Mise à la masse...

Bonjour à tous,

Je suis en train d'analyser les besoins en électricité de mon bateau en construction, et réaliser le schéma électrique.
J'ai lu les forums, le HS de loisirs nautiques, etc... mais je ne trouve pas réponse à trois questions :
- comment se gère la mise à la masse des équipements (pompe, ...)? Tous les circuits publiés montrent le câblage (+) et (-), mais jamais la masse. J'imagine mal chaque appareil relié à un boulon de quille...
- parallèlement à ça, si je veux utiliser des câbles "marine marchande", constitués de 2 ou 3 fils, je ne comprends pas comment gérer les connections au tableau, interrupteurs et fusibles...
- unipolaire ou bipolaire?
Pour info, construction en CP...

Sans jeu de mots, merci de votre "éclairage"

Albert

L'équipage
07 nov. 2009
07 nov. 2009
0

A la masse...
Hello,

En fait, il n'y a que très peu d'équipements à bord qui nécessite une masse. Sur mon bateau, il y a seulement l'éolienne Air X Marine, le radar (mais je suis pas sur que cela soit obligatoire) et très important la BLU. Pour le reste pas de masse (y compris la VHF). Je ne connait par contre pas le meilleur moyen de faire une bonne masse sur un bateau en CP.

Au niveau du câblage, si tu as des câbles avec trois fils, alors tu n'utilise que deux fils.

Pour les disjoncteur et interrupteur si tu choisis de l'unipolaire, il faut simplement relier l'ensemble des tes "-" via une ligne de borne de connexion.

Bon câblage

Benoît

07 nov. 2009
0

la masse
compte tenu du matériau de construction (isolant), il est recommandé de relier à la masse l'ensemble des éléments métalliques qui sont en risque de corrosion galvanique.
La tresse de masse qui relie entre eux ces éléments est elle même reliée aux anodes sacrificielles externes.les "moins" des batteries sont également reliés à cette masse.
Citons parmi les éléments les plus importants: le moteur, la vanne de passe coque, les réservoirs si ils sont métalliques etc...
Pour la BLU il faut utiliser une plaque de masse spécifique, non reliée à la tresse de masse, destinée à améliorer la transmission.

07 nov. 2009
0

wilfrid
Si je te comprends, je relie un boulon de quille à une "tresse", celle-ci étant reliée aux équipements à risque? Et je relie cette tresse aux (-) de toutes les batteries???

08 nov. 2009
0

yes et aussi
aux anodes.
une précision concernant ton "boulon de quille".
sur mon bateau, ils sont reliés à la tresse de masse car il ne sont pas isolés. parfois les boulons de quille sont noyés dans la résine et alors pas de masse pour eux.
Ta remarque me laisse penser que tu considère tes boulons de quille comme une bonne masse.
c'est vrai si ils sont en contact avec l'eau de mer sinon, la meilleure masse est celle de l'arbre d'hélice.

08 nov. 2009
0

Est-ce pour cela....
Que sur mon bateau, le réseau 'principal' de tresses part des cadènes de haubans, puis à la carcasse du moteur ?
Quant au réseau 'secondaire', il repart du moteur et va à la quille, mais via un 'machin' dont je n'ai pas pu avoir la fonction (même par h&O !) et de ce 'machin' repart à un boulon de quille. Le plus curieux est que ce machin à une résistance infinie, donc la quille (non munie d'une anode) n'est pas reliée au reste de l'installation de masse. Par contre les tresses de masse sur ce bateau de 20 ans sont à peine oxydées : peut-être l'anode d'arbre d'hélice y joue-t-elle un rôle ?
Le machin en question serait-il un para-foudre ? Dans ce cas, vu son aspect maigrichon, il serait pulvérisé en cas de foudroiement.

08 nov. 2009
0

Mise à la masse
Salut caracole ,
regarde ta BAL de Hisse et Oh
Amicalement
Daniel

09 nov. 2009
0

On avance...
... grâce à vous.
J'envisage un saildrive, donc pas d'arbre d'hélice.
Les boulons de quille sont soudés à la demi-quille de mon dériveur, sur lequel j'installerai les anodes, donc je pense que c'est bon...
Je mets donc une tresse à un boulon pour le moteur et les équipements à risque (métal), ainsi que les - des batteries, et une tresse (câble) à un autre boulon pour le mât, le long de l'épontille.
Pour les batteries, si j'ai 2 parcs reliés par le - au boulon, n'y a-t'il pas un risque?
Et pour les ensembles passe-coque/vanne en laiton, ils doivent tous également être reliés?
Le guindeau, de préférence au circuit 1 ou au 2?
Et les filières?
Désolé pour toutes ces questions à la fois ;-)
Albert

18 mar. 2013
0

Bonsoir,
Je réactualise ce vieux post car je travaille (toujours et encore..) sur ma nouvelle installation électrique. Je sais que les discussions entre - et masse sont parfois complexes. Actuellement j'ai une tresse de masse fixée sur les boulons de quille (je dois vérifier son cheminement exact).
J'envisage de connecter le - de mon parc de batterie à cette tresse, et ensuite de connecter tous les moins des tous les appareils à la masse (comme on fait sur la carrosserie d'une voiture, ça ne me parait plas plus con...).
Toutefois, je me pose la question de la qualité de cette masse, notamment au sec.
Pour bien faire il faudrait la mesure au megohmmètre.
Des idées ? Des conseils ?
Merci d'avance
(Pour info je n'utilise pas -encore- de BLU)

JP

18 mar. 2013
0

Bien que l'habitude utilise commun, retour et masse il est souhaitable d'ètre un peu clair.
Pour les voitures pour des raisons purement économiques on a pris la mauvaise habitude de faire circuler les courants de retour par la carrosserie. Hors ce cas il est souhaitable que le cablage suive des voies logiques. On peut utiliser des départs et retours communs s'ils sont bien dimensionnés et de résistance minimum avec si possible des cablages les plus courts. Il n'y a pas içi en fait de notion de masse au sens strict. Pour la HF BLU en émission il faut un contre-poids (sorte de miroir) à l'antenne ce qui justifie une plaque de masse spécifique isolée du reste pour mise à la mer. Pour la réception HF ou VHF ou l'évacuation des parasites il est souhaitable d'avoir une évacuation vers la mer. Toutefois l'eau de mer étant conductrice va poser un problème électrolytique à tout élément métallique plongé dedans, relié par un conducteur à un autre élément métallique de nature différente, en créant une pile avec déplacement d'un métal au détriment de l'autre. On cherche donc à ne pas aggraver la situation en ne faisant pas circuler de courant par la coque ou ses accessoires (capital pour les coques métalliques où tout est isolé avec retours individualisés).
Relier différents éléments métalliques plongés dans l'eau de mer n'est pas forcement souhaitable ou utile. Au mieux cela augmente la consomation des anodes de protection.
Pour la HF si on veut une masse coque on intercale un condensateur isolant le continu.
Pour les tensions dangereuses (secteur) le principe est de faire en sorte que l'homme ne puisse toucher les fils ou que le courant soit surtout dérivé vers la masse prévue et fasse sauter le différentiel. Un transformateur d'isolement serait aussi le bien venu. Les cablages basse et haute tensions doivent ètre totalement séparés.
Pour l'orage la mise à la masse mer de tout ce qu'on peut est souhaitable, antennes et mât en premier, sans trop d'illusion compte tenu des énormes champs et courants possibles.

19 mar. 2013
0

Bon, tu as, au moins, 2 avis intéressants. Je te mets les liens
www.plaisance-pratique.com[...]du-quai
www.ettore-yachting.com[...]ent.pdf

Bonne lecture, et bon achat d'un transfo d’isolement.

Amicalement,
Lionel

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie en Patagonie

Après la pluie...

  • 4.5 (188)

Après la pluie en Patagonie

mars 2021