navigation en hauturier

bonjour
je voulais juste savoir que risque ton au point de vue des sanctions si je navigue en hauturier avec un bateau classé c3ou d4 en restant pavillon tricolore
sachant que le bateau est équiper d'un armement de 1er catégorie que la construction de celui a était prévu pour la haute mer par l'architecte (pour faire clair le grand frère du souriceau d'une taille de 5.7ml
que je posséde mon diplome hauturier
le materiel complet de 1er catégorie avec transpondeur ais balise radeau téléphone satellite
merci de vos réponses

L'équipage
21 nov. 2009
21 nov. 2009
0

NOUVELLE REGLEMENTATION
Je crois que la nouvelle reglementation ne tiens plus compte de la catégorie du bateau, mais seulement de l'équipement nécéssaire : Bib, feu...
Mais à vérifier

21 nov. 2009
0

Rien...
... dès lors que tu as quitté les eaux française...
(A vérifier quand même)
A+ Sergio

21 nov. 2009
0

Un seul point noir
Les compagnies d'assurances qui imposent que la catégorie de conception du bateau corresponde à l'usage que tu en fais sauf dérogation écrite.
En cas de problème dans des zones où le sauvetage n'est pas gratuit tu risque d'avoir à assumer la note.
Alors prudence
André

21 nov. 2009
0

faut pas rever
le plaisancier ayant la meilleure assurance ne sera pas secouru comme autissier au large d'australie etc etc...????
en revanche, je ne crois pas que l'on te demande le moindre penny lorsque un cargo se déroute et te récupère???

21 nov. 2009
0

Vie humaines
Les conventions internationales interdisent qu'on demande le moindre sou pour sauver des vies humaines en mer. Le problème de l'argent se pose quand tu demandes assistance pour garder ton navire. Là, si tu n'as pas d'assurance tous risques, à toi de payer la note.

21 nov. 2009
0

Plus de catégories
Il n'y a plus de catégories de navigation. Légalement, il faut avoir l'armement correspondant à une navigation au delà de 6 milles d'un abris, qui n'inclut même pas la balise ni le tel satellite. Si tu as de l'expérience, tu trouveras même une assurance.

Bon vent.

Raphael

21 nov. 2009
0

Assurance
Je voulais dire: responsabilité civile. Pour la tous risques, si ton bateau ne correspond pas aux standards définis par l'assureur, tu pourras au moins te faire assurer tous risques pour les abords des côtes.

22 nov. 2009
0

Les catégories correspondent
à une force de vent et une hauteur de vague à ne pas dépasser. Ainsi, avec l'armement de sécurité correspondant à la zone de navigation (moins de 6 milles ou plus de 6 milles d'un abri), on peut, me semble-t-il, naviguer où l'on veut tant que le vent et l'état de la mer restent inférieurs aux critères retenus pour la catégorie de conception du bateau. En pratique, cela reste difficile à prévoir en toutes circonstances.

22 nov. 2009
0

categorie nav
a priori en eau françaises et pavillon français t'es en infraction sauf dérrogation.
si problème, sauvetage de personne gratuit, sauvetage du bien (remorquage ou autre) peuvent être payants.
si les choses se passaient mal pour les sauveteurs ou autres ils pouraient considérer que tu t'es mis délibérément en danger en naviguant sur un navire non prévu a cet effet et alors aprés...
bateau en categorie c c'est cotier et d c'est en eau abritée.

22 nov. 2009
0

et pour les bateaux anciens??
comment sont considérés les bateaux (comme le mien) qui ont 40 ans??
il n'ont pas de catégorie abcd, alors?

22 nov. 2009
0

PAS INTERDIT!!!!
Il n'y a plus de catégorie de navigation. Les cat données par le constructeur sont des normes que le bateau respecte. Couple de redressement et tout ça. Cela donne des infos sur l'état de la mer que le bateau peu affronter. "L'ETAT DE LA MER", état qui est bien déssolidarisé de la distance aux côtes. Tu peux donc faire une transat avec un 6m de cat c ou moins.(Je crois que dans la cat D en particulier, est stipulé "aux intérieures" mais c'est la seule) Du moment que tu est ARME(l'armement de sécurité hauturier est obligatoire au delà de 6 miles des côtes) on ne peut te verbaliser. Par contre, il faut bien faire attention à ta couverture d'assurance. Aprés vérif de la mienne chez GROUPAMA, je suis couvert même en cas de traversée de la MED alors que mon voilier est de 1972 et est de cat C.
Donc pas de notion de distance aux côtes sauf pour l'assurance et l'armement.

22 nov. 2009
0

affaire maritime
merci de vos réponse
c'est ce que mon dit les affaires maritimes
il sont craintif a donner une dérogation
pour mon assurance c'est pareil je ne suis couvert que si j'ai la dérogation
c'est la que la chose me gêne car l'architecte ne dit de passer par le pavillon belge (alors qu'il fait miroiter une dérogation sur son site )
je trouve que cela n'est pas la solution
c'est dur dur lorsqu'on a un désir

22 nov. 2009
0

Craintifs
Simplement craintifs, parce qu'une bonne partie du personnel des administrations maritimes et des compagnies d'assurance n'est pas encore habituée à cette nouvelle règlementation, c'est ce que j'avais remarqué. Mais tu obtiendras au moins une RC, en insistant!

La règlementation est de ton côté!

Bon vent!

Raphael

22 nov. 2009
0

extrai reglementation div 224 reste a interprêter par le gar qui controle
1.3. Catégorie C : Navires de plaisance pour la navigation « à proximité des côtes
», conçus pour des voyages à proximité des côtes et dans de grandes baies, de
grands estuaires, lacs et rivières, au cours desquels les vents peuvent aller jusqu’à
la force 6 comprise et les vagues peuvent atteindre une hauteur significative
jusqu’à 2 mètres compris ;
1.4. Catégorie D : Navires de plaisance pour la navigation « en eaux protégées »,
conçus pour des voyages sur de petits lacs, rivières et canaux, au cours desquels
les vents peuvent aller jusqu’à la force 4 comprise et les vagues peuvent atteindre
une hauteur significative jusqu’à 0,50 mètre compris.
2. Les catégories de navigation fixant les distances d’éloignement d’un abri, en vigueur
avant le 1er janvier 2005, sont supprimées. Elles restent une indication importante pour le
chef de bord qui doit apprécier, en fonction des conditions de mer, la distance
d’éloignement maximum qu’il doit respecter.

22 nov. 2009
0

Au CDB d'apprécier
Il est écrit:

"Elles restent une indication importante pour le chef de bord qui doit apprécier, en fonction des conditions de mer, la distance d’éloignement maximum qu’il doit respecter"

Il en revient donc au CDB d'apprécier, donc à l'initiateur de ce fil, et non plus au gars qui contrôle.

22 nov. 2009
0

affaire maritime
ce qui leur fait peur c'est mon projet
c'est surtout que je souhaite pas a avoir a réglé une note a x zéro en cas de difficulté mon bateau c'est que du matériel pas grave si la compagnie d'assurance assure le risque il rembourse cela ne représente que 25000 euro en valeur matériel sans la main d'oeuvre c'est pas la fin du monde non plus pour eux
mais pour cela il faut juste la dérogation
car sans le précieux sésame mon assurance vie ne prend pas en compte non plus
il faut juste y pensé lorsqu'on a une famille
c'est comme les pro de la mer on part mais il savent le risque qu'il court
c'est ce que je veux pouvoir obtenir
pour le risque de ma personne je part en sachant bien que je ne compte que sur moi même mon téléphone satellite mon radeau ma balise surtout mon expérience que j'ai acquis depuis de longue année

22 nov. 200916 juin 2020
0

comme on le dit
c'est au chef de bord d'apprécier, des gars traversent l'atlantique a la nage, en nigoire de 3m, en cata de plage avec ou sans assistance, a la rame reste aux secours a se demerder avec des gaz si problème et surtout sans présenter d'aditions.
les frais d'assistance aux personnes sont gratuit chez nous mais ailleurs ?
nota: remorquage par snsm d'un endurance sur une distance de 35 nautiques 2500 €
1 journée de mer pour des bénévoles, et une facture pour l'assurance.
j'en reviens a l'affaire des spéléos qui se sont vu présenter la facture des secours engagés dernièrement et qui a fait la une des infos ya qqes temps... le chef de bord est maitre de son navire et de ses décisions il est donc responsable de ses actes.
je veux pas te décourager mais d'autres personnes on fait de super voyages en cotier
une nav auturière pour un petit navire doit je pense rester une exception avec ou sans armement réglementaire. La mini transat reste une course, avec assistance éventuelle exterieure et organisation, la traversée de l'atlantique a la rame aussis.ci joint une belle photo prise ya 4 jours par philippe Plisson
vive la navigation et le rèves mais restons raisonables

22 nov. 2009
0

Lacune de la règlementation
A noter un point qui risque d'être soulevé un jour : les catégories sont calculées à partir de critères et de cas de chargement d'une norme.
Je pense qu'on peut affirmer que de nombreux bateaux, surtout en grande croisière sont hors de clous (genre nombreux jerricans en pontée, portiques pleins d'équipements, radars en mâture...) et ne respectent plus les critères qui ont servi de base à la classification.
Ce point est normalement vérifié au commerce, mais pas en plaisance... jusqu'à maintenant.

Au fait, quand Philippe Poupon a vu son bateau resté couché dans le Vendée Globe, il ne respectait pas les critères de la catégorie A...

Ca pourrait être un refus de couverture par l'assureur.

22 nov. 2009
0

Note x zéro
Cela ne peut arriver qu'en cas de dommages sur autrui, donc statistiquement près des côtes, ou sur une route très populaire en période de pointe, comme Canaries -&gt Antilles en Novembre / Décembre, mais plus le bateau est petit, moins tu risques de faire de dégâts sur les autres. Pour compenser ce risque, tu peux en tous cas prendre une assurance responsabilité civile.

L'assistance pour le sauvetage des vies humaines en mer n'est pas payante, donc assurance ou pas assurance, ça ne change rien.

Bonne nav!

RL

22 nov. 2009
0

Comprend pas...
Je dois dire que j’ai un peu de mal à comprendre ce genre de questionnement.

Tu as le projet de réaliser une navigation ambitieuse eue égard à la taille de ton bateau, ce qui pour les autorités maritimes et les assurances représente un cas limite qu’ils ne veulent pas cautionner, ce qu’on peut comprendre.

Alors si tu pense que ton bateau et toi êtes capables de réaliser cette navigation, alors tu pars sans rien demander à personne en t’assumant.

Il fut un temps pas si lointain ou les candidats à de grandes traversées en petits bateaux partaient sans se poser tant de questions et tout ça sans téléphone, ni Vhf, ni Gps , ils n’avaient que leurs rêves en bandoulières, leurs innocences et leurs foi en l’aventure .
Je trouve qu’aujourd’hui trop de gens veulent se border de partout, ils veulent ne pas risquer d’être emmerder par les autorités maritimes en arrivant, qu’on vienne les chercher en cas de problème, qu’on leur rembourse le bateau, et tout ça en partant avec un mouille-cul de 5m.

Attention hein je ne veux surtout pas m’ériger en donneur de leçon, mais c’est vrai que j’ai un peu la nostalgie d’un temps ou on partait à l’aventure différemment, mais p’tête ben que je deviens un vieux con !

22 nov. 2009
0

quand nous sommes partis,
nous étions assurés jusqu'au Sénégal. Après ... rien.
Moi qui suis vraisemblablement déjà dans la catégorie de ce que tu (boatlover) crains de devenir, je suis également un peu étonné.
Mais si il est faux de dire que CMA, il ne faut pas imaginer que CMM :-)

22 nov. 2009
0

Nrs
Tu as raison, globalement CMM, mais pour l'état d'esprit, CMA. ;-)

22 nov. 2009
0

Ehhh oui
dans les années 60, nombre de corsaires JOG ( 5,50 m) traversaient la Manche sans se poser de question.... autre temps autres morses.... ;-)

P.S. je n'aime pas l'idée de se laisser dicter ses choix par les assureurs..... ( mais il faut aussi accepter de tout perdre !) ;-)

22 nov. 2009
0

aventure hauturière
Il faut une grande liberté d'action hasardeuse: sinon ce n'est plus une aventure!

22 nov. 2009
0

Voilà, voilà...
En v'la un qui ne s'est pas posé toutes ces questions...

captaingils.blogspot.com[...]/

22 nov. 2009
0

Et
L'adret non plus (--;

23 nov. 2009
0

C'est clair
pour nous, et pour bulax aussi il me semble: Il a bien écrit qu'il était prêt à perdre son bateau. Ce qui l'inquiète c'est de devoir payer toute sa vie du fait que les assurances lui claquent la porte au nez. Je peux comprendre, je suis moi-même passé par cette épreuve. C'est vrai que sans RC aujourd'hui, on prend de sacrés risques, dès qu'on approche la terre, et on te la demande partout. Quand tu as un projet un peu hors norme, on te qualifie de fou, et on ne fait plus la différence entre RC et tous risques. C'est pourquoi il faut insister: Pas tous risque, on s'en fout, mais RC, sinon on ne peut même plus mettre les pieds dans un port.

Et la RC est assez indépendante du projet.

RL

23 nov. 2009
0

C'est clair
si on se laisse circonvenir par tout ce qui à un caractère un tant soit peu administratif prompt à l'usage du parapluie, on ne fait jamais rien.

Mais encore une fois, il faut aussi accepter de perdre,tout peut-être, et alors de repartir à zéro.

Pour un peu d'accroissement du sentiment de liberté.... Mais ça un prix! ;-)

23 nov. 2009
0

On est
d'accord !

23 nov. 2009
0

assurance
merci yacare
c'est bien ce que je demande une assurance (mais pour cela il faut être en règle administrative )car blessé une personne ou pire la la note n'est plus la même chose
ou faire un trou dans un bateau dans un port bonjour la note si certain aime l'inconscience moi pas trop après ce qui concerne le risque de ma personne j'assume

23 nov. 2009
0

Tu es en règle
Tu es en règle bulax. Il est évident qu'un navire arrive à bon port avant tout grâce aux qualités de son skipper, et non grâce à sa taille. C'est pourquoi la loi a été modifiée en ce sens.

23 nov. 2009
0

une dernière précision
temps qu'il n'arrive rien on parle tu n'as cas faire l'aventure c'est l'aventure mais cela est fini lorsqu'il faut passer a la caisse c'est une autre histoire
mais on est plus 30 ans en arrière

23 nov. 2009
0

du vécu
couvert par mon assurance du départ 'etats unis" jusqu' à 40 milles des cotes us et canadiennes

des mon arrivée à horta rechercher une assurance aux açores (obtenue plus tard à sao miguel) grace à un açoréen ex expat aux usa qui voulait acheter le bateau et avec qui j'avais sympathisée

sans lui je n'aurai JAMAIS obtenu d'assurance et pourant, ils auraient du me la refuser

conclusion voir si tu peux avoir une RC, dégats aux autres bateau au port etc

en haute mer, c'est vraiment la derniere chose à laquelle j'ai pensé, ramener l'équipage et le bateau, ce n'est pas toi qui va couler quelqu'un !!

il vaut mieux avoir un minimum de confiance en soir et dans son bateau pour le large
;-)

24 nov. 2009
0

25000 euro

c'est juste le prix du bateau matière première sans la main d'oeuvre il est construit dans les règles de l'art avec énormément de renfort avec l'électronique et le matériel 1er catégorie
je ne cherche pas le record de quoi que ce soit

si je devrais acheter clef en main on double le prix
je ne veux pas une occas qui faudra re configuré
c'est un projet que je caresse depuis longtemps

sinon je ne me casse pas la binette je vais chez le loueur du coin comme je fais régulièrement je négocie une location d'un 9m pour 4 ou5 mois j'aurai certainement un prix je largue les amarres voilà

23 nov. 2009
0

sinon avec 25 000 €
on peut traverser avec 1 ou 2 metres de plus mébon c'est un choix perso, sachant que si c'est un record il y a déjà eu plus petit !

24 nov. 2009
0

réponse
il vaut mieux avoir un minimum de confiance en soir et dans son bateau pour le large

si je le construit que j'y apporte des renforts supplémentaires avec l'aval de l'archi pour en faire quelque chose d'ultra solide c'est que j'ai une totale confiance en moi sinon je ne vois pas le but de la manoeuvre

24 nov. 2009
0

A propos de l'aasurance
Deux choses à considérer.

D’une part l’assurance dommages, qui est sensée te rembourser les dommages occasionnés à ton bateau, voire te rembourser de la valeur du bateau en cas de perte totale.
Tu n’as guère de chance d’obtenir cette garantie pour un bateau comme le tien.
Donc à mon avis tu oubli.

Pour l’assurance RC, ça devrait être plus facile à négocier dans la mesure ou les dommages que tu peux occasionner à autrui avec un bateau comme le tien sont (à priori) très limités.
Et en plus(comme l’a dit plus haut Jeanlittlewing), le risque est pratiquement inexistant en pleine mer.

Mais même si tu n’arrive pas à t’assurer en RC pour une navigation hauturière, rien ne t’empêche de le faire en arrivant de l’autre côté par exemple, là où le risque potentiel d’occasionner des dommages à d’autres, devient plus important du fait d’une évolution dans des zones portuaire ou de mouillage.

24 nov. 2009
0

Assurances.
AGPM,
contrat de navigation de plaisance.
Sont garantis au titre de l'option choisie:
A: Responsabilité civile et retirement de l'épave.
B: Défense pénale et recours selon barême.

Total annuel ttc "dont défense pénale": 38,21 euros.

C'est ce que je paie pour mon petit Trismus 33 pieds en alu.

25 nov. 2009
0

assurance
je suis chez axa pour mon corsaire
ma rc vaut 90 euro annuel
ton assurance n'est vraiment pas cher

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (153)

mars 2021