orage aux baléares.

Marin peu confirmé, je ne fais de la voile que depuis 3 ans, mais assez bien armé en connaissances météo,navigation et sécurité( je suis pilote de ligne de métier), j\'ai la chance d\'être propriétaire d\'un Océanis 331 neuf. Cet été, en famille, nous étions aux Baléares. Mouillés dans le port D\'Andreix au sud de Mallorca, nous décidons, de partir pour IBIZA avec une mer d\'huile, et par vent calme avec une prévi météo qui nous assurait une mer d\'huile.Un étrange concours de circonstance nous fait lever l\'ancre à 17 heures pour une traversée d\'environ 7 heures.Les 4 premières heures se font sans aucun vent avec une légère houle de travers. Pour stabiliser le bateau, j\'avais monté la grand voile très tendue avec deux ris et un mètre de génois déroulé. Vers 22H par nuit noire, nous avons aperçus sur notre droite des orages.Etant à une heure des côtes, nous avons espéré arriver à temps.Tout à coup, alors que nous étions dans un calme absolu, j\'ai entendu de forts grésillements comme un puissant court circuit éléctrique. Un regard au mat, pour constater qu\'il était recouvert de petites lumières, des feux de St Elme. Réaction immédiate, j\'ai expédié femme et enfants à l\'intérieur, hublots fermés, j\'ai enfillé un gilet avec harnais. Dans les secondes qui suivirent, le bateau se couchait sur l\'eau, avec les barres de flèche touchant la mer, les vagues passaient sur le bateau avec un anémomètre indiquant des rafales à 40 kts.Le bateau devenait incontrolable, et s\'installait dans le lit du vent, malgré la barre à virer et le moteur plein gaz. Il m\'a fallu 5 minutes pour trouver entre deux rafales la possibilité de virer aidé du moteur, et me mettre à la fuite.
Vent arrière, avec 2 mètres de génois et grand voile pliée mous faisions du 8 à 10 Kts et parfois une grosse vague nous rattrapais inondant le cokpit. 30 minutes après le vent faiblissait. Bilan plus de peur que de mal, une porte dégondée à l\'intèrieur, 10 litres de fuel partis par l\'évent réservoir lors des inclinaisons hors standart.
Heureusement que nous n\'étions pas plus près des côtes, car prendre fuite aurait été plus délicate! Bon vent à tous et prudence!

L'équipage
27 août 2004
27 août 2004
0

Si je peux me permettre...
... la première prudence serait de ne pas partir en fin d'après midi pour ne pas arriver de nuit, surtout pour une traversée si courte.
D'autant plus qu'il ne doit plus y avoir une seule place dans le port d'Ibiza, et que faire un mouillage la nuit n'est jamais recommandé.

Cela aurait permis de voir arriver cet orage exceptionnel, certainement prévu par la météo, mais qui n'aurait pas éclaté en pleine journée...

Maintenant être au mouillage avec 40 Nds de vent ne doit pas être très confortable !

27 août 2004
0

simple curiosité
y a t'il une mise à la terre (la mer dans ce cas) du gréement sur ce type de bateau ?
Pour info ,j'ai toujours eu au moins 1 orage au mois d'aout dans ces iles.
j'espère que femme et enfants ne sont pas traumatisés.
meilleur vent pour la prochaine nav.

27 août 2004
0

Mer fermee = danger
Meme sans aucun orage annonce par la meteo,j'ai vu l'annee derniere 42Kn en rafale pendant la nuit en mer Egee alors que rien ne le laissait prevoir,
Je mouille toujours 2 ancres et si possible 1 bout a terre.
Il m'est arrive de voir une dixaine de bateaux empiles au mouillage apres une rafale malgres l'abris d'un port (knidos) heureusement un grosse goelette les a arrete avant les rochers.
Quelle bonne nuit.........

27 août 2004
0

moulliage puerto soller aout 1989
3/4h d'orage milieu d'après midi,temps super avant super après,juste 3/4h,une partie des bateaux laissés seul se retrouvent à la plage, le toit du super market envollé.En mer on les voit arriver svt on peut les éviter (de jour).

27 août 2004
0

Orage
Il y a 4 ans (ou 5, je sais plus), en aout, je me suis retrouvé au milieu du golfe du Lion (traversée Leucate -&gt Marseille) la nuit avec un orage fumant.

C'est la nuit où la grande roue de Palavas (ou Valras, j'sé plus) s'est cassée la figure.

Comme je n'ai pas d'anémo, je ne pourrais dire la force du vent.
Seulement les constatations suivantes :

  • A sec de toile, j'avais un winch dans l'eau quand j'étais travers au vent (le bateau est un Karaté MKI, pas vraiment gîtard), les plexis du roof à demi-immergés et le cockpit qui commencait à se remplir par dessus l'hiloire.

  • Pas de grosses vagues, car le vent ne dure pas assez longtemps pour lever la mer. De toutes façons, la mer était comme soufflée, aplatie par le vent avec une zone de 1,5m entremélée d'air et d'eau à la "surface" de la mer.

  • Impossible de se tenir debout dans le cockpit à cause du vent (harnais).

J'ai donc passé 1/4 d'heure à me tenir à l'intérieur en me demandant si c'était pas une hallucination ou la fin du monde.

Celà a fini par un coup de foudre sur le mât alors que l'orage s'éloignait et qu'il n'y avait déjà plus de vent. Pas de casse à part la VHF (mais j'avais mis de la chaîne autour du mât et haubans comme c'est marqué dans le manuel).
Du coup, je suis allé me reposer de mes émotions au mouillage dans l'avant port de Agdes, où je me suis fait des crèpes (et aussi virer au petit matin car c'est interdit).

Effectivement, je préfère me prendre un truc pareil en pleine mer, où il y a de l'eau à courir, qu'au mouillage ou près d'une côte.

Faut faire gaffe avec les orages en Med.

28 août 200416 juin 2020
0

Swanee, t'es fou :-)
C'etait en 99, la roue de Palavas, et je revenais des Baléares, mais dans le golfe de Narbonne le vent de Sud etait monté progressivement à 30/35KN : je me suis arrété à Gruissan pour voir le spectacle...
Par contre j'ai pris celui du 15 Aout 03, où pas mal de bateaux au mouillage devant l'Espiguette
ont fini sur la plage.
J'etait devant Frontignan, et à cet endroit l'orage etait paralléle à la cote, heureusement pour moi ;-)
Il m'a donc poussé(l'anemo à 50) vers Palawaï, le batô etait à sec de toile, moteur embrayé au ralenti et sous pilote. Il est resté trés stable sans giter, juste des vibrations impressionnantes dans le gréement, au bout d'une demi-heure ça c'est calmé et on est rentré sans avarie.

Ce qui m'inquiétait le plus c'est qu'on n'y voyait rien (j'etais dans le coin des conches;) on surveillait par le capot avant entrouvert, comme dans un tank...

28 août 2004
0

mise a terre en cas d'orage
pour repondre a la question de la mise à terre en cas d'orage
une chaine allant du mat à la mer.
Débrancher ensuite tous les appereils
cordialement

28 août 200416 juin 2020
0

concernant la mise à la terre
L'océanis est effectivement équipé d'un cable éléctrique de bonne rection qui est branché sur le mat, descend à l'intèrieur de bateau, et est branché sur un des boulons de quille, laquelle est en fonte.
Bonne mer et bon vent.
Concernant le mouillage de pollensa, cette année encore, nous avons essuyé des 45 noeuds dans la baie, mais avec 3 mètres de fonds de bonne tenue, et un bateau équipé de 60 mètres de chaine de 10, je n'ai jamais eu le moindre problème

28 août 2004
0

Fardage et lest
Je trouve un peu etonnant (mais certainement exact) qu'un bateau de la taille d'un Oceanis 331 mette ses barres de flèches dans l'eau essentiellement avec des rafales à 40 noeuds. C'est peut être qu'à force de diminuer les rapports de lest des bateaux et d'augmenter la HSB et le fardage, on arrive à des comportements un peu limite.
J'ai eu à remonter la Mer Rouge au près et je me demande quel serait la capacité à s'élever au vent de ce type de bateau avec un vent réel moyen de 25 noeuds et une mer encore plus dure et hachée que la Mediterranée.

29 août 2004
0

c'est quoi ce bintzzz........
dit guy,ta femme,elle prend quoi comme medoc ??

non,je deconne bien sure,et bien je ne savais pas que cette region etait si......exotique,dans sa climatologie.........

et sait on à quoi c'est due...?

gg.curieux........

29 août 2004
0

gégé...
quand tu viendras chez nous on te fera gouter les coups de tram' et de mistral, les orages et les vagues bizarres... viens gégé viens....

29 août 2004
0

En réponse à François qui est surpris du comportement de l'Océanis
Après 2 années de Navigation avec un Océanis 331, je peux faire une analyse assez objective. C'est un bateau très marin, sur, de finition intérieure notamment un peu légère qui demande un propriétaire attentionné et un peu bricoleur.C'est la seconde fois que je touche l'eau avec une barre de flèche. Un fois je suis parti au lof par ma faute, sous grand voile uniquement vent plein arrière de 35 noeuds.Bien fait pour moi! et ce jour d'orage au baléares.Après analyse, même avec deux ris, vent en rafales plein travers 40 kts, j'étais encore trop voilé et de plus des vagues que j'estime entre 3 a 4 métres deferlantes nous ont pris à ce moment là plein travers. Je pense que c'est surtout la combinaison des 2 qui à permis une telle inclinaison.
Sinon c'est un bateau très performant car pour uune longueur de 10,5 mètres, il pèse 5,5 tonnes avec une quille à bulbe de 1m60 pour 1T5!
Pour exemple,je communique quelques repères.
Au près toutes voiles dehors (il faut dire qu'elles sont neuves, cela aide) avec 25 kts de vent apparent à la girouette électronique) environ 19 kts réels, avec un gisement vent de 30° apparent, mon bateau atteint, sur mer lisse 8 kts au loch avec une gîte correcte (le rail de fargue restant au dessus de l'eau)A maintes reprises, je me suis surpris en train de depasser des unités plus grosses, ou plus pointues et dans les faits moins rapides.bon vent, bonne mer!

29 août 2004
0

impressionant !!!!
mais bon......c'est la nature.....et comme l'homme est assez con pour s'instaler dans des endroits pareil......c'est comme dab' un beau bordel......

pascal,je connait assez la med pour savoir que ce n'est pas toujours un endroit idilique......j'y ai plongé pendant des années et aussi beaucoup navigué il y a 30 à35 ans sur des bateau de loc,(à l'epoque des particuliers),et des ship de copain...et j'y ai eu aussi quelques peripecies...

mais cela n'a (pour moi ) pas de comparaison avec un coup de vent contre courant de vives eaux entre la hague et les anglos du cote du singe par exemple ,ou j'ai pas mal galeré sur un 7m ( edel 4 deriveur,une merveille).....

chaque endroit à ses bonheurs et ses miseres,et partout sur cette terre il vaut mieux,et y etre au bon moment,et y etre dans les meilleures conditions.......

l'idée comme quoi les matafs de med ne valent pas un clou n'est certainement pas de moi,ni de qui que ce soi qui connait la mer et ses vices,non,les differences pour nous nordistes c'est 2 choses qui nous changent vraiment.
la temperature de l'eau et le fait de pouvoir plus en profiter,et surtout l'absence de marée qui pour nous est une liberation au niveau horaires,pour la cotiere et sens de navigation pour le sens du courant........

pour le reste il va sans dire que la mer reste la mer et que qu'elle quelle soie elle doit inspirer le respect et la prudence......
et une bonne connaissance du lieu,et ce en parti grace à vous et à HEO........

gg.merophile

29 août 2004
0

ça me rapelle ouistreham
l'année passée vers mi-aout, on a pris comme swannee des rafales jusqu'à 60 nds, 1/2h pas trop de vagues formées car tout s'est passé bien vite, mais la foudre qui grésille autour de nous, et trois tornades qui vont dans tous les sens, ceci pour dire qu'il était impossible d'éviter la chose, faut pas aller en med pour ça !

29 août 2004
0

je ne suis pas météorologue mais il me semble
que beaucoup d'orage en med viennent de ce qu'on appelle un "épisode cevenol" avec des masses d'air chaud et très humide en direction du nord qui rencontrent les pyrénées et les cevennes et qui s'élevant pour passer dessus rencontre une masse d'air froid en altitude et reviennent chargés d'électricité statique pour faire des orages importants et très soudain

en tout cas c'est comme ça vers port camargue

amicalement

30 août 2004
0

hé oui Catherine,
à ouistreham quand on sort du port,on passe à chaque fois le "cap orne"

gg.ptdr....

30 août 2004
0

confirmation gébé
au meme endroit, bateau au meme mouillage, meme scenario aout 2000 avec moins de dégats
les égouts de la ville débordaient dans le port et sur la plage ce qui n'a pas empeché les gamins de se baigner apres l'orage dans les immondices et avec une odeur...La ville etait devenue une patinoire,rues et trotoirs enduits de gras.
Mais les Bléares sont quand meme une superbe destination.
quelle section de cable entre quille et mat?
bon vent.

30 août 2004
0

rapport de lest
je possède un wauquiez pretorien de 10,80m et 6t5
avec 3 tonnes de lest en plomb le rapport n'est pas du tout le même que l'oceanis.

je ne suis pas architecte mais bon 1t5 de lest sur 1 10,50m çà me parrait faible pour avoir une forte raideur à la toile même si la stabilité de forme joue aussi quand à la raideur à la toile.
Je reste septique quand à l'allegement permanent des bateaux car un bateau plus lourd sera plus confortable, plus stable et taperas moins, qui plus est s'il est bien toile ( 75m² au pres pour un pretorien il se tient tres bien dans le petit temps)

par exemple je suis remonté fin aout des baléares avec 35nds de vent de NE des creux de 3m GV à 2 ris et genois à demi roulé et mon liston été loing de touché l'eau,c'est quand même plus confortable, sa,s avoir à craindre une vague prise par le travers

30 août 2004
0

a gérard
Gérard qui parle de ouistreham ne serait pas Gérard Geffray par Hazard?

07 sept. 2004
0

Barre de flêche dans l'eau...???

Plutôt septique Monsieur Océanis...

C'est comment à l'intérieur du bateau après une figure comme ça ?

Et dehors, on se tiend debout sur le dossier des bancs ou sur le pied de la table de cockpit ?

Parce que si la barre de flêche est dans l'eau, le mât est "en dessous" de l'horizontale et la quille doit commencer à sécher... :-D

Mais ça doit être une expression méridionnale qui veut dire que l'on gîte au delà de la normale, c'est à dire que l'on approche les 45°...

L'important est de rester accroché. :-D

07 sept. 2004
0

orages en méditerranée
Bonjour à tous trois exemples en mémoire :
Cargèse, petit matin en août, orage de grèle, en 5 minutes le bateau est blanc avec des gros grelons, les voisins au mouillage dérapent les uns après les autres, çà dure 1 heure mais quel bordel comme réveil. Moi je ne bouge pas vachement fier de mon mouillage pour cause l'ancre était crochetée dans un vieux ponton coulé, j'ai du plonger en bouteille pour la récupérer mais je n'ai pas chassé....
Collioure 15 août préparation feux d'artifice, quelques "centaines" de bateau, orage dans les montagnes puis .... 50 noeuds dans le port un bordel impensable, je me retrouve accouplé à un bateau à moteur qui aveait la bonne idée de prendre mon ancre en remorque et m'emmener en ballade vers les cailloux... enfin après deux heures de bataille je récupère mon ancre et libère le bateau à moteur. Et puis le calme revenu on se met à entendre "les abeilles" sur toutes la parties métalliques du bateau, on n'en mène pas large mais rien se produit et .... quel beau feu d'artifice.
dernier souvenir : Porto Feraio (Ile d'Elbe) 16h en août, orage de tous les côtés, trombes d'eau, 30 cm de flotte dans les rues et 1 h de course à pied pour revenir prendre l'annexe et retouner vers le bateau laissé au mouillage. Première bonne nouvelle on retrouve l'annexe laissée sur un môle en béton (même pas attachée...) puis on cherche le bateau car nuit noir entre les éclairs et pas de bateau puis on le retrouve, il avait chassé et traversé toute la baie mais on le retrouve (lui, mais pas mes lunettes de vue qui sont toujours au fond de l'eau) merci à ceux qui l'on aidé à ne pas faire trop de dégats. Pendruig est un bon bateau qui excuse (jusqu'à ce jour) les conneries de son skipper.
Conclusion rien n'est sur en méditerranée surtout l'été.
Anecdote rapelant le jour ou la grande roue de Palavas est tombée, cela m'a coûté les vitres de ma voiture garée sur la zone du port. Comme quoi les graviers volaient bien ce jour.

14 sept. 2004
0

Dans la série « faites vous peur »

J’ai trouvé ce ratio « déplacement/longueur à la flottaison ».
C’est le déplacement en charge exprimé en tons divisé par le cube du centième de la longueur en pieds.
Soit en métrique : dép en Kg / 1016 / (0.01*flott en mètre / 0.3048)^3

Prenons l’Océanis 331 de 5100 Kg et 9,30 m à la flottaison. Ajoutons 1 tonne de charge.
Cela fait 6 tons / (30,5 pieds * 0.01)^3 = 211

Interprétation des ratios

De 150 à 225 : monocoque de course ou croiseur côtier léger
250 : voilier de croisières moyennes au confort modéré
300 : voilier de longues croisières au bon confort
400 : voilier de grandes croisières, excellent confort et grande sécurité

On croit donc acheter un bon gros 33 pieds familial et on se retrouve avec un côtier.

22 sept. 2004
0

En réponse à Basile sur ses calculs.
Merci pour les conseils de l'architecte naval.
Je tiens néammoins à préciser que la sécurité d'un bateau passe précisément par le fait qu'il soit le plus léger possible!! Les bateaux modernes (comme le mien) ont des limitations de masses maxi différentes selon que l'on part pour une navigation en cat A que B ou C. Et dans ton calcul comment intégrer les deriveurs à quille relevable qui eux doivent, pour conserver la même sécurité et raideur à la toile être lestés d'une tonne de plus faute d'avoir une quille. (lesquels d'ailleurs sont limités en 2eme cat dans le cas d'un océanis 331 alors que le quillard est en 1ere)
Attentions aux calculs d'alchimistes!!!!
Une vedette de la SNSM à longeurs égale pèsent bien moins lourd qu'un chalutiers ou même une vedette de plaisance.. En bateau le poids tue!
Les bateau alu sont très cher et recherchés justement parce qu'à dimension égale, ils sont plus légers!!!!que l'acier ou le statifié
Bon vent

22 sept. 2004
0

Faut pas croire tout ce que dit la pub'! ;-)
&gt la sécurité d'un bateau passe précisément par le fait qu'il soit le plus léger possible!!

Oui pour les multis.
Non pour les monocoques. N'en déplaise à la pub'de certains chantiers qui font exactement l'inverse!
Je ne vais pas redonner indéfiniment les liens vers des sites à ratios,
mais je rappelle simplement ces valeurs basiques, hyper-simples à
comprendre:

Sur un monocoque, la meilleure sécurité c'est:
1/ Un lest égal à 40% du poids total,
2/ Un centre de gravité sous la flottaison,
3/ Un franc bord modéré avec un roof proéminent pour qu'en cas de capsize,
l'esquif soit en déséquilibre tel que les vagues le remettent d'aplomb,
4/ Un mât égal au maximum à 120% de la longueur au pont, avec étai, bas-étai,
galhaubans, bas-haubans, fausses bastaques et 2 pataras.
5/ Une voilure maximum au l'orde 11 m2/tonne.

J'ai toujours veillé à ce que mes bateaux perso se rapprochent le plus
possible de ces critères. C'est ma façon de gérer ma sécurité.
Ces critères, on les retrouve encore en neuf (plus ou moins...) chez
Hallberg Rassy, Amel, Moody ou Westerly.
Sinon, à prix égal, mieux vaut amha une occase de ces marques là plutôt
qu'"autre chose" en neuf...
Mais, après tout, à chacun sa manière de jouer à la roulette russe! :-)

--
christian.navis.free.fr[...]/

22 sept. 2004
0

Je ne critique pas, je me pose simplement des questions

J'ai acheté à l'origine un bateau léger pour éviter de me mettre inutilement dans de gros frais. Maintenant, je cherche autre chose, notamment un bateau plus confortable au mouillage ou dans le clapot, et qui me laisse descendre à la table à carte sous pilote avec 30 noeuds au près en solitaire.

Les bateaux que les constructeurs "médiatisés" nous proposent sont beaux, très beaux, au Salon. L'Océanis 331, je l'avais regardé avec envie surement comme beaucoup au dernier salon. Ma gorge s'est un peu serrée en voyant le prix, mais bon, si c'est le prix à payer pour avoir un très bon bateau !

Or, il semble que la tendance soit à nous faire acheter un bateau avec moins de renseignements que pour un yaourt, ce qui vu les prix, est quand même un peu fort. Qui connait la surface mouillée ou le maître couple de son bateau ?

On achète donc un bateau en faisant confiance (comme dans la pub) à une marque, un architecte.
On croit acheter un bateau bien lourd de 5 tonnes, or son ratio est presque le même que celui d'un First 211.

C'est ça qui m'inquiète. C'est pas grave de se tromper de bateau en déboursant 15 000 €, ça l'est plus à 100 000 €.

22 sept. 2004
0

Affaire d'études de marchés et d'industrialisation

Certains bateaux d'aujourd'hui sont des caravanes flottantes, agréables
à regarder au port et à barrer par petite brise, parce que dans les
années 80, les études de marché énonçaient la vérité d'alors:
Les plaisanciers français ne font que du côtier de port à port!

Seulement, voilà... Il y 20 ans, un GPS basique donnant juste L et G
valait deux briques. Aujourd'hui, des modèles infiniment + performants
coûtent 150 euros. Conclusion: Les personnes rebutées par le sextant,
ou inquiètes de leur estime, se sont mises à aller de plus en plus loin
sur des bateaux qui n'étaient pas étudiés pour.

Parallélement est apparue l'industrialisation (relative) avec son corollaire:
la réduction des coûts de fabrication.
D'où réduction des échantillonnages de coque, ponts, renforts, capots,
accastillage, mâts, gréement... Mais aussi des prix, nos chantiers navaux ;-)
font à qualité apparente (!) égale les bateaux les moins chers du monde.

Quant aux archis...
Ils savent bien tout cela. Lorsque Joubert et Nivelt ont conçu "Voyage"
le deuxième bateau d'Antoine, ils ont sagement appliqué les 5 critères
donnés plus haut. Mais lorsqu'un chantier leur commande un bateau
joli, habitable, cossu, pas cher à construire, et susceptible
de gratter 1/4 de noeud à son voisin pour flatter l'ego du skipper,
ils font ce qu'on leur demande. Faut bien qu'ils mangent eux aussi!

22 sept. 200416 juin 2020
0

Meuh non, t'as pas fait des calculs d'alchimiste, Basilus!
C'est d'ailleurs sur ces critéres que choisissent les brittons. Je met en PJ un extrait de yachting monthly, où y parlent de boats que j'aime bien ;-)

Par contre t'as été dur d'ajouter une tonne au poids du 331, les brittiches font ça avec le déplacement lége.

Pis pour avoir navigué sur des plans "modernes" et sur du "classique"(révisé par G Frers), ya pas de bléme: vive le lourd !!!

22 sept. 2004
0

Nan j'ai pas la mouche batteuse ;-)
T'as tout à fait raison de te poser cette question car c'est un des gros pb des coques légéres et larges: ça va super bien quand c'est vide, ça devient affreux quand on les charge.
Sur mon ancien bateau( etap 28i) quand on voulait remonter avec du clapot, yavait interet à vider le reservoir d'eau(80L à l'avant) sinon ça tapait au max !

Mais pour comparer, vaut mieux calculer avec le deplacement lége.

Pour l'extrait sec de la Duvell, il ne compense pas la faible densité de l'alcool, donc la biere (et le vin) sont plus leger que l'eau...

22 sept. 2004
0

Pas mal ton tableau, Kidd

J'ai rajouté 1 tonne car stephane.demerliac.free.fr dit de prendre le poids en charge. D'après les notices des constructeurs, il est supérieur de l'ordre de 400 Kg pour un 21 pieds. Sur un bateau de voyage, ça peut monter à 2 tonnes.

Pour comparer des bateaux de taille égale (et gros) ça ne change pas grand chose, mais sur un bateau d'une tonne, 400 Kg de viande, bière et matos, ça change le comportement. Et la bière, ç'est plus lourd que l'eau. Une fois séchée, il reste un "extrait sec" important. C'est pour ça que tu as la bouche pâteuse après ta Duvel.

22 sept. 200416 juin 2020
0

Cet été à Elbo
En moins de 2 minutes, on est passé de 0 à 35 noeuds, la mer a commecé à fumer. A sec de toile, notre Gin Fizz gitait d'environ 20 à 25°. L'orage a duré 2 heures.

22 sept. 2004
0

calculateur

si vous etes intéréssés par les comparaisons de coéfficients entre différents bateaux, ce site

image-ination.com[...]lc.html

en a pas mal dans sa base, ou peut calculer sur la base des données à disposition

23 sept. 2004
0

pour clore un débat qui devient stérile.
Je suis surpris de la réaction des lecteurs de mon article sur l(orage que j'ai essuyé aux Baléares.
En effet pour avoir raconté une expérience météo, sans aucune autre arrière pensée, j'assiste à un débat qui tourne autour de la critique du bateau, des nouveaux modèles, des bateaux neufs etc etc etc.
Oui j'ai un bateau neuf et j'en suis très satisfait.
A la différence de beaucoup sur ce site comme ailleurs, navigateurs de claviers, avec ce bateau, depuis avril 2003 j'ai effectué plus de 4000 nautiques la majorité au large, généralement seul à bord.
Je viens de rentrer de Ménorca par force 6 avec des creux de 3 mètres au pré serré avec une moyenne de 6,2 Kts en 36 heures
J'ai essuyé quelques gros coups de vents.
Mon bateau est une caravane! mais curieusement, lorsque je me retrouve par des vents force 6 et plus je constate que je suis le seul en mer!!!!!!!
Un peu de modestie, de réalisme et de bonne foi enrichiraient le débat.
Bon vent à vous messieurs les marins.
Pour les autres, continuez à bien fantasmer!

23 sept. 2004
0

Faut pas se formaliser ...
Océanis, c'est la loi du genre :-)

En fait, si on cantonne les commentaires au sujet exact du départ du fil, tout s'éteint assez vite et le fil meurt. Si le fil devient long, la conversation dévie, comme dans la vraie vie en somme.

Je suis sûr que beaucoup de gens ont trouvé ton expérience intéressantes et sont contents de l'avoir lue, car cela n'arrive pas tout les jours de voir son mat illuminé par St-Elme :-)

Il serait intéressant de savoir quels sont les éléments qui se sont montrés faibles (et inversement) sur un bateau comme le tien qui navigue vraiment beaucoup.

23 sept. 2004
0

Personne
non décidément personne n'est propriétaire de son fil.
Désolé Océanis "parano".
Je viens de lire ce fil qui est le reflet de questions que beaucoup se posent à propos des bateaux construits récemment face aux conditions météos qui se durcissent.
On ressort les critères lourds anglo-saxons mais il ne faut pas y voir de méchanceté.
Et puis d'autres (moi parfois) sont seuls en mer par force 6 ou plus.
Comment dis-tu Océanis ? "un peu de modestie"

Le chat raisonneur

23 sept. 2004
0

Seuls au monde comme les amoureux! :o))

De toute façon, à force 6 et plus, avec la mer du vent, et les embruns limitant la visi, on voit à peine les cargos... Alors, les autres voiliers...

23 sept. 200416 juin 2020
0

Suite
Je précise que si j'arrive à naviguer aussi souvent en Méditérranée, c'est parce que avec 10 mètres, je trouve toujours de la place dans tous les ports, et que ma famille accepte volontier de m'accompagner, et particulièrement ma femme (parce que la bateau est confortable, parce que le cabinet de toilette est grand, à cause des douches chaudes, des 3 cabines doubles, du grand carré salon que l'on a pas besoin de transformer en couchette, et de la grande plage pour se faire bronzer!!!
Ceux qui naviguent souvent me comprendront! Pour les autres inutile de chercher les subtilités!
Photo, Golf du lion, dimanche dernier
Force 6 au pré, 3 mètres de creux, et un thon+4 bonites dans le frigo

23 sept. 2004
0

On est nombreux ...
à être d'accord sur l'intérêt du confort à bord pour y vivre en famile :-)

23 sept. 2004
0

Te faches pas Oceanis
Moi aussi j'ai un Oceanis, si tu savais ce qu'on entend dire comme c.....e !
Je trouve que sur ce site, c'est certainement là qu'on en entend le moins !
C'est vrai que c'est un peu la loi de genre, toujours l'histoire des baignoires en plastique, des fer à repasser en alu, des gammelles en acier et des parpaing en béton ! Un grand classique !
Mais ton expérience était très intéressante à partager et puis comme tu le dis (et je me dis la même chose), tu as peut être une baignoire, mais tu navigues avec !
Grace à ton intervention sont sorties des données intéressantes, et je vais te faire une confidence: j'ai appliqué les calculs donné par les uns et les autres, dont ceux de Christian: et ben je ne sais pas toi, mais mon Océanis il est pile dedans ! Donc camembert les détracteurs !
:-D

Bon, dans un autre sujet, tu nous racontes aussi comment t'arrives à remplir ton frigo avec tant de thon et de bonite ? :-)
Parce que là, j'chuis nul !

23 sept. 2004
0

Nous n'avons pas les mêmes calculs!

Le Monsieur-qui-se-fâche dit avoir un oceanis 331 neuf. J'ai donc pris le Bateaux spécial Salon 2004 et je lis (page 200)

Poids total: 4,5T
Lest: 1,4T
Surface de voile: 58 m2 (sous-entendu au près)

En oubliant le franc bord très important, créateur de fardage, et le T.E de 1,60 m, amha insuffisant pour bien remonter au vent sur un voilier de cette taille, volumineux et haut sur l'eau...

Les conditions se sécurité optimales, selon les critères traditionnels, auraient été de limiter la voilure à 50 m2 maxi, et de porter le lest à 1,8T.
Mais le bateau eut été moins véloce, donc moins vendeur.

Ceci étant, à chacun ses goûts...
Il n'y a bien entendu pas de jugement de valeur à porter, entre celui qui choisirait "bien" le lourd et celui qui choisirait "mal" le léger.
Simplement il me semble utile de remettre en cause les affirmations péremptoires des publicités. Juste histoire de donner des élements de comparaison à ceux qui n'ont pas encore choisi.

23 sept. 2004
0

Freja, ça doit faire 20 ans
Que Beneteau fait des Océanis et renouvelle la gamme tout les 3/4 ans , yen a des reussis et pis des ratés (comme le 4..! Aie,aie, non pas sur la tête... :)

Mais l'évolution est là: y sont de plus en plus haut et de plus en plus large, et de moins en moins lesté... Donc pour pour avoir un bon comportement marin, sur un Océanis récent faut monter en taille.

23 sept. 2004
0

Si je comprends bien, Oceanis

Dans cet article, tu nous dis :
oh là là, la grosse peur que j'ai eu, les barres de flèches dans l'eau.

Nous on doit dire :
oh là là, la grosse peur qu'il a eu.

Point final ?

23 sept. 2004
0

Les calculs sont effectivement assez amusants.
En effet christian, lorsque je fais les calculs de notre ami basile (qui n'a pas les données exactes d'un océanis) je découvre moi aussi que je suis pratiquement dans les clous, et en tout cas bien plus qu'un MOODY dont il est fait référence.
Tous ces calculs de comptoirs ne prennent pas en compte le maitre bau du bateau
le fait que nous ayons des quilles à bulbes de 1M60 ce qui descend d'autant le centre de gravite. Bénéteau fournit les couples de redressement du bateau, avec un couple positif à 123° soit le mat 33° sous l'eau!!!!n'est ce pas le plus important.
Concernant les Bonites et Thons. En Méditerranée c'est très simple. Deux cannes, avec de la tresse pour 25 kgs deux rapalas en 7 a 8 centimétres. Une vitesse mini de 6 kts. ça mord surtout le matin au lever du soleil et en fin de journée. Particulièrement lorsqu'il y a rupture des fonds (lorsque tu arrives sur des fonds de 1000M et plus)les meilleures périodes sont l'été etl'automne. Durant 10 jours à trainer tu n'auras pas une touche, et tout à coup tu as un véritable drame familliale parce que toutes les cannes partent au même moment, il y a une réplique de Shinning dans le poste avec du sang de thon qui gicle jusque dans la cabine. Tu n'as plus assez de sac poubelles pour stocker les bonites dans le frigo, et que ta femme rale parce que ses bifidus se retrouvent au troisième sous sol dans le frigo sous 40 kgs de poisson!!!

23 sept. 2004
0

V'là ce que donne la base de données d'image_ination
Performance Comparison LOA Moody 33 33

Beneteau 331 33.9

LWL Moody 33 28.5

Beneteau 331 30.5

Beam Moody 33 11.5

Beneteau 331 11.2

Displacement Moody 33 10523

Beneteau 331 11172

Sail Area Moody 33 483

Beneteau 331 525

Capsize Ratio Moody 33 2.1

Beneteau 331 2

Hull Speed Moody 33 7.15

Beneteau 331 7.4

Sail Area to Displacement Moody 33 16.09

Beneteau 331 16.81

Displacement to LWL Moody 33 203

Beneteau 331 176

LWL to Beam Moody 33 2.48

Beneteau 331 2.72

Motion Comfort Moody 33 20.89

Beneteau 331 21.76

Pounds/Inch Moody 33 1171

Beneteau 331 1221

23 sept. 2004
0

en réponse à Basile.
L'intéret de mon article était surtout dans la manistestation de l'orage, et non dans une critique du bateau. Je navigue souvent avec un ami, ex skipper de Pen Buik, ayant réalisé et gagné plusieurs traversée trans atlantique et courses en équipage avec Tabarly,Kersauson,Jean Marie Finot (architecte créateurs des Ecume de mer,First,Océanis,Grand Soleil,Sangria etc).Proches de Finot, nous avons souvent discuté des cahiers des charges et caractéristiques des nouvelles générations de bateau. Un Océanis tant décrié par ceux qui n'en possèdent pas!!!!!!a la caréne Figaro, laquelle à maintes fois prouvé ses qualités tant en terme de rapidité que sécurité. Chaque année cette carène traverse avec des bateaux de 10 mètres l'atlantique!!!
Je sais, mon grand père aussi ne jure que par sa traction gazogène!!!!!
Qui accepterait aujourd'hui de rouler avec une Renault 16 où une 4CV. Elle étaient pourtant bien plus lourdes que nos TWINGO!!!!!!!
Bon vent bonne mère.Pour info un 331 mesure 9,30 a la flottaison,pour une largeur de 3,42m pèse 4450 kgs lège et possède une quille à bulbe de 1470 KGS dont 60% du poids se trouve à 1M60 de profondeur.Le couple de redressement est positif à la gîte à 123° (sous réserve de ne pas avoir chargé le grément et au pré la voilure est de 58M². Je tiens néammoins à te rassurer, j'ai l'intention de changer prochainement pour un Wauqiez 43 DS neuf.

23 sept. 2004
0

Et pourquoi
pas un gros oceanis? sont pas biens ?
Parce que Wauquiez y fait plutot dans le lourd aussi ;-)

23 sept. 2004
0

Et les Oceanis
n'ont pas été dessinés par le même architecte. Pour moi, Philippe Briand.

N'empêche qu'Océanis a précisé un truc interressant: les quilles à bulbe et les voiles de quille en général, ont beaucoup progressé. Aucun calcul ne semble en tenir compte.

Ca pourrait être un débat intéressant si on s'en... pas, non ?

23 sept. 2004
0

Si je résume

avec des rafales à 45 noeuds, il était à l'hirizontale ?

23 sept. 2004
0

Pfff ...
C'est quoi, là, vous cherchez la bagarre après 2 jours de calme sur le forum ? :-D

Robert.

23 sept. 200416 juin 2020
0

Cessons de nous chamailler,

on fait fuir tout le monde
;-)

23 sept. 2004
0

NO COMMENTS
CET ARTICLE AURA AU MOINS EU LE MERITE DE REVELER LE NIVEAU DU FORUM!
CONTINUEZ BIEN A TERGIVERSER
JE PREFERE REPARTIR EN MER,ET LAISSER LES GRANDS MARINS QUE VOUS ETES A LEUR CLAVIER ALGORYTHME.
QUANT AUX AUTRES,CEUX QUI ONT EU UN DEBAT CONSTRUCTIF MERCI.

23 sept. 2004
0

Qu'est ce que vous êtes enragés, en ce moment !
Gébé, bien sur que tu restes correct, mais tu fait comme si tu n'avais jamais navigué en Med !

Rien qu'un exemple (je cite):
"1/ 19 nds de vent réél, cela correspond à la force 5. Selon la définition de l'état de la mer correspondant à cette force de vent (bonne brise), les vagues sont "modérées, avec moutons et embruns"... La hauteur probable des vagues sera de 2 m à 2,50 m. "

T'es sur que c'est pas pour escagasser tout le monde ?

Ce que tu donnes correspond à un vent établi, pas à du thermique de Méditerannée. Quand je tire des bords dans la baie d'Ajaccio l'après midi, il y a 20 noeuds de vent, et même pas 50 cm de mer. Idem pour les Bouches de Bonifacio ou ça monte à 6/7 l'après midi, y'a pas 4m de mer.

Je suis sur que tu le sais très bien ou alors tu n'a jamais mis la quille en Med, ou bien tu fais l'imbécile !!!!!

23 sept. 2004
0

Pour calmer le débat

Je suppose que la vitesse de 40 nœuds a été lue après coup, par lecture de la vitesse maxi mémorisée par l’anémomètre. (Je ne vois pas notre amis mater l’anémomètre quand son bateau est couché).

Je suppose aussi qu’il y a eu une grosse « claque » de vent. Le temps que l’anémomètre prenne de la vitesse, le bateau était déjà couché. Dans cette position, un anémomètre ne tourne plus, et il n’a jamais pu enregistrer la véritable vitesse.

Donc, il y a eu beaucoup plus que 40 nœuds.

Content ?
:-)

23 sept. 2004
0

Oui ...
Basile, ça me semble être une manière intéressante de poursuivre le débat :-D

D'ailleurs en bon méditerranéen, tu sais bien que dans ces contrées-là on arrive même a boucher une entrée de port avec une sardine :-D

23 sept. 2004
0

Pourquoi torpiller,
Le sabordage était programmé ;-)

23 sept. 200416 juin 2020
0

J'arrive...

Et après avoir lu tout le fil, parfois un peu en diagonale, je m'arrête sur une photo de M. Océanis qui annonce force 6 et 3 m de creux...???

AMHA je verrai un petit 4 et surtout aucune houle...

Et pour ce qui est de faire 6,2 Nds de moyenne au prés serré en 36 h avec les mêmes conditions, :-D :-D :-D , je ne dirai qu'une chose : "chapeau bas"

23 sept. 2004
0

J'ai du mal recopier la photo...
...mais on la retrouve plus haut ! ;-)

Et pour ce qui est des Océanis, en général mais il doit y avoir des exceptions, je suis en train de rechercher un bateau de 11 m...
Quand les vendeurs pro me proposent un Océanis et que je décline gentiement la proposition, ils me répondent : -" Ah bon, vous ne voulez pas un frigidaire ?"...
Ce qui cofirme les propos ci dessus avec "1 thon et 4 bonites3...
:-D j'en rigole ! :-D

23 sept. 2004
0

pourquoi cet acharnement ?..
il y a une "donnée" qui n'a pas été prise en compte depuis le debut...
c'est la maniere dont est mené le bateau...
alors la c'est "les inconnus": le bon chasseur...ou le mauvais chasseur ?

tolerance...

dans tous les cas, "oceanis" a l'air d'etre un passionné...
alors force 4 ... ou 12 ?

(dans le doute il faut envoyer le spi... ;-) ;-) ;-))

24 sept. 2004
0

Ou bien...
- soit c'est vrai, mais c'est pas pour ça que l'Océanis 331 est un bateau plus dangereux qu'un autre...

et moi je penche pour celui-là

Suffit d'aller faire quelques régates (ou mieux des entrainements d'hiver en bretagne!) pour comprendre qu'il est plutôt facile de mettre la tete de mat de n'importe quel bateau dans l'eau! (meme sans spi...)

Alors, si en 32 ans de nav, ça t'est jamais arrivé, à mon avis c'est ke:
- soit tu sort pas dès qu'il y a plus de force 4
- soit tu sous-toiles tellement que tu ferais mieux de penser à la reconversion moteur :-p

Bon tout ça pour dire que chacun fait ce qu'il veut et ce que dit Oceanis est tout à fait cohérent.

Et je préfère pas parler de votre concept du bateau idéal, style armoire bretonne en chaine massif de 30 tonnes à moitié sous les vagues... A vous écoutez, on se demande comment tout les mini-transats, vendee-globes, figaro, etc survivent à leurs traversés! Pareil pour les bateaux modernes (pogo, bongo, etc), à mon avis beaucoup plus marin qu'un moody ou un halbert rassi!

A bon entendeur!

24 sept. 2004
0

Faut pas tout mélanger!
&gtA vous écoutez, on se demande comment tout les mini-transats, vendee-globes, figaro, etc survivent à leurs traversés!

D'abord, la casse (démâtages, voiles déchirées, poulies éclatées, P.A grillés etc...) y est importante.
Ensuite, hélas, il y a régulièrement des morts.
Enfin, il est un peu simpliste de confondre des engins de course ou de performance avec de sages voiliers de croisière familiale.
D'autant que, justement, les skippers de course sont en principe des mecs surentraînés, ce qui n'est généralement pas le cas des navigateurs de vacances (si on exclut les Bourgnon ou Jeantot qui font aussi de la croisière)

--
christian.navis.free.fr[...]/

24 sept. 2004
0

océanis dangereux ...
sans doute pour la majorité d'entre nous, plaisanciers "ordinaires"... c'est un bon bateau !

tout depend de ce que tu lui demandes !

on ne parle pas d'affronter les 40 emes !..

dans un orage "mediterranéen", tous les bateaux sont "surpris"...fonction de l'experience de chacun...
(pour revenir dans le "sujet"...)

si "oceanis" parle de barres de fleches dans l'eau:

c'etait peut-etre sa premiere experience du "petole-baston" de la mediterranée !..

et qui osera me dire que ça ne fout pas la trouille ???

24 sept. 2004
0

je vois que la raison semble reprendre le dessus!!!!!!!
J'ai précisé dans mon article qu'avec mon Oceanis 331, sous un voilent coup de vent, avec de très fortes vagues de travers, mes barres de flèche avaient touché l'eau, ce qui immédiatement déclenché une polémique stérile sur le bateau, etc etc. Je répète que j'avais 2 ris à la voile et 40% du génois, le vent a soufflé en rafales à 40 kts, dans une rafale le bateau est parti au lof, une grosse vague est arrivée à ce moment là, et le bateau ds'est couché lentement, pour se relever immédiatement. Cela ma cassé une porte coulissante intérieur, j'ai perdu ce qui était sur le pont, vidangé une dizaine de litres de gas oil par le trop plein du réservoir et j'ai du soigner bleus et coups au reste de l'équipage.
Qui a voyagé en méditérranée souvent ne fait pas le malin!!!!!En une heure on peut voir le vent changer plusieurs fois de direction et de force.Passer de pétole à force 8 en 10 minutes, alors que la météo prévoyait grand calme.
Quant au grand alchimiste qui étale ses connaissances sur les vagues en rapport de la force du vent, sache que dans la baie de la Ciotat, ou la rade D'hyères, on organise des régates justement parce que le vent peut souffler force 6 à 7 avec une mer sans vagues!!!!!!
L'ouverture d'esprit, c'est s'interresser, apprendre comprendre.
La jalousie et l'étroitesse d'esprit c'est critiquer.
Quant à moi, dès les premières lignes de mon article j'ai modestement averti que j'était un marin peu expérimenté,avec 3 ans de croisières derrière moi ( mais qui réalise 2000 nautiques par an au large!!!!!!!!!) faites vos comptes!

24 sept. 2004
0

Serais-tu un troll par hasard?

Je me suis posé la question et, du coup, cela m'a conduit à analyser ton "rapport de mer", en reprenant mot à mot tes propos:

  • "Les 4 premières heures se font sans aucun vent avec une légère houle de travers." (à retenir, c'est important pour la suite)

  • "Vers 22H par nuit noire, nous avons aperçus sur notre droite des
    orages." Plus fort qu'oeil de lynx! Je créditerais bien l'auteur d'une
    approximation (éclairs = orage) mais il nous a dit au départ:
    "bien armé en connaissances météo, navigation et sécurité( je suis pilote
    de ligne de métier)"
    Il est donc étonnant qu'il ait pris un grain obscurcissant le ciel
    et les étoiles pour "des orages".

  • "Vers 22 heures (...) alors que nous étions dans un calme absolu,
    j'ai entendu de forts grésillements comme un puissant court circuit
    éléctrique. Un regard au mat, pour constater qu'il était recouvert
    de petites lumières, des feux de St Elme."

Le feu de St Elme, c'est une ou deux lueurs nimbées vert-bleu, façon
ovni hollywoodien, uniquement en tête de mât, avec parfois un léger
chuintement à peine audible,
Et surtout après le passage d'un orage ou d'une dépression!!
Si on ne me croit pas, Gougoule vous donnera des liens vers divers
sites d'astronomie, météo, histoire maritime & so on...

  • Vient l'épisode héroïque: "Dans les secondes qui suivirent, le bateau
    se couchait sur l'eau, avec les barres de flèche touchant la mer,
    les vagues passaient sur le bateau"
    Donc, si ma logique est encore en état de marche ;-) on passe en quelques
    secondes d'un calme plat à des déferlantes recouvrant le bateau, le mât
    dans l'eau... Et encore, j'aurai la bonté de ne pas insister sur le fait
    que lorsqu'on voit un gros grain se dirigeant vers soi, et qu'en plus
    on marche au moteur, on roule et on affale tout.
    A la voile, on réduit préventivement, et si le vent est plus fort que
    prévu, on choque les écoutes!
    Débutant peut être, mais avec 6000 NM au compteur, en principe on sait cela!

  • La conclusion n'est pas mal non plus:
    "Vent arrière, avec 2 mètres de génois et grand voile pliée mous faisions
    du 8 à 10 Kts et parfois une grosse vague nous rattrapait inondant le cokpit.
    30 minutes après le vent faiblissait."
    Personnellement, je n'ai jamais vu la mer se lever aussi vite...
    Ni en Mediterranée ni ailleurs!

En résumé, nous avons un incident banal: Un bateau ventru et de fort
franc bord, probablement trop toilé à l'approche d'un grain, et qui se
prend une claque en gîtant à environ 50° (car, effectivement dès qu'on
dépasse les 45°, on a l'impression de se coucher sur l'eau.
Encore que par nuit noire, que peut-on bien voir?... :-)

27 nov. 2006
0

Bon alors
Je l'achete ou pas mon oceanis 323 deriveur. Personnellement je ne sors pas a plus de force 4 j'ai les jetons!!Par contre ma bergere elle raffole de la salle de bains et du frigo. Mais enfin si il est dangereux je l'achete pas parce qu'un jour avec ces conneries je vais bien me retrouver coince dans un coup de vent et c'est pas mon experience qui va beaucoup m'aider ni ma femme d'ailleurs haha. Donc il faut que je puisse compter sur le raffiot. Encore heureux qu'il ait fait beau et....

24 sept. 2004
0

Quel niveau dans le débat.
Et revient l'éternelle rivalité entre ceux qui peuvent s'offrir un bateau récent, et ceux qui en rêvent et critiquent.
Aujourd'hui à la retraite,j'ai eu déjà plus de 10 bateaux. Jeune, moi aussi je ne jurais que par les coques anciennes, plus lourdes, plus solides. Et avec cela au lieu de naviguer, je passais mon temps au port à bricoler, réparer, améliorer.'Des écumes de mer au Challengers, des Karaté aux westerly et j'en passe. Aujourd'hui que j'ai plus de moyens et moins de force, je navigue sur jeanneau 43 DS. Ne me faites pas rire lorsque vous comparez la sécurité de nos anciennes barriques avec les nouvelles générations. Chaque année, il y a des centaines de retraités européens qui traversent l'atlantique pour passer l'hiver aux antilles. Aucun n'a conservé sa poubelle d'antan!!
J'ai eu l'occasion de louer un Océanis 331 en méditérannée avec mon fils (plusieurs fois participant à la course du Figaro)
Ce bateau est très sain, particulièrement rapide au portant,ainsi que curieusement au pré . Les performances diminuent curieusement au bon plein!!!!
Les 8 kts annoncés par Océanis me semblent une valeur extrême, bien que en restant surtoilé dans des conditions inconfortable, par 20 kts de vent et mer lisse (en baie d'Ajaccio!!!!!!!) nous ayons passé les 7,5 kts!!!!!au pré!!!
Léger, ce bateau est très rapide, mais demande à très rapidement réduire la voile. Il possède un gros mat avec une seule paire de barres de flèches qui sont plus longues que la normale. Je ne suis pas surpris que lors d'une manoeuvre mal calculée, le bateau puisse momentanément prendre une forte inclinaison, car du fait de son grand volume et sa coque très ronde, il est particulièrement sujet au roulis par houle de travers.Ce bateau dans certaines conditions de houle se transforme en tambour de machine à laver fonction essorage.
Je connais plusieurs personnes ayant fait le tour du monde avec des Océanis 321/331/361
Par curiosité allez visiter les site de Folalier
www.folalier.com[...]/
Ils exposent en photo leur voyage aux US départ france avec un Océanis 36 pieds.
Messieurs, je vous souhaite de devenir plus aisés et de pouvoir acceder au plaisir d'un bateau neuf, rapide,sur et confortable.
Que l'esprit marin demeure sur ce site.
Merci

24 sept. 2004
0

C'est pas moi qui le dis...
...que les Océanis sont des frigidaires...

Ce sont les vendeurs professionnels, et par trois fois j'ai eu cette réponse !

Je ne reviendrai pas sur la photo avec force 6 et creux de 3 mètres...

24 sept. 2004
0

n'oublions jamais que .......
son bateau, celui avec lequel on navigue en ce moment, et bien .... c'est le meilleur, le plus beau, le plus adapté à ses envies et ses plaisirs !
et il va restera le plus beau ... jusqu'au prochain ;-)

PS : un bateau c'est "she" !!!

24 sept. 2004
0

Au fond t'as raison Farf,
Mais quand je lis:
"avec un gisement vent de 30° apparent, mon bateau atteint, sur mer lisse 8 kts au loch avec une gîte correcte (le rail de fargue restant au dessus de l'eau)"
cad des perfs que n'atteignent pas les meilleurs des First, je pense: pas crédible.

PS1: ni aigri ni jaloux, j'ai le boat qui me va bien...
PS2: j'adore naviguer dans le medium ;-)

24 sept. 2004
0

Old is beautifull ... ?
C'est bien vrai que (que soit le domaine) , tout ce qui est "ancien" a tendance à devenir "sacré", en bateau comme en maison de campagne, en toile de maître comme en films de cinéma :-)

Et que si on y regarde de près il y a eu dans les "vieux" voiliers autant d'horreurs que dans les "neufs". La différence est surtout dans le nombre produit. On en produit maintenant bien plus que dans le temps.

Et le temps ayant fait son oeuvre, les plus mauvais sont depuis longtemps au fond des vasières, seuls les meilleurs parmis les "vieux" sont encore là ... d'où une impression assez fausse sur la valeur moyenne de ce qui fut fait dans le temps.

Ce qui change aussi, ce sont les raisons qui conduisent à des erreurs de conception et/ou de fabrication: dans le temps c'était pour raison d'empirisme pifométrique excessif. Maintenant c'est parce-qu'on sait trop bien calculer les structures, et donc qu'on réduit à très peu de chose le coefficient de sécurité, ce qui fait qu'une petite erreur peut devenir très gênante.

En tout cas, beaucoup plus de gens peuvent profiter et c'est tant mieux, même si ça fait plus de monde au mouillage :-)

24 sept. 2004
0

Le coup du mépris...
&gtEt revient l'éternelle rivalité entre ceux qui peuvent s'offrir un bateau récent, et ceux qui en rêvent et critiquent.

Le mépris du "riche" (tout est relatif!) envers le "pauvre" (encore plus relatif) c'est vraiment l'argument le plus triste qu'on puisse employer pour justifier du choix d'un bateau.

Supposons un budget de 150 briques.
On peut:
- Acheter un des nombreux tupperwares encensés par la pub', semblable à son voisin au logo près,
- S'offrir un vrai bateau qui ne soit pas la copie du voisin. Par exemple, un Wauquiez ou un Hallberg Rassy neuf, du même prix que les tupperwares, avec 1 m en moins,
- Préférer un Santorin ou un Maracuja, qui vraiment ne se ressemblent pas (il en faut pour tous les goûts!) pas neuf mais récent et en bon état,
- Ou encore, attendre encore un peu que les prix baissent parce que "pour ma retraite, ce sera le super-maramu d'occase ou rien du tout!" ;-)

24 sept. 2004
0

En réponse à Christian.
Habitué des Marinas et navigations aux long court (c'est un des rares avantages de la retraite!)je suis bien renseigné pour affirmer qu'après quelques années de Super Maramu et autres gros ketch, les propriétaires passent au Grand Bank!!!!!!! Si pour 3000 heures de navigation, tu as 2000 h de moteur à quoi sert d'entretenir des voiles (et c'est le cas de toute la gamme Amel.J'ai possédé un Amel Santorin. Je peux en parler en connaissance.
Quant aux Wauquiez, n'oublions pas que depuis qu'ils font partie du groupe Jeanneau ils sont rentrés dans le rang!!!!!
Concernant le mépris des riches j'ai commencé avec un mousquetaire d'occasion. Mais moi, je suis sorti de chez moi, et j'ai découvert qu'il n'y a pas de honte à gagner sa vie et se faire plaisir.Les winchs électriques,le dessalinisateur, le chauffage,l'air conditionné et le lave vaisselle permettent d'avoir une épouse qui vous suit dans vos passions, aux lieux de vous laisser seul, les mains dans votre camboui et vos odeurs de fuel à essayer de jouer les gros bras, en faisant des sorties à la journée.
Je ne voulais pas employer le mot jalousie, dans ce cas j'utiliserai le mot aigri.
"Ils ont trop murs ces raisins, dit le renard, je n'en mangerai point".
Il est préférable de rêver que de critiquer.

24 sept. 2004
0

Bravo Karedig
Aigri est vraiment le bon "mot"

24 sept. 2004
0

Etre sur un bateau 250 jours par an à 15000 kms de chez soi!
Cela change radicalement sa façon de concevoir un bateau.
On peut se contenter, 30 où 40 jours par an, d'un confort relatif, et d'équipements sommaires. Lorsque l'on décide de passer quelques années sur la mer, le confort prend une autre dimension, la sécurité aussi.
Un bateau DS vitré est invivable aux antilles sans la clim pour dormir.
Un voilier normal, non vitré vous condamne a vivre enfermé dans le sombre, et sans voir l'extérieur.
La TV avec lecteur DVD vous permet de continuer à rester en contact avec la métropole lorsque vous partez 5 mois, et divertir les longues nuits sous les tropiques.
Internet via satellite assure une multitude d'agréments.
J'ai connu les nuits passées dans la couchette de toile forte que l'on replie la journée, et le beurre que l'on place au fond de cale pour qu'il reste frais!Le jeux de voile qu'il fallait changer dès que le vent montait en rentrant trempé dans le poste.
Je connais des milliers de navigateurs qui à taille égale passent de l'ancien au neuf!!!Aucun qui n'ai jamais fait l'opération inverse!!!
Inutile de se voiler la face.

24 sept. 2004
0

Non docteur, je n'ai pas d'aigreurs d'estomac! ;-)

Je n'ai pas navigué sur Santorin mais sur Maramu qui en est très proche,
pour aider un ami à passer de Grenade à Panama. C'est un bateau qui
marche bien à la voile, mais derrière la facilité apparente des
enrouleurs électriques, il faut quand même jouer sur la répartition autant
que sur la surface vélique pour être toujours bien équilibré surtout
par vent et mer d'arrière, sinon le P.A gère de façon cahotique.

Pour le Santorin, je renvoie à l'article de V & V d'Octobre.
38.000 NM le plus souvent à la voile sur toutes les mers du monde.
Un article crédible dans la mesure où ce bateau n'est plus fabriqué
et où Amel ne leur passe plus beaucoup de pub (leur catalogue actuel
se limite au super-maramu, vendu à 95% à l'étranger)
Les Amelistes passant tous au trawler, c'est encore une légende inspirée
d'une réalité américaine: Là bas, il est courant au cours de sa vie,
de passer de la voile au moteur, dans les 2 sens et plusieurs fois.
En France, c'est plus rare...

Autour de Wauquiez maintenant: Il n'est pas chez Jeanneau, mais Beneteau
y a pris une forte participation financière. Cela s'appelle une holding,
c'est assez courant entre vrais-faux concurrents pour mieux se partager
le marché, mais cela ne signifie aucunement que les Wauquiez sont
fabriqués dans les ateliers Beneteau avec les méthodes Beneteau.
D'ailleurs, à tonnage égal, les prix ne sont pas les mêmes...

Toujours à propos de Wauquiez, j'ai récemment admiré le dernier Centurion
40 S, c'est un superbe course-croisière, avec un accastillage de qualité,
et rien qu'en le voyant, comme ça au port, je n'ai éprouvé ni jalousie
car on est jaloux quand on a peur de perdre ce que l'on a...
Et hélas, il n'était pas à moi!

Ni aigreur car les aigris sont, en général, des gens qui considèrent
que la société, les circonstances, une conspiration, que sais-je d'autre,
ont décidé à leur place et les ont poussés hors de la voie royale qu'ils
estimaient leur être due... Ou les ont méchamment arnaqués!
Tout le contraire de ma vie où j'ai eu la chance de pouvoir toujours
décider de ce que je voulais faire...

Par contre, j'éprouvais pour ce bateau une grande admiration pour la classe
naturelle qui s'en dégageait.
Et une réelle envie, comme un gamin devant un très beau jouet.
Voir: www.wauquiez.com[...]/
Et tout particulièrement la page "savoir faire"

Si certains ici peuvent être aigris, c'est ceux qui se sont fait soutirer
de belles sommes d'argent pour des caravanes flottantes, croyant acheter un
voilier de course (la publicité le dit, donc c'est vrai!!) alors que pour
un peu plus de sous ou une LOA un peu plus courte, ils auraient eu un vrai
bateau!

PS: Un grand merci Gébé pour avoir dit du bien de moi, on voit tout
de suite la différence entre ceux qui ont vraiment roulé leur bosse et
les navigateurs de salon! Dommage qu'on ne soit pas dans le même coin...

24 sept. 2004
0

Mon avis
même si tout le monde s'en moque ...
Est assez proche de celui de Christian Navis que je sens plus proche de moi dans la manière de naviguer.

Ayant navigué sur un dynamique 47 et maintenant sur une cocotte minute en acier, ( les moyensfinanciers ont changés et le boat aussi,
comme le mec dailleurs )je me demande pourquoi vous vous chamaillez....

Tout est bon du moment qu'on navigue... NON ?

ZZZ

24 sept. 2004
0

ça c'est amusant ...
j'me souviens d'un ancien d'ici qui avait le même cursus que toi du dynamique 47 à la caisse en acier :-D

C'est pas toi par hasard ?

24 sept. 200416 juin 2020
0

Oh là là!!!!!!!
Je ne pensais pas déclencher une telle polémique en faisant état de ma mésaventure en annonçant demblé ma faible expérience.
Même si je suis satisfait du récit que relate Mr Karedig du 331 j'avoue ne pas souscrire à sa plume un peu trop distante de ma conception du fair play, et de la solidarité marine.
Pour clore ce débat, mon bateau (malgré toutes ses qualités :-), n'a rien de prévu pour gréer le tourmentin.
1/Je vais intaller une double boucle sur le pont
le plus près possible du renfort du guindeau.Le ship me propose un système de tirant pour reprendre l'effort sous le pont vers la coque.Est-ce un impératif où une option?
Dois-je reprendre l'effort sur la coque (ce qui oblige à la percer) où puis-je reprendre sur le contre moulage intèrieur du davier (ce qui m'évite de traverser la couchette!!!!).
Puis-je gréer le tourmentin sur une forte drisse? sur un étai tendu par la drisse de spi? ou dois-je impérativement installer un étai largable avec prise sur le mat. Je précise que mon mat ayant déjà un bas étai, j'ai peur que l'avant ne devienne une usine à gaz!!
D'avance merci de vos conseils, et de grace, aux diable les différences. En mer, dans la M.... vieux comme neufs, nous sommes tous dans la même situation.

24 sept. 2004
0

Calanque ...
de Cassis ... Port Miou ?

24 sept. 2004
0

Mon point de vue...
&gtLe ship me propose un système de tirant pour reprendre l'effort sous le pont vers la coque.Est-ce un impératif où une option?

C'est une bonne solution mais une grosse contre-plaque dessous, entre deux barrots, convient aussi. Sauf si le pont est trop maigrelet (soit-dit sans méchanceté!)

&gtDois-je reprendre l'effort sur la coque (ce qui oblige à la percer)

Si c'est au dessus de la flottaison, pourquoi pas, mais alors que ce soit un pro qui le fasse (pour la garantie et l'assurance)

&gtoù puis-je reprendre sur le contre moulage intèrieur du davier (ce qui m'évite de traverser la couchette!!!!).

Amha, surtout pas, un contremoulage n'est pas assez fort pour ça. Si tu parles de la contreplaque du davier, oui si elle est vraiment très costaud.

&gtPuis-je gréer le tourmentin sur une forte drisse?

Oui, comme trinquette jusqu'à force 5 ou 6 :-)

&gtsur un étai tendu par la drisse de spi?

Surtout pas, elle n'est pas prévue pour encaisser de tels efforts et ton étai sera trop mou. De toute façon, la poulie explosera en premier. Encore heureux si elle n'arrache pas sa platine de mât.

&gtou dois-je impérativement installer un étai largable avec prise sur le mat.

C'est une des meilleures solutions.

&gtJe précise que mon mat ayant déjà un bas étai, j'ai peur que l'avant ne devienne une usine à gaz!!

Alors pourquoi ne pas chercher un tmt au guindant adaptable à ce bas étai au besoin en renforçant la cadène? Parce que, maintenant, les cadènes, hein, bon, je n'insiste pas! ;-)
Cela présente l'avantage de "ramasser" le centre de voilure et donc de réduire la tangage, tout en améliorant la coordination avec la GV arisée.

24 sept. 2004
0

rassure toi
il y a encore des coins comme avant....
Je te raconterai bientôt car j'y retourne...
les contraintes, et interdictions diverses disparaissent quand même à certains endroits ou elles étaient. Il est vrai quelles apparaissent à d'autres ou elles n'étaient pas...

Cela fait un équilibre ou on peut encore trouver son compte de bonheur.

ZZZ

24 sept. 2004
0

c'est pour rire
achete un cotre

zzz

24 sept. 2004
0

Bon,on a compris...
Découvrir la mer et les bateaux en 1965 et en 1995,ça ne produit pas les mêmes envies ni la même façon de naviguer (perso, je préfère l'ancienne,et de toute façon,à 55 balais, je ne vais pas me rééduquer).La télé ne me manque pas pendant les "longues" (?)nuits des tropiques,et personnellement je ne connaitrai jamais des "milliers de navigateurs" (sic) qui etc...Pourtant je suis vachement sociable :-D
Dans trente ans, les amateurs actuels de bateau-dupleix-F6-tout-confort n'en auront pas démordu, et passeront pour des ringards auprés de la nouvelle génération, qui se fera cryogéniser et naviguera sous perfusion dans des capsules 3D téléguidées capitonnées avec mer virtuelle pour pas bousculer madame, ou quelquechose dans le genre...On a les madames qu'on peut.
Bref, ce fil devient bien long alors qu'il y a sans doute (encore) des sujets de conversation communs à tous...

24 sept. 2004
0

merci de votre contribution.
En effet le bas étai est situé beaucoup trop près du mat (la cadène est à environ 1 mètre) je doit donc installer un étai largable complet.
Concernant la cadène, je vais essayer de la fixer initiallement avec une grande contre plaque inox,sous le pont, près du renfoncement du guindeau (celui-ci étant à axe verticale,il est encastré dans le pont, ce qui suppose qu'ils doivent avoir renforcé le secteur!!!) Sinon installer une tige pour reprendre l'effort sur la coque est un gros chantier.

24 sept. 2004
0

En réponse à Christian
Comme toi, je rêve du Wauquiez 40 et 46DS . ces bateaux sont superbes, avec une luminosité exceptionnelles, des qualités marines incontestables et un équipement de rêve!sans compter le 6 cylindres yanmar turbo, et le propulseur avant et arrière d'origine!!!mais pour l'instant le prix coince,+ de 500K€ et d'occasion ils sont souvent en assez mauvais état, car bien que très cher, ce sont souvent des bateaux de location, mal soignés et mal entretenus.

24 sept. 2004
0

Tu me l'a soufflé, Gébé

Remerciont au passage l'ami océanis de ne pas s'être barré en flèche de HEO !

24 sept. 2004
0

Je ne suis pas fier du score
Désolé mais ce sujet a déchainé des passions et a complètement dérivé!!!!!
Cela démontre que l'on a tous, pour notre bateau une fibre affective. Chose que l'on ne rencontre pas pour la voiture, qui est devenu un objet de consommation. Je pense qu'à terme, le bateau deviendra aussi un produit de consommation. Même si je suis satisfait de mon Océanis pour son agrément, force est de reconnaître que le produit n'est pas destiné à durer . Les vernis sont flatteurs mais très délicats, les planchers à utiliser en pantoufles,les finition flatteuses, mais rien n'est démontable ce qui laisse septique quant aux possibilités de réparation.
Dans mon cas c'est un bateau que je ne compte pas conserver plus de 5 à 6 ans, et sa grande qualité est d'être facile à revendre.
Nous allons de plus en plus vers un monde de consommation!!!

24 sept. 2004
0

Beau score
pour quelqu'un qui est parti définitivent 3 fois en cours de fil.
Tu nous fais du Pagnol Oceanis ?

le chat hilare :-D :-D

26 sept. 2004
0

Objectif: 200!
Bon, allez, je me dévoue!
Et pour avoir (quand même...) quelque chose à dire, je réponds à notre ami Oceanis (Coucou t'es encore là?) qu'un Centurion 40 S neuf ne vaut pas le prix énorme qu'il annonce mais dans les 130 briques, c'est-à-dire le prix d'un Santorin d'occase, ou encore en neuf entre 10 et 15% de plus qu'un Jeanneteau de même taille.

Sur ce, quelqu'un relance sur les feux de St Elme?
:-) ;-) :-)

26 sept. 2004
0

Centurion ?
Il était question du Wauquiez 46DS qui vaut en effet une fortune :-)

26 sept. 2004
0

Je répondais au post N° 100
Où Océanis écrivait, en réponse à un de mes posts où je disais que la qualité n'était pas inaccessible, à partir du moment où on avait un budget de l'ordre de 150 briques:

"Comme toi, je rêve du Wauquiez 40 (...) mais pour l'instant le prix coince,+ de 500K euros et d'occasion"

500.000 euros ou 3.279.500 Francs, et d'occase en plus, je pense qu'il s'est trompé quelque part, d'autant que ce bateau étant sorti il y a environ un an, on ne doit pas en trouver beaucoup en occase.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le dieu des nuages souffle ses petits !

Après la pluie...

  • 4.5 (179)

Le dieu des nuages souffle ses petits !

mars 2021