même l'alu, ça coule!

29 nov. 2016
29 nov. 2016

Oui ben justement je n'ai pas fait gaffe à la date du fil et du coup j'y ai été mettre un post pour rien.

29 nov. 2016

c'est de l'alu, ce n'est pas de l'acier.
je me questionne que un OFNI qui puisse faire une voie d'eau dans de l'alu que l'on ne puisse pas trouver.....

29 nov. 2016

Localiser une voie d'eau est beaucoup moins évident qu'il ne paraît en première approche. C'est même souvent impossible.
Il faut avoir été confronté au problème pour s'en rendre compte.

29 nov. 2016

Sur un ancien LN il y avait eu la très longue description d'un même naufrage pour les mêmes raisons d'un superbe DI acier 12m.
Il avait coulé comme le Titanic en plus d'une heure, et en plus la survie qui venait d'être révisée avait eu aussi de gros problèmes.
Les aménagements d'une coque métal ou autre ne permettent pas toujours de repérer ou d'atteindre la voie d'eau par l'intérieur.
Perso, à défaut, si l'enfoncement est assez lent, et au moins sur un DI, je tenterais peut-être de faire glisser un spi par l'extérieur.
Pour les coques métal une tôle n'éclate pas comme une coquille, cas des composites, mais peut se poinçonner ou se déchirer. Parfois une soudure ratée ayant échappé au contrôle peut aussi se rompre (cas d'un Ovni)

01 déc. 2016

well done

29 nov. 2016

On parle sans savoir. Il n'y a pas qu'un OFNI qui puisse faire couler un bateau. Un passe coque défaillant bien caché dans les fonds du bateau peut avoir le même résultat.

29 nov. 2016

Heu, j'ai un océanis 473 et je n'ose pas dire combien j'ai de passe coque...Mais ils sont accessibles et je sais où ils sont. Je ne comprends pas ( ce la ne m'est jamais arrivé) qu'on ne puisse pas trouver d'où vient une voie d''eau dans un délai raisonnable, genre 10 à 15 minutes....

29 nov. 2016

Normalement, il y a une pompe qui se met en marche et elle fait du bruit.....

29 nov. 2016

En général quand on s'en aperçoit les planchers flottent déjà, ce qui ne simplifie pas la recherche.

29 nov. 2016

Bonsoir,
j' ai malheureusement eu l' occasion de "tester" la détection de grosses voies d' eau sur deux bateaux, et je peux te garantir que c' est pas évident:
-la première fois en décembre 83, sur ma Corvette, à 7M au NE de Foz (cote nord Espagnole) F6 au près serré, avec mer hachée et très courte, le bateau tapait parfois très dur, jusqu' au moment ou après un ènième choc dans le creux d' une vague, très grosse voie d' eau (çà montait à vue d' oeil). Etant à deux à bord sans pilote, la pompe n' étalant pas du tout, un à la barre et l' autre à chercher l' origine, çà montait tellement vite qu' en vidant seau sur seau et en se relayant toutes les cinq minutes, on s' est échoué un peu plus d' une heure plus tard sur la plage de Foz (la flottaison était rendue à 20cms sous le pont) dans les rouleaux. C 'était en fait une réparation male faite par l' ancien proprio qui avait lachée, et le CP était fendu sur une cinquantaine de cms dans les fonds sous la couchette avant. On avait pas réussi à la détecter! évidemment, si il y avait eu une personne de plus à bord, on aurait pu passer le tourmentin sous l' avant de la coque.
-la deuxième fois avec mon Armagnac au large de la côte ouest du Groënland, toujours au près, après avoir heurté un growler d' environ 1m3 non détecté, grosse voie d' eau dont l' origine ne fut trouvée qu' après avoir viré de bord cinq à dix minutes après le choc. L' eau avait eu le temps de monter jusqu' au niveau des matelas de couchettes. Le bordé était explosé sur tribord, ainsi que la cloison de cabine avant et une lisse! Mais tant que tout çà était sous la flottaison, on ne voyait pas d' où çà rentrait. Après le virement, on a vu tout de suite, et pu regagner un abri en restant tribord amure.
Gorlann

Quel scoop, "l'alu ça coule"...
;-)

29 nov. 2016

Sorry
Même si je suis heureux et fier de ma culture 'maternelle', je ne suis pas du genre porte-étendard de la francophonie. C'est peut-être à force de vivre dans un pays trilingue.
I'm so sorry

29 nov. 2016

Oui c'est clair on ne sait pas tout.
Ce qui est surprenant c'est le "on a bien tapé quelquechose" comme si cela n'avait pas été vraiment violent.

29 nov. 2016

on ferait bien de mettre des cloisons étanches sur les bateaux à partir de 11/12m cela serait une vraie securité

29 nov. 2016

Il y a peut être 30 ans un voilier neuf en alu (alubat? ) est parti traverser l'atlantique le choc des vagues ....l'alu s'est déchiré et le voilier a coulé... après le constructeur a rajouter lisses....

29 nov. 2016

Un 18 m, acier, skipper par un compétent, de nuit coulé en très peu de temps, incompatibilité des soudures/tôles !!!

29 nov. 2016

Une brèche dans la coque se colmate que très difficilement de l'intérieur, d'une part l'accès est souvent difficile et d'autre part, la pression d'eau repousse la bourre.
Si la voie d'eau n'est pas trop importante pour couler le bateau en 5 minutes, le mieux serait de tendre une bâche (taud soleil) sur la coque pour colmater de l’extérieur, la méthode de l'amiral russe Stepan Makarov, dit ''le paillet de Makarov'', la pression de l'eau applique la bâche sur la brèche.

30 nov. 2016

Voir les vidéos des différentes techniques (je sais, c'est encore en british. Désolé pour les unilingues)


Le problème est surtout d'envisager la mise en oeuvre de l'une ou l'autre de ces techniques en mer, quand ça bouge, peut-être sans lumière, avec des coffres pleins, des affaires qui commencent à flotter au dessus des planchers et enfin, un équipage pris de panique.
De la théorie à la pratique, il y a toujours une grosse marge. Et (il faut le reconnaître) peu d'entre-nous s'astreint à un entrainement pour faire face à de tels événements.

02 déc. 2016

Si tu te sens mal avec cela, ne regardes pas les autres vidéo de la série (feu, dématage, chavirage, explosion de gaz, ...).

Le but était d'illustrer les dangers et solutions autrement que par des théories livresques. A ma connaissance, c'est le seul vrai "crash test" mené sur un bateau de plaisance.

Je suppose que tu as moins d'état d'âme de monter dans un voiture dont les premiers exemplaires ont terminé contre un bloc de béton en laboratoire.

01 déc. 201601 déc. 2016

Il n'y a que moi qui me sent mal en voyant ce mec défoncer la coque à grand coup ?! :lavache: :lavache: je suis choqué :tesur:

géniale la technique du parapluie :pouce:

Sinon pour ce qui est des voies d'eau, j'ai eu à expérimenter mais dans mon cas c'était une petite facile à colmater et de jour au mouillage dans une baie calme...
Le bateau avait de l'eau quasiment jusqu’à l'entrée de la descente (jouet 27 tarentelle) et flottait encore bien droit avec deux personne à bord, certainement que ça n'aurait peut être pas été le cas dans de la houle au large mais ca m'a rassuré (pour mes futurs voies d'eau :P)

01 déc. 2016

Vivement les coques en lithium, seul métal qui flotte ;)

Et le sodium, il sent le pâté?

Comme ils réagissent sensiblement de la même manière "active" au contact de l'eau, je ne suis pas persuadé que ce soit une solution "pertinente" de les utiliser pour confectionner une coque :mdr:

01 déc. 2016

c'est normal il suffit de mettre les lettres dans le bons sens et d'ajouter un "e"
et ça coule
alain

Phare des Sanguinaires - 6 juillet 2023

Phare du monde

  • 4.5 (197)

Phare des Sanguinaires - 6 juillet 2023

2022