Néophyte : 1 ères sorties accompagnées ou formations Glénans ?

Salut . J'aimerais connaitre le parcours de chacun d'entre vous avant la 1 ère prise en main de votre propre voilier , votre 1 ère sortie de port , le grand dépucelage quoi . Personnellement, je pensais faire appel à un initié pour me faire l'apprentissage directement sur mon bateau après l'achat . Quand pensez vous ? Avez vous suivi cette même méthode ou avez vous été former par des stages, ou par une autre méthode encore ? Je précise que je n'ais l'expérience que du dériveur léger 4.45, et de petit cata Dart 16 . Mais pas de manœuvres de port, de winchs à manipuler, et d'autre matériel qu'on trouve sur les habitables . Tout à apprendre quoi . Merci pour vos réponses .

L'équipage
11 nov. 2018
11 nov. 2018
2

bonsoir, je n'ai jamais pris de cours, mon bateau acheté en 2000, j'ai été accompagné par un skipper de la rochelle a royan.
ensuite la première fois ou je suis sorti seul, j'ai déroulé le genois mon bateau navigue très bien comme cela, après quelques miles j'ai hissé la grand voile et roule ma poule,je n'ai jamais eu vraiment de problèmes j'ai amélioré le bateau et je pense l'avoir bien en main depuis 18 ans ,je navigue en juin avec un ami de royan vers le norrrrd
belle ile groix , et la gironde le restant de l'année.
au fait j'ai débuté a 54 ans et a 72 je compte bien naviguer encore
une vingtaine d'année y a bien un gars de 107 ans a velo!!!!!!! :alavotre: :goodbye:

11 nov. 2018
0

Tu déroules le génois et ensuite la GV?

11 nov. 2018
0

tu devrais relire ....

11 nov. 2018
1

tu as aussi le système de coach FFV

11 nov. 2018
1

Je souligne ton courage car sur H&O, un néophyte qui achète un bateau et apprend en suite Ça sent le grain !
Perso, venant de la voile légère j’ai appris sur le tas avec ma femme et avec quelqu’un
Resultat
on a aimé la voile habitable chaque jour un peu plus jusqu’a En devenir accro et aujourd’hui on a des rêves possibles et lointain ! De plus ce fameux professeur est devenu un ami avec qui aujourd’hui je partage bcp sur la voile et autre ! Une belle rencontre.
Je pense que si on aurait fait le fameux stage je n’aurais jamais franchis le pas et ne serais sûrement jamais resté jusqu’a La fin !!!

11 nov. 2018
1

J'ai peut-être un grain, c'est vrai. Mais la vie serait bien monotone sans un brin de folie . :mdr:

11 nov. 2018
0

...Les Glénans ...à 15/16/17/18 ans moniteur de voile ...he hop hop des voyages et des voyages sans stress , ni trop peur d'affronter le vent , les vague , la fureur et le reste...
la sagesse , la prise de météo , l'accompagnement , fabriquent de très bon marins aussi !!

11 nov. 2018
0

Le jour où tu te plein sur la gueule, sans que ce soit prevu, une sortie "accompagnée " peut te laisser des ( mauvaises ) surprises.
Un mono , qualité variable, aura qq milliers de miles d'expérience, ptoblament meilleur , reste à prouver/ à trouver...

11 nov. 2018
0

On doit pouvoir trouver quelques aguerris en Corse, non ?!

14 nov. 2018
0

Pour la voile? :heu:

11 nov. 2018
0

Bonjour,
Le parcours des uns et des autres sera différent et chacun te dira qu'il a pris le meilleur.
Personnellement j'ai appris à lire, écrire, compter et beaucoup d'autres choses en allant à l'école, j'en ai même fait plusieurs, et aussi pour apprendre la musique, pour apprendre à conduire une voiture, etc...
Ensuite, une fois dans la "vie active" ça continue avec des "stages de formation".

Bref, quand j'ai voulu apprendre à maîtriser un voilier, j'ai fait le même parcours, j'ai trouvé une école de voile dans laquelle j'ai appris et pratiqué pendant plusieurs années avant de voler de mes propres voiles.

D’ailleurs, les gamins sur Optimist commencent comme ça, et pour les plus "vieux", des écoles de voile, il y en a aux 4 coins de la France, de toutes sortes.

11 nov. 2018
0

Comme Obélix, je suis tombé dedans petit.
Tu devrais faire les deux, un stage avec théorie et pratique et embarquer sur ton bateau un pro ou assimilé pour les ficelles de l'habitable au quotidien.

0

Dans quelle region etes-vous ?
Quel bateau commtez vous acheter ?

11 nov. 2018
0

Je suis pas en bord de mer , mais le bateau serait en Corse . J'ai pas encore un modèle arrêté , mais j'aimes bien le sun dream pour son habitabilité qui vaut bien celle de voiliers plus grand malgré sa taille réduite : 28 pieds, intéressante pour les tarifs de port. A voir . Je pioche d'ailleurs quelques conseils sur Hisse et oh et ailleurs pour me décider .

12 nov. 2018
0

Ah oui , je me rappelle avoir vu les bateaux de cette base nautique , bien à l'abri , au fin fond d'une crique. Je l'ais découverte pendant une ballade en bateau touriste , avec un guide qui se moquait gentiment des bretons, qui d'après lui venaient là pour apprendre la voile dans un élément inconnu pour eux : le soleil ! :mdr: :mdr: :mdr:
A part ça , ta zone de navigation ressemble à celle que je projette de faire . Peut-être aura t-on le plaisir de se croiser à Taverna . Je me suis renseigner sur les tarifs , reste à voir si il y a des places dispo à l'hivernage . :pouce:

12 nov. 2018
1

Il y a une base des Glénans à Bonifacio, mais pour ma part j'ai découvert la voile en 2000 à 65 ans. J'ai essayé. J'ai eu l'impression d'être tombé dans une colonie de vacances. J'ai arrêté le jour même après que le moniteur m'est gentiment dit, la voile c'est 90% de bon sens, le reste c'est du vocabulaire. J'ai pris acte et suivi son conseil. Depuis je fais mes 1000 nm par an en moyenne au départ de Taverna mon port d'attache. Mon bassin de navigation, que je n'en fini pas de découvrir: la Corse, l'archipel Toscan, les Pontines, les Eoliennes, les Egades, la Sardaigne, la Sicile...... le tout en douceur.
bon vent

11 nov. 2018
1

J’avais comme toi de l’experience uniquement sur des dériveurs légers et catas de sport. J’ai commencé par passer mon côtier et parallèlement j’ai fait une dizaine de sorties en école de voile sur Grand Surprise. Puis j’ai acheté mon bateau, je l’ai remis en état, j’ai fait quelques navs courtes pour le prendre en main et le mettre au point, et cet été je suis parti en croisière en famille aux anglo-normandes (premiers quarts de nuit, première nav longue sous spi, passage du raz Blanchard, nouveaux ports, mouillages forains ...). Les points importants pour moi sont d’avoir un bateau en bon état, un moteur absolument fiable, un minimum d’instruments, et une tablette avec navionics (et le cas échéant une famille qui comprend et aime ton grain !)

11 nov. 2018
0

PS pour y avoir navigué un peu je trouve la Méditerranée moins agréable que la Manche ou l’Atlantique : toujours entre pétole et baston !

11 nov. 2018
0

C'est ce que je redoute en Méditerranée : les tempêtes d'hiver. La Corse en a pris plein la tronche cette année . Comment est l'Atlantique dont tu me parles ?

13 nov. 2018
0

:mdr: :mdr: :mdr:

12 nov. 2018
0

Comment est l'Atlantique, bleu turquoise, toujours une petite brise, des nanas plein les pontons, les troquets a l'ombre des cocotiers, et des plages de sable fin, température eau 25 * et air 27,5*(l'Atlantique c'est tellement fiable, que même la température est précise a 3/4 jours). Et les marées, que neni.
C'est pour cela qu'on envoi les parigots dans le sud !!!

13 nov. 2018
0

De ce que j’ai vu jusque là (mais j’ai pas tout vu) il me semble qu’on a plus souvent des conditions bonnes à moyennes en Atlantique et en Manche qu’en Mediterrannee ou c’est souvent tout ou rien. Quand le temps se gâte c’est moins brutal aussi on a plus le temps de le voir venir.

11 nov. 2018
0

j'ai navigué au moteur (avec petit bateau sans permis plusieurs années avant de me lancer à la voile sur un 8.50m, l'ancien propriétaire a passé trois jours avec moi pour le convoyage, ça permet d'apprendre quelques bases en direct. Maintenant je sors aussi régulièrement que me le permet mon travail, avec mon bateau ou sur celui des copains, ça permet de progresser (enfin je pense ;-) )

11 nov. 2018
0

La voile c est un peu comme le vélo on commence avec une trottinette.. .
Par contre si tu veux conduire un 44T directe sa risque de ne pas le faire....
Mais c est pas grave c est pas mes sous!

12 nov. 2018
0

Bah, mon premier bateau a été un oc 473 et ça le fait.

12 nov. 2018
1

Je pense , comme bien d'autres , qu'il vaut mieux passer par une école.Tu apprendras les bases avec plusieurs moniteurs qui ont chacun leurs petites manies et leurs expériences différentes .Perso , c'est comme ça que j'ai démarré à 50 balais aux Glénans ( et je n'étais pas le plus vieux !) Stage de 10 jours. Tu y apprends ce qu'il est impératif de savoir avant d'avoir la responsabilité des équipiers ( comme le fait de savoir remonter un homme à la mer )et de ton bateau.. Il ne suffit pas d'apprendre à régler les voiles , ce que fera probablement très bien un copain qui t'amène naviguer mais qui passera peut être sous silence les instructions de sécurité. Tu n'auras pas ce pb avec une école

12 nov. 2018
1

tu trouveras de toute manière sur hissetho les deux écoles et les deux types d'expèriences, j'ai personellement adoucit mon jugement et après tout chacun emprunte la voie qui lui convient aucune n'est meilleure qu'une autre, ce n'est qu'une question de choix personnels. Me sentirais je plus en confiance en ayant pris des cours avec un pro, une école, une structure ? ou est ce que je suis plutôt du genre à vouloir apprendre par moi même ? avec toute les erreurs que ça implique.
Dans tout les cas la recette est la même pour tous, bouffer du miles autant que possible.

12 nov. 2018
0

Relou, t'as oublié le stage mécanique et les fondamentaux. Clefs de 8,10,13,17

13 nov. 2018
0

Jai jamais fait de stage et je men sors très bien, le bateau ma appris la mécanique aujourd'hui jentretient seul mes véhicule grâce à ça. (Auto/moto) mais encore une fois : chacun sa route

12 nov. 2018
4

Ton bateau, tes conneries.

Je crois que la FFV offre des coachs pour des gens dans ton cas mais quel que soit le niveau, le seul moyen de progresser est de bouffer du milles, faire ses conneries dans son coin, et surtout s'en sortir par ses propres moyens.

Le premier truc c'est de bien regarder la météo pour ne pas se mettre dans des situations limites.

Il y a autant de manières de naviguer que de marins, construis la tienne.

13 nov. 2018
0

J'aimerais surtout ne pas faire de conneries au port .

13 nov. 2018
0

C'est toujours là qu'on en fait le plus. Tu peux toujours prendre un cours pour le permis, et faire 2 heures de prise de ponton, quai, pendille dans tous les sens.

13 nov. 201813 nov. 2018
1

Ça fait 10ans que je navigue en habitable, je suis toujours autant en sress et angoissé à chaque manoeuvre de port mais heureusement ça ne dure jamais bien longtemps et on est vite en mer ou amarré ;)

13 nov. 2018
0

Il est certain que l'on ne peut efficacement progresser qu'en naviguant mais je crois que ce n'était pas la question posée.La question c'était de savoir par quelles aides on se dégrossissait. Copain ou école . Ce n'est pas par l'expérience personnelle que l'on apprends à repêcher l'homme à la mer en ayant le maximum de chances de le remonter vivant !. Si on ne t'as pas formé pour les réflexes à avoir dans ces circonstances . C'est pas inné . D'autant plus qu'au moment où ça arrive il y a de toute façon panique à bord. Au port ce n'est pas pareil . Si c'est un voisin belliqueux qui tombe tu peux faire semblant de ne pas le voir ou mieux lui balancer un coup de gaffe sur la tronche en disant " oh , pardon" Mais en pleine mer avec F7 , on rigole plus !

14 nov. 2018
0

Ca peut être d'une certaine utilité effectivement de n'apprendre que par ses erreurs . Par exemple, outre les cailloux qui ont travesré ta route pour se mettre sous ton bateau , si tu as envie de te débarrasser de ta beldoch tu pourras expliquer aux gendarmes qu'elle est tombée à l'eau et que comme ça ne t'était jamais arrivé au par avant et qu'on ne t'as jamais appris ce qu'il ne fallait surtout pas faire , et que bon , dans l'affolement " monsieur le gendarme , je m'a trompé ! "... :heu:
Quand on est seul sur un bateau et qu'on coule on n'engage que les efforts de la SNSM Pour ne pas avoir su lire une carte et fait un point de relèvement. Dés qu'il y a du personnel à bord , la témérité du capitaine non formé s'apparente plus à de l'inconscience car il met la vie des autres en jeu
Il y a quelque temps , dans mon coin , un jeune homme est parti avec ses deux gosses et son clébard .. La témérité et la non expérience ont failli couter 4 vies . C'était pas de sa faute : le moteur est tombé en panne et il ne savait pas ce que F7 voulait dire !!! Merci la SNSM d'avoir pris des risques pour ramener tout ce monde à terre
Avant de partir en mer , Il est impératif d'avoir une formation pour :litjournal:

14 nov. 2018
0

On peut même se retrouver sur un caillou (sortie de Port Manech par exemple) alors qu'on est en stage (Chef de bord par exemple) dans la base de Concarneau (Les Glénans par exemple) ...(vécu)
Mais oui, de tte façon ça reste très formateur, quelles que soit les circonstances..

13 nov. 2018
1

Certes, mais pour avoir passé pas mal de qualifs RYA je me suis rendu compte qu'on apprend beaucoup plus (mais alors BEAUCOUP) en cours après avoir tatonné soi même dans son coin.

Tu comprends tes erreurs et place les conseils et l'apprentissage dans un contexte connu, alors que quand tu prends tes cours sans rien savoir tu n'agis que par mimétisme, sans aucun recul ni esprit critique (pour toi ou pour l'instructeur.

Bref, rien ne vaut de se mettre sur les cailloux comme un grand à l'entrée du port, de préférence à marée montante (vécu).

14 nov. 2018
0

:mdr:

13 nov. 2018
0

Pour le port prévois les pare bat en rab (je suis toujours un peu ridicule avec mes huit gros trucs sur mon petit gibsea mais au moins je ne casse rien ) Pour l'apprentissage être équipier c'est pas mal, personnellement j'ai fait pas mal de sorties avec mon CE + la bible des Glénan + lire hisse et ho en long en large et en travers (ça va de la stratification au réglage de chariot de GV dans les surventes en passant par le réglage du jeu des culbuteurs après avoir fait ton pain en étant filmé par ton drone )

13 nov. 2018
1

Si tu as fait du dériveur léger, tu n'es plus totalement novice. D'autant qu'un voilier est plus stable (avec aussi plus d'inertie et de poids...).
Par beau temps, la difficulté réside dans les manoeuvres de port. Dans ce domaine, seule la pratique compte. Et progressivement on gère le stress. L'ideal est de sortir avec des amis et de s'acclimater.

13 nov. 2018
0

J'ai vu quelques annonces de sorties à la journée pas trop chères ( 50 E ) en Corse . Ca peut être intéressant, même si donner des cours n'est pas le but de la sortie pour le skipper .

14 nov. 2018
0

les Glénans c'est plus sûr, on ne sait jamais sur qui on tombe sinon.

14 nov. 2018
1

a lire les fils sur l'école des Glénans, il ressort que c'est un peu la loterie en fonction du moniteur que l'on a

14 nov. 2018
2

Hello!

C'est tout frais pour ma part, l'achat de mon premier bateau s'est fait en début d'année. Comme toi j'avais navigué que sur du dériveur et petits cata sportifs style Hobby Cat 16.

Dans un premier temps j'ai cherché un bateau qui m'inspirait confiance, qui pouvait se manœuvrer en solo avec un coût suffisamment raisonnable pour ne pas y laisser tout mon budget. Je suis partit sur un vieux mais solide CNSO Karaté de 33 pieds.

Pendant mes recherches (1 an environs), j'ai bouffé matin, midi, soir et nuit des livres, des vidéos, des forums, des articles, des blogs sur la navigation. Je me suis rendu compte que par rapport à nos petit bateaux (dériveurs, cata), la grosse différence est l'ANTICIPATION et la PREPARATION.

Je m'explique, toutes les manœuvres, tous les choix, sur un bateau relativement gros doit être préparé et anticipé si tu ne veux pas te faire peur voire casser du matériel et peut-être même pire. Un simple changement de bord peut vite se transformer en gros stress par vent soutenu si tu n'es pas prêt, si la manivelle n'est pas sur le bon winch, si les écoutes sont enroulées sur la manette des gaz du moteur, si le pilote auto n'est pas bien débranché, si rien n'est attaché à l'intérieur du bateau, si tes jolis coussins de cockpit s'envolent, si ton tel glisse sur le roof,... Dans ta tête il faut que tu saches exactement ce qu'il y a à faire et ce qui risque de se passer.

Pour ma part, la première sortie du port s'est fait par une belle journée quasiment sans vent. Je suis sorti au moteur, une fois éloigné, grand tour d'horizon pour voir si il n'y personne en route de collision, j'ai déroulé le génois. La petite brise a suffit à le gonfler et à me faire avancer... LE PIED!! Quelques virements de bords et retour au port.

Après, j'ai fait en sorte que chaque sortie m'apprenne quelque chose de nouveau. Ca a été la Grand Voile, puis les virements de bords et empannages répétitifs, puis la prise de ris, puis la trinquette à établir par mer formée et force 5-6, puis hisser et ramener le SPI (84m2 tout seul c'est du sport :-) ), puis sortir par vents un peu plus soutenus sur plusieurs heures à différentes allures. J'ai mis en pratique le fait de mettre le bateau à la cape, de mettre une ancre flottante, de récupérer des pare-battages comme si c'était des Hommes à La Mer (HLM), de remorquer d'autres voiliers (bon ça j'ai pas choisi à chaque fois je me trouvais dans les parages de PanPanPan), de simuler une casse de safran,... Tout ça en 6 mois.

Entre temps j'ai fait une première traversée épique de La Grande-Motte à Canet-en-roussillon, pas grand chose (75Milles) mais une sacrée aventure pour moi, j'ai fait un post dessus.

Pour les manœuvres au port : rien n'est plus vrai que : "petite vitesse = petits dégâts, grande vitesse = gros dégâts!" Mieux vaut s'y prendre à plusieurs reprises que de vouloir tenter le tout pour le tout.

Passer par une école? Je n'arrive pas à m'y résoudre. Pas le temps, assez cher...

Dernier point, la préparation est aussi très très importante pour le bateau car un démarreur qui casse, une batterie qui flanche en mer ou une panne de carburants (j'en ai vu pas mal en 6 mois) peuvent avoir des conséquences désastreuses même pour une petite sortie à la journée.

Etant plutôt prudent, voici ce qui raisonne sans arrêt dans ma tête :

"prévois le pire, espère le meilleur, et prends ce qui vient!"

14 nov. 2018
0

Bel exemple de progression. Merci pour ton récit très instructif . :pouce:

14 nov. 2018
0

Après avoir fait un stage de voile (420) 15 jours étant ado, nous nous sommes remis à la voile plus de 30 ans après en prenant deux heurs de cours sur catamaran sur un lac.
Pas de chance, pluie et orage ce jour là !
:mdr:
Mais on a bien rigolé et frôlé le chavirage pas mal de fois.
Le lendemain, location du même cata, c'était plus serein, pas d'orage...

Puis on s'est inscrit dans un club, on a navigué avec les bateaux du club.

6 mois après on a acheté un petit habitable et navigué sur lac toutes les saisons.

Après avoir navigué en mer deux fois (2x une semaine) avec un pote, nous avons emprunté un petit voilier à une connaissance pour une découverte de la mer seuls pendant une semaine.

Depuis nous louons des petits voiliers pour 2/3 semaines de cabotage en Bretagne.

En saison nous naviguons sur lac, pour le plaisir et garder les bonnes habitudes, et en hiver on s'informe et se documente dans les bouquins et revues, et il y a de quoi s'instruire !
:topla:

Ha ! Si !
Nous avons fait un stage de voile habitable au printemps dans le sud = personne sur l'eau, super :-p
Ce qui nous a permis de découvrir un plus gros voilier et ses avantages/problèmes ainsi que la cohabitation à bord :heu:

Et de découvrir les m... de salop... de pendilles !!!
Je me demande quel débile à inventé ça, et pourquoi des gens continuent à perpétuer ce genre de trucs à problèmes qui fatiguent même ceux qui pratiquent tous les jours...

On a à la fois été satisfaits et déçus par le stage.

Satisfaits de découvrir ce genre de bateau (je sais déja que jamais dans ma vie je n'acheterais celui-là (:langue2:) et surtout la compétence et le professionnalisme du skipper pro, mais aussi déçus car on apprends des choses, mais moins que l'on aurait pu penser car notre niveau s'est au fur et à mesure élevé sans que l'on ne s'en rende compte...
Nous avions des conditions exceptionnelles, soleil et 20 noeuds, le pied.
Mais pour aller plus loin, il aurait fallu encore plus de vent, ou plus de mouillages forains, ou ??? Je ne sais en fait.
Nous n'avons pas choisi un stage avec navigation de nuit car nous savons que l'on ne le fera pas ces prochaines années (petit bateau en cabotage = pas de nuit de nav, il faut rester sérieux)

Lorsque j'ai vu le comportement des gens sur l'eau début aout (la première fois de notre vie que nous naviguions début aout) j'ai compris que nous, malgré notre manque de -PERMIS- (en majuscule pour légitruc et autres adeptes des permis et interdictions) nous étions vraiment des plaisanciers sérieux !

Des gars en semi-rigide et jet-saloperie à fond de train au milieu dans iles des Glénan dans des zones à vitesse limitée (c'est pourtant indiqué sur la carte), d'autres qui zig-zag en tous sens, le nez sur leur sondeur de pêche sans jamais regarder les bateaux autour d'eux
etc etc etc
La plaisance "beauf" (re-voir le "beauf" de Cabu :-p)
:policier: :-( :lavache:

14 nov. 2018
0

Le Master class de la plaisance "beauf" c'est l'île d'Yeu en Août.
La l'envie de bateau affronte son test le plus dur. Après ça tu sauras jusqu'ou' t'est prêt à aller.

14 nov. 2018
0

Je renonce à l'envie de bateau en aout, c'était la première fois de ma vie que je prenais une semaine en aout, plus jamais, ni à terre ni sur mer, en tout cas en France.

J'était à l'ile d'Yeu fin septembre il y a 2/3 ans, c'était encore bondé.
En tout cas beaucoup trop pour moi.

J'arriverais donc jamais à avoir mon permis "master class beauf" ?!
:mdr:

14 nov. 2018
0

Pour s'aider sourire et billet de 5 euro dans la main ça aide pour qu'il te trouvent une place le jour d'après.
Le circuit vélo est génial.

14 nov. 201814 nov. 2018
0

A Yoan , de mon expérience perso, partant de quasi rien du tout, j'ai commencé par des stages Glénans , notamment ceux sur les petits support (bateaux Glénans 5.7) en sortie journée et stage à terre.
C'est a mon avis perso, la meilleure presta des Glénans, et la petite taille des support est intéressante car l'inertie étant faible, l'action /réaction du support aide à comprendre.
Mais ce type de stage est surtout intéressant que pour les débutants qui partent de zéro, ceux qui ont déjà de l'expérience en voile légère en profiteront peu... Ensuite, il faut aussi être "compatible" avec le séjour en collectivité, c'est selon chacun.
Donc ce n'est pas forcément la bonne formule vu ton parcours.
Pour les stages embarqués sur plus gros support (32 à 36 pieds), je te préciserai surtout de faire attention à une légende qui raconte que deux semaines suffisent pour partir ensuite en location.
Non et non, si on est réellement débutant, ce n'est pas après 2 semaines de stages que l'on peut prendre un voilier et partir avec 2-3 amis inexpérimentés (même s'ils sont intelligents et instruits)...
Il faut plus raisonnablement tabler sur 4-5 semaines mini, voir 6-7 , mais pas trop non-plus car à un moment il faut savoir se lancer et se forcer.
En fait plus tu apprends et plus tu réalises la complexité et les dangers potentiels , ce qui est logique car l'inexpérience et le manque de compétence explique aussi beaucoup d'accidents en plaisance. Donc le défaut est qu'à force de vouloir être à la hauteur, on repousse en permanence le grand saut pour se lancer, il faut bien être conscient que les stages ont leurs limites.
Une fois lancé, rien n'empêche de poursuivre sa formation , mais à ce moment ça devient vraiment très compliqué de trouver la bonne structure, car on est devenu plus exigent avec soi-même comme avec les formateurs.

Cette précision, concerne uniquement la voie pédagogique par stage, d'autres marins sur HEO ont suivis d'autres voies (comme le BDA) avec satisfaction.. Si tu as la chance d'avoir des amis ou de la famille de bons et vrais marins, il ne faut pas hésiter à profiter de cette opportunité, ceux qui ont appris avec leur parents sont super à l'aise et sacrément bons.

14 nov. 2018
2

Comme toi j'ai pratiqué dans mon jeune temps la voile légère (4.45 Simmoun) puis le travail m'a éloigné de la mer et de la voile.

J'y suis revenu vers 40 ans avec l'objectif de pratiquer la voile en habitable.

Du coup j'ai repris à la base avec les Glénans (c'était à l'ile d'Arz dans le Golfe du Morbihan) puis plusieurs stages en croisière de jour et de nuit en Bretagne nord, sud, Golfe du Lion, Bonifacio.

A lire certains messages il y a un peu de loterie quant au chef de bord mais de mon côté je suis toujours bien tombé. Côté stagiaires aussi. Cela était même rafraichissant de se retrouver avec des plus jeunes tant chef de bord que stagiaires. Hors vacances scolaires la moyenne d'age augmente ;-)

Je garde de très bons souvenirs des Glénans et de l'esprit qui y règne.

Bien entendu ce cursus correspond à mon profil et ma façon d'aborder les choses en apprenant les basiques. Maintenant je peux comprendre que l'on se lance d'une façon empirique. Chacun son truc.

Depuis je navigue régulièrement et mon expérience s’enrichit à chaque sortie par la pratique mais les basiques appris sont toujours présents.

Je compte bien retourner en formation à la MACIF pour leurs stages de manœuvres de port et de navigation en solo.

14 nov. 2018
0

Je suis plutôt " solitaire " , mais j'aimes bien enseigner à mes amis ce que j'ai appris de ma petite expérience de la voile et les emmener avec moi pour leur faire découvrir les plaisirs du nautisme . Mais essayer de leur faire comprendre le principe des allures et le réglage des voiles en quelques minutes quand ils n'ont jamais mis les pieds sur un bateau , c'est pas évident . Ca comporte quelques risques , mais sur un petit cata, ça n'a pas les mêmes conséquences qu'avec un habitable . Je ne veux faire prendre de risque à personne de mon entourage, et je ne partagerais ma passion qu'après avoir acquis une bonne expérience de toute façon . C'est aussi pour ça que j'aimerais être en équipage réduit et expérimenté pour faire mes premières sorties . Et il faut dire , que les tarifs des stages ne sont pas donnés . Si je dois en faire 6 x 1 semaine, ça risque d'entamer mon budget pour l'achat du bateau . Je n'exclus pas d'en faire 1 , mais je suis pas très chaud non plus .

14 nov. 2018
1

Les tarifs sont acceptables à condition qu'il y est une réelle progression de son niveau. Il y a des différences c'est vrais, mais quand on creuse, on constate aussi qu'il y a des explications à ces différences de prix. Les Glénans restent très abordable, mais il faut rajouter l’avitaillement et la caisse de bord en plus, et cela prend du temps sur le temps de navigation aussi.. Au RYA, c'est plus cher, mais tout est inclus et on navigue directement après le topo sécu, et la qualité de l'enseignement est sans rapport avec certains stages ou j'ai été moins chanceux..
Si tu peux avoir de la souplesse dans ton planning coté boulot, une possibilité est de profiter des stages à embarquement de dernière minute et à tarifs réduits. En général ça ne va pas coïncider avec les périodes très demandées, mais c'est aussi un avantage d'avoir moins de monde dans les ports pour faire les exercices de manœuvres.. Les stages WE prolongés sont aussi moins chers et si le mono est top, cela peut être suffisant..
Sinon, il y a les diverses bourses aux équipiers, sur HEO, je suis certain que si tu ramène l'apéro et le casse-croûte, il y a plus d'un skipper qui va t'embarquer en sortie journée..

15 nov. 201815 nov. 2018
1

Hello, je peux comprendre ton dilemme, même si mon parcours est différent; J'ai commencé à m'interessé sérieusement à la voile vers 22 ans apres avoir vu un reportage sur Moitessier, et Waterworld (mais moitessier reste une valeur plus sure pour moi ; )); Etant loin de la mer à cette periode, je passais aussi ma licence de pilote ulm pendulaire (certains points communs sur l'aerodynamique and co), donc je me suis contenté de lire sur la voile pendant 2 ou 3 ans sans pratiquer ou essayer (recits de marins voyageurs, puis quelques bouquins techniques sur la voile, ou magazines voiliers et voiliers);
Ensuite j'ai commencé a trouvé quelques bourses aux equipiers, donc navigué (toujours sur la cote atlantique ou bassin d'arcachon) sur plusieurs "BDA", de 6 à 9 mètres, embarquement gratuits ou participation symbolique à la caisse de bord, barrer, aider aux manoeuvres de voiles, ranger le bateau, et autres derives a remonter (si tu tombes sur un fan de regates, les virements de bord sur petit habitable, tu vas en manger !) interessant, mais loin d'être suffisant;
Donc ensuite j'ai trouvé au fil du temps , 2 moniteurs de voile successifs qui proposaient en club de voile des cours particuliers plus officiels de voile en habitable et deriveur leger; J'ai fait les deux pour essayer de "booster un peu mon apprentissage ; soit un total d'une dizaine d'apres midi de cours "privés" pour pas trop cher (en trouvant de bons plans), sur des petits habitables de 6 à 9 mètres encore, et sur 420, vaurien, acces ;
Aussitot apres, j'ai loué 2 deriveurs legers, sur 2 ou 3 apres midi, deriveurs tres differents : un accès 1 place (lourd mais simple) et un 420 bien plus volage bien sur; Au total entre les dériveurs et petits habitables, j'ai navigué sur plus de 25 bateaux differents, mais je considère que ces dernieres locations solo de deriveur m'ont plus appris ou en tous cas plus "donné confiance" que tous les embarquements avant, même les cours de moniteur; Pourquoi ? parceque je devais gerer tout moi même, du départ à l'arrivée;comme tu as dû le faire toi même sur deriveur leger ou cata de sport; L'application sur habitable etant exactement les mêmes principes de la voile, avec les manoeuvres et accastillages simplement plus lourds et "legerement plus complexe";
Donc à mon avis, si tu as deja une certaine experience en deriveur, si tu es du genre assez solitaire comme moi, je pense qu'un stage de voile collectif ne te conviendra pas, ne te plaira pas (comme moi, c'est une des raisons pourquoi je n'ai pas voulu faire de stages style glenans, d'autant que je considère que les cours collectifs sont moins adaptés pour apprendre vite et bien, et que payer même un peu plus cher un prof particulier sera plus "intensif car personnalisé, même si on ne peut pas toujours tout voir, mais au moins l'essentiel);
A mon sens, trouver un proprio de bateau qui a envie de transmettre son savoir et experience est plus adapté pour toi,si tu as deja des bases en deriveur; car au niveau des principes manoeuvres de base en collectif sur habitable, tu n'apprendras surement pas grand chose de plus, ou tu t'ennuieras vu le partage des postes);
Pour ma part, je n'ai toujours pas acheté de voilier (je vise un 26 - 30 pieds aussi), et vu que j'ai voyagé aussi à vélo entre temps en europe et asie, j'ai rencontré ma compagne au japon, et là bas j'ai aussi trouvé d'autres occas d'avancer encore en voile, (5 navigations gratuites en free member dans une asso de plaisanciers japonais cet été sur la cote sud), et encore deux locations de deriveur Acces (mais cette fois acces 2 places, pour embarquer ma compagne! et lui faire decouvrir un peu); Meme si je me considère moi même toujours "en perfectionnement" ou apprentissage, je pense que quand on comprends et pratique un peu les "principes de base" des manoeuvres et allures à la voile pour une maitrise "minimum" (ce qui peut se faire sur deriveur leger), tout le reste peut s'apprendre seul si on est motivé, par la lecture et la mise en pratique sur son propre bateau (navigation, orientation, météo, entretien, etc); Ce qui n'empeche pas de trouver des coups de mains ou conseils de plus experimenté en route; Mais ce n'est que mon avis

15 nov. 2018
1

Et c'est un bon avis, et de bons conseils je trouve . Peut-être parce qu'on a en partie la même approche de la voile aussi, et que ça m'arrange . :mdr: Merci pour ton récit . :pouce:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer