Océanis 323 dériveur : échouage serein ou échouage casse-g....

L'Océanis dériveur avec son saumon de quille et ses deux petites ailettes est échouable, selon le constructeur.

Mais les safrans ne doivent pas trop porter ...

Contrairement, par exemple, à un Sun 2500, où il y trépied d'appui par le saumon et les deux safrans (trépied parfois instable puisque le bateau se couche de temps à autre ...)

Aussi, comment envisager l'échouage ?

Sereinement en faisant gaffe où je pose les ailettes ou c'est à éviter ?

Comme ma salle de jeux est la baie de Quiberon, dois je me cantonner à Sauzon pour échouer ou je peux aller dans le port de la Croix au sud de Houat ou plus loin, comme la Pie aux Glénan ou au Croisic ?

Laurent

L'équipage
31 jan. 2010
31 jan. 2010
0

Etes-vous sûr.....
que les safrans ne sont pas là pur faire trépied ?
Mon précédent bateau, un First 285 (plan Finot aussi)échouait comme çà et ne s'est jamais couché.
Je me suis posé dans tous les endroits que vous indiquez sans pb, sauf La Croix( Hoedic)ou l'enchevètrement d'amarres est tel qu'on est sûr d'engager l'helice.
Gérard

31 jan. 2010
0

première chose ...
échouer sur sol ferme près d'un quai pour voir le comportement général,
et en tirer les conclusions ...

si l'extrémité des safrans n'est pas renforcée (sorte de sabot), vaut mieux pas qu'ils portent

31 jan. 2010
0

Il y a des sabots
sur les deux safrans,ce qui laisse penser que le bateau peut échouer sereinement. Maintenant, je ne m'échouerais pas à chaque marée. Il n'est certainement pas fait pour ça

28 fév. 2010
0

échouage plutôt serein
J'ai un O311 dériveur depuis fin 2006, sensiblement la même carène que le O323 et je navigue principalement en Manche.
Personnellement, je suis très content du dispositif d'échouage et n'ai eu encore aucun problème. J'échoue très fréquemment (Scilly, ile de Batz, Trebeurden, Bréhat, Jersey, Cormouailles, port de pêche de Folkstone, Houat, sous la citadelle aux Palais à quai ...)et ces opérations se passent ss douleur.
Les safrans ont bien des petits sabots profilés en caoutchouc qui leur évitent de s'enfoncer de trop.
Il m'est arrivé de m'échouer avec un peu de pente et en travers, sans aucun souci.
Les deux incidents que j'ai en tête sont les suivants:
- échouage par mes enfants dans le petit port de Locquirec avec des cailloux sous les safrans ==&gt déchirure du sabot du safran babord (je l'ai changé depuis).
- échouage à Tresco avec un gros caillou plat dépassant un peu du sable et forçant sur un aileron de la quille ==&gt petite gîte mais pas de pb.

Personnellement, je pense qu'on n'a pas plus de risque avec un bateau qui béquille...(béquille qui s'enfonce ds vase, béquille sur caillou, coup de rappel ds cadene béquille,centre de gravité plus haut imposant sol bien plat....)

Voilà mon avis avec tout de même une trentaine d'années de nav en Manche (Aquila, First 28, First 260 avant cet O311).

Même si ce n'est pas le sujet, je suis très content aussi du système de relevage de dérive...nettement plus qu'avec mon F260...
Pour le près, c'est une autre histoire...

duchaf

28 fév. 2010
0

A Houat,
à Treach Er Goured ?

Parce qu'avec la houle que je retrouve très souvent devant cette belle plage, le passage flottant-posé n'est pas trop "tape-safrans" ?

Ou alors, à Hoédic, à La Croix ?

Laurent

28 fév. 201016 juin 2020
0

A Houat
Je suppose que ta question est pour moi??
Je n'ai pas mes cartes avec moi et ne vois pas quelle est la plage dont tu parles.Ce n'est pas mon terrain de jeu le plus fréquent.
Je me suis échoué sur la plus grande de Houat, c'est peut être celle là?....

Soyons clairs, je ne dis pas du tout qu'on peut s'échouer ss pb avec de la houle. Ca ne se passe bien avec aucun bateau!!!

Maintenant si cela devait arriver, c'est rarement les safrans qui touchent les premiers (sauf si tu te laisses pousser en travers de la plage) mais plutôt l'avant de la quille (saumon) ==&gt qd vient le tour des safrans de toucher, les mouvements sont déjà bien amortis. Pour autant, je ne me pose jamais quand il y a de la houle (&gt20cm environ).
Savoir aussi que les mèches des safrans sont largement dimensionnées. Je contrôle très régulièrement les jours (1 à 1.5 cm) entre safrans et coque (à l'échouage et au moment du carénage annuel sous grue) et ils n'ont absolument pas bougé avec le temps.
J'ai tout de même déjà vu un O311 à Port La Forêt qui avait un safran légèrement tordu (de toutes façons, ça ne peut pas aller très loin car après ça touche la coque)....

Je ne suis pas étonné que tu te poses ces questions; j'y suis aussi allé très progressivement et n'ai eu vraiment confiance qu'au bout d'une bonne année...

J'ai aussi entendu parler d'une ailette d'un Océanis qui s'était fendue??.... mais je ne sais pas dans quelles conditions.... (preneur si qq un en sait plus)

En pièce jointe, échouage à ST Mary à couple d'un UK.

Guy

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (129)

novembre 2021