marine marchande la parole est a vous !

il n'y a pas que moitessier quui nous a fait réver, mais aussi conrad !
Alors sur HEO il y a des anciens ou encore présents de la marchande. Il ne la ramènent pas trop avec ca, mais on le sait un peu.
Moi ca me plairait bien qu'ils nous racontent un peu des anecdotes de vie, des parcours (ils ont toujours des parcours de fou), des navigation si lointaines, le monde des grands ports.

Vous vous sentez ?

L'équipage
13 mai 2005
13 mai 2005
0

et puis...
qu'ils nous disent comment est perçu un voilier de nuit dans les vagues... comment nous voit on au radar etc etc :bravo:
Ce serait vraiment sympa que nous piètres navigos ayons les avis et conseils de nos grands ainés, grand merci à vous tous

:pouce:

13 mai 2005
0

D'accord avec pascal...
L'apport de navigants de la Marchande ou,pourquoi pas de la Royale nous serait fort utile pour nous aider à mieux comprendre leut mode de fonctionnement.
Quelques questions : notre visibilité de jour comme de nuit, au radar, leur expérience du comportement des voiliers quant aux règles de route etc...
Je traverse assez souvent la Manche, voire le rail au large du Cotentin.
J'appliquie personnellement quelques règles :
- il est plus gros que moi
- il ne me voit pas
- plus loin je passe, mieux je me porte
Il faut dire que, dans certains cas, traverser le rail relève du slalom, d'autant plus que, au large du Cotentin le rail fait un virage et qu'on peut se trouver soudain devant l'étrave d'un "very big" vis à vis duquel la situation était parfaitement claire 10mn plus tôt!

13 mai 2005
0

Un ami qui avait été lieutenant de pont dans la Marmar me disait...

que les voiliers étaient assez bien repérés du haut des passerelles et qu'avec les systèmes très sophistiqués de radar et taximètre il leur suffisait (aux cargos) de mettre 1 ou 2° dans leur cap pour les éviter...

Le problème est que le voilier ne voit pas que le gros machin a changer imperceptiblement de cap et s'en inquiète, quitte à lui aussi d'en faire autant mais peut-être pas dans le bon sens !

Cet ami me disait donc de ne pas changer de cap en route normale, sauf bien sûr dans les chenaux d'accès au port ou séparation de trafic où là le cargo ne peut pas trop manoeuvrer.

J'oserai dire qu'en pleine mer on se croisera babord sur babord, le cargo partant donc sur tribord s'il y a risque.
Dans un chenal idem en quittant pour le voilier l'axe de ce chenal, donc toujours partir sur tribord, que l'on soit croisant ou rattrappé.
A contrôler que cette régle puisse s'appliquer à tous les cas de figures ?

13 mai 2005
0

S'ils ne répondent pas tout de suite
témoignage qu'ils nous voient.

Un jour où je traversais des Needles (sortie ouest du solent) vers les Anglos, brume épaisse.

Dans le rail, au radar, je voyais très bien les cargos se dérouter et passer devant ou derrière.

Les plus chiants sont les pêcheurs, souvent sur programme informatique. Mais bon, c'est vrai aussi qu'ils bossent en équipage juste ce qu'il faut et qu'on se promène...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (11)

mars 2021