Nous avons trouvé cet engin/outil mais n'avons aucune idée de son utilité.

Bonjour, il y a quelques temps que nous avons acquis notre Bateau équipé "à l'ancienne" et nous avons trouvé ceci, quelqu'un aurait une idée de ce que c'est et comment ça s'utilise ?

Merci pour votre aide.

L'équipage
19 juil. 2020
19 juil. 2020
7

ferrite gonio
alain


19 juil. 2020
3

Un appareil que les moins de X ans ne peuvent pas connaître. C'est une féérite de gonio. C'est donc une antenne directionnelle qui servait à repérer l'azimut (la direction) des radiophares. On faisait donc le point sur une carte en relevant 2 ou plusieurs radiophares comme si on voyait ces phares. la portée était de l'ordre de plusieurs centaines de miles et chaque radiophare avait un indicatif (des points et des traits). Le son disparaissait quand la férite était dans la direction du radiophare.


19 juil. 2020
0

+1 étoile à tous les deux ! Cadre ferrite gonio Thira.


19 juil. 2020
1

Ouaou ! merci beaucoup. Je pense donc que je ne vais pas l'utiliser tout de suite, mais plutôt le ranger dans la vitrine d'objets... anciens.


19 juil. 2020
1

Il fallait emboiter sur le dessus un compas de relèvement Mini Morin.


19 juil. 2020
0

Oui, ferrite gonio.
Les vieux manchards se souviennent des 5 radiophares au tour de la Manche. La précision était toute relative, notamment à la tombée de la nuit. Par temps d'orage, n'en parlons pas.
La gonio fut remplacée par le système hyperbolique Decca qui ne fonctionnait pas trop mal, sauf encore au coucher du soleil. Quand il décrochait, il fallait le réinitialiser à 2 milles près.
C'est seulement plus tard qu'apparut le GPS.
IL faut dire qu'avant la gonio, il n'existait que l'estime et malgré cela, on arrivait à destination...


faby9:"et malgré cela, on arrivait à destination..."... ou pas.·le 19 juil. 2020 19:38
Solent:Avant le GPS il y a eu le Loran. J’avais loué un bateau équipé, c’était moins précis que le GPS avec des balises terrestres.Toujours sur le principe de la triangulation.·le 19 juil. 2020 19:55
19 juil. 2020
0

Je penche pour une antenne de radio goniomètre


19 juil. 2020
1

Juste quelques précisions pour ceux qui ne connaissent vraiment pas:
il fallait la brancher sur un récepteur blu, et sélectionner la fréquence du radiophare visé. (tout était répertorié dans le fameux almanach du marin breton, et il y en avait aussi des aéronautiques.)
Repérer et identifier le code morse du radiophare était déjà une aventure, le bruit de fond pouvait perturber pas mal.
Selon les conditions météo (brume en particulier) la précision pouvait se dégrader. S'il y avait un peu de mer, sur un petit bateau, la visée de l'extinction était assez incertaine.
L'idéal était bien sur une triangulation avec de bons angles entre eux.
Mais bon, c'était le seul moyen de se positionner ou de se recaler loin des côtes, pour une traversée du golfe de Gascogne ou de la Manche par exemple.
Je crois qu'il n'existe plus de radiophares, à confirmer?


19 juil. 202019 juil. 2020
0

je confirme , c'est un gonio coque( pour bateau), decca m'en a parlé ainsi que loran, soigné depuis par le gps , avec modération, bon courage pour appendre le morse, des souvenirs!!!


KivoaLai:On devine qu'il y a un certain vécu...·le 20 juil. 2020 14:35
20 juil. 2020
0

c'est un tire bouchon pour très grosse bouteille de pif, pièce unique, si tu ne t'en sers pas ça m'intéresse !


20 juil. 202020 juil. 2020
1

Mon petit rajout: ça fonctionne avec un poste de radio équipé BLU et de nos jours, ça marche encore avec les radiophares aéronautiques dits NDB (Non Directional Beacons).

Mais bon, faut une carte papier et une règle Cras pour poser deux ou trois relèvements. C'est sûr que comparé à un traceur GPS ...

A la question "comment ça s'utilise?":
- sélectionner 2 ou 3 radiophares et noter fréquence et indicatif morse.
- Quand la fréquence est choisie, on entend le radiophare émettre le code morse qui l'identifie.
- relever le radiophare en tournant la ferrite. On entend le code morse. Puis il disparait et réapparait 2 ou 3 degrés plus loin. On cherche au plus précis l'extinction du signal et on note le relèvement lu sur le compas.
- Même chose avec un deuxième ou (grand luxe!) un troisième.
- Sur la carte, on intègre la déclinaison magnétique et on trace les gisements des radiophares. Là où ils se coupent se situe approximativement le bateau


20 juil. 2020
0

De bon souvenir. Cela marchait parfaitement quand on en avait pas besoin. Dès que la brume tombait, impossible d'avoir un relèvement précis, mais on s'amusait bien. Cela changeait des débats " faut-il avoir un AIS ou un Radar " ;-)


ED850:Et le consol. Il fallait compter le nombre de traits et le nombre de points. On ne trouvait jamais pareil deux fois de suite ;-). ·le 20 juil. 2020 15:06
20 juil. 2020
0

@ED850 pour le consol il fallait avoir la carte dédiée avec les secteurs dessus. On notait la position et on la reportait sur la carte de navigation…


ED850:J'ai encore mes cartes consol😉·le 20 juil. 2020 16:04

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Peinards dans les Hébrides

Souvenir d'été

  • 4.5 (5)

Peinards dans les Hébrides

novembre 2021