Naufrage d'un catamaran retourné

13 juil. 2019
13 juil. 2019
0

Un Spirited 380

13 juil. 2019
0

Étonnant que ça se retourne comme ça dans ces conditions.

13 juil. 2019
0

condoléances sincères aux survivants .
mais un cata comme un tri c'est plus stable à l'envers qu'a l'endroit .
tous les usagers des multicoques te diront que ça ne se retourne jamais ,mordicus la tête sur le billot .
j'en ai eu un ,je n'ai pas fait le tour avec ,mais j'en suis revenu
alain

13 juil. 2019
1

Pas besoin de me mettre la tête sur le billot...
Comme beaucoup de skippers de multi, je sais parfaitement que ça peut se retourner... et j' en tiens compte en réduisant très tôt et en vérifiant les conditions météo.
Dans le cas de ce drame, difficile de savoir ce qui a pu se passer : enfournement au portant, vague scélérate conjuguée avec une rafale... ? Surement une mer pourrie...

13 juil. 2019
1

Je fais partie de ceux qui se sont retourné et j'ai eu la chance que les 6 membres de l'équipage soient saufs. Depuis j'ai toujours pensé qu'un cata peut se retourner.

13 juil. 2019
0

Un Cata ça se retourne, et plus vite qu'on ne pourrait le penser , c'est pourquoi il faut être "très très" rigoureux dans l'anticipation de la situation "AU CAS OÛ". . . et heureusement, je sais de quoi je parle. .

13 juil. 2019
2

Hello,
Oui...terrible mésaventure...d'où l'intérêt(peut-être) des Anglo-saxons pour les catas très bas sur l'eau et avec peu de fardage...moins de risques, à priori? :scie:

13 juil. 2019
0

Dans le temps les catas anglais avaient des filières sous le plancher de la plate forme centrale ce qui permettait aux survivants éventuels de tenir en attendant. Après tout un cata retourné est un radeau !
En règle générale, un cata de croisière se retourne quand il a été mené au delà de ce qu'il peut faire. Et ça c'est très dur à évaluer avant l'accident. Je suis très surpris qu'en France où l'état est avide de réglementation et de fric on n'ait pas encore inventé un permis voile cata obligatoire et pour une fois ce ne serait pas idiot sauf le prix peut-être !

13 juil. 2019
7

Un permis "voile" (payant bien sûr), et fini les chavirages ou autres cata-strophes. N'oublie pas aussi,Kaj, de faire passer un permis à tous ceux qui vont se baigner(Pour ton info 600 personnes se sont noyées durant l'été dernier), et comme ça on pourra utiliser les éléments liquides aussi sûrement que nos routes. . .

14 juil. 2019
0

Si c'est idiot !
Sinon tout ceux qui ont un permis n'aurait jamais d' accident...

Vous avez un bateau école a rentabiliser?

13 juil. 201913 juil. 2019
0

96m2 de toile au près, pour un peu plus de 5T...pas mal toilé, l'animal?
En tout cas comparé à mon ancien 37pieds(74m2 pour + de 6T) :pecheur:
www.multicoques-mag.com[...]ted-380

13 juil. 2019
0

J'en connais qui restent au port quand il y a trente Knd en cours ou prévu, surtout mer contre vent.
Terrible mésaventure.

Aujourd'hui, baie d’Hyères, vent a 11Kn et rafales a 17 env, quatre bateaux sur l'eau en vent AR.
Le reste au mouillage, a l'abri.

"Les sauveteurs envoyés sur place rapidement – deux hélicoptères et quatre vedettes de sauvetage – décrivent des vents d’Ouest soutenus mais pas dantesques « de l’ordre de 30 nœuds mais sur une mer agitée, opposée au vent, avec des creux de un à deux mètres. »

13 juil. 2019
1

Les filières sous le plancher de la nacelle, je les ai sur mon Nautitech 442, ainsi qu'un plan de réduction de voilure très précis affiché dans le cockpit. En général les erreurs sur la toile portée sur les catas sont sanctionnées par un démâtage, rarement un retournement. Dans le cas en cause, on ne sait s'il a sanci ou chaviré, et les conditions météo ne semblent pas affreuses. Une collision (OFNI, cétacé...) pourrait l'expliquer. Le témoignage des survivants, au-delà de l'épreuve qui doit être terrible, sera peut-être éclairant.

13 juil. 2019
4

Le mat qui casse comme fusible, je n'y crois pas trop. On calcule le mat au couple de redressement maximum, ce qui est facile sur un cata, et on prend une marge.

14 juil. 2019
0

Je n’ai pas trop confiance aux catas. Trop de récits de retournement à mon goût. J’ai fait 5-6 semaines sur un cata de croisière et des années de régates en cata sportif. C’est confortable au port et au mouillage et très fun pour le cata sportif mais ça s’arrête là.

14 juil. 2019
0

on peut effectivement ne pas aimer , mais beucoup font le tour du monde sans souci

14 juil. 2019
2

Il y a 3 jours entre cap camarat est les îles du levant, il y avait un petit coût de vent force 7, j'ai eu une rafale à 37 N. Et j' ai vu passer 2 catamarans, vent arrière avec Grand voile haute et génois enroulé ??????
Un peu de bon sens éviterait beaucoup de graves erreurs.

14 juil. 2019
0

Ils ont probablement enroulé le génois pour ne pas qu'il tape (déventé par la GV).
Quand à la GV pour prendre un ris ils auraient dû lofer ce qui est plus risqué pour un chavirage. En restant au vent arrière ils ne risquaient pas grand-chose, sachant que si le vent forcissait encore ils auraient accéléré. 37 nœuds de vent réel si on fait du 12 nœuds cela ne fait que 25 nœuds de vent apparent. Donc pour un grain passager je ne trouve pas cela choquant.

14 juil. 2019
3

on peut prendre un ris au portant, ça se fait très bien.

14 juil. 2019
2

D’accord avec toi. Porter la voile du temps est un principe qui s’applique à tous les voiliers, monos ou catas.
Le vent a du forcir, le VA est très trompeur, ils avaient sans doute un vent apparent de 25 noeuds.
C’est pour cela que j’affiche en permanence le VA et le VR.

Et réduire la GV dans ces conditions, une belle galère. Et c’est aussi pour cela que je garde toujours un petit bout de génois, dans les conditions que tu décris, le bateau n’est quasiment plus manœuvrant, sauf à aller tout droit et attendre que ça passe.

Hervé

14 juil. 2019
0

pareil VA et VR afficher en pernamence , avoir juste la GV par fort vent est une erreur

15 juil. 2019
2

J'en ai jamais eu...

14 juil. 2019
0

et ben, et dire que j'ai navigué les 4 dernières années sans anémo... :heu:

14 juil. 2019
0

Quelle tragedie. Heureueement que la fille et son pere ont pu etre sauves.
J espere que les causes identifiees seront publiees, c est toujours important de tirer les lecons.

A ce titre, les rapports du beamer concernant la reduction de voilure me semble suffisament eloquente. Ce n est pas que le vent apparent qui compte, ce sont aussi les effoets exerces.
Bref, pour moi, 30 noeuds avec toute la gv me semble totalement irresponsable. Et je doute du gain au speedo. Quand a garder la toile car on trouve trop dur de reduire, c est un raisonnement inverse qui devrait s appliquer.
Mieux prendre le 1er ris plus tot, les autres suivront plus facilement.

Enfin, chacun fait selon ses competences, connaissances, et son gout du risque.

Bon vent

14 juil. 2019
1

Dans mon précédent message je répondais à celui de jackx308.
Il faut aussi se dire qu'un cata a une vitesse critique plus élevée qu'un monocoque. Egalement au vent arrière un cata ne roulera pas comme un monocoque. Tenant compte de cela je trouve relativement logique de garder sa grand-voile haute dans un grain passager. Je précise bien uniquement au vent arrière.

14 juil. 2019
1

si tu as de le mer formé c est une erreur

14 juil. 2019
0

Un cata se gere en fonction du vent apparent affiché, si on dépasse la limite cela peut se payer cash.
Un mono avertit en partant au lof ou en mettant les chandeliers dans l'eau

Vive les cata quand même car c'est ce que j'ai…..

14 juil. 2019
0

"Un cata se gere en fonction du vent apparent affiché" : en effet, et en réduisant plus tôt au portant qu'au près malgré des valeurs de vent apparent faussement rassurantes. Il y a eu une discussion instructive sur le forum Nautitech à ce sujet :
www.multihulls4us.com[...]ead.php

14 juil. 2019
0

Au portant si le vent forcit il suffit de choquer le hale-bas de GV, elle se dévide par la chute alors.
Pourquoi faire compliqué en prenant des ris alors qu'il suffit de faire simple ?

14 juil. 2019
5

pas de hale bas sur un cata , et la Gv tu peux pas trop la débordé du fait des haubans très reculés

15 juil. 201915 juil. 2019
0

et bien 20 ans de pratique, ça ne marque pas les esprits....

14 juil. 2019
0

S'il n'y a pas de hale-bas la GV se dévidera à fortiori encore plus ! En effet c'est un peu le chariot d'écoute qui fait office de hale-bas.
Précisions : je n'ai jamais navigué sur un catamaran mais sur un trimaran (Dragonfly 800) et cela fait 20 ans !

15 juil. 2019
7

Je suis atterré par l'audace de certains sur ce sujet, et pourtant je ne suis pas du genre à l’excès de prudence! Il n'y a pas plus dangereux que de retarder la réduction de voilure sur un cata au portant quand le vent monte, nul ne sait jusqu'où ça peut aller, combien de récits , pas plus tard qu'il y a quelques jours en Grèce, de grains qui montent à 60 noeuds, même quelques minutes, ça peut être fatal.

15 juil. 2019
0

Un des problèmes de la GV non réduite au vent arrière, c'est de se faire embarquer sur un coup de lof avec une vague croisée. La situation peut devenir scabreuse.

15 juil. 2019
0

Justement pour éviter de partir au lof il faut que la GV se dévide (par le haut de la chute). Pour ce faire il ne faut pas trop déborder le chariot d'écoute (qui joue hale-bas) mais choquer l'écoute, quitte à même mettre le chariot un peu au vent.
Le bateau ira plus vite, aura un sillage plus droit et ne partira pas au lof.

15 juil. 2019
0

Pffft Super Typhoon, il est grand temps d'arrêter, tu t'enfonces là.

pour ceux qui connaissent, au contraire, dans la brise on cherche a garder de la tenue de chute pour éviter l'empannage chinois.
Cas de figure intéressant qui peut donner lieu a des figures de styles remarquables quelque soit le nombre de coques.

15 juil. 2019
0

Non il faut que par excès de vrillage (absence de tenue de chute)
le haut, (en particulier la corne sur les gréements de multi, ou sur monocoque moderne) ne passe pas alors que le bas de la voile lui empanne.

c'est ce qui arrive avec un réglage tel que ce tu décrits pas bordé, et chariot au vent.
aucun contrôle de la Gv --> drame assuré.

15 juil. 201915 juil. 2019
1

EN effet je dois confondre ;-)
d'ailleurs je ne sais pas de quoi je parle ;-)

c'est même moi qui ai écrit
"mais choquer l'écoute, quitte à même mettre le chariot un peu au vent. "
"il suffit de choquer le hale-bas de GV"
"Précisions : je n'ai jamais navigué sur un catamaran"

PS: tu m'expliqueras avec le chariot au vent même "un peu" comment tu fais "légèrement" dévider le haut de la GV, et comment tu empêches la bome de matter dans la brise en cata ... (bon courage).

Ps bis : pour une fois que wiki est pas mal
Une situation délicate : L'empannage "chinois"[modifier | modifier le code]
Sur les voiliers actuels, la tenue de la grand voile est bien contrôlée par un système efficace, le Hâle bas , le plus souvent un palan puissant reliant le premier tiers avant de la bôme et le pied du mât (ou sur certains dériveurs de performance une jambe de force située au-dessus de la bôme, un "pousse-bas"). Le dévers (ou vrillage) de la chute de la voile est parfaitement limité et celle ci passe d'un bloc à l'empannage.

Il n'en a pas toujours été ainsi: Sur les voiliers marconi, les hâle bas efficaces ne sont apparus que dans les années 50, sous l'influence notamment du régatier (et ingénieur aéronautique) Ted Wells, champion du monde de Snipe. Précédemment et en l'absence de ce dispositif, la bôme avait tendance à remonter et la voile à se vriller exagérément lorsqu'on choquait l'écoute avec parfois une situation très délicate: le haut de la voile restait sur l'ancienne amure tandis que le bas était passé de l'autre côté, ce qui provoquait assez rapidement une déchirure de la voile , de la chute au guindant, assortie de bris des lattes rigidifiant la chute. Cette situation , appelée familièrement "empannage en croix" ou "empannage chinois" peut encore se produire en cas d'avarie du hâle bas. Pour sauver la grand voile, il faut réagir très vite et réempanner dans la foulée.

Par extension on parle parfois -à tort- d'empannage chinois pour un empannage particulièrement raté, notamment lors de la délicate manoeuvre du spinnaker, voile délicate à manier par grand vent s'il en est.

Finit Wiki : je reprend la main
l'avantage du multi - sa largeur - permet d'avoir un chariot suffisamment large pour conserver un point de tire d'écoute de GV relativement sous la bome en toute condition - ce qui permet de se passer de hale bas.
Ne pas utiliser le chariot et se contenter de choquer de l'écoute nous ramène a un gréement de monocoque sans hale bas ...et ça ça marche pas ;-)

15 juil. 2019
0

Pour un empannage chinois il faut un effet pendulaire et çà c'est plutôt l'apanage des monocoques me semble t-il.
.

15 juil. 2019
0

Il ne faut pas confondre légèrement dévider le haut de la GV et mâter la bôme. Je voulais simplement attirer l'attention qu'en débordant à fond le chariot d'écoute sur un grand cata de croisière celui ci s'apparentait à un hale-bas et qu'en cas de départ au lof le bateau aurait trop de puissance et risquerait donc de terminer comme ce cata australien.

15 juil. 2019
0

Néanmoins depuis le temps que je navigue je n'ai jamais subit d'empannage chinois. Je ne me souviens même plus avoir eu un empannage non contrôlé. Je n'utilise pourtant pas de retenue de bôme ou engin du genre.

15 juil. 2019
0

Pour faire écho à Evoe, il y a quelques semaines en Sardaigne, le vent est passé de presque zéro à 40 nœuds, en quelques secondes... Il y a 3 ou 4 ans au mouillage de Vathy en Grèce, une tornade, 3 catas sur le toit… Fort coup de vent annoncé, pas de place dans les ports pour les catas, qu'est-ce qu'on fait ? Tu croises une trombe marine (j'ai deux cas parmi mes amis)...
Ces cas sont heureusement très rares, en trente ans de navigation il est possible de ne jamais les rencontrer, mais quand ça arrive on préfère les monos.

15 juil. 2019
0

Aujourd’hui trombe marine a Bastia et Antibes, à Bastia on voit des arbres déracinés s envoler ! Cette saison démarre avec des orages hallucinants

15 juil. 2019
0

à Olbia, juste le temps d'enrouler le solent pour se retrouver avec la GV full et 40nds #ViveLaFuite...

17 juil. 2019
0

non, surpris mais pas en danger... cette année, aux 2 pitons, départ au travers (10nds) au petit matin avec solent et 1 ris dans la Gv, d'un coup une rafale à 35nds, coque au vent qui se soulève pas mal (hors d'eau??) mais tout à tenu, j'ai abattu immédiatement , nickel ! en fait faut être vigilant.

16 juil. 2019
0

Vous êtes vous senti en danger avec 40 nds et GV haute ?

15 juil. 2019
3

Propriétaire d'un catana 47 je suis impressionné par la quantité d'absurdités que je viens de lire. Un catamaran est livré avec un livre d'instructions pour le propriétaire; Dans ces instructions il y a des configurations de voilures à porter en fonction du vent et de l'allure du bateau. Si vous respectez ces configurations vous ne partirez pas sur le toit.

J'ai eu des situations de vent fort avec des mers fortes et je n'ai jamais eu le sentiment de prendre le moindre risque en respectant les abaques du fabriquant.

Un catamaran est extrèmement sûre si l'on est prudent.

J'aimerai beaucoup savoir ce qui s'est passé sur le catamaran qui s'est retourné car c'est toujours instructif. Ce cata avait des dérives puisqu'elles sont visibles sur la photo et il faut aussi gérer les dérives qui peuvent être à l'origine d'un croche pied. Normalement elles sont faites pour faire fusible et cassent dans ce cas de figure.

16 juil. 2019
1

"Normalement, elles (les dérives) sont faites pour faire fusible et cassent dans ce cas de figure."
Sauf que je ne connais pas de cas où une dérive a cassé dans cette configuration de fusible.

Par ailleurs, certains on écrit précédemment qu'en naviguant sous GV seule, le risque était "le coup de lof". C'est oublié que les catamarans ont une grande stabilité de route. Pour ma part, je n'ai jamais senti la moindre vélléïté de lof sur un cata en naviguant vent arrière dans la brise.

Je souligne VENT ARRIERE. A 140 ° du vent, peut être.

16 juil. 2019
0

bonjour

trois morts

16 juil. 2019
16 juil. 2019
1

@ Viking,

C’est exactement ce que j’ai écrit plus haut. Plein VA, avec la GV seule, le bateau reste stable sur sa route.
Expérience vécue avec des vents de plus de 30 noeuds, le bateau part violemment au lof et devient non maneuvrable dès qu'on s’écarte du VA si on est GV haute seule. Avec le risque de déchirer la GV. Et il faut aller dans ces conditions en pied de mât pour l’affaler. Avaient-ils par exemple des lignes de vie ? Et c’est fort impressionnant et dangereux surtout si la mer se lève.

Hervé

16 juil. 2019
0

Je crois que ce que vous décrivez est une spécificité des catas typé croisière.
Dès dernières fois qu'il m'ai été donné de naviguer sur ce genre de caravane (lagoon 380) il m'est apparu qu'il y a dans la conception architectural des bateaux un "fusible" empêchant des furieux de trop attaquer.
Le fusible est des safrans tout petit qui décrochent dès qu'on tire un peu fort sur le bateau.

En gros sur des allures de reaching c'est impossible de mettre le bateau patin, ça part au lof avec le safran qui décroche bien avant.

Au portant forcément on peut attaquer plus, mais il suffit de la mauvaise vague qui met le camion en travers, et là même cause même effet ça part en "tête a queue" avec les safrans qui décroche.
Pour remettre en route ça peut être un peu rock n roll, voir nécessiter d'affaler ou réduire la GV comme le décrit Hervé.

Bref ce type de bateau n'est pas fait pour que l'on puisse tirer dessus.

C'est un phénomène que l'on ne retrouve pas sur des bateaux plus affutés.

16 juil. 2019
0

Bonjour, je voudrais faire une petite mise au point, je n'ai jamais dit que je me sentirai plus en sécurité sur un mono que sur un cata par très fort vent, mais qu'il faut juste un peu de bon sens, sens marin comme on dit, qui pour moi est un peu la même chose, quand la situation se dégrade , et qu'il faut prévoir le pire , plutôt que de dire, oh ben je vais laisser le haut de la voile déverser , et ça va le faire. Je fais le parallèle avec le kitesurf que je pratique. Il y a de plus en plus d'accidents, car de plus en plus de pratiquants qui sont à l'aise , et qui prennent des risques , et quand arrive l'embrouille, une ligne qui casse, ou une rafale totalement inattendue, ben c'est l'accident, parce qu'on est pas là où il faut quand il faut. De toute façon, le parallèle, on pourrait le faire avec beaucoup de sports, le maitre mot c'est, ANTICIPATION.
Enfin, à mon avis.
Bonne journée à tous.

16 juil. 2019
1

Le B.E.A hisse et oh....Formé par le professeur Rollin qui, comme tout le monde le sait, a toujours quelque chose à dire.

Il faut des éléments pour discuter. Sinon on brasse du vent.

16 juil. 2019
0

Le catas c'est très bien; la règle numéro 1 est alors d'anticiper et 40 nd de vent deviennent parfaitement gérables. Mais, comme écrit ci-dessus, il y a des cas impossibles à anticipés, il faut le savoir. Les abaques des fabricants sont conçues pour des situations météo ordinaires, mais il semble que les météos anormales soient de plus en plus fréquentes.

16 juil. 2019
1

On ne sait effectivement rien des circonstances de ce drame.

On suppose que c'est arrivé au portant, d'où la discussion qui s' ensuit, mais rien n'est moins sûr.

Peut être faudrait il ouvrir un fil "les catas au portant par vent fort, mer formée...etc". Ca éviterait de greffer une polémique sur ce naufrage.

Sans doute faudrait il arriver à distinguer catas caravane et catas affutés.

Peut être faudrait il se rappeler que de nombreux multis naviguent plus souvent à 140° du vent que plein VA.

Sinon, il y a des gens ici qui ne sont jamais partis au lof sur un multi affuté ou qui n'ont jamais eu à remonter au bon plein, toujours avec un multi affuté, pour prendre un ris dans un vent qui a forci brusquement (il se reconnaitra...).

Rien à voir avec le naufrage dont on parle, sur lequel on n' a pas grand chose à dire, puisqu'on ne sait rien, sinon penser à la détresse des survivants et des proches.

16 juil. 2019
0

Je ne saisis pas bien la nuance que tu fais entre cata caravane et multi affuté.

J’ai convoyé un TS42 neuf sorti du chantier Marsaudon Composites, de La Rochelle à Lorient, il était en exposition au Grand Pavois.
J’étais avec 3 gars du chantier expérimentés, nous étions à tirer des bords avec plus de 30 noeuds de vent, les seuls dehors. On a mis plus de 24 heures non stop.
Et Il nous a fallu, heureusement sans casse, bateau neuf à livrer à son client, près de 30 mn pour simplement prendre un ris.
Le bateau était ingérable, il passait sans cesse sur sa barre, PA inutilisable.
Une belle galère..., et avec 4 costauds..

Hervé

16 juil. 2019
0

Ben a priori, j' aurais effectivement mis d' un côté les catas "classiques" et d' un autre les catas genre TS...
Mais ce que tu décris va d'une certaine manière dans le sens que j' entendais, à savoir moins de stabilité de route, plus de "caprices" avec un multi affuté.
Sur mon tri, si on fait une erreur dans les réglages des voiles, on peut facilement perdre le contrôle au niveau gouvernail ou pilote... Ca m' arrive de moins en moins mais....

16 juil. 2019
0

en cata j avais cru comprendre que l on doit configurer sa grande voile (poulie et renvoi vers winch de mat) de manière à toujours pouvoir prendre un ri même en vent arrière...

Pour ma part, j ai prevu de réaliser ce montage.
QUID de la réalité SVP ?

.

16 juil. 2019
1

Il y a un domaine dans lequel les fabricants de catamarans et de cataravanes ont vraiment anticipé :
Ils sont bien plus stables sur le dos que les monocoques.

16 juil. 2019
0

Remarque ô combien intéressante. T as même eu une étoile. Alors Tu peux resté couché

16 juil. 2019
1

Même à billes, tes chariots ne descendront pas, il faut tirer comme un boeuf sur la bordure pour descendre la GV à la main. Par vent fort bien sûr.

Hervé

16 juil. 2019
0

La manoeuvre est décrite (et pratiquée) par Gavin Lesueur dans son excellent bouquin, "Multihull Seamanship".

Une abattée à la limite de la fausse panne pour dégonfler la GV, tirer comme un boeuf effectivement pour descendre la voile... La suite n' est pas très claire pour moi , surtout à la limite de l'empannage dans un vent fort...

Jamais essayé mais ça semble chaud... Le cas échéant, je sais que ça se fait. C'est sans doute plus facile avec un mât tournant.

Gréer ce qu'il faut sur sa GV comme dit Léoncey, c'est une bonne idée. D' ailleurs, je vais le faire !

16 juil. 2019
1

au VA , tu étarques par les prises de ris , ça tend la chute et la GV descend

16 juil. 2019
0

Ok, j' essaierai, merci du tuyau !

17 juil. 2019
0

tu mets un mat pivotant et cela descendra aussi….

17 juil. 2019
0

J'ai un mat pivotant.

17 juil. 2019
0

moi zaussi et j'affale vent arrière sans soucis….

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Dun Loaghaire aout 2017 , heureux d'être arrivés!

Après la pluie...

  • 4.5 (114)

Dun Loaghaire aout 2017 , heureux d'être arrivés!

mars 2021