ne quid nimis

bonjour ,
ma voisine au gapeau ,m'a fait visiter son ne quid nimis qui vient des usa, superbe voilier ,j'aime bien ce style de quille longue avec une dérive légère qui ne sert qu'aux allures serrées
ce tout petit safran qui permet un échouage .
le sien est très bien équipé .c'est un déplacement léger ,vraiment fait pour de la grande croisière
je n'ai pas souvent des coups de coeur pour un voilier ,mais il me plait plus que sa propriètaire .
et pour ceux qui le connaissent qu'en pensez vous ,seriez vous prêts à un achat d'un voilier de ce type ,c'est la formule trismus mais sans rage de dents
alain

L'équipage
17 mai 2017
17 mai 2017
0

Impossible : pas de wishbone .

17 mai 201717 mai 2017
0

Ben c'est pas récent ! Excellent petit bateau de voyage, comparable au N99.

Guillemot en a longuement parlé ici, Johann qui vendait des panneaux solaires en retapait un . Je ne sais pas s'il navigue maintenant.

17 mai 2017
0

il fait pas loin de 1m de plus ,j'ai eu un neptune 99 dans les années 80
ça n'a rien à voir c'est plus vers le trismus ,
alain

17 mai 2017
0

j'ai eu un neptune 99 pendant 12ans l'aménagement n'a rien a voir ,
celui-ci a une grande cabine arrière d'un coté et de l'autre un coffre atelier sdb
avec accés par l'intérieur et tout le reste n'est pas cloisonné ,ce qui fait un volume énorme .
je ais voir si elle veut bien je ferais des photos
alain

17 mai 2017
0

Il fait 30 cm de plus en longueur, 5 cm moins large. Poids comparable également.

17 mai 2017
0

Bonsoir , ça ne serait pas 'La comtesse' ? Back from Miami ?

17 mai 201717 mai 2017
0

c'est ça même
elle est juste à coté de moi au gapeau ,son voilier est magnifique
on dirait qu'il est neuf ,je ne connaissait pas le sien a été construit aux us par un chantier en grp pour les oeuvres mortes et mono pour les oeuvres vives
c'est le mien qui l'a intriguée
alain

17 mai 2017
0

Ok fritz ,je l'avais rencontré pour ses accessoires(marins) il y a quelques années ,elle préparait une descente vers les Etats Unis avec son bateau . Super d'avoir des news .
A cette époque il y avait d'ailleurs un deuxiéme Nqn qui partait pour Mada . A cette occasion j'ai découvert ces voiliers . Dont on m'a vanté de très grandes qualités.

17 mai 2017
0

L'architecte ?

17 mai 2017
0

joli bateau ...
"construit par le Chantier Naval de Soubise, sur plans du cabinet d'architecture ETARN sous la direction de Pierre Laval"

17 mai 2017
0

C'est bien ce que je pensais, merci bil56, j'ai racheté le dernier et seul ? voilier construit par Pierre Laval, a sa veuve, le galernas 27.

17 mai 2017
0

Comme je suis dans des recherche de calcul des mats ,sur recherche je suis tombé sur des discuss à ce sujet ,a propos d'un Nqn.
www.hisse-et-oh.com[...]-_1.jpg

17 mai 2017
0

celui là a un safran sous la voute il a été rallongé et fait 11m
avec une jupe ....et pare brise comme les hr .
alain

17 mai 2017
0

Oui et une capote..Si j'ai le temps je passerai voir si elle a encore la même ,mais ça date un peu .

17 mai 2017
0

normalement à part ceux qui les retournent ,c'est a usage unique ...
alain

17 mai 2017
0

aha c'est degueu mais pas faux , allons un peu de sérieux avec la voisine .

17 mai 2017
0

De plus la partie enduite n'aime pas les uv :non:

17 mai 2017
0

il y en avait un à vendre à La Réunion
il faut tester...

17 mai 2017
0

Je confirme, excellent voilier facile à maitriser en solo (gréé en cotre), passe partout avec 1m10 de tirant d'eau, confortable car très ventru.
Je remet à l'eau très prochainement suite à un gros chantier sur le miens : 6 couches de tri axiale de 450g/m² straté à l'epoxy sur toutes les oeuvres vives. Un travail de titan qui m'offre une tranquillité absolue.
Il faut imaginer le travail d'enduit époxy, de ponçage, l'undercoat, le primocon et enfin oh joie, l'antifouling.
Y'apluka....

18 mai 2017
0

Bonjour
Le plan que vous montrez est celui du proto qui a été modifié ensuite pour avoir un safran suspendu. Quand il a été construit, le chantier n'existait pas et son acte de francisation dit "constructeur amateur. Je le connais bien puisque je l'ai acheté (d'occasion) et fait plus de 30 000 miles autour du monde avec.
Le mien était lourd, construction monolithique sur mannequin, il y a du avoir 5 ou 6 ex construits comme ça avant que soit réalisé un moule chez Soubise.
Je l'ai revendu en 2016, apparemment il est à nouveau à vendre en Polynésie.
Ce bateau a un nombre de qualités pour la hauturière qui reste pour moi un must, sous réserve d'accepter un "petit bateau" (longueur flottaison inférieure à 9 m). Il ne tape jamais, ses mouvements sont doux, il a une stabilité de route incroyable allié à une douceur de barre exceptionnelle. Le mien avait un mât court de 11m (il a été rallongé sur les modèles ultérieurs) et se comportait admirablement dans le gros temps. Je n'ai quasiment jamais barré ce bateau que j'avais équipé d'un Navik qui formait un couple bateau/régulateur exceptionnel.
Sa dérive profilée profonde (2,2m de tirant d'eau) permettait un très bon près malgré enrouleur et chargement tourdumondiste. J'ai fais des traversées de plus de 1000 miles au près dans le Pacifique avec des performances qui ne me faisaient pas hésiter à les entreprendre. Bateau un peu gitard mais une fois calé sur son frégatage plus il y avait de vent plus il était performant.
Les moyennes de navigation tournaient autour de 5 kts, calculées sur de grandes distances. Environ 110 miles par jour quelles que soient les allures.
Bateau rouleur au mouillage qui me faisait garder la dérive basse. J'avais taillé des cales en sifflets dans le puis de dérive pour qu'elle ne batte pas, j'ai toujours navigué "tout ou rien" (soit dérive basse soit dérive complétement rentrée) pour garder ce blocage et éviter la création de jeu dans l'axe. Le centre de dérive de la dérive est exactement positionné au même endroit que celui de la carène seule. Il n'y avait donc aucune incidence sur l'équilibre sous voiles. Je j'ai très souvent gardée basse au portant (sauf par gros mauvais temps) pour amoindrir le roulis. Par très gros mauvais temps cette carène roudouillarde avec seulement 1,1m de tirant d'eau faisait merveille.
Je reste à dispo (MP ou tel) pour infos complémentaires.
Cordialement
Yves

18 mai 2017
0

C'est celui qui est à la vente a Raiatea . Avec toutes ces éloges la cote va grimper ;-)

11 août 2020
0

Bonjour,
Je viens de lire l'éloge du NQN que vous faites...
Je viens de racheter le NQN qui était à vendre sur l'aire de cerénage du port de plaisance de la Pointe des Galets à la Réunion.
Construction 1981, gréé en Cat Goelette...
Ce type de grément n'est pas ma tasse de thé, et je souhaite le réarmer en sloop ou cotre...
La coque est en excellent état,
le moteur est récent et révisé, mais le pont et le roof sont à refaire....Quand aux aménagements intérieurs, ya un peu de boulot.
Tout cela ne m'inquiète pas.
Mais je ne dispose d'aucun plan ni détails techniques et de structure sufffisant pour me lancer sans risque dans cette aventure.
J'ai bien mesuré la carène sous toutes ses coutures et ai pu la redessiner correctement, mais bien évidemment cela ne suffit pas pour déterminer l'équilibre du bateau dans la configuration voulue... En particulier je ne dispose pas de la répartition des masses...
Ayant constaté que le chantier SOUBISE n'existe plus, et que je n'ai pas non plus retrouvé les coordonnées du cabinet ETARN qui l'a conçu, je suis à la recherche de personnes qui peuvent me fourrnir les données techniques dont j'ai besoin, ou qui peuvent m'indiquer où je pourrai les trouver...
Bien cordialement
Hervé

18 mai 201718 mai 2017
0

J'ai possédé un des derniers NQN construits et navigué tant en cotier qu'en hauturier avec ce formidable bateau.
Je confirme tout le bien qui en est dit.
Doux à la mer, ne mouillant et ne tapant jamais, formant un couple parfait avec un simple navick même au portant.
.
Sa construction est d'un solidité incroyable et le mien, aménagé par Amel (le seul, avec un plan de pont légèrement modifié), avait une finition et un équipement haut de gamme.
.
La dérive profilée et flottante pouvait se démonter à flot en apnée, ce que j'ai fait plusieurs fois. Un miracle !
Par contre, mesures faites, il ne calait pas 2,20 m dérive basse, mais 2,60 !
.
La maquette que j'en ai faite est sous mes yeux, et je garde de ce bateau un souvenir ému.

19 mai 2017
0

Le constructeur a définitivement fermé, pour cause de retraite, et un de moins!!!!

22 juin 2017
0

Non le chantier n'est pas fermé - Tournier Marine existe toujours et de nouveaux projets sont en cours ... J'ai rencontré Philippe Tournier la semaine passée - toujours aussi passionné et côté technique il sait de quoi il parle

23 juin 2017
0

Effectivement l'un de ses fils est aux Antilles skipper d'après ce que j'ai pu discuter avec M. Tournier lors de ma visite - Par contre, même si il est proche de la retraite il n'a pas du tout envie de s'arrêter bien au contraire, j'ai vu quelques unes des esquisses de futurs bateaux c'était très intéressant.

22 juin 2017
0

Bonne nouvelle !

23 juin 2017
0

Es-tu sur, son fils semble être aux Antilles et lui plus proche de la retraite!!!

23 juin 2017
0

OK, si tu le dis.
Passe lui le bonjour de ma part

19 mai 2017
0

Comme le chantier a changé plusieurs fois de nom, parles-tu de Tournier marine ?

19 mai 2017
0

Oui, il n'a pas changé de patron, juste d'entité juridique !!!

20 mai 2017
0

après renseignements ils a été construit à soubise ,

alain

21 mai 2017
0

Comme les autres!!!
Laval et Tournier, étaient potes.

21 mai 2017
0

à l'époque du chantier naval de Soubise (années 80), qu'est ce qu'ils construisaient d'autre, à part le ne quid nimis et l'Ile sous le vent ?

22 mai 2017
0

L’Apocalypse 13 !!

De 87 a 91 a peu de chose prêt.

par ailleurs, a force d'avoir des demandes d'évolutions des quelques Apo construis (Quille plus longue, mat carbone, bout dehors...) Erik et le chantier Tournier Marine (Anciennement Soubise plaisance) ont décidés de relancer une série :
www.tourniermarine.com[...]/

Lr Solaire qui intervenait souvent sur héo et qui a fournis quelques panneaux solaire aux Héossiens a également un jolie NQN.

21 mai 2017
0

je crois que lerouge est venu y faire un tour pour ses catamarans
alain

21 mai 2017
0

Ils construisaient aussi à cette époque des uldb série apocalypse je crois plan Lerouge

21 mai 2017
0

Les moules sont resté sur place!!! Avec les chevaux, ça change des CN d'aujourd'hui.

21 mai 2017
1

J ai fait a Soubise ( Tournier ) un Apocalypse en 88 , celui de Thomas actuellement

21 mai 2017
0

Je pensais à l'époque avant les plans Lerouge.
Le NQN et le ISV ont-ils été les premiers modèles construits ?

21 mai 2017
0

je pense que oui

21 mai 2017
0

je pense aussi que oui.J'y ai acheté ma coque de NQN en 1984

22 mai 2017
0

quel numéro de coque, en 1984 ?

22 mai 2017
0

Petite erreur la coque m'a été livrée le 15/07/83 puis nous avons posé les raidisseurs la coque dans le moule durant une semaine. Par contre je n'ai pas de numéro de coque

22 mai 2017
0

De toute façon les numéros de coque semblent assez fantaisistes. J'ai le 5 de 1981...

23 mai 2017
0

Le mien, de mémoire N° 26, de 1989 (sur l'acte de francisation)...

Mais d'après le chantier, que j'avais appelé, c'est impossible, car la production a cessé avant !

30 mai 2017
1

Je suis passé voir cette copine de 82 balais avec son NQM .Cela m'a fait bien plaisir de la revoir . Pour moi souvent ces gens deviennent des potes. A l'époque je lui avais conseillé un ex pote qui avait besoin , pour compléter sa prépa ,et d'autres copains l'ont retrouvés aujourd’hui pour divers travaux . C'est cool ,cela fait partie aussi des histoires de bateaux .
Par contre j'avais oublié la profondeur de ce canote , la vache la descente est super haute ,et très droite ,ou alors c'est moi qui n'est pas l'habitude . Bref ces NQM sont vraiment des bateaux de caractère .Elle m'a bien fait marrer .

30 mai 2017
0

:-p :litjournal: :blabla: :blabla: :mdr:

31 mai 2017
0

Il y en a eu 27 de fabriqués
La descente haute et raide? Ça doit vraiment dépendre des aménagements car la mienne est au contraire très confortable, c'est même de la dernière marche que je fais ma veille quand le temps est pourri.

31 mai 2017
0

Oui, c'est profond, il suffit de voir la carène. Le mien avec une vraie échelle de descente en inox (articulée pour accéder au moteur).
HSB : 192 cm entre table à carte et cuisine !

22 juin 2017
0

Pourquoi ne construit-on plus de ces séries d'excellents voiliers bien adaptés à leur marché ? Marketing, paillettes, volonté d'innovation (ratée parfois), gains sur les coûts associés à une hausse des prix ? Bien des questions...

22 juin 201716 juin 2020
0

La carène du NQN pourrait être nettement optimisée.
Trop d'élancements à l'avant, le bateau est trop court à la flottaison, et arrière qui gagnerait à être plus large pour stabiliser la bateau au portant dans la brise.
.
Mat trop court, mais certains l'ont rallongé avec succès de 1,5 m.
Et quelques détail d'ergonomie dans le cockpit.
Pour le reste, ce bateau est formidable !

02 fév. 2019
0

Ce bateau était très (extrêmement) cohérant dans sa conception. L'architecture navale est une "cuisine" qui comporte des centaines de paramètres qui influent les uns sur les autres. Il serait surprenant qu'un architecte "optimise" une telle carène, l'évolution nous a amené à des kilomètres de là. Il y a de merveilleux vieux gréements, chacun avec une personnalité bien particulière. Ceux qui voulaient optimiser en construisait un autre, différent...
Dans le cas du NQN, le mien avait une stabilité de route au portant excellente. J'ai essuyé des coups de chien en laissant le Navik barrer seul sans aucun problème. Navik (conçu pour des petits bateaux légers) qui a fait des 10aines de milliers de miles avec un bateau chargé pour vivre à bord au long cours = 6,5 T mini.
Douceur de barre exceptionnelle, stabilité de route = les bons critères d'un bateau marin pour aller loin.
J'avais un petit mât (celui des débuts) qui n'empêchait pas le bateau d'avancer même par petit temps (sauf si clapot un peu fort) La moyenne de mes moyennes sur 6 années est de 5 kts. J'ai rencontré des proprios de NQN qui trouvait ce bateau gitard ! Il s'agissait des versions "mât rallongé, lest diminué" (version construite dans le moule) modifications ultérieures sans doute apportées pour satisfaire à "la demande". Dans sa configuration d'origine ce bateau aimait le gros temps. Comportement incroyable pour un dériveur lesté de cette taille !
Si je vous dit que ce bateau a marqué ma vie de plaisancier… vous le croiriez ?
Cordialement
Yves

11 août 202011 août 2020
1

J'ai tous les plans du Ne quid nimis, au 1/10 en France ... mais je suis de l'autre coté de la planète.
Je connais ce NQN de la Réunion. Je l'ai vu il y a deux ans sur le Port. J'en n'aurais pas donné une cacahuète dans cette configuration. Ta décision de le réarmer selon les plans d'origine est la bonne.

Architecte est décédé depuis longtemps et le cabinet Etarn n'existe plus. Tournier marine m'avait dit qu'il ne possédait plus rien. Je vais voir ce que je peux faire pour retrouver des scans de plans.

Le gréement de cotre a un mat de 11,60 m, trop court. Le gréement de sloop a un mat de 12,40 m, dans les standards de l'époque. Mais on peut aller bien au delà. J'en connais deux avec un mat de 13,00 m pour l'un et 13,40 m pour l'autre. Ce qui correspond au mat long d'un Romanée, par exemple. Dans les deux derniers cas, il faut diminuer la masse du profil et passer en double étages de barres de flèches. Et ça le fait très bien, le bateau étant particulièrement raide à la toile, si le lest a été fabriqué comme préconisé par l'archi.

Image de la version cotre, que j'avais faite.

Pour la petite histoire : Feu Bernard Rubinstein, rencontré dans un bistrot il y a une vingtaine d'années, alors que j'écumais les îles britanniques et que lui essayait un nouveau Jeanneau, avec le patron du chantier, me demande :
"tu navigues sur quoi ?"
"sur un Ne quid nimis"
réponse cinglante :
"c'est une grosse merde"
Sur ce, il me tourne le dos en reprenant son verre et quitte ma table.
Sur le coup, j'ai été franchement vexé. 20 ans après, et 40 000 milles avec le Ne Quid Nimis, un chavirage et deux échouements dans les cailloux sans aucune conséquences, je lui pardonne !

Le patron de Jeanneau ayant entendu le verdict du journaliste-marin, vient vers moi et me baratine, pas peu fier de lui, que les Jeanneau modernes, ça navigue entre 8 et 12 noeuds, sous pilote, qu'on barre sur la barre à roue de son choix, qu'on tient le spi asy à deux doigts par 30 noeuds de vents, sur le 45 pieds tout neuf dont il participait à la première navigation, etc.
Contrairement à Rubi, le mépris que m'a inspiré ce financier gominé est intact !

11 août 2020
0

Merci de ta réponse rapide.
Je pense effectivement équiper un mât de 12mvoir 30 ou 50 cm de plus, donc toier un peu plus que la version initiale avec mât de 11m...
Tout dépendra des calculs de stabilité que je pourrai faire avec les donnéers qui me nmanquent, en particulier les coordonnées exactes du centre de gravité et du centre de dérive... A partir de là les choses seront plus facile...
Merci de ce que tu pourras faire pour me faire passer ces plans...
Je suis prêt à prendre en charge un envoi postal sécurisé, avec retour à l'envoyeur après récupération des données...
Pour l'heure, voici mon mail :
hpg.pi@zeop.re
Pour les fichiers ''lourds'', pas de problème, j'ai un abonnement à ''WEE TRANSFER''
bien cordialement
Hervé

11 août 202011 août 2020
0

Pourquoi faire des calcules de stabilité ?? (Je les ai, mais pas dispo pour le moment)
L'archi avait prévu un gréement de sloop avec un mat de 12m40. ET le bateau est parfaitement raide à la toile. Inutile de refaire ces calculs que tu seras bien en peine de faire sans les plans de formes et de CG.

Et comme dit plus haut, même avec un mat de plus de 13 mètres, ça passe. de toutes façons, ce sera toujours mieux que les pieux autoportés qui pèsent un âne mort sur le bateau que tu achètes.

J'ai envisagé de changé mon gréement à un moment. Le mat de 11,60 m est vraiment trop court. J'avais prévu un mat de Sun Rise, double étage, qui allait fort bien. Il fait 13 m

11 août 2020
0

Tu as sans doute raison, mais vu qu'avec le grément actuel il y a une dérive rétractable positionnée en avant de la quille, je ne sais pas comment l'équilibrage a été réalisé...
Il me semblait qu'une vérification était nécessaire...
Si j'ai des plans de réalisation, je sais recalculer tout ça...
De toutes façons, la première opération que je programme est le démâtage de ces deux pylones.
Pour le positionnement du mât et les plans de voilure, les relevés de la coque que j'ai effectué sur la bête sont précis (peut-être pas totalement exacts, à epsylon près...) et j'ai pu la dessiner correctement... En suivant ton avis, cela devrait me suffire suffire.

12 août 202012 août 2020
0

Ilfaut que tu remettes la dérive a da place, surtout.

Je naurais pas accès aux plans avant dans trois mois, si je peux rentrer en france.

Le bateau ne possède t'il pas de trace dun greement d'origine et de sa structure ? Des amorces de cloisons coupées, des traces de meuleuse, des tracés cachés derrière les vaigrages ?

Cetait le cas du mien, qui a eu deux vies, et aménagé deux fois, pour être remis dans la configuration dessinée par l.archi.

12 août 2020
0

Bien sur, c'est prévu que je repositionne la dérive.
Mais je ne suis pas sur que le grément Cat soit le résultat d'une modification. Il est possible que ce soit une construction d'origine (?)...
C'est bien pour cela que je suis intéressé par les données initiales de stabilité...
De ttes façons, je prévois de démonter les aménagements intérieurs pour tout refaire, ceux d'origine datent de la construction du bateau et ont subi quelques modifications qui ne me conviennent pas.
Je verrai donc bien ce qu'il en est d'éventuelles modifications de structure réalisées.
Par ailleurs, je peux attendre 3 ou 4 mois pour avoir ce que tu pourras me fournir. C'est pas le boulot qui va me manquer d'ici-là.

12 août 2020
0

Merci, Fritz, pour ce fil instructif. ;-)

12 août 2020
0

je crois qu'elle veut le vendre ,si il y en a qui sont intéressés qu'ils me contactent en mp
je leur donne son n°.
alain

12 août 2020
0

Rallonger un mat de 1m ne nécessite pas de calcul! surtout sur un bateau de cette époque. en fait jusqu'à 10% de plus en longueur il n'y a pas de risque.

Le gain de poids sur le profil compense plus que largement le poids supplémentaire sur des bateaux de cette époque.
en passant d'un profil de 6kg * 13m à 5kg * 14m c'est à la louche 12kg de moins malgré 1m de plus! Ça paye largement 1m de tube d'enrouleur, et 4m de hauban supplémentaire (+1kg pour du 7mm, +3-400grs pour l'enrouleur! )

Encore sceptique sur le poids dans les haut et le risque de tangage/stabilité?
-Passer en dyform et éventuellement retirer 1mm sur les câbles les plus largement dimensionnés, pour gagner encore un peu de poids, éventuellement deux étages de BDF comme dit plus haut pour affiner encore un peu le profil, on doit gagner encore 10%
-Passer toutes les drisses en dyneema de 8mm (VS polyester de 10), balancine en 6mm. Sur 4 drisses + balancine, c'est + de 3kg de gagné (à mi-hauteur) soit l'équivalent de 1,5kg en tête de mat. Je n'ai pas compté de balancine de spi, uniquement (GV/GSE/Foc/Spi/balancine GV). Quand le profil retenu sera autour de 4,5kg / m, cela "paye" déjà 33cm de profil en +

Pour les voiles, rallonger un poil la bôme, retirer 10% de recouvrement au génois pour compenser le centre de voilure et ne pas déséquilibrer. Le bateau va changer du tout au tout.
-Il sera moins gitard
-Il tanguera moins! sur ce sujet on parle souvent des mouillages à 4m en avant du centre de gravité, mais bien peu du gréement qui est lui ... à 8m du centre de gravité!!! 8kg à mi-mat, c'est 16kg à l'étrave en effet de tangage... le poids d'une ancre!
-Il sera beaucoup plus performant au près et globalement à toutes les allures, notamment dans le petit temps
En bref ça ne sera plus le même bateau!

12 août 2020
0

Bonjour Cedric,
Merci pour toutes ces infos, mais tout cela ne me pose aucun problème de choix et de détermination...
Ce que j'ai besoin de vérifier, ce sont les conditions d'équilibre du bateau dès lors qu'il est actullement gréé en Cat Goelette avec un ''pylone'' au droit du brion, et un autre au niveau du maître bau, et avec une dérive sabre implantée en avant de la quille. Il ést toilé de 2 voiles identiques de 27 m² chacune... (voir photo)
Ma question est donc de savoir si, pour réalisé ce grément, les paramètres de stabilité ont été modifiés par rapport aux données de la version initiale du constructeur.
N'ayant aucune info sur cela, je recherche donc des plans d'une version gréée en sloop ou cotre....
Tenu compte des infos notées sur les actes de ventes et certificats de francisation, il semble que les paramètres d'origine ne sont pas modifiés en ce qui concerne les masses (déplacement en charge=5,6T, lest=2,2T).
mais la présence de ce grément en Cat, que je vais virer pour revenir sur un cotre ou un sloop, me titille un chouïa le cortex...

12 août 202012 août 2020
0

Bien sûr que la stabilité a été modifiée sur ce bateau. La dérive, au moins 1 mètre devant celle d'origine l'atteste. Et le gréement doit être atrocement lourd... Tu ne prends absolument aucun risque à le remettre en configuration d'origine...et sans te casser à faire des calculs.
J'espère pour toi que le puits de dérive est toujours en place, et qu'il a simplement été colmaté en bas.

Mon mat était un NG 60, furieusement lourd. Et pourtant... le bateau était raide à la toile !
Tu ne risques rien à passer à 500 g de moins par mètre, même avec un suel étage, si tu restes à 12,40 m. Si tu passe à 13,00 m (ce que je te conseille), passe en double étage, et fais rétreindre en haut. A note que ce genre de profils très standards se trouvent en occase (remplacement par des mats enrouleurs)

Petite info en passant. Si j'avais changé mon mat, je l'aurais avancé de 25 cm. Le bateau est très ardent passé le bon plein, quand il y a de la brise, malgré de très belles voiles sur le mien. La faute à un trop grand recouvrement du génois, et à un mat "planté au milieu" (pas tout à fait, mais pas loin), comme c'était la mode dans les constructions à petites GV et génois énorme.

En plus ça repousse un peu l'épontille vers l'avant, car elle fait vraiment chier, pile dans le passage de la banquette bâbord du carré, coté avant.

12 août 202012 août 2020
0

@ cédric 1983
La transformation que tu décris est ^précisément celle qui a été faite sur un NQN de Cherbourg, avec un double étage de 13,40 m, rétreint en haut. Le bateau faisait de la régate !

12 août 2020
0

je ne pense pas qu'il y ai eu une modif sur les papiers... d'ailleurs c'est pas si simple de faire modifier les papiers!

Ensuite, ton montage que tu souhaites virer est attroce! je te comprends!

Enfin, la dérive effectivement il faut regarder...

12 août 2020
0

le freedom 35 a le même gréement et fonctionne très bien dans les deux versions quillard et DL
avant de tout changer j'irais faire un essai en mer rien que pour voir .
celui qui l'a réalisé ne l'a pas fait sans réfléchir .maintenant il faut voir le poids du gréement ,ce sont peut être des mats en carbone .
le cat boat à beaucoup d'avantages par rapport au sloop et peu d'inconvéniants.
alain

13 août 2020
0

Bonjour,
Je ne doute pas que le grément Cat ait des avantages , mais je dois dire que ce n'est pas ma tasse de thé... De plus sur ce bateau, la misaine présente un renflement à mi-hauteur résultant d'une reprise avec entoilage et résine... Sans doute suite à un problème (?)
Et le GM présente un double flambement qui lui done une légère forme de ''S''...
Ce grément date de 1981 ou 85, Il a l'âge de ses artères.
Et donc, tant qu'à faire de restaurer...
Cdlt
Hervé

13 août 202013 août 2020
0

Par ailleurs, le prolongement de la coque à la poupe, et le mat planté à l'étrave ajoutent du poids aux extrémités, sur ce bateau qui n'aime pas ça du tout. C'est un de ses petits défauts. Le peu de volume sous la flottaison au extrémités. La courbe des aires est très caractéristique... et datée, on peut dire !

Donc couper tout ce merdier à l'arrière et revenir à un gréement léger me semble une bonne chose. C'est quand même pas un bateau formidable au près serré s'il y a de la mer. Alors, le tangage par là dessus, c'est même plus la peine.

Il faudra que tu prennes garde à ne pas charger la soute avant. Si l'idée en soit est excellente pour un bateau de mer (les bordels mouillés à l'avant et les couchages à l'arrière), l'archi a sous évalué le volume de carène nécessaire. Et on voit pas mal de NQN piquer du nez. Ce n'est ni joli, ni très efficace.

Ca ne m'étonnerait pas que tu réussisses à trouver un gréement d'occase entre 12 et 13 mètres à la Réunion.

13 août 2020
0

A la poupe, la coque n'a pas été rallongée. Cette coque est une version avec un petit cul étroit et relevé. L'acien proprio a rajouté une plateforme qui élargit la plage arrière c'est pas bien lourd et je l'allègerai encore en remplaçant le plateau par un caillebotti fin.
Pour ce qui est du portique en grosse ferraille rajouté pour servir entre autre de bossoir pour l'annexe, va également y avoir du changement en simplifiant et allègeant.
Dans mon projet, la cabine avant va reprendre sa fonction couchage, et il n'y aura dans l'étrave que la baille à mouillage et un petit coffre à cordages. la soute à voiles et à matériels prendra la place d'une des couchette arrière qui sera neutralisée et accessible du pont et du cockpit. Cette disposition me permettra également d'équiper une cuisine en L à côté de a descente.
De la même manière, les 2 réservoirs d'eau potable cumulent 300 litres... Je vais réduire un peu et installer un désalinisateur
Voilà qques indications du projet de restauration...
Enfin, pour ce qui est de trouver aisément un mât d'occase à la Reunion, ça reste un point non résolu... En géneral, ce qu'on trouve est en mauvais état. Mais je suis optimiste, et j'ai du temps devant moi. sans compter qu'ici plusieurs industriels travaillent l'alu et peuvent faire venir des profils sans problème.

13 août 202013 août 2020
0

Ah, pardon. La photo que tu as jointes donnait franchement l'impression d'une coque rallongée à l'arrière.
As-tu une photo de profil, prise de plus près ?
Même "pas lourd" : 100 kg à 1 mètre en arrière de la flottaison statique n'est pas bon.

le recentrage des poids que tu prévoie améliorera le comportement. C'est le tangage qui handicape le NQN au près.

Le mien possédait 550 L d'eau en deux réservoirs dans la quilles. 300 + 250. Loin d'être un soucis, l'eau dans le retour de galebord de quille donnait de l'inertie et un supplément de raideur à la toile !
C'est un des avantages de ce bateau. le retour de galebord sous les planchers du carré, qui peut êter chargé sans arrière pensée.

D'ailleurs, historiquement, Pierre Laval avait prévu cet important volume, pour que les gars "sans le sou", puissent remplir de béton les fonds jusqu'au plancher, pour pallier le plomb. J'ai le texte manuscrit de sa main, qui explique que on comble totalement le retour de galebord et que le rehaussement du centre de gravité du lest est assez faible, en raison des formes évasées de cette partie de la coque.

Peu importe... j'ai navigué dans des conditions difficiles, réservoirs pleins, ou vides, pour tester le comportement du bateau. Je préférais largement le comportement du bateau avec ses 550 L d'eau dans la quille, soit 2,7 Tonnes de lest !

14 août 2020
0

Bien reu ton mail...
Comme promis, ci joit 2 photos :
1 de la vue d'ensemble (le bon profil...)
1 de la vue de la poupe
Ca devrait te clarifier les choses.
Pour ce qui est de la réserve d'eau, je veux juste réduire de 40 à 50 litres pour caser un petit dessalinisateur. J'ai bien conscience de l'intérêt des 300 kgs de masse complémentaire au lest...

14 août 2020
0

bonjour ,
je serais curieux de connaitre la matière et le poids des deux mâts par rapport à un profil en alu de la taille idoine ,s'ils sont en carbone ,ça vaut peut être le coup d'en fabriquer un seul avec les deux ,ce qui résoudrait le problème d'approvisionnement .
la carène du nkn n'est absolument pas porteuse à l'avant ,j'espère qu'il n'y a rien dans la baille à mouillage dans cette configuration .
alain

14 août 2020
0

Pour ce qui est de la matière, à la couleur et à l'apparence, ça ressemble bien à du carbone, mais j'ai un doute en regard de l'épaisseur de la paroi (visible sur une ouverture dans l'emplanture : 30 mm...
Quand au poids, je te laisse évaluer :
- diametre au pont = 38 cm
- diametre au plancher du carré = 40 cm
- hauteur estimée au dessus du pont = 12,50 m (longueur du guindant des voiles = 11m70)
Pour ce qui est de les combiner pour en faire un seul mât, cela me paraît difficilce, ils ont pratiquement la même section cylindro-cônique.

14 août 2020
0

C'est bien ce que j'vais vu... un rallonge de coque hideuse qui doit bien mettre 100 ou 150 kg avec la feraille au dessus. Moi, je vire tout ça, pour retrouver le tableau d'origine !

14 août 2020
0

Rallonge sur la longueur de coque = 0
largeur d'origine du petit tableau AR = 0m90
Largeur totale du plateau rajouté au tableau = 2m40
Surface totale de ''pont'' rajouté = 2 x 0,80 m² = 1,60 m²
C'est bien évidemment que je vais simplifier tout ça...
Mais l'idée d'un petit élargissement du pont au droit du tableau ne me déplait pas. Bien moins important, et structure alu + caillebottis en tamarin (excellent bois local de la famlle des acacias). poids total à ne pas dépasser = 35 kg au lieu des 95 actuels.

14 août 2020
0

Si si, la coque a été ralongée de 1 mètre environ !
Le tableau d'origine est exactement dans le prolongement du bord de fuite du safran sous voute.

Sur ton bateau ce dernier est reculé d'au moins 40 cm. l'aileron a également été rallongé.

En fait, ton safran est a la place du safran extérieur des 7 premiers modèles de nqn construits.

Donc le tableau d'origine se trouve au niveau de la mèche de ton safran.

Pour être précis, la largeur au pont au tableau arrière est de 190 cm ( entre les cadenes de pataras)

14 août 2020
0

J'ajoute que si ton numéro de coque est inferieur a 7 ( le 7, je le connais), tu as bien l'aileron d'origine, et le safran sur tableau a été coupé mais laissé a sa place.

L'angle de la mèche l'atteste. C'est celui du safran extérieur. Le safran sous voute était lui avancé de 40cm avec découpe de l'aileron. Sa mèche est verticale.

Tout ce qui derrière la mèche est donc rajouté. Tu en trouveras sans doute les traces dans le coqueron.

14 août 2020
0

OK, j'entends ça, et je prends. Tu connais parfaitement la coque du NQN.
Sauf à m'être planté lors de la première visite du bateau, j'avais mesuré une longueur de coque de 10,45 m. j'avais affecté l'écart vec la longueur annoncée de 10,30m, à l'imprécision de mesure ''in situ''.
Lorsque je suis revenu pour prendre les mesures avec un gabarit gradué, je me suis contenté de déterminer les éléments entre proue et poupe pour retracer la coque.
Une chose est sure pour 'avoir vérifié plusieurs fois, c'est la longueur de flotaison qui est bien de 8m95.
Comme il n'y a que les imbéciles qui ne se trompent jamais, j'irai planter 2 fils à plomb à chaque extrêmité et je revérifierai la longueur hors tout.
Comme il semble que tu aies raison, je devrais trouver une longueur HT de plus de 11m...
C'est bien ça ?
Dans ce cas, je reverrai l'aménagement du pont arrière, mais je ne recouperai pas la poupe...

14 août 202014 août 2020
0

voila la réponse formelle... plan d'origine superposé avec ta photo, à l'échelle.
Si tu prends ton bateau en photo pile dans l'axe, je peux faire encore mieux...
La longueur au pont est de 10 mètres, à un chouilla près.
Tu as du oublier 1 mètre.

la ligne rouge sur la deuxième image: limite du tableau arrière d'origine.

14 août 2020
0

Edifiant, en effet !
J'ai effectivement du oublier 1m.... (l'âge, sans doute...)
Mais alors, cela signifie que celui qui a ainsi modifié le bateau est le propriétaire qui l'a acquis en 1987, ou le précédent:
Acte de farncisation du 18 aout 1987 à La Rochelle (je n'ai pas de copie d'acte antérieur)
Date de construction indiquée sur l'acte : 1981
Navire est déclaré sous le nom de LIBERTAT, à 2 mâts et 1 pont...
Longueur de signalement 10m10
Jauge brute 10,66.
A part la longueur qui est passée à 10m30 sur l'acte de franciastion du dernier acquéreur en 2019, aucune modification n'a été déclarée.
Donc la ''rallonge'' a été faite entre 1981 et1987...
On fera avec, mais faut revoir certains paramètres, car la rallonge ne concerne pas que les oeuvres mortes, la position du safran est reculée, et il y a un chouïa de quille en plus...
Par ailleurs, au vu des cartes et doc récupérées dans le bateau, le propriétaire de l'époque a du se baguenauder dans tous les coins de la planète ou presque...
Tu vas retrouver mon mail plus haut dans le fil....
Contacte-moi par mail.
Hervé

14 août 202014 août 2020
0

Ton safran est à la place du safran extérieur des 7 premiers exemplaires. ça ne pose pas de soucis.

Ta quille est celle d'origine. C'est la mienne qui était rallongée sur l'arrière, car j'avais une semelle rapportée d’échouage. Donc j'avais modifié le plan de mon bateau en conséquence.

14 août 2020
0

Je ne dispose d'aucun document qui précise le numéro de la coque.
Ce numéro est-il indiqué sur le bateau lui-même, et où ?

14 août 2020
0

impossible à savoir simplement. Ce sont des bateaux qui ont eu plusieurs vies. Modifiés, papiers parfois fantaisistes.
Le mien est officiellement de 1987, ce qui est absolument impossible, et m'a été certifié par M. Tournier lui même.
C'est un bateau plus ancien et "reconstruit"en 1987. Francisé comme un bateau neuf, alors qu'il avait des papiers antérieurs !
C'est le monde de la construction amateur d'il y a 40 ans !

j'en sais quelque chose. J'ai construis mon premier bateau avec mon père il y a 40 ans, et après deux verres de vin blanc à bord, l'inspecteur qui faisait la visite l'a fait passer en construction pro !

14 août 2020
0

Je vais chercher au fond de la coque pour rechercher des traces de ralonge côté coqueron...
Quoi qu'il en soit je pense que je ferai avec la coque actuelle, sauf si ton conseil est fondamentalement contraire...
A +
Hervé

15 août 2020
0

La rallonge de coque est considérable et ne peut pas avoir été faite sans structure transversale. A mon avis, tu vas trouver le tableau d'origine à sa place, au niveau du tube de jaumière...
Suite en MP.

13 août 2020
0

J'ai peu de photos actuellement, sinon plein de détails...
J'irai avant la fin de la semaine lui tirer son meilleur profil et te l'envetrrai...
La seule chose qui me manque vraiment, bien que je comprenne fort bien les arguments de ceux qui connaissent très bien le bateau et me disent qu'il n'est pas utile que je m'emm... avec des calculs savants, c'est la position du centre de gravité (cote verticale par rapport à la flotaison et horizontale sur la longueur de flotaison)
Pourquoi ? : simplement parce que c'est par rapport à ce point précis que je pourrai déterminer sa stabilité (théorique) sous voile et tracer les meilleures options pour la garde robe que je ne trouverai pas en standard sur ''Paru-Vendu'' ou ''le bon coin''...
Avec un mât de 13m positionné à 40% de la longueur de flotaison à partir de l'étrave, on peut sans problème établir une voilure de route à plus de 60 m² (GV + 2 focs)et plus de 70 sous grand génois... Ca fait beaucoup, c'est sur!, mais entre ça et 50 m² tout mouillé sous génois, ya une marge et des possibilités dont l'optimisation dépend bien évidemment de l'équilibre des moments ... Et pour ça, j'ai besoin du point de référence, le CG.
Sa position en configuration''lège'' ou en ordre de marche, je m'en fiche, je dispose de tous les éléments de masses sauf celui de la coque lestée.
T'aurais pas ça dans tes tablettes ??
Si oui, grand merci d'avance
Hervé

16 août 2020
0

Pas besoin de tout ça dans l’alizé austral !!

16 août 2020
0

Bonjour rv56,
J'ai vu plus haut dans le fil, que tu disait qu'il y avait un NQN à vendre à la Réunion... c'est celui- que j'ai racheté.
Au fait, tu connais l'ocean indien etses alizés d'hiver ?

13 août 2020
0

Oui, j'ai tout ça, et bien plus. La liasse de plans complète et les calculs de stabilité... Dans une caisse, dans le grenier d'une longère au fin fond de ma Bretagne natale, que j'ai quittée il y a 19 ans...

J'y retournerai, c'est prévu !
Pour la position du mat, tu peux te référer au plan que j'ai mis au dessus, et tu peux également contacter le propriétaire du nqn qui se trouve à Mayotte. Il pourra mesurer in situ sur son bateau.

Il est sur hisse et oh. Je ne connais pas son pseudo, mais je sais qu'il a posté il y a 2 ans après avoir démâté a la régate de Nosy be.

Et comme déjà dit, j'avancerais le mat de 20 ou 25 cm.

13 août 2020
0

Bonjour
je suis l'heureux propriétaire d'un NQM depuis plus de 30 ans. J'avais acheté à l'époque à Pierre Laval les plans complets que je possède toujours...........

15 août 2020
0

Bonsoir ''matelot@19292''
Serais-tu prê à me confier les plans de ton NQN, le temps que j'y récupère tous les renseignements dont j'ai besoin pour restaurer le NQN que je viens d'acquérir ?
Merci de ta réponse.
Cdlt
Hervé
Mon mail : hpg.pi@zeop.re

13 août 2020
0

Ce fil est formidable ! rien de plus que formidable !

15 août 2020
0

Bjr. J'ai eu un NQN. Nostalgie d'un bateau super marin. Il avait un tout petit mat, 11,3m (je crois bien) gree en cotre, modifie en sloop avec enrouleur par moi = 56m2 de voilure. J'ai parcouru 20 000 miles avec. Attention, ce bateau n'est pas très raide a la toile (et rouleur), le mien était cohérent, un vrai régal par tres gros mauvais temps. En croisière au long cours, jamais souffert d'une sous voilure. Cdt. Yves

15 août 2020
0

Bjr Yves,
J'ai vu plus haut que tuavais encore le jeu de plans de ton NQN...
Serait-tu prêt de me les confier, le temps que je procède de certaines vérifications en regard de la configuration de l'exemplaire au je viens d'acquérir ?
Merci d'avance de ta réponse sur ma boite mail : hpg.pi@zeop.re
Cdlt
Hervé

15 août 2020
0

Peut-être fais tu erreur, es tu certain que j'ai dit ça ? Si j'ai bien eu les plans, il y a longtemps que je n'en dispose plus.
Regrets.
Cdt
Yves

15 août 2020
0

Bonsoir Hervé
Bien sûr je peux te communique les plans. J'habite sur Bordeaux. Cordialement. Philippe

16 août 2020
0

Bonjour Philippe,
Le seul problème : j'habite à la Réunion....
Donc voici ce que je te propose:
Je te laisse mon adresse personelle sur ta boite mail ou par texto (mail ou n° de tel à me transmettre via mon adresse mail.
Je prends en charge l'envoi des plans chez moi, quelque soit le mode d'envoi, et je te retourne le tout dans les 10 jours qui suivront la réception.
Je n'ai pas besoin des plans pour construire, mais uniquement ôur verifier la configuration du bateau que j'ai acheté et qui a été modifié, par rapport à une version originale.
Cela

16 août 2020
0

Pour finir mon laius
Cela te convient-il ?
Cdlt
Hervé

16 août 2020
0

Bonjour Hervé
Je rentre le 24/08 sur Bordeaux et je te contacte par mail.En ce moment je suis sur mon bateau mais il ne fait pas très beau sur les côtes charentaises.Philippe

16 août 2020
0

Bonjour Hervé
Je rentre le 24/08 sur Bordeaux et je te contacte par mail.En ce moment je suis sur mon bateau mais il ne fait pas très beau sur les côtes charentaises.Philippe

16 août 2020
0

Juste pour le fun, et remonter ce fils étonnement long pour un voilier si peu connu (mais qui le mérite).

Maquette au 1/20. Pas de "à peu près". Elle est parfaitement fidèle aux plans d'origine.
Safran et dérives sont fonctionnels. Elle flotte dans ses lignes, mais n'est bien sûr absolument pas navigable. Pas de lest.

Faut que je fasse les chandeliers, les filières et l'accastillage en pied de mat.

16 août 2020
0

C'est tout simplement superbe !!!

17 août 202017 août 2020
0

Quand on parle du loup !

Voila un Ne Quid Nimis à vendre pour un prix très attractif, mais c'est un quillard !

Si je ne me trompe pas, j'ai rencontré son unique propriétaire, qui a fait la transformation. Il trouvait les performances du bateaux insuffisantes au près (normal...)

Après transformation en quillard, il me disait avoir des performances comparables à celle d'un Mélody Jeanneau, au près dans la brise. C'est tout à fait logique également.

www.leboncoin.fr[...]05.htm/

Et un autre, deux annonces plus bas... C'est du jamais vu pour ce bateau , car avec celui de la Réunion, ça fait trois presque en même temps à la vente !

www.leboncoin.fr[...]28.htm/

Avis au zamateurs !

18 août 2020
0

Je suis surpris par un avis qui trouve le NQN peu performant au près. Avec sa dérive profilée et 2,40m de tirant d'eau pour 9 m a la flortaison, j'ai souvent fait des jaloux. En plus avec la version du début peu voilée. Pour ceux qui connaissent j'ai fait Tahiti Gambier en 9 jours.
Se priver de la sécurité par gros temps de cette carene qui glisse, qui derappe sans la sensation de croche pieds d'un quillard profond, que le Navik a barré par tous les temps, est ce une bonne transformation ? Perso, pour rien au monde une telle idée me serait venue.
Cdt
Yves

19 août 202019 août 2020
1

Tous les intervenants de ce fil, dont moi, aimons ce bateau, mais il faut raison garder et ne pas en faire un mouton à 5 pattes.

C'est un dériveur lesté, lourd et court à la flottaison, dont de rectangle a peine profilé de dérive, bien qu'il plonge a 2m60 ( sur le mien) est absulument incapable de rivaliser avec des quillards bien lestés de la même époque, avec le même poids de lest situé presque 1 m plus bas.

En 8 ans de vie et 40 000 milles sur ce bateau, j'ai eu l'occasion de le constater à mes dépends, en voulant faire route avec des bateaux tels Romanée ou Melody...

Faire route Ensembles au près, on oublie. On a tout loisir de voir les voiles des copains disparaitre progressivement loin devant, au vent, sur l'horizon.

Et je pense que la nuit où j'ai chavriré dans l'Indien,si j'avais eu la quille du Mélody, mon mât n'aurait pas visité les abisses !
Mon bateau, bien que mat court et sous trinquette et trois ris dans la GV, manquait singulièrement de pied dans L'eau et de raideur a la toile. Je lui aurais bien fait pousser une quille,pendant ces 10 jours de galère a remonter le force 7 a 9 des alizés de SE !

Ça n'en fait pas pour autant un mauvais bateau, comme me l'avait méchamment balancé Rubisntein. C'est un deriveur de son époque. Point !

19 août 2020
0

Affaire de conviction... Des amis ont sanci avec un Dufour 35 dans la mer des Caraïbes. Des gens de grande expérience qui décrivent leur accident en évoquant clairement le phénomène de croche pied qu'ils ont ressenti.
Je me souvient avoir lu il y a très longtemps le récit d'un Romane qui avait fait cap size en mer du nord. Les quillards se retournent aussi...
La dérive de mon NQN avait un beau profil naca. Le bateau avait un parfait équilibre sous voile. Pour regater il y a eu mieux, évidemment, mais pour faire des centaines de miles au près, sans jamais taper, 100% sous regulateur, avec 1,15m de TE, d'une stabilité de route jamais prise en défaut, d'une douceur de barre parfaite, je pense que ça ressemblait bien à un bateau sans équivalent dans sa taille.
Quel serait la version moderne qui pourrait avoir autant de qualités ? Je ne suis assez au fait de l'actu pour répondre et serais curieux de connaitre les candidats. En retours d'expériences plutôt qu'en théorie... lol
Cdt
Yves

19 août 2020
0

Salut Yves
Ce n'est pas une affaire de conviction ! Nous ne parlons pas de la même chose.

Il n'est pas,question du comportement du bateau par mer de l'arrière, a même de le faire sancir, mais de sa capacité a remonter au vent dans la brise et mauvaise mer, par rapport à des equillards éuivalents ! Restons modestes !

Au portant et par fuite par mer grosse, le comportement du nsn est exemplaire. Je l'ai vécu une nuit au large de chez Kadafy, en me disant que sur un autre bateau, j'ai pu avoir le plaisr de tester la réactivité de ses secours et son hospitalité !..un bateau vraiment formidable, laissant glisser les deferlantes vicieuses sous sa courte voute arrondie et relevée, et son embryon de quille, masqué pas la gîte.

Mais là, non. Le propriétaire ayant fait la transformation me parlait juste du près dans la mauvaise mer en Med, en navigation côtière ou semi hauturiere. Et là, comment lui donner tort ? Laval lui même proposait la version quillard pour les méditerranéens

Je ne mise pas cher sur le meilleurs NQN face a un dufour 35 (le vieux), un Romanee, ou un Melody, s'il faut faire une traversée de 200 ou 300 milles au près, entre deux destinations, dans cette mer qu'on connait !

Mais un bateau est un compromis, qui depend de la nav realisée. Pour l'usage de ce propriétaire, il est evident que la version quillard etait mieux adaptée. Il était déçu par son bateau en conguration d'origine, et très satisfait après avoir réalisé la modif preconisée par l'architecte.

Maintennant, je pourrais aussi développer sur les qualités des divers nqn, en fonction du respect ou non du devis de poids et de la conformité de la derive au plan dorigine...
La devise ne qui nimis, juste ce qu'il faut, transformée en :
Trop ne manque pas...sauf une bonne derive !

certains NQN que j'ai croisés( j'ai rencontré la moitié des unites construites environs) sont des vaux, trop lours de plusieurs tonnes, avec des derives sous formes de tôles tronquée, ou pas a leur place...

Le plus rapide de tous, y compris au près était celui de st Malo, aménagé de lits de camps et d'une table de camping. Pas d'enrouleurs. Et c'est vrai qui allait fort bien...sans pouvoir accrocher un Romanee au près faut pas rêver !

Bonne journée.

19 août 202019 août 2020
0

Maintenant, pour parler de conviction et de ressenti, qui sont moins dans le domaine du mesurable comme la capacité d'un voilier à remonter au vent (il y a des régates et des coefs pour ça. Je coirs que le NQN en a un, d'ailleurs !), je vous cite une anecdote.

Cette fameuse nuit, en limite des eux territoriales libyennes, à laquelle je fais référence dans le post au dessus. Nous allions à la Réunion, via Suez et Seychelles. N'ayant pas envie de faire du tourisme en pleine guerre au soudan, et au plus fort des actes de piraterie dans le golf d'Aden, et jusque dans les eaux seychelloises, ou d'autres ont laissé leur vie, nous avons fait la route en mode marche forcée, avec pour équipier un copain tourdumondiste sur un dériveur intégral en alu de 12 mètres.

Cette fameuse nuit au large de la Libye, la météo annonçait force 7 rafales à 8 de Ouest Nord Ouest, mais c'est 9 établi rafales à 10 que nous avons eu pendant 12 heures. Qu'à cela ne tienne, le bateau sous trinquette seule dévalait les vagues en toutes sécurités, et les quelques déferlantes aui auraient pu chavirer le bateau se contentaient de passer sous la voûte dans un grondement sourd, et l'amorce de quille, après quoi le bateau se redressait rapidement en accélérant et reprenait sa route.

Mon ami, hors quart, dormait dans la couchette, puis se lève, visiblement très contrarié, la gueule de travers, et fustige le comportement de mon bateau qu'il qualifie de brutal et malsain, pouvant nous amener à un chavirage...
Avant qu'il n'argumente, le lui sert un café bien chaud le temps qu'il marmonne ses sentiments désagréables. Puis, les idées claires et requinqué par le café, il m'explique que mon embryon de quille se sent parfaitement quand la vague passe, et engendre un mouvement brutal de gite puis de rappel du bateau, car il l’empêche de glisser sereinement de coté, comme le fait si bien son dériveur intégral.

Là, j'ai bien rigolé intérieurement. C'est bien une histoire de conviction (pro DI) et de ressenti. Là ou l'étais ravi du rappel de l'amorce de quille, qui ramenait le bateau sur sa route, en lui permettant d'accéléré, on ami voyait un réel danger avec le sentiment d'être sur un quillard avec des mouvement brutaux et désordonnés à même de provoquer un chavirage !

Et le chavirage qui nous amis d'accord deux mois plus tard, et bien, c'est au près au Sud des Seychelles et nous étions d'accord sur le coup. Pour faire du près dans la mer, on n'a pas inventé mieux que la quille !
Nous n’avions que trois solutions, car toute progression devenait impossible : faire demi tour et retourner aux Seychelles, passer sous les vent de Madagascar pour aller à Mayotte (on abattait de 30 degrés), ou faire le bouchon 3 jours de plus en espérant que ça se calme derrière, pour continue sur la Réunion. C'est ce que nous avons choisi de faire. Heureusement que le bateau était solide...

27 oct. 2020
0

Pour info, voici le rating HN du NQM avec celui du Dufour 35 :

26 oct. 2020
0

Bonjour tout le monde je voudrais so'iciter votre avis sur deux bateaux qui me plaisent beaucoup et qui se ressemblent dans l'idée:
Le NQN qui n'a pas besoin d'être présenté

Et le cutter 35 version dériveurs lesté. Construit par le chantier Metalu.

En voici un à vendre en Guadeloupe.

J'ai la possibilité d'acheter soit l'un ou l'autre... Difficile de faire un choix. Donc je souhaiterais vaux avis sur c'est deux bateaux. Merci d'avance

26 oct. 2020
0

Un NQN était a vendre l'an dernier en Vendée. Cher.
Un autre en même temps, dans la même region, à un prix defiant toute concurrence. (12 000 €)
Peut-etre est-il encore en vente ?

26 oct. 2020
0

ça y est ma voisine m'a confié les clefs pour faire visiter le sien et elle est remontée dans ses montagnes
avis aux amateurs
il est à coté de hyères .
essayez de venir à plusieurs je ne vais pas faire des allez retour sans arrêt
alain

27 oct. 2020
0

OK je comprends mieux pourquoi Alain "vend" un NQN.
Pour revenir sur un bateau qui "remonterait mal au près" il faut aussi "raison garder"...lol
Voilà ce que j'ai pu faire avec le mien, je parle bien de tirer des bords pour gagner contre le vent.
- tirer des bords très convenables (110-120°) par force 9 établie et rafales + dans les Pertuis Bretons, en Bretagne, dans le Pacifique pour des raisons exceptionnelles (se mettre à l'abri à l'approche de grosses vacheries un peu soudaines) avec des mers difficiles, souvent croisées.
- sur de très longues distances, remonter du fond du Golfe des Caraibes jusqu'en Martinique, Panama-Ile de Pâques, Tahiti-Gambier et bien d'autres sans tirer des "bords carrés" et dans des temps réellement plus qu'honorables pour un bateau de cette taille.
J'ai souvent barré le Romanée d'un copain, nous avons même fait des régates, un vrai camion à la barre, dur et stabilité de route = zéro.
J'avais participé à la Semaine de La Rochelle avec mon NQN histoire de passer des bons moments avec des copains (une "belle époque" un peu révolue), nous étions loin d'être ridicules et même surpris par le comportement de mon bateau, idem 24 h d'Arcachon une année super-ventée avec nombreux démâtages, classés 33ème/110 sans jamais envoyer le spi avec mon équipage d'amis/touristes quasi novices.
Centrer ce fil sur les performances au près serait un peu injuste puisque c'est par essence un bateau de voyage. Avant de partir loin, lorsque je rêvais devant des tas de récits idylliques, j'ignorais que je ferais plus de près que d'allures portantes, c'est ce qui m'est arrivé vu la zigzagodromie de mon vécu. Mes livres de bord peuvent en témoigner.
Aux allures portantes, dans le super gros temps, les témoignages sont nombreux sur le comportement de ce bateau capable de passer à travers des conditions ultra musclées.
J'avais demandé plus haut, par pure curiosité, d'indiquer quel bateau de cette taille plus récent ("plus moderne") pour un programme identique, pourrait être mis en regard du NQN ?
Au premier degré ça peut sembler ne servir à rien vu le petit nombre de NQN à flot mais ça peut aider ceux qui cherchent un bateau de voyage capable de bien remonter au près... vu qu'on fait du près bien plus souvent que prévu dans ces vies baladeuses au long cours.
Cdt
Yves

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer