nav sous genois seul

dans un autre post ou l'on faisait référence à l'intérêt ou non de cette pratique, j'avais souligné que mon bateau naviguait mieux sous genois seul que sous grand'voile seule, le bateau me donnant l'impression d'être "tiré" sous genois et "poussé" (traction, propulsion étaient mes termes imagés).

Un forumeur dont je n'ai pas retenu le nom avait à ce moment-là indiqué que ces termes étaient erronés, mais il me semble malgré tout (et ceci dépend évidemment du voilier, mais je vais parler ici uniquement du mien pour éviter tout dérapage) que la poussée s'effectue plus en arrière du "point d'équilibre du bateau" si l'on navigue sous grand'voile seule, et plus en avant de ce même point s'il s'agit du genois utilisé seul.

Ceci justifie à mon sens la sensation que le bateau est plus stable "tiré" par son genois que "poussé" par sa grand'voile.

J'ai tort?

Je ne suis absolument pas physicien, excusez mes erreurs ou les termes erronés, j'essaie juste de comprendre comment ca marche :-)

L'équipage
29 déc. 2010
29 déc. 2010
0

absolument

avec les deux voiles ta force de propulsion est sur l'avant du centre de derive ton bateau est donc tiré ,et d'autant plus avec ton genois seul .

par contre avec ta GV ton point de "tire" ce trouve derriere le centre de derive.Dans ce cas l'arriere du bateau à tendance à vouloir passé devant .

Pour l'image :c'est la m^me chose d'une brouette ou une charette il est plus efficace de tirer que de poussé .

josé

29 déc. 2010
0

Il est évident que...
sous génois seul, le "centre de poussée vélique", terme consacré même s'il ne correspond peut être pas à la réalité physique des spécialistes de l'aérodynamique est très avancé, très nettement par rapport au centre de dérive.
D'où une grande stabilité de route.
Au contraire sous GV seule, le centre de poussée vélique peut se trouver en arrière du centre de dérive. La "poussée" de la GV aura donc tendance à faire pivoter le bateau en équilibre instable.

Ta sensation (que je partage avec plaisir d'ailleurs) correspond donc bien à une réalité objective.
En fait, contrairement à ce que l'on a cru longtemps, l'effet propulsif de la voile provient de la différence de pression entre intrados et extrados, donc une dépression sur la "face avant" de la voile, avec de préférence des écoulements laminaires. Mais tout cela n'est jamais que subtilités de techniciens et je crois que tu peux terminer ton année sans avoir l'impression d'être victime d'un vide mental préjudiciable à ta survie.

29 déc. 2010
0

définition du vocabulaire
le "point d'équilibre" est probablement le centre de dérive du bateau qui est le point d'application de la force antidérive exercée par la coque, l'aileron et le safran.
le génois et la grand voile développent chacun une force proportionnelle à leur surface dont il faut tenir compte dans les comparaisons.
la force développée par chacune s'applique en un point qui est le centre vélique de la voile et dont la direction est perpendiculaire à la corde du profil de la voile.
on décompose (vecteur) cette force en deux: l'une qui est dirigée perpendiculairement à la route du navire (dérive) et l'autre vers l'avant dans la direction d ela route du navire.
quand on navigue au près la force propulsive est relativement faible par rapport à la force de dérive et l'écoulement des filets d'air sur la voile est laminaire. on navigue en "finesse".
au portant la force de dérive est quasi nulle et donc tout est dans la force propulsive. les filets d'air sont turbulents sous la voile et on dit souvent qu'on navigue en "poussée".
lorsqu'on utilise deux voiles simultanément leur interaction est positive car la force totale obtenue est supérieure à l'addition des forces de chacune d'elles.
selon le bateau et son gréement (sloop en tête ou 3/4) ainsi que la position relative du centre de voilure par rapport au centre de dérive les comportements sont différents.
ajoutons qu'avec la gite la carène se déforme et donne une tendance à lofer. de ce fait l'usage du génois seul, dont le centre vélique est plus en avant est généralement plus confortable.
bonnes navigations.

29 déc. 2010
0

génois seul
bonjour , non tu n'as pas tord il est évidant que vent portant ton bateau aura tendance a abattre ne portant que son génois.personnellement , je n'utilise jamais cette façon d'utilisé les voiles d'avant ( ce qui suit et personnel et non la vérité ;-))
je ne fait jamais de vent arrière allure que je n'apprécie pas , je préfère tiré deux bord de grand largue .mes raisons : je prefere gardé la houle sur la hanche du bateau , plus simple comme travail de barre pour moi ou le pilote ,moins d'a coup dans le gréement donc il fatigue moins , bateau plus stable et plus puissant ,réglé et arrisé comme il ce doit en fonction de la météo .
voila en ésperant ne pas déclenché les foudres de la foule
amicalement

29 déc. 2010
0

d'accord sur le fond
m^me avec un genois seul il est bien preferable d'étre au grand largue que vent pile poil arriere ,allure que j'evite comme la peste .

29 déc. 2010
0

a dire vrai
je ne pense pas que tirer des bords de largue sur un vieux "course-croisière" compense en vitesse la distance supplémentaire par rapport à un "tout droit" plein vent arrière.

Si nous sommes entre amis, je tirerai surement des bords. C'est plus fun, bateau stable et il trace, on a des bras pour tout faire, mais si je suis seul avec ma compagne, je tracerai la route tout droit sous genois seul, pour limiter la distance, les manoeuvres et les efforts. Personnellement je ne navigue pas de la même façon dans ces deux configurations.

Je ne mentionne pas l'état de la mer, qui peut bien sûr orienter vers l'une ou l'autre option

29 déc. 2010
0

tout dépend
LA seule fois où j'ai rattrapé un Grand soleil 43 avec mon coffre-fort de 11 tonnes, c'est lorsque j'étais plein vent arrière, sous génois seul, et le Grand soleil sous GV + génois et il tirait des bords de grand largue.
Ce jour là le vent était faible. Ma vitesse était comprise entre 1 et 2 nd !

Depuis je ne cherche plus à éviter le vent arrière. Je prends la route la plus directe

29 déc. 2010
0

Oui mais...
Eviter le vent arrière en tirant des bords de grand largue est surtout intéressant sur des bateaux très rapides (du genre de celui figurant sur la photo de Marcosud) qui de ce fait compenseront largement le supplément de route parcourue.
Sur un bateau comme le Trident de Julnevermind , le vent arrière (ou presque vent arrière) peut se révéler une meilleure allure.
;-)

29 déc. 2010
0

au grand largue
au grand large à 10° du vent arriere tu te ralonges la distance de 1.9% c'est à dire rien , par contre tu vas bien plus de 2% plus vite quelque soit le type de bateau.

29 déc. 2010
0

entiérement en accord
avec marcodusud, rien à ajouter.

29 déc. 2010
0

Naviguer
sous génois seul permet de naviguer plein vent arrière sans rique d'empanage. le bateau est stable car il est tiré par le nez.
Avec deux génois en ciseaux (le second sur un étai largable), on peut traverser l'atlantique dans les alizés.
C'est aussi une configuration utile (temporairement) pour la fuite dans un vent très fort, car on peut facilement rouler le génois pour ne garder qu'un mouchoir (bien sûr un tourmentin c'est bien mieux à plus long terme).
Certains bateaux (dont le mien, Sunshine 36) sont assez stables sous GV seule, proche du vent arrière (avec retenue de bôme si nécessaire). Le 'bras de levier' entre le centre de dérive et le centre de poussée vélique (ce qui tend à faire pivoter le bateau) n'est sans doute pas très grand. C'est pratique pour affaler le spi...

29 déc. 2010
0

tire ou pousse
sur le mien quand je veux pas me fatiguer, je navigue sous genois, et ca marche au pres presque aussi bien,et puis pour rentrer au port c'est plus facile a affaler en solo, il tombe tout seul.

29 déc. 2010
0

la nav sous voile d'avant
suivant la forme de carene n'est pas toujours très confortable sur de petites surfaces mouillées les bateaux deviennent rouleurs n'etant plus stabilisés par la gv que l'on garde legerement bordée .
aux allures très arrivées mettre deux voiles d'avant en ciseaux avec celle au vent tangonnée
avec la gv arisée ou non on controle de debit de l'air et sa direction .c'est presque aussi efficace qu'un spi et surtout beaucoup plus facile à controler
alain

29 déc. 2010
0

Anecdote
Comme anecdote, en Espagne, naviguer sous génois seul on appelle cela naviguer "à la française"

29 déc. 2010
0

au près c'est un autre probleme
en fait, d'après la photo de ton bateau, ton GL est très grand : cf les années 70 - 90. L'architecte a réalisé la forme de carène en pensant aussi à la toile qu'il y a au dessus, et à sa répartition. Donc, vu les % entre GL et GV, il a favorisé le GL. s'il a un peu navigué, il a vu qu'on faisait beaucoup de près et moins d'allures portantes, donc il a pensé aussi au près, et donc tu te retrouve avec un bateau équilibré au près, avec comme voile principale le GL.

Par ailleurs, et c'est une constante,une voile "normale" (pour le spi, je ne sais pas) travaille par aspiration, et non parce qu'elle est poussée : c'est la dépression devant qui la fait agir, et non le vent derrière. D'où le fait que la voile d'avant fait lever le nez du bateau, ce qui est important à savoir, notamment en fuite : sous GV seule, tu enfournes, sous foc seul, tu lèves. Bon, c'est un principe, tu vas quand même en prendre plein le museau, hein.
Mais ce phénomène agit surement dans ton cas, également. C'est aussi pour cela que le grand largue est plus rapide que le vent arrière : il y a une aspiration sous les voiles.

30 déc. 2010
0

C'est Mieux Maintenant...
En défenseur de la navigation à l'ancienne, j'apporte ma pierre au paradoxe..

concernant les bords tirés au gd largue, ou la route directe plein vent arrière, il y a le juge de paix : le GPS (eh oui !)

tant au près qu'au portant, celui-ci a une fonction VMG, (Velocity Made Good) c'est à dire le meilleur compromis cap/vitesse par rapport au but fixé.

En fonction du WP (way-point) que l'on aura rentré, le VMG du GPS dira de suite quel est le plus rapide (je parle au portant) : soit faire route directe en perdant de la vitesse, ou en gagner en allongeant la route.

Mais bien entendu, il ne prend pas en compte le meilleur confort pour une allure donnée, ni la configuration de voile(s) à porter, ... ni l'âge du capitaine.. ;-)

30 déc. 2010
0

En Hollande
c'est surtout parce que c'est plus facile à enrouler à l'approche des ponts et des écluses. C'est comme cela que je me suis aperçu du bien fondé de cette manière de naviguer, notamment au portant sur mon vieux plan IOR.

30 déc. 2010
0

On peut se demander
si, à la même allure tu avais porté ta gv (éventuellement arisée) et ton génois tangonné en ciseau, tu n’aurais pas été nettement plus vite avec ton plan de voilure parfaitement étalé.
Je n’affirme rien, hein…parce que c’est vrai que ça dépend aussi du bateau, de la force du vent, de l’âge du capitaine et de ses envies du moment.
;-)

30 déc. 2010
0

il ne faut pas perdre
de vue que lorsque nos bateaux vont à une vitesse proche de leur vitesse maxi theorique on peut mettre toutes les voiles du monde dessus on ne les fera guere avancé plus vite .

Et on ne peut que se trouver dans des situations de survente qui entraineront des allures saccadées avec des accelerations et des freinages .

avoir beaucoup de surfaces de voilure n'est pas toujours la meilleur façon d'aller plus vite.

josé

30 déc. 2010
0

En Hollande
Bj,

Plein de bateau navigue avec seulement le genois,
tu diminue peut-être ta vitesse un peu mais bcq plus de confort.

a+

JOël

30 déc. 2010
0

Pas différence de vitesse
Nous avons l'été dernier joint Port Olonna à port Joinville sous génois seul au grand largue entre 25 et 30 noeuds. J'avais la flemme.
Le Dufour 385 à côté était avec ses deux voiles.
La vitesse moyenne s'établissait aux environs de 7 noeuds.
A l'arrivée il avait un bon quart d'heure d'avance sur nous.
Mais nous avons un Espace 1000 avec une grosse hélice tripale à tirer. Donc normalement moins rapide que le Dufour.
Pour un confort bien supérieur la différence de vitesse par vent soutenu est insignifiante.

En plus, notre petit pilote n'était pas dépassé et ma femme pouvait tricoter et moi lire mon bouquin.

Si ça n'est pas la régate, le génois seul est suffisant au portant pour des bateaux normaux.
Je veux dire par là des bateaux assez solides pour croiser sans crainte.

30 déc. 2010
0

Version améliorée
Le Parasaileor est une version amélioré, sur de nombreuses photos il est porté seul.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Dun Loaghaire aout 2017 , heureux d'être arrivés!

Après la pluie...

  • 4.5 (164)

Dun Loaghaire aout 2017 , heureux d'être arrivés!

mars 2021