Marin et autodidacte, est-ce vraiment possible ?

Quand on a de jolis rêves de voyages lointain sur l'eau , comme moi, on doit se demander par où commencer et quel cheminement suivre pour les réaliser . En ce qui concerne l'apprentissage de la navigation, je n'ais pas la chance d'habiter en bord de mer, ni les moyens de me payer des stages à gogo aux Glénans . Je privilégierais l'apprentissage autodidacte dans mon cas, mais quand on a des projets comme les miens , peut-on raisonnablement espérer acquérir les compétences nécessaires pour les mener à bien sans passer par une formation en club ? Non pas que je ne sache pas naviguer , mais je doute que mes petites compétences sur 4.20 ou Dart 16 fasse de moi un Tabarly , et encore moins qu'elles me suffisent à partir pour une grande aventure.

L'équipage
29 nov. 2020
29 nov. 2020
2

Autodidacte pourquoi pas mais on apprend surtout en navigant avec les autres, en regardant, en écoutant, en complétant avec des lectures théoriques aussi, etc.
Embarquer en tant qu'équipier, c'est très bien si tu le peux. Sur plein de bateaux différents. Tu tombes parfois/souvent sur des gens qui savent très bien manier leur boat et qui t'enseignent aussi bien que dans une formation payante (..enfin, j'ai jamais fait de formation payante donc je peux pas comparer...)
Autodidacte pur - du genre, je passe tout seul du bouquin à la mer - ça me semble pas évident.


29 nov. 202029 nov. 2020
0

Bonsoir

Né comprenant pas bien la question (navigation ?) à la lecture du sujet, j'ai recherché d'après d'autres messages...
Donc si j'ai bien deviné, la question porte sur l'apprentissage solitaire de la navigation 'carte' pour un croiseur 8m-9m au large en semi-hauturier, voire oceanique ?!

Les notions de la TAC (table à cartes) se retrouvent dans la préparation du permis moteur...
- lire une carte, les sondes et basses, les roches et ecueils, amers
- comprendre le balisage et les feux
- déterminer et faire valoir une route (avec la déclinaison, la dérive et le calcul des courants)
- faire le point par relèvement ou radar
- utilisation du GPS (et en panne ?)
- suivre l'estime...
- préparer les routage en rendant compte de la météo et des grib /plus difficile à terre/
+ comprendre les systèmes meteo
(il y a bien des cours en MOOC)

Donc.. Oui !

Mais ensuite il y a la pratique (avec les erreurs de relèvement),
Qui nécessiteront des expériences prudentes et nombreuses, avant d'acquérir un 'sens marin' nécessaire au skipper..


29 nov. 202029 nov. 2020
5

Bonsoir,
Peut-être que je cours à ma perte mais après avoir fait un peu de 420 à l'adolescence, j'ai acheté un Fantasia il y a quatre ans avec lequel j'ai navigué entre Toulon et St Tropez pendant deux ans, maintenant un Bavaria 38 avec lequel nous sommes allés en Corse/Sardaigne cet été et avec lequel nous prévoyons en famille d'aller dans les Antilles dans deux ans.
Je n'ai jamais navigué avec personne. Je ne suis pas contre mais je suis timide 😅


voilic:Donc apprentissage autodidacte, avec mise en pratique progressive.. ·le 29 nov. 22:54
Alexgruissan:Comme Fabien 83 en gros.Mon premier bateau faisant 8m. Le nouveau 10,60m. Je n'ai jamais pris de cours a l'origine. J'ai appris seul. Après j'ai naviguer avec des copains, des regatiers, sur des bateaux de courses.... Mais j'avais appris avant cela et jetait capable de mener ma barque seul et relativement loin... ·le 30 nov. 16:07
29 nov. 2020
0

Oui les réponses données semblent realiste si tu sais manier un dart

Après il faudra être prudent au début


29 nov. 2020
2

Pas évident.
Autodidacte pourquoi pas mais est ce raisonnable ?
Je pense que tout apprentissage sera toujours meilleur avec des sachants pédagogues.
Je vois tout les jours de très bons autodidactes mais qui se mettent en danger où du moins dans la difficulté car non instruit.
Je pense que l'apprentissage de la voile peut-être dangereuse si celui-ci n'est pas fait correctement. Dangereux pour soit et très dangereux pour les autres.
D'ailleurs on s'aperçoit assez aisément que dans ce monde tout s'apprend et que pour apprendre nous avons des profs des anciens qui transmettent leur savoir etc ...
Après chacun fait comme il veut mais méfiance on n'est pas tous des génies !!!!😊😊😊


29 nov. 202029 nov. 2020
2

Sans parler de stages à gogo, dans mon cas, la voie royale pour un apprentissage accéléré est tout de même passée par un stage pour "Toucher" le bateau.

En hors saison, les Glénans ont une offre niveau 1 autour de 600 balles pour 15 jours. Une semaine de voile légère pour les bases et une semaine sur un croiseur. Ça fait 40 euro par jour, avec un croiseur a 200 000 entre les mains et un mono H-24 à ta disposition.

Imbattable, et très belle porte d'entrée dans ce monde.

En plus, comme c est en hors saison, tu es de suite dans le vif du sujet : Ça caille, ça mouille, ça bouge un peu. Du coup, si tu poursuis, c est en connaissance de cause.

Après, si ton intérèt se confirme, tu peux t acheter un petit bateau pas trop cher pour faire tes armes seul, en bassin de navigation protégé. ... Ça te permettra de comprendre ce qu est un bateau, tout en définissant précisement tes besoins et tes envies pour enfin te lancer dans le grand bain lorsque tu te sentiras pret.

Dans le processus, il est important de naviguer en compagnie d autres marins, sur d autres unités pour pouvoir t'auto-evaluer, mais ça, une fois que tu t es lancé, ça vient tout seul.

C est un cheminement que tu feras à ton rythme et qui te fera passer par tous les états...

...d'où l'intéret. 😉

Oui. On peut apprendre la voile en autodidacte. A fortiori avec les outils que l'époque mets à notre disposition et dont heo n'est pas des moindres.

Il y a 40 ans, des centaines de gens se lançaient avec pour tout bagage une féroce envie, et une belle insouciance.

Je ne suis pas de cette genération là, mais j ai dernièrement eu la confirmation que l'on peut encore devenir un honorable marin du dimanche par ses propres moyens, et sans être né sur le pont d'un bateau.

Rien n interdit donc de penser que les limites ne sont que celles que l'on se fixe.

C est la beauté de la chose, et même les plus longs voyages ont commencé par un pas.

Bienvenu parmi les rèveurs eveillés, si tu te lances, de grandes joies t'attendent, à la hauteur des galères que tu auras du affronter pour les connaitre!


Estran:+1·le 30 nov. 07:54
balti:magnifique·le 01 déc. 12:17
kykilou:En parlant d'acheter un petit bateau, je viens de faire l'achat d'un 505, plus complexe à manoeuvrer en solo qu'un 4.20 il me semble. De beaux trips en perspective pour l'été prochain .·le 01 déc. 17:49
ED850:Oui, mais tout seul au trapèze au planning quel plaisir😀·le 01 déc. 17:54
Ar poul du:@ kikilou !! tu es attendu par une certaine Anne60 pour retirer ton bateau et payer les frais de port !! :)·le 05 déc. 21:21
29 nov. 202029 nov. 2020
2

On peut apprendre tout seul, on paie cash les erreurs, ça stimule le progrès. Mais ça va tellement plus vite et c'est tellement moins douloureux avec un mentor bienveillant !
PS : j'ai essayé les deux, c'est ce qui me permet de dire ça…


30 nov. 2020
0

Si tu ambitionne de voyager en bateau à l'avenir, à mon avis tu devrais essayer de te faire embarquer comme equipier débutant pour une transat. Selon le bateau, les escales et la météo, il faut compter entre trois semaines (avion jusqu'aux canaries/cap vert et départ direct) et 2-3 mois (départ du continent, avec visite des canaries, du cap vert, etc...)

si tu n'a pas trouvé d'embarquement avant de partir, il faudra prévoir de la marge pour trouver le bateau ;)

avec cette expérience, si tu est dans une démarche d'apprentissage, alors tu pourra découvrir ce que c'est de passer plusieurs jours en haute mer et la vie de voyageur des mers pendant les escales.
Si tu est curieux tu pourra aussi te faire une petite idée de la préparation/entretien d'un bateau, des usages marins, de la navigation, etc... ça restera basique mais au moins tu saura si ça te plaît ou pas!

Et tu saura aussi si tu est prêt à te lancer ou pas...

Nous sommes parti en couple le 26 décembre dernier, on a été embarqué sur trois voiliers (on a trouvé le premier sur la bourse aux équipiers, les autres au fil du voyage).

Portugal-canaries, six jours de nav, on avait jamais embarqué sur un habitable... ça nous a plu et on a continué!

Croisière aux canaries, puis un moi et quelques au cap vert pour attendre le carnaval, et enfin 18j de nav pour la transat.

On a tellement aimé qu'on a acheté un bateau.

Moins d'un an après avoir découvert la voile sur habitable, on est autonome et on vit sur notre bateau aux antilles.

Pour l'instant on fais des ronds dans l'eau, on continue d'apprendre, on bricole le bateau, et on se prépare très tranquillement à la prochaine étape du voyage.
Et on est biieenn :)

il y a plusieurs "postes" d'apprentissage:
-la manoeuvre (diriger le bateau, tu aura les bases avec la transat si le bateau n'est pas trop automatisé)
-la navigation (choisir sa route selon le vent, les courants, la marée, la météo... ça demande des bonnes bases en météorologie et en cartographie, mais rien d'insurmontable, après il faut écouter la nature;)
- l'entretien du navire (sans doute le poste où il y a le plus d'informations à digérer. Besoin d'un solide sens manuel à defaut d'un gros portefeuille. On imagine qu'un bateau c'est une voile et une coque, mais en fait il y a bien une centaine de petits éléments indispensables à connaitre)
- la réglementation maritime (les priorités, interdictions, obligations, les usages etc...)
- la liberté (il faut réapprendre, ça fais trop longtemps qu'on a oublié ce que c'est :p)

Après une transat, ou au moins une "pré-transat" (traversée jusqu'aux canaries-cap vert) tu aura déjà vécu une super avanture, et en plus tu saura sur quel poste d'apprentissage tu dois bosser le plus pour te sentir prêt.
Et là tu pourra faire ton choix: des bouquins, des nav a la journée, des stages, ou la mise en pratique autodidacte.

Mais je dirais que si tu a un tempérament rigoureux, curieux et prudent, alors tu peu te lancer tout seul cart tu ira à petits pas.

Si en revanche tu est plus tête brûlée, impulsif et impatient, alors je te conseille de rencontrer un max de marin accomplis, c'est grâce à leur expérience qu'on apprend qu'avec la mer on ne fait pas n'importe quoi.

Bon vent en tout cas :)


Kobaia:Personnellement, je ne pense pas que trouver une place d'équipier pour une transat soit un bon moyen de débuter. la navigation côtière est autrement plus complexe avec plein de paramètres à gérer après les avoir étudiésPlutôt que des jours de pleine mer où l'on n'aura qu'à tenir un quart. C'est du moins mon avis·le 30 nov. 08:56
ourob:Oui tu a tout à fait raison, c'est pourquoi la pleine met est une bonne "initiation", et la côtière peut demander une vraie expérience selon l'endroit. Mais c'est comme pour tout, pour apprendre on commence par le plus facile, et on va progressivement :)·le 30 nov. 12:16
balti:bonjourj'apprécie vraiment ta réponse, tu n'as pas brise son rêve et c'est bien ·le 01 déc. 12:36
30 nov. 202030 nov. 2020
3

Ayant été autodidacte pur (ni stages, ni école de voile) j'apporte mon témoignage et dis que oui, c'est possible.

Apprentissage d'abord théorique livresque (Cours des Glénans) puis pratique avec l'achat d'un petit bateau pêche promenade de 3,60 pour m'entraîner.
Puis montée en taille doucement et élargissement des buts croisière.

Mais j'avais la chance d'habiter un département côtier et donc de pouvoir sortir souvent, dans différentes conditions.

Dans ton cas, si tu es loin de la mer, ce serait sans doute là le principal handicap, à mon avis.

Bonnes navs' futures 👍


Kobaia:Juste un dernier petit conseil. Pour tes premières navigations, essaie de choisir un bassin simple mais assez complet. La Bretagne Sud est idéale pour ça 😉·le 30 nov. 11:04
30 nov. 2020
2

Bien sûr que c'est possible, c'est aussi de cette façon que j'ai appris, sans prétendre pour autant que c'est la meilleure façon, c'en est une une parmi d'aitres, c'est tout.


30 nov. 2020
0

Je pense qu'il y a plus de marins autodidactes sur H&O et en mer que de marins ayant suivi un cursus complet d'apprentissage en école.

Remarque:
Si les finances ne permettent pas un stage en métropole, je crains qu'elles soient notoirement insuffisantes pour une transat.


fritz the cat:il n'y a qu'à embarquer pour le trophée jules vernes si tu as des gros bras ,ils ont besoins de techniciens pour tourner les manivelles ,la nav. et les réglages c'est le boulot des ordinateurs .Alain ·le 30 nov. 09:54
BWV 988:Beaucoup de mauvaise foi dans ton intervention...·le 30 nov. 12:23
Chemistrebor:" cursus complet d'apprentissage en école" qu'est ce que ca pourrait bien être que ce cursus en Françe ?Le seul cursus complet qui existe c'est le Yachtmaster et il n'existe pas en Françe, il n'y a même pas un equivallent.·le 01 déc. 15:12
olcdlm:si le yachmaster peut se faire en France, au Crouesty par exemple. un ami l'a fait·le 03 déc. 16:21
Chemistrebor:Oui, j'ai moi-même suivi le cursus RYA et validé le Coastal Skipper à Vannes. (Pour le Yactmaster off shore il faut un "mileage" significatif que je n'ai pas). Mais si le bassin de nav est en France l'enseignement n'est pas en Francais et ne correspond pas à une cursus Français. Il respecte les cursus internationaux RYA ou IYT qui sont des organismes étrangers.Il n'existe pas de variante Française du cursus Yachtmaster , une" maitrise de yachting" de loisir , qui viendrait répondre à la demande des plaisanciers intéressés mais qui n'ont eu l'opportunité d'apprendre par leur famille et milieu. ·le 03 déc. 17:21
MBI:le capitaine 200 peut être?·le 03 déc. 19:13
Chemistrebor:Oui ce serait possible en l'adaptant. Le C200 est un diplôme professionnel qui nécessite 6 mois de formation dans un lycée maritime, donc cela ne concerne pas les plaisanciers du week-end. Maintenant il aurait été parfaitement possible de créer un certificat accessible par plusieurs stages de semaine pour former les plaisanciers à un certificat de Capitaine de Plaisance Voile (= Skipper).Il existe une méthode détournée qui consiste à passer par la régate et de se faire "homologuer" comme skipper en répondant aux exigences des comités organisateurs de régate, voici un exemple top du top avec les conditions d'admissions pour la solitaire du Figaro.
Mais là encore, cela ne s'adresse pas aux plaisanciers du WE , car pouvoir mener des courses de régate de qualification nécessite un gros invest en temps et moyens. ·le 03 déc. 21:25
30 nov. 2020
0

1- lire toute la littérature existante concernant les bateaux
2- acheter un bateau (et une grosse caisse à outils)
3 sortir avec

C'est tout.

Sur H&H on est plusieurs à avoir fait ça. J'en connais perso 3 dont l'un c'est le grutier qui lui montré les premières manœuvres … (il se reconnaîtra surement ici).


30 nov. 2020
0

dejà il y a une premiere approche simple a la portée de tous c'est de passer les permis , cotier puis hauturier ..c'est dejà un dégrossi bien utile .
Non pas que les permis soient necessaire mais on apprends des choses indispensable et on côtoie des autres ce qui fait des échanges .. et en passant les permis on avance plus vite ...


balti:je suis d'accord avec toi et d'ailleurs je suis sur cette démarche·le 01 déc. 12:46
30 nov. 2020
0

Alain Colas ne vivait pas au bord de la mer et pourtant il y a pris son pied.
alain ;-)


Fabien83:Il l'a repris plutôt ! Après avoir failli le perdre... ·le 30 nov. 10:50
Kobaia:Humour Charlie... 👍·le 30 nov. 10:56
30 nov. 2020
1

Si on décompose ce qu il convient d acquérir

1 la marche du bateau
Pour cela, rien de tel que le deriveur pour comprendre at first et avoir les bons réflexes ensuite.

2 la nav
Dans les livres at first puis en cotier avec une tablette et lecteur de carte pour se lancer.
Le compas de relèvement, la règle cas et la carte papier sera l étape secure toujours indispensable.

3 la météo
Bouquin, tuto internet, stage

4 le sens marin
C est faire avant...
Ça s acquière au fil du temps et sur l eau only et on a jamais fini.

Pour les stages, les bobos sont friands des glenans, presque une secte à fuir...
La ffv fait celà tres bien.

Sans être en bord de mer, il y a foultitude de plan d eau interieur avec ecole de voile ffv pour apprendre vraiment à naviguer.

Enfin, tt investissement ds la formation est largement amorti par la casse et les frayeurs évitées

Essaies, tu verras...


thierry0809:J'ai moi-même fait des stages aux glenans où j'ai appris des choses forts intéressants. Le fait de naviguer avec plusieurs personnes est très enrichissant. Les gens qui me connaissent pourraient témoigner je n'ai rien d'un bobo.D'ailleurs c'est bien plus bobo de mettre deux mots en anglais toutes les 3 phrases.....Je dis ça.........Bon pour en revenir aux écoles de croisières il y en a qui plaisent d'autres moins à chaque personnalité ces choix. Les glenans ont pour avantage d'être implanté dans des Bassins de navigation plaisant et variés avec de bons bateaux et j'ai eu la chance de tomber sur de bon moniteur à chacun de mes stages.De plus je pense qu'une infrastructure d'apprentissage ,quelle qu'elle soit , qui existe depuis plus de 60 ans a forcément des points positifs à son bilan autrement elle aurait disparu depuis longtemps.....Bonne nav à tous....·le 30 nov. 11:37
Calypso2:non les bobos ne vont plus aux Glenans , ça fait populaire et il faut se distinguer ça fait brancher ou chic d'aller ailleurs ·le 30 nov. 12:11
30 nov. 2020
4

Si tu n'as pas les moyens d'un stage,essayes d'embarquer comme équipier débutant sur un croiseur.C'est indispensable.
Mais si tu n'as pas les moyens de te payer au moins un stage,comment vas tu t'acheter ton bateau ?🤔


30 nov. 2020
1

Tout dépend de l'objectif. S'il s'agit de faire de la régate ou tourner autour de sa région (parce que grâce à un passeport c'est gratuit), ou s'il s'agit d'envisager une formation "croisière habitable" avec éventuellement départ en autonomie...

Dans ce dernier cas, on peut apprendre seul, bien évidemment. L'avantage étant que ce que l'on utilise ne sera jamais remis en cause et on pourra même croire que l'on tient LA meilleure technique, la preuve étant que c'est ainsi qu'il a toujours fait, et que l'on pourra ensuite transmettre à des néophytes qui croiront eux aussi détenir le savoir. Mais il n'est qu'à observer bon nombre de ces plaisanciers (parfois même très anciens) faire un noeud de chaise ou tourner un taquet, ou encore quitter le quai avec leur voilier, pour se rendre compte que l'on peut mettre en doute tous leurs conseils concernant la gestion d'une croisière en général et même de la voile en particulier.

Mais je trouve bien dommage de se priver d'une véritable formation qui peut apporter le résultat de nombreuses remises en cause. A condition, bien sûr, qu'il s'agisse d'un véritable moniteur dont le métier est l'apprentissage à la croisière, et non pas de ces vacanciers en mal d'activités gratuites et gratifiantes que l'on nomme "Chef de Bord" dans les écoles associatives comme les Glénans par exemple. Bien choisir son école est indispensable, à mon avis : entre un moniteur qui pratique 6 mois par an, et le CdB qui prend 3 semaines de voile gratuites parce qu'il "encadre", les compétences techniques sont totalement différentes.

=> 2 ou 3 semaines de stage suffisent pour louer en pleine sécurité un petit voilier qui grandira avec l'expérience. Au moins les bases correctes seront acquises.

=> en attendant, on peut acquérir les connaissances théoriques nécessaires pour passer les permis côtier et hauturier. Et passer ces permis : il ne pèsent rien quand ils sont dans la poche (impliquent sans cesse de justifier qu'ils sont inutiles quand on ne les a pas...)

=> en attendant toujours, on peut passer le CRR, théoriquement indispensable si on va à l'étranger.

=> en attendant enfin, il existe des formations annexes à la voile qui développent une autonomie minimum indispensable : météo, moteurs, santé, sécurité, etc...


jdmuys:Celui qui enseigne est appelé "moniteur" aux Glénans, pas "chef de bord"·le 30 nov. 13:03
voilic:Moniteur dans les camps à terreCdB : embarqué sur les croiseurs·le 01 déc. 20:43
jdmuys:non voilic. "Moniteur" pour les stages de croisière embarqués aussi. C'est mon expérience depuis mon premier stages en 1979 jusqu'à mon stage niveau 5 en 2012. C'est aussi le vocabulaire utilisé par l'association elle même comme par exemple dans la description de ce stage "périple atlantique": www.glenans.asso.fr[...]5Gp4AAF . Le vocable "chef de bord" désigne un rôle à bord, et pas celui qui enseigne. Il y a par exemple des stages "chef de bord": www.glenans.asso.fr[...]9ZzTQAU ·le 02 déc. 00:28
30 nov. 2020
3

"C'est indispensable"

Je ne pense pas. Disons que ça ne peut nuire, mais ce n'est nullement obligatoire.

Sans parler de mon propre cas que j'ai cité plus haut, nombre de copains connus par la suite avaient suivi le même parcours, et ne s'en portaient pas plus mal.


30 nov. 2020
0

Après avoir maitrisé un 420 on peut piloter sans problème un voilier plus gros, nettement plus stable.
Pour la navigation il faut travailler et si possible passer les permis A: toutes les marques les règles ne s'inventent pas et doivent être parfaitement apprises et connues sans hésitation, car c'est absolument vital !!!!, puis B qui est le minimum pour la Cartographie et les marées. Il reste à comprendre la Météo et à passer l'indispensable CRR marine. Après il faut tout mettre en pratique en naviguant et en élargissant sa zône de navigation. La sécurité doit alors être un impérati.
L'hauturier est finalement nettement plus simple que le côtier.
Tout cela prend du temps et peut se faire tout seul. La gestion du bateau et du bord n'ont rien de commun avec les bases précédentes mais il y a de nombreuses compétences à développer, surtout côté moteur


30 nov. 202030 nov. 2020
5

Cela va être plus long, deux fois la peine, tu ne sauras pas vraiment si tu fais de la merde ou pas.
Cela dépend de tes capacités d'apprentissage de tes compétences pour aller chercher la bonne info ou pas etc.
Tu pourrais faire un truc de travers en pensant bien faire...être persuadé de savoir et pourtant ne pas y connaître grand chose ...

Il faut bien se dire une chose: c'est plus dur de DÉSAPPRENDRE que d'apprendre.

D'un un autre côté je suis certain que des autodidactes sont très bons...mais pas tous.

Par contre si tu te formes dans une école de voile avec des skippers pro j'insiste sur pro ...
donc des gars qui passent environ 200 jours sur l'eau et qui sont eux mêmes managés par des marins pro chefs de base.Cela va te coûter un peu, disons 8 stages d'une semaine à 500 balles le bout...

En chiffre cela veut dire: que tu vas fréquenter pendant 40 jours un marin pro soit 8 skipper différents , même si un gars n'est pas trop pédago...rien que en faisant l'éponge en écoutant en regardant et en faisant sous son contrôle tu apprendras, tu auras vu passer plus de 30 équipiers différents les regarder merder faire des conneries qui pour le coup seront signalées par le skipper, tu apprendras encore, ton apprentissage sera référencé et validé.
Tu connaîtras vraiment tes lacunes et les thèmes que tu devras améliorer et surtout tu auras navigué dans des conditions que tu n'aurais peut être pas connues autrement.


30 nov. 2020
2

Même si perso ce n'est pas de cette façon que j'ai appris, je pense objectivement que MBI est dans le vrai.


30 nov. 2020
0

pro ou pas pro celà n'a aucune importance . il faut simplement avancé et pour avancer il faut etre accompagné , adherer a un club nautique par exemple est une bonne chose car generalement ils dispensent des "formations" organisées par eux m^me..
puis sortir en mer en tant qu'équipier aussi , faire un stage lorsque ça se presente ...
et puis achete rson bateau et naviguer c'est la meilleur école:navigué et encore navigué


faby9:"pro ou pas pro celà n'a aucune importance"pour avoir testé les 2 dans différentes activités, j'affirme qu'au contraire il y a une énorme différence :
  • en termes de compétences techniques réelles
  • en termes de compréhension approfondie des techniques utilisées,
  • en termes d'expérience (tant celle de la pratique que celle de la pédagogie)
  • et généralement en termes de pédagogie.
Un pseudo moniteur (pseuo parce qu'il ne l'est que dans le cadre de son association...) ne peut enseigner que dans le cadre de son association, et s'il est adhérent à la fédération.. Un moniteur pro est, lui, diplômé d'état et peut donc, enseigner dans n'importe quel type d'école.·le 30 nov. 14:52
MBI:200 jours par an sur l'eau ( pas au mouillage heing!) versus 3/4 semaines sisisi il y a une très grosse différence!·le 30 nov. 15:08
30 nov. 2020
1

bon d’abord ,si tu veux y arriver dans ce domaine,on ne dit pas autodidacte,mais batodidacte...
je suis deja sorti—————->


30 nov. 2020
2

De nos jours ça n existe plus, profs, leçons à tout va pour n'importe quoi, j ai entendu une leçon pour apprendre a pisser!
Ds les années 70 en bon autodidacte j'ai découvert en arrivant à Dakar qu il existait des courbes de déviation...
C est ton choix, si tu n es pas gêné par le paraître, fais à ta guise...


MBI:Tant que tu ne met personne en danger...pourquoi pas...faudrait demander à la SNSM des infos statistiques sur la typologie des équipages secourus...·le 30 nov. 15:06
Django:Elementaire;autodidacte mais pas arrogantClairvoyance donc humilité et prudence à tous les étages ·le 30 nov. 15:12
Arzak:+1 Django·le 30 nov. 16:37
Calypso2:c'est se qu'apprends en premier lieu l'autodicdacte l'humilité,la modestie ,le diplômé attrape souvent le melon ·le 30 nov. 17:44
kykilou:Et je dévore toujours avec autant de plaisir ton livre Django . J'adore le récit de ta traversée sur un 7m. ·le 05 déc. 18:46
30 nov. 2020
0

La solution intermédiaire serait de faire appel à un coach en autodidactie. Un coach qui apprenne à bien apprendre par soi-même.
Avec tous les coach en tout et n'importe quoi qui existent, ça doit bien pouvoir se trouver !


Calypso2:plus + ·le 30 nov. 17:45
faby9:S'il est rémunéré, il a les diplômes d'état. ça se trouve, en effet.Mais si on estime le coût d'un stage trop élevé, celui d'un prof perso l'est encore plus.Bon, après, il y a le gratuit. On en a généralement pour son argent...y'a plein de gens qui n'ennuient et ne peuvent plus naviguer seul sur le voilier qui n'attendent que ça, de "partager leur passion"... ·le 30 nov. 18:29
Fabien83:Euh faby9, tu répondais à qui ? J'espère que tu n'as pas pris ma "solution intermédiaire" au sérieux !Sinon pour info des coach diplômés d'état, faudrait vérifier, mais à mon avis ça ne court pas les rues. ·le 01 déc. 11:04
faby9:Pour enseigner une pratique sportive à titre rémunéré, il faut un diplome d'état ( sauf pour la FFV, exception peu justifable)·le 01 déc. 12:36
30 nov. 2020
0

Django.Tu parles de pisser mais pisser correctement en bateau dans une mer démontée ce n'est pas donné à tout le monde.... :-)


Django:On a chacun nos combines:0))·le 30 nov. 15:49
30 nov. 2020
1

si vous voulez, je peux vous signer «un laisser pisser»


30 nov. 2020
1

Mon véritable problème est qu’étant confirmé, je n’apprends plus rien.

Et quand je navigue avec des collègues, ce qui est rare, j’apprends plein de choses.

Hervé


thierry0809:Tout à fait le fait de savoir laisse à penser qu'il n y a plus rien à apprendre. C'est là le piège....·le 30 nov. 20:45
Calypso2:or on ne sait jamais tout ,il y a toujours toujours a apprendre quelque soit le sujet et le jour ou l'on apprends plus on est mort...·le 30 nov. 21:09
01 déc. 2020
0

Pour donner ma petite réponse :
pas besoin de faire plusieurs stages, juste un c'est très bien.
par contre, être équipier sur le bateau des autres, c'est vraiment utile.
Maintenant, on peut tout faire tout seul, mais c'est plus long, et plus cher (à l'usage, après avoir cassé 25 trucs)

Voilà, pour ma réponse, mais notez que Kykilou n'a plus redonné signe de vie après son premier post (mais comme il fait ca dans presque tous ses posts...)


MBI:Juste un en partant de zéro? Je n'y crois pas une seconde ...c'est quoi plus surdoué que surdoué?·le 01 déc. 11:57
Virgule:pourquoi être si catégorique ? perso, en partant de zéro, je n'ai fais aucun stage pour apprendre à gonfler mon annexe et à pagayer de travers.·le 01 déc. 13:51
kykilou:C'est vrai que je ne me manifeste pas beaucoup après mes posts , mais c'est surtout parce qu'en général je suis satisfait des réponses . ·le 05 déc. 18:31
01 déc. 2020
1

Je pense qu'il y a aussi une question de capacité personnelle. Parmi nos stagiaires, même dans l'école de sport avec des gamins qui pratiquaient pendant des années, certains n'arrivaient pas. Ils devaient réfléchir à leur positions, prendre des repères extérieurs pour la direction du vent, penser au réglages des voiles et faisaient des bords de près un peu au pif même après des années. D'autres, ça venait tout de suite. Savaient ou était le vent, le courant, sentaient le bateau accélérer, voyaient la risées. En habitable , c'est pareil. L'un sait ou pisser le premier jour, d'autres empannent sans le faire exprès au bout du 5ème stage. Je pense qu'il y a une question de repère dans l'espace qui fait que certains "comprennent" la mer et le bateau directement, d'autres malgré une culture livresque et "glénanesque" auront toujours du mal à sentir la chose. Comme mon copain prof de ski qui me disait que le plus dur, pour certains élèves était de voir ou était la pente.


MBI:oui mais ça c'est vrai pour tous les apprentissages ...mais delà à affirmer qu'un seul stage peut suffire...! ·le 01 déc. 12:53
Sapha Pani:ca c'est vrai. Et en plus ceux ne sont pas les plus interessés qui pigent le plus vite. Mon fils est un marin "intuitif" qui barre très bien, sent le vent et la mer, sait régler le bateau mais ca l'emmerde, il n'aime pas naviguer.·le 01 déc. 12:55
thierry0809:Nelson Pessoa raconte dans un de ces livres qu'enfant il allait contraint et forcé en pleurant au cours d'équitation. Il est devenu le plus grand cavalier mondial connu et reconnu de tous encore aujourd'hui. Il y a de l'espoir !!!! Même dans l'adversité. ·le 01 déc. 13:40
faby9:bof. Aujourd'hui, on sait que l'on peut attirer les enfants vers une activité, qu'ils peuvent ensuite mener jusqu'à très haut niveau, autrement que contraint et forcé.L'apprentissage de l'équitation a bien évolué et ne suit plus les méthodes militaires d'antan.Il en va un peu de même pour la voile, d'ailleurs...·le 01 déc. 13:44
Kobaia:@ ED85OJe suis totalement d'accord avec toi. Certains ont plus le "sens marin" que d'autres. Parce que, comme en musique, naviguer n'est pas qu'une technique mais c'est aussi un art, et tout le monde n'a pas les mêmes dispositions.Malheureusement quand on énonce cette réalité, on s'expose souvent à des réflexions peu amènes en se faisant traiter d'élitiste... ·le 01 déc. 19:02
faby9:"naviguer n'est pas qu'une technique mais c'est aussi un art,"On peut aussi affirmer que "naviguer, c'est une philosophie, mais tout le monde ne peut parvenir à la comprendre"...Ca place son homme (t'as vu comme elles sont grosses les miennes ?) , et renvoie tous ceux qui ne sont pas d'accord au rang des sous-marins.Moi je place le "bon sens" au niveau de ce qu'en disait Einstein, pas le dernier des idiots, : "Ce qu'on appelle le bon sens est en fait l'ensemble des idées reçues qu'on nous a inculquées jusqu'à 18 ans."après, normalement, on a des neurones et parfois de l'expérience qui nous font remettre en cause ce "bon sens"... ou pas.·le 01 déc. 19:15
01 déc. 2020
1

Pour une fois en accord avec faby9.
J'ai moi aussi subi dans mon enfance des "sports à la mode" (de l'époque) et je m'en suis débarrassé le plus vite possible !

Généralement les progrès viennent de l'envie de faire !
(et de l'ambiance entre les jeunes et de la structure)


01 déc. 2020
0

Et surtout il ne faut pas mettre d'échelles de valeurs. Certains se passionneront pour leur sport, d'autres pas. Pour chez nous, chez les jeunes passés en école de sport dans les mêmes années que Benjamin Dutreux, certains ont continués, sont devenus profs de sports ou BP voile, d'autres ont fait la Marmar, d'autres sont partis en voilier autour du monde, et certains ont changé de voie, sont devenus restaurateurs commerçants ou ingénieurs... Un truc plait, on le sens, on en fait sa vie, sa passion... C'est perso et quelqu'un qui voit le bateau comme une prison n'est pas moins sensé que celui qui en fait sa liberté.


01 déc. 2020
2

L'important n'est-il donc pas d'apprendre à suivre honnêtement sa petite boussole personelle, celle qui nous emmène exactemen où l'on doit être pour être bien?


Arzak:Mais le choix de l'aiguille de "sa petite boussole personnelle" peut mettre pas mal de décennies à se figer (plus ou moins) dans une direction !;-)·le 02 déc. 13:34
02 déc. 202002 déc. 2020
0

la fin justifie les moyens...vas y fonce.
bien sur,comme bcp l’on dit plus haut,il faut apprendre et maîtriser un paquet de choses pour etre ( peut etre) au top face a toutes les situations , et je suis assez de cet avis pour myself .
mais on est tous differrents,pour certains il faut des annees d’entraînement,pour d’autres apprendre sur le tas et s’instruire en meme temps .... suffit.
fais comme tu le sens .


02 déc. 2020
0

Hello,
Pour répondre à la question initiale, oui, c'est possible, à condition de choisir le bon bateau, de rester prudent, et d'avoir tout de même un peu de chance...au bout de quelques temps, à défaut de devenir un vrai "marin", on peut devenir un plaisancier correct, capable de mener son bateau sans se mettre en danger, et encore moins les autres...
Venant du monde du cheval, je rebondis sur le parallèle fait avec Nelson Pessoa...à mon avis, devenir un plaisancier correct est bien plus à la portée du commun des mortels que de devenir un "bon" cavalier(ou marin-homme de cheval)...un bateau reste un objet fabriqué pour l'usage humain...un cheval est avant tout un être vivant à part entière ayant une sensibilité propre, à l'humain donc de s'adapter.


03 déc. 2020
2

Sinon VDH présente une bonne approche pour devenir un sachant.
Je cite:

_Naviguez le plus possible !

Que pourrait bien aller raconter le VDH de 2020 au gamin qu'il était, à 10 ans ? "Je lui dirais de naviguer le plus possible. Démarre petit, ne grille aucune étape. Fait de l'Optimist pour commencer. Passe tranquillement, quand tu le sentiras, au dériveur. Si tu en as envie, commence par de petites compétitions, puis de plus en plus grosses. Et, surtout, navigue, encore et encore, dès que tu le peux. Commence à apprendre à naviguer, tu ne t'arrêteras jamais. Toute ta vie, tu découvriras des nouveautés, de nouvelles astuces ou de nouveaux pièges. Pour le bateau comme pour ta vie, soit complet et compétent en tout. Reste humble devant ceux qui savent. D'autres personnes peuvent te conseiller et te conseilleront. Écoute-les, note et reproduit le geste jusqu'à ce qu'il soit parfait. Tu dois être capable de comprendre comment tout est monté, comment tout est installé. Tu vas devoir acquérir la logique de l'installation, quelle qu'elle soit. Tu dois être curieux de la vie, des choses et des gens. En un mot, connais ton bateau de A à Z, et même un peu plus loin. Garde en tête qu'une fois seul au milieu d'un océan, tu devras être en mesure de tout faire par toi-même, depuis réparer une voile jusqu'à déboucher les toilettes."_


03 déc. 2020
0

Merci Polmar pour ce texte de VDH !
Il reste un exemple exceptionnel pour moi !
;-)


03 déc. 202003 déc. 2020
0

perso, j'aurai préféré que de nombreux marins du dimanche aient eu une formation: raz le bol de se faire abîmer le bateau en été par des non sachant qui apprennent en tapant dans les voisins (en se sauvant rapidement en plus).
il y a trop souvent des occasions de rater sa manœuvre en sachant (que celui qui ne l'a jamais fait me lance le 1e pare-battage), alors en ne sachant pas c'est bien pire.
4 abordages en 2019, en 2020 suis allé naviguer là ou les débutants ne vont pas.


faby9:Ben... faut bien que les auto-didactes se fassent leur expérience, non ? parait que c'est en ratant qu'ils apprennent le mieuxJ'ai souvent raté mes manoeuvres, m'y prenant à plusieurs fois avant de la réussir, mais j'ai toujours eu la chance de la terminer sans avoir tapé qui que ce soit. Le fait de ne pas pouvoir arrêter son voilier avec la main ni le pied implique une attention particulière à ce que cela n'arrive jamais.·le 03 déc. 16:50
03 déc. 2020
3

J’étais dubitatif mais depuis que j’ai lu Guirec Soudée je suis moins borné. Le gars a passé 5 ans en mer, d’un pôle à l’autre en étant novice autodidacte avec pour seule expérience les livres de Moitessier.


Sapha Pani:Il était novice mais pas seul. Monique lui a tout appris·le 03 déc. 18:13
03 déc. 2020
0

Les livres de moitessier ça fais déjà un bon point départ sur beaucoup de points !


olcdlm:pour rêver, oui, pour apprendre c'est moins sûr...·le 03 déc. 18:05
ALEBA:Il détaille les mises en situation et ses choix. Ce n’est pas vain comme lecture. Mais pas exclusif. Le Forum Hisse-et-oh l’est également ;))·le 03 déc. 19:27
03 déc. 2020
2

Willy De Roos part en mer avec un ketch de 13m il ne connait rien à la navigation et apprends au fur et a mesure ..et ainsi fait le Passage Nord Ouest joignant l'Atlantique au Pacifique
je vous recommande son livre "Passage Nord Ouest" fascinant


06 déc. 2020
-1

Il y a deux grandes familles d'autodidactes: ceux qui font dans le génies et ceux qui se remettent en cause en apprenant.
Sur le terrain cela ne conduit pas aux mêmes comportements.

Le premier,sûr de lui, tapera votre bateau au port, le deuxième aura pris le temps et fait l'effort de se trouver un endroit tranquille pour s'entraîner et tester les réactions de son bateau.

Malheureusement j'ai bien l'impression que la première famille soit la plus représentée...et si par malheur tu deviens propriétaire d'un bateaux avant de t'être donné la peine d'apprendre, cette première famille me semble sur représentée...Ces proprio pour ne pas ternir l'image qu'ils se font d'eux même finissent pas ne plus naviguer ou juste par 3B histoire de prendre l'apéro.
Ce qui pourrait être une explication au fait qu'il y ait tant de voiliers qui ne bougent pas et que l'on soit si souvent si peu sur l'eau...c'est une hypothèse assez probable.
Finalement les ultra riches sont plus humbles ils louent les services d'un équipage^^.


07 déc. 2020
0

Ce qui pourrait être une explication au fait qu'il y ait tant de voiliers qui ne bougent pas

Malheureusement pour moi. Je viens d’acheter, malgré moi, une ventouse de ponton. Je m’en suis aperçu post-achat en voyant que l’armement était périmé depuis 2011 et que le blocMarine et les cartes marines ont été achetées en... 1996!


olcdlm:Je connais mieux : des bateaux qui ne sortent jamais et ne sortirons jamais du port, les propriétaires les ont achetés comme résidence secondaire. Un mode de vie comme un autre.De même qu'en cherchant un voilier, j'ai un propriétaire d'un Amel qui m'a avoué qu'il ne mettait jamais les voiles et ne naviguait qu'au moteur.·le 07 déc. 16:19
Arzak:Ca doit être pour les garder neuves pour le futur acheteur;-)·le 07 déc. 16:43

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Piégeage des gouttes

Après la pluie...

  • 4.5 (89)

Piégeage des gouttes

mars 2021