où est l'autre vérité?

Un sujet dont on ne parle jamais assez lorsqu’il est question de « GRAND départ » avec la petite famille : la paperasserie administrative !

Ici, je ne parle pas des documents du bord ni de la sécurité. Je parle de dispositions liées aux obligations administratives, préalables au départ, celles qui orchestreront pendant des mois, des années peut-être, la vie à bord tout en évitant de mauvaises surprises.

Je suis toujours étonné de lire les récits idylliques de ces heureux (en apparence) navigateurs / trices, remplissant des pages et des pages (Internet ou sur papier) sans grande originalité, dominées par les seuls aspects positifs du voyage, au point d’en attraper une indigestion et d’occulter la réalité.

Pourquoi dissimuler systématiquement l’autre vérité ? Plutôt que de vendre du rêve à tous prix, est-ce tabou de parler d'un échec ou d'une mauvaise expérience? Pour les autres, ne serait-elle pas une source d’enseignement bien plus utile que les éternels commentaires du style « avons retrouvé X au restaurant machin. Sommes revenus à bord au petit matin… »

  • Que sait-on de la scolarité des enfants ? Le CNED ou encore les cours à distance organisés par la Communauté française de Belgique… ? d’accord, mettons carte sur table et parlons-en.
  • Que sait-on des allocations familiales, comment préserver les droits au cours du voyage ?
  • Où se domicilier en toute sécurité et légalité (France ; Belgique ; Suisse…) sans passer systématiquement par la famille ? Etc.

Serait-ce des questions tellement interdites qu’elles ne peuvent être évoquées ?

J-L
:-)

L'équipage
18 déc. 2006
18 déc. 2006
0

poste restante
ils ne peuvent pas répondre ils sont partis
:reflechi:

18 déc. 2006
0

il te faut
faire des recherches ds le moteur heo et tu auras de nombreuses réponses pour les questions administratives que tu te poses
neammoins je distingue aussi ds ton post une autre question sur la viabilité du fait de larguer les amarres, rassure toi quelques uns qui sévissent aussi sur d'autres forums, ils sont peu nombreux..., qqu'uns donc ne se privent pas pour traiter de pauvres types tout naviret qui sort des eaux francaise, pourquoi aller chercher ailleurs ce qu'on a sur place, ca m'a tjrs fait sourire...
et pour en revenir aux questions cned et cie, ca été dévelloppé maintes fois mais pour chacun la situation est diff....
quand à l'idyllisme de certains récits, nous sommes maintenant dans une société ou le DP nous a appris que pour réussir, ......positivons.....
et c'est vrai que c'est parfois gonflant, mais positivons :-D et souhaitons le bonheur de tous...surtout en période de fetes :-D

18 déc. 2006
0

est-est ce tabou de parler d'un échec ou d'une mauvaise expérience?
Il semblerait que OUI ! si j'en crois les retours que j'ai eu aprés avoir "osé" mettre mon accident sur les sites et si j'en crois aussi ce qui s'est passé avec Loungta...
Enfin c'est mon humble avis et il n'engage que moi.

"Où se domicilier en toute sécurité et légalité (France ; Belgique ; Suisse…) sans passer systématiquement par la famille ? "

Nous serons retraités quand nous partirons , ce qui signifie "revenus connus et stables (enfin esperons le !)" . Les dépenses incontournables (impots ,assurances , mutuelle....) font l'objet d'un prelevement automatique mensualisé. Pour le courrier , je prendrai un abonnement chez "le courrier du voyageur" car il est hors de question de faire appel à la famille pour cela.
Pour la gestion des besoins d'argent : un contrat avec nos 2 banques pour nous permettre de retirer de l'argent en devise locale sans payer des frais exorbitants à chaque fois.
Désolé de ne pouvoir donner d'infos sur le CNED , je ne suis plus concerné ;-)

18 déc. 2006
0

mêmes réponses qu'André
nos situations étant proches.
Restant domiciliés en France, nous ferons suivre le courrier (+ des étrennes au gardien pour qu'il vide la boîte aux lettres des imprévus et jette un coup d'oeil à la porte d'entrée) et utiliserons les prélèvements automatiques.
Tout ce qui peut être résolu avec une bonne planification.
En plus maintenant il y a internet.

18 déc. 2006
0

Que d'aigreur!!
Que d’aigreur dans ce post !!

Où est l’autre vérité? Quelle autre, la tienne, la mienne, la sienne??? Toute vérité est valable en tous cas.

Personnellement je ne peux te parler que de ma vérité!!

Comment j’ai réglé mes paperasseries administratives ? Très simplement, en ne faisant rien du tout. Avant le grand départ, j’ai arrêté de travailler, clôturé tous mes dossiers, et suis parti sans rien dire à personnes. En Belgique, on peut se déclarer sans domicile fixe, mais cela implique d’aller régulièrement chercher certains courriers à la maison communale, je ne connais pas les détails. Mais il est difficile pour une administration de coller une étiquette à un zig qui se balade par mer au hasard des vents. Alors pour faire simple, j’ai un domicile chez mes parents, les rares courriers y arrivent et par e-mail nous solutionnons les problèmes éventuels.

Et quand je dis « rares courriers » c’est vraiment très peu. Evidemment, comme dans ma philosophie je voyage en me débrouillant et pas en vivant au crochet des autres, je n’ai droit à aucune rémunération qu’elle quelle soient, pas de revenu du chômage, pas d’allocations de ceci ou cela, donc pas de paperasserie !! Je peux comprendre que pour une année sabbatique on puisse désirer garder toutes ces attaches, mais pas dans le cas d’un grand départ. Je trouve que si l’on se choisit une vie de nomade il faut s’assumer.

Quant aux problèmes en tout genre, il me semble que tout un chacun règle les siens au mieux, par exemple le CNED (je n’ai pas l’expérience) mais il faut lire Michèle Trousseau (Cap sur Bonne Espérance) et constater que quelques années après un premier voyage avec deux enfants elle a remis le couvert avec les deux suivants, c’est donc que le voyage était beau et agréable, sinon elle ne serait pas repartie !

Il n’y a pas de questions interdites, et ce forum te permet de les poser, justement, mais ce n’est pas la place d’un livre que d’expliquer la paparasserie de monsieur ou madame X, leur cas étant évidemment unique. Toi seul aura la réponse à ton cas !

Enfin, désolé de te décevoir, mais oui, le voyage peut être beau et heureux. Ce n’est ni une fuite, ni croire que le pré d’à côté est plus vert, mais c’est une rencontre avec d’autres personnes dans des contrées avec d’autres lois, et une autre qualité de vie qui peut être plus en corrélation avec soi. Bien sûr il y a des endroits où c’est moins bien, mais le nomade par définition a toute faculté pour ne pas y rester, et d’autres endroits vont particulièrement convenir. Le voyageur y traînera à souhait.

Si tu pars, je te souhaite un beau voyage.
Michel

18 déc. 2006
0

le premier gd voyage
C'est quand tu largue ta "mère"...
apres tu est grand..et tu évite de venir pleurer dans son girond...
pour la grande partance , c'est du quif..
tu décide et tu le fais..
tu commence par payer tes dettes , pour laisser la terrain propre , pour le retour au cas ou..
tu largue les amarres sans te retourner et vaille que vaille..pour le reste t'improvise...A savoir que tu n'as rien a perdre.; sinon reste au chaud en rêvant , en lisant heo (ce que je fais actu.)..
le voyage j'en est fais une partie(10 ans)je me suis fabriqué des souvenirs..j'attends la prochaine partance "bientôt"...
pas un matelot honnête ,ne te dira qu'il a rigolé tous les jours..je suis plus a l'aise devant une grande vague , que devant un uniforme..va comprendre..
quant aux beaux récits de voyage , c'est "façon" de dire" je n'ai pas perdu mon temps".....amha.

18 déc. 2006
0

yes !!!!
« je suis plus a l'aise devant une grande vague , que devant un uniforme..va comprendre »

waouh!! bien vu, maintenant je suis jaloux aussi, parce que ce n’est pas moi qui ai trouvé cette phrase!!

L’uniforme il te dit fait ceci, fait cela; la vague elle dit rien, mais c’est toi qui décide de faire ceci ou faire cela ...

:pouce: poy de rose

18 déc. 2006
0

Uniforme ?
On porte tous un uniforme: ici beaucoup prétendent avoir l'uniforme du vrai marin ... pffff ... :heu:

18 déc. 2006
0

Hummmm!
c'est bon d'être compris.. :-D :-D :-D :-D :-D :-D

18 déc. 2006
0

Le sujet
Je crois qu'il est bon de recentrer le sujet.

Je parle d'une famille AVEC enfants. Si j'étais seul ou sans enfants, il y a belle lurette que les amarres seraient larguées.

Des parents suffisamment responsables de leur progéniture s'aventureraient-ils sans laisser de domicile fixe quelque part? Il y a 30 ans, peut-être, époque Moitessier, Mishka... Aujourd'hui,le contexte est totalement différent et je ne me risquerais pas à jouer ce petit jeu même si certains semblent l'avoir fait - selon eux - avec succès.

Il ne suffit plus d'être "positif" malheureusement. Il faut rester réaliste.

Il y a quelques mois, nous pouvions lire (soit sur Heo ou STW, je ne sais plus exactement)les mésaventures d'une famille restée calée de longs mois en Espagne pour des problèmes d'allocations familiales.

Plus récemment, une autre famille devait modifier tout son programme de navigation parce que les cours du CNED n'arrivaient pas. Résultat, demi-tour car leur fille accusait un retard quasiment irrécupérable.

Une autre famille, après avoir sacrifié plusieurs années à retaper un voilier en acier, partait l'année dernière du sud de la France. Arrivée au nord de l'Espagne (Méditerranée)demi-tour. Problèmes administratifs graves... au point que le voilier devait être revendu en catastrophe.

Merci à André qui confirme bien mon impression. Parler d'un échec est clairement tabou! Or, les évoquer de temps en temps, me paraît parfois plus enrichissant que d'entendre toujours les mêmes rengaines.

18 déc. 2006
0

tabou ?
je ne crois pas que parler d'un échec soit tabou.

C'est simplement pas du goût de tout le monde.

Si vous avez envie d'exposer en public vos malheurs, misères, et échecs, faites-le, mais ne demandez pas à tout le monde de le faire, et surtout, n'oubliez pas de porter le gilet pare-balles ;-)

18 déc. 2006
0

esprit es-tu là ?
Bon, seawater, je suppose que ça m'est adressé ? Si oui je vous répondrai la chose suivante:

Le mot "tabou" signifie que c'est interdit. Et bien NON, ce n'est pas interdit. En tout cas, l'équipage ne l'interdit pas. Faites-le si vous voulez, mais laissez aux autre leur libre arbitre.

18 déc. 2006
0

OK pas de problème
Je vois que certains éprouvent plus de compétences dans l'art de faire de l'esprit au second degré et encore... faut vraiment faire un effort, que de répondre aux questions posées.

18 déc. 2006
0

gilet pare-balles
qui est quelquefois remplacé par les copains ;-).
Cela n'empeche que aussi bien sur les sites que dans la plupart des périodiques on s'attarde beaucoup longuement sur ce qui a eu la chance de bien se passer pour etre politiquement correct avec le grand besoin de réve de la plupart d'entre nous.

19 déc. 2006
0

Positif
Il faut rester positif face aux réalités,c'est la clée du succés mais sache qu'un optimiste est bien souvent un pessimiste qui n'a pas toutes les infos.

18 déc. 2006
0

mais???
Mais Seawater, je pensais t’avoir répondu dans le sujet mais si tu envoies les réponses valdinguer parce qu’elles ne sonnent pas bien à tes oreilles, qu’y puis-je!!

Concernant le domicile et l’option sdf : il y a quantité de parents responsables qui le font (en Belgique). Il y a les forains (foire, cirque...), les bateliers, et encore d’autres familles dont le métier les amène à être itinérants. A partir du moment où toi aussi tu veux être itinérant et ne dépendre de personne tu n’as plus de domicile fixe. Sans domicile fixe n'a en soi rien de négatif!

Quant aux aspects CNED, je te renvoie vers Michèle Trousseau qui est un exemple réussi d’une traversée Nord – Sud de l’Afrique en camionnette et d’un tour du monde à la voile. Deux fois à 10 ans d’interval avec le Cned pour chaque fois deux enfants. Si tu n’en veux pas de cette expérience, c’est ton droit !

Je pense que beaucoup (pas tous!!) des cas qui foirent sont dus à un manque de préparation. Parce que comment peut-on s’organiser pour un long voyage, quitter la France et arriver dans le nord de l’Espagne (timing? Une semaine??) et avoir des « Problèmes administratifs graves... au point que le voilier devait être revendu en catastrophe » ??

18 déc. 2006
0

pour andré17
amha, c'était très courageux de raconter ta mésaventure, et j'espère que tout le monde y aura appris quelque chose !
En tout cas merci de l'avoir fait.

Et que celui qui n'a jamais fait de conneries te jette la première tong !

18 déc. 2006
0

seawater
il me semble que tu as "toi" solutionné le problème(vu ta position geo).C'est quand-même interessant de poser la question.
amha , attendre , les allocques et dépendre CNED est redhibitoire au voyage..c'est encore une façon de faire porter le "non-voyage" aux autres..jusqu a un certain âge pour les enfants c'est simple.A partit de 12 ans c'est un autre problème..et a partir de 15/16 c'est ingérable même a terre( :-()...pour les allocations , vaste réflection , projets différents ,vie marginale ,le beurre ou l'argent du beurre..t'as les moyens ou tu ne les a pas..je sais c'est dur de ne compter que sur soit..mais c'est la seul façon d'avancer..un simple point de vue...

18 déc. 2006
0

homme libre, toujours tu chériras la mer...
En fait, le probleme est de savoir si on est libre!!!
Pour les autres, les enfants, la famille..notre position nous rassure un peu si on a l'impression qu'ils ont besoin de nous!
Hélas, les cimetiéres sont remplis de gens qu'on pensait indispensables !!
Aussi , si nous voulons faire beaucoup de choses pour eux, il faut se garder d'en faire á leur place,les laisser devenir capables et sortir de l'ambiguité si nous devons décider pour eux!!! Comment fuire une société qui nous étouffe pour une autre plus vraie et se demander comment continuer á vivre de celle qu'on fuit, avec toutes ses "subventions"
Et comment craindre de ne pas donner á ses enfants une éducation adaptée - si elle ne s'inscrit pas dans celle du pays qu'on quitte- ?
En cas de doute il faut alors attendre la retraite, mais aussi l'arthrite...
J'ai passé le pas, je suis parti, avec le minimum de rupture ,- ce qui génere toujours des culpabilités , mais en "brulant mes vaisseaux", comme les romains : plus rien derriére moi...qui soit ....á moi!!!
Car s'il y a un "plan B", les motivations pour l'application du "plan A" sont quelques fois insuffisantes!!!
Et enfin je me suis maintenu en "bonne santé", simplement en n'étant ni buveur, ni fumeur, ni en surpoids, pour ménager la monture!
Pour le reste..."Inch'allah": je ne fuis rien et je sais trés bien que, de toutes maniéres, je n'en sortirai pas vivant!!!
Bon vent: on ne vit qu'une fois!!!!

18 déc. 2006
0

le rêve et la réalité...
Nous sommes partis 3 ans avec nos 5 enfants et ils ont suivi une scolarité avec le CNED.Les grands font des études supérieures(grande école d'ingénieur parisienne et pharmacie à Rennes).
Cela prend pas mal de temps et c'est pas tout le
temps facile à gérer.Pour la paperasse,il me parait indispensable d'avoir un secrétaire à terre(c'est mon père qui a accepté la corvée).Nous sommes très heureux d'avoir fait ce voyage et envisageons même de repartir,mais c'est bien vrai qu'il est bien plus confortable de rester en France.Il y a des échecs mais tout comme chez ceux qui essayent de monter leur entreprise ou qui partent à la campagne ouvrir des chambres d'hôtes.Les gens confondent trop souvent le voyage avec les vacances ou les cassettes d'Antoine.Enfin,c'est vrai qu'il ne doit pas être forcément facile de parler de ses échecs.

18 déc. 2006
0

avec enfants...
Si j' ai bien compris , la question est de savoir si on peut partir tranquillement avec des enfants ...
Eh bien , la reponse est simple , c' est oui et non ...selon les parents ...
En France , l' ecole n' est pas obligatoire , seul l' education l' est .
Il existe des organismes specialisé dans ce domaine .
Mais il faut bien admettre une chose .
Un ou une ingenieur ou qui part avec un ou une institutrice ou medecin aura bien plus de chance de donner un bon niveau scolaire à ses enfants que d' autres ...
quand on a des enfants , "le depart , c' est dejà preparer le retour "
Quand je vois le niveau scolaire des enfants d' aujourd' hui , je ne pense pas que ce soit un vrai problème ...
Un depart , c' est aussi vivre sans l' aide systematique de l' etat ...
Les echecs , oui , il y en a ...dejà moi car je ne suis jamais parti par manque de courage ou par trop de prudence ...
Je ne vois pas où est le tabou . Mais une chose est sur , le depart est possible , est c' est bien là le seul tabou que je vois !!!

18 déc. 2006
0

Tabou?
Les difficultés et les échecs ne sont pas
si tabous que cela.
ll faut parfois lire entre les lignes.
Il y a beaucoup de pudeur dans certains écrits.
certains perdent tout et cela fait moins
d'une ligne dans un canard.
Nous vivons dans une société d'assistés
et avons déjà oublié combien était difficile
la vie de nos parents.
Un bouquin complet a été écrit sur un naufrage
social et familial par un navigateur antoinesque
qui croyait trop au père noèl.
Ce livre été tiré à peu d'exemplaire.
Il est naturel que l'éditeur cherche à vendre
un bouquin qu'il édite et qu'un internaute
cherche à faire rèver.
A quoi donc servait la gniaule et la boufarde
du pauvre type au fond de son trou à Verdun.
A bord d'un bateau cela ne sent pas la poudre.

18 déc. 2006
0

ce qui est tabou en france
c'est l'argent....que l'on peut dépenser au vu et sus des autres
on n'a pas vu bcp d'échecs en maramu, ni sur les groooos yaaaatchs
je blague.....

18 déc. 2006
0

A JPP,
pourrais tu donner les ref du bouquin dont tu parle ? çà m'interesse ....
Merci d'avance

18 déc. 2006
0

Grillé par pepperbox

Une de mes ex-profs enseigne elle-même à sa fille qui passera le jury d"état. Elle qualifie le programme scolaire officiel de "nul et non avenu".

Bref, les cours de la communauté française, c'est juste pour être en ordre administrativement mais le "niveau" scolaire dépendra de vous et de vous seuls.

J'ignore quel est vôtre culture et l'importance que vous accordez à ce genre de considérations mais [B]si[/B] un des enfants se pique de vouloir faire chirurgie ou l'ERM, il risque de passer de très sales moments avec ça.

Pour le reste (allocs, etc..), tu peux demander directement aux administration concernées, les gens y sont généralement fort aimables.

18 déc. 2006
0

Grillé par pepperbox

Une de mes ex-profs enseigne elle-même à sa fille qui passera le jury d"état. Elle qualifie le programme scolaire officiel de "nul et non avenu".

Bref, les cours de la communauté française, c'est juste pour être en ordre administrativement mais le "niveau" scolaire dépendra de vous et de vous seuls.

J'ignore quel est vôtre culture et l'importance que vous accordez à ce genre de considérations mais [B]si[/B] un des enfants se pique de vouloir faire chirurgie ou l'ERM, il risque de passer de très sales moments avec ça.

Pour le reste (allocs, etc..), tu peux demander directement aux administration concernées, les gens y sont généralement fort aimables.

18 déc. 2006
0

oups ! erreur de copier-coller
Le message original était :

J'ai deux retours d'expérience de cours à domicile.Aucun des deux ne voyage.

Le petit frère de deux de mes amis est scolarisé à domicile pour raisons de santé. Il suit les cours à distance de la communauté française. Verdict de deux polytechniciens de frères: Lamentable ! J'ai pu jeter un rapide coup d'oeil et c'est vrai que ce que j'ai vu était d'un niveau épouvantablement bas.

&lt&ltfausse manoeuvre &gt&gt suite du message dans post précédent. :-D

19 déc. 2006
0

Pour André17
Il s'agit de "les bohémiens de la mer"
par mr et mme Tardivel, édition du pen Duick 1980. J'étais tombé dessus par hasard.
Les Meffres, parait il maintenant séparés, écrivent textuellement qu'ils passent volontairement au lecteur leurs épisodes de galère.
J'apprécie d'ailleurs beaucoup l'écriture
en double homme femme car chacun apporte
sa façon de vivre l'aventure. La femme est comme
toujours la clé qui fait réussir ou échouer
un projet.

19 déc. 2006
0

Merci JPP
je vais le rechercher.
C'est vrai que les Meffres parlent peu de leurs galéres ; quelques une toutefois dans "2 anges au paradis" (que je suis entrain de lire) , mais ce sont des galeres liées à l'adoption d'un enfant au Chili . Probléme qui est bien evidemment celui que nous rencontrons tous en voyage.

19 déc. 2006
0

CNED, juste un témoignage
Nous avons par le passé déscolarisé nos 2 enfants car la façon dont l'école se passait en Corse ne nous satisfaisait pas (Je pourrais écrire long sur ce sujet...)
ma fille en 5°,
mon fils en CM2 (en sautant une classe),
Ma femme s'est occupé de faire les cours donnés par le CNED. Ceux ci sont trés bien faits et trés complets et mais, pour tout faire, il faut du temps!
Les corrections des devoirs sont remarquables et les élèves sont vraiment suivis.
Je pense que le niveau scolaire de mes enfants a été bien meilleurs cette année là. Nous avons d'ailleurs bouclé le programme alors que les écoles locales étaient en grève pendant 3 semaines!
Mes enfants ont repris l'école l'année suivante (dans un lycée francais à l'étranger)sans aucun problème et étaient d'ailleurs en tête de leur classe.
Je tempère mon enthousiasme: le CNED, ce fut un an, dans des petites classes et ma femme s'est donnée à fond pour faire tout le programme.
Ne pas oublier non plus la "sociabilisation" des enfants à prendre en compte.
En résumé: ce fut une aventure à part entière que nous ne regrettons pas mais à effectuer en toute connaissance et avec parcimonie.
Voila!

19 déc. 2006
0

Un peut d'eau au moulin
Bonjour
J'ai particuliérement apprécié le premier bouquin des Meffres (le titre: Qui n'avez jamais naviguer)je pense qu'il y a des reponses pour SEAWATER dans ce bouquin.
Perso, pourtant a la retraite, je n'ai pas franchi le cap du grand depart? je me contante de 5 mois par an .Il m'arrive de rencontrer des familles parties pour le grand voyage.Le gros probléme est la vie que font mener les parents aux enfants ILS S'ENMERDENT ,ils ont besoins de vivres (un bateau c'est petit),de jouer avec des copins.L'ecole est une corvée aussi bien pour les parents que pour les enfants .En conclusion il me semble qu'imposer ça a des enfants est de l'egoisme.
SALUT

21 déc. 2006
0

les enfants en voyage...
Nous sommes partis 3 ans avec nos enfants et nous
avons bien sur "imposer" ce voyage.Ils avaient la trouille de partir (nous aussi d'ailleurs)mais ils sont plutôt contents de leur voyage.On
passe la majorité de son temps en escales et ils peuvent voir du monde.L'école à bord n'est pas toujours facile à gérer,mais on peut au moins choisir son rythme et ses heures de travail.Et puis voir d'autres pays,d'autres cultures ne fait pas de mal. Quant à l'égoisme des parents,peut-être et même probablement.Mais à terre,il y a aussi bien des enfants qui supportent les longs trajets pour l'école,la violence à l'école,la crèche tout petit,la séparation de leurs parents et la transhumance d'une maison à l'autre,l'arrivée d'un beau-père ou d'une belle-mère pas forcément
souhaités.Un ami agent immobilier m'a dit qu'il voyait souvent maintenant des télés dans les chambres des enfants dès 4 ou 5 ans:chacun regarde un écran tout seul dans son coin.Est-ce
tellement mieux?

19 déc. 2006
0

CNED
Bonjour,
Toujours en voyage, ma fille a fait du CP au BAC par le CNED sans problème.
Par contre, mon fils, impossible, pour le même résultat que ma fille, il a terminé en pension. Il préferait le motocross ou la plongée !!!
Il faut de la rigueur, beaucoup de travail et un support des parents. C'est bon pour eux (les parents) de suivre les études des enfants...
Attention, ne pas rêver non plus, il y a beaucoup de casse chez certains qui insistent, mais pas de la faute des cours qui sont trés bien fait.
Personne ne parlera d'échec, car par le CNED, la faute en reviens à l'éléve et/ou aux parents, merde impossible de mettre sur la gueule des prof....ou de l'éducation nationale. Ca calme.
Bon voyage
Joël

19 déc. 2006
0

Ah les petites familles...
Aventurier ET père de famille voila qui semble quelque peu antinomique. Tout au moins dans l'acceptation française du concept qui fait que les petites familles (petites par la taille et l'esprit) vivent (chez elles et ailleurs) complètement recroquevillées sur elle-mêmes oubliant ce principe de la thermodynamique applicable aux sciences humaines : un système isolé ne peut évoluer que vers l'état d'entropie (désordre, frictions) maximum. Principe vérifié par la quantité de divorces.

Certes la plupart n'envisagent que le degré le plus faible de l'aventure : fonctionnaires, en congés sabbatiques, ils trimballent leur progéniture en bas âge (donc à laquelle on ne demande pas son avis), poussés par des alizés sans risque pour aller aux Antilles sans risques (enfin, c'est ce qu'ils croient, chut ! ne pas leur dire que ça devient de plus en plus des coupe gorges au sens strict du terme).

N'allez pas croire qu'ils se sociabiliseraient en route. Pas du tout ! En ai-je vu trimballant leur bulle comme un vaisseau spatial futuriste ses champs de force. Tout au plus accepteront-ils quelques relations polies s'ils rencontrent, très exactement, leurs semblables. Mais aller adresser la parole à un solitaire, vous n'y pensez pas ! C'est peut-être (sûrement) un pédophile en manque de proies.

Me font marrer ces minables ! Enfin "de ceux là que je ne veux pas comprendre, mieux vaut n'être pas compris" (R. Vaneigem)

En d'autres temps on aurait pu envisager des "hordes primitives" communautaires où toutes sortes de gens, motivés sur des goûts et une aspiration commune, seraient partis comme une bande de rafiots hors du chantier naval (pardon, J-M de Hérédia). Et ne se seraient plus posé ces problèmes administratifs et éducatifs (avec toute une bande d'érudits composant cette cohorte, les bambins auraient certainement une meilleure formation qu'avec les fonctionnaires minables, si on en juge par les résultats qu'ils obtiennent, de l'éducnat). Mais ceci est "un rêve modeste et fou, il aurait mieux vallu le taire".

19 déc. 2006
0

dans le dernier V&V
qui vient d'arriver ; un article "bébé et jumeaux à bord" . Une famille brestoise qui a un site : .
Pzut etre une possibilité de réponses directes sur le pb des enfants.

19 déc. 2006
0

In mémoriam Pierre Dac
L'homme moderne rève peut ètre des étoiles
mais se cogne surement dans un réverbère.
Son ancètre regardait les étoiles ce qui lui
permettait d'aller dans la bonne direction
le risque de rencontrer un réverbère étant nul.
Le navigateur moderne regarde son GPS et heurte
un OFNI. Il sait au moins où il coule.

Bon, c'est pas la forme.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

2019, les Cabanes. L'été arrive, les travaux sont finis, demain on met les voiles

Souvenir d'été

  • 4.5 (73)

2019, les Cabanes. L'été arrive, les travaux sont finis, demain on met les voiles

novembre 2021