mono ou multicoque?

.

L'équipage
02 juin 2001
16 mai 2001
0

les catas
-Les catas ne gitent pas.
-Ils possedent une terasse dans le cockpit et une autre a l'avant;

27 août 2001
0

Mono ou Multi
Eh!bien les p'titd gars je suis à fond pour le cata ayanat déjà fait 4 transats avec et pas des épèes des croiseurs pour loc famille Fountaine toute la famille et c'est vrai qu'au portant il va mieux qu'au prés mais je fais la prochaine sur un Lagoon 38 et j'emporte un assy de 95 m2 qui va nous le jouer pépère dans les peitis airs car il y a toujours des petits airs.
Sur la question du prés ces carènes sont mieux déssinèes ou avec un plus grand souci de vitesse et on remonte au bon prés pas mal du tout en s'appuyany un peu et si ça chahute on ouvre on va plus vite on croise les pattes,toujours à plat et se paye une bonne mousse qui dure le temps de la traversèe.
J'y suis bientôt
A+
Jean Philippe

27 août 2001
0

Mono ou Multi
Eh!bien les p'titd gars je suis à fond pour le cata ayanat déjà fait 4 transats avec et pas des épèes des croiseurs pour loc famille Fountaine toute la famille et c'est vrai qu'au portant il va mieux qu'au prés mais je fais la prochaine sur un Lagoon 38 et j'emporte un assy de 95 m2 qui va nous le jouer pépère dans les peitis airs car il y a toujours des petits airs.
Sur la question du prés ces carènes sont mieux déssinèes ou avec un plus grand souci de vitesse et on remonte au bon prés pas mal du tout en s'appuyany un peu et si ça chahute on ouvre on va plus vite on croise les pattes,toujours à plat et se paye une bonne mousse qui dure le temps de la traversèe.
J'y suis bientôt
A+
Jean Philippe

26 oct. 2004
0

mono ou cata
Question à jean philippe BARDON
As tu eu l'occasion de faire une transat sur un Athéna 38 de chez Fountaine. Si oui, merci de me dire ce que tu pense de ce bateau.
Sur le forun, si quelqu'un a un bateau de ce type, les avis seront les biens venus
Cordialement

26 oct. 2004
0

traversée de US à France
avec un Lagoon 37 à la bonne époque (juin-juillet) abzolhumenthe hydillik.

Mais cheu zui theu barty prix :-D

09 fév. 2003
0

cherche plan de catamaran
Y a-t-il un site sur le net qui donne des plans gratuit de catamaran pour un groupe de collègiens cherchant a en fabriquer un en fibre de verre pour apprendre la navigation ? Ou y a-t-il quelqu'un disposé à nous refiler ses plans ?

11 juil. 2003
0

comment puis-je fabriquer un petit catamaran
bonjour je m'appelle pierre j'ai 10 ans et je voudrais fabriquer un petit catamaran pour jouer sur l'eau. pourriez-vous me donner quelques astues?
merci d'avance!
Pierre.

11 juil. 2003
0

comment puis-je fabriquer un petit catamaran
bonjour je m'appelle pierre j'ai 10 ans et je voudrais fabriquer un petit catamaran pour jouer sur l'eau. pourriez-vous me donner quelques astues?
merci d'avance!
Pierre.

11 avr. 2004
0

voiles pour une maquette de cata
Il est très efficient de scotcher des petites lattes de bois, genre grandes alumettes sur la voile en plastique : rigidité = performance !

11 juil. 2003
0

en polystyrene
Pierre ! Tu peux fabriquer des petits catas pas compliques et qui vont bien sur l'eau en les decoupant dans des gros blocs de polystyrene. Moi je decoupais ca au couteau mais ca peut se faire parait-il avec un fil chaud. La je ne sais pas. La poutre peut etre n'importe quel morceau de bois carre ou rond. Pour la faire tenir sur la coque moi je plantais dans le polystyrene en rendant les bouts pointus. mais ca finit par lacher. faudrait coller en meme temps mais les colles ordinaires bouffent le polystyrene.

Je faisais les voiles avec des sacs plastoc, mais pas noirs, c'est pas joli.

Amuse-toi bien !

11 juil. 2003
0

question de prix
Cata ou mono ? la vraie question est plus souvent le prix qui varie du simple au double. Quand le prix de l'occasion en cata n'est pas trop eleve alors attention ? C'est soit un truc horriblement lourd ou fragile quand ce n'est pas une construction amateur qui peut etre mal faite.

Il existe pourtant de bons catas pas chers et semi amateurs qui vont vite et sont surs, mais il faut oser et ils sont tres rares.

Je pense aussi pour l'avoir un peu vecu que les catas usent enormement le materiel qui a tendance a casser des qu'il est un peu use. Et ca ! ca coute cher aussi !

Mais d'un autre cote est ce que ca ne vaut pas le coup pour vivre a plat, pour avoir un bon salon de pont d'ou on voit la mer autour, pour bien filer sans problemes au portant...

11 juil. 2003
0

Je me pose meme pas la question
Pour moi, un bateau, ca n'a qu'une coque et ca gite quant il y a du vent, ca ne ressemble pas a un cour de tennis avec un mat.

D'un autre cote, pour prendre l'apero et faire la cuisine, c'est plus sympa, un cata. Alors je me fais inviter. :-)))

En fait, tout ce que j'ai lu ou vu se resume a:

c'est pas la meme chose et ca ne se compare pas.
C'est comme les femmes, blonde ou brune ou rousse
c'est comme le vin, bordeaux ou bourgogne
c'est comme l'apero, pastis ou whisky

A chacun ses gouts, ses plaisirs

Et Antoine dans son premier bouquin disait qu'il ne croyait pas au cata.... Alors, ca prouve bien ce que je dis....

17 juil. 2003
0

''dessalinisateur'' a tres bon marché!
Avez vous pensé aux DESHUMIDIFICATEURS QUE L,ON TROUVE DANS LE COMMERCE,et qui ne coute que qq dizaines de$$.vous obtiendrez de l,eau douce en petites quantités(10l/jour)Si l,air est suffisemment humide!.....evidemment!

17 juil. 2003
0

multicoque auto redressable
est il impossible en 2003 d imaginer un multicoque,plutot trimaran pour remonter au pres et avoir une barre agreable,qui aurait un mat etanche sufisant pour obliger le redressement?
Maintenant ,on peut continuer a vivre dans les cavernes parce que nos ancetres taient dans des cavernes...

17 juil. 2003
0

multi de croisiere vs de plage
Après un dessalage, pour certains catas de plage, même avec un mat étanche, le poids des coques poussant le mât dans l'eau est suffisant pour faire chapeau (retourné à 180°).

Avec un multi de croisiere ce n'est meme pas la peine d'y penser. Et même si on evite le chapeau, ca nous avance pas a grand chose. Je me vois mal faire du rappel pour redresser le bateau (surtout un tri)

Pour le près, certains tri de course-croisiere, se débrouillent tres bien (bien mieux que beaucoup de quillard), tout en gardant un bon controle a la barre, et dès qu'on abat un tant soit peu ...... c'est magique .... rien avoir avec les faibles vitesses des monocoques de croisiere

Vince

11 avr. 2004
0

et les femme à bord !
Pour ceux qui aurait pris le soin de faire de courtes nav, 3-4 h, et qui, content au mouillage, ont observé la mine de leur douce moitié se décomposer inexorablement, ... on pourrait réfléchir.:-(
La mer, c'est un terrain de jeux pour nous les mecs : faites vos stats, course comprise (et coucher avec Helen ne me dit rien !).
Donc, ne serait-il pas bon de se tourner au moins vers un tri de 9m genre "Challenge 30" pour faire profiter nos belles de la mer, d'un bon près, et d'un confort sympa au mouillage ?
N'êtes vous point tenté de faire un peu attention aux dames que nous aimons, et qui, dans leur très grande majorité, avoue ne pas aimer la voile en mono ?
A vous lire,
JP : qui va bientôt passer sur tri ! :-D

21 sept. 2004
0

Sans oublier la douce et tendre "rompicoglioni"
;-), merci JP, de retour de nos vacances des BVI qui se sont entre autres très bien passées (les petits à bord excellents, notre couple d'amis songe déjà à leurs futures progénitures) nous sommes rentrés en pensant déjà à nos prochaines vacances en voilier, obligé, et je dirais meme mieux à l'acquisition d'une "embarcation", mon mari n'y tenant plus. Notre coeur balance entre le mono et le cata. Eut-il été seul, mon lupo solitario, il n'y aurait pas eu photo, mono....Seulement mon cher et tendre, mari et papa attentionné après notre périple et les regards courroucés de sa moitié lancés alors qu'elle tenait dans les bras mathis de 10 mois bibi et cheveux aux vents sur le pont, margaux 3 ans et demi avec les doigts de pieds :-p et que le voilier se mettait à giter pour mieux filer... (Mon petit gars a tout compris il fait plus frais sur le pont et excessivement chaud en cabine...)C'est le regard triste et contris d'andrea et Nino, qu'ils corrigèrent souvent la route pour nous assurer un confort au détriment de la griserie, en admirant envieux l'allure des autres... Je dois dire que pour tout avouer avec mes enfants à bord je deviens extrement prudente voire meme exagérément prudente cela me joue des tours ajoutez à cela une bonne dose d'agressivité et le tour est joué. Cela dit je me soigne... Au salon à cannes nous avons eu la bonne/mauvaise idée de visiter un cata. Réaction où est-ce qu'on signe ? Bon revenons sur terre. Rien à voir ce sont deux choses diff. Pour une famille cela m'a l'air plus commode. Maintenant côté investissement si vous voulez des chiffres demandez les moi : 45 clipper de beneteau 285000 TTC avec options qch comme ça, cata lagoon 41/Moorings 40 340000/345000 TTC Lagoon 44/Moorings 43 460000/430000 TTC. Nous ne pourrions nous le permettre qu'à travers un programme de mise en gestion pour tout vous dire...Et après la période de gestion, qui va nous trouver deux places au port ? Bon voilà où nous en sommes et pour faire écho à ??? je ne me souviens plus, pardon, la ligne d'un clipper avec sa coque bleu son pont en teck ah la la...Baci a tutti

22 avr. 2004
0

c'est clair !!!
c'est techniquement parlant 100 x mieux qu'un mono
mais c'est IGNOBLE

22 avr. 2004
0

Monocoque : bateau à une coque (deux coques = catamaran, et non bicoque)
"Tri, Cata, Mono, combien de coques ? Le catamaran fait une grosse percée, surtout
sous les tropiques et en partie grâce aux sociétés de location. C’est plus confortable, rapide, mais cela se retourne … et croyez-moi, il y a beaucoup de catamarans sous l’eau entre la
Martinique et St Lucie. C’est pour cela que mes deux Goto furent des monocoques, car en plus
je navigue quasiment toujours en Solitaire, pas le temps de choquer l’écoute de Grand Voile …
Enfin, dans ces prix, environ 30 000 Euros, vous ne pouvez rêver que d’un petit catamaran du
style d’un Edel Cat 33, très léger … un peu trop dangereux pour moi."

Extraits de TT

22 avr. 2004
0

confort a la mer d un tri?
en cas de mer formee,les flotteurs ne sont ils pas source de heurts avec les vagues et donc de confort bien inferieur a un monocoque aux allures de finesse?
un multi peut il etre confortable autrement qu au portant?

23 avr. 2004
0

...ca dépend !
Oui, par Force 10 et mer très formée, ca secoue beaucoup !
D'un autre cote, j'ai, heureusement, fait plus souvent la traversée de la manche avec de meilleures conditions sur un tri de 10m. Et bien oui : c'est vraiment confortable : il se cale sur son flotteur. Bien sur, à 20N, on ne peut pas lui demander la meme souplesse qu'un mono de 10m ! D'un autre côté, si on veut un passage en souplesse dans les vagues, rien n'empêche de réduire !

Comparez les réactions de votre voiture à 50 km/h et à 150km/h (disons plutot 130, que personne n'ait de problemes...) sur une route identique. Le moindre trou dans la chausée ne sera pas percu de la meme manière suivant votre vitesse. En multi, c'est pareil

06 mar. 2007
0

Bus bravo pour la nav
Juste pour mieux comprendre, c'est un 26 pieds ou un 30 pieds ? le vent etait EST tout le temps, vent de terre donc, 40 45 noeuds apparents c'est donc 30 35 en reel compte tenu de votre vitesse

C'est fait par qui ces bateaux ?
Jean

06 mar. 200716 juin 2020
1

tri 8 m par grosse mer
Avec Drop 26 / Challenge 30 acheté en 2005 à un british de Glasgow, et 'ayant pas la remorque de transport homologuée, j'ai fait avec 3 costaud St Malo La Rochelle en novembre 2005 pour rapprocher mon bateau de Toulouse. Bilan : 2 BMS pris sciemment dans la gueule (cf. mon ami "Le Breton").
Le premier à l'ouest de Bréhat, 40-45 n apparents sur une mer très formée, mais très ronde. 5-6 m de creux, peu de déferlante en crètes. Solent et 2 ris, puis 3 (soit 14 + 10 m²), le bateau escaladait les vague avec une facilité incroyable. Une surprise au bon plein.
Le second après la pointe St Mathieu, au largue puis au bon plein, 45 n établis toute l'après midi. On est passé sous GV seule à 3 ris. Pegasus fonçait à 15 n dans une mer encore gentille (vent d'est), et jouait parfois au sous-marin quand il rattrapait les vagues. Puis la mer c'est creusée franchement et à commencé à déferler.
Surprenant comportement : la déferlante arrive, et, au lieu de s'abattre sur le franc bord, le bateau monte rapidement en hauteur : avec ses 1.4 t et si peu de surfasse mouillée, on ne lutait pas avec la masse des vagues, mais Pegasus semblait jouer à "tu ne m'attrapera pas", et se dérobait à la morsure du rouleau.
J'ai rapidement pris confiance.

La fin de l'histoire fut épique et dramatique : devant Le Palais (Belle Isle), la GV est restée coincée, et toujours 45 n qui nous poussait à la côte... J'ai eu peur là. Le 8 cv ne pourrait étaler. J'ai arraché le charriot monté sur bille en tirant de toutes mes forces.
Moralité : changez vos billes dès que possible. Vive l'occasion !

A part ça, je précise qu'un (petit) tri n'est pas fait pour le près dans une mer de faible amplitude. Dans ces situations (comme au pays basque espagnol ou la mer est courte et très creuse, j'ai vite fait d'abattre de 10-15° pour soulager bateau et équipage. Il faut naviguer intelligent, car ces bateaux sont rapides certes, mais pas des chars d'assaut !

06 mar. 2007
0

DROP
26pieds puis pour un different avec l'archi probleme de sous .le drop est devenue le challenger 30 meme bateau il est fabriquer chez naval force 3 a la rochelle bonne finition mais chere

08 mar. 2007
0

Confort du tri à la mer
Vois mon article sur l'expérience de gros temps.
Comme le bateau est léger (1,4 t) il a peu d'inertie pour passer la vague.
On compense alors par la puissance en abattant un peu dès que ça creuse. Je parle de passer du près au bon plein, pas de s'obliger au largue !

22 sept. 2004
0

Poids et finesse
Bonjour

Pour le confort , comme le dit Cedric , il y a le facteur vitesse a prendre en compte . Ne parlons pas du portant ou tous les bateaux sont assez confortables .

Au pres , un cata ne fait pas le meme cap qu'un mono mais a une vitesse superieure ; allant plus vite , le choc avec les vagues est un peu plus fort mais ayant un angle au vent superieur , l'angle avec les vagues l'est souvent aussi ce qui permet de passer mieux .

Ensuite , c'est comme avec les monos , la forme des coques a une assez grande iimportance : des coques fines passent mieux ne tapent pas , ne ralentissent pas. Les coques de ces catas tres habitables ne vont pas du tout dans ce sens .

LEs catas agreables en mer sont les Freydis , et plans Lerouge , Outremer ou Boheme , Luscher , MCM...
Dans une autre mesure , car un peu trop lourd , les Nautitech , Edel ( je n'ai pas essaye ) sont de la meme veine en plus calme .

26 fév. 2008
0

Cata Edel : quelques éléments de vitesse
Pour info : Compte rendu sur la vitesse Edel Cat 38

Je précise que les Edel sont des catamarans de croisière absolument pas optimisé pour la vitesse. Je suis certain que des Lerouge ou Outremer sont plus rapides.

"A 110/120° et 30 nds réels,(avec de la mer ) sous GV 1 ris , vitesse similaire à un Figaro 2 durant une heure.
Au louvoyage dans le Solent à 55/60° du vent et 25 à 35 nds, ( GV 1 ris ) vitesse 8 à 9 nds.
VMG supérieur aux Figaro 2 que nous croisions.( Course des Falaises )
23 h arrivée à Cowes avec la tête de la flotte.

A noter que, partis du Havre le matin en même temps que la course des Figaro par un vent faible, nous avons donc mis le même temps.( 14 h )

26 oct. 2004
0

incomparable
effectivement!!! tout est une affire de gout, de programme, de coût...
Et on ne peut pas comparer des bateaux qui sont si différents!!
même entre les monocoques.. un quillard est il comparble à un DI? il y aurait les mêmes débats!!

La question ne se pose pas comme cela. Multi ou mono! c'est stupide.
chacun connait les différences, les point sforts et les points plus faibles.
la méme qui traine aussi sur HEO.. le bateau idéal? stupide autant que dire la voiture idéale!!! Un jour cela sera un breack diesel 7 place, un autre jour un 4x4, une autre fois une sportive....

Mais : qu'est ce que je cherche à faire ?, quand? avec qui?, et avec quel budget?

26 oct. 200416 juin 2020
0

Comparons ce qui est comparable
Si on fait un rapport volume/prix --&gt un mono de 45 pieds = cata de 37

Si on fait un rapport performance/prix --&gt un mono de 45 pieds = cata de 37

Si on fait un rapport confort/prix --&gt un mono de 45 pieds = un cat de 37 pieds.

Si on fait on compare le rpix d' entretien--&gt un mono de 45 pieds = un cata de 37 pieds

Si on fait on compare le prix d'une place au port--&gt un mono de 45 pieds = un cata de 37 pieds

Comparons donc un mono de 45 pieds et un cat de 37 pieds voulez-vous ? :-D

Et ne m'en voulez pas si vous pensez qu'un cata de 37 pieds ça se compare à un mono de 42 pieds, seule la méthode est à retenir ;-)

26 oct. 2004
0

et dans ce qui ne devient plus comparable....
les difficultés d'entrer dans n'importe quel petit port,la maintenance du gréement(ça use bien!)et l'usure du dit gréement,assez rapide,et parfois imprévisible!
après,tout n'est question que de programe et d'envie de le réaliser de telle ou telle manière!!!
jacquot

26 oct. 200416 juin 2020
0

Ben c'est ce que je dis
la difficulté de rentrer dans un petit port avec un 45' mono ou un cata de 37' (plus manoeuvrant quand même),
Quant à l'usure du gréement : après 10 ans, rien à dire sur le mien : rien constaté, mais ça doit faire partie de ce qui se dit (comme pour les portes de cabines qui se voilent :-D ). Mais c'est certain qu'il me coutera le gréement d'un 45' mono (normal non :-) ? ).

Non, même en cherchant bien, à usage identique,....

26 oct. 2004
0

voir photo 3 posts au-dessus...
Serait-ce... Miss Belgique 2004 ? :-D :-D :-D

27 oct. 2004
0

Joli rayon de soleil
attend quelle soit bronzée, c'est un canon :-)

09 nov. 2004
0

Y a t'il des propiétaires de MOUSTIC (penduff) par ici ?
Bonjour, :-)
Je suis très intérressé par ce petit dériveur intégral avec un lest liquide www.voilic.com[...]tic.htm
qui me permettrait de faire de la randonnée aquatique ;-) en méditérranée ... mais les proprios de Moustic on l'air d'être très rare (2 ...), le chantier PENDUFF (calvados) semble ne plus exister , pourtant il semblait promis à un brilliant avenir isuisse.ifrance.com[...]995.htm
est-ce que cetain d'entre vous ont possédé un Moustic ?

09 nov. 2004
0

exemple
dans le sens d'evenk:
il y a un fountain pajot de 38" a vendre barcares: il en demande 70000
les amenagements sont rien moins que spartiates, en gros pour 4: les deux cabines sont dans les coques, et ne communiquent avec le carré que par des descentes de cockpit!
pour ce prix la on peut avoir un sunkiss de 45" amenagé super confortable pour 6 ou 8!

02 mar. 2005
0

le tri ?
je pense avoir trouvé mon bateau idéal le trimaran ! j'ai commencé la voile par un dart 18 cata de sport devenu trop sport, puis un first 210, on sabrait le champagne lorsque l'on dépassait les 6 noeuds, puis pleins de pb suite à la mauvaise qualité de l'accastillage, du gréément, des voiles, du système de dérive relevable fragile ! je passe au cata corneel 26, super, rapide, facile d'entretien mais près à 55°, et très spatiate, on faisait coque à part avec madame, et maintenant j'envisage le trimaran dragonfly 920, 37° au près, bras repliables comme un mono, mais comme quoi la vie est mal faite, son prix est déraisonnable !
pt'it lu

03 mar. 2005
0

changmei 27
Renseignes toi chez multisailing, ils commercialisent, ou ils vont commercialier un trimaran de 8m50 au alentour de 60 k€ neuf avec mat carbone le changmei27.

cmyacht.ebigchina.com[...]36.html

Je suis d'accord avec toi le dragonfly 920 semble plus sympa, mais je préfére encore le seaon96, mais on ne parle pas des mêmes budgets.

www.seaon.se[...]/

Bonne recherche à toi

08 mar. 200716 juin 2020
0

Prix d'un tri de 8 m
Comme je l'ai déjà écris, avec 60 K€ on peut avoir un Drop 26 / Challenge 30 d'occasion.
C'est le même bateau.
Le 30 a un safran à l'extérieur du tableau, et une delphinière.
Le mien, Pegasus, fait 26 pieds à la coque, safran sous la jupe, mais je l'ai rallongé de 4 pieds avec un bout dehors en carbonne télescopique (génial, et esthétique !). Fait-il donc 30 pieds aussi ?

Je conseille vivement, comme l'ont écrit d'autre matelot ici, de bien définir le programme, et surtout, de demander honêtement l'avis à ceux qui vont partager les nav, par exemple sa femme ou sa compagne !
Regardez comme les pontons sont peuplés de barbus...

Ensuite, il y a la qualité et la sécurité.
Pegasus est mon premier tri. Certes Dragonfly est réputé. Farrier a aussi fait ses preuves.
On est dans les mêmes prix que le Challenge 30 de Naval Force 3.
Pegasus, dans du gros temps, m'a complètement éblouit. Et son échantillonnage semble excellent.

Ensuite, tout se joue sur l'eau.
Le bémol est réellement l'habitabilité des tri. Il faut être organisé dans l'avitaillement, ranger en permanence à l'intérieur, et se désabiller ..; chacun son tour dans la coursive.

J'insiste sur le confort et la sensation de sécurité : combien ça vaut ?

Dernier point que je redévelopperai : la place au port, le port "à sec" sur remorque, le mouillage, et la transportabilité.

08 mar. 200716 juin 2020
0

Pegasus est-il un tri de 8 m idéal ?
Un passé de régatier sur dériveur à 17 ans, une construction amateur de 12 t d'acier à 19 ans - un break, des locations, puis il faut se décider : mono de 11 m, ou tri de 8 m... ?

Car en effet, le budget est ... le même : pour 60 K€, c'est au choix.
C'est sûr que le passé en compet me donnait un peu envie d'être devant et sou stoutes les allures : donc un tri. Mais surtout, c'est l'attention porté à ma femme qui l'a emporté : si tu es voileux, par 20° de gîte, tu es bien partout. Mais ta femme, elle est comment pendant 5-6 heures ?
Tu choisis chérie :
- 3 cabines double + grande cuisine + 20° de gîte
- 1 cabine double + petite cuisine + 4° de gîte + 2 trempolines

Moi, j'avais eu la chance (merci Gérald et Samuel), d'essayer le tri par 35 n, et de voir son exceptionnel passage à la mer.
Elle, après 1 h. d'essais gentil, m'a sortit un de ses plus beaux sourires :
- ne pas être cantonné dans le cockpit
- avoir un large pont toujours disponible
- avoir un sentiment de sécurité énorme grâce à l'absence de gîte

C'est sûr qu'une fois que tu as couché les gosses dans la cabine arrière, tu baisse la table du carré,et, en fait, tu as une super cabine, immense, ... café au lit tout près le matin au réveil !

Pour être précis sur ce dernier point : il faut bien s'entendre pour vivre proche, avec peu de rangements, et faire passer le confort à la mer avant le confort au port.
Sans oublier le confort au mouillage : absence de roulis... un régal !

30 août 2005
0

multi multi multi
:-D :-D
le choix d'un bateau depend de deux choses essentiellement: le budget et le programme.

je navigue depuis dix ans sur multi (corneel 26) et qqs location de caravanes (venezia, athena, feeling486)et pour moi,la reponse et claire: pour un programme famillial, nombreux à bord : le multicoque.
les enfants ne sont pas ou peu malades, ils peuvent jouer en mer comme à la maison, on arrive plus rapidement à destination, on dispose d'une annexe rigide, de kayak... directement accessibles. mais, il faut adapté son programme à la météo (pour privilégier le portant)et accepter de faire un peu de moteur (proche du vent), de ne pas trop dormir dans les ports( c'est cher)...

le bateau idéal existe:
c'est celui dont on dispose!
bon vent!

30 août 2005
0

Newick
Dick Newick, architecte de trimarans absolument fabuleux disait : pour un voilier, sur 3 qualités principales (le confort, la vitesse, le faible coût) on ne peut en avoir que 2.

Avec un bon trimaran (par ex Dragonfly) on peut avoir les 2 premières. Question de budget. ;-)

Ben

25 juin 2007
0

Le catamaran en dehors des zones tropicales ???
Bonjour,
Je cherche des témoignages de personnes qui auraient naviguées au nord ou au sud en cata...
Réponses, merci

26 fév. 200816 juin 2020
0

50 noeuds sur Drop 26... et 12 noeuds à sec de toile
Dernière news pour les chercheur de multi ...
He oui, un tri transportable, ça permet de passer de l'Atlantique, à la "douce" Méditerranée. Et la belle a une réputation à entretenir.
Après un petit solo de 100 m entre Port La Nouvelle et Marseille (exquis ce tri seul !!!), traversée avec femme et enfants (11-14 ans) direct sur Ajaccio, 200 m.
Départ à 16.00 dans une fin de coup de Mistral, avec du bleu partout, et le sourire, normal, c'est le début des vacances !
A 21.00, après une molle, c'est repassé à 30 n. Pegasus au portant n'a pas besoin de ris avant 35 n. On est heureux.
A 23.00, on est à 45 n établit.
De minuit à 4.00, le vent pile sur l'arrière, cap au 120°, oscille entre4 45 et 55n, des fois 60 (sûrement un pb électronique !)... Mais quand tu sens le vent qui te pousse à te faire tomber alors que tu es assis dans le cockpit, là, tu sais que c'est gros.
Et la mer d'ailleurs, et devenu très grosse, et si belle.
Va pour le 3ème ris dès la première rafale à 50n. J'affale. Au pied du mat, alors que je prépare la bosse du 3ème ris, je vois le bateau qui file encore, et je pose la question à Helena, ma femme "tu marche à combien ?" : 12 n.
OK.
Retour au cockpit "on continue comme ça" lui dis-je, avec les deux dernières lattes de la tête de GV qui dépassent du lazy bag.
Le bateau est absolument INCROYABLE de stabilité à tous moments. La crête de vague arrive, ça déferle, Pegasus se soulève immédiatement, et le rouleau passe sous le bateau. On est dans la mousse, par une nuit sans lune. C'est géant. Et ce bateau qui se joue des vagues, et ma femme qui assure, en confiance !

Non franchement, je suis scotché par le comportement marin de ce Drop 26. Samuel Boudon, le patron du chantier Naval Force 3, m'avait dit "c'est un petit bateau, il ne faut pas aller trop vite sur la vague" - je n'ai pas oublié, et tout c'est bien passé.
Le comportement de 3 coques légères dans le creux et dans la brise, c'est stupéfiant.
Il me semble que ne pas charger le bateaux, rester léger, contribue grandement à un comportement sain et donc sécurisant.
Après farniente aux Lavezzis bien mérité !

27 nov. 2009
0

Drop 26
Bonjour,

Comme beaucoup surement, je suis très intéressé par les trimarans repliables, mais pour un budget de 50 à 90 k€.
Après de nombreuses recherches, chez catri, tricat, corsair, naval force 3, dragonfly, virus... je me suis arreté sur le corsair 31, le corsair 27, et le drop 26, avec une grande préférence pour ce dernier.

Le problème est qu'il semble qu'il y en a très peu en navigation...et très peu d'occasion. (1 seul)
Vous qui en avez un, comment le compareriez vous au F27?
En terme de performances (vitesse), je ne trouve nulle part de témoignage...

Comment se passe le matage/dématage, et combien de temps et de personne faut il compter?

Mon programme Serait le suivant:
le bateau rangé à la maison 6 mois par ans pour bricolage/amelioration/réparation
Le bateau plié maté en port à sec pendant 6 mois.
Je souhaiterai ainsi en faire au maximum le week end et les vacances pour apprendre un maximum, avant de partir pour plusieur mois, avec le même bateau.

Salutations

vicnent

14 fév. 201016 juin 2020
0

Choix du Drop 26_Challenge 30 - F27 ?
Je n'ai pas navigué sur le F27. Je te recommande sur ce forum d'aller voir les très bon post de la rubrique "multicoques", où certains parlent de comparatifs.
Pour ma part, je vois 2 différences au vue des photos et des plans au profit du Drop/Challenge :
- bien plus grande habitabilité (hsb 1.90 - vraie cabine arrière, beau petit carré pour 6, belle salle de bain)
- sans doute meilleur confort dans la brise (bras crossés et bien plus haut que ceux du F27 &gt donc pas d'explosion de paquêts de mer sur le bras - ESSENTIEL)

La vitesse sur mon Pegasus, Drop 26, est très appréciable. Sans doute plus lourd que le F27, je pense que le Drop est moins performant par tout petit temps. Par contre, le Drop est un bateau exceptionnellement sûr dans le gros mauvais temps. Et si tu compte partir longtemps, tu va t'exposer un jour un peu au large, et là, on ne parle plus de perf des multi... Il faut étaler sans se faire trop peur. Le Drop assure merveilleusement bien ici.

Pour ton usage, je te mets en garde sur l'usage "au WE". Si tu envisage de stocker en port à sec pour une mise à l'eau le WE, il faut absolument éviter d'avoir à gréer pour un WE. Car en théorie, il y a sur le Drop un équipement permettant de mâter seul. Je n'ai jamais eu la moindre envie de le faire, avec un mat alu de 12.25 m qui doit peser ses 80 kg... Donc j'ai toujours utilisé la grue pour mâter. Le pied de mât se fixe avec une tige sur l'avant du mât (permettant l'articulation pour mâter soi-même). Mais une fois posé le mât par le grue, tu fixe la tige d'immobilisation au pied de mât, puis l'étais, puis les deux bas-haubans. C'est rapide pour mâter, env 20 min, mais par contre, comme sur tous bateaux, le démâtage est beaucoup plus long (40 min). Tu peux être seul pour les deux opérations, mais c'est mieux à deux (surtout pour le démâtage).

Il une vingtaine de Drop_Challenge de construits, et il n'est pas rare d'en voir d'occasion. Je te conseille de contacter le chantier car ils suivent souvent leurs bébés (NAVAL FORCE 3, Samuel Boudon 05.46.45.04.15 à La Rochelle). Je ne vends pas mon Pegasus auquel je m'attache trop !

Côté budget, la côte de l'occasion semble bien être autour de 60 000 €. Ca les vaut bien pour un bateau qui "vit" à terre et qui donc ne vieillit pas côté coque. Lorsque j'ai acheté Pegasus en 2005, j'ai changé le mât de 11 m pour celui de la version "racing" de 12.25 m, et j'ai mis un jeu de voiles neuves en laminé avec un très beau genaker de 38 m². Il me semble essentiel d'investir dans de belles voiles (plus de perf par petit tant, et plus de sécurité dans le baston). Essaye de prévoir ça dans ton budget.

Dernier point, je t'encourage particulièrement à apprendre à naviguer avec ce type de bateau, car, si comme moi tu passe du mono au tri, tu va être perturbé au début et surtout dans le mauvais temps ! ... Mais dans le bon sens ! Bonne chance.

09 mar. 2010
0

multi ou mono pourquoi pas les deux?
bon effectivement les deux en même temps ça va être difficile, mais étant sur le point d'investir pour une année en mer,et remplacer mon "jouet" j'hésite encore entre un multi 38 pieds (lagoon, athena,antigua etc)ou un atoll 43alors si quelqu'un peut m'aider!.......

02 déc. 2010
0

Du mono au tri
J'écris depuis peu sur Héo d'où le décalage.
Pour contribuer aux réponses que la question je peux dire comment on passe du mono au tri.
Ayant peu d'eau dans les pertuis de la Rochelle (marées et peu de fonds) nous envisagions d'abord avec ma moitié l'achat d'un feeling 346 DI. Sa réputation, son confort n'étant plus à faire, il nous rester à trouver l'oiseau rare à un prix correct.
Nous avions donc décidé d'oublier la vitesse de notre first pour profiter du cabotage.

Jusqu'à ce que Samuel Boudon nous propose au Grand Pavois d'essayer un Challenge 30.
Quand l'occasion s'est présentée en novembre il y avait près de 25 nd. Mais la vitesse et la sécurité ressentie nous ont rappelé que le plaisir d'aller vite et surtout le temps étaient des facteurs importants à considérer.

Soit on a de grandes disponibilités et le temps ne compte pas et le mono convient. La vitesse n'est alors qu'un jeu. Soit il est compté.
Pour nous qui jouons toujours avec les marées, c'est une donnée incontournable.
Arriver avant la marée basse, avant que les portes du port ne ferment, arriver avant la nuit pour ne pas mouiller dans un endroit inconnu sans bien voir, partir plus tard pour éviter le réveil de nuit.
Les week-ends et même les vacances ne peuvent s'allonger. Alors si on cherche à élargir son aire de jeux et rayon d'action pour ce type de timing, il faut aller vite.
Enfin, si on veut éviter les pires conditions, il faut encore privilégier la vitesse.
Or les mono DI qui vont vite, ne sont pas légions.
Les seuls mono à aller vite ont tous des appendices qui les rendent incompatibles avec un vrai programme de cabotage. Seuls les RM offrent un compromis mais avec un tirant d'eau très pénalisant.
Enfin les monos sont larges donc intransportables aisément.

Nous ne voulions plus nous cantoner éternellement à une zone de navigation qui finit par être restreinte.
Découvrir de nouveaux coins par la mer fait partie des attraits de la mer. Le tour de France de Voile et Voiliers donne à tous l'envie d'aller voir plus loin.

Quand on fait le compte, vitesse, faible tirant d'eau et "transportabilité", seul le tri repliable réunissait les qualités nécessaires.

Si maintenant on cherche un tri confortable alors il nous restait les Dragonfly, et si on veut privilégier la sureté alors c'est le Challenge 30 qui s'impose.

Les défauts majeurs sont l'espace intérieur, car à l'extérieur on profite de l'espace d'un multi et les manoeuvres de port.

En fait sur un bateau comme cela, tout se passe bien si on apprend à le connaitre. Bien que ce soit très simple à manoeuvrer, notamment avec le foc autovireur, il faut avoir une approche sur mesure. Chaque manoeuvre est simple si elle respecte un protocole précis. L'exemple est le dépliage des bras. 5' ou beaucoup plus si on ne fait pas les choses dans le bon ordre.
Bref quand tout est bien réglé et pour ainsi dire bien ordonné, alors l'espace n'est pas un pb.
Pour les manoeuvre de port par vent fort, alors il faut avoir le coup, c'est à dire ne pas hésiter à aller fort pour avoir toujours de l'erre. C'est un point commun avec le TS 50. L'avantage du CH30 c'est qu'avec 1400 kg l'inertie et l'energie est raisonnable.

Mais cet apprentissage, est rapide et sans grande importance en comparaison avec le plaisir et la polyvalence de ce type de bateau.

05 déc. 2010
0

oui,
le pliage/dépliage du Dragonfly est très facile; je naviguais souvent en solo, des sorties d'une après-midi ne me posaient aucune difficulté; seule condition : avoir une eau calme au moment de plier, je n'appréciais pas du tout le passage des pêch'prom entrant plein pot au port...

05 déc. 2010
0

repliage
en ce qui concerne les D, c'est une opération facile mais qui prend du temps. Sur les Drops, ça ne me paraît pas beaucoup plus compliqué mais prend du temps également.
Le faire dans une eau calme change beaucoup le problème.

Plier et déplier à chaque sortie est pesant lorsqu'on sort beaucoup, je trouve. Si c'est dans un lieu fréquenté il faut imaginer en solo qu'on est pas mal occupé pendant tout ce temps, et donc moins disponible pour les autres manoeuvres.

Ensuite, amarrer un Drop replié (ou un Farrier) ne me semble pas aussi facile, l'appui sur les flotteurs ne me semble pas aussi rassurant que sur le D, enfin les salissures demandent à mettre de l'antifooling sur le coté des flotteurs qui se salissent cependant ce qui n'est pas bien esthétique.
Par contre les D repliés sont plus longs, et si le port vérifie la longueur, le coût de la place sera différent. Ici, c'est presque aussi cher plié que déplié.

Enfin rentrer dans un emplacement de mono ne doit pas être trop simple si le vent est traversier car ces bateaux sont très volages. La rotation du moteur avec la barre me paraît être un point très important.

12 déc. 201016 juin 2020
0

Repliage sur D26-CH30
Il faut que tu te rende compte par toi-même, car ce n'est jamais si facile qu'on aimerait le dire.
Sur Pegasus, Le premier floteur c'est vraiement très facile et très rapide, notament tout seul.
Pour le second floteur, c'est plus délicat et il faut de la méthode. C'est donc plus long. Il faut savoir jouer avec la bastaque sur le floteur.

Personnellement, je ne ferai pas cela tous les AM ! ;-)
Il est évident que les floteurs du D doivent être (je n'ai pas testé moi même)beaucoup plus commodes au port, tout simplement parcequ'ils sont "à plat". Donc facilité à accrocher les parrebat, etc.

Par contre, pour avoir vu le travail de mes floteurs tout arrondis sur le dessus (comme les tri de course) dans le gros mauvais temps, je n'aimerai pas avoir une coque au pont plat qui passe sous la vague et qui fera résistance donc pour refaire surface... :-(
On appelle ça l'effet "croche-pied".
Rien n'est parfait !

L'idéal avec un CH30 serait d'avoir une place en 4 m, ce qui permet (photo) de ne replier qu'un seul floteur ! :-p

14 déc. 2010
0

Il y a aussi le floteur "au vent"
En effet, je revois aussi tant de foisle floteur au vent subir les déferlantes, et là encore, c'est sans doute un plus appréciable que d'avoir une forme bien arrondie pour que la masse d'eau fasse "le tour" du floteur avec le moins de résistance possible. :-)

Merci pour tes explication toujours aussi précise sur l'étrave et le volume de la coque. Ceci concerne le travail "en avant" en "en portée" sous la coque.
Avoir une moindre résistance au paquets de mer "dessus" me parait juste un plus.
Mais tu as bien raison, au passage, de commenter la puissance de la coque et sa capacité à porter la pression des voiles.

J'ai posé un jour dans le train une question à Pascal Bidégory : "quelle est la limite de gite sur un petit tri ?"
Réponse de Pascal : "moi, ce qui m'ennuyais, c'était quand le bras se retrouvait dans l'eau, parceque là, ça freine beaucoup le bateau"...
No comment !

Qu'est-ce que la notion de "couple à piquer" que tu évoque ?

05 déc. 2010
0

repliage trimaran (drop 26 par exemple)
Bonjour,
Envisageant moi-même un passage prochain du mono au multi, je lis avec interet tous vos posts.
Différentes recherches viennent à m'orienter vers un tri repliable et je m'interesse particulièrement eu Drop 26.

Une question reste malgré tout fondamentale pour moi : la facilité de la manoeuvre de repliage. En effet, le bateau serait amarré dans une place de mono, je navigue très souvent en solo et toute l'année, j'aime sortir pour quelques heures ou une après midi. Il faut donc que je sois sûr que cette manoeuvre puisse effectivement se faire facilement et rapidement seul sans se retrouver à dériver dans un avant port encombré !
Même en croisière, j'aime aller dans de petits ports et il faudra donc que je replie seul rapidement !

Certains me disent que dans des conditions idéales, les 2 mn annoncés par les vendeurs sont réalistes mais que dès qu'on charge le bateau et qu'il y a du vent, c'est plutot 20 mn de stress !

Qu'en est-il ?

Un repliage à l'horizontal type Dragonfly n'est-il pas alors plus facile et sécurisant ?

Cordialement

13 déc. 2010
0

non
je pense que c'est un faux problème que ce dessus de flotteurs plat.

J'ai déjà planté le flotteur sous le vent, et n'ai jamais eu le souci de la remontée. Le danger c'est le basculement sur la diagonale, si le point de non retour passe c'est la même chose que sur tout tri, quelque soit la forme du dessus; le souci est la forme des flotteurs de l'étrave, de leur volume et du positionnement de ce volume et de la coque en dessous et sur l'arrière, . S'il ne passe pas le point limite, il reviendra quelque soit la forme du dessus du flotteur.

Quand le flotteur passe dans la vague, tu vois très bien le flot de l'eau partir tranquillement sur l'arrière du flotteur.

En fait, c'est beaucoup plus compliqué que la simple évacuation de l'eau dans le cas d'une remontée en surface à vitesse nulle. Il faut en plus de toute façon prendre en compte le couple à piquer, bien plus important que le petit effet hydrodynamique de la forme du dessus des flotteurs

15 déc. 2010
0

Frein
c'est très marquant au près, on voit la chute franche de la vitesse lorsque sur-toilé le flotteur s'enfonce exagérément dans l'eau. Rien d'inquiétant mais une fatigue du matériel inutile. La seule difficulté étant d'accepter ce sur-toilage momentané dans les surventes en les accompagnant si possible à la GV, pour ne pas être un peu sous-toilé dans les molles.

La difficulté est plus grande au portant, lorsque la vitesse augmente constamment, et que l'étrave du flotteur sous le vent entre et ressort en permanence. Un rafale un peu plus forte, une concentration un peu légère, un choqué un peu lent....

Dans ce cas l'entrée du bras dans l'eau est vraiment ultime et le signal fort qu'il faut faire quelque chose si on ne veut pas finir comme beaucoup de ces coureurs (souvent non propirétaires :-() à l'envers.

20 mar. 201016 juin 2020
0

le summer twins
depuis que je "plaisance" je n'ai eu que des mono deriveurs integraux ou lestés de 5.5 à 15m
la mobilité devenant restreinte j'ai eu envie d'un cata mais je ne voulais pas plus de 10m pour des raisons d'abord fiancieres et aussi de manoeuvres les gv sont souvent monstrueuses .
et puis il est venu à moi l'année derniére au mois d'aout .le summer twins 28 petit cata de voyage avec un grement a balestron aussi grand à l'interieur qu'un 12m moderne avec tout le confort meme un dessal .
parlons du grement ,pas de winch sur le pont seulement un self tailing pour hisser la gv et prendre les ris,les virements de bord se font uniquement en s'occupant de la barre avec une seule ecoute pour tout controler et il marche aussi bien qu'un mono de 12m .
le systeme à "coussin d'air" qui comprime l'air entre les coques ,il n'y a pas de trampoline,est très efficace à part au prés serré 50° du vent apparent il ne tape jamais .
l'amenagement :deux cabines avec lit de 140X210
une SDB avec douche et 2.2m de HSB ainsi qu'une cuisine digne d'un grand cuistot avec congel
et un carré pour 6/8

et surtout un petit diesel de 18cv avec une embase orientable qui remplace avantageusement le propulseur d'etrave qui se releve à la voile pour supprimer la trainée .
j'ai trouvé mon bonheur à part le prix des places de port équivalent à un 12m .

03 déc. 2010
0

à part que
"le confort à l'escale: les escaliers intérieurs, inévitables entre coques et carré, peuvent être largement aussi fatigants à la longue que les marches de descente d'un bateau classique."

Sans doute, mais les descentes de monos de 14m sont souvent plus profondes, et surtout on passe moins souvent du carré aux cabines que du cockpit au carré.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (193)

novembre 2021