nav en solo sur cata plus difficile ou plus facile que sur un mono?

tout est dans le titre, est-il plus facile de naviguer en solo sur un cata lambda de 12m ou sur un mono lambda de même taille?
manœuvre de port à priori plus facile malgré la largeur, grâce aux deux moteurs?

L'équipage
20 mai 2016
21 mai 201621 mai 2016
0

Avec un cata lambda, de type FP, lagoon il faudra apprendre à gérer les manœuvres de port en solo, mais après, ça me semble plus simple de part l'absence de gite.
En cas de besoin on peut courir sur le pont, se reposer plus facilement, tu vas de la table à carte au cockpit vite et facilement.
Le soucis est qu'il faut un peu plus anticiper pour éviter d'avoir à faire des manœuvres avec trop tard car les efforts sont dans ce cas plus importants.

Il faut en revanche oublier les nouveaux modèles avec Flight-bridge, les commandes moteurs sont trop loin des jupes pour réussir les manœuvres de port.

21 mai 2016
0

Salut David,
J'espère que tu vas bien?
il y a une chose importante avec les catas, c'est le fardages qu'ils ont qu'il faut prendre en compte dans les manœuvres au port quand tu as du vent.
Si non, c'est sur qu'avec 2 moteurs, et que tu la bien pris en mains, cela se dirige bien.
Nos vedettes n'ont pas de propulseur et 11 mètres de fardage et on en fait ce que l'on veux en manœuvre quand le barreur connait bien sa vedette.
Bon week-end.
Philippe.

21 mai 2016
0

L absence de gite facilite les manoeuvres , moins de fatigue en nav , pas de roulis , tu rentres de suite dans le carré pour t allonger , pas de gite fatiguante

21 mai 2016
0

oui, c'est effectivement pas négligeable

21 mai 2016
0

bonjour philippe, ça va? merci pour ton retour ;)

21 mai 2016
0

Naviguer en solo demande juste de s'adapter aux capacités du bateau et d'anticiper en conséquence.
Le débat monocoque ou multicoque n'a pas de sens, les uns et les autres ayant leurs avantages, avantages qui demanderont des compromis dans d'autres domaines...
J'ai pratiqué les 3 et je ne sais pas ce que sera mon prochain, vue qu'a chaque fois c'est des coups de cœur et que mon dernier appartient à la catégorie "Ca! Moi jamais!" d'avant l'achat...
Il faut faire son choix et ensuite l'assumer. ;-) :-p

21 mai 2016
2

"Débat mono multi n a pas de sens. j ai pratiqué les 3"
?

21 mai 2016
0

Ah oui .

21 mai 2016
0

il y a le paddle aussi ;)

22 mai 2016
0

:-p :-p :-p mono, cata, tri,....
Concernant le solo , et surtout la "paul&mike" qu'il y a chaque fois, sur le mono/multi, je fatigue un peu...
Chacun à ses avantages et inconvénients...
Le solo c'est un autre sujet...
Ou alors il faudra dire:
- Quels sont les avantages en solo du mono?
- Quels sont les avantages en solo du multi?
........
Ceux qui ont pratiqué connaissent les réponses et le truc dommage est que certains sujets tournent en ronds () dès que certains mots apparaissent dans l'intitulé....
....
le paddle :-D :-D :-D :-D :-D ca repose.... :acheval:

21 mai 2016
0

bonjour, je ne connais pas les cata, par contre je navigue toujours en solo, je dirais malheureusement de moins en moins car le physique ne suit plus ..... pas en navigation car là on peut anticiper etc. et je sais faire mais au port ou attraper un corps mort là c'est plus compliqué. Il faut être rapide pour sauter sur un ponton ou un quai avec les amarres à la main ..... et là plus le chemin est long plus cela me semble hasardeux.
Gilles

21 mai 2016
1

Un cata sans trop de fardage, et un cockpit ergonomique avec barre et commande moteur (pour les manoeuvre de port) au cockpit. Surtout pas en flybridge

21 mai 2016
1

ce n'est pas du tout la même philosophie ,
le cata te transporte le mono tu vis avec...
alain

21 mai 2016
1

La question me semble mal posée ou incomplète. Tout dépend de tes zones et programmes de navigation et de ce que tu recherches.

Une grande partie de la réponse est dans la comparaison entre une berline et un camping car. A chacun ses plaisirs.

Un cata de 12 m, c'est confort à bord, autonomie eau et go, vitesses moyennes bcp plus élevées, donc temps de croisière plus courts ou étapes plus longues, securité en solo dans les maneuvres de voile ou de mouillage, le prix à payer est l'absence de sensations à la barre et un mauvais cap au près, sans oublier le prix d'achat et les coûts d'entretien. Il faudrait à mon avis comparer un cata de 12 m et un mono de 15.

CaptainRV

21 mai 2016
6

"l'absence de sensations à la barre et un mauvais cap au près"

Pas d'accord du tout : tout dépend du bateau choisit.

22 mai 2016
0

effectivement, j'ai lu qu'en dessous de 12m un cata c'etait la cata si le temps se levait.....bon, après c'est ce que j'ai lu, je n'ai aucune experience du cata ; mais apparemment tout le monde est d'accord là dessus

22 mai 2016
3

Quelques catas sympas de 12 mètres avec des sensations à la barre autre que Lerouge ou TS 42 juste pour montrer qu'il existe autre chose que les catas lambda

ACA 40 plan Riviere
Helios 38 - 42
Outremer 38 - 40 - 43
tropic 40 (naval force 3)
Catana 39
Dazcat 1195
Looping 42
G-FORCE 1200
Etc ....

22 mai 2016
2

Je ne dis pas que ces catas sont les meilleurs du monde, je dis juste qu il existe une alternative au catas lambda.

En revanche, on peut choisir. L achat d un bateau n est pas un achat de grande nécessité, il n est donc pas urgent.

Il s est passé 2 ans entre ma première visite de cata et l achat de mon cata actuel. Ce n est pas le marché qui a décidé pour moi. Je savais ce que je voulais et surtout ce que je ne voulais pas. J ai le cata de voyage que l on cherchait (moins de 10 mètres qui remonte au près, qui avance bien, et qui soit sympa à la barre).

23 mai 2016
-1

Ça frise la mauvaise foi

23 mai 2016
-1

Message pour pléiades ;-)

22 mai 2016
-1

La question de ce fil concerne un cata de 12 m.

Dans cette taille, à part des bateaux sportifs comme le TS42 ou les Lerouge, voire des bateaux de construction amateur, tous les catas de grande série du Catana en passant par les Privilège, FP, Lagoon, Léopard ou Nautitech ont des barres à roue sans aucune sensation à la barre et naviguent au mieux à 60 degrés du vent réel.

Et je ne parle pas ici de théorie, mais de pratique personnelle. Et il suffit simplement de regarder le rapport poids/puissance de ces catas, d'auatnt plus que nous ne sommes pas ici dans une navigation de week end avec un bateau peu chargé, mais de longues croisières avec un bateau chargé à la limite.

Dans les tailles en-dessous, on peut trouver des barres franches et de meilleures sensations et de meilleurs caps avec des bateaux peu chargés et beaucoup plus légers.

Mais je déconseillerais à notre ami ayant posé la question de partir en grand voyage avec sa petite famille sur ces types de cata.

CaptainRV

22 mai 2016
2

Moi je suis pas d'accord avec la limite des 12 mètres, mais comme tout le monde le dit tout le monde le croit et du coup il y a encore plus de monde qui le dit.
Déjà pris 40nds en KL28, 38nds en F27, 35nds en Aquilon (cata de 8métres).

22 mai 2016
-1

Chacun son opinion ou ses choix. Les bateaux que tu cites sont construits de façon confidentielle, sont en CP epoxy ou ont 25 ans d'âge, ou pour les Outremer sont hors de prix par rapport au marché. Et je ne parle pas de la revente après 5 ou 10 ans.

Qu'on le veuille ou non, c'est le marché qui décide, pas toi ou moi. On peut le regretter, mais c'est ainsi.

CaptainRV

23 mai 2016
0

Pourquoi ?

23 mai 2016
0

Je comprends mieux, te suis un peu d'accord.

23 mai 2016
0

Pas top l'indentation des messages ici :-)

21 mai 2016
-1

Salut David,

pourquoi vouloir t'emm...der avec 2 coques, 2 safrans, 2 moteurs, 4 chiottes.....pour toi tout seul!!!

On est pas bien, là, avec nos canots tout simples ..... :langue2:

De retour en paimpolie le 9 juin, réarmement le 10, frigo à température le 11 avec binouzes; tu sais où c'est, tu passes !!

Gael.

21 mai 2016
5

Appareiller sans rien ranger caler a bord d un cata que du bonheur , en solo ne pas descendre a la cave sur un mono ,en cata , les quart dedans en regardant par les hublots bien assis dans le carré .....

21 mai 2016
0

yes, avec plaisir tankried, j'amènerai le saucisson ;)

21 mai 2016
0

merci à tous pour vos retour! en fait je me pose la question parcequ'un jour j'aimerai me barrer loin avec ma femme et mon petit dernier de 3 ans actuellement (le grand de 20 ans a plus besoin de son vieux couillon de père...); j'adore naviguer sur mon 10m qui me suffit largement quand je suis seul ou à deux; le problème vient de ma femme qui n'a pas forcément le pied marin ( cqfd: la paimpolaise est facilement malade....); donc deux options: soit je change de femme soit je change de rafiot pour un cata qui gite pas ; dans tous les cas je gérerais seul le bateau ( ce qui ne me dérange pas outre mesure); et c'est pas pour tout de suite......
Mais à chaque fois qu'il y a un sujet sur le solo c'est en mono, jamais en cata ; du coup je me posai la question de la faisabilité de la chose

22 mai 2016
0

Ben c'est simple et tu y réponds toi même en fait....
"soit je change de femme soit je change de rafiot "
Et si la "Paimpolaise" est plus à l'aise sur un cata (test à faire, car les mouvements différents et plus sec du cata peuvent aussi rendre inconfortable si pas malade) elle t'aidera aussi plus facilement dans les manœuvres...
Mon amirauté est d'office à la barre du "camion", et je fais le reste, alors qu'il y a quelques années en arrière elle affirmait que je ne lui ferais jamais mettre les pieds sur un bateau... Elle a le pied marin mais nageait comme un fer un fer à repasser dans le temps, et donc la trouille.
Patience et psychologie...
Les mettre à la barre, ou elles ont une sensation de contrôle est une arme de choix pour les acclimater, comme pour tous les débutants.
..............
Et je dois admettre que si, pour être à l'aise en solo il faut être à l'aise sur son bateau, en multi, le coté à l'aise est plus facile en général...
Mais il faudra que tu réapprenne certaines choses, c'est pas le même comportement et limites.
Beaucoup ont fait le changement, dans les deux sens..

22 mai 2016
0

Si on parle que du coté "solo", il n'y a guère de différence entre les deux.
Entre la gite qui te cale, et complique certaine chose, et la nav. à plat avec les coups de raquette, je ne saurais privilégier.
C'est diffèrent. Dans le mauvais temps vouloir faire des crêpes est compliqué sur les deux type de bateau. ;-)

Et le choix mono/multi dépends plus du terrain de jeux (et de son équipage, car avec des enfants le cata est notoirement plus cool) que d'autre chose...
Le solo c'est gestion nav./veille/sommeil/bouffe et anticipation sur réduction de voilure (pour ne pas souffrir soi même, ou faire souffrir le bateau, inutilement) et gestion timing d'atterrissage.
Cela s'applique quel que soit le bateau.

22 mai 201622 mai 2016
0

oui, bien évidemment je ferai un test avec la paimpolaise en louant un cata sur une semaine avant achat; et de toute façon c'est pas pour tout de suite; et si elle est aussi malade ben là le problème est réglé, je divorce et je garde le mono :-D
les avantages et inconvénients du mono et du cata je les connais, je me suis bien renseigné dessus; et le cata a quand meme des avantages non négligeable pour un bateau de voyage qui passe plus de 90 % de son temps au mouillage.
Mais pour le solo en cata j'ai pas trouvé grand chose, d’où ma question ;-)

21 mai 2016
1

Je navigue en solo familial sur un cata de 12m avec femme et enfants. Cela ne me pose pas de problème malgré un cockpit pas prévu pour un solitaire.
Par contre il ne faut pas croire qu'on a moins le mal de mer sur un cata qu'un monocoque. Il n'y a que la longueur qui aide retarde légèrement le moment fatidique.

21 mai 2016
0

l'absence de gite doit aider d'après ce que je lis à droite à gauche; tant qu'on est pas au près tout roule pour ma femme, dès que ça gite ça se complique......pourtant elle a la chance d'avoir le meilleur skipper au monde à la barre!

21 mai 2016
2

L’absence de gite limite le mal de mer, mais le tangage l'augmente. Du coup, sur des catas lambdas, c'est pareil qu'un monocoque.
En revanche, sur un cata aux entrées et sorties d'eau étudiés et surtout avec un gros travail sur le centrage des poids, on diminue le risque de mal de mer.

21 mai 2016
1

Moi qui navigue en solo la plupart du temps sur mon mono, je me demande si sur un cata j'oserais aller dormir 20 minutes comme je le fais d'habitude, de peur d'un grain ou d'une survente brutale :reflechi:

21 mai 2016
2

Je dort le nuit en nav , un cata de croisière c est pas un hoby cat

21 mai 2016
0

Hello,
Suis également en solo(et j'aime ça...) sur mon petit cata de 11m ici aux Antilles...aucun souci majeur en ce qui concerne les manoeuvres, tout revient au cockpit.
Je suis plutôt prudent, donc je pars toujours avec 1 ris...pour les veilles, je dors par tranches de 30mn, dans le carré.
Pour les arrivées au ponton, je me fais souvent aider, surtout lorsqu'il s'agit de choper les pendilles...mais bon, je n'ai passé que 2 nuits à quai depuis Août dernier!
Dernière remarque, le fait de naviguer sur 2 coques ne dispense pas d'avoir le mal de mer... :heu:

22 mai 2016
0

Exact et de fait on réduit plus facilement vu que les moyennes sont plus soutenus.
Adaptation comme toujours, on le fait naturellement, sauf à être débutant complet et alors "les coups de règles sur les doigts" arrivent rapidement...

22 mai 201622 mai 2016
0

Je suis étonné à la lecture de ce fil qu'on ne s'étende pas trop sur le problème de la sécurité d'un cata mené en solo.
J'ai expliqué ici l'an dernier comment mon mono a été couché à l'horizontale en 2 secondes par un grain invisible furtif et sous les yeux d'autres plaisanciers (Nicholson 35 Aurore). Cockpit rempli, eau dans le bateau et 360° en cap dans un rayon de 20 ou 30 m. J'écrivais alors ma certitude qu'un cata dans ces conditions se serait retrouvé sur le toit. Autant j'aimerais naviguer confortablement sur un cata en famille ou en équipage, autant je refuserais de le faire en solo.

22 mai 2016
0

Oui mais Adav parle d'un faux solo...
.....
Tu as été surpris par un grain, cela est toujours casse gueule...
Difficile de dire comment un cata aurait réagit, en fonction de l'allure, profil quille ou dérive, haute ou basse, dérapage ou casse gréement ou sur le toit, tout est possible.
Tu as mis le mat dans l'eau?
Qu'entends tu par 360°?
Veux tu dire qu'une fois couché le bateau a tourné sur son flanc comme l'aurait fait une toupie sur son axe?

22 mai 201622 mai 2016
0

Bonjour, Comme je navigue 4 mois d'affilée aux Antilles (1000 à 1500m), des grains, j'en prends quelques uns!
En 20 ans, celui-là, je ne l'avais jamais connu! En plus, j'étais debout dans la cockpit et regardais devant en pensant virer de bord bientôt. Le mât n'a pas été dans l'eau mais vraiment à l'horizontale. Et pour ne rien te cacher, il m'a fallu grossir ma trace sur le GPS pour comprendre ensuite, au repos, quelle figure artistique mon bateau avait composée. L'équipage qui m'avait rejoint au mouillage suivant était lui-même sidéré par ce qu'il avait vu et très surpris de constater aucune casse chez moi. Maintenant, au portant par beau temps, je ne vais plus m'assoir au pied du mât...

22 mai 2016
0

Ok, une rafale descendante et tournoyante, imparable...
Le cas ou d'habitude on fait quelques heures de couture après...
J'y ai laissé un spi, ma faute, plusieurs grains qui n'ont pas tenu leurs promesses, et je me suis enhardit à garder tout dessus, spi au lieu de génois ...
Le dernier grain bien faible d'aspect était descendant et le spi est resté dans l'eau 4 ou 5 minutes... je n'ai dévier que de 90° de ma route... j'y ai bouffer ma collection de patch pour réparer les dégâts sur le spi
Ca calme pour les conneries...
Difficile de dire ce que cela donnerait sur un cata, probablement de la casse en voile et peut être le mat.
La différence entre une grosse frayeur et de la casse sévère tient quelques fois à pas grand chose, une différence d'angle de 5 ou 10° dans la direction du vent suffit.

23 mai 2016
1

Bonjour, Tu as sans doute été surpris à la pointe sud de Cachacrou qui est un très sale coin. C'est une des pointes de toutes ces îles, avec le Nord de St Vincent, qui est des plus violentes quand l'alizé est à F 5/6. Quand on vient du Nord, il faut anticiper avant l'arrivée
à cette pointe en réduisant fortement quitte à renvoyer 4 ou 5 m plus loin

23 mai 2016
-1

Hello,
Je me suis fait "surprendre" en descendant sur la Martinique, au sud de la Dominique.
J'avais 1 ris, mais génois déroulé en entier...la mer était blanche, le cata s'est mis à accélérer brusquement...pas moyen de rouler le génois!J'ai laissé filer l'écoute de GV et ai pris la barre.
J'ai fait demi tour au bout de 10mn que j'ai trouvé assez longues...me suis retrouvé vent arrière et ai pu jeter un coup d'oeil à l'anémo...ça montait à 45 noeuds, en apparent, tout de même...Je devais filer à + de 10 noeuds, je pense.
Au final, plus de peur que de mal, trempé jusqu'aux os, génois + bordure de GV légèrement déchirés.
Le comportement de mon cata m'a plutôt rassuré, même si une des étraves était pratiquement toujours sous l'eau...
C'est peut-être dû au fait qu'il est très bas sur l'eau, et qu'il pèse 8t...
:doc:

22 mai 2016
0

Quand on croise ou qu'on se fait doubler par un cata, on remarque que le tangage est bien présent, que dans les canaux antillais, travers à la houle, le roulis aussi. Alors quand je lis qu'en cata, on peut partir sans rien attacher, je me marre un peu.

22 mai 2016
2

pourtant exact , on range rien , essai

22 mai 2016
1

Désolé à tous, je prends le train en marche et j'ai lu que la moitié, donc peut être de la redite dans mes propos.
J'ai beaucoup moins d'expérience en cata qu'en mono, en particulier en solitaire, mais j'ai fait quelques traversées nécessitant au moins une nuit, sur deux catas différents (en Manche et Indien)
.
La fatigue, je l'ai ressentie beaucoup plus vite en cata, pour une raison toute simple : je ne suis pas tranquille dans la brise, et encore moins la nuit, ou je n'ai jamais réussi à me reposer convenablement.
.
En mono, je dors tellement bien, qu'il est arrivé que la minuterie ne me réveille pas...
.
Bref, pour moi, c'est tout vu : une fatigue nerveuse en cata, que je ne ressens pas en mono.
C'est donc un problème très personnel, que d'autres n'auront pas.

22 mai 2016
0

bonjour a tous,

a longueur égale cata = port + cher
cata = + rapide
cata = remonte moins bien au vent
sur une transat en solo , le cata demande + de vigilence et d'anticipation (surtout sur les catas affutés comme les outremers ou lerouge )les autres plus massif et moins léger pardonneront plus .mais la vigilance restera quand meme .

cdlt

22 mai 2016
1

La nav en solo demandera tj plus de vigilence , mais si ton épouse est la même sans t aider mais pouvant faire qq quarts c est plus pareil ....

22 mai 201622 mai 2016
3

Je pense qu'il faudrait arrêter d'énoncer des généralités et de les prendre pour des vérités fondamentales, style : "un cata ça remonte moins bien qu'un mono..." C'est vrai pour certains catas comparés à certains monos, ce n'est pas vrai pour tous... Si je me base sur mon expérience personnelle, je pourrais dire "un mono au près serré, ça va moins vite qu'un cata, ça fait moins de cap et ça dérive plus..."
Je navigue sur un Iroquois, je fais presque tous les ans Arcachon/San Vicente de la Barquera AR en solitaire. Parmi les catas, l'Iroquois est de ceux qui demandent une certaine vigilance, néanmoins, je trouve que c'est plus reposant qu'un mono. On n'est pas obligé de passer sa nuit harnaché dans le cockpit à lutter contre le sommeil et le froid, on peut tranquillement rester dans le carré, avec une vision presque à 360°, habillé normalement, en sortant la tête de temps en temps pour contrôler que tout se passe bien.
Personnellement, j'utilise une minuterie de cuisine réglée à 20 minutes, je me permets de somnoler sur une banquette du carré (si quelque chose se passe mal, on le sent tout de suite et le réveil est immédiat) avec visibilité sur la mer et sur les voiles, à chaque sonnerie, je sors la tête pour un tour d'horizon méticuleux... Si je dois sortir complètement, j'enfile ma veste de quart sur laquelle le harnais est déjà capelé avec un longe assez longue pour me permettre d'aller partout dans le cockpit, je règle le problème et reviens me mettre au chaud, en assurant la nav toutes les heures, ou chaque fois qu'un évènement le justifie... Je n'irais pas prétendre qu'après deux nuits et un jour j'arrive frais comme une rose, mais je suis encore en forme et opérationnel... Je ne crois pas que je pourrais le faire sur un mono, avec les contraintes que cela impose...

22 mai 2016
0

Bof. Debout dans la descente d un mono, bien calé, t as la tête qui dépasse, c est bien assez pour voir ce qui se passe et t as pas besoin d être en combi de survie pour ca. Si t es frileux, tu mets un bonnet et c est bon. Sur un mono, qd qq chose déraille tu le ressens aussi rapidement que sur un cata. Bref, dans ton exposé, y a pas grand chose qui différencie l un de l autre.

23 mai 2016
0

Je ne parle pas d y rester des heures, je parle de jeter un oeil pour voir si tout est OK. En nav c est l un des lieux les plus confort.
Et pour s allonger, y a la banette de mer.
Mais encore une fois, tu frises la mauvaise foi

23 mai 2016
2

Salut, c'est sûr que c'est plus confortable que de descendre à la cave.

CaptainRV

23 mai 2016
0

C'est vrai que j'ai pas mal modifié mon Iroquois et bien diminué l'emprise des cabines arrières/table à cartes/chiottes sur le carré, ce qui a beaucoup dégagé la vue, surtout vers l'arrière...

23 mai 2016
0

C'est vrai que j'ai pas mal modifié mon Iroquois et bien diminué l'emprise des cabines arrières/table à cartes/chiottes sur le carré, ce qui a beaucoup dégagé la vue, surtout vers l'arrière...

22 mai 201622 mai 2016
1

Tu reste assis des heures , des jours sur ta descente , mal assis , je préfère etre cool allongé dans le carré
Sur un multi , la survitesse tu la ressent et l entend

23 mai 2016
0

Il faut des fois veiller bien longtemps et assis dans le carré d un cata car on voit tout a travers les plexis , c est plus confortable

23 mai 2016
0

Pour une bonne cave, prévoir plus de deux marches...

23 mai 201623 mai 2016
1

@Ebraball
Comme je disais, c'est une histoire de perception personnelle.
.
Car j'ai fait plusieurs traversées de Manche, sur deux Iroquois différents, à 10 ans d'intervalle. Les mêmes traversées que je faisais habituellement en monocoque de la même taille et en solitaire.
Et j'ai précisément eu la sensation inverse de la tienne.
.
Je ne suis pas à l'aise pour la veille dans le carré de l'Iroquois (trop d'angles morts), quant à dormir dans le carré, bof-bof... les banquettes sont mal foutues. Il faut aller en bas, et là, c'est l'enfer. beaucoup de bruit d'eau qui court sur les bordés, et un sursaut à la moindre vague.
Bref, j'ai passé mes nuits dehors à me cailler (c'était la route Concarneau- Scilly, deux fois)
.
En monocoque, pour la veille de nuit, j'ai toujours été parfaitement calé sur mon moelleux siège de descente, bien à l'abris sous la capote, avec une vue parfaite, aussi bien sur l'extérieur que sur la cafetière juste en bas (les winchs à portée de main sous la capote, sans même me déplacer...)
Envie d'un som' ? Je descends les marches et vais me baquer dans la couchette de mer du carré, au centre d'inertie du bateau.
.
Bref, chacun voit midi à sa porte !

22 mai 2016
2

C'est marrant ce genre de fils qui ne feront jamais changer d'avis tous ceux qui sont persuadés que naviguer c'est être penchés sinon c'est pas du bateau...
Je vais te dire David, c'est simple, si tu veux garder ta Germaine, ne l’emmènes pas faire un tour en cata pour la disuader, sinon, divorce assuré si tu ne l'achètes pas.
C'est simple, tu navigues à plat, tu dors à plat, tu bois ton apéro à plat, tu te laves à plat, tu fais tout comme à la maison, pas un verre à terre à cause de la gite, ton litron toujours sur la table, dispo, les manœuvres aux pied du mat à plat, même dans les "canaux" entre les iles des Antilles tu n'as pas besoin de ranger, seul ceux qui n'ont jamais essayé te diront le contraire, et en solo, il suffit de réduire si tu ne te sens pas à la hauteur, mais tu es bien plus en sécurité vu que t'es moins crever je suis rentré en solo des Antilles en Avril et jamais je me suis senti en danger malgré la baston.....
Moi, je repars l'année prochaine, et je sais que je le ferais pas si je n'avais pas mon cata.....
Sinon, bonne chance pour avoir un avis ici ! :reflechi: :heu: :tesur:
Tu as raison, bouquines, loues si possible une canote pour avoir une idée qui soit valable, tu verras, tu vas tomber des nus, mais attention, danger, tu n'iras plus jamais en arrière ! ;-)
pascal :alavotre: :alavotre: :alavotre:

22 mai 201622 mai 2016
0

Merci pour ton retour pascal;
ce que je retiens de tout ce que je lis sur les cata depuis pas mal de temps c'est:
-ceux qui en disent du mal n'ont pas, ou quasi pas navigué sur un vrai cata
-ceux qui ont essayé en ont acheté un et ne reviennent pas( ou très peu) en arrière;
J'en déduis que ça doit pas être si mal que ça, surtout dans une optique voyage : plain pied, volume de charge, vue mer, terrasse,sécu (deux moteurs valent mieux qu'un),une coque pour les nains et l'autre pour les parents, navigation avec annexe prête à l'emploi en moins de deux,etc....
Mais de tut ce que j'ai vu (lu) il y avait très peu de retour sur le solo en cata, d'ou ma question
Pour l'apéro pas de soucis, avec ou sans gite y a pas une goutte par terre, je suis pas breton pour rien
;-)

22 mai 2016
0

Ecouter les Pascal ....

Pascal

22 mai 2016
0

Lorsque je suis revenu des Antilles en début avril 2013, j'étais seul en fait je me suis rendu compte combien le fait d'être en solo était pesant mais le confort t'apporte énormément de sécurité car tu es bien moins fatigué. Je suis tombé dans une maousse dépression avant les Acores, j'ai eu des pointes à 70N de vent et je n'avais laissé qu'un bout de chiffon à l'avant ce qui me permettait d'avancer à plus de 12 N et le fait d'être à plat m'a permit de pouvoir me reposer à peu pré normalement, de déjeuner, de manger et donc de garder le moral, et malheureusement pendant ce temps un mono à disparu, Grain de sel que j'avais croisé un mois avant et pourtant .....
Le danger c'est souvent toi qui te le crée, tu n'as pas besoin d'avoir un multi ou un mono, il faut juste choisir la garde robe du temps et attendre... que ça se passe et si tout va bien, que le temps s'y prête, c'est que du bonheur tout simplement et que dire quand tu es au mouillage et qu'il y a un peu de houle et là en regardant les monos se balancer de droite à gauche, tu comprends que ton choix était le bon.
Sinon, de toute façon, toutes les manoeuvres sont plus simple en solitaire, que ce soit en mer ou au port, tu fais un créneau en 2/2 sans problème quand tu connais ta monture....
Pascal :alavotre: :alavotre: :alavotre:

23 mai 2016
0

Il y a une dizaine d'années, déjà sur mon Iroquois, je naviguais encore en famille, et pour des impératifs de calendrier, je suis parti de Santander pour Arcachon alors qu'il y avait 25 à 30 N établis dans le port du Real Club... Les voiliers rentrant qu'on croisait dans la ria, généralement sous trinquette ou foc bien enroulé nous saluaient d'une façon particulière, cela ressemblait à un salut militaire avorté et répété, ou au salut de la reine d'Angleterre dans sa voiture, la main ouverte portée au niveau de la tempe et agitée deux ou trois fois, cérémonieusement... A peine sortis de la ria, nous nous sommes fait cueillir par 40 à 45 N de vent du nord, avec le clapot qui va bien croisant la houle résiduelle d'ouest... que du bonheur ! Après avoir bataillé au près plus d'une heure dans ces conditions, départ fulgurant à 8-9 N pour se retrouver planté jusqu'au roof et arrêté dans la vague suivante et ainsi de suite, tout le monde malade à bord, j'ai renoncé, j'ai abattu et suis allé me réfugier à Santoña. Je n'ai jamais eu l'impression d'être en danger, simplement des conditions d'inconfort et de pénibilité qui n'avaient plus rien à voir avec la "plaisance" (je précise que j'ai sur la table du carré, depuis la mise à l'eau du bateau, un petit saladier en verre avec des fruits, des gâteaux ou des friandises diverses pour la personne de quart, et qu'il n'est jamais tombé, quelles que soient les conditions, depuis plus de 15 ans). Depuis, quand nous quittons un port en Espagne, ma femme observe soigneusement les saluts des bateaux que nous croisons, et si elle croit reconnaître le salut "Santander", elle me dit : "dis, tu ne crois pas qu'on pourrait remettre le départ à demain ?".
Voilà, tout ça pour dire que même un cata réputé "délicat" peut passer sans encombre dans du mauvais temps, si on est raisonnable au niveau voilure, et on peut même espérer faire un peu de cap !

24 mai 2016
2

Plus facile:
Moins de roulis, donc moins de fatigue.securite des manœuvres.
Ne pas descendre à la cave 20 fois par jour.
Bôme souvent plus haute, bien pour les têtes.
Tres bonne vue vers l'avant, securite.
Espaces de rangement.
Rangement de l'annexe
Genacker, peut être mis sur une étrave au vent...
Presque tout en double, sécurité, mais entretien...
Moins facile :
Virement de bord, sur certains,
Fardage , manœuvres de port , mais deux moteurs .
Remontée au vent , moins pointue, mais plus rapide , presque équivalent.
Donc , naviguer sur un demi bateau qui gîte et roule , ou un vrai navire qui n'a pas ces inconvénients...
Le luxe , c'est le temps , je l'ai , et l'espace, , là aussi.
Mais le vent est capricieux, jamais content....????

24 mai 2016
0

merci à tous pour vos retours intéressants;
ma femme, bizarrement, se voit plus partir en voyage sur un cata mais pas du tout sur un mono.....pfff, elle est chiante la paimpolaise!
berdem94, tu indiques que les manœuvres de port sont moins faciles en cata, j'avais lu (mais pas essayé,juste lu) que c’était plus facile qu'avec un mono du fait de la présence des deux moteurs

25 mai 2016
2

Avec 2 moteurs en marche arrière, tu maneuvres ton bateau au cm. Aucun pb.

Beaucoup plus facile qu'avec un mono même avec propulseur.

Mais on parle souvent d'arrivée au ponton, le plus difficile quand on est à couple d'un ponton avec vent traversier qui te colle au ponton est de sortir.

Sur un cata, il n'y a pas de maitre bau, la largeur est quasiment la même sur toute la longueur, il faut s'habituer, c'est différent. Prises de ponton et sorties se font en général plus facilement en marche arrière.

CaptainRV

25 mai 2016
2

J'ai eu la chance d'essayer très récemment une merveille de catamaran , le SC 45.
Le skipper, m'a troué le c ... , en appontant avec un créneau , que j'aurais eu du mal à réaliser avec ma Twingo et encore plus avec mon monocoque sans propulseur ...
8 jours auparavant sur mon mon de 37 pieds et par condition de vent équivalentes , j'établis une comparaison facilement.
MONO: sensations à la voile, fatigue générale, corps détruits aprés 5 jours de mer forte. Ma compagne qui a vomi pendant 2 jours... et moi qui ne demande qu'à repartir ...
CATA: le bateau marchait entre 8 et 12 noeuds par 15/20 nds de vent, calme plat à bord, conversation aimable avec les autres participants...
on peut vivre la dessus en gardant le sourire, on se régale à régler ce bateau (on a rien d'autre à faire). On a fait de la voile...
Sur le mono , au bout de ta journée , tu t'en fous ...t'avance et tu es content d'arriver pour boire ta bière avec la sensation d'avoir bien rempli ta journée...
par contre t'es au bord du divorce !

Pas du tout la même pratique, ni besoin et ... budget !
Mais le SC 45 quel bateau !!! (en + les gens du chantier de Balaruc sont adorables).

25 mai 201625 mai 2016
0

Faut pas divorcer, tu prends une autre équipière!
Mais avec votre permission, le sujet est: le cata en solo.
C'est vrai que le cata dérive... :acheval:

25 mai 2016
0

Je dirais plutôt que le marin dérive!!! Normal non?
:-p :-p ;-)

25 mai 2016
0

Hors sujet total le SC 45....
C'est ce que j'appellerais un sport proto civilisé...
:pouce:
Il est magnifique, mais question budget AIE!!!!!
Et il lève la patte sérieusement si bien mené...
Pas le vrai cata de grand voyage non plus...
Mais pour une ou deux, ou trois semaines cela doit le faire en beauté... :bravo: ;-) :-p

25 mai 2016
0

Tu as raison sur un point, ADAV 29 , parle d'un CATA LAMBDA, et la c'est vraiment pas le cas.
il n'est pas que beau, la qualité est incroyable dans les moindres détails, les sensations à la barre sont réactives, c'est une crémaillère et pas des drosses, je savais même pas que ça existait, mat et baume carbone, voiles Hydranet et grément kevlar .
son heureux proprio part pour les caraibes et ensuite l'amérique du Nord .
Pour en revenir à la facilité ce bateau se méne seul sans aucun problème.
Toutes les commandes reviennent à la barre. 3 winchs électriques. 11t pour un 45 pieds, quand même.. pour lever une patte faut être un peu couillon ou malchanceux , mais c'est faisable évidemment.
Moi je me vois bien vivre dessus , sans aucun problème, et pas seulement pour 2 semaines...
on peut comparer en terme de budget avec le nouveau 4X de outremer mais SWISS CAT est loin devant en qualité perçue.

25 mai 2016
1

Je peux donner mon avis, en comparant Erendil et les monos que j'ai connu.

Avantage évident : la facilité de circulation et la visibilité. Erendil est un cata open (nacelle ouverte), il n'y a pas plus simple pour se déplacer.

Problème en solo : l'arrivée au port. A la barre et au moteur (c'est un HB sur la poutre arrière) on est loin de tout. Le moment où on lâche le moteur par vent soutenu pour courrier dans les descentes sauter sur le quai aussières à la main est toujours un grand moment. Il y a comme cela des manœuvres impossible à faire en solo si le vent pulse. Impossible aussi d'aller à couple d'un quai au vent si ça souffle.

Cela dit, avec un HB orientable, je me faufile partout et tourne sur place.

Sur l'eau en solo, tout est simple. on voit les voiles, le solent est autovireur, et il n'y a rien d'autre à faire que régler, ce qui vaut toujours la peine. Le pilote marche bien puisqu'il n'y a pas de gite. D'ailleurs, sans pilote, tu peux lâcher la barre le temps de descendre chercher un truc sans souci.

Evidement, tu vas au moins 20% plus vite qu'un mono. C'est simple, je chicane les bateaux qui mesurent 5 m de plus que moi. Les autres sont rarement des adversaires.

En solo familial, tu as l'avantage de la place, qui permet des rythmes différents.

Tu peux te faufiler dans pas d'eau (0,80 m de tirant d'eau à 5 m de l'étrave) et c'est géant puisque tu n'as pas nécessairement besoin d'annexe pour débarquer. Avec des gosses, cela t'évite de devoir les chercher/poser toutes les 10 mn ou de les voir jouer avec ton annexe loin là bas alors que tu veux débarquer et que les magasins vont fermer.

J'ai aussi testé un lagoon 500, et j'ai rêvé de passer une traversée au moteur tranquille dans le carré ouvert à 360°. Pour le reste, c'est une autre affaire.

Par contre, non, les catas ne sont pas un remède au mal de mer. Ma femme et une de mes filles continuent à en souffrir depuis 20 ans. Pour ça, la solution, ce n'est pas un monocoque, mais un patch.

Jacques

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (114)

mars 2021