Mon pilote: crise d'adolescence ou sénilité?

Si mon « nouveau » bateau acquis il y a trois ans me convient parfaitement sur le plan marin, son électronique redondante et tenant de l'usine à gaz me fait perdre mes derniers cheveux . Ses particularités se révèlent de façon aléatoire et le fait de n'ayant jamais pu avoir le moindre contact avec l'ancien proprio n'arrange rien.
Voici la dernière farce :
Le pilote (ST6000) se commande avec le boitier carré habituel, situé sur la barre. Il se met en ou hors tension par un interrupteur du tableau électrique qui comande également le loch et le système vent. Facile !
A la table à carte toutefois se trouve un autre switch estampillé « Autopilot » et orné d'un voyant rose. Si je le pousse, son ressort le fait revenir avec souplesse, mais si je le tire, le boitier de commande carré du st6000 hurle en affichant « NO LINK » et, temporairement, la flèche qui symbolise le courant sur mon traceur s'épaissit !!
Vous l'aurez compris, le pilote est cablé avec une connexion à mes traceurs (Raymarine Lighthouse series), dont celui de la barre est l'esclave de celui de la TàCartes. Moi, je suis l'esclave de tous...
Bon... jusqu'à peu, tout cela ne m'a pas gêné mais depuis quelques jours , il devenait aléatoire de passer de AUTO à STANDBY, le pilote restant sur Auto.
J'ai trouvé alors à le mettre sur stantby via le traceur qui a un bouton idoine pour cela... mais dont je n'avais jamais eu besoin.
Il se trouve maintenant que : je peux enclencher le pilote via le traceur et lui faire conserver le cap en cours. Je peux également le remettre en STBY. MAIS : le boitier de commande carré ne répond plus à aucune sollicitation et les traceurs, s'ils affichent le cap en cours et le statut « en veille » ou « auto », affichent également la mention « verrouillé » et ne me permettent aucune modif du cap ni accès aux autres fonctions du pilote en mode auto. Le menu « configuration » du traceur ne m'a pas aidé jusque là.
Moi, j'aime le matelotage, l'époxy et la manoeuvre en général mais dans ce domaine-là, malgré 43 ans d'embruns salé, je sèche !
Alors si l'un de vous a l'indulgence suffisante et une ou deux bonnes idées, je suis preneur, avec Gratitude, tel qu'est nommé mon canot'...

L'équipage
06 juin 2022
06 juin 2022
0

tu achète un tabouret de bar et un fouet ,tu te déguises en dompteur ,tu vas voir tes animaux bizarres vont t'obéir ,je ne vois que cette solution
ou alors tu jettes tout à la poubelle et monte un régulateur d'allures
bonnes navs


koechel:J AI un régulateur d allures...wind pilot Pacific...et cela m évite la crise furieuse·le 06 juin 11:34
06 juin 2022
-1

La fonction la plus importante d'un PA est de pouvoir instantanément avoir son total contrôle
pour pouvoir le débrancher et libérer la barre. Tous les branchements réalisés doivent impérativement garantir cela. La capacité à suivre une route définie sur un traceur est certes pratique mais ne doit en aucun cas perturber la possibilité de garder le contrôle du PA qui n'est pas un jouet mais une aide à la navigation. Etre esclave d'un automate c'est la négation complète de la sécurité en navigation pouvant conduire à des problèmes majeurs.
Toutes les pannes électriques ou électroniques sont possibles.
Un régulateur d'allure est très fiable, suit le vent, et n'utilise pas l'électricité.


koechel:Bien.. cette philosophie moralisatrice m est vraiment utile. Tu devrais apprendre à lire le 2e degré entre les lignes. Ai toujours un régulateur d allures à l arriere et mon Freiberger bien soigné ... !·le 06 juin 11:37
06 juin 2022
7

Ca n'a pas raté!
Quelqu'un demande un conseil en électronique et on lui dit que ce n'est pas ce qu'il lui faut...
Mon pauvre Koechel tu n'est pas plus avancé, et ce n'est pas moi qui vais t'aider.
As-tu pensé à revendre ton bateau, source de problèmes, pour t'acheter un vélo? Pas de panne et ça entretient la forme ;-)


06 juin 2022
0

As-tu nettoyé toutes les connexions avec une bombe de produit nettoyant contacts?


06 juin 2022
0

Sur le pilote raymarine du 48 pieds, les ST6000 sont reliés à l'entrée seatalk du pilote mais j'ai ajouté un interrupteur à deux positions pour pouvoir isoler le pilote de tout le reste du réseau seatalk quand il y a un problème. Cela arrive parfois. Par exemple, quand la calibration du compas fait qu'il y a un écart important entre le cap du fluxgate et le COG du GPS, le pilote décroche systématiquement.

Si on veut que le pilote refonctionne rapidement, il suffit d'ouvrir l'interrupteur. On ne peut alors plus utiliser le mode vent et le coupler au traceur en attendant de refaire une calibration et un alignement du fluxgate.


06 juin 2022
0

Interessant! Merci de cette info car je ne tiens pas du tout à ces interactions tous azimuts. Vais m intéresser à cette piste..


Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Ouff! bientôt rentré à Bonifacio......

Souvenir d'été

  • 4.5 (131)

Ouff! bientôt rentré à Bonifacio......

novembre 2021