Ou installer la survie?

Sur le rouf? au pied du mat?dans un coffre du cockpit? amarré sur la jupe? ou installé sur un support fixé sur le balcon arriere? Merci pour vos conseils.

L'équipage
27 nov. 2006
27 nov. 2006
0

j'aurais tendance à dire
commence par regarder par où tu passerais si tu devais quitter le navire compte tenu de sa forme .

27 nov. 2006
0

chacun son truc
on a opté pour la survie accrochée au balcon ar: un seul équipier la met a l'eau en tirant le verrou.
Toutes les autres solutions , sauf peut etre le coffre de jupe, sont quasi impossibles pour un seul homme, en principe épuisé voire blessé dans un cou dur.
mais pour une nav en équipe, m^me rangé au fond de la cabine, il reste au moins deux costaud en forme..

27 nov. 2006
0

centrage des poids
la mienne ( classe II lourd ) était sur un ber inox articulé sur la tableau arrière.

Problème : sur des carènes anciennes à petit cul avec élancement et faible volume arrière, ça c'est révélé une catastrophe.
Enfoncement significatif à l'arrière, et tendance du bateau à se mettre sur le cul après chaque vague au portant, limitant la vitesse et rendant la barre dure.

J'ai donc placé le radeau sur le rouf, au dessus du centre de gravité. J'ai constaté un net changement de comportement.

27 nov. 2006
0

j'ai essayé
j'ai essayé la "classe 2 lourde en sac" dans son emplacement "prévu pour" coqueron de fond de cocpickt : impossible seul de la décoller du fond en mer avec un peu de gite (forces de frottement). Je l'ai mise en pied de mat : elle me gènait pour les maneuvres de prise de ris et me bouchait la vue. Je l'ai mise sur le roof : elle m'a déformé le panneau de descente et l'empêchait de se fermer correctement. Sur le balcon pas question, au premier gros paquet de mer c'est le balcon qui va partir avec, sans compter, comme dit précédemment que 70kg sur les extrémités par gros temps ce n'est pas terrible. Je l'ai mise sous la table : ça gène pour les pieds, je l'ai mise dans la coursive en face des WC c'était mieux (centrage des poids), mais encombrant quand même. Maintenant elle est sous la couchette arrière. Elle gène toujours un peu mais moins.
Rappel pour ceux qui me disent que je ne peux pas la sortir rapidement et que la sécurité et patati et patata : pas de problème je n'ai pas un cata...
Bon vent à tous

29 nov. 2006
0

Pas besoin d'avoir un cata ......
Imagine: ton moteur prend feu (ça arrive très très souvent).... de grandes flammes qui sortent de la descente .... patati, patata ....

La mettre à l'intérieur, c'est le dernier des trucs à faire, amicalement désolé

27 nov. 2006
0

A l'extérieur...
En fonction de l'espace disponible et des questions de répartition de poids.
Il est certain que la survie fixée à la jupe ou au balcon arrière est la mieux placée pour la mise à l'eau sans effort.
Dans un coffre ou à l'intérieur est à proscrire totalement.
On ne déplace pas comme cela une survie de 70 ou 80kg, même à deux et encore moins dans l'urgence et le stress d'un abandon.
Encore pire pour une navigation en couple, il suffit d'imaginer que l'homme supposé être le plus fort soit blessé. Que fera sa compagne. Certes, périr ensemble est une belle image.
Pour information, je suis chef de bord dans un club qui possède un Sun Légende 41. Lors de l'achat, la survie Cl 2 Lourd 10 places (80kg) était rangée dans un coffre.
Il a été nécessaire de s'y mettre à 3 pendant 15mn pour la sortir... au port.
Pas de commentaire supplémentaire!

28 nov. 2006
0

je suis bien d'accord avec toi, mais
il me semble que quand tu sens le pont descendre sous tes pieds, tu dois pouvoir trouver l'énergie suffisante pour améliorer ton chrono ;-)

amicalement

27 nov. 2006
0

Sur les pieds d'un fonctionnaire des affmars
C'est là où elle sera à sa place et elle ne vous cassera plus les votres de pieds.

Ce bazar complètement inutile (si c'est la mer en furie qui disloque votre esquif qu'espérez vous faire dans une survie ? Récitez plutôt le Dies irae et priez tous que Dieu vous veuille absoudre) m'a vallu une lombalgie sévère et un tintouin pas possible pour la caser quelque part.

Le plus logique a encore été au pied de mât question centre de gravité (nonobstant qu'elle me bouchait la vue), mais le binz que ça a été pour la fixer solidement et qu'elle n'aille pas recta à la baille. Donc berceau en bois, sangle sérieuse + épaulements latéraux en inox.

Tout ça pour constater qu'au bout de son existence administrative (12 ans) elle n'a pas tenue gonflée plus de 2,5 jours. Donc terminé ce bazar doublée d'une belle arnaque (de toute façon je ne navigue pas en France). J'ai une annexe (gonflée, elle) sur des bossoirs, des bidons étanches avec ce qu'il faut pour l'urgence et c'est plus sérieux et sufisant.

28 nov. 2006
0

ne peut on
pour ceux qui ne veulent déséquilibrer leur cher voilier, stocker le poids de la survie là où il est le mieux centré et concevoir un palan associé à un plateau à roulettes qui permet de hisser ou tracter la survie en la roulant par exemple le long de la descente??
De même, on adapte aisément des filières faciles à ouvrir.Que ce soit pour un homme à la mer ou pour la survie, le système rendrait dopuble service: Comment tracter ou hisser un équipier de 80kg incinscient?
Un bato qui devient moins manoeuvrant à cause d' une survie mal centrée , est une hérésie et une survie impossible à mobiliser rapidement également...sachant que s' il y a le feu, seul un voilier concu pour être équilibré avec la survie présente au niveau de la jupe , sera idéal.
Il y a bien un astucieux qui a mis ça au point sur son boat, non?

28 nov. 2006
0

question importante ...
qui a été l'une des raisons de l'achat d'un Etap insubmersible sans radeau de survie.
D'abord, on a un radeau parce que l'on pense que cela peut être utile, il doit donc être utilisable.
Mais alors, où mettre ce radeau ? En éspérant pouvoir vraiment s'en servir ?
Et, en plus, en solo ?
Avec des conditions de mer médiocres, vague ..etc...

Sur mon précedent, bateau, un Daimio, je vois mal comment j'aurais pu m'en servir si le ebsoin s'était fait sentir.
Sur le roof ? J'y crois pas !! Seul il faudrait monter sur le roof, détaché le radeau, le soulever et le jeter par dessus les filières ?

Dans un coffre du cockpit =&gt sans commentaires.

La seule place qui semble utilisable est sur le balcon arrière avec une jupe, ou sur/dans la jupe. Cela suppose un bateau d'une certaine taille qui supporte le poids sur l'arrière et qui a une jupe; un minimum de 35 pieds +/- récent. Un peu grand en solo, où la bonne taille, pour moi, est 25-30 pieds.

CQFD

28 nov. 2006
0

Sur le Daïmio...
... j'avais casé la mienne (classe 4) à l'arrière du cockpit (elle tenait juste) avec un support bois pour que l'eau puisse circuler en dessous.

28 nov. 2006
0

sur le rouf...
à propos de détachement du radeau et de son passage par dessus les fillières, le moyen le plus simple consiste à couper les sangles du radeau et surtoutles filières, qui ne seront plus très utiles une fois le bateau par le fond.

Il faut le coupe cable à portée de main.

Pas besoin de soulever le radeau.

j'espère ne jamais avoir à essayer.

28 nov. 2006
0

non
ma contribution n'était pas hors sujet , c'était juste pour lui monter ou est ma survie .........

30 nov. 2006
0

J'ai mis un peu de temps...
mais j'ai bien ri !!!
T'as raison, rouge , blanche ou rosée,,,elle nous sauve ;-)

28 nov. 2006
0

vrai
que le poids de la survie à l'arriere , c'est peu important sur un 12m 8T , mais sur un petit tonnage, pas idéal.

et merci a captain hook pour ses conseils toujours aussi pertinents: supprimer la survie ,remplacée par l'annexe..
et sans doute remplacer les extincteurs par un seau d'eau, la pharmacie par une bible, etc..

28 nov. 2006
0

et la bible par...
le coran? la thora? le dernier voiles et voiliers ou le guide des glénan? :-)

28 nov. 2006
0

et le moteur
par des voiles...

sinon , c'est vrai que c'est dur à caser ce truc.

sur les bateaux anciens (et petits) qui ont des extremités fines , il doit être centré , donc sur le roof. sinon le bateau risque de trainer de l'eau et de tanguer au près.
mais il a un effet néfaste sur la stabilité et est très exposé , tant aux intempéries qu'aux pieds et fessiers de l'équipage.

je cherche encore la solution.

28 nov. 2006
0

j'ai un très mauvais souvenir
de la survie sur le roof (survie en sac) d'un atlante avec une sagle qui casse la nuit dans un coup de vent au près tant qu'à faire et sans que l'on s'en rende compte

ce fut un vrai bordel pour la remonter alors qu'elle s'était coincée dans les filières (heureusement)

sur spot, un logement est prévu à l'arrière du cockpit, c'est vrai, pour le centrage des poinds c'est pas l'idéal mais on ne l'a pas dans les pieds. au dessus de la survie, un capot amovible permet de l'extraire sans difficultées (pour la riper), mais resterai encore à la soulever pour la balancer par dessus bord et là???

je suppose qu el'énergie du désespoir devrai permettre de faire des merveilles

dans le doute, j'essaie d'éviter de me mettre en situation.

pour la survie au fond d'un coffre, pour moi c'est niet

28 nov. 2006
0

en désespoir de cause
Si on ne peut pas l'extraire de son coffre, même fermée, elle flottera et s'en ira voguer seule après le naufrage !

C'est d'assez mauvais goût comme remarque, j'en convient, mais c'est pourtant bien ce qui est arrivé en Janvier 2000 lors du Naufrage du Maracuja de mon pote.

Le radeau était sanglé sur le pont, et il est arrivé le lendemain sur une plage, toujours fermé.

28 nov. 2006
0

incroyable mais vrai
dans les années 70 en Med, un Sangria - avec des panneaux latéraux fixé comme des pare -brises de voiture à l'époque - est couché par une déferlante, le panneau saute et le bateau se remplit d'eau quasi instantanément.

L'équipage se retrouve donc à barboter seul au milieu !! Ils se voyaient + que mal en point lorsque tout à coup un énorme geyser pas trop loin : la survie en container sous l'effet de l'air enfermé est remonté comme un bouchon de sans doute très loin en profondeur. Le meillleur nageur de l'équipe a piqué le 100 m de sa vie, a percuté l'engin et tout le monde est monté puis ils ont été récupéré par un ferry !!

Alors sur le pont ça peut-être pas mal .... ;-)

28 nov. 200616 juin 2020
0

dans la jupe
le chantier me l'avait fixé à hauteur du balcon arrière. j'ai eu du mal à l'en extraire.
j'ai tout redecendu comme sur la photo, il me reste à placer 2 goupilles pour éjecter l'ensemble en cas d'urgence. ce n'est pas top pour le centrage des poids mais sécurité oblige.

28 nov. 2006
0

Reponse à Barbapoux
Arguments rationnels en réponse à une question provocatrice?: au choix: la survie reste obligatoire, son contrôle régulier aussi même si c'est tous les trois ans, et je suis sûr de mettre moins de temps pour la larguer que de temps à gonfler mon annexe.J'espère seulement ne pas avoir besoin de mettre ce radeau à l'eau un jour.
Bon vent à toi, avec ou sans survie.

28 nov. 2006
0

Même à moins de 10 milles d'un port....
et aussi à 2 milles!
En cas de nécessité réelle d'abandon du bateau, la survie offre le meilleur moyen d'attendre les secours.
Au préalable, il y a naturellement l'appel de détresse par VHF. J'ai en plus une VHF portable pour le cas où celle du bord serait inutilisable et pour pouvoir en disposer à bord de la survie. Plus un GPS, les fusées et tout le bazar.
En Manche et Mer du Nord où je navigue habituellement, il serait surprenant qu'aucun vaivre ne se trouve à portée.
Que se passerait-il à quelques milles de la côte sans radeau de survie? Eh bien on resterait à barboter dans l'eau froide avec un délai de survie plutôt réduit! De plus, comment se signaler (pas de fusées en bandoulière, pas de VHF etc....).
Je considère que, même à moins de 6 milles, il est préférable d'en avoir une. Il est vrai que les rapports de la SNSM que je lis attentivement ne rapportent pas d'abandons de bateaux, de mémoire.
mais il suffit d'une fois et je ne suis pas prêt à prendre le risque.
Le prix de la vie humaine est sans commune mesure avec celui d'une survie!

29 nov. 2006
0

Tu prends un des derniers voiles et voiliers
Tu as le récit d'une famille sur un X440 entre Italie et Corse qui s'est fait percutée de plein fouet par un ferry lancé à 30 nds . Pour les niouzes fraiches.

Le bateau a coulé en quelques minutes (déjà pas mal qu'il n'ait pas été pulvérisé immédiatement). Tout le monde s'est retrouvé dans le radeau. Sur ce coup le ferry s'est arreté, mais ce n'est pas le cas général, et le temps de la récupération aurait fait quelques noyés s'il n'y avait pas eu le radeau.

Un cas pour moi, ça me suffit à justifier l'utilité, même s'il y a l'annexe. Ensuite, la litterature est assez abondante de récits de séjour en radeau plus ou moins prolongé, à toi de chercher.

Tu peux te faire de l'autopersuasion aussi, genre "de toutes façons moi j'aurais pas d'embrouille", comme le gars qui tombe de l'immeuble et qui à chaque étage "jusque là ça va ...."

Mais bien sur, tu restes ton libre arbitre, et si tu trouves qu'une survie est inutile tu peux passer sous pavillon belge ainsi tu feras des économies. Mais si tu la trouves utile, elle doit être à l'extérieur, bien fixée et facilement larguable, avec toi le skipper qui garde ton sang froid pour décider du moment d'abandonner le navire.

Bien sur celui qui a un bateau insummersible peut voir les choses sous un autre angle, il n'en reste pas moins aussi qu'il n'est pas ignifugé donc le risque subsiste.

Rien de personnel, juste pas la même façon de voir les choses et dans l'unique souhait de partager et confronter les points de vue ;-)

28 nov. 2006
0

Dans la jupe...
....si j'en crois vos conseils. C'est là que je vais l'installer. Comme Allegro. Sur un Sun Odyssey 33, ça ne devrait pas changer beaucoup "l'assiette" du canot. Merci à tous pour vos contributions.

28 nov. 2006
0

et si la sécurité c'était de ne pas pouvoir la sortir ?
Ce n'est pas une affirmation, c'est une question provocatrice.
Combien de navigateurs, paniqués par un petit coup de vent sont montés dans leur survie alors que leur bateau a été retrouvé intact.
J'ai vu cet été des "navigateurs" tellement paniqués par l'orage de nuit (c'est vrai que c'était beau !) qu'ils ont appelé les secours et n'ont pas ouvert le bib uniquement parcequ'ils étaient tétanisés de trouille et terrés dans la cabine.
Je ne serais pas étonné que certains doivent la vie au fait qu'ils n'ont pas pu extraire leur bib du coffre, ou le détacher de ses sangles etc.
A l'exeption des courreurs qui "prennent des risques" c'est normal, c'est leur boulot, combien de navigateurs en nav semi hauturière ont été sauvés d'une mort certaine par leur bib ? quelqu'un a-t-il des chiffres fiables ? Réciproquement, combien ont perdu leur bateau parce qu'ils l'ont abandonné ? combien en ont perdu la vie ?
Une fois qu'on aura ces chiffres on pourrait peut-être voir combien de plaisanciers ont péri en mer ces dernières années et dans quelles circonstances. On pourra se demander alors si avec le prix d'une survie et de son entretien on n'aurait pas pu investir dans des équipements efficaces pour les causes réelles de décès et non les causes fantasmées (OFNI).
Je répète, j'ai un doute, je ne demande qu'à être convaincu que la chose à une probalité d'utilisation raisonnable par rapport à son coût sur un voilier de haute mer entretenu qui se promène, par exemple, entre la Corse la Sardaigne et les Baléares.
Quand à ceux qui restent à moins de 10MN d'un port là je n'ai guère de doute, ce sera dur de me convaincre.
J'attends des arguments rationnels (les émotionnels ou moraux me font peu d'effet)

Bon vent à tous

29 nov. 2006
0

incendie origine electrique ça va très vite !
fin octobre, de passage à mon boat, je fais le tour du proprio, démarre le moulin, qestion de recharger les bat,nettoyer l'hélice et filer un coup de pompe de cale, 5 minutes plus tard,légère odeur de plastique en feu dans le cockpit,doute?, j'ouvre la descente, fumée épaisse et irrespirable, début d'incendie (pas encore de flamme)
bilan: faiceau électrique moteur totalement brulé!(inexpliqué à ce jour)

en général, je navigue et je pêche près de la côte dans la bande des 20 miles, je suis belge donc dispensé de présenter la survie.
suite à cet exploit, je viens d'acheter une bombard Cl 5 qui, faites moi confiance, sera révisée selon le bon usage, prête à servir, avec un sac étanche à bord bien organisé!

28 nov. 2006
0

Fragile
Mon épouse bien aimée s'est tassée une vertèbre
en m'aidant à soulever ce diabolique engin
pour une révision.
En navigation elle est positionnée dans la jupe.
Avant elle était sur le rouf mais cela fait
remonter le CG et gène la vision.
Mème avec l'énergie du desespoir on a malheureusement l'àge de ses artères
(et de ses os).

28 nov. 2006
0

une balancine
ca tracte pas une survie ?On sait jamais, si ca marchait..

29 nov. 2006
0

oui
si tu as toujours un mat...

29 nov. 2006
0

Fragile, les vertèbres ...
Pour éviter - et le risque est bien réel à nos âges - de se bousiller le dos il peut être judicieux de faire comme les livreurs de piano : dos bloqué raide de chez raide et tout dans les jambes.
Eux - dos raidi - utilisent une sangle en cuir qu'ils passent sous le piano et sur leur épaules, fléchissent ensuite les jambes de 2 cm, règlent la sangle/ceinture et redressent les jambes. Allucinant de puissance !

Dans notre cas il faut lever plus haut. On peut en un fléchi/défléchi lever d'une petite 30aine de cm, qui peut être suffisant pour commencer à extraire et caller sur un coin de truc le temps de ...
Par contre c'est avant qu'il faut avoir installé la sangle/ceinture ou ce qui en tient lieu. A poste et à demeure.

Jamais soulever 60~70kg à l'aide de l'arrondi du dos.

La même méthode est valable pour sortir de Jonas de l'élement salé à partir de la jupe arrière : on fléchi durement les jambes, on raidi le dos à fond, on passe les bras sous les épaules du bestiau et on redresse. Et ça hisse, durement, surtout avec l'énergie du désespoir; mais l'énergie dans les jambes pas dans les disques.

28 nov. 2006
0

l'installer là ou il faut
Dans un endroit qui restera accessible, d'où tu pourra l'extraire rapidement (à vérifier préalablement) pour la transporter là ou tu la percutera (à l'arrière si jupe moderne) pour ensuite y embarquer. Le tout éventuellement par mauvais temps.

Plus d'une solution existe, elles gagnent à être testée (bon, ne percuter que tous les 12 ans).

Sur mon cata, c'est dans un coffre (quelle horreur) au pied du mât (le monstre). Mais j'ai vérifié que j'arrive à la poser sur le pont en jouant sur la flexion des genous (y a une sangle ad-hoc, comme un porteur de piano) et qu'ensuite j'arrive à la trainer jusque dans la jupe. J'ai aussi prévu et vérifié avec la drisse de spi puis le winch de spi pour la trainer vers l'arrière. Elle arrive à passer sans coincement du pied de mat à la jupe.

En vrai, je ne sais pas, je ne pratique pas ;-)

Yves.
PS : bon, bien sur, un logment pris dans la poutre arrière du cata (catana derniers modèles) serait impec.

28 nov. 2006
0

Survie ,,,????
Bonjour,
A ce jour , pour moi,le lieu importe peu le tout c'est qu'elle veuille bien se gonffler et resister le temps que les secours arrivent ( mais alors tres vite !!!!)
j'ai fais reviser la mienne, 10 places ! voici le résultat ( copier coller de la lettre envoye au verificateur)

COPIE A ZODIAC AVIGNON LE 01 aout 2000
COPIE AUX AFFAIRES MARITIMES
COPIE A PLAISANCE DU GOLFE

MESSIEURS.

JE SUIS POSSESSEUR D’UN RADEAU DE SURVIE DE MARQUE ZODIAC N° XDC8AY89K293 CONDITIONNE EN NOVEMBRE 1992.
EN AVRIL 1998 VOUS M’AVEZ FAIT UNE VISITE DU DIT RADEAU ( FACTURE JOINTE)

CE RADEAU ETANT UN 10 PLACES, ET NE NAVIGANT QU ‘A DEUX PERSONNES ET UN ENFANT JE N’AI PAS ATTENDU L’ECHEANCE DE FIN DE VALIDITE POUR LE DEBARQUER AYANT ACHETE EN ECHANGE UN 6 PLACES EN CONTAINER.

J’AI REUNI UNE DIZAINE DE PERSONNES, TOUS MARIN, POUR ASSISTER A L’OUVERTURE DU RADEAU

L’OUVERTURE A ETE CONFORME, LE RADEAU C’EST BIEN DEPLIE

ET TOUT LE MONDE A VOULU SE RENDRE COMPTE DU CONTENU DU RADEAU.

- LA BOITE A PHARMACIE ET LES SULFAMIDES QU’ELLE CONTENAIT ETAIT PERIMEE DEPUIS 1995 ?

- LA PILE EAU DE MER QUI ACTIONNE LA PETITE LUMIERE EXTERIEURE ETAIT INNEXISTANTE ET LA VALIDITE DE LA LUMIERE ETAIT DE 1997.

- LES HAMECONS SONT ROUILLES

LE PIRE RESTAIT A VENIR AVEC L’ECOPE ECLATEE ET LE GONFLEUR COMPLETEMENT DETRUIT ET MUNI D’UN EMBOUT NE CORRESPONDANT PAS AUX VALVES DU RADEAU ?

LE RADEAU EST RESTE UNE JOURNEE GONFLÉ PUIS A COMMENCE A SE DÉGONFLER LE LENDEMAIN MATIN ET DANS L’APRES MIDI LA VALVE DE SURPRESSION DU BOUDIN INFERIEUR C’EST DECOLLEE !

LA LEGISLATION EXIGE UN RADEAU HOMOLOGUE PASSANT DES VISITES CHEZ DES CHANTIERS AGREES LE RESULTAT N’EST PAS FLAGRANT.

LE JOUR OU LES FABRICANTS ET VERIFICATEURS SE TROUVERONT EN PLEINE MER, LOIN DE TOUT, SUR UN TEL RADEAU ( QUI NE MERITE PAS LE NOM DE SURVIE) JE PENSE QU’ILS REGRETTERONT D’AVOIR AUTANT DEPENSE POUR SURVIVRE ALORS QUE L’ACHAT D’UN CHAPELET AURAIT EU LE MEME RESULTAT.

EN CE QUI CONCERNE LA FACTURE CI JOINTE, J’ESTIME QUE VOUS DEVEZ ME REMBOURSER LA PRISE EN CHARGE, SOIT 1.641 F TTC. , QUI DE TOUTE EVIDENCE N’ A PAS EU LIEU DANS LES CONDITIONS DE DEONTOLOGIES AUXQUELLES VOUS ETES SOUMIS CONCERNANT LA VIE D’AUTRUIS.

VEUILLEZ AGREER, MESSIEURS, MES SALUTATIONS.

PS.
JE TIENS A VOTRE DISPOSITION TOUT LE MATERIEL DEFECTUEUX.

30 nov. 2006
0

As tu eu
un retour à ce courrier ?

28 nov. 2006
0

L'EMPLACEMENT DANS UN COFFRE
peut être catastrophique; comme je l'avais signalé dans un fil il y a quelques mois, j'ai vu en juin dernier à LA TRINITE un bateau dont tout l'arrière était détruit (mais vraiment détruit...) suite au percutage accidentel du radeau dans le coffre arrière tribord.

29 nov. 200616 juin 2020
0

J'allais justement proposer...
Pour moi, le meilleur emplacement, c'est un emplacement spécialement amménagé en dur dans la jupe ou dans le cokpit. Beaucoup de bateaux de courses ont ça aujourd'hui: un caisson (ou une étagère, appelez ça comme vous voulez) dédié à la survie, facilement accessible.

Ci joint une photo d'un "django" des Glénans vu à Paimpol. Désolé, je n'ai que ça comme photo, mais j'ai vraiment trouvé ce montage bien: la survie est sous le banc de cokpit (sous les gilets sur la photo). Il suffit de trainer le container, pas besoin de le soulever. Donc même sur des bateaux plus gros, ça me semble pas mal. Ca permet d'équilibrer le poids, et c'est parfaitement accessible.

Leon.

30 nov. 200616 juin 2020
0

survie
c'est un emplacement pas tres fameux pour la regate mais ideal pour la mise a l'eau

30 nov. 2006
0

moi je dirais...
...de préférence sur le bateau !!

30 nov. 2006
0

amenagement d'origine.
je suis etonné , car sur le fil personne ne parle d'ammenagement prevu constructeur.Pourtant sur les bateaux moderne et bien pensés....Sur le neptune99 (1979)il y a un coffre pile-poile, de plain-pied, à la dimension ,sur le cockpit pour une survie classeII 6p en sac;Il suffit de l'ouvrir (le coffre)et de trainer la survie jusqu'à la baille.Même Madame à testé -sur mer plate il est vrai !- Le problème à l'air réel sur de nombreux bateaux.Puisse les constructeurs lire ce fil.
(mon bôt me plait de + en + ,Coucou aux autre possesseurs de Neptune99 ).

30 nov. 2006
0

Ben moi
Visiteur III,

Si, il y a des gens qui parlent d'emménagements en dur. Regardes mon post un peu plus haut!

Leon.

30 nov. 2006
0

si si..
il y a parfois des emplacements prévus par le constructeur, mais trés discutables:
ainsi sur les mango et euros, c'est au fond du cockpit dans un coffre de plancher. Il y a une sorte de palan prévu pour la sortir, mais si une deferlante a explosé le doghouse, le palan est parti avec!.
Sur le sunfizz, m^me position mais aucun palan prévu! strictement impossible a sortir!

aucun doute que le meilleur est le coffre dans le tableau arriere, avec mise a l'eau directe.

30 nov. 2006
0

réponse a André 17
Ils se sont fait un peu prié mais m'ont rembourse en disant ne pas comprendre de telles erreurs, mais que j'aurai du etre sur place lors de la visite du radeau !!

01 déc. 2006
0

Sur le bateau
Sur un petit il doit etre sur le roof a defaut au pied de mat pour des raisons evidentes de centrage des poids. Il doit etre pose sur un ber avec des rebors le plus bas possible pour ne pas avoir d effords a faire pour le jeter a l'eau.

Sur un plus grand il doit etre sur le tableau arriere.Le ber doit le maintenir lateralement et en desous mais ne doit pas l'empecher de basculer

Dans les deux cas il doit etre sanglé avec du textile et un couteau a poste tout pres pour couper la sangle en cas d'urgence.

J'ai vu sur certains bateaux des bers qui enferment le bip avec un cadenas mais là il est OBLIGATOIRE de retirer ce cadenas avant la premiere amare

AUTRE chose:
persone n'a parlé d'ATACHER le bout de declanchement sur le bateau
C'est pourtant la PREMIERE chose que je fait quand j'installe la survie

Pour moi si on juge utile une survie on l'installe de maniere a ce quelle soit operationelle tres rapidement et il faut penser que les conditions seront certainement tres difficiles donc il ne faut pas chercher les cles de cadenas,le couteau pour couper la sangle,comment retenir la survie quand elle sera mise a l'eau...........ETC.......
sinon passer belge vous ferez des economies

michel

01 déc. 2006
0

sur le First 30 il y a une place adequate prevu
pour (c'est marrant que les chantiers aient abandonné leurs bonnes habitudes), deriiere la barre sos un couvercle qui s'enleve en 10 secondes, j'ai essaye avec un classe 2 lourd et je susi arrive sans trop de mal a le sortir.
le bateau ne s'enfonait pas exagerement
quand je n'ai plus de bib comme depuis 3 ans c'est un excellent endroit pour l'ax 2.

sur le pont c'est pas terrible : centre de gravite et sujetion maximale aux elements

01 déc. 2006
0

Vertèbres et physiologie
Pour pouvoir soulever un poids avec les membres supérieurs, dans notre espèce il faut en réalité faire plusieures choses: tendrent les muscles des membres ,et il faut que les muscles et que les
os tiennent MAIS il faut aussi provoquer un fort
raidissement des muscles du tronc de façon
à le transformer en caisson et mème bloquer les diaphragmes. Alors on peut constater que les forces transmises aux vertèbres entre autre, sont
très supérieures à la charge portée initiale,
ceci étant encore aggravé si on s'éloigne du centre de gravité du corps.
Il est ainsi facile de dépasser la charge de rupture des vertèbres, qui diminue inexorablement
avec l'àge. Les ostéoporotiques peuvent se fracturer de nombreuses vertèbres pour un geste
banal chez un plus jeune.
Il est donc i!mportant de connaitre ses possibilités réelles sinon d'adapter les moyens.
1/3 des femmes (et aussi cerains hommes) sont
malheureusement pour eux très fragiles.

06 déc. 2006
0

Pour faire remonter le fil pour Moanoa
..

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la tempête sur Toulouse, on a pu sortir la voile de notre drakkar !

Après la pluie...

  • 4.5 (42)

Après la tempête sur Toulouse, on a pu sortir la voile de notre drakkar !

mars 2021