Manoeuvres de spi...

Bonjour à tous,

Cet été, j'ai décidé d'essayer d'utiliser le spi symétrique (120m2) que j'ai sur le bateau depuis 3 ans.
Jusqu'à présent, je me sentais pas la capacité de l'utiliser, ayant trop de choses à gérer en même temps.

Cette année, ben, j'aimerais me lancer dans l'opération... après si ça foire, il sera toujours temps de laisser tomber...
Mais je voudrais au moins essayer...
On sera 3 à bord, un barreur et 2 équipiers.

Ma question est de savoir si il existerait en téléchargement des notes ou articles relatifs aux manoeuvres de spi. J'ai déjà un petit bouquin mais, c'est toujours bien d'avoir plusieurs explications à sa disposition... surtout le genre, "con..." à éviter etc...

Voilà, si vous avez des idées là dessus, je suis preneur...

Très cordialement

Philippe

L'équipage
06 juil. 2012
06 juil. 2012
0

Bonjour,

Il ne faut pas trop se noyer dans les explis. Si vous avez déjà un bouquin et que vous avez saisi le truc, le mieux --à mon sens-- c'est d'essayer un jour où c'est calme et où une erreur ne se transformera pas en crash pour le spi.

Mais si vous demandez d'autres sources, peut-être est-ce que parce que ce n'est pas clair dans votre petit bouquin ?

amic

Guillaume

06 juil. 2012
0

Bonjour,
j'ai fait, il y a quelques semaines, une vidéo d'une petite régate en double à Canet en Roussillon. On y voit notamment l'affalée du spi (100 m²). Je n'ai pas de chaussette. La bateau est un idylle 1150


Dorian

06 juil. 2012
0

Quelques étapes à respecter, et l'affaire sera dans le sac.

Tu commence par le sortir du sac et le remettre dedans en veillant à ce qui se s'enroule pas sur lui même (en gros, tu pars du bas, tu écarte les points d'amure et d'écoute, et tu suis les bordures en rentrant le tissus dans le sac jusqu'à ce que ne dépasse que la tétière).

Tu prépares l'accastillage, soit au minimum un tangon, une balancine, un hale bas, un bras, une écoute.

Tu gréé le spi en le laissant dans son sac.

Tu prérégle le bras, pour positionner le tangon perpendiculairement au vent.

Un gars se met à la drisse, juste tournée autour du winch, coinceur fermé. Un autre surveille la sortie du spi du sac pendant qu'il monte.

Quand il est en haut, il ne reste plus qu'à le régler en veillant à ce que le guindant fasse toujours une "oreille".

Après, tu essayeras d'empanner.

Jacques

06 juil. 2012
0

c'est souvent un peu plus délicat à affaler qu'envoyer !!

06 juil. 2012
0

pour affaler , larguer le mousqueton de la retenue( en bout de tangon) le spi se met en drapeau et le rentrer dans le carré, voili, voilou

06 juil. 2012
0

envoyer me semble plus délicat, mais pour éviter le cocotier,enroulez 1/3 du genois , bordez celui ci dans l'axe avec ecoute et contre écoute, vous aurez le systeme" belge"après une fois qu'il porte, faites vous plaisir.

06 juil. 2012
0

bonjour,

En complément de ce que tu pourras lire sur des livres :

  • faire ses armes lorsqu'il n'y a pas trop de vent, et de l'eau à courir (attention, un bateau va vite sous spi !).
  • si le livre traite des manœuvres en régate, prendre des manœuvre simple (hisser directement grand largue), affaler grand largue, ...
  • 120m² : bien tout mettre sur un winch (drisse, bras, écoute)
  • attention à ce qui peut déchirer le spi (accastillage, barre de flèches, filières, ...)

L'envoi de spi :
- mettre le spi dans un sac accroché dans les filières un peu en avant des barres de flèche ou alors dans le balcon avant (sauf si le génois est à mousqueton !)
- garder le génois pour la manœuvre. ça semble plus complexe, mais comme le génois masque le spi, c'est plus facile.
- Le spi ne se tournera pas sur lui-même si le bras et l'écoute sont repris dès le début.

Empannage
- prendre le temps de venir vent arrière, brasser le tangon presque perpendiculaire, reprendre les barbers.

Affalage
- re-hisser le génois pour la manœuvre. ça semble plus complexe, mais comme le génois masque le spi, c'est plus facile.
- affaler dans la descente, lorsque le gaz n'est pas allumé, en faisant attention à ne pas déchirer dans les barres de flèche et sous la bôme.

C'est comme tout, c'est en forgeant qu'on devient forgeron.
Et après, c'est super !

Philippe

09 juil. 2012
0

"...L'envoi de spi :
- mettre le spi dans un sac accroché dans les filières un peu en avant des barres de flèche..."

Je préciserais d'accroché le spi sur une filière sous le vent, côté opposé au tangon.

07 juil. 2012
07 juil. 2012
0

Sympa la video!!

08 juil. 2012
0

Sympa la vidéo et en live, génial !
Une chose importante que l'on voit dans la vidéo mais qui n'a pas été dite : Bien capeler le sac à spi sur un point fixe du bateau !
Que celui qui n'a jamais envoyé son sac à spi en haut du mât me jette la première bière :oups:

Autrement tout pareil, choisir un jour de temps très maniable, beaucoup d'eau à courir au cas ou et pour affaler, de préférence à l'abri de la grand voile.
j'ai poussé le vice jusqu'à confectionner un sac à spi en forme de baille, qui tient par des tendeurs sur les mains courantes et qui reste ainsi sur le sommet de la descente. Comme cela j'affale et je range en même temps. Près pour le prochain envoi.
Au fait, moi c'est un assy, ou plutôt un "foc ballon " à l'ancienne, et je le fait en solitaire.
D'accord aussi pour dire que l'envoi est plus simple que l'affalage.

09 juil. 2012
0

tin, pas bête ça...
pourquoi j'ai jamais des idées comme ça ? :tesur:

"j'ai poussé le vice jusqu'à confectionner un sac à spi en forme de baille, qui tient par des tendeurs sur les mains courantes et qui reste ainsi sur le sommet de la descente. Comme cela j'affale et je range en même temps. Près pour le prochain envoi."

07 juil. 201216 juin 2020
0

Il faut se lancer en choisissant un jour tip top ce qui est rare. Je ne résiste pas à vous envoyer ce témoignage de l'envoi du spi pendant 6 heures à notre retour des Baléares mercredi dernier

07 juil. 201207 juil. 2012
0

Yaum à 1000 fois raisons... Prend un minimum d'info bouquins, regarde quelque vidéos qui peuvent parfois donner des bonnes idées... Mais si tu as pigé la base, te noies pas dans 500 bons conseils thérioque et pratique... : sort par 2 ou 3 bfts (faut quand même que le spi porte pour sentir les choses) et vas y de ta propre expérience... Le spi c'est magique, ça donne un sentiment de liberté supplémentaire, ça fait avancer plus vite et ça colore le voilier... :pouce:
Bonne amusement...

08 juil. 2012
0

Super, merci à tous pour ces conseils encourageants...

Bon c'est sur, je vais m'y mettre...

Mais le week-end prochain, c'est NO fort dans le golfe du Lion... alors pour aller en Corse sous spi, on attendra encore un peu de maîtriser tout ce bazard...

Tiens, question couleur, il est rouge blanc et vert... je sais pas si ça peut influencer sur la marche du bateau, mais bon !

Très cordialement

Philippe

09 juil. 201209 juil. 2012
0

@ yaum
yaum
tin, pas bête ça...
pourquoi j'ai jamais des idées comme ça ?
Et du fait que c'est un foc ballon, ou spi assy si vous préférez, je le fait passer devant l'étai pour le changement d'amure.
Grâce à ça, je n'ai qu'une seule écoute en continu qui part du point d'écoute, une poulie sur l'arrière tribord, poulie sur bâbord et retour sur le point d'amure en faisant le tour de l'étrave

une cht'tit photo, en espérant que ça passe, c'est une première pour moi

09 juil. 2012
0

excellente la photo, merci.
ça va partir direct chez ma couturière de femme (qui ne sait pas encore qu'elle a ce talent :-D
mais comme c'est elle qui le replie en général, ça devrait passer !

09 juil. 2012
0

Je peux ajouter que sans chaussette, il peut être intéressant de saucissonner le spi dans des brins de laine. En plus, le fait de le sortir de son sac permet de vérifier qu'il n'est pas emmêlé !!!

Pour le saucissonnage on commence par le point de drisse puis on avance petit à petit jusqu'aux 2 point d'écoute. Entourer le spi tous les 30 à 40 cm environ. Le noeud est un simple noeud de lacet de chaussure.

On range le spi au fur et à mesure du saucissonnage en conservant en haut du sac les 3 sommets du spi : point de drisse et les 2 points d'écoute.

Se rappeler que le spi n'est pas une voile difficile, il suffit de lâcher en grand l'écoute et la situation devient plus calme. Il ne faut donc jamais faire de noeud en 8 ou autre sur les bouts de l'écoute qui revient au bateau.

09 juil. 2012
0

Et pour bien le saucissonner, on le fait passer à travers un seau sans fond.
Comme ça il est bien rond, prèt à recevoir son brun de laine.
C'était la technique employée en régate en solitaire avant que Monsieur Tabarly ne mette au point sa chaussette.
tout une époque, j'avais 20 ans, c'était il y a . . . .36 ans . . .

09 juil. 2012
0

Petite anecdote pour l'eau à courir (ce qui permet de prendre le temps de cogiter) :
l'année dernière on rentre dans la passe de la Vilaine presque au largue sous spi, gréé avec des petits bouts sur les mousquetons de bras et écoute. impossible à tenir au-delà des bouées d'entrée, pas des masses d'eau, et pas envie d'abattre, je le largue en libérant le bras (chhhhhlak=>grosse frime) et je commence à ramener l'écoute ; je sais pas ce que j'ai fait mais un moment donné, j'ai dû choper l'autre petit bout et re-chhhhlaaak, le spi envolé au bout de sa drisse.
c'est là où on se rend compte de ce qu'avoir "l'air con" veut dire. :-D

Résultat, histoire de ne pas faire le guignol pour rien, j'ai viré les petits bouts et je laisse filer le bras maintenant, c'est plus soft...

09 juil. 201209 juil. 2012
0

Petite astuce, repèrer les 3 points (Drisse, écoute, amure) au marker indélibile sur les renforts. C'est d'autant plus important sur un gennaker; dans la bagarre, on peut se tromper facilement entre amure et écoute; j'en sais qq chose : en tête de la flotte lors de la 1ère manche et à l'issue du premier bord de près, j'ai envoyé le gennak à l'envers aux vu et au sus de toute la flotte. Mais bon, la honte ne tue pas, j'en suis la preuve vivante...

09 juil. 2012
0

Encore une technique pour se faire payer une bière à la fin de la journée!

10 juil. 2012
0

pour rentrer le spi je decroche le mousqueton du bras avec le tangon appuye contre l'etai (il faut grimper sur le balcon avant, donc faire attention). il ne reste plus qu'a rentrer le spi avec l'ecoute. Ca limite les frottements du bras dans la machoire du tangon, et au bras de passer a l'eau (s'il est trop court). Ca rentre plus vite. Inconvenient: il faut bien replier le spi et remettre le mousquton du bras sur le spi.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer