On est allés aux rochers, il faut réparer, on cherche un pro de l'alu en forme

Bonjour à tous,

Voilà, ça c'est passé il y a trois jours, nous étions sagement au mouillage devant le port de Hyères... et nous avons dérapé. Le bateau est allé droit dans les rochers, évidemment, mais, grâce à l'aide d'autres plaisanciers venus très vite annexes pour nous aider, les dégâts ont été "limités" : safran bloqué, arbre d'hélice tordu, et grosses bosses dans la coque. J'aurais plein de choses à dire sur cette mésaventure, je ferai une description des circonstances très bientôt, mais là, il faut que je trouve en urgence un professionnel capable de travailler sur une coque en alu en forme proche du port de Hyères. Donc voilà, si vous avez des idées, je suis preneur, l'expert vient demain, et j'aimerais avoir le plus de billes techniques d'ici là. Une autre question : Savez-vous si habituellement les assurances prennent en charge la mise à terre (et à l'eau) du bateau, le stationnement, la location des bers, etc.. nécessaires pendant la durée de réparation du bateau (le bateau est assuré tous risques à la GMF). Merci à tous !

L'équipage
29 sept. 2008
29 sept. 2008
0

OK
Bonjour,
J'ai eu par deux fois des avaries nécéssitant des sorties et maintien du bateau sur bers pendant plusieurs mois et mon asurance, la Macif, a tout pris en charge.
Je suis tous risques et je n'avais pas de tiers identifié. Après passage de l'expert j'ai rapidement reçu l'argent pour déclencher les travaux.
Bonne chance...

29 sept. 2008
0

sans photos s'est pas facile

si les bosses sont trop prononcer en principe on decoupe et on remet une tole en alu apres avoir redressé la structure (lisses) .Gros probleme c'est les amenagements qu'il faut enlever.

Pour l'assurance (,mon assurance) prend en charge le grutage et la remise à l'eau mais pas le stationnement ni les bers.

josé

29 sept. 2008
0

en tout risque
l'assurance doit tout prendre mais attention si l'expert propose qqun de qualifie pour réparer et qu'il donne un temps l'assurance s'en tiendra à ce chiffre, regarde tes MP

29 sept. 2008
0

Une piste ?
J'ai un copain (il a un MARACUJA) qui a déjà pratiqué ce chantier à La Londe. Apparemment il a été satisfait

29 sept. 2008
0

Merci
Merci pour toutes ces infos. Un professionnel qui bossait aujourd'hui sur l'aire de carénage m'a également conseillé le chantier Gauthier marine. Je vais aller voir demain. Je vais également faire gaffe à la durée d'immobilisation du bateau prévue, histoire de ne pas me faire avoir.
Concernant les bosses, je ferai des photos demain, mais il y en a plusieurs "petites", pour lesquelles les soudures à l'intérieur sur la structure ne présentent pas de fissures, et une grosse ou là, beaucoup de soudures ont cassé (et je me dis que je suis content d'avoir un bateau en alu, pour ce coup la, sinon, on était au fond). Pour les premières bosses, il y en a une qui nécessite le démontage de la salle de bain si on fait une intervention de soudage, et comme c'est moi qui ait fait la salle de bain, je sais que c'est un truc de fou de la démonter. Je vais vraiment m'assurer que la structure n'a pas bougé et que les soudures tout autour sont intactes, et je pense que je vais vivre avec la bosse, quitte à faire une une petite opération de "carrosserie" à l'époxy pour rattraper la forme sur l'extérieur. Pour la grosse, on a pas le choix de découper et de remplacer par une tôle propre. La, il faut que je démonte la cuisine à l'intérieur, c'est aussi moi qui l'ai faite, c'est aussi la galère (frigo),mais je n'ai pas le choix... Le truc sympa, c'est que nous vivons en famille sur le bateau (2 enfants à bord, 3 et 9 ans), et, vivre sur une aire de carénage, ben c'est pas le top... et on a pas trop (du tout ?) les moyens de se payer un hôtel.
Allez, haut les coeurs, on va sortir !

29 sept. 2008
0

Je voulais dire
On va S'EN sortir :-D

29 sept. 2008
0

Je crois
qu'on va être nombreux à te souhaiter de re-naviguer dans les meilleurs délais et sans embuches.

Déjà ton voilier s'en est tiré là où d'autres ne seraient plus que des épaves.

La chance vous sourit !

29 sept. 2008
0

Après le visu Frioul ...Encore un bientôt !
Vu que t'es là pour quelques temps, on peut peut-être se voir un de ces jours, que tu nous racontes tout cela en live, car c'est plein d'enseignements ! ... Encore un visu donc !!!
Je suis sûr que Pierre2, Matt83, Now et bien d'autres se joindront à nous !

29 sept. 2008
0

merci pour ton récit,
et bon courage!
l'essentiel est que tout ton petit monde s'en soit sorti!

29 sept. 2008
0

Merci pour les encouragements
Allez, je me lance dans le récit des faits, simplement dans un but de partage d'expérience, en toute humilité, et après en avoir tiré déjà bien des enseignements.
Après plusieurs jours de navigation entre Cavalaire, les îles de Port-Cros, Porquerolles, et plusieurs beaux mouillages, nous avons mis le cap vendredi dernier sur Hyères pour faire les derniers préparatifs avant le grand départ pour les Baléares. Après deux bonnes heures de près serré super sympa, nous sommes arrivés à l'entrée du port de Hyères qui semblait bien plein. Une zone de mouillage était située juste à l'entrée du port, et plusieurs bateaux avaient jeté l'ancre à cet endroit. Nous avons donc décidé de nous mettre au mouillage et d'aller ensuite voir en annexe les tarifs et disponibilités au port, tranquillement. On met 4 fois la hauteur d'eau de chaîne, on contrôle bien la tenue, je reste une demi-heure a scruter mes repères pour vérifier que tout allait bien, puis je décide d'aller seul à la capitainerie, laissant femme et enfants au bateau (il y avait de l'école à finir pour le plus grand). Un petit vent d'est s'était levé, force 2 à 3, rien de méchant, malgré le mouillage exposé à l'est.
Bref, je vais à la capitainerie, on m'informe que le port est complet, et que le mouillage tient bien, surtout avec la météo clémente annoncée, pas de problème. Je prends mon temps, vais acheter du pain, puis reviens vers le bateau. Et là, je vois que le petit bateau situé à côté de nous lorsque nous avons mouillé n'y est plus.... en fait... il est toujours là, mais bien plus en avant.... c'est Roule ta bille qui dérape et qui se dirige droit sur les rochers ! A l'intérieur, Marie (ma compagne) et les enfants commencent à faire une pâte à crêpes et ne se doutent de rien. Je cours, je cris, je hurle, je vole sur la digue de rochers, et comme je ne sais pas voler (du moins sans avion), je me pète le pied. C'est pas grave, je continue, le bateau vient de taper les rochers et Marie est sortie dans le cockpit, et n'en croit pas ses yeux. Sa première réaction, mettre les gilets aux enfants pour sauter à l'eau. Puis elle me voit. Je saute à l'eau et monte sur la jupe du bateau désormais couché à 45 degrés sur les rochers et drossé par une houle devenue étonnement grosse. Marie a mis le moteur en route, j'essaye de dégager la bateau tout en appelant les secours à la radio. Ca tape dur. Le safran est coincé dans les rochers, l'hélice commence à toucher également, je coupe les gaz. Des plaisanciers arrivent avec 3 annexes, Marie leur lance des bouts, et ils nous tirent de là, leurs petits moteurs à fond. On souffle, un tout petit peu, je crains la voie d'eau, et la barre est bloquée. Ouf, apparemment, pas de voie d'eau... Les annexes nous remorquent au milieu du mouillage, et nous jetons l'ancre à nouveau. Les enfants sont évacués du bateau avec Marie sur une annexe. La plus petite tremble de tous ses membres. J'inspecte une nouvelle fois les fonds. Pas d'eau. La vedette de la SNSM arrive. Il me proposent de nous remorquer au port puisque nous ne sommes plus manœuvrants. J'accepte.
Le bateau est sorti de l'eau dans le quart d'heure qui suit. Constat des dégâts : Le safran a bougé un peu, la mèche est un tout petit peu tordue vers l'arrière, l'hélice a un peu morflé, l'arbre est tordu, et, surtout, il y a de vilaines bosses sur la coque sous la ligne de flottaison, côté bâbord. Bon, la, on tiens encore un peu le coup, d'autant plus que maintenant, il faut trouver une échelle pour monter sur le bateau et que le port à sec n'en fournit pas. Heureusement, un gars de la snsm (voileux) va passer son après-midi et la moitié de son forfait pour appeler tous ses potes et nous trouver une échelle et des professionnels sympas. Les pros passent dans l'après-midi, constatent, et on fait bien comprendre que nous ne sommes pas des plaisanciers pleins de fric. La mayonnaise prend, on se sent un peu entourés par des gens compréhensifs et prêts à nous aider. Il n'empêche que je craque quelques instants, le ventre noué, le pied ayant doublé de volume et bleui, et le moral dans les fonds de cale...
Un autre gars de la snsm est venu me porter le rapport pour l'assurance le lendemain, avec en plus plein de dépliants (plan de la ville, etc) et des livres pour les enfants (coloriages, bd, etc...). C'est pas grand chose, mais ce genre de gestes fait plus que réchauffer le cœur. Un autre gars de la snsm a transporté Marie plusieurs fois en voiture pour aller faire des courses (moi, je ne peux plus marcher), et a même loué un dvd pour les enfants...
Voilà, vous savez-tout, a commencer que la solidarité existe encore chez les marins.
Les enseignements sont pris : Vérifier la trajectoire du bateau en cas de dérapage (il y avait deux belles plages de sable fin de chaque côté de la méchante digue), activer l'alarme de mouillage du gps, plonger pour vérifier sur quoi l'ancre est posée (je le fait à chaque fois que j'ai une doute, sauf cette fois ci, et il est presque certain que nous étions sur des posidonies), ne pas prendre trop confiance en voyant tout un tas de bateaux au mouillage autour qui tiennent bien, suivre ses intuitions (je me suis demandé si je mettais pas un deuxième mouillage, mais je ne l'ai pas fait car la houle n'était pas forte et le vent non plus, tout s'est levé lorsque j'étais à terre), et surtout, surtout, mettre plus de longueur de chaine...
Voila, on se sera meilleurs la prochaine fois, et la bonne nouvelle, c'est qu'il y aura une prochaine fois, puisque le bateau est toujours là et que nous allons pouvoir poursuivre notre projet (www.roule-ta-bille.com[...] ). N'empêche que c'est quand même trop con, on en a encore mal au ventre...

29 sept. 2008
0

autrement

Deux cas necessitent le remplacement de la tôle.

Lorsque des micro fissures apparaissent .Elles seront principalement situé à l'interieur du bateau du coté au la tole aura le plus travaillé en extention .Il est m^me bon d'examiner la tole à la loupe.

Et lorsque la soudure aura arraché le metal ce qui est souvent le cas lorsqu'une bonne soudure lache ,c'est la tole qui s'arrache pas la soudure qui pete.Alors il ne reste guere d'épaisseur de metal a cette endroit et la tole est écroui (il y a un au terme pour l'ecrouissage de l'alu mais je ne sais plus lequel) donc là aussi changement de la tole.

Donc pour une bonne expertise il faut dehabiller la bete.

josé

29 sept. 2008
0

Ok
Je vais regarder la bosse de près pour voir si il y a des micro-fissures.
Partout ou les soudures ont lachées, j'ai pris la décision de remplacer la tôle, je ne veux pas avoir de doute sur la solidité du bateau lorsqu'on sera au milieu de l'Atlantique...

Sinon, pas de problème pour rencontrer ceux qui veulent ! On peut se faire une apéro au bateau (ou au pied du bateau, suivant le nombre), disons, vendredi soir prochain. Bon, on a l'habitude de faire beaucoup de fêtes autour de Roule ta bille, alors en général on demande à ce que tout le monde apporte un petit quec'chose, à boire ou à grignoter pour l'apéro, sinon, on va finir sur la paille (déjà qu'on est sur le goudron...). Ce sera avec plaisir !

Pour finir, dernier enseignement de la mésaventure, je n'avais pas encore terminé d'installer la vhf fixe, l'antenne n'était pas branchée, donc je n'ai pas pris la vhf portable lorsque je suis allé à terre. Si j'avais eu un moyen de communication rapide avec ma compagne restée à bord, j'aurais pu la prévenir à temps lorsque j'ai vu que le bateau dérapait... Mais bon, avec des si...

30 sept. 2008
0

Visu 2
Ce vendredi .. en principe !!! , on sera en route vers le visu-Frioul avec quelques autres HeoToulonnais , mais la semaine prochaine on verra un jour pour passer !
Bon courage d'ici là

29 sept. 2008
0

jeudi 2/10
tous les jeudis je vais a hyeres chercher mes fleurs,si tu y es encore fais le savoir,je passerai te voir(avec un bouquet pour ta femme bien sur)Francis

29 sept. 2008
0

J'y serai
Bien sur, avec plaisir, j'espère que les travaux auront déjà bien avancés...

30 sept. 2008
0

Gauthier
A la Londe a effectivement trés bonne réputation et dure déja depuis prés de trente ans.

Bon courage pour la suite.

Prend la peine de bien lire ton contrat d'assurance, tu y trouveras toutes les réponses à tes questions et même peut être aussi des trucs auxquels tu n'aurait pas pensé.

Ton histoire nous apprend plein de chose. Ce coin est réellement dangereux dès la mi septembre, avec l'arrivée du vent d'est. J'ai aussi failli perdre Erendil ici il y a 15 ans.

Il y a des pelles de studio de vacances vides que tu pourra négocier si tu en as marre du chantier, ou si ton bateau n'est plus habitable pendant les travaux. Regarde notamment du coté des Salins.

Jacques

30 sept. 2008
0

Habitation
Si tu cherches un lieu d'hébergement pas cher, va voir du coté des agences immobillières.
Souvent elles ont les clefs des biens à vendre et sont toutes prètes à louer légalement ou non pour une durée assez courtes.
J'ai fait comme cela à NICE pendant une dizaine d'année à l'occasion de foires.
Parfois qu'un studio mais aussi souvent 2-3 pièces très bien situées pour pas bien chers...

30 sept. 2008
0

Pour info
le petit vent et la houle étaient-ils d'EST ?
Bon courage à vous tous et merci pour ton récit.

30 sept. 2008
0

Même pas mort!!
Bon courage pour la suite.
Juste une réflexion.Tu dois déposer cuisine et salle de bain.
Penses à ce qui pourrait être amélioré,à l'usage.
Positive attitude.
Ainsi,si je débarque la table du carré,je la modifierai..

30 sept. 2008
0

si vous avez besoin de quelque chose
n'hésitez pas à demander. Faites nous un point quand vous en saurez plus sur le délai d'intervention et la durée du chantier.
Je suis sur toulon et même si je suis pas mal pris je peux trouver un créneau pour t'emmener faire des courses ou autre, surtout si ça doit traîner.

30 sept. 2008
0

Bon courage Ghislain !
On pense à toi !

Ceci dit ce n'est pas normal de déraper dans les conditions MTO que tu indiques. je me permets juste une remarques pour tes mouillages futurs et lointains : 4 fois la hauteur dans des petits fonds est nettement insuffisant. Ex : Si tu as mouillé près de la côte sur 2m de fond, il te faut au moins 15 à 20m de ligne de mouillage pour être tranquille.

Allez la frousse d'avoir échappé au pire rendra les navigations à venir encore plus belles!!!

A+ Sergio

30 sept. 2008
0

Nous allons
effectivement aller voir les agences de location. Des fois qu'on arrive à bien vendre notre projet, il y en aura peut-être une qui voudra bien être partenaire et nous aider dans l'histoire... Le plus pénible à gérer, en même temps que d'organiser les réparations, c'est l'école à faire au plus grand avec une petite fille à côté qui ne demande qu'a bouger, mais avec un bateau à 3 m d'un sol en goudron, même avec un gilet de sauvetage, si elle passe par dessus bord, on ne la récupère pas intacte, et je ne parle pas de jouer en bas avec les grues et tous les dangers d'une aire de carénage... Mais bon, c'est la vie ! On va s'organiser !
Concernant le dérapage, on avait mis 15 à 20 m de chaîne, mais il en fallait effectivement plus.... C'est sur qu'on va assuré à fond les futurs mouillages, pas envie de répéter l'histoire ! Et oui, c'était du vent d'est, sinon, on serait partis au large...
Concernant les trajets, merci beaucoup Rodrigue, mais nous avons pu récupérer un vieux véhicule qu'on devait mettre à la casse et qui était resté à Cavalaire, alors on peut se déplacer.

30 sept. 2008
0

Le problème
ce n'est pas la hauteur d'eau, c'est ces saloperies de posidonnies.

C'est pour cela que tu as dérapé.

Ce coin est vraiment dangereux, je ne compte plus les bateaux qui se font avoir dès septembre.

Tu as facilement 1,5 m de creux dès qu'il y a un peu d'est.

L'association houle et posidonnies ne peut que faire un carnage.

Et la configuration du coin est trés piégeante. D'un coté, tu as la jetée sud du port, de l'autre l'épi de la potinière.

As tu eu un contact avec Gauthier ?

Jacques

30 sept. 2008
0

Bon courage
pour la réparation, et bientôt de nouveau en mer...
Si besoin d'un "coup de main" météo pendant votre trajet, pas de problème.

Michel

www.searout.fr[...]

30 sept. 2008
0

Oui
J'ai eu un contact ce matin. Ils devraient venir voir le bateau ce soir avec l'expert, ou demain matin...
Effectivement, la houle s'est levée très vite entre le moment ou je suis descendu du bateau et le moment ou il est allé dans les rochers...

30 sept. 2008
0

plein de courage, c'est pas facile a avaler
Ensuite, bravo a tous ceux qui vous ont aide, de la vraie solidarite...on croyait ca disparu, la preuve que non.

Pour ce qui est des reparations, dans votre cas, il est interessant de faire le tri entre le "cosmetique" et le "structurel" et de ne remplacer que ce qui doit l'etre.

La meche de safran et l'arbre d'helice peuvent peut-etre etre redresses par exemple ?

Pour les soudures, rien de tel que le ressuage (interieur et exterieur) pour deceler les fisssures...indecelables meme avec une loupe parfois.

Si le chantier alu est consciencieux, il fera ce type de controle lors de l'expertise par exemple.

30 sept. 2008
0

Expert d'assuré
Certains contrats multirisque (habitation notamment), prévoient le remboursement par la compagnie d'un expert choisi par l'assuré.

Même si ce n'est pas le cas dans ton contrat, cela peut être un bon choix, en prenant soin de négocier sa prestation au départ.

La différence entre ce qu'obtient un expert d'assuré et ce que propose l'assurance est souvent bien supérieure aux honoraires de l'expert d'assuré.

30 sept. 2008
0

vraiment de tout coeur avec vous
j ai vecu un avatar du meme genre .. bateau laisse dans une marina et retrouve coque perce prenant l eau de pluie sans bien sur de petit mot du responsable .. il restait un morceau de bois du "pirate" ..

pour moi cela a ete une grosse ( tres ) deprime et je n y habite pas mais j y passe pas mal de temps

cote positif : eh oui ! il y en a !! l assurance tous risques a tout pris a sa charge

reste a trouver un chantier competent qui pourra vous effectuer les travaux .. et il peut avoir ete competent pour certains mais ..
mais SON bateau s est autre chose

je ne veux pas etre alarmiste mais je suis sur que tout rentrera dans l ordre et que vous pourrez de nouveau couler des jours heureux avec les petits
surtout que pour eux : habiter sur un bateau c est autre chose que d habiter dans une maison !!

tenez au courant svp

30 sept. 2008
0

Une précision sur Gauthier
Leur site internet annonce qu'ils ont 15 ans. Je les connaissait déja à la même adresse il y a plus de 20 ans.

A l'époque ils construisaient des catas en alu.

Ceux qui connaissent le coin ont pu remarquer un tri qui est toujours au mouillage du coté de la Batterie des Maures après la londe. Ce serait celui du proprio du chantier.

Jacques

30 sept. 2008
0

L'expert est passé,
et je commence déjà à bosser, ça fait du bien de ne plus être dans l'inaction. Bon, pour résumer, si on passe par le chantier Gauthier, on aura le meilleur résultat qui soit, mais il faut amener le bateau sur le chantier, donc démâter, transporter, etc, etc... puis attendre un créneau de disponible. En gros, vue la valeur vénale du bateau (celle lors de la souscription de l'assurance, donc avant les rénovations que nous avons apportées), l'expert nous a bien fait comprendre que nous en aurons largement pour notre poche, et que le bateau ne sera à l'eau que dans quelques mois.
Donc, on est partis sur une deuxième solution, bosser avec un pro de l'alu qui va pouvoir nous remplacer les tôles sur place sur l'aire de carénage, et effectuer le démontage et le remontage moi-même. Avantage de la solution : On gagne un temps fou, je pense que tout sera terminé dans 3 petites semaines, et il semblerait que l'assurance va rémunérer (rembourser, dédommager, je ne sais pas le terme exact) mes heures de travail dans le bateau. Donc, on va tenir le coup financièrement. Inconvénient : Ben aucun, si ce n'est que les tôles ne seront pas exactement exactement en formes sur tous les plans, elles feront des petites facettes, mais ce n'est pas bien grave, vue l'allure générale de la coque partout ailleurs (le bateau est de 75, et il a déjà bien vécu)... Bref, demain, grosse journée de travail... mais ça va faire du bien à la tête !

30 sept. 2008
0

si je puis me permettre

si on veut que les choses soient correctement faite et bien faites pour ne pas avoir d'em.. ensuite il faut pour l'alu soudé dans un espace clot , à l'abri du vent et des courants d'air.

Donc assure toi au moins que le chantier mette des coupe vent ou une bache pour faire les soudure exterieur.

Lorsqu'il y a du vent le gaz de protection (cO2 ou argon)est perturbé alors la soudure est porreuse , ça c'est important

josé

30 sept. 2008
0

Et si mes souvenirs d'école sont bons...
...pas de particule de fer ou d'acier. En particulier pas de trace de rouille.

30 sept. 2008
0

tous a fait d accord
avec jose mon premier metier est chaudronier et on construisait que des bateaux alu il ne faut pas de courent d air et une température trop basse alors assure toi de ces règle ces important

30 sept. 2008
0

Autre chose !
Pour la visu de vendredi au bateau, on annule donc puisqu'il y a celle de Frioul. On peut reporter ça au vendredi de la semaine prochaine...

30 sept. 2008
0

conseils, sans doute superflus, mais c'est de bon coeur
Le demontage et l'acces endroit / envers des bordes que vous pouvez faire vous-meme est un gain de temps et d'argent sans aucun doute.

Pour ce qui est du soudage propement dit, il faut prevoir de decouper plus que strictement les zones deformees afin de se degager du metal qui a subi les contraintes. environ 3 a 10 cm selon les deformations subies.

Il vaut mieux, ensuite, presenter les toles de remplacement et les mettre definitivement en forme en les ramenant a l'atelier et faire plusieurs essais si besoin est, plutot que de pointer les toles en place et d'essayer de les ajuster en forcant dessus ensuite.

Dans ce cas il y a risque de problemes ulterieurs.

Idealement, et vu qu'il n'y a peut-etre pas des kilometres de soudure a effectuer, je conseillerai de souder a l'endroit avec une reprise envers.

A savoir que l'on soude a l'interieur du bateau, puis que l'on va meuler a l'exterieur le cordon realise et que l'on soude le cordon exterieur ensuite pour finir.

Cela est plus facile de souder en position (au plafond, en corniche ou a la verticale)en ayant le cordon interieur comme support pour la soudure externe.

Dans tous les cas, il est bon d'araser le cordon, pas uniquement pour des raison d'esthetique et d'y passer un coup de ressuage pour controler la qualite de la soudure et des manques de fusion eventuels.

l'arasage interieur permet d'eviter la stagnation de l'eau au droit du cordon et les zones irregulieres facilitant la corrosion...sans etre indipensable.

Cela revele parfois des defauts qu'il faut bien sur reparer.

Comme deja explique, pas de courant d'air pendant le soudage.

Bon courage.

30 sept. 2008
0

Merci beaucoup
pour tous ces conseils techniques. Je vais veiller à ce que tout soit fait dans les règles de l'art... sans vexer le pro (toujours délicat de donner son avis à un pro sur un travail à effectuer sans être pro sois même). J'ai déjà prévu de bâcher tout le chantier afin de le protéger sérieusement du vent. Le gars qui doit faire le boulot est très soucieux des conditions météo, donc je suis assez confiant la dessus. En fait, jusque la, je suis assez confiant sur les compétences des gens qui vont intervenir, ce qui ne m'empêchera pas d'être très présent pendant les travaux, c'est mon bateau, et j'aime mon bateau...

30 sept. 2008
0

sans oublier
pour le découpage de l'alliage de travailler avec des disques exclusivement réservés à ça
pour éviter la pollution par des particules d'acier
et je confirme, ressuage indispensable de toutes les soudures reprises, y compris de la liaison quille-coque qui a peut-être morflé pendant les chocs

bon courage !

30 sept. 2008
0

jean claude
je pense que ce sera découper au plasma enfin nous on faisait comme ça maintenant je ces pas mais ces plus rapide pour dégager les tôle a changer

30 sept. 2008
0

Question en rapport avec le dérapage
Bonjour,
Si j'ai bien compris, les posidonies sont dangereuses puisque l'ancre accroche des végétaux plutôt que du sable ... logique !
Je ne connais pas votre coin mais, comment faites-vous pour savoir s'il y a du bon sable ou d'affreuses algues ? les fonds sont-ils suffisamment clair ? et s'ils sont clair, est-ce toujours le cas avec un petit clapot ? finalement, est-ce la roulette russe ?
Je pose cette question parce que si les posidonies prolifèrent en Méd, mouiller va devenir de plus en plus dangereux ...

Est-ce qu'un petit sondeur de type pêche qui renvoi une image des fonds est suffisant pour distinguer la différence entre sable - roche - algues ... et même vase ?

Vos soucis semblent s'arranger progressivement et ça fait plaisir. Encore quelques semaines d'efforts et vive l'été permanent ! Courage.

Olivier

30 sept. 2008
0

Posidonies
Lorsqu'il y a pas ou peu de clapot, et que le soleil brille, il est relativement facile de distinguer les fonds de posidonies des fonds sableux, et même de voir son ancre au fond. Le jour ou nous avons dérapé, il y avait pas mal de clapot, et nous ne voyions pas le fond distinctement. Dans un jour normal, j'aurais plongé pour vérifier sur quoi était posé mon ancre et si elle allait bien s'enfouir dans le sable. Mais ce jour la, allez savoir pourquoi, je n'ai pas plongé, je ne sais même pas pourquoi, une panne de cerveau sans doute...

01 oct. 2008
0

Ouais
C'est la ou je me dis qu'on avait pas la chance de notre côté... ok pour la leçon, mais je l'aurai aussi bien compris si on avait dérapé un jour vers le large, ou au pire dans du sable... Bon, on peux aussi se dire qu'on a eu de la chance, parce qu'on a cette leçon devant un port, avec plein de bateaux autour pour nous prêter assistance, et que ça aurait pu se passer dans un mouillage seuls, sans personne autour, et là, l'issue aurait été toute autre....
Question de point de vue... Ce soir, je suis plutôt positif, alors j'opte pour le "on a eu de la chance", et je me dis qu'après les réparations, on aura un bateau tout beau avec une ligne d'arbre et une hélice bien plus belle qu'avant. En plus, je vais avoir le temps de terminer plein d'autres petits détails sur le bateau, et on aura connu plein de gens sympas.... (ça s'appelle la positive attitude...)

01 oct. 2008
0

... !!
Pas besoin de combi 6mmm en ce moment pour aller caresser les posidonies !!!
Hier à Méjean, eau à 23°C et soleil trop chaud !!!
:lavache:

01 oct. 2008
0

le genre de panne ...
... qu'on a tous ! la semaine dernière, j'ai dormi pas loin des rochers avec un peu de vent, 12m de fond, 30m de chaîne donc un peu juste et pas très sûr de l'endroit où j'ai balancé l'ancre ... en lisant ton histoire, je me suis dit que j'avais eu une panne de cerveau et que la chance pouvait tourner ! (remarque, plonger à 15m, je sais pas faire !!). Voilà pourquoi je me demande si un petit sondeur de pêche, premier modèle, ne pourrais pas nous aider à compenser nos pannes cérébrales :doc:
Quelqu'un a déjà essayé de se servir de ce genre de sondeur ?

PS : il y a longtemps, mon père balancait la sonde à main avec du suif et on regardait ce qui restait accroché sur la sonde. Un vieux truc à reproduire ?

01 oct. 2008
0

Olivier
je fréquente le même coin assez souvent en toute saison ... et je plonge aussi pour voir l'ancre. Mais plonger a des limites en dehors de l'été : dès octobre et jusqu'en mai-juin, on ne va passer la combinaison 6 mm chaque soir :heu:

Donc, oui, il y a une incertitude les jours de clapot et à certains endroits.

Par exemple, dans l'abri de Port Man, très bien abritée mais avec des fonds assez pourris et 10m d'eau (!), il m'est arriver de mouiller 3-4 fois à la file avant de crocher comme il faut.

Remède partiel : ancre de bonne qualité, grande longueur de mouillage (6 à 10 fois la hauteur d'eau), traction arrière au moteur, alarmes de mouillage, éviter le vent qui porte dans la mauvaise direction, etc ...

Mais cela n'empêchera jamais de déraper de temps en temps sur une matte de posidonie , même par vent moyen quand il y a de la houle. Cela m'est arrivé aussi, mais par chance, parallèle à la côte.

01 oct. 2008
0

P....n, que c'est froid
Ici, quand l'eau descend au-dessous de 30 degrés, on arrête de se baigner, c'est l'hiver, on sort les petites laines dès que l'air descend sous 27/28.

Courage.

RV

01 oct. 2008
0

chantier alu
peux tu me contacter au telephone 0609451017
je te donnerais l'adresse d'un chantier à coté de hyeres
alain

03 oct. 2008
0

réponse location
ça se trouve a la tour fondue a la presqu'ile de giens mobil home 4 personnes 1 semaine 300euros et au prorata si une semaine et demi par exemple,possible de faire la cuisine etc...le cadre est sympa c'est en bord de mer et dans un clos.Voila je sais c'est pas cadeau mais c'est le mieux que je vous ai trouvé.tel:04 94 58 21 29 ou04 94 58 90 97 ou 06 25 78 61 29 demander Martine de la part de Francis le fleuriste.bonne chance a tous les quatres ,peut ètre a un de ces jours sur les flots Francis

03 oct. 2008
0

Messieurs du soleil
vous êtes bien gentil de discuter entre vous de températures estivales en ce début octobre mais par chez nous en Bretagne c'est 9 degré.

Il y a des limites à la décence !

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

l'ENEZ SUN, à l'Île de Sein, 2016

Souvenir d'été

  • 4.5 (196)

l'ENEZ SUN, à l'Île de Sein, 2016

novembre 2021