osmose

J'envisage d'acheter un voilier Océanis 320 de 18 ans
Lorsque j'ai abordé la question de l'osmose, le vendeur l'a pris de haut et m'a répondu que s'il n'y avait pas d'osmose déclarée sur un bateau de 18 ans il n'y en aurait jamais.
Bon je ne suis pas du tout d'accord avec ça et comme je ne fais plus du tout confiance aux vendeurs depuis mon dernier bateau en papier, et comme j'ai pas non plus la science infuse (contrairement à mon vendeur bien entendu),je cherche à avoir l'avis de vrais spécialistes
Merci à tous et bon vent

L'équipage
16 juin 2008
16 juin 2008
0

Une mesure
du taux d'humidité donnera une réponse .
A tu l'intention de faire expertisé le bateau pour l'achat.
L'osmose sur un bateau existe toujours pour peu que celui çi reste a l'eau.
Le gelcoat n'est pas une barrière infranchissable.
L'osmose pour certains n'est pas non plus un problème grave.Dans les fils sur le sujet certains disent que c'est plus commercial que vraiment dangereux.

16 juin 2008
0

dangeureux ?
Aica, dans mon port à sec qui est aussi un grand chantier, je vois tous les ans une dizaine de sablages de bateau plus ou moins osmosés.

Dans certains cas, on voit après sablage des cratères en creux de 5 mm de profondeur et 5 cm de diamètre dans la fibre de verre ! D'accord, il restait encore 10 mm d'épaisseur de coque ... mais tout de même ....

Souvent c'est au raccord en les lais successifs que cela se produit ... peut-être un raccord de lai du lundi matin sur un lai du vendredi soir ? :heu:

16 juin 2008
0

spécialiste ...
je ne suis pas spécialiste "bateaux" ... mais ce qui est connu:

L'osmose est une réaction à peu près inéluctable avec les polyesther, qui peut être accélérée ou ralentie dans de larges proportions selon la variété de polyesther et selon la nature de la couche de protection de surface (gelcoat).

Notamment, si le gelcoat est poreux, un bateau peut être pourrie d'osmose sans aucune cloque visible (c'est l'étanchéité du gelcoat qui crée la cloque visible après l'hydrolyse du polyesther), et seul une mesure hygrométrique par un spécialiste dira ce qu'il en est.

Quant-à dire "il n'y en aura jamais" c'est idiot de la part du vendeur.

16 juin 2008
0

la mesure de l'humidité quand le bateau est à l'eau...
toute l'année, ne va rien donner lors de l'expertise non?
Il faut qu'il ait été combien de temps au sec avant de pouvoir se prononcer?

16 juin 2008
0

Ben, le mien a 19 ans
et pas une trace d'osmose. Bon c'est peut être l'une des seules qualité qu'il a mais bon...
Le vendeur est sans doute pédant de prendre de haut mais je pense qu'il peut y avoir des voiliers qui n'en ont pas. Certes; mon oceanis n'est peut-être pas à prendre en référence car il aurait passé plus de la moitié de sa vie à être à sec 10 mois par an et n'être à flot en permanence que depuis 5 ans!
Mon homme me dit d'ailleurs "c'est dommage, si tu veux le vendre il faudrait que tu le montres hors d'eau"
Promis promis, je vais le nettoyer qu'il soit aussi beau dessus que dessous :oups:
En attendant (en étant objective) je pense qu'il peut y avoir de très bons bateaux qui ont un peu d'osmose et d'autres moins bien qui n'en ont pas.
(j'échange les yeux fermés mon oceanis qui n'en a pas contre un ketch Guy couach qui en a un peu :jelaferme: )

16 juin 2008
0

19/2 ans au sec
Le point important, c'est que l'osmose est réversible si le bateau est au sec tous les ans quelques mois. L'eau pénètre, mais l'hydrolyse n'a pas le temps de se faire en quelques mois, et dès qu'il est mis à terre l'eau désorbe et le cycle redémarre à zéro.

Donc si le bateau a passé la moitié de sa vie à terre de façon fractionnée tous les ans, il est normal qu'il n'ait pas ce problème.

Donc s'il est à l'eau en permanence seulement depuis 5 ans, ce sera peut-être dans 5 ans qu'il aura les premiers symptomes, peut-être bien plus tard encore , ou plus tôt, personne ne sait ;-)

16 juin 2008
0

pas osmosés?
j'en doute très fort...
comme le gelcoat devient inéluctablement poreux,l'hydrolyse du polyester se fait d'autant plus rapidement que l'eau(douce ou salée) est plus chaude.Les cloques peuvent ne pas apparaître si le gelcoat est très poreux...c'est le cas de (presque)tous les vieux bateaux....
le mien n'avait pas une seule cloque et pourtant l'osmose était bien là!quand le gelcoat a été enlevé l'étendue de l'osmose est apparue...il n'y avait plus de polyester sur la 1ère couche de fibre de verre et près de la flottaison on a enlevé jusqu'à 5mm sur des ronds de 4à5cm de diamètre...

17 juin 2008
0

Osmose...
... sujet fréquemment abordé...
www.hisse-et-oh.com[...]dex.php

conclusion: il ne faut pas acheter de bateau!! s'il n'est pas encore poreux il va le devenir!!
(je rigole)

17 juin 2008
0

juste pour dire
que le mien a présenté ses premières traces d'osmose à l'âge de 18 ans...

Pour ce qui concerne les Beneteau fin '8à - début 90, je ferai vraiment appel à un expert de la question car c'est plus ou moins l'épouqe où Beneteau a eu des problèmes importants à ce sujet. Ceci dit, les bateaux de l'époque qui avaient posé problème osmosaient en 1 an ou 2 (parfois moins). Donc, ceux qui n'ont rien eu à cette époque, ils doivent rejoindre la moyenne des autres.

17 juin 2008
0

Est-ce un problème d'époque?
A t on suffisament de recul maintenant pour conclure que l'osmose est plus fréquente sur les bateaux anciens (15 ans ou plus), et que désormais la chimie des résines polyester est mieux maitrisée et retarde l'apparition de l'osmose beaucoup plus longtemps qu'avant?

Est-ce que préparer sa carène avec une couche époxy par dessus la coque en polyester prémunit complètement de l'osmose, ou bien ça ne fait que retarder son apparition, inéluctable quoi qu'il arrive en laissant son bateau à l'eau en permanence?

17 juin 2008
0

peut-être pas de recul
mais pour avoir eu un bateau en stratifié epoxy de 40 ans puis un bateau en stratifié polyester de 23 ans je peux te dire que l'epoxy supporte infiniement mieux la trempette sur le (trés) long terme.

Quoi qu'il en soit la presence d'osmose n'enléve rien aux valeures marine et structurelle d'un bateau donc pas d'inquietude à avoir de ce côté là mais elle influe sur sa valeur pécuniaire d'ou l'interet pour l'acheteur de controler les oeuvres vives avant de faire une offre.

17 juin 2008
0

osmose and co, mon point de vue
La chimie des Polyesters insaturés a fait certes des progrès, mais la polymérisation se faisant au moment de la mise en ouvre la question est la reproductibilité.

En ce qui concerne "l'épidémie" de la fin des 80s , le facteur majeur ayant entrainé une plus grande perméabilité du Gel Coat, était lié au Catalyseur ( un peroxyde de methyl ethyl cetone ).

Par définition un système polyester sera toujours sensible à l'osmose, la question étant dans quel délai et avec quelle amplitude.

Il existe des solutions, en utilisant par exemple de préférence des Gel coat ISO NPG (Isophtalique au Neo penthyl Glycol ), ainsi que ses résines ISO. Mais au détriment d'une augmentation du prix de revient.

Il n'y a pas de miracle, tout les matériaux vieillissent, a des degré divers, en fonction de leurs qualités initiales, leurs mises en oeuvre, leur utilisation

l'acier ça peut rouiller
l'alu ça peu s'electrolyser
le polyesyer ça peut s'osmoser
le bois ça peut pourrir
le beron s'effriter

17 juin 2008
1

Oui, l'époque n'y est pas étrangère...
Même en "oubliant" les échantillonnages plus épais d'antan, on peut dire que la plupart des bateaux polyester des années 70/80 étaient faits avec des résines isophtaliques ou équivalentes, imbibant à la main des rovings épais tressés et croisés.

A partir de 80, pour des raisons financières (beaucoup de chantiers firent faillite alors) les survivants passèrent à la résine orthophtalique, moins chère, imbibant des mats de moindre consistance, réputés moins buveurs de résine. Tout bénéf donc, même si les plus scrupuleux surent faire des panachages raisonnables des deux méthodes.

Et puis le travail fait main commença à laisser la place au projeté-chargé, autant de gagné sur la M.O tandis que des financiers cupides (pléonasme !)corrigeaient la copie des archis en leur imposant moins de structures, de moindre qualité, et des épaisseurs de bordés de plus en plus maigrelettes.
L'histoire des "bateaux mous" pouvait commencer !

A la fin des années 80, cerise aigre sur le gâteau rance, vint la grande vague de l'osmose et les procès touchant plusieurs chantiers : Le principal fournisseur de résine avait eu la "bonne" idée pour maximiser ses profits, de livrer aux chantiers navaux des camions-citerne de résine à piscine... Sans, paraît-il en informer ses clients.
Une affaire où tout le monde avait à perdre et qui déserta vite les prétoires pour l'arbitrage privé plus discret, tandis que les acheteurs étaient tout aussi discrètement indemnisés, pour des travaux que bien peu de chantiers maîtrisaient alors.

Pour la petite histoire, dans le milieu journalistico-nautique, "on" savait depuis 1985, après avoir vu des bateaux vérolés, exposés au Salon après un rapide lifting qui n'avait pas tenu !
Mais la menace de procès pour dénigrement était tellement forte qu'il fallut attendre 1987, avec la révélation du secret de Polichinelle par L'express, pour que le tabou soit enfin levé.
Parole d'un ancien combattant ! :-(

17 juin 2008
0

Le vendeur est un âne !
un bateau qui n'a pas d'osmose aprés 18 ans c'est bien sûr possible : il n'a été mis à l'eau que 4 ou 5 mois par an, il est dans un port d'échouage et au sec 6 heures par marée et donc environ 11 heures par 24h, etc...
Mais en aucun cas cela veut dire qu'il n'en sera pas atteint.
Dans tous les cas il est intéressant de faire une analyse de hydrométrie, et pourquoi faire expertiser le boat. L'expertise ça un coût, mais en général cela permet de ne pas se tromper.
Et s'il n'est pas osmosé, ne pas hésiter à faire un traitement préventif.
Mais tout ça, c'est comme les assurances, toujours trop cher avant l'accident !!!

18 juin 2008
0

27 ans
27 ans il a mon pépére. Je l'ai depuis près de 15 ans. Dix ans en Bretagne nord où, dans mon petit port de Tréguier, je pouvais le mettre à sec à moindre frais et pas d'osmose.
Je suis parti en Méditérannée, il avait 22 ans et toujours pas d'osmose.
Les prix prohibitifs de grutage et surtout de location d'emplacement à sec (trois à quatre fois plus cher que la place de port)ont fait que je ne l'ai jamais sorti autrement que pour le carénage. J'ai vu apparaître les premières traces voici deux ans, cette année il faudra que je passe au rabotage et au séchage.
Conclusion ; si le bateau peut sécher régulièrement, pas de problème. Sinon l'osmose viendra inévitablement même au bout de plus de 20 ans.
Le vendeur essaie simplement de t'arnaquer. Un vendeur honnête, c'est comme un avocat qui dit la vérité ... ça se saurait

18 juin 2008
0

conclusion
Merci à tous d'avoir répondu.
Je pense en effet qu'il est très difficile sinon impossible de savoir si on aura de l'osmose un jour sur une coque.
Je suis bien d'accord que plus on le met à sec plus on retardera le problème.
Mais bon un bateau c'est fait pour naviguer.
Par contre côté vendeur il y a la manière de vendre.
C'est sur que celui à qui j'ai (eu) affaire ne cherche qu'à vendre et empocher la commission.
Bon c'est son métier mais il n'est pas très malin non plus.
Sa façon de faire ne peut que rendre les gens suspicieux.
En général je préfère traiter directement avec le propriétraire mais bon.... pas toujours possble

Bon ben, on va chercher autre chose.

Bon vent à tous

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'eau de l'Aude là

Après la pluie...

  • 4.5 (12)

L'eau de l'Aude là

mars 2021