Mise à la masse

Je viens d'acquérir un voilier, muni accessoirement d'un Yanmar 2GM20 qui fonctionne bien, ainsi que toute l'installation électrique. Mais on m'a dit de vérifier "la mise à la masse"... Comme je n'ai aucune compétence en électricité, je n'ai même pas compris la question... et une recherche sur internet ou hisse et ho m'a rendu encore plus perplexe... Que met-on à la masse, pourquoi et comment ? J'ai un fil électrique boulonné sur le bas du moteur, en un emplacement qui semble fait pour, et qui file vers un equipet sous le cockpit, près de la prise d'eau de mer, mais qui n'est relié à rien... est-ce lié ?

Merci de vos lumières...

L'équipage
15 nov. 2006
15 nov. 2006
0

Matériau de la coque?
Acier, alu, polyester, bois, béton, fonte, plomb (?), sucre candy (?? :-))?

15 nov. 2006
0

Mise à la masse
Du polyester ! :-)

15 nov. 2006
0

Il y a un article
pas mal à ce sujet en biblio

www.hisse-et-oh.com[...]cle.php

15 nov. 2006
0

Mise à la masse
Merci pour vos réponses. J'avais bien vu l'article en biblio, mais j'avoue que je n'y ai pas trouvé les réponses à mes questions... trop fort pour moi sans doute, mais j'ai l'impression, à lire aussi des contributions sur d'autres forums, que ça n'est pas très clair non plus pour beaucoup...

Cordialement,

15 nov. 2006
0

Mise à la masse
Merci hi !

J'ai effectivement cru comprendre que mettre à la masse consistait en quelque sorte à ménager une porte de sortie (la masse) à un courant électrique qui risquerait sinon de passer par le corps humain.... Ce qui serait le cas lorsque qu'il y aurait une fuite dans un circuit électrique.

Mais alors, est-ce que c'est le circuit qu'on met à la masse ? Comment, quelle partie ? Et est-ce que la masse c'est le moteur qui est en contact avec l'eau par le biais de l'arbre et l'hélice, et l'eau la "porte de sortie" ?????

Merci encore à ceux qui savent....

15 nov. 2006
0

Moi, qui suit largement à la masse en tant qu'électricien,
je peux simplement te dire que mettre un circuit à la masse, c'est le relier à la terre.

Alors, sur un bateau, ça se complique...

Je crois que c'est le fait de relier le circuit à un objet massif et conducteur qui pourra absorber les surcharges de courant.

Mais d'autres gars largement plus techniciens pourront te répondre plus précisément, à défaut d'être pédagogues...

25 mai 2020
0

bonjour
je suis élètrotec mise a la masse ou plutot la relation équipotenteil de l essenble des masses reliés entre elle ou sur la coque si elle est en acier ou alu bien sur .mais pour le polyester c es différent il faut rajouter une plaque de masse sous le bateau car l eau de mer est conducteur x fois
le plus important pour la mise a la masse dans le nautique c es la foudre alors imagine en pleine mer
si la foudre n a pas échapatoire je te laisse imaginé

15 nov. 2006
0

the problem
c'est quoi la masse ?
En fait il y en a souvent plusieurs sur un bateau, interconnectées ou non .
Pour un mécano la masse c'est le moteur (et encore) .
Pour un électronicien il y en souvent plusieurs (chassis ground, signal grond, terre virtuelle, ...)
Pour un électricien c'est la terre . Mais sur l'eau ou est la terre ?
Pour un poseur de paratonerre ....
:-(

15 nov. 2006
0

mélody?
ton bateau c'est'y pas un un mélody par hazard...
dans ce cas la mise à l'eau se fait par la chaise d'arbre derrière le reservoir du moteur mais également du pataras

15 nov. 2006
0

Moi je dirai
mais je ne suis pas un pro, que pour un mécano, c'est l'ensemble des masses métalliques du véhicule: la carrosserie, le moteur; En général, c'est pour éviter les phénomène d'électrolise, toutes les masses sont au même potentiel.
Sur le bateau polyestère, la masse (probablement terme impropre) serait le moteur et le lest et toutes autre partie métallique importante.

15 nov. 2006
0

Je vais tenter de faire simple .....
et demande l'indulgence pour les imprecisions ...

Il y a Masse et masse ....

Tout appareil electrique pour fonctionner a besoin d'un + et un -.

on appelle le - la masse ...

en automobile souvent la carrosserie est à la masse, les appareils n'etant alimenté que par un fil +, quand il y a deux fils souvent le - est repris sur la carrosserie un peu plus loin...

En bateau en generale on evite ce type de montage.
Tout est a deux fils un - et un + allant à la batterie (via le tableau electrique)

A côté de cela il y a egalement la mise a la masse de tout ce qui est metalique et au contact de l'eau (vannes, quilles, .....) que l'on met souvent a la masse (le - de la batterie) pour des questions d'electrolyse .... sachant que ce type de montage ne fait pas l'unanimité, et n'est pas toujours réalisé sur les bateaux de serie ...

15 nov. 2006
0

et puis
deux ou trois pb distincts: (je mélange volontairement terre , neutre ,masse et négatif pour brouiller les cartes )

1)la mise a la terre de sécurité pour le circuit 220 de quai, selon les mêmes principes qu'en salle d'eau (bon cablage neutre et disj diff),sachant que personne n'est trés clair entre masse du quai et masse du bord...

2)la prévention des corrosions electrolytiques de coque et de mécanique (isolation , anodes, etc), sachant que robert n'est pâs d'accord avec un autre (qui ça?...)
3)la mise à la "terre radio" ( par la mer, mais isolée en DC) des appareils pour la compatibilité de fonctionnement radio, sachant que cobra n'est pas d'accord...
4)la mise a la terre (mer dans ce cas) du gréement et antennes pour réduction des risques de foudre, sachant que fred n'y croit pas...

le tout compliqué par diverses "écoles" qui se contredisent, notamment la conception USA ( tout relier a la masse ) et européenne ( tout isoler )!!

pour tout ça , ce fil devrait bientôt tout clarifier (:&gt)

15 nov. 2006
0

et puis bis ...
chez Volvo maintenant les embases sail drive sont isolées electriquement du moteur et ils "interdisent" la mise a la masse de l'embase ....alors que le bloc moteur y est :reflechi:

Bref la prochaine fois que je change mes vannes je met du plastoc ....

La quille avec son enduit epoxy ne doit normalement pas sentir le gout de l'eau de mer ...

et pour le foudre, comme Fred ...

16 nov. 2006
0

Alors ces embases isolées vous en pensez quoi ?
...

15 nov. 2006
0

Terre masse, masse moteur, plaque de masse, masse électronique

Merci Michel pour l'humour.

Effectivement, je viens de trouver dans le sommaire d'un cours :

Principe du circuit de masse et des liaisons équipotentielles (différence terre masse, masse moteur, plaque de masse et gréement, masse électronique, contrôles des fuites, protection anodique et problème d’électrolyse sur coque métallique)

je vois que ça n'est pas simple... et j'aurais dû demander à celui qui me conseillait de "vérifier la mise à la masse" ce qu'il entendait par là... je crains le pire.
Je ne vais donc rien vérifier du tout et en rester là. Merci à tous pour vos contributions !

Kenavo !

16 nov. 2006
0

Mise à la masse

Pour le cours : www.stw.fr[...]_dt.cfm

Pour le circuit 220 v : pas de risque, il n'y en a pas !

Pas de quai non plus : mouillage sur corps mort !

A +

15 nov. 2006
0

quel cours?
car pour trouver quelque chose de complet et sérieux sur ce sujet, c'est vraiment dur..

pour etre sérieux:
commence par vérifier le circuit 220v, s'il y en a un, car là c'est la vie qui est en jeu.
aprés, sur une coque polyester , c'est pas trop compliqué.

16 nov. 2006
0

il y a une norme
très jésuitique qui dit :
"
La probabilité de foudroiement varie en fonction du lieu et de la période de l'année, mais, lorsque les conditions sont réunies pour qu'une décharge électrique se produise entre les nuages et la terre, rien ne peut être fait pour l'empêcher. Un navire peut être frappé par la foudre en pleine mer ou à quai. La présence, sur un navire, d'un dispositif de protection contre la foudre ne peut pas assurer une protection totale contre les dommages matériels ou corporels, une telle protection n'est d'ailleurs pas impliquée dans la présente Norme internationale
"
et après elle explique comment il faut faire !

25 mai 2020
0

bien dit alien bref simple et précis .;-)

25 mai 2020
0

bonjour
attention pour évité l élétrolyse avec les autres bateaux il faut avoir en tete un transfo a double isolement afin d évité les retours et avoir un sectionneur double contact pour isolé les batteries.

15 nov. 2006
0

sur un voilier
Si j'ai tout compris .

En premier lieu, pour la protection contre la foudre, on devrait interconnecter :
- le mat
- le haubannage métallique et les cadènes
- le lest
- la mèche gouvernail
- d'une façon générale tout ce qui est métallique et trempe dans l'eau (arbre, chaise, etc ...)
- plaque de masse
:-p
- éventuellement les balcons, chandeliers, winches et tout ce qui est susceptible d'attirer la foudre;
le tout par des conducteurs en cuivre d'au moins 13mm² (?) .
La norme parle de mise à la terre .

Si il y a à bord une quelquonque installation reliée au secteur terrestre . La mise à la terre s'impose . Mais quelle terre ? Celle du quai ça c'est sur . Celle du bateau : y'a des pour et y'a des contre .
Pour : les masses conductrices des appareils reliés au secteur doivent être reliés à la terre (du secteur) donc elles peuvent, par hasard ou volontairement, se retrouver reliées à la masse du bateau . Donc autant assurer une liaison sérieuse la protection des personnes n'en sera que meilleure .
Contre : les courants vagabonds . Vaste sujet ! Il ya des spécialistes sur HeO .
;-)
Comme pour les installations très basse tension 12-24V et la mise à la masse(la quelle?) ou non du négatif .
En pratique, si le moteur, son démarreur et son alternateur ne sont pas du type négatif isolé, cette mise à la masse se fait d'office .

15 nov. 2006
0

Ce qui est sur,
c’est que sur le forum, il y a une masse de fantaisistes...

Par contre, la seule terre que je refuse à bord est celle du quai et pour être tranquille, je passe par un transformateur d’isolement! :alavotre:

pfffzzzz

15 nov. 2006
0

c'est une option
à 10kg !
Et le transfo, il est protégé comment ?

16 nov. 2006
0

Pour bien comprendre
Si tu n'utilises pas la terre du quai alors tu la reconstitue au point milieu du transfo d'isolement?

15 nov. 2006
0

C’est simple,

disjoncteur et boîtier à la masse de la barque Mais pour les 10kg vous repasserez, ça pèse 25 kg ce truc

Vous passer ensuite sur deux muliplus de Victron et seulement après, vous avez les le tableau de répartition 230v avec différentiel 30mA

pfffzzzz

16 nov. 2006
0

mise à la masse
Bonjour à tous,
L’ami « Men Korm » voudrait des explications sur la suggestion de son méccano, qui lui demande de vérifier la mise a la masse de son bateau et ce pour un moteur Yanmar 2GM20.
A priori, le meccano fait son devoir professionnel.
Ce moteur n’est pas isolé de la masse. Donc tout le bloc moteur est à la masse
et certainement aussi toutes les parties métalliques du bateau.
Sur le schéma électrique propre à ce moteur, le moins B, va de la batterie au démarreur, et du démarreur à l’alternateur et à la prise compte tours.
Les sondes eau et huile sont aussi à la masse.
Si notre intervenant « Men Korn » veut vérifier la continuité de la masse, il suffit qu’il mette une lampe témoin 12v entre la borne plus de sa batterie et qu’il touche successivement toutes les parties métalliques de son moteur avec l’autre fil; la lampe doit s’allumer à chaque touche.(voir schéma ci joint)
Voilà ma contribution à la demande de notre ami.
Nota: Je suggére aux tireurs d'élite du site de ne pas encore tirer sur le pianiste: il essaye de faire ce qu'il peut!
Amicalement
Daniel

16 nov. 200616 juin 2020
0

Re
oups!
schéma ci joint

16 nov. 2006
0

C'est quoi
un transfo d'isolement? à quoi ça sert? et comment ça se monte?

16 nov. 2006
0

transfo isolement
ça sert à isoler galvaniquement deux réseaux électriques, c'est constitué par un transfo ayant un rapport de 1 sur 1, par exemple du 220v en entrée il en sort 220v, il n'y a donc pas continuité électrique entre entrée et sortie:principe du transfo.
l'intérêt étant de s'ffranchir des perturbations extérieures : variation du potentiel de terre par exemple. ça se monte donc entre la prise de quai et l'installation 220v de la barque
constitué de tôle et de cuivre le poids de la bête est en proportion de la puissance requise donc peut être très lourd
henri

16 nov. 200616 juin 2020
0

c'est
un transformateur dans lequel le primaire et le secondaire sont isolés .
Il n'y a donc pas de continuité électrique entre l'entrée et la sortie .
Cela évite de raccorder la terre du bateau à la terre du quai .
Mais comme il est d'usage de raccorder la carcasse du transfo à le terre
:-) :-) :-)
cela ne dispense pas d'une ligne de terre et d'une protection différentielle entre le transfo et le quai
:-D :-D :-D
et d'une autre à la sortie du transfo si on raccorde une des phases à la terre (du bateau)

Un avantage accessoire est qu'on peut l'utiliser en élévateur ou abaisseur pour passer de 110 à 220v et réciproquement .

16 nov. 200616 juin 2020
0

Transfo d'isolement
Salut à tous,
Pour répondre à Alcatima,a quai,pour des raisons de sécurité des personnes la masse d'un bateau est reliée à la terre d'un circuit alternatif de ponton (réseau EDF).
Si cette liaison est directe, il se produit une trés grande augmentation du phénoméne d'électrolyse et par suite de corrosion: on "bouffe" des anodes tant et plus...
Pour y remédier 2 solutions, ou:
a) installer sur la terre un isolateur galvanique
b) installer un transfo d'isolement.
Ces 2 solutions indépendantes permettent d'avoir une protection des personnes sans avoir l'inconvénient de l'augmentation de l'attaque par électrolyse.
L'isolateur galvanique s'installe dans le bateau sur la connection de terre qui relie le quai et le bateau.
Le Tr d'isol s'installe entre phase et neutre coté quai (primaire) et (secondaire) coté bateau.

Le transfo d'isolement est par construction en classe 2 et défini comme l'explique l'ami

Désolé Alien, mais ton schéma contient 2 erreurs
A)Un TR d'isolement (ou de séparation),est sous Classe II, et n'a pas de mise à la masse propre: il ne faut donc pas relié sa carcasse à la masse.
B) Un Tr d'isolement à toujours un rapport de 1/1 et donc ne constitue pas un transfo 220/110 élevateur ou abaisseur.
Un Tr d'isolement peut etre à quai, ou embarqué.
Certains Tr d'isolement sont avec secondaire à la masse ou sans secondaire à la masse.
Plutot que des explications , je te joins 2 photos de la Norme NC 15-100/A1 qui définissent celà plus que des mots:
Schéma 1 : le plus dévastateur....
Schéma 2 : Avec Tr d'iso à quai

16 nov. 200616 juin 2020
0

Suite
Schéma 3 : Tr d'iso embarqué avec malt au secondaire
Schéma 4 : Idem que 3 mais sans malt
Schéma 5 : Toute l'installation 220v en classe 2

A noter au passage,( et je sais que certains vont crier "au loup"!!!), l'absence de différentiel de 30 mA sur le navire, quand il existe déjà sur le quai...

Amicalement
Daniel

16 nov. 2006
0

J'aime bien comprendre ....

Pourquoi le fait d'être connecté à la terre augmente (ce qui se confirme dans la pratique)l'electrolyse ?

Si le fait d'être connecté à la terre augmente l'electrolyse, pourquoi le fait de connecter les parties metaliques immergées a la masse du bord n'en ferait pas autant ...

16 nov. 2006
0

ça vous inspire pas ....
un multicoque, avec des safrans aux tableaux (sans meche), des vannes Plastoc et un moteur hors bord sur chaise hors d'eau à l'arrêt ...

On se pose moins de question comme ça non ...

16 nov. 2006
0

D'autant
que normalement (sans transfo d'isolement) la prise de terre du reseau terrestre est reliée a la masse du navire .....

Mr Volvo avec son embase isolé, il fait tout ce qui faut pour qu'elle soit a un potentiel different du reste, donc pour mettre le foutoir .....

et si elle est au même potentiel que le reste alors pourquoi l'a t-il isolé ?

Sans compter que si j'ai un transfo d'isolement et pas mon voisin, on a chacun des electrodes dans l'eau de potentiel differents :reflechi: :reflechi: :reflechi:

16 nov. 2006
0

c'est vrai
que c'est bizarre que les fuites alternatives feraient de l'electrolyse, je croyais que seul le continu était à craindre..

un couranr 50Hz entre deux electrodes dans l'eau de mer donne un déplacement d'ions en moyenne nul, non??

ouh! ça remonte a la 1ere alors ... je ne garantis plus rien (:&gt)

peut etre que ce cas a été rencontré sur des bateaux ou le -12 est relié par erreur au neutre secteur, car alors les fuites continues se balladent un peu partout entre quai et coque

16 nov. 2006
0

pourquoi par erreur
le -12 sur le neutre ...

"Norme"alement on doit brancher la terre (du reseau terrestre) sur la masse du bord ...

la masse du bord sera bien commune avec le bloc moteur donc avec le - 12 , non ?

L'electrolyse ne serait elle pas plutôt lié a une DDP plus importante entre la terre terrestre, donc la masse du bord le 0 (pourquoi - 12 d'abord. -12 et + 12 = 24 ?) que les simples couples redox ?

16 nov. 2006
0

et j'oubliais
neutre = terre chez monsieur EDF.

et = ça veut pas dire que c'est le même cable, mais normalement le même potentiel ...

16 nov. 2006
0

C'est pas clair ce que j'ai ecrit ....je reformule
L'electrolyse ne serait elle plas amplifié

par le potentiel de la terre terrestre qui creerait une DDP superieur à celle du couple redox ?

16 nov. 2006
0

Soyez sympa rassurez moi

c'est moi qui suis à la masse,

ou y a vraiment un truc curieux

16 nov. 2006
0

Réponse partielle
Si ton bateau est relié à la terre de la prise de quai, et que d'autres bateaux à coté sont reliés à cette même terre, alors il y a risque: ça peut faire une belle pile entre plusieurs bateaux, en fonction des différents matériaux des bateaux, des anodes dont disponsent chacun des bateaux, etc... Si ton bateau possède le métal le moins noble de cette pile, il va se corroder rapidement.

Personnellement, j'ai démonté un dispositif d'isolement de terre sur un bateau ami, pour constater qu'il s'agissait simplement de quelques diodes montées tête bêche. Ca autorise une dizaine
de Volt entre les 2 terres, et limite donc les risques de corrosion, tout en autorisant le bon fonctionnement du différentiel (j'ai testé en simulant une défaillance d'isolation).

J'ai reproduit ce montage pour quelques euros. C'est 100 fois moins lourd et moins encombrant et moins cher qu'un transfo d'isolement. Je ne suis pourtant pas certain que ce montage soit autorisé en France...

Leon.

16 nov. 2006
0

même potentiel !
cela suppose
que tous les conducteurs et tous les contacts aient résistance nulle .
Ce qui est loin d'être le cas .
De plus des contacts en cuivre oxydés peuvent avoir un effet redresseur donc il n'est pas impossible d'avoir des "fuites" en CC de qq mA voir qq centaines de mA .

16 nov. 2006
0

ah ben non
si il n'est pas branché, je joue plus .
Faut le rebrancher pour les glaçons !

16 nov. 2006
0

Exemple sur une pile
Zephyrzegrey,

Tu prend une pile, de préférence transparente pour voir ce qu'il se passe: celle de tes TP de lycée où tu plonges des plaques de cuivre, de zinc dans des solutions diverses et variées. Ou alors tu prend 2 bateaux: l'un en cuivre et l'autre en zinc (même partiellement: anodes), ce qui te fait aussi une belle pile avec ses 2 bornes: les 2 prises de terre.

Ensuite, là où tout se passe, c'est quand tu relie les 2 bornes de ta pile (en branchant les 2 prises de quai)... Qu'est-ce qui se passe? Un gros court circuit qui va faire passer plein de courant! Et c'est ça qui est mauvais: ton anode va se bouffer rapidement, se corroder, et donc ta pile se décharge. Comme ta pile (le port) a une solution acqueuse en très grande quantité, ta pile sera complètement déchargée uniquement quand il n'y aura plus d'anode!

Beaucoup de bateaux en métal ont vu leurs anodes bouffées à grande vitesse pour être restés plusieurs semaines connectés au quai. Pareil pour les moteurs et les anodes de ligne d'arbre reliés à la terre par l'intermédiaire de la masse 12V (ce qui n'est pas utile à mon avis). Le phénomène est amplifié si un des bateaux a une fuite de son circuit 12V continu (avec chargeur qui entretient ça à l'infini).

Leon.

16 nov. 2006
0

Oxydo-réduction
On place des anodes pour qu'elles se sacrifient si des conditions de corrosions électro-chimiques sont réunies.

On créé bien une pile en court-circtuitant les anodes en zinc avec l'acier de nos arbre. Mais cette pile a une différence de potentiel insuffisant pour déclencher une réaction chimique tel quel.
Si on vient brancher un métal noble dans tout ce circuit (passe coque), alors oui, il y a risque de faire une vrai pile avec une réaction d'oxydo-réduction, même si elle est lente. C'est le métal "pauvre" (le fer ou le zinc s'il est présent) qui va se faire "bouffer" par le métal noble.
Et pour ne pas que l'acier soit bouffé rapidement, on introduit des anodes qui vont se sacrifier, car elles ont un potentiel plus faible.

Si par le branchement de quai, on vient raccorder un bateau (ou tout autre installation de port) qui possède du métal noble (cuivre, argent), ou qui déplace vers le haut le potentiel de ses métaux plongés dans l'eau de mer par l'intermédiaire d'un générateur électrique, alors l'oxydation du métal "pauvre" du bateau sera plus rapide. Le risque est là.

Leon.

16 nov. 2006
0

Je suis desolé Yves
mais la remarque que j'ai fait à Leon avec l'analogie de l'anode sur l'abre s'applique egalement a ton exemple concernant la pile de Volta ...

Comprend toujours pas ...

16 nov. 2006
0

Pile en court circuit
2 métaux différents plongés dans la solution qui va bien, possédant une différence de potentielle suffisant, et qui en plus se touchent, constituent bien une pile, mais une pile EN COURT CIRCUIT! Et une pile en court circuit, ça se décharge très vite, et il y a plein de courant qui passe entre les 2 métaux (anodes et cathode).

Relis mon post ci dessus.

Maintenant, si "pour toi", une pile en court circuit n'est plus une pile, je ne peux plus rien "pour toi".

Leon.

16 nov. 2006
0

Yves
Peux-tu me confirmer que ce type de dispositif à diodes est "acceptable" par rapport aux normes en vigueur en Europe (si tu es au courant bien sur)??

Dans ce cas, je ne comprend pas à quoi servent les gros transfos d'isolation chers et lourds qui sont installés sur de très nombreux bateaux (surtout à moteur)...
Quel est l'intérêt des transfos d'isolation?

Leon.

16 nov. 2006
0

courant de court circuit
patati patata OK ...

mais pourquoi Mr Volvo a été m'isoler mon embase alors !!!

Je n'ai plus l'inteconnexion entre la masse du bord et l'anode ...

donc j'insiste mais c'est la mer ...

D'autant qu'il me semble Yves que l'on a les mêmes d'embases .....

17 nov. 2006
0

Ok mais c'est contradictoire
avec la doc d'Yves ..

17 nov. 2006
0

Mon moteur n'est pas
a refroidissement par air ..

Le postula de depart du doc communiqué par Yves est que toutes les anodes et toutes les parties metaliques immergés sont reliés à la masse du bord.

Tant l'anode que l'embase ni sont pas ..ça suffit pour etre contradictoire

17 nov. 2006
0

Bahhh Heeeuuuuu Comment dire
Si Volvo a isolé son embase
Si les autres ne le font pas

et si malgrès cette difference, le mode de protection reste le même ...... et que cela ne choque personne.

En effet j'ai un peu de mal a trouver quoi que ce soit de credible après ...

17 nov. 2006
0

Ahhh tu me rassures ...
On est d'accord c'est clair comme du jus de boudin cette affaire ..

17 nov. 2006
0

Pour l'helice
J'ai une bipale repliable ...

Il y a en effet une liaison souple entre le corp et les cannelures de l'helice ..

Mais si mes neurones ont bien memorisé le montage, il doit y avoir une continuité electrique de l'ensemble par l'espece d'ecrou en bout d'arbre, bloqué par sa vis pointeau..

16 nov. 2006
0

Encore une fois je ne suis pas ....
Si plusieurs bateaux sont reliés à la même terre, je ne vois pas pourquoi cela ferait une pile ...

Ils sont tous aux même potentiel ...

De même que les composants mit à la masse quelque soit leurs potentiels redox....

16 nov. 2006
0

Ok alien admettons
qu'en raison de resistance variable, le potentiel de la mise à la masse de chaque bateau differe quelque peu de cleui de la terre terrestre et donc ne soit pas constant...

Maintenant le bateau qui n'est pas branché, ne peux avoir un potentiel equivalent aux autres puisque non constant...

Donc ça change rien :reflechi:

C'est toujours la mer...

16 nov. 2006
0

Pour les glaçons c'est Fred qu'il faut,
pas necessairement être branché.

16 nov. 2006
0

comprend pas
Ce que tu decris est totalement transposable a une anode placée sur un arbre d'helice par exemple ...

  • Deux metaux ayant des potentiels redox different ..

  • court circuité ente eux ce que tu decrits par le branchement de la prise de quai....

  • plongé dans l'eau de mer .... comme dans ton exemple

Or on ne met pas une anode dans le but de faire une pile avec l'arbre ....

16 nov. 2006
0

contenu d'un isolateur galvanique
Cete réponse doit satisfaire à la fois Zephir et Leon, du moins l'espère-je.

Un isolateur galvanique de niveau 0 est constitué de deux diodes têtes bèche interposées sur le Vert-jaune reliant le bateau au quai.

En pratique la diode dans chaque sens est non pas une seule diode mais 3 diodes en séries, provoquant donc une chute de tension de 1,8 V (on compte ici 0,6V par diode).

Imaginons cote à cote un bateau en magnésium et un bateau en graphite (cas d'école qui, avec les rapaces sur le quai, n'aurai pas une grande durée de vie dans la vraie vie). La différence de potentiel galvanique de ces métaux les plus dissemblables qui soit est d'environ 1,6V (à un cheval près, et on ne discute pas, c'est juste pour illustrer ;-) ).

Du coup, en faisant chuter ce 1,6V dans 3 diodes, il ne reste plus de différence de potentiel et donc plus de courant de l'un vers l'autre via le V-J du quai, ni d'ailleurs de l'autre vers l'un (tête bèche qu'elles sont)

N'oublions pas que les deux métaux dissemblables (les deux bateaux) sont déjà en continuité galvanique car ils sont reliés par le circuit "eau de mer". Il suffirait que ces deux métaux soient reliés entre eux par un fil conducteur pour faire une superbe pile de volta, pile dans laquelle les ions métallique circulent dans l'électrolyte (eau de mer) pour migrer d'une coque vers l'autre. La coque en graphite mangerait la coque en magnésium.

Il suffit donc de couper astucieusement ce fil conducteur (le vert-jaune de chaque bateau et l'installation électrique du quai) reliant les deux coques, justement en interposant ces diodes qui ne seront passantes que si la différence de tension est supérieure à 1,8V

En temps normal : la différence de tension n'est que de 1,6V : ça passe pas. Ce dispositif préserve la coque des bateaux en interdisant la circulation électrique entre les deux bateaux (exit Volta)

Par temps catastrophique : (ex, 220V sur un vert-jaune via la cafetière électrique pourrie d'un bord), le courant s'écoulera de la cafetière via les diodes vers la terre du ponton plutôt que vers la mer via le corps du batelier dont la jambe traine dans les fonds humides, car la tension de 220V est plus élevée que les +1,8V et - 1,8V du dispositif. Ce dispositif respecte le mécanisme de protection des personnes, en autorisant la fuite de 220V vers la terre du quai.

Bon, faudrait pas que les diodes profitent de ce 220V de fuite pour claquer. Elles auront donc ne tension de claquage de 400V et supporteront une intensité de 30A si le disjoncteur du quai est 15A, et de 50A si c'est un 30A

Bien sur le montage sera soigné, tropicalisé, marinisé, étanchéifié, anti-vibtration et tuti-quanti pour une durée de vie de 30 ans.

16 nov. 2006
0

Pour moi,
Deux metaux distincts (sans contact entre eux), que l'on appelera catode et anode, plongé dans la solution qui va bien c'est une pile ...OK

Maintenant si l'anode et la catode se touchent (anode sur l'arbre) ou sont reliés par un fil (la prise de quai via la terre), ils sont en court circuit ..... et donc ne forme plus une pile !!!

16 nov. 2006
0

Je reviens
pas encore vu le lien d' Yves je vais y aller..

Mais Leon on est d'accord sur la notion de pile en court circuit c'est le cas de l'andode sur l'arbre,

or l'anode de se bouffe pas instantanement, il y autre chose .....

16 nov. 2006
0

explication avec des images
Zephyr,
Jette un coup d'oeil sur takari.ouain.com[...]RCC.pdf

Ca devrait le faire.

Bien sur y a d'autre forme de corrosion électrique, mais celle là est la plus courante.

Yves.

16 nov. 2006
0

isolateur .vs. transfo
Le vert-jaune protège les personnes lorsqu'il est fonctionnel, dans le cas contraire ça peut être une source de cata.
Idem pour le différentiel, qui protège aussi les personnes, s'il est fonctionnel.

Avec un transfo d'isolement il faut toucher simultanément les deux fils de sortie du transo pour se faire cramer. En touchant un seul fil on ne risque rien (bon, si l'autre est ramené à la terre-mer ... mais c'est hors sujet)

Dans une installation légère ( -20kg ) sans transfo d'isolement, il te suffira de toucher un seul fil - surtout le fil de phase - pour prendre des risques élevés, tu te reposes alors sur l'efficacité du disjoncteur différentiel 30 mA 0,2s

Et si ne met pas de transfo d'isolement il y a fort à parier que ton v-j et le quai et le v-j du voisin refermeront ce splendide circuit cher à Volta. Du coup tu interposera un isolateur galvanique (ou tu ne laissera pas ton bateau branché au quai de manière prolongé)

Je ne sais si l'isolateur galvanique est acceptable et je ne sais pas non plus si un ship peut vendre des trucs innaceptables.

enfin, les normes US, différentes des normes EUR semblent pousser à l'utilisation de transfo d'isolement, nombre de bateaux US en sont équipés.

Yves.

17 nov. 2006
0

sauf que ton anode
est reliée à ton embase. Si tu rencontre un OFNI qui griffe ton embase et supprime localement sa couche de protection, alors tu fais une pile. Mème isolée du reste du bateau, ton embase est protégée par son anode.

17 nov. 2006
0

En quoi est-ce contradictoire.
Si ton moteur est isolé de son embase, si le circuit de refroidissement n'est pas en contact avec l'eau de mer, la "masse" moteur peut très bien être isolé du reste (sauf du moins batterie par simplification des capteurs huile pression etc..)

17 nov. 2006
0

j'ai pas tout lu ...
mais je peux ajouter un détail: l'ensemble des phénomènes d'électrolyse est souvent difficile à décrire complètement et précisément si il y a de nombreux métaux différents et interconnections partielles.

Cela a deux conséquences:

  • il y a de temps en temps des cas d'attaque électrolytique qu'on n'arrive pas à comprendre, donc pas à résoudre.

  • quand c'est critique (comme sur les bateaux métallique et surtout en alu) on simplifie le problème à l'extrème en choisissant judicieusement les matériaux, leur assemblage et leur interconnection afin de bien pouvoir comprendre et protéger de l'électrolyse. Et ça marche très bien en fin de compte.

Dans les bateaux en plastique, sous prétexte que le bateau est "isolant" ce problème est quelquefois négligé, ce qui amène à assembler n'importe quel élément métallique avec n'importe quel autre et n'importe comment. D'où des surprises incompréhensibles et ingérables.

Bien entendu, ça ne t'aide pas vraiment, mais ça peut t'aider à accepter que c'est peut-être impossible de trouver le pourquoi du comment.

17 nov. 2006
0

Hormis
le cata a vanne plastoc, safrans composites, et moteur hors bord hors d'eau à l'arrêt :heu:

17 nov. 2006
0

pourquoi isoler l'embase du volvo S-drive
Zephyr, c'est plus grave que ça, les embases S-120 sont doublement isolées :
- le gros truc qui pendouille est isolé du moteur par un isolant placé entre le moteur et l'inverseur.
- le gros truc est isolé des 3 pales (cas de la tri-pale repliable) par une interposition en caoutchouc à l'intérieur du moyeu porte pale, l'aébre canelé est électriquement solidaire de l'embase et le moyeu en est isolé et est électriquement solidaire des pales.

Regarde les plans et le owner manual, c'est très explicitement explicité.

Malgré ça :
- les dents du fond qui engrènent les 3 pales se bouffent, c'est 10 kF le bout, ça peut s'user en quelques mois si les anodes en trois parties (autour du moyeu) sont épuisées ou ne remplissent par leur rôle
- l'anode circulaire solidaire de l'embase arrive à se bouffer alors qu'elle est isolée de tout (moteur, pales), et si on monte les vis inox de fixation sans mastinox, l'anode se bouffe autour de ces vis et n'appliquement plus fermement sur l'embase et protège moins bien (bas d'embase = 2600 roro et 3 mois de délais)

1- J'imagine que si l'embase n'était pas isolée des pales elle contribuerait à ronger plus vite les dents du fond.
2- j'imagine que si le moteur n'était pas isolé de l'embase (et accessoirement des pales) la corrosion agirait encore plus vite.

Pour plus d'info, y a eu un fil sur un cercle de proprio de Albert Assis (gogol avec "volvo saga", ça devrait remonter)

Dans le cas précis de la corosion autour des pales il peut se produire (en complément du reste) une usure de la couche d'oxyde de zinc qui se forme spontanément à la surface de l'anode. Est-ce que la rotation (en rouet au moteur) ou autres choses y contribue, je ne sais pas, Je nage - sur ce problème - en plein grigrisme.

Dans mon cas précis, j'adore les marées d'atlantique qui me permettent une inspection régulière des anodes. En med je plonge régulièrement - l'été, et l'hiver je tremble @home.

Yves.

17 nov. 2006
0

Dans le cas specifique du 220 V
Normalement la terre du reseau terrestre, est reliée a la masse du bord.

Un courrant ne peut passer que dans un circuit fermé.

AInsi branché sur le 220, on se retrouve dans un circuit fermé avec tous les voisins eux mêmes branchés...

C'est logique que les phenomènes d'electrolyse augmentent dans ce cas ...les sources etant multipliés ...

Un systeme d'isolation semble donc indispensable pour une connexion 220 V durable .... :heu:

Bien ceci dit je ne suis pas plus eclairé pour mon embase ... :reflechi:

17 nov. 2006
0

Ne pas se couper des masses, camarades !
Travailleuses, travailleurs,

Délocalisons les électrons internationalistes et relions toutes les masses laborieuses dans le Grand Parti des Travailleurs.

D'ailleurs sur mon Yanmar c'est le moins qui doit venir de la masse, le démarreur ne gère que le plus.

Donc masses, chassis, et moins des différentes batteries sont reliés. Idem pour la "terre" (fil jaune-vert) du 220 V portuaire.

Et tout ça va sur une plaque de bronze aurifère fixée en applique sur la coque (immergée) à l'extérieur. N'essayez pas de bricoler autre chose, la sécurité en dépend, de même que dans votre installation électrique terrestre il faut un vrai piquet de terre.

Ceci dit ce ne doit pas être pour autant la poubelle des fuites électriques et il est aisé de vérifier avec un ampèremètre qu'aucun courant ne doit passer entre la plaque en question et le fil de connexion. Faute de quoi c'est la corrosion assurée par électrolyse quelque part (ça serait la châtaigne, non moins assurée, si c'est isolé). L'usure anormale de votre noix en zinc sur l'arbre d'hélice (vous savez le truc qui se dévisse tout seul) en est un signe.

17 nov. 2006
0

pas convaincu
par la necessité de relier le neutre secteur au neg batterie: c'est justement augmenter tous les risques de corrosion a quai (si on n'a pas de transfo ou d'isolateur à diodes)
non?

une remarque suite a un post plus haut: on peut parfaitement combiner la fonction transfo d'isolement et l'adaptation US/EUR du 110 220: suffit d'avoir le primaire a deux enroulements 110 mis en série ou parallele selon les nav (schéma américain classique de bitension). Et m^me ajouter des petites prises de 10 en 10v au secondaire pour compenser les quais "faibles".

17 nov. 2006
0

Michel je ne suis pas convaincu egalement
sur la terre terrestre a la masse du bord, mais "Norme"alement on est tenu de le faire :heu:

Je ne vois pas en quoi, ne pas relier la masse du bord, à la terre terrestre, pourrait occasionner un danger particulier .... on est dans le même cas de figure que lorsque l'on travaille avec un enrouleur sur le ponton ...(avec même un dif. en plus )

Ps : cette remarque n'est pas valable en cas d'usage d'un Groupe ..

17 nov. 2006
0

Mais non...
on ne parle pas de supprimer la terre.

on parle d'utiliser uniquement la terre d'EDF (du port plus exactement).

Ton dif. marchera tres bien avec la terre terrestre (via ta ralonge de quai), alors qu'en effet il ne fonctionnerait pas si ton arrivé de quai ne comportait que phase et neutre.

Pour ta gouverne la terre et le neutre sont commun a l'origine chez EDF .....

25 mai 2020
0

oui chez EDF le neutre et la terre son bien commun Régine TT neutre a la terre et masse a la terre

17 nov. 2006
0

Si tu doute, un petit extrait ...
Le neutre est la référence de potentiel ou de tension pour les phases produites (il n'y a qu'un seul neutre commun à toutes les phases). Il constitue une sorte de référence "zéro volt" du générateur. Dans le cadre de l'alimentation domestique, le neutre est d'ailleurs relié à la terre côté production d'électricité. Il n'est donc en principe pas dangereux de le toucher.

17 nov. 2006
0

C'est different
les huisseries metaliques et ... cie (tuyau cuivre) sont reliés à la terre afin d'avoir une liaison equipontentielle et d'eviter une DDP par effet capacitif ou autre.

Sur un bateau quand tu bricoles avec ta perceuse

  • elle peut être branché sur un enrouleur branché sur la borne de quai ....
  • elle peut être branché sur un prise du circuit du bateau

pourquoi si je ne branche plus ma perceuse sur mon enrouleur mais a bord, via ma prise qe quai (et un dif. supplementaire) je devrais dans un cas créer cette liaison equipotielle et pas dans l'autre ..

Tu peux tester (je l'ai fait) Neutre sur terre le dijo 500 ma de tête ne saute pas, un 30 mA a sauté une fois, puis plus ensuite ....

17 nov. 200616 juin 2020
0

Pour les curieux,

A ne pas recommander,

mais terre = neutre la tof :pouce:

17 nov. 2006
0

Il y avait
2 Pc en route, et quelques lights,

mais bon ...pas grâve

CCQIV

on va pas s'eterniser la dessus.

Sinon une solution est que sur ta planete, Alien, les connexions avec la terre soient differentes :heu: :mdr: :mdr: :jelaferme:

17 nov. 2006
0

Comme tu peux le voir
sur la tof elle est recente l'instal...

C'est tres gentil de te preocuper de ma santé mais je te rassure, les difs sautent quand il faut RAS.

qui a dit Zeph coupe les cables de ces machines quand il est distrait ...
renverse la casserole sur la plaque vitro..

17 nov. 2006
0

pour ta part, chaufe-eau blagueur
Ile de fustel, j'ai eu pendant qq temps un chauffe-eau électrique farceur, qui faisait souvent - après une période d'immobilisation - disjoncter le quai ou la tete de ligne sur le bateau.

Contournement : faire tourner le chauffe-eau sur le groupe pendant quelques heures et ensuite basculer sur le quai.

Explication : y avait nue t'it fuite à cause d'une chtiote humidité. Avec le groupe, y a pas de différentiel ni de vert-jaune (faut toucher les deux pour se cramer) donc la fuite pouvait pas fuire et donc le chauffe-eau séchait correctement. Une fois sec, y avait plus de danger à l'alimenter avec le quai car y avait plus de fuite vers le vert-jaune.

Ce cas illustre assez bien l'environement dont on dispose avec un transfo d'isolement.

Yves.

PS : dans mon catana le vert-jaune n'est pas distribué sur le plot male des prises "10/16A" mais uniquement distribué vers les chaufe-eau, le chargeur et ... qui j'oublie. On est réputé n'utiliser que des matos double isolation.

17 nov. 2006
0

la seule utilité
est de permettre à la ou les protections différentielle (si il y en a) de jouer leur rôle .

PS : ne pas confondre terre et neutre . Tentes de les relier pour voir !

17 nov. 2006
0

jamais dit
le contraire !
Mais à ton niveau de petit utilisateur basse tension si tu relie le neutre à la terre tu feras sauter le premier différentiel qui voudra bien .

Sinon relier ou non "la masse" du bateau à la terre ne sert qu'à se protéger !
Pourquoi relier une huisserie ou un siphon de lavabo à la terre ?
Qui n'a jamais bricolé avec une balladeuse merdique, des rallonges rafistolées ou des multiprises qui traînent dans l'eau ?

17 nov. 2006
0

Un oubli
www.promotelec.com[...]ATE.pdf

sur les liaisons equipotentielle entre autre ...

17 nov. 2006
0

les causes
susceptibles d'empêcher un différentiel qqonque de déclencher sont peu nombreuses :
- différentiel défectueux (ça arrive mais mais en général c'est dans l'autre sens, on ne peut plus l'enclencher)
- aucun consommateur dans le circuit : 0 - 0 = 0
- courant de défaut inférieur au seuil de sensibilité.

Sinon c'est le principe même de la protection qui est en cause : il faut que les courants de phase et de neutre soit égaux ou que leur différence soit inférieure au seuil de sensibilité .

En allumant une ampoule ça va sauter .
:-)

17 nov. 2006
0

appelle un électricien
pour vérifier ta prise de terre .
Y'a un problème .
:-(

17 nov. 2006
0

pour ma part !!
;-) Pas question de mettre la terre de la prise de quai ,à la masse du bateau !!( en polyester) le circuit 220 volts du bord , avec disjoncteurs dédiés : au chargeur, circuit prises pour consommateurs en double isolation , et si nécessité de consommateur 220 v en simple enveloppe style chauffe eau ,la terre de celui ci et de la tuyauterie, mais ,c est mieux dans prévoir une en plastique et nylon ! ramené à la terre du circuit 220 v sous le dif 30 mma embarqué !! bien sur utilisation de ces derniers seulement a quai !! gaffe au convertisseur juste pour du matos en double isolement !!Amha bien sur !! Instal idéale pour mon trente pieds, pour les grands bateaux , le bléme est autre :-)

17 nov. 2006
0

Pour recentrer
le but n'est pas de faire des cours d'elec. domestique.
Il est avéré dans les faits que la mise à la terre de la masse du bord, avec un branchement permanent a quai augmente l'electrolyse.

Pour palier à cela :
Soit on choisi de ne pas créer de liasion equipontetielle entre la masse du bord et la terre terrestre (ce qui est hors normes)
Soit on positionne un dispositif d'isolement.

Maintenant le cas specifique de l'alimentation de quai etant réglé (pour ma part) reste la question :

pourquoi aurait on le même schema de protection de l'electrolyse avec une embase isolée qu'avec une emabase (ou ligne d'arbre) à la masse ....

Accepter cela revient a balayer tout les theories sur les liaisons equipotentielles des parties metaliques imergées ...

Ou alors un truc m'echappe ....

17 nov. 2006
0

une possibilité ...
zéphyr, si la protection anodique agit "intra-embase" il est normal que cela ne dépende pas du fait qu'elle soit isolée ou à la masse.

Si elle doit agir entre l' embase et d'autres autres éléments métalliques, la protection dépendra de la mise à la masse commune de ces éléments et de leur nature et position.

Si la même protection est montée sur des Volvo isolé et sur des non isolés, on peut donc en conclure que c'est une protection intra-embase faite par le constructeur.

Ce serait assez logique que le constructeur de l'embase protège son embase en "intra" , vu que les éléments autour de l'embase et leur montage, c'est une variable qu'il ne maîtrise pas. Donc c'est à celui qui fait l'installation de l'embase sur le bateau de compléter le dispositif de protection en fonction des interactions qu'il aura créé volontairement avec les autres éléments métalliques.

17 nov. 2006
0

J'avais bien pensé
a cette possibilité.

Mais (pourquoi y a toujours un mais)

Sur des bateaux de serie en Polyester, equipé de cette embase, l'unique anode est celle de l'embase ...

Donc soit elle protege tout, soit elle ne protege que l'embase et le reste vit sa vie ...

pourtant ça marche ......

Zephyr alias Un matelot à la masse :heu:

17 nov. 2006
0

Certains fils valent vraiment de l'or !
Impressionné, je suis !

Une petite annecdote: un ami matelot du site et grand amateur de carottes devant l'eternel a hiverné avec son cata dans le port où nous sommes aussi. Bon, les mois sont passés (6 mois) avec le petit train train coutumier d'un hivernage.
Mars, les beaux jours arrivant, il est temps de repartir, mais bien sur il faut caréner avant. Sortie du bateau, et c'est là que l'horreur se montre dans toute sa splendeur: les deux arbres et les hélices bouffés jusqu'à l'os, c'est à dire que les arbres ressemblaient à du gruyère en tube, et les hélices n'avaient plus de pales, mais à peine un filet de dentelle à la place ! Très impressionné, je fus ! Très en colère le lapin, était !

Or, il se trouve qu'à partir d'octobre 2007 ..... nous allons être branché en permanence ou presque au même endroit pour 6 mois. Ce n'est d'ailleurs pas tellement le lieu qui m'inquiète, mais plutôt qu'à partir de 2007 nous aurons des périodes prolongées branchés au quai chaque année. Donc risque.

J'ai lu avec intéret les infos sur les transformateurs d'isolement. Bien, mais cher. J'ai trouvé que la solution des diodes était pas mal, mais sans schéma je me connais je suis bien capable d'en faire une belle.

J'avais eu l'idée depuis l'épisode du cata qui m'a traumatisé, d'installer un dispositif simple pour les périodes branchées au quai: un bete collier inox sur l'arbre, collier sur lequel est soudé un fil electrique (ou bien avec une cosse s'emmanchant sur la langue du collier), fil electrique relié à un passe pont, puis à une grosse pentanode (comme celle qui pend le long des gros pylones metalliques de catway) qui trempe dans l'eau à l'arrière du bateau à 50 cm de profondeur. Avantage: dispositif simple et pas cher qui permet de surveiller l'anode dès qu'on monte ou descend du bateau, et arrachage simple du fil si on oublie de retirer le dispositif en demarrant le moteur. Ainsi s'il y a un malaise dans les terres, on s'en rend compte avant de sortir le bateau de l'eau.

Aurais je oublié quelque chose dans l'histoire qui ferait que ce dispositif ne servirait à rien ? Ne trouvez vous pas qu'il s'agit d'une solution bien plus simple ?

17 nov. 2006
0

Ce qui serait hyper interressant
serait de connaitre le montage qu'avait notre ami amateur de carotte a 2 coques...

Partager les conneries est un bon moyen d'eviter de les reproduires :heu:

17 nov. 2006
0

Malgrès tout
ce serait interressant de connaitre le montage, car les anodes et cie sont là pour proteger le boat de lui même comme de l'exterieur.

Même si vous avez identifié le semeur d'electron,
si uniquement l'amateur de carote a 2 coques s'est fait grignoter les pattes la protection n'a pas été efficace alors qu'elle l'etaient sur d'autre boat ?

17 nov. 2006
0

Excuse moi DOM mais ce que je dis souvent au dessus
est extrait de l'annexe 224 qui dit que pour les instalations de domaine II (superieur à 50 V en alternatif) que "les prises de courant et leur ligne de quai doivent être conçues de telle manière que la masse du navire est relié à la prise de terre du reseau terrestre ......"

:reflechi:

17 nov. 2006
0

224.....
Francis , tu fais reference a l'ancienne 224... qui n'a plus cours et c 'est pourquoi je parle des bateaux actuels... de toutes façons cette regle n 'etait pas respectée par les chantiers pour justement eviter le pb possible d'electrolyse;
Actuellement et depuis la nouvelle 224 , concernant les installations electriques il est fait reference a la norme ISO 13297 qui dit :

4.1 L'isolation du conducteur de protection doit être verte ou verte à bande jaune. Aucune de ces deux couleurs
ne doit être utilisée pour des conducteurs actifs.
NOTE Le conducteur d'équipotentialité de l'installation électrique à courant continu (voir l'ISO 10133) comporte également
un isolant vert ou vert à bandes jaunes; il est raccordé à diverses masses d'appareils électriques à courant continu, à d'autres
parties conductrices et à la terre reliée au négatif de l'installation à courant continu.
4.2 Le conducteur de protection doit être raccordé à la terre reliée au négatif de l'installation à courant continu du
navire aussi près que possible de la borne négative (à courant continu) de la batterie.
NOTE Si un RCD (ensemble du dispositif de courant résiduel du navire) ou un transformateur d'isolement est installé sur le
conducteur de protection de l'installation à courant alternatif (voir 8.2), il n'est pas nécessaire de raccorder la borne de terre
négative de l'installation à courant continu à la terre du courant alternatif (conducteur de protection).
c'est ce qui est applicable et legal et evite ainsi les pb d'electrolyse entre deux installations electriques reliées par le cable de terre ;

Dom

20 nov. 2006
0

Non.....
la possibilité legale de ne pas connecter le negatif au cable de terre annule la possibilité d'electrolyse par la liaison interbateau de ce cable...et c 'est la seule possible a part des bidouillages...
Dom

20 nov. 2006
0

Non
on ne dit pas la meme chose...car on peut etre conforme a la norme et ne pas etre ...electrolysé...car dans une installation propre...seul un contact entre negatif et terre peut provoquer de l'electrolyse...
Dom

17 nov. 2006
0

les "stray current"
Du temps ou je lisais le newsgroup rec.boat je découvrais périodiquement des horreurs à base de courants parasites dans l'eau du port
Dans certains cas ces saletés - existant par ailleurs en permanence à cause d'une install générale défectueuse - entrait par un bateau, passait par le quai (V-J) et ressortait par un autre. Et ceci au grand dame des anodes des deux compères.
Y a même des cas ou ça entre par l'avant du bateau et ça ressort par l'arrière, suffit de "bien" coupe le champs électrique.

Accesoirement ces courrant là arrêtait connement le coeur d'un nageur, uniquement grâce (euh ?) à la légère différence de potentielle entre le pied et la main (crawl) d'un nageur et une phase ad-hoc entre ce courant et les pulsations cardiaques.

Bon, par chance rien de tout ça ne reste valable de l'autre coté de la flaque.

Ah, oui, si ça entre par une coque et que ça sort par l'autre, le mangeur de carottes est réconforté. Non ?

Yves.

17 nov. 2006
0

En fait
Le montage ayant déjà réalisé plusieurs hivernage branché à quai sans problème, nos regards soupçonneux se sont rapidement portés sur la vedette de police tunisienne d'en face, dont les branchements étaient très poétiques mais très loin des standards en la matière. En gros, nous soupçonnions une phase qui passait dans la terre .....

D'après ce que j'ai entendu, ceci se produit pas forcément parce que ton montage est defectueux mais parce que d'autres bateaux ont un montage rock'n roll et sont reliés sur le même réseau. D'où ma décision d'installer une protection pour les périodes longues branchées au quai. Personnellement mon installation a l'air d'être bonne (après une grosse refonte quand même), mon anode ne se bouffant pas vraiment très rapidement, mais je n'ai pas envie de me reposer sur une certitude .......

17 nov. 2006
0

terre...negatif
Pour etre plus clair et contrairement a ce qui est souvent dit plus haut, aucune norme n'oblige a relier la terre au negatif du bord... ou plus precisement des que l 'on dispose d 'un differentiel 30Ma ou d'un transfo d'isolement cette liaison n'est aucunement obligatoire...et comme le differentiel est obligatoire...la liaison ne l'est plus.....
C'est dailleurs ce qui est monté en standart sur tous les bateaux de serie francais...actuels
Donc il ne peut y avoir de probleme d'electrolyse créé par le cable vert :jaune de terre , meme en stationnement prolongé si le materiel installé a bord est serieux , c'est a dire avec un negatif isolé de la terre....
Dom

17 nov. 2006
0

Et j'oubliais
elle dit egalement que le dif 30 ma est obligatoire ..

20 nov. 2006
0

Le retour
après absence ...

On est bien d'accord tant dans la nouvelle que dans l'ancienne 224 on est "norme" alement tenu de brancher la terre a la masse du bord dans le cas standard ...

donc soit on ne le fait pas et on est hors normes (c'est je pense le cas le plus frequent), soit on respecte la norme et est electrloysé en masse ...

ou on met un tansfo d'isolement (ou similaire)

20 nov. 2006
0

pourquoi non
on dit la même chose ???

20 nov. 2006
0

C'est ce que je dis
Pour respecter la norme et etre tranquille on met un Transfo d'isolement !!!

Par ailleurs dans l'ancienne division 224 qui s'appliquait encore il y a 2 ans et devrait donc couvrir au mmoins 90 % du parc existant, il me semble que cette "exception" n'existait pas ...

17 nov. 200616 juin 2020
0

Il n’y a pas

que chez les lapin que ce genre de phénomène peut se produire sur la photo, un résultat qui s’est produit en +/- 4 mois!

Alors que rien ne c’était produit en 20 ans...

pfffzzzz

17 nov. 2006
0

Non

J'avais pas depuis j'ai mis... :-)

pfffzzzz

17 nov. 2006
0

Aucune idée de la raison,

je m’en étais aperçu en sortant la barque pour refaire l’antifouling juste avant de partir conclusion, il a fallu courir faire faire un nouvel arbre !
J’en avais profité pour changer l’accouplement et les silinblocs...

Rien de grave, une petite journée de boulot, mais c’est chiant :-(

Bon depuis, je pousse un peu l’installation… mais pour d’autres motifs ;-)

pfffzzzz

17 nov. 2006
0

Comme tous le monde

sur la prise de quai

17 nov. 2006
0

rien
une boite à fusible avec un différentiel en entrée et deux prises! donc terre du quai...

Ensuite juste interconnection par le chargeur
Je n'utilisais pas de circuits complexe à l'époque!

pfffzzzz

snifff j'ai plus de duvel, le frigo est vide :-(

17 nov. 2006
0

C’est juste en sortie

d’étambot devant l’hélice, l’anode a complètement disparue !

pfffzzzz

17 nov. 2006
0

L’hélice n’avait rien,

ce qui est assez logique, sauf dépôt de l’oxydation de l’arbre, elle avait d’ailleurs été vérifier par le fournisseur du nouvel arbre qui est aussi fabricant d’hélice...

17 nov. 2006
0

P......g mais c'est du a quoi
c'est el nino, le rechauffement de la planete, ....

au depart ça m'intriguait, maintenant ça commence a me faire flipp..

En plus toi, Cobra, tu as la totale, l'isolateur machin truc,.... ?

17 nov. 2006
0

c'est pas du a cose de
le centrale d'a coté?? rigolle pas !!! :-(

17 nov. 2006
0

Et avant de mettre
la terre etait branchée comment ?

17 nov. 2006
0

Cobra, je sais que les serpents
ont le cerveau dans la queue mais quand même :mdr:

Comment etait relié la terre à bord ....

repiqué sur la masse du bord,

ou

circuit independant

Et Une Duvel :alavotre:

c'est l'heure

17 nov. 2006
0

Je compatis
sans Duvel .... :-(

Merci du renseignement

17 nov. 2006
0

Salut cobra
C est quand méme pas l arbre moteur vers l étambot ? :-(

17 nov. 2006
0

Et l'hélice?
Quel état? Quelle couleur?

17 nov. 2006
0

Pourquoi logique ?
Sur le cata, toutes les pales des deux hélices ont été bouffées par l'électrolyse.

J'ai entendu 2 autres histoires semblables (ça semble en fait assez courant) mais pas vu de moi même, où les hélices ont dérouillé ( :-D ) en même temps que les arbres.

Par contre, tu ne dis pas si le chargeur était resté branché en permanence ou si c'est une electrolyse due au circuit 12V ....

17 nov. 2006
0

Une solution simple
Utiliser des ponts de diodes dont les sorties sont sous forme de languettes pour clip 6,35. En général il y a un gros trou de 6mm? au centre pour la fixation.

On relie le plus au moins par un fil. L'entrée se fait sur une des bornes alternatives la sortie sur l'autre.

La chute par diode est de 0,45v sous 100µA, 05,V à 1mA et 0,6 à 0,7 volts à courant plus fort. Soit environ 1 volt/pont (2diodes utiles).

L'avantage d'un pont exemple 25 Ampère est son montage simple et l'isolement des diodes.

La diode supporte un courant accidentel de 300A pendant 10ms (½ période); le pont monte à 4,4V (2 diodes) à 150A qu'il supporte pendant 20ms. ou 60A en 0,1s (ou 25A permanent sur refroidisseur.)

Un pont 25A coûte moins de 20€ . (Voir SKB25/04 chez RS par exemple)

17 nov. 2006
0

je répondais à Freja
pour les diodes à intercaller sur la ligne de terre pour créer une rupture de potentiel.

Mais "répondre" m'a rejeté bien loin de sa demande.

17 nov. 2006
0

la grosse qui pendouile
J'ai eu ça, un temps, après mes premières dents du fond (cf volvo saga).
Pour chaque moteur, j'avais une pendouille relié électriquement au moteur et elle pendouillait dans l'eau au niveau des pales et à 80cm d'ycelles.
Bien sur j'inspectais à chaque passage (tous les 15 jours), ça ne s'usait pas vraiement
Au printemps, à sec, j'ai mis un métrix (pourquoi ?) et ai constaté l'isolation du moteur par rapport à l'embase ou aux pales.

Bon, j'ai deux embases, en parfait état de marche et jamais usées, dans mon musé perso des pièces d'usure du bord.

Yves.

17 nov. 2006
0

c'était une bourde
Dans ce montage, avec anode pendante et immergée reliée au bloc moteur j'espérai augmenter la protection anodique des pales, et palier éventuellement à une disparition prématurée de l'anode en 3 parties qui protège les pales à l'origine. Cette disparition prématurée venait de me couter 3 pales, d'où mon acharnement à bien faire (euh ?)

Bien évidemment rien ne s'est passé puis que l'anode pendante était au potentiel du bloc moteur, lui même isolé de l'embase et des pales. Donc aucun courant ne pouvait circuler de l'anode pendante aux pales via le bloc.

C'était une bourde que le métrix au printemps suivant a mis en évidence et qu'un lecture consciencieuse de la doc a confirmé.

Yves

20 nov. 2006
0

comment fais-je
Pour éviter que l'usure électrolytique des dents du fond ne ruine trop rapidement mes pales :
- je reste branché au quai un minimum
- je ne raccorde pas, ou ne raccorde qu'au besoin, la masse du récepteur BLU (le bornier solidaire du chassis) à la plaque de bronze située sous la coque et notée "plaque de masse" sur les plans du bateau
- j'interpose du mastinox entre l'anode (circulaire ou celle en 3 parties) et les vis inox de fixation au bâti, en espérant éviter la corrosion associée à ce contact là et donc éviter que rapidement les anodes ne pressent plus sérieusement sur le bâti
- l'été je plonge pour surveiller l'état d'usure
- l'hiver j'angoisse et m'adonne à des pratiques sataniques à payment différé
- et au printemps, à la sortie de l'eau, c'est pire !

Dans l'ensemble, ces dernières années y a une amélioration même si je ne sais pas pourquoi

Yves.

25 mai 2020
0

bonjour
pourrais tu nous faire un plan de cablage avec type de diode 25 amperes max merci

17 nov. 2006
0

Tu peux detailler Gilus
je ne sais pas ou tu es là ..

17 nov. 2006
0

En effet....
c'etait loin ...

:alavotre:

17 nov. 2006
0

Merci de l'info
Hop, dans les favoris

Cela dit, ce qui me plait dans la solution de la grosse anode qui pend à l'arrière, c'est qu'on surveille ce qui se passe dès qu'on monte ou on descend du bateau. Alors qu'avec le pont de diode, il faut plonger pour vérifier qu'il fait bien son travail (et là où je suis il n'y a pas le droit de plonger, il faut appeler le plongeur mais on ne peut pas se rendre compte par soi même)

Mais l'un n'empêche pas l'autre non plus, merci encore :-)

17 nov. 2006
0

Attend là je pige plus la grosse qui pendouille
quand tu dis relié au moteur, tu parles bien du moteur, celui qui est censé être isolé de la grosse ...

Et donc là tu as fait de l'anodisation ...?

20 nov. 2006
0

Mais alors maintenant
comment fais tu ?

tu changes tes helices tous les ans :jelaferme:

ou tu as trouvé une solution efficace ..

20 nov. 2006
0

Bien ....
c'est rassurant .... :oups:

j'allume un cierge ..

Toutes idées est bonne a communiquer ..

17 nov. 2006
0

100
té :mdr:

17 nov. 2006
0

ça fait du bien ...
dites , les gars, là je vous trouve vraiment sympa.

Comme j'ai un bateau en alu, tout le monde, ou presque, me marque sa sollcitude à cause des problèmes d'électrolyse (le méchants espèrent bien que tout le mal possible m'arrivera) .

Mais comme tout a été bien réfléchi en fonction de ces problèmes, hé bien, pour moi tout va bien, aucun problème d'aucune sorte de ce genre, électrolyse, corrosion, etc ... rien de chez rien ;-)

Alors quand j'entends vos angoisses, là je revis, enfin :-D

Ahhh, merci encore !

17 nov. 2006
0

Trés cher Robert !!
;-)Il est bien certain ! qu avec un bateau qui hiverne ,au sec !les risques en sont d autant plus limités !amicalement !!! ;-) :-D

18 nov. 2006
0

pas d'inqiétudes
c'est juste le retour des shadocks .

Pourquoi faire compliqué ?

Alors qu'il suffit de débrancher .

17 nov. 2006
0

Toutes les barges ostréicoles sont en alu.
A priori ça semble ne pas poser de problèmes!

19 jan. 2007
0

Juste pour remonter le fil
pour DUF36

19 jan. 2007
0

j'ai pas tout lu mais puisqu'on parle de mon install
1- Relier le neutre VAC au (-) VDC (batterie) n'a aucune necessité et c'est totalement illogique, les circuits électriques VDC et VAC doivent rester totalement indépendants. (comment faire sur les bateaux qui ont le (+) à la coque :-D )

2- Sur Even Keel le beau :
- 1 circuit VAC tout a fait ordinnaire 2 phases + terre à l'époque reliée à la terre de la borne.
- 1 circuit VDC comprenant 2 paires de batteries qui sont mises en // en permanence (c'est l'objet de mon projet actuel). 1 gros bus (-) près de chaque moteur regroupe les (-) de chaque coque. Ces bus sont reliés entre eux par un cable suffisant (70 carré).
- 1 circuit de grounding ou de mise à la terre reliant toutes les parties métalliques immergées ou non sur chaque coque. Chaque circuit est connecté à son bus(-) respectif ET est connecté à l'autre circuit de mise à la terre par une liaison spécifique de mise à la terre (fil vert).
Ce circuit de grounding fait l'objet du fil "le gros fil vert".

En tunisie je suppose que la vedette métallique de la garde nationnale qui avait des branchements divers et variés sur différentes bornes avant les compteurs,... et était réputée -je ne le savais pas encore à l'époque- pour avoir eu plein de problèmes électriques et corrosions, m'envoyait un courant continue (le géné était en rade pour raison de fuites !) à travers la terre de la borne. Ma mise à la terre (grounding) étant relié au (-) du bateau tout comme la terre VAC (comme doit être fait tout montage dans les règles de l'art) ce sont donc mes anodes puis, les arbres, les hélices et les chaises qui ont trinquées. Pour en arriver à ce point de corrosion en 5 à 6 mois, je suppose que l'intensité devait être très importante (de l'orde du 1/2 ampère voir +).
Etant le seul bateau connecté en permanence durant cette période, les bateaux voisins n'ont pas eu de problème.
Après avoir viré la vedette, le port à fait posé illico presto (plus vite que la digue hein) des anodes qu'ils surveillent anxieusement et régulièrement. Je suppose qu'il y a certainement d'autres problèmes avec l'électricité du port proprement dite mais je n'ai rien mesuré de représentatif.
Une fois la vedette partie, et mes problèmes découvert, j'ai relevé entre l'eau de mer et le bord du ponton en alu 1,6 volt mais, même après m'être creuser ma petite cervelle de lapin, je ne sais pas dire si cela représente quoi que ce soit.

Pour tous les problèmes électriques liés au bateau je recommenderais pour la nième fois le génial :
"Boatowner's mechanical & electrical manual" de Nigel Calder qui n'a qu'une trentaine d'années d'expérience dans à peu près toutes les configurations de plaisance possible. C'est evidemment en anglais

19 jan. 2007
0

mon Lapin
comprend rien ce soir ...

que tu dis ?

neutre VAC sur - VDC ... aucun interêt abstraction faite des pb reglementaires ... suis bien d'accord a eviter ..

mais tu nous dit "Ma mise à la terre (grounding) étant relié au (-) du bateau tout comme la terre VAC" ... la terre VAC c'est le neutre ... chez Mr EDF donc ils couchent tous ensemble .... les carottes sont cuites ou bien ....

19 jan. 2007
0

Mais mon lapin
ce que je te dis c'est uniquement que

"Le neutre est la référence de potentiel ou de tension pour les phases produites (il n'y a qu'un seul neutre commun à toutes les phases). Il constitue une sorte de référence "zéro volt" du générateur. Dans le cadre de l'alimentation domestique, le neutre est d'ailleurs relié à la terre côté production d'électricité. Il n'est donc en principe pas dangereux de le toucher"

extrait de sais plus ou

19 jan. 2007
0

L...
Heu... Brancher L1 et L2 ça donne du 38O v en bout :-D

19 jan. 2007
0

Ben t'es pas prêt de devenir zephyr le blanc ;-)
la terre c'est le fil vert. (ou chiné vert et jaune en france)
le neutre c'est le fil blanc.
la phase c'est le fil noir.

La terre VAC c'est le fil vert c'est donc pas le neutre, c'est la terre VAC.

Le neutre c'est le neutre (pas évident en europe ou la phase n'est pas repérée visuellement).

Pour remarque, sur un quai de port on ne branche pas n'importe comment les fils phase et neutre (comme à la maison).... sinon risque de corrosion galvanique (à travers le chargeur, suivant modèles). Si on doit monter une nouvelle prise, on prend son voltmètre pour vérifier où est la phase.

Tu remarqueras aussi que la grande majorité des appareils VAC destinés à la plaisance sont reperés Phase ou L1 et L2 ou N et que la terre se connecte normalement sur la carcasse (puisque c'est son but) de l'appareil.

19 jan. 2007
0

on dirait un bateau US
Even, à te lire on a l'impression que ton bateau est cablé US (c'est un compliment)

J'ai trouvé par mal de détails dans "metal boat quarterly" (takari.ouain.com[...]Ref.pdf , en français ailleurs) et moins dans takari.ouain.com[...]RCC.pdf (pour les dumbs)

Sur la ddp de 1,6V que tu relèves, ça te donne le nombre de diodes à mettre en série dans ton isolateur galvanique, non ;-) Y a du goinfre dans les parages, un navire en cuivre à proximité ? une protection galvanique active qui est en rade sur un navire de guerre ?

Quand à l'intensité nécessaire pour goinfrer 500 grammes (estimation) de zinc en 6 mois, je suppose que c'est nettement moins que 0,5 A. N'importe quel chimiste te calculera ça en 10"

Bien noté ta référence, m'en va causer de ça à l'amazonne.

19 jan. 2007
0

Ah, c'est un US
"une normalisation ABYC et des cables étammés sur toute la longueur"

Un seul mot : respect.

enfin deux : bonjour la compréhension de l'équilibre l'ensemble. NE TOUCHE A RIEN (oui, je hurle)

allez, bon courage.
Yves.

PS : étammé sur toute la longueur, le rêve.

19 jan. 2007
0

Ben oui, c'est un US
et c'est aussi un compliment pour moi ;-) .
Les lagoons 37 et 42 ont été construit sous license par TPI (tillotson-pearson les JBoats) dans les premières séries.
Un travail structurel et fibre digne des plus grands, une normalisation ABYC et des cables étammés sur toute la longueur, suréchantillonage etc...et la cerise sur le gateau : tout l'inox venant d'europe en 316.
Le seul reproche était la taille de l'accastillage fournit par Jeanneau. J'ai du passer le winch de GV en 44, recuperer le 40 pour les drisses et mettre le 30 de drisse récupéré en winch de prise de ris (inexistant au départ).
La répartition des poids étant refaite à mon goût, c'est franchement un vrai vélo et je sens que je vais le garder (inchalla) longtemps.

21 jan. 200716 juin 2020
0

queques infos
1. TERRE : une connexion de terre n'est JAMAIS équipotentielle dans une installation. Preuve en est qu'en habitation, on replante un fil et EDF n'apporte pas la terre, elle ne sert à rien veant de l'EDF.
Maintenant, sue les quais on a la même terre, SOIR DISANT. Chaque utilisateur recrache dans la terre un infime courant dit de fuite, du aux défauts d'isolements des appareils sous tension, ce courant doit être inférieur à une limite nrmalisée de 3,5mA, donc peanuts, mais il existe et il est toléré. Un courant nul est utopique pour tous les appareils, mieux vaut le savoir, le limiter que dire = 0 alors que ce n'est pas possible.
jusque là, vous suivez, mais prenons le copain d'à côté, lui a la phase 1, toi la phase 2 (le même neutre), et le copain à gauche, la phase 3 car vous le savez, notre 240V, c'est du triphasé 400V au coin de la rue. je ne vous détaille pas la démo, mais qu'y a-t-il donc comme courant ds la terre ???
eh ben il y a un courant patatoïde dit-on chez noue, pas vraiment à 50Hz, mais plutôt entre "continu" et qques kHz, je rigole pas, c'est vrai, demandez à EDF, ça les gêne.
Donc le fil de terre ramène du continu = électrolyse car votre boat, il n'est pas à la même terre que le quai, et le courant de la terre du quai passe dedans.
CONCLUSION: les diodes en série, pas bête, le courant continu sera pour le moins atténué.
2. Le transfo d'isolement: son intérêt est de désolidariser la phase et le neutre de la terre. Donc si la cafetière te fait prendre le jus sur sa partie métal, le courant restera faible = courant de fuite du transfo &lt1mA donc pas dangereux.
La terre doit être à la masse (norme) et sur les appareils de classe 1 qui doivent être réunis à la terre, même à travers le transfo. Si tt était parfait, pas besoin de différentiel en milieu "protégé", mais en milieu humide, rien n'est parfait. Donc un différentiel obligé. On parle de protection de premier défaut:
1èrement le transfo
2èment le différentiel
l'un ou l'autre peuvent être en défaut, et si les 2, ben t'es mort...
Et comme tte partie métallique est bien conductrice, il faut ttes les raccorder ensembles à la terre car si on touche la cafetière et un winch (qui peut être électrique en +), faut pas se transformer en ampoule.
3. L'électrolyse: rien de plus sournois, ça électrolyse 24H/24; pas besoins d'Ampère, des µA, des mA suffisent à vous pourrir la vie. On parle de piles, mais ce sont des piles de qques mV (des fois 100nesmV mais là c'est grave) constituée de 2 métaux et le circuit de fermeture, c'est l'eau de mer, car les 2 métaux en contact, c'est là où est la pile, c'est pas un court circuit. Si on étend à tt l'ensemble d'une ligne d'arbre : hélice + arbre + moteur + batterie + quille +... ça en fait des piles plus des courants de fuite du bateau et courants perdus ds l'eau (du voisin par exemple).
Donc un conseil, plus y a de bor..l électrique à bord, plus nombreuses grosses seront les anodes (il vaut mieux en avoir plusieurs moyenne qu'une seule balaise).
J'espère avoir expliqué des choses pour expliquer des questions précédentes, je joins un schéma, tout ça ss prétention, c'est juste ce que j'ai pu comprendre de qques pb sur mon boat et ds mon job (y a encore des morts à cause de mauvaises terres).
Allez à plus, et faite gaffe. ;-)
jlc

25 mai 2020
0

Bonjour Simbad,

Si je comprends bien le schéma, c'est, ceinture et bretelle, transformateur d’isolement sur la phase et le neutre, et isolateur galvanique sur la terre.

Pour ma part, je me pose effectivement une question. A la lecture de tous les forums et documentations techniques, j'en conclue que le transformateur d'isolement ne fourni pas de terre isolé et qu'il faut donc le raccorder à une terre/mer créer à bord. Hors, je préfère largement les solutions "coques totalement isolée (en alu) donc circuits bipolaires partout, moteur isolé, et tous les équipements électriques qui pourraient "fuir" par leurs fixations, montés sur silentblocs. Donc je ne souhaite pas créer une terre/mer. Et surtout pas y raccorder la coque. Je ne comprends donc pas bien les schémas de câblage notamment de VICTRON qui raccordent la terre du transformateur d'isolement à la coque et au moteur?
En effet, il arrive un moment où la question des fuites électriques et de l'électrolyse se pose en terme de statistique, autrement dit, plus il y a de connections possibles entre des équipements et la coque, plus le risque de fuite existe. Donc je reviens au point précédent, et je limite au maximum les risques de fuite par une isolation draconienne de tout ce qui est possible. Pour exemple, chauffe eau monté sur silentblocs, vis inox dans l'alu avec tube et rondelle d'isolement en téflon et mastinox, tous les câbles électrique posés dans des gaines et tous les composants électriques montés dans des armoires IP67, en plastique, etc. Mais, il restera naturellement des éléments impossibles à isoler et notamment les élément qui sont reliés par les circuits d'eau et certains équipements électrique qui ne peuvent pas être enfermés dans une armoire (ventilation, échauffement).

Donc si l'on veut effectivement être "propre" (au-delà du coût et du poids) et totalement isolé, la seule solution semble effectivement être celle que tu présente (transformateur d'isolement et isolateur galvanique).

Quelqu'un peut-il me confirmer ces éléments, et surtout que la borne de terre des transformateurs d'isolement victron ne fournissent pas une terre isolé (au même titre que le neutre et la phase) mais au contraire, doivent être raccordés à une terre ?

Merci.

Gilles.

25 mai 2020
0

Salut si transformateur d’isolements, il recrée une terre artificielle donc tu seras toujours protéger quoi qui ce passe.

Si isolateur galvanique c’est un pont en diodes qui permet que la terre ne passe pas pour du courant résiduel ( 1,6v je crois ) au delà, le courant passe et y auras de l’électrolyse

La différence de poids et de prix ce trouve à ce niveaux là surtout

25 mai 2020
0

Merci pour la confirmation.

Gilles.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les caprices du ciel

Après la pluie...

  • 4.5 (56)

Les caprices du ciel

mars 2021