Navigation seul, "grande première" !

Coucou à tous,

le week-end prochain, je me lance... vu que je suis très régulièrement seul sur mon bateau et que le but forcement n'est pas de rester au port... je me lance... un peu peur pour les manœuvres...

Je suis à kortgene dans le veerse meer en hollande...

Si vous avez des conseils à me donner... je suis preneurs...

Merci à tous,

L'équipage
28 juil. 2013
28 juil. 2013
2

Bonjour
Avant d'effectuer une manoeuvre , prend ton temps et prépare la bien

Aménage ton bateau pour avoir tout sous la main avec peu de déplacement car plus ceux ci sont nombreux plus tu fatigues

Simplifie tout

Au début , ne soit exigeant avec toi même que pour la sécurité

Ajoute à ton gilet quelques accessoires de sécu dont une balise de detresse portable 24h

28 juil. 2013
2

je confirme, un seul mot: ANTICIPER !!
laisse le pilote à poste prêt à servir,
une main pour toi une pour le bateau,
et en avant titine !......

28 juil. 2013
0

Commence par du beau temps, larger du ponton ket y revenir, puis sous gv seule, puis les 2 voiles, et dois bien concentrer.

28 juil. 2013
2

Hello,
Comme dit bil 56, anticiper, tout et même plus si possible.
En vrac selon mon expérience récente. Préparer ton bateau comme dit cdbbzh, préparer soigneusement tes navigations et tes atterrages (configuration des ports, mouillages, approches...), si les conditions le permettent, entrer dans le port avec les défenses et amarres à poste pour pouvoir arriver cool et réfléchir tranquillement à ton appontement. Ne pas hésiter à faire des tours sur place pour prendre le temps de réfléchir, sentir les réactions du bateau en fonction du vent dans le port et des éventuels courants. Si les conditions te semblent difficiles n'hésite pas à demander de l'aide, seuls les cons te regarderont planter ta manœuvre en rigolant, les autres savent et t'aideront de bon cœur. Pour les navigations soit humble, dans le doute "sous toile", c'est lors des conditions difficiles que le pilote fait grève, que tu te retrouve entre 3 bateaux de pêcheurs et un ferry...
Une maxime d'un de mes amis marin: "le pire n'est jamais décevant". J'ai testé pour vous... ;-)
Plus tard, après quelques rayures sur la coque, quelques gros coups de stress, parfois d'épuisement, je te promet que lorsque tu commence à sentir les limites de difficultés reculer le bonheur est immense.
Bons vents et bonheurs à toi

28 juil. 2013
0

Désolé, c'est presque la même chose que vous :-(

28 juil. 2013
0

Le plus compliqué c'est l’atterrissage, si on sent qu'on se loupe (c'est parfois juste un peu de stress), on refait un tour complet pour se présenter et on reprend la manœuvre un peu plus détendu.
Il est plus que probable (surtout en Hollande), que des mains secourables et expertes se proposeront spontanément, même si elles étaient attablées à l'apéro.
En route, la première chose à déterminer, c'est de trouver le réglage pour maintenir le bateau un certain temps bout au vent (penser au changement de voilure) et tenir compte que ce réglage change quand on se déplace sur une petite unité. Et cela sans pilote, ce qui sera encore moins évident.
Apprendre par cœur aussi, comment se déplacer sur le bateau, tout en restant en permanence harnaché (ne pas hésiter à optimiser le cheminement des lignes de vie, dont l'ancrage doit être sérieux).
Naviguer une échelle de bain à l'eau (éventuellement mobile), sera un plus pour la sécurité du navigateur solitaire (le risque de crocher quelque chose, est moindre que celui de ne pas pouvoir remonter à bord).
On peut aussi porter à sa ceinture, une petite pochette dans laquelle sera lovée un "boute" de petite section (genre drisse prévoir résistance autour de 400 à 600 kgs, ça existe en 4) avec un mousqueton sérieux à chaque bout, d'une longueur égale à celle du bateau + 2 mètres, cette allonge permettra, en cas de chute le long du bord, de rejoindre l'echelle de bain, sans se détacher du bateau. On ne fera bien sûr cette manœuvre, que quand on aura repris un peu de calme après la chute à la mer (ce qui doit systématiquement rester une hypothèse d'école néanmoins).
Enfin, s'exercer souvent par beau temps, à tout rentrer et s'entraîner à faire route sous voilure de cape (surtout en zone côtière), et constater que ce n'est pas si facile qu'il y parait.
Mais ce ne sont pas des conseils, juste quelques pistes de réflexion. :reflechi:

28 juil. 2013
0

Je n'ai pas de pilote.... est ce un problème????

28 juil. 2013
1

Non, l'humanité à navigué quelques milliers d'années sans ce biniou électronique.
Mais regardez dans un livre comment on fait théoriquement, et expérimentez avec votre propre bateau ne peut pas nuire.
Dans le temps on amarrait la barre sous une allure qui permettait d'établir ou de réduire les voiles, tout en faisant route. :tesur:

28 juil. 2013
0

J'ai fait mes premières armes en solo sans pilote et j'ai dû m'en passer lors d'une panne il y a quelques années (pendant 200 milles).

On peut sur certains bateaux amarrer la barre au près mais çà ne tient pas si la vitesse du bateau ne suffit pas à contrer l'effet de la houle - il ne faut pas espérer s'éloigner de la barre longtemps par mer agitée.

Peut-être qu'avec les bateaux anciens c'était plus facile ?

28 juil. 2013
1

sur certain,s pilotes récent, il y a une telecommande permettant de virer de bord à distance. Le plus de cet appareil est que lorsque la telecommande s'éloigne du récepteur ( un peu comme les clés de bagnoles ) suite à une chute en mer, la barre vire toute seule vers la cape... Ça peut servir

28 juil. 2013
0

j ai jamais essayé mais c est tentant : prendre un ris en mettant à la cape; du coup pas de pilote obligatoire et calme relatif sur le pont j imagine !

23 août 2013
0

ca se fait même très bien. Cependant il convient de ne pas trop border la voile d'avant (à contre) pour augmenter l'amplitude des oscillations du bateau et ainsi permettre à la bôme de revenir un peu plus vers le cockpit (sécurité et facilité du "travail") et de la décoller des haubans afin d'éviter de trop faire frotter la GV sur les haubans lorsqu'on la descend.

28 juil. 2013
1

sur un petit bateau un peu volage sans pilote, c'est plus compliqué ... mais ça peut se faire, des bouts, des sandows, des trucs et des bidouilles ...

28 juil. 2013
28 juil. 2013
0

Ca dépendra si le bateau est naturellement ardent ou mou, l'important c'est de ne pas se faire balayer du pont par la bôme, au Lof ou à l’empannage (à cette occasion, pas de manille au point d'écoute de foc ou génois, on mettra un nœud, une manille dans la figure nécessite obligatoirement des points de suture).
Au départ on observera pour rouler le plus longtemps possible, sans les mains sur la barre.
Une combine (mais je ne sais pas si c'est conforme à la doctrine), mettre des marques sur la drisse de GV, correspondantes aux bandes de ris.
On se mettra "bon plein", et on libérera vite fait du taquet la longueur de drisse qu'il faut pour une bande de ris à la fois, on reprend vite fait la barre pour se mettre bout au vent, et la voile descend toute seule, après il suffit de reprendre une route équilibrée et ranger le "distribil" né de l'opération.
On refera le coup, du bout au vent, pour aller étarquer le tout.
Génois rentré bien sûr, si enrouleur, au besoin affaler d'abord le foc, puis le renvoyer quand tout est en place, cette voile fait abattre.
Je crois me souvenir que Sir Francis Chichester décrit une manœuvre similaire, suite à une panne de flettner du régulateur d'allure, dans "Le Tour du Monde de Gipsy Moth", mais ça fait un bail que je ne l'ai pas lu.
fr.wikipedia.org[...]chester
:-)
J'ose croire qu'il doit y avoir une flopée de solitaires experts ici, qui doivent pouvoir décrire ce qu'il faut faire, sans pilote, et qui pourront éclairer nos lanternes. :coucou:

28 juil. 2013
1

Bonsoir Spirale ,je suis baser également à korgene ,j'espère que l'on pourra se voir un jour pour prendre un pot ensemble.
Pour les membres baser a kortgene voir le liens de la weebcam récemment installée.

www.deltamarina.nl[...]webcam/

29 juil. 2013
0

Avec plaisir... super le lien je ne le connaissait pas... tu es quand dans le coin????

30 juil. 2013
0

Je serais sans doute a Kortgene a partir de lundi prochain, jusqu'après le weekend suivant .
Salutations nautique

28 juil. 201328 juil. 2013
1

Autour de moi il y a ceux qui adorent naviguer seul et ceux qui ne conçoivent pas la navigation sans un vrai équipage. Mais tu as raison de tenter l'expérience, seul moyen de savoir si on est fait pour ça ou pas. Le bilan de mes débuts pour des navigations en solo longues qui nécessitent de dormir, si tu as le courage de tout lire : aita.openstates.com[...]en-mer/

28 juil. 2013
5

A mon avis, plus facile et moins stressant de naviguer seul qu'avec un équipage peu ou pas "marinisé".
Je suis d'une humeur noire après avoir passé 7 heures dans mon cockpit à faire attention aux pieds de tout le monde sans aucune participation aux manoeuvres, et maintenant je vais devoir démonter la pompe des WC qui est bouchée ...
J'ai ramené mon bateau de bordeau à tréguier, puis de turquie en grèce tout seul ... que du bonheur.

29 juil. 2013
1

Pour la première fois en solo, reste quand même habillé ! :mdr:

29 juil. 2013
0

un conseil (pour en avoir fait les frais ce WE) :
- vérifie la fiabilité de ton moteur...
je me suis retrouvé en panne de moteur sur la vilaine ce WE, eh ben t'es bien dans la m.... quand tu débute et que personne n'est la pour t'aider à arriver au ponton...

1

2 choses à bien prévoir:

  1. la pas d'hélice (si tu a un inboard), le bateau va t-il s'éloigner du ponton tout seul ou faut il l'aider
  2. une amarre au point d'embelle pour le retour. C'est très à la mode ces derniers temps et je trouve le concept génial ! fait une petite recherche sur le net et tu verras !

Pour le reste, tu fais le tout (hisser GV etc..) au fur et à mesure et surtout pas trop vite ;+) Sur le Veerse Meer, il n'y a pas grand chose à craindre, sauf pour ton égo ;+)

29 juil. 2013
1

Tu as raison de te lancer, naviguer seul c'est naviguer plus souvent. Car soit tu as la bonne météo mais pas d'équipage, soit t'as l'équipage mais pas la météo. Moi je sors régulièrement en solo une fois sorti de l'estacade de nieuwpoort tout va bien. Le stress monte au départ du catway car mon bateau est peu manœuvrant en marche arrière. Alors pour la sortie je dois tenir compte du sens du vent et surtout du courant dans le port en fonction de la marée pour pouvoir mettre l'avant du bateau dans l'axe. Ne néglige pas cette petite analyse avant de larguer les amarres et n'hésite pas à demander un coup de main a tes voisins de pontons pour sortir et rentrer. maintenant profite bien.

29 juil. 2013
0

Effectivement je suis régulièrement sur mon bateau seul... je précise "parce que j'aime ca..." lol... et je suis sur que naviguer seul, dormir au mouillage seul ou sur les nombreuses iles de hollande seul.... quel bonheur.... Effectivement ca me permettra de naviguer beaucoup plus car j'ai pas acheter un voilier pour m'en servir de chalet en hollande.... merci à tous pour les infos et je pense que je me lance jeudi ou vendredi... je vous conseil de rester au port ;-)

29 juil. 2013
0

quelle taille ton bateau?
au fait sur les conseils d'un ami j'ai installé une "contre drisse" de rappel pour la Gv qui revient au cockpit via une poulie au pied de mat ainsi je peux facilement affaler la gv sans quitter la barre. Car préparer la bateau à l'arrivée au ponton c'est très sportif: Installer les pare batt, les amares etc
il est donc important d'anticiper et de pas tout ranger n'importe comment au moment de la sortie pour ne pas trop galérer au retour. A part ça c'est du pur bonheur

29 juil. 2013
0

c'est un edel 4 de 7.20m.

Pour la grande voile bonne idée car la mienne descend toujours difficilement... elle est avec un ourlet.... et donc effectivement faut être en pied de mat....

29 juil. 2013
0

belle taille pour le solo moi j'ai un sangria
de retour n'hésite pas a nous tenir au courant. bonne nav

29 juil. 2013
0

Spirale, je suis dans la même situation que toi, avec le même bateau ! Hormis le plan d'eau ... :-)

29 juil. 2013
0

désolé elpoolet je suis tres souvent sur la vilaine et as deja depaner mais la t es pas vu .. ;-) sinon pour la nav en solo ben fais comme moi lance toi quand y a le moins de vent possible pour apprendre les manoeuvre et va dans des endroits degagés pour acoster et etudi apres ce que tu as fais de bon ou aurai pu mieux faire..je regarde beaucoup les autres en solo comment il gere je vais souvent voir les passages de barrages (chose pas evidente) mais ca viendra ne t en fais pas ..des bon pares battages et de l entrainement y a que comme ca que ca viendra..

30 juil. 2013
0

ben serre les fesses

30 juil. 2013
0

Lis Auboiroux, apres tu ne feras plus aucun complexe ....

30 juil. 2013
0

Je reviens au problème du solo sans PA : OK pour la prise de ris à la cape, mais comment faites-vous s'il faut changer de foc (en supposant qu'il n'y a pas d'enrouleur) ?

30 juil. 2013
0

Pas de miracle.
Tu fais au mieux en fonction des réactions du bateau dans les conditions du moment.
Certaines manoeuvres m'ont coûtées 45 minutes de nuit dans de la houle de plus de 3m à courir de l'AV à l'AR pour relancer le bateau afin qu'il soit manoeuvrant pour corriger le cap à la barre et le figer pour un laps de temps me permettant d'aller à l'AV effectuer une partie de ce que j'avais à y faire.
Le fractionnement de la tâche obligeant à assurer chaque portion effectuée à l'AV afin que le temps passé au retour vers l'AR pour une énième correction de barre et autres vérification (surveillance de dangers, relevé d'alarme...) ne "détricote" le boulot fait à l'AV.

J'ai perdu 2 kg en 5 jours. Je n'ai pas beaucoup dormi mais quand on aime on ne se plaint pas.

Pour le petite histoire, le temps passé à ces manoeuvres a fait tomber ma moyenne globale à 4,78 noeuds sur le fond entre Concarneau et Tréguier dont la moitié effectuée au près.

Comme le suggère bil56 plus bas le moteur en position ultra basse pour limiter la cavitation dans le chaudron à parfois pu être mis à contribution.

Bon courage dans la bonne humeur... :acheval:

30 juil. 2013
0

Barre amarrée, GV réglée juste ce qu'il faut pour rester sur la bonne amure et en avant pour changer la voile.

Ça m'est arrivé alors que le pilote ne voulait plus fonctionner (pb de batterie HS) et que le génois s'était enroulé autour de l'étai. Ça se fait mais faut pas trainer non plus.

30 juil. 2013
1

s'aider du HB peut aider à tenir un peu mieux la route qques instants,
j'explique : sous Gv seule même en partie débordée, le bateau risque d'être ardent, moteur à faible régime un peu angulé dans l'autre sens peut aider à aller droit ...

30 juil. 201330 juil. 2013
0

que de conseils , je me demande si c'est necessaire de stresser comme ca pour manoeuvrer un edel 4....
Mon conseil a moi c'est : manoeuvres plus simples plus rapides plus sures seul surtout sur un si petit bateau...mais avoir un méchant pilote de base ca me parait le SEUL conseil a donner

30 juil. 201330 juil. 2013
1

Bonjour. Je suis ce fil depuis le début et je me lance à donner le premier conseil , celui auquel personne n'a songé à donner.
S’apprendre à régler ses voiles sans toucher à la barre de façon à aller tout droit. Et sur l'edel4, il est possible de jouer sur la dérive et éviter d'avoir un bateau trop ardent.
Aux temps anciens ou les radiocommandes même à lampes n'existaient pas, les modélistes n'avaient que cette façon pour faire marcher leurs voiliers et ils n'étaient pas à bord!!.

Un "vieux" qui navigue seul depuis une quarantaine d'années.

22 août 2013
0

Salut
- Le pilote c'est 300€ pour les petits bateaux et c'est L'organe de securité n° 1 en solitaire avec le harnais toujours accroché.

  • si le pilote est HS, il ne faut surtout pas quitter la barre ou affaler/ une ancre flottante accrochée à l'avant maintiendra le bateau face au vent (prevoir un bout pour l'envoyer et une navette pour la ramener).

Pour mon 6m J'ai priorisé l'achat du pilote (TP10) l'enrouleur de foc attendra papa Noel. Et je ne regrette pas ce choix.

Le pilote (+ le gps en cas de brume, et la VHF ) devrait faire parti de l'armement obligatoire pour les voiliers au dela des 2 milles.

Je débute en bateau. Alors à bientôt SUR l'eau.

23 août 2013
0

Bonjour
J'ai navigué pas mal de temps sur un Edel 4 (DL), il n'est pas trop stable de route, donc pas évident sans pilote.
Un truc que je pratique: j'ai une doc que j'ai faite avec toutes les check list: avant de larguer les amarres; avant de quitter le bateau, Procédure d'urgence VHF, way point dans le bouzin...
Je la relis avant d'appareiller (surtout en solo) pour vérifier de n'avoir rien oublié.
Bonne nav
Jef

23 août 2013
1

L'absence d'un auto-pilote n' empêche pas de naviguer en solo mais avec un pilote on n'est jamais tout-à-fait seul.

En naviguant au près, le bateau devrait être en mesure de garder son cap un certain temps avec la barre bloquée. Cependant, en vous déplaçant vers l'avant du bateau pour faire une manœuvre, vous changerez l'assiette et le bateau aura tendance à lofer. Pour cela, je vous suggère de bloquer la barre à une allure de près bon plein plutôt qu'un près serré, ça vous donnera une certaine marge de manœuvre.

Par ailleurs, pensez qu'une mise à la cape (foc à contre) pourra toujours être utile, ne serait-ce que le temps d'aller à la toilette ou d'aller chercher la bière qui vous obligera à aller à la toilette un peu plus tard. :heu: Plus sérieusement, apprenez à bien maîtriser la cape courante, cette manœuvre fort simple pourra vous permettre de souffler lorsque nécessaire.

Pour le reste, l'anticipation est le mot clef. N'hésitez pas à appeler le port pour vous annoncer avant de faire votre atterrissage. Profitez-en pour leur demander où vous devrez vous diriger, de quel côté placer vos pare-battages et vos amarres, demandez leur si c'est possible d'avoir de l'aide pour vous accueillir au ponton (je ne sais pas si ça se fait chez vous mais ici c'est fréquent). :alavotre:

24 août 2013
1

Tournesol à raison pour la mise à la cape :C'est a manoeuvre à maîtriser.
Pour le reste avec les vagues et l'irregularité en force et direction du vent: Le bateau va ou il veut quand il veut, meme s'il y a un bout et un elastique qui tient labarre
L'Ecoute de foc coincée dans le taquet d'amarrage et c'est les ennuis.
Prendre un ris ? C'est les ennuis etc

En solitaire il faut un pilote.

24 août 2013
0

As tu des retours au cockpit.
Sur un kelt 6,20 avec un enrouleur , on peut hisser et affaler sans aller au pied du mat .
ça peut donc se faire sans pilote.

24 août 2013
0

Si tu coinces ton écoute de foc sur le taquet amarrage, c'est que ton foc est amuré trop bas. Tu aurais tout intérêt à le remonter de la hauteur dune manille.

Je navigue à 95% du temps en solo sur un 6 m et c'est largement jouable sans pilote, mais avec un système de blocage de barre.
En général je pratique toutes les manœuvres qui demandent à être face au vent en près très serré pour éviter que le bateau parte en travers pendant la manœuvre car par vent établi c'est risqué.

Pour les prises de ris, manœuvre de balancine et de hale-bas je travaille debout dans l'escalier de la cabine (je suis grand de taille) car j'ai accès au pied de mat avec mon centre de gravité plus bas.

En petit truc pour favoriser l'envoi de la GV, tout le rail et le coulissant ont été passé à la graisse silicone, ce qui fait que j'envoie et affale très vite.

J'envisage quand même de monter une contre drisse sur l'avant car pour affaler le foc c'est parfois chaud en imposant un déplacement sur l'avant alors que ça secoue.

Sinon la nav en solo c'est le pied :pouce:

24 août 2013
0

Helas Mon genois au plus haut rase le pont.
La graisse silicone tres bonne idée.
J'ai mis une contre drisse à l'avant : Indispensable de la tendre bloqué, foc affalé ou monté, ça evite aussi la drisse qui se promène et passe de l'autre coté des barres flèches comme j'ai eu droit une fois par petite marinade mais mer tres agité. Trop chaud = Retour au port avec les boules.
La contre drisse c'est comme le pilote : Je ne m'en passerai pas. juste pour la securité.
Je suis en permanence attaché en solitaire.

25 août 201316 juin 2020
0

De toute façon, en mer, on a le temps de s'adapter à sa monture et de la faire avancer d'une manière ou d'une autre en libérant du temps pour vivre sa vie. Le grand plaisir de la nav solitaire, c'est incontestablement d'avoir son petit rythme tranquille, de déranger personne et d'être dérangé par personne, de se sentir "seul au monde" et de flâner à sa guise sans être observé ni jugé. Le Graal de la navigation en solitaire, c'est quand tu disposes à ta guise du temps et de l'espace... ta route est déserte, tu n'as aucun rendez-vous urgent, une petite sieste par ci, un petit goûter par là, de la lecture ou du bricolage, un verre de pastis et le petit coup d’œil habituel sur l'horizon et sur la carte. Et du bon vent bien entendu !

25 août 2013
0

Je confirme : La nav en solo c'est le top du top : Tu peux prendre tout ton temps ou tous les risques.
Les tests merdiques en conditions limites, ou exploration de zones à risques. Je les fais toujours en solitaire.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

🎶Always the Sun 🎶

Après la pluie...

  • 4.5 (161)

🎶Always the Sun 🎶

mars 2021