il y avait un chef de bord et 4 stagiaire, dont 3 filles, deux ont essayer et non pas réussi. Le garçon y a été, est a réussi, seul. Le temps total, d'après mes estimation (au vu du livre de bord) est de 45 mn, ce qui me parait extrêmement long. Mais je ne me suis jamais chronométré. a noter que le chef de bord est resté a la barre. Mon avis perso, c'est que dans ce cas, mouillage agité, vent 6 a 7 de terre, stress (un autre bateau a dérapé le matin), le chef de bord aurait du avec l'autre homme remonté le mouillage et demandé aux filles de barrer, gérer le moteur, voir même une au pied de mat pour transmettre les ordres. Quand pensez-vous ?
PS: Clarivoile, pas sur de l'ortho, je compte sur toi pour la grue de LR.
PS bis: je demande des 'cv', juste pour éviter les plaisanciers du dimanche (je n'ai rien contre eux, mais je souhaite des conseils avisés = expérience et vécut).

25 fév. 2011
0

Ahhh !!!!
Un chef de bord costaud !!! mais pas très intelligent....
J'espère qu'il s'est mis torse nu !!!

25 fév. 2011
0

Non ..
il est resté à la barre pour éviter de taper un autre bateau( le chez de bord maitrise mieux barre + moteur) . Gars ou fille devant pour relever pas de Pb. Il faut juste qu'un équipier de devant à l'étrave communique par geste ou se trouve la chaîne pour que le barreur monte sur la chaîne au moteur.

A+ DIAMBA
PS: voir ma réponse plus haut.

PS: Glénans UCPA ..etc ou marin Mr tout le monde : Cela peut arriver a tout le monde.

25 fév. 2011
0

Mais Captainjas, c'est quoi, ton problème
Tu veux faire un procès aux Glénans parce que deux filles n'ont pas pu remonter un mouilage parce que le voilier n'avait pas de guindeau ?

Pourquoi tu veux notre CV ? Tu as besoin d'experts ?

Tu auras, comme cela a été dit, autant de règles concernant le mouillage que de bateau.

Perso, pour un cata de 35' et de 3 tonnes, j'utilise depuis 22 ans un ancre de 12 kg (une Brittany au début, une Kobra II maintenant), 10 m de chaine de 8mm et une pate d'oie de 7 mètres.

Je ne dis pas pour autant que c'est la seule solution, ni même la meilleure. C'est la mienne et elle me convient.

Je n'ai pas de guindeau.

Dans le cas cité, je ne pense pas qu'il n'y avais que les deux filles à bord. Et je suis aussi d'avis qu'un bateau école ne doit pas être suréquipé. Ne pas avoir de guindeau incite effectivemetn à réfléchir avant de mouiller par grand fond.

Il y a, enfin, peut être une petite confusion. Es tu certain que les Glénans sont "un organisme de sortie en mer" ?

Jacques

Jacques

25 fév. 2011
0

pardon j'avais mal lu...
5 personnes à bord.
1 seule pour relever le mouillage, 1 à la barre et au moteur, que font les 3 autres???

C'est vrai que partir d'un mouillage avec un vent de terre ça fait flipper....on à vite fait de se retrouver au large !!!

Mais qu'est ce qu'ils foute à Paris à prendre des décisions pareilles ???

:-)

25 fév. 2011
0

Sur BM
2,5T, j'ai une Delta de 10 Kg, 10m de chaîne de 8 puis 30 m de câblot lesté. ça a l'air de tenir

25 fév. 2011
0

Et M*** ...!
Zut et flûte,

je me suis encore tapé la lecture d'un fil à partir d'un titre exagéré.

Oser intituler "Pan Pan" un fil à partir des humeurs et billevesées d'un prétendu(*) marin, c'est un peu fort !

Si la "Contribution est réservé_ aux marins expérimentés" (sic), je vais finir par demander que l'ouverture d'un fil soit réservée à des contributeurs expérimentés.

Ce fil pouvait s'intituler "Questions sur le mouillage réglementaire" ou autre, mais "pan-pan" en majuscules, c'est pousser le bouchon un peu loin.

() N.B.: le terme "prétendu" n'est pas un jugement de valeurs, juste une indication que l'on peut affirmer n'importe quoi dans sa fiche. Et, accessoirement, que l'humilité se retrouve généralement chez les *vrais marins...

25 fév. 2011
0

Humilité
chez les vrais marins, même pas vraie, pure affirmation, auto-proclamation.

J'en connais des vrais, des bons, bouffis d'orgueil...

Comme si il existait une équivalence systématique entre la valeur du marin et les qualités morales...c'est n'importe quoi ça!

je connais des gros cons suffisants excellents marins.

25 fév. 2011
0

Cela n'a rien a voir avec Paname
Pour répondre, 2 équipières fatiguées d'avoir essayer, combien de temps ?? Le chef de bord, donc 45 mn dans le cokpit (sous réserve), une fille disons en stand-by, je sais pas ou (a la carte, pour pas faire blaireau), et le dernier qui relève le mouillage. Départ sous gv au bas ris, cap au N avec vent de NO (bms en cours, entre Sardaigne et Corse ??), appuyé au moteur, a priori, puis-ce-qu'il tourne. Je ne connais pas le coin (bateau au mouillage de porto puddu (carte du mouillage, mais de la route depuis le début du stage, jusqu'au port d'arrivée). Une fois le mouillage relevé, une fille a refusée de barrer(estimant ne pas maîtriser la chose), c'est le garçon (fatigué? stressé du bms ?), qui prends la barre. Il y a un changement de cap, lequel ? Pas mentionné, mais le bateau abat sur tribord, pour longer la cote, il y a empannage et un blessé (le barreur), on me demande mon avis, les Glénans étant très peu classe...Pour le procès, c'est en cours...

25 fév. 2011
0

Ca conforte
les dires de JP....une belle manœuvre de ce qu'il ne faut pas faire.

Pour ce qu'y est du changement de mouillage, le siège est à Paris. Les décisions sont donc voté la bàs.

Je crois que cette histoire n'a vraiment rien à voir avec la taille de la chaine.

25 fév. 2011
0

Si on te demande ton avis
de façon informelle, dans une discussion entre amis, ok, mais si on te le demande en tant qu'expert, dans le cadre du procès en cours, c'est pas très indiqué de le faire sur un forum public...

25 fév. 2011
0

Causes à effets
Bon c'est un accident pendant un empannage, le barreur c'est pris la bôme dans la tête.

Je ne vois pas bien le rapport avec le mouillage!

Plus une erreur de barre en voulant se mettre au portant, qu'autre chose.

Enfin être à la barre, franche très certainement, et se mettre la bôme , tout seul comme un grand, dans la gueule, il faut le vouloir, faut déjà être debout ou géant et ne pas regarder devant soi.

Bon autrement la météo du jour c'est facile à retrouver çà.

Avant de juger il faut un minimum enquêter non?

A quel titre les Glénans te demande une expertise???

25 fév. 2011
0

ERENDIL ET ODYSSEY
Erendil, je doute que ton ancre et ta chaine de 8 mm SANS cablot suffise a tenir ton bateau ? A moins que la patte d'oie!!!!!!!
Pour Odyssey, relis mon cv si tu veux, mais surtout cette contribution. Je ne juge personne, je veux des avis expérimentés. Pourquoi, par-ce-que justement ca c'est terminé par un PAN-PAN avec un gus dans le coma, si tu veux son tel, pour le réconforter, n'hésite pas a me contacter.

25 fév. 2011
0

Captain
Tu as le droit de douter, c'est pourtant le seul mouillage que j'utilise depuis 22 ans.

Quand il a commencé a déraper avec la Brittany, qui était usée jusqu'à la corde, j'ai acheté la Kobra.

Je mouille toujours dans moins de 5 m de fond, et quasi toujours dans 1 ou 2 mètres d'eau.

J'ai renforcé plusieurs fois ce mouillage avec un bete grapin de rien du tout que j'enterre dans le sable sec avec un bois flotté en travers des griffes. J'ai tenu comme cela 32 nd au mouillage à Santa Manza pendant 3 jours, par exemple.

Je passe une quarantaine de nuit au mouillage chaque année.

Encore une fois, je ne dis pas que j'ai raison, mais que cela me convient.

Jacques

25 fév. 2011
0

Cause à effet...
Je ne suis pas très sur que les relations de cause à effet fonctionnent ainsi...

25 fév. 2011
0

bin justement...
le PAN-PAN, ce n'est sur un forum qu'il fallait le lancer..

Et si le début de ta contribution ([i]manifestement, on se tutoie ![/i] :tesur:), avait été un peu différent, et surtout plus explicite, le fil n'aurait pas tiré en longueur...

Dommage, cela aurait pu être instructif.

Mais bon, rien de grave, c'est un forum, tu t'y habitueras.
(quant à relire le cv, bof, non merci, il a été validé par qui ?)

25 fév. 2011
0

OK, Erendil
vu les fonds, c'est sur. Moi je mouille par 6 a 8 ml.
A l'origine, sur le tri, ancre alu de 10 kgs et 30 ml de chaine et cablot. Le vendeur me dit pas de soucis, ça a jamais dérapé.
J'ai mouillé 2 fois avec cette ligne (Gib et Portimao, F 4/5, pas d'anémomètre), bilan 2 dérapages, alors j'ai mis l'ancre 20 kgs galva type Dantford et un pote m'a filé 11 ml de 10, depuis, plus de soucis.
En ce moment je mouille avec un 1ml d'eau, j'ai une ancre sans chaine, vu l'angle de tire, ça tient, mais je veux pas de Xynthia, pour vérifier... J'ai donné avec la dépression tropicale Hortensia. Comme le titre d'un livre 'one since enough -pas sur de l'ortho, ''une fois suffit''.
Pour les cv, je veux de l'expérience, en bon père de famille, en marin prudent et responsable (mon cas, j'espère).

25 fév. 2011
0

en fait PAN PAN
ne concerne nullement un problème de ligne de mouillage mais un empannage aux conséquences tragiques car probablement pas ou mal controlé.
Effectivement quand cela empanne brusquement lorsque le vent souffle, il vaut mieux plonger au fond du cockpit sinon gare aux têtes qui dépassent. Je ne compte plus le nombre de bosses pour avoir insuffisamment baissé la tête ou pas assez rapidement.
Se rappeler que la navigation à voile est un sport à risques même si l'on peut les limiter.
Le risque zéro n'existera jamais.
Navicalement
André

25 fév. 2011
0

NON
je mets pan-pan, pour le mouillage.
Je pense que dejà ça démarre mal, ou montre 'l'ambiance' a bord.
Je ne suis pas contre le skipper a la barre, a ne pas faire d'effort (en course en équipage, le skipper est hors quart). Pour être dispo et en bonne forme pour barrer, par exemple. Perso, avec des équipiers, je suis hors quart la nuit, mais on peux on doit m'appeler, suis donc dispo pour le barreur (voiles,autres navires, etc), en échange le jour, je barre bcp. La semaine dernière, je fais, en solo, Yeu-Belle-ile, mer croisé, pilote n'arrive pas a tenir le bateau, GV et foc de route, F3/4, au pif, le seul fait d'envoyer des textos, plusieurs empannages, des fois a attraper l'écoute pour amortir le choc, des fois pas, mais bien a l'arrière sans aucun danger pour moi,. Juste me dire, que quelque chose peux/va lâcher (vit--de-mulet, déchirure gv, manille textile de palan, etc). Pour l'empannage accidentel, je balancerai un MAYDAY

25 fév. 2011
0

allez Captainjas
dis nous la vérité tu fais partie de la famille du blessé, vous attaquez les Glénans et vous cherchez des billes pour votre dossier hein dis moi que j'ai raison

Allez captain retire ta fausse barbe n'avance plus masqué...

:-p

25 fév. 2011
0

j'ai connu un problème similaire
fracture du nez d'un équipier par la bome d'un bateau école arrivant vent de bout au mouillage par fort vent, avec chute à la mer.

Cet accident pendant un stage de voile a été pris en charge par l'assurance.

les conséquences étaient graves, le blessé pilote de ligne est resté un certain temps avant de pouvoir retravailler;

je ne vois pas la necessité d'un procès......

25 fév. 2011
0

Etrange histoire.
Bonjour Captainjas,

La formulation de ton fil me semble confuse. Peux tu me communiquer en MP les circonstances précises de ce qui semble avoir conduit à un accident. En me précisant bien la date de début du stage, la dénomination du stage. La date, heure et lieu de l'accident.

Cordialement

25 fév. 2011
0

Expérience perso
Ben perso j'ai suivi ce qui est écrit dans le cours des glénans, 3 fois la hauteur d'eau de chaine et il vaut mieux de la chaine que du poids d'ancre. Moralité, cata de 6T avec le fardage qui va avec, j'ai une ancre de 16kg et 30ml de chaine de 10 et je n'ai jamais dérapé même par force 8 (annoncé MF). Cependant je mouille plus de longueur par fort vent ou je me rapproche du bord (donc 5 fois la hauteur d'eau à marée haute), je fais attention à ce qu'il y a au fond.
Par contre combien de fois l'été je vois monsieur à l'arrière aux commandes moteur (à l'aise) et madame en train de s'échigner sur la chaine ! ou encore des gens essayer de remonter une ancre sans gants (on a beaucoup plus de force avec des gants à mon avis et on risque moins de se blesser) !

25 fév. 2011
0

Bonjour Captainjas
Si je navigue aujourd’hui c’est grâce à la vénérable institution qui a su me transmettre l’expérience des anciens. J’y ai fait 4 stages de croisières en Atlantique et en Manche.
La philosophie de cette école est la navigation par (presque) tous temps.
Ce n’est pas un centre de loisirs pour ballade en voiliers et bronzette.
Si la personne « la plus compétente » du bord (le CdB) réalise toutes les manœuvres comme en solo, les stagiaires n’apprendront rien et ne sauront pas naviguer.
Le rôle du CdB est d’expliquer le manœuvre, de la faire réaliser et ensuite, si l’environnement climatique le permet, commentaire sur la manœuvre, réussie ou cafouilleuse.
Malheureusement les manœuvres de la seconde catégorie sont les plus nombreuses. Il faut bien apprendre.
Navicalement
André

25 fév. 2011
0

Organisation manoeuvre
si je ne me trompe, tu annonces 3 équipières + 1 équipier + le chef de bord.
Pour moi j'aurai mis l'équipier + le chef de bord + 2 équipières à remonter le mouillage et la dernière à la barre à aider avec le moteur.
Quand je navigue seul avec ma femme c'est moi au mouillage ( le plus costaud ) et elle à la barre.

25 fév. 2011
0

Y'a trois ans
je me suis trouvé sur un Elan 31 des Glénan-Paimpol,mouillage de quelques heures à Bréhat par vent faible (2 à peu près). Le vent monte à 4, départ. Impossible de relever le mouillage à plus de deux vu l'étroitesse de la plage avant, ni de tirer à deux dans l'axe pour l'efficacité. Donc position couchée sur le dos côte à côte, talons plus ou moins bien calés dans le rail de fargue, à crocher la chaine de toutes nos forces,mais pas dans l'axe.Malgré cette position "optimale", pendant 5 minutes (c'est long)on a remonté péniblement quelques mètres,avant que le CDB décide d'embrayer...Je ne vois pas l'intérêt pédagogique de se faire ch... comme ça, faute de guindeau même mécanique. Ou alors, pas besoin de winchs non plus pour border les voiles, ça tremperait les caractères.Perso, skipper de plus grosses unités, j'ai toujours été content qu'un relevage de mouillage se fasse le plus vite possible et en tout cas dans un délai prévisible grâce à un guindeau, comme toute manoeuvre à proximité de la terre et d'autres bateaux.

25 fév. 2011
0

pourquoi
ne pouviez vous pas tirer à deux l'un derrière l'autre?

25 fév. 2011
0

dans tout les cas , impérativement :
des chaussures et des gants (les meilleurs gants: les chinois a trois francs quatre sous ,ils restent dans la baille et on les change sans regret )

25 fév. 2011
0

car
ça n'aurait pas permis la position couchée sur le dos, pieds calés,qui nous permettait au moins que la chaine ne nous file pas entre les doigts dans les conditions du moment.

26 fév. 2011
0

Pédagogie sans épuisement ou blessure
D'accord pour considérer que le stagiaire doit être polyvalent et savoir relever un mouillage standard sans guindeau, mais est-ce nécessaire de le faire avec un bateau de 10m et 150kg dans l'eau ?

Quant à l'exemple des 2 femmes et de l'homme elles ont peut-être demandé du renfort (disponible) et le macho a montré qu'il était un "vrai marin" capable de remonter la ligne seul, quitte à s'esquinter le dos au passage. L'appui au moteur n'était peut-être pas le même non plus. En tout cas au départ 3 équipiers devaient être KO, ce qui n'est pas l'idéal et a pu favoriser l'accident suivant.

En pareille situation, les 5 auraient pu remonter la majorité de la longueur avant d'arracher l'ancre au moteur, non ?

Avant l'achat de mon bateau ça me stressait beaucoup ces histoires de tenue d'ancre. Étant par mon métier plutôt scientifique et sceptique, j'ai lu plein de choses sur le sujet pour me faire une idée, allant des méthodes de superstitieux aux discours sérieux étayés de principes physiques bien démontrés, en étudiant les contradictions.

Quand j'ai eu mon mini, en solitaire, je me suis tellement essoufflé ou fait mal au dos à relever mon mouillage que j'en ai très vite refait un autre complet, allégé de 15kg (passage de 43kg à 28kg), tout en augmentant la surface de l'ancre, en respectant les charges de travail, en augmentant considérablement l'élasticité et en doublant la longueur totale. J'adapte le rapport longueur/hauteur d'eau aux conditions, ça croche beaucoup plus facilement qu'avant et au minimum je force au moteur ou vérifie en plongée. La diminution de poids rend le mouillage manuel facile jusqu'à 5 Bf, je ne quitte pas le mouillage épuisé avant plusieurs heures en solitaire de nuit et ça n'a jamais bougé d'un poil par "beau temps" (jusqu'à 6-7 Bf). Je réserve le "lourd" en sécurité pour le mauvais temps.

25 fév. 2011
0

Enfin, et merci pour ce panpan
J'ai enfin compris pourquoi ils ont du mal à lever le bras pour faire un petit salut les glénans.
Je serai plus compréhensif la prochaine fois.
Et JP aussi sans doute. :-p

25 fév. 2011
0

epok sea
Joli pseudo très bon bateau ;)

(testé la première semaine de son arrivée a paimpol :p )

25 fév. 2011
0

panpan qq
captainjas, marin du lundi, salut et à ne pas te rencontrer dans un mouillage sauvage .
Compte pas sur moi pour venir t'aider .
D'ailleurs t'auras pas besoin puisque tu ne causes qu'aux poilus qui puent des pieds .

Sur mon bateau du dimanche, toute manoeuvre doit pouvoir s'effectuer seul et sans s'épuiser .

Evidemment, je ne fréquente pas les canaux de Patagonie .

20m de chaîne de huit et une ancre de 16kg sont la limite de mes moyens physiques sans l'aide de laz fée électricité .

Quand il y a de la viande, on en est pas à quelques doigts écrasés .

25 fév. 2011
0

+1
"Les personnes qui répondront, devront me communiquer leurs expériences maritimes personnelles. "
Nan!
Na.

25 fév. 2011
0

question bete pour pouvoir repondre au fil...
comment on reduit un CV a moins de 50 k octets ?
Le mien est trop gros, il ne passe pas...

;-)

26 fév. 2011
0

Et si la raison de base,
N'était que financière?
J'entends par là juste proposer une réponse rationnelle sur le "pourquoi qu'ils ont fait ça?"
Ben ils ont une réduction chez leur fournisseur si ils achètent la chaine en très grosse quantité.

Du coup ils ont regardé ce qu'ils avaient comme flotte et ils ont dit:
on va remplacer tous les mouillages qui sont à leur limite d'âge/usage et on va tout commander pareil. Or il se trouve que sur la majorité des bateaux qu'ils possèdent, la chaine de 10 convient bien.
(Ou que les chinois font un prix dessus en ce moment?)
Et c'est aussi pour ça que le câblot passe à la trappe. Pourquoi commander ça en plus alors qu'en chaine identique ça gonfle la commande et donc ça baisse le prix?
Peut importe les cas particuliers, si la loi générale dit que ça passe...
Mais bon s'il faut monter des guindeaux sur certains ça plombe le budget et le but c'était l'économie, non?
:reflechi:

Par contre, comme les autres, pour mon CV, j'hésites...
Déjà parce que c'est à toi de faire le tri dans ce qui est pertinent: Et donc évidemment pas sur la base de qui te le dit.
Et ensuite parce que je n'ai pas encore rencontré grand monde capable de le lire et de me dire en quoi je suis spécialiste.
:heu:

26 fév. 2011
0

suis fatigué moi!
c'est pleins de fautes... :oups:

26 fév. 2011
0

Contribution
je suis toujours surpris par les contributeurs, qui ne sont là que pour critiquer ou être a coté de la demande. Perso, quand je vois une contribution, que je ''n'apprécie pas'', je zape, sans polluer le sujet..
Je ne demande pas de CV mer au sens propre, je veux l'avis du bon père de famille, chef de bord sur voilier de 9 ml, et qui pourrait très bien se trouver a gérer son bateau seul (soit amis incomptents, soit équipage malade) et qui naviguent assez souvent pour avoir rencontrer des situations proches de celle vécue. Et donc, que pense-t-il de ma question.

26 fév. 2011
0

90 posts
avant de baisser d'un ton...bien qu'il reste encore un royal "je veux" ! et vous vous étonnez des réactions !!!!

26 fév. 2011
0

Je n'ai pas répondu....
parce que je ne suis pas père de famille !

Mais je ne suis pas sûr qu'il faille faire de l'école de voile sur les critères d'un "père de famille"....

P.S. : d'ailleurs cette expression dans les contrats d'assurance et autre (même dans la loi) à le don de me crisper particulièrement !

En quoi les "pères de famille" seraient supérieurs pour juger de l'opportunité de telle ou telle décision quel qu'en soit le sujet !

26 fév. 2011
0

Ce qui me gène,
c'est que le post d'entrée de ce fil, laisse entendre que l'on recherche des témoignages pouvant prouver leur sérieux:
C'est très juridique et ça ressemble à une collecte de cas dans la constitution d'un dossier à charge...
Du coup ça ne peut rendre qu'épidermique.

Surtout que, dans les limites de ma compréhension des lois, il me semble que le fait d'embarquer comme chef de bord fait que l'on accepte le bateau armé en l'état et en connaissance de cause.
Et qu' après avoir accepté, on est seul a décider.
Aucun chef de bord extérieur n'est habilité à venir critiquer les choix d'un autre chef de bord.
Les agents de l'état peuvent tout au plus vérifier la présence de ce qui est réglementaire.
Mais la couleur de la chaine...

Donc du coup ce qui reste à discuter c'est uniquement du goûts et des couleurs et je vois mal restreindre la validité des avis sous une condition de...
de quoi d'ailleurs?
Des bonnes moeurs d'un chef de famille?
:tesur:

Donc ce que je pense de ta question:

-Si tu es dans la portabilité juridique, c'est vérifier si l'armement est conforme au règlement point. Hors ça c'est des choix non discutables et non contestables.
Et un accident ne peut être statué comme découlant de ces choix.
Tout au plus tu veux "imager" la scène et l'ambiance pour influencer un juge ou un jury.
Et je ne crois pas que quelqu'un ici veuille être associé à ça...

-Si tu es dans l'avis personnel et la discussion de bout de taverne, mon avis sera le suivant:
"Quoi maintenant faut payer -cher- des stages pour trainer de la chaine aussi grosse à mains nues?
Avant il suffisait d'un bon méfait et le bagne était gratuit!"
:acheval:

26 fév. 2011
0

con - tribution
supplémentaire et ultime .
L'avis du bon père de famille (moi entre autres) qui navigue sur un bateau de plus de 9m et souvent seul, tu l'as eu .

En près de cinquante ans de navigation, je n'ai qu'un seul naufrage à mon actif : au ponton et en mon absence ;-( .

Jusqu'à l'âge de 18 ans, je me suis nourri du manuel des Glénan (le noir, première édition) . Depuis je ne l'ai plus jamais ouvert .

Si je devais m'inspirer de la doctrine des Glénan, à la moindre avarie de barre, je coulerais mon bateau après l'avoir abandonné pour être sur de ne pas rater l'avion du retour .

Dans les marines marchandes et militaires, on mouille en respectant les règles et procédures par ce que on porte un uniforme avec des galons .

Dans la marine de plaisance, on fait comme on veut en essayant d'éviter les erreurs mortelles !

Chacun a ses expériences et ses manies en matière de mouillage . Cela dépend aussi de où on navigue et comment .

Il faut apprendre l'affourchage, l'empennelage et l'art de se barrer pour prendre le large si c'est encore possible .

Faut avoir plusieurs ancres et diverses longueur de chaîne .

Faut apprendre à trimbaler de la chaîne de l'avant à l'arrière et réciproquement .

Faut pas aller se coucher en se disant que ça va tenir .

Faut pas non plus balancer 100kg à la mer sans être capable de les relever .

Tout ça pour dire que ta question témoigne d'une grande inexpérience (à moins que ce ne soit de la naïveté ou de la bêtise) .

Tu sembles pratiquer le multicoque . Penses-tu que les problèmes de mouillage soient les même qu'en monocoque ?

Sur un bi ou trimaran, trimbaler quelques centaines de kilos mal placés ne comporte t-il pas un danger ?

26 fév. 2011
0

ami râle jasse
difficile de répondre a une question peu claire, le barreur qui se prend la barre dans la tronche ne peut s'en prendre qu'à lui même... .

Je navigue depuis 1969, souvent en solo et je fais gaffe, et ne cherche )pas a rendre les autres responsables de mes turpitudes personnelles.
Dans l'enseignement du sport ( suis enseignant BE depuis les années 80) j'ai toujours assuré la pédagogie qui rend les élèves AUTONOMES et capables de s'en sortir seuls. Je sais que cette péda n'est pas comprise par tous

bonne continuation dans la vie :acheval:

0

je navigue aussi en solo
et je ne vois pas ou est le probleme de remonter de la chaine de dix et une ancre de 16 kg a la main!

27 fév. 2011
0

je suis plutôt jeune et plutôt sportif
soulever lourd m'est accessible, et pourtant j'évite.
Pourquoi?
Parce que tous les anciens ouvriers que j'ai vu ont le dos cassé et sont en bien plus mauvaise condition que ceux qui n'ont pas roulés des épaules plus jeune en disant:" j'suis un homme moi, j'peux porter facile!"

Faire du sport oui, forcer jamais.

(et une étoile pour alien pour le pouvoir de l'esprit sur la matière!)
;-)

27 fév. 2011
0

Je crois
que nous ne reverrons jamais ce Monsieur faut pas chercher de raisons, c'est du ressort de la grosse molécule à mon avis...

27 fév. 2011
0

Juste un détail sur la poussée d'Archimède
Dans le post de Sirlot: 'par ailleurs remonter 150kg dans l'eau j'y arrive... poussee d'archimede. '
le poids d'un objet en acier dans l'eau (chaîne, ancre ...) est son poids dans l'air (2,25 kg par m par exemple pour une chaîne de 10 mm) multiplié par 0.87,en raison de la poussée d'Archimède.

(l'acier étant dense (environ 8 kg au décimètre cube) = son volume par unité de poids est faible =&gt la poussée d'Archimède, qui dépend du volume, est faible)
150 kg d'acier dans l'air, c'est 130 kg dans l'eau.
Moi je n'y arriverais pas ;-)

27 fév. 2011
0

Pareil
Pareil que Calypso.

40 m de chaîne de 10 , CQR 35 livres, même age, même gabarit, je relève à la main. Le guindeau manuel ne sert pratiquement jamais. Cela devient naturellement épuisant quand on a mal mouillé et qu'il faut recommencer la manœuvre 3 fois de suite. Mais une fois, pas pb.

Le seul pb, c'est quand on a un mouillage un peu compliqué à remonter : affourchage emmêlé, par exemple. Là, il faut s'y mettre à plusieurs. Mais ça doit être pareil avec un guindeau électrique.

27 fév. 2011
0

ça se fait, oui, mais...
oui 20kg de chaine c'est pas si lourd, mais:
suivant la longueur mouillée on remonte longtemps 20kg pour se finir sur 36kg: derniers 10 mètres de chaine+ ancre...
Et puis 20 kg ça dépend comment tu les soulèves, il faut penser que souvent la position n'est pas pertinente et que l'on tire d'une seule main.
Alors oui le guindeau ne sert qu'à décrocher et pas à lever, et il faut toujours remonter à la main.
Mais rien n'empêche de le faire intelligemment, avec des gants et n'ayant pas à le faire dans la précipitation.
En outre j'ai souvenir d'un mouillage bien plus léger (~15kg) que j'ai relevé d'une main avec l'autre crampée au balcon. Et bien une petite houle que je n'avais pas anticipée m'a démontrée que mon mouillage était moins élastique que mon épaule...
Je suis costaud et ça n'a pas posé véritablement problème, mais derrière ça gâche un peu la balade d'avoir mal juste en attrapant un sachet de thé...

On est d'accord sur le fait que ce n'est pas vraiment lourd, et que la plupart du temps on ne s'en rend pas compte.
Cependant je dis juste que si on peut soulever ou peiner le moins possible, c'est toujours ça de gagné!
(Par exemple en utilisant un mouillage plus léger et en mouillant plus long?)
;-)

Et j'y pense: un davier bien pensé par rapport au mouillage utilisé ça aide aussi! (bon réa, tourne rond, entrée bien ouverte...etc.)

27 fév. 2011
0

Oui, bien sûr
Il faut avoir un guindeau. Mais, d'expérience (en Manche), il ne sert pratiquement jamais, en équipage tout du moins.
Pour arracher l'ancre, un bon bloqueur de chaîne et les vagues font le reste (c'est d'ailleurs, la principale utilisation du guindeau : bloquer la chaîne sur le barbotin avec la botte).

J'envisage évidemment de mettre un guindeau électrique pour mes vieux jours, mais avant, il faut que je change la GV, que je fasse un grand carénage, que je refasse l'installation électrique, etc... Bref très c'est loin d'être une priorité et je m'en passe fort bien jusqu'à maintenant.

27 fév. 2011
0

Je garde un très mauvais souvenir
d'un mouillage le soir devant la plage de Boyardville (Oléron) en fin de journée par mer plate avec une vingtaine d'autres bateaux sur un Kelt 9m dériveur, à 2 avec l'amirauté.

Réveillés à 2/3 heures du mat, le vent s'était levé dans la nuit avec une très forte houle.

Le bateau faisait des bonds de 2/3 mètres à l'avant. Cramponné à la chaîne, trempé, j'ai réellement galéré pour la remonter à la main, j'ai même cru queje n'y arriverai pas.

Donc, remonter son ancre à la main dépend énormément de la taille du bateau et des conditions.

RV

28 fév. 2011
0

correction
je repondais a sailor 54 sur la poussee d'archimede...

28 fév. 2011
0

Tout à fait d'accord
C'est dingue le genre de commentaires qu'on peut lire. Quand on dit "on n'y arrive pas avec de mauvaises conditions", d'autres répondent "on y arrive avec de bonnes conditions" car il n'ont pas encore expérimenté ces difficultés.

Encore ce matin j'ai eu des petites difficultés pour remonter ma ligne de mouillage pourtant légère, à cause des conditions (vent 6 Bf, 8m d'eau, mer du vent au mouillage abrité 20cm, houle croisée 1m, solitaire, bateaux mouillés au vent, quai puis côte 100m sous le vent). Pour remonter le cordage (30m aujourd'hui) c'est simple, j'écarte les jambes, je tire doucement pour haler le bateau, ça se fait très bien. Le moteur au ralenti aide un peu mais ce n'est pas indispensable. Quand j'arrive aux 20m de chaîne c'est une autre histoire : plus d'élasticité, les vagues et les rafales donnent des à-coups susceptibles de vous déboiter une épaule. J'arrête, je reprends, j'arrête, trop dur. J'augmente le moteur, j'essaie même avec la GV à 3 ris un peu choquée et le moteur en légère marche arrière (mon bateau tire des petits bords mais sans percuter ceux de devant). Je reste bloqué à long pic, pas moyen de ramener plus sans me faire mal, les mouvements verticaux sont trop violents. Comme je sens que ça dérape légèrement, je bloque la chaîne et je pars au travers, moteur et voile, je dois ensuite remonter et rentrer le tout sur la plage avant, à 5 noeuds toujours sans foc dans 1m de creux de travers.

C'est déjà difficile avec un petit bateau et un mouillage léger alors avec mon mouillage d'origine ou un plus gros bateau je ne suis pas sûr que j'y arriverais.

Quant à ceux qui relèvent à la main en disant que leur pont ne résisterait pas aux efforts du guindeau, j'éviterais de leur servir d'équipier...

27 fév. 2011
0

le problème
c'est des trucs qui s'appellent :
- devenir vieux
- arthrose
Il est vrai qu'il est plus simple de remplacer l'intelligence par la force .
Mais quand on peut faire triompher l'esprit !

27 fév. 2011
0

quelques faits

je suis encadrant aux glenans.

(1) je suis a peu pres certain que le mouillage du dufour ne fait pas 20kg. au mieux 16 et plutot 14 je pense.
par ailleurs, les bateaux ont en general 30m de ligne de mouillage (pas 50m), et c'est effectivement que de la chaine.
bref, le poids de 150kg annonce est faux, et par ailleurs remonter 150kg dans l'eau j'y arrive... poussee d'archimede.

(2) les nouveaux bateaux sont equipes de guindeaux.

(3) remonter un mouillage par temps correct ne necessite pas un effort extraordinaire si on met le moteur pour remonter a la verticale du mouillage. il est dommage que le moniteur ne l'ait pas fait dans ce cas.

(4) on peut toujours se mettre a deux pour remonter une ancre, l'un derriere l'autre, voire a trois. sur aucun bateau il ne manque de place pour faire ca.

(5) si on est fatigué, on peut se relayer. Les equipages sont nombreux.

(6) bref, je n'ai jamais eu du mal a remonter un mouillage.

Pour ma part, sauf depart a la voile, je remonte au moteur sur l'ancre; et en tant que moniteur je vais aider a remonter et laisse un stagiaire a la barre, sauf situation tres compliquee pour sortir du mouillage.

Cordialement

27 fév. 2011
0

j'avoue que je ne comprends rien
à cette histoire ..

lorsque vous etes au mouillage vous etes dans 4 à 7m d'eau ,lorsque vous remonté votre chaine vous levé au grand ,grand maxi 10m de chaine ...

et 10m de chaine de 10 ça fait 22kg .... excusez moi mais ou est le probleme ...

lorsqu'il y a du vent et bien on met un poil le moteur qui lui fait le boulot ..

enfin pour ma part j'ai de la chaine de 10 une ancre de 16 kg et ça ne m'a jamais posé de grand probleme pour la relevé m^me en solo et pourtant j'ai 62 ans et pése 68kg ...et mon guindeau manuel n'est là que pour arracher mon ancre au cas ou mais n'est pas là pour la remonter ce qui est d'ailleurs encore plus épuissant qu'à la main .
un peut de sport oui et çà fait du bien non ? et la voile n'est-elle pas justement un sport?

josé

27 fév. 2011
0

Lulu2
ouf tu me rassure car à lire les reponses je me demandais si je ne devais pas m'exhiber dans les foires

27 fév. 2011
0

L'erreur est humaine
Tout skipper doit prendre des decisions et est donc a meme d'en prendre des bonnes ou des mauvaises.
L'erreur est humaine, non?
Pourquoi vouloir absolument trouver une erreur de fonctionnement chez les Glenans?
Personnellement, je n'ai jamais ete chez les Glenans, donc je n'ai pas d'avis personnel sur eux.
Tous les voiliers ont un type de mouillage different, donc pourquoi dire que celui des Glenans est mal adapte?
Je pense que toute personne travaillant comme skipper (ou toute autre activite encadrante), realise la responsabilite penale qui pese sur lui.
Personnellement, je me suis retrouve une fois en Croatie sur une ile (Zut), avec un client avec de grandes douleurs. Un medecin italien present sur le ponton nous a dit qu'il y avait un risque de probleme cardiaque. Il n'y avait aucun moyen d'intervention rapide sur l'ile donc j'ai decide de ramener mon client sur le continent avec mon voilier, tout en sachant que si ca allait mal c'est moi qui avait pris cette decision (bon finalement ce n'etait que des calculs renaux :-).

La ou je veux en venir, c'est pourquoi tout tourner en judiciaire?
Ce genre d'erreur je pense qu'on en souffre longtemps, est-ce qu'il y a besoin de plus?
Lord Jim de Conrad...un magnifique livre sur un mauvais choix en mer

Pour en revenir au cas precite, le skipper/chef de bord aurait certainement pu aider les nanas si elles avaient du mal a remonter le mouillage.
Mais pour le coup, c'est au mois les 4/5 e des plaisanciers qui sont fautifs, parce que la plupart du temps je vois un mec a la barre, et sa nana qui courre dans tout les sens...:-)

27 fév. 2011
0

Calyso2 et Lulu2, et le vent ?
En Bretagne nord, on atteint vite 8 - 10 m en raison du marnage: 15-20 kg de chaîne + 16 kg d'ancre = 31-36 kg, c'est tout à fait possible. Mais avec 15 noeuds de vent, il s'y ajoute 20 à 30 kg de forces aérodynamiques; de 51 à 66 kg, moi je n'y arrive pas SEUL. Enfin, ça coince souvent quand il faut libérer l'ancre bien enfouie dans le sable ou la vase. Or c'est souvent le cas quand il y a du vent. Et comme en solitaire, il n'y a personne pour compenser doucement au moteur, le guindeau est obligatoire.

27 fév. 2011
0

oui
si tu relève l'ancre en tas :-D, mais en général, tu relèves le mouillage mètre par mètre...Ce qui fait beaucoup moins!

27 fév. 2011
0

oui
c'est une des raisons de galère sur un petit bateau en équipage réduit ou solitaire, là où il n'y aurait pas de problème sur un gros bien pensé avec le même équipage.

28 fév. 2011
0

oui
bien vu!

je n'y avais jamais pensé.
en fait le truc c'est qu'on a jamais toute la chaine d'un coup a remonter. on a au plus la profondeur + l'ancre.

27 fév. 2011
0

C'est également désespérant
de voir certains entretenir leur force physique sans faire de même pour leur intellect.

Il y a des chiffres et des témoignages sur ce fil...Il suffit de se poser la question: est-ce que je peux toujours (40,60...kg) ?
Ai-je réellement essayé ?
Est-ce que cela PEUT m'arriver: Force 5, clapot ?
Il suffit d'une fois. Les forces du vent et de la mer deviennent vite énormes.
(Un choc en voiture à 40 km, ça coupe l'envie d'essayer à 80 ou 120 km à l'heure...)
A Houat, en août, il y a des années, un médecin a eu la main broyée en essayant de relever son mouillage à la main dans un coup de clapot... Il n'avait jamais imaginé, disait-il ....

28 fév. 2011
0

Temps d'appareillage
Au total 30 à 45mn, je n'ai pas regardé l'heure...

27 fév. 2011
0

discussion de voileux..... un peu rétrogrades ou un peu sectaires
sur un bateau à moteur, le guindeau électrique fait toujours mieux que l'équipage tirant sur la chaine et en appuyant sur un simple bouton à distance, donc sans effort et sans aucun danger pour un investissement minime

je ne connais pas un seul bateau de travail sans guindeau pour remonter la ligne de mouillage

au fait, pourquoi affirmer que le guindeau n'est pas fait pour remonter la ligne de mouillage?????

et le coté "formateur" de l'effort "des autres" sur la chaine de mouillage, c'est du pur matuvu

27 fév. 2011
0

ben...
"pourquoi affirmer que le guindeau n'est pas fait pour remonter la ligne de mouillage?"

Parce que c'est lent et que ça s'use vite sur certains modèles?
Après un guindeau sur un petit bateau, bof... il y a toujours un winch dispo si besoin...
On va dire que c'est aussi une question de goûts et de moyens!
:-D

27 fév. 2011
0

ET
une étoile pour le bon sens de J-P

28 fév. 2011
0

Oui, bien sur...
Le guindeau electrique est plus efficace que les mains ...
Tout comme l'enrouleur electrique de genois est plus facile que le manuel...
Ou comme demarrer le moteur quand il faut tirer des bords, ou par petit temps ...
Ou encore le GPS au lieu des instruments manuels...

...etc..etc...

Le probleme, c'est que ca ne rend pas intelligent !!!

Je m'explique: a la main, tu fais gaffe a ce qui t'entoure, tu regardes...le vent, le courant , le clapot, tu calcules ( la renverse est peut etre dans 10 min ? ).. " s'agit pas de forcer comme un ane..." Un peu de GV aidera ? moteur en avant lente ? oui ? quand ? Halage sur un coffre ? Un bout, des demis-cles sur la chaine et on renvoie au winch ? on parle a l'equipage ..etc..etc...

Ca fait cogiter la veille aussi : " s'agirait pas de se foutre dans un trou a rat avec une bascule cette nuit..."

Ca demande un peu plus de neurones que de presser un bouton, quitte a arracher la moitie du pont ...

Je ne dis pas que c'est la panacee ! Sur un gros bateau, un guindeau, c'est mieux !
Mais dans un bateau-ecole de taille moyenne, vaut mieux apprendre a faire sans, on saura de toute facon faire avec !
Sans aller jusqu'a se luxer les cotes, entendons-nous bien...

Un peu comme quand j'entrainai des gars a la prise de coffre a la voile : on les faisait sans gaffe ( le bout de bois avec un crochet au bout).
Avec cette idee : si tu sais faire sans gaffe, tu saura faire aussi avec ! ( l'inverse n'est pas tout a fait vrai...)
;-)

PS: par chez moi, les pecheurs cotiers n'ont pas de guindeaux... ( z'ont peut etre pas de mouillage non plus, remarque... )

0

merçi
totor ;-)

28 fév. 2011
0

Pêcheurs
Les chalutiers mouillent sur leurs funes en cas de besoin (validé par l'administration).
Les fileyeurs utilisent leur Power-Block.

27 fév. 2011
0

Pour manipuler
un mouillage deux impératifs: bottes + gants de chantier. C'est fou comme une chaîne est agressive pour les doigts et les orteils. Après c'est trop tard. Et bienvenue à la risée yanmar pour soulager l'équipage dans ses efforts.
De toute façon avec une certaine force de vent ou hauteur de vagues cela devient vite le b-----l
avec ou sans guindeau.
Navicalement
André

28 fév. 2011
0

merci, les gars, instructif
je n'ai pas le temps de répondre, mais pour cette question cela n'a rien a voir avec le barreur blessé ultérieurement, pour cela je balancera un mayday, avec des détails. désolé de l'écriture, mais je suis un clavier a écran tactile... A+

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'enfer ou le paradis….

Après la pluie...

  • 4.5 (25)

L'enfer ou le paradis….

mars 2021