Manœuvres de port à la voile

Les manœuvres de port à la voile sont ce que le compas de relèvement est au GPS : quelque chose de facultatif, mais néanmoins indispensable si nécessaire.

Alors quand vous voyez un gars qui fait une entrée de port à la voile, avant de croire qu'il frime, pensez que c'est peut-être qu'il a un problème mécanique, et qu'il n'a pas jugé utile de tirer ses fusées de détresse pour autant...

D'autant que le mode de propulsion principal d'un voilier est... la voile !

Un dernier mot au sujet de l'encombrement dans les ports, et de l'impossibilité de manoeuvrer à l'intérieur. Quant on voit d'anciennes photos du port de Groix, par exemple, ou de l'Ile d'Yeu, saturés de thoniers, ils ne se posaient pas la question de savoir comment ils manoeuvraient leurs bateaux, puisque les moteurs n'existaient pas : tout simplement à la voile !!!

En conclusion, je pense que la pratique régulière de manœuvres à la voile, (mouillages et prises de coffres par exemple), constitue un excellent entraînement pour l'exécution de celle que l'on sera un jour ou l'autre appelé à faire dans un port, sans stress particulier ni appels au secours.

L'équipage
23 mar. 2021
Cette discussion est en mode Débat. Les règles principales de participation :
  • Seules les réponses au sujet principal sont autorisées. Interdisant ainsi les échanges entre intervenant et favorisant les contributions.
  • Vous ne pouvez publier que 3 contributions (3 réponses au sujet principal).
  • Vous pouvez corriger et compléter vos réponse et contributions.
  • Un nouvel utilisateur ne peut participer au débat (Ceci afin d'éviter les Trolls).
L'objectif étant de favoriser l'argumentations de fond, la synthèse des idées et éviter les dérives. Bon débat a tous !
23 mar. 2021
2

Oui absolument d'accord de savoir manœuvrer a la voile on peut toujours arriver sur un ponton le plus proche et voir venir ensuite.
Cela m'est arriver et peux arriver à tous panne moteur toujours possible
Suite un fils de masse desserré .

23 mar. 2021
3

Port Tudy, j'ai déjà croisé un "puriste" qui a quitté le port à la godille, GV prète à etre hissée et dès qu'il était au milieu du chenal de sortie, il a envoyé la toile super vite et est parti en douceur. L'employé du port sur son penumatique lui a bien proposé son aide mais il avait décliné.
Franchement il faut reconnaitre que c'est beau à voir comme manoeuvre, le voilier était de taille modeste (genre sangria). Sur une plus grosse unité ce sera forcement plus compliqué, de même que quitter une tonne de l'avant port ou sortir d'un catway et d'une panne, c'est pas la meme problématique. Mais sinon oui, cela fait partie de la grande maitrise de son support, qu'il faut travailler pour l'acquérir, avec un moteur démarré mais laissé au point mort.

23 mar. 2021
1

Un surprise entrant vite plein vent arrière 😱 dans l'écluse de Saint Malo et s'arrêtant calmement juste devant la porte de sortie 🤏, fermée bien sûr.
Je suspecte le navigateur d'être coutumier du fait. ⛵

23 mar. 2021
5

Certes les anciens rentraient au port et en partaient à la voile. Mais ils accostaient parfois quelque peu rudement. Il connaissaient leur bateau et leur port par cœur et n’hésitaient pas à faire des manœuvres d’aussière ou d’ancre si nécessaire. Pour partir, ils gréaient souvent les avirons où se faisaient haler ou remorquer.

Toutes choses dont nous avons un peu perdu l’habitude.

23 mar. 2021
2

Le Surprise est une vraie mobylette, j'ai régaté 4 ans à haute dose sur des Surprise sans moteur, toutes entrées/sorties de ports à la voile et/ou en balançant.
Plus le bateau est gros, plus ça devient compliqué tout de même.
Je savais le faire dans mon ancienne place, pas encore essayé sur la nouvelle qui est dans une panne assez étroite et sur catway, mais je vais y réfléchir et essayer cette saison.

23 mar. 202123 mar. 2021
0

Hello,

Avec mon ancien bateau, j'en ai fait quelques unes de manœuvre de port à la voile, contraint par ce &é"('#oéy-!!! de RC16D qui ne marchait quasiment jamais. (Quand j'ai remotorisé, ça avait été une renaissance!)

Les voiliers se manœuvrent en général assez bien sous GV seule, mais quand ça souffle c'est chaud quand même les ports modernes ne sont pas prévus pour et c'est carrément interdit dans certains ports.
Et évidement dans ce cas tu ne choisi pas ta place, c'est le vent qui décide ... quand il y a la possibilité (les ports sont souvent pleins en été)

Une fois, il y a très longtemps, je me suis fait copieusement engueulé par la capitainerie de la Londe, quand je suis rentré à la voile avec mon Kelt 6.20 dont le HB ne démarrait plus. Même en lui disant qu'on était en panne, le mec ne décolérait pas il m'avait dit que j'aurais du l'appeler ou attendre pour me faire remorquer ... on avait pas de portable à l'époque et je n'avais pas non plus de VHF sur ce bateau ...

23 mar. 2021
1

Now,

Je me demande si des capitaineries ont légalement le droit d'interdire les manœuvres à la voile, puisqu'il est considéré par la loi que c'est le mode de propulsion principal.
Je vais approfondir le sujet

23 mar. 2021
0

Bonne réflexion, effectivement la voile est en principe le mode de propulsion principal d'un voilier.
A creuser !!!

23 mar. 2021
0

Possible que ce soit aussi une histoire d'assureur, car il me semble que l'assurance est obligatoire dans les règlements des ports.

23 mar. 2021
3

A bord de mon loctudy, je sors du port de saint Valery en caux. Une heure après la pleine mer ; vent 4 à 5 de nordet. Au moteur; grand voile parée à hisser.
Entre les jetées, le moteur cale. Au plus mauvais moment; comme d'habitude avec ces saletés de berlingots.
Je suis sans erre ; vent et courant m'entraînant vers la jetée d'aval.
Je hisse la grand voile illico. A la va comme j'te pousse, par vent de travers. Le vaillant Quernet reprend son erre. Je lève le museau et distingue la jetée à quelques malheureuses petites encablures. Encore un petit effort mon gars et nous nous sortirons de ce mauvais piège.
Malgré la grand voile étarquée à la guimauve, nous passons la jetée.
Sauvés.
Une fois sortis, je regarde le hors-bord d'un peu plus près. Le tuyau d'alimentation essence s'était débranché. Le moteur avait calé après que le carburateur se fût vidé de son essence.
cqfd: si j'avais cherché à redémarrer le bouzin je me serai vautré dans la jetée.
Cette expérience a fini de me convaincre que, bien loin du folklore ou de la frime, maitriser la manoeuvre à la voile et godille est gage de sécurité. Le danger c'est la confiance aveugle dans le moteur, sans jamais anticiper le plan B en cas de défaillance de celui-ci, qui peut survenir à tout moment.
le Quernet

23 mar. 2021
1

Dérouler le GSE quand on en a un est peut-être le moyen le plus rapide de retrouver un peu de manœuvrabilité? (si les écoutes sont prêtes)

23 mar. 2021
1

Le Quernet

Joli ton Loctudy 🙂👍

23 mar. 2021
1

pour ce qui est ou non autorisé ou interdit dans les ports il faut lire le reglement interieur ..et ceux que je connais c'est interdit

23 mar. 202123 mar. 2021
0

S'amuser à slalomer à la voile dans les ports français pour faire le cake, c'est ok si le voilier est léger et ne dépasse pas les 9 mètres, avec un stop possible avec la main; dans ce cas, ce n'est pas vraiment d'exploit surtout s'il s'agit d'un port où on a ses habitudes. Une heure de prise en main et on peut commencer à jouer.
Je comprends quand même les gars du port qui n'apprécient pas : celui qui rate croyait pouvoir réussir, lui aussi.

Sur mon DI de 13 tonnes, il est hors de question d'envisager un stop à la main... et hisser la voile en cas d'urgence à 10 mètres d'une digue est une mauvaise idée.
Ma solution tient d'abord dans le choix de ma trajectoire, toujours en fonction de la direction du vent : cela fait partie de la sécurité, attitude bien trop souvent négligée. En urgence c'est soit le mouillage (j'ai une ancre excellente) toujours paré à être largué, soit éventuellement la trinquette.

23 mar. 2021
1

je sors régulièrement du port de la londe à la voile ,la capitainerie ne m'a jamais rien dit .
je pousse le bato et je hisse petit à petit car c'est long et lourd ..

mais ça le fait bien

alain

23 mar. 2021
0

en panne de carburant a l’entree de port miou ou j’avais une place,tout au genois,en roulant ou deroulant,jusqu’a ma place en face du chateau..sans heurter le ponton.

23 mar. 202123 mar. 2021
0

José
La question est justement la légalité de tels règlements par rapport à la loi.
Ces arrêtés, (assimilables dans un autre domaine au stionnement de camping-car sur une commune, plusieurs procès cassés en Cassation ) paraissent être illegaux.

Je cherche encore sur le net des jugements irréfutables.

Si je n'en trouve pas je m'adresser ai directement aux Préfectures Maritimes,voire au Ministère concerné, pour en avoir le cœur net.

Ayant travaillé dans un port de plaisance dans un centre où nous disposions de 4 First class 8 sans moteurs, il aurait été malvenu d'interdire aux autres voiliers d'en faire autant.

Là loi doit être la même pour tous et partout, et non à la discrétion de chaque capitainerie.

23 mar. 2021
1

panne inexpliquée il y a quelques années du cotté de l ile riou, j ai rejoint port miou a la voile, sortie de port miou a la voile, mouilage aux Embiez, puis vers PPRà la voile, rien d 'un exploit, avec un 30 pieds manoeuvrant et ayant de l 'erre ca le fait bien

23 mar. 2021
1

Vous avez du pot, moi je suis repéré, quand j'appel pour avoir l'écluse on me précise que je peux faire route au moteur...j'ose même plus faire le coup de la panne moteur comme certains régatiers...

23 mar. 202123 mar. 2021
0

le reglement des marinas sont approuvé par les administrations de tutelle .. ils sont tout d'abord discuté avec les acteurs des ports (mairie,association ,elus ) puis approuvé par eux puis apres ce travail soumis à l'approbation de l'administration ...

donc ils ne peuvent etre que légaux ...

dans mon port on est en discussion sur la modification du reglement interieur depuis pas mal de temps

et le reglement est tamponné par la prefecture (je viens de controler)

23 mar. 2021
5

Il y a une différence entre rentrer dans un port à la voile et naviguer à la voile entre les pontons.
Il m’est arrivé plusieurs fois de renter dans des ports à la voile à cause de pannes moteurs, mais je m’amarre au premier ponton au plus près de l’entrée et ne m’engage pas entre les pontons.

23 mar. 2021
1

Je suis dans un port de pêche, de commerce, la plaisance est mal vue...

23 mar. 2021
0

Du reste, ces histoires de moteur en rade au mauvais moment, ça inciterai à avoir un petit moteur électrique de secours branché sur les batteries, et très rapidement mis en œuvre. Juste de quoi se sortir d'une position "craignos". Valable jusqu'à un 32 pieds, au-delà ....

23 mar. 2021
-1

Il me semble que les assurances interdisent de rentrer a la voile dans les ports
Je suis rentré au moins 3 fois a la voile
Pb moteur : turbine,bacterie..
Maintenant a PDB, il demandait 35 euro
Pour le remorquage

23 mar. 2021
0

En cas de panne moteur et si on a une annexe motorisée, on peut manœuvrer le bateau avec l’annexe. Il faut amarrer l’annexe à couple sur le tiers arrière. Et mettre un équipier dans l’annexe pour la lester et gérer le HB.
Les possibilités d’évolution sont certes limitées, mais cela suffit la plupart du temps pour accoster au ponton carburant qui est généralement facile d’accès.

23 mar. 202123 mar. 2021
0

Pour compléter ce que je disais plus haut, avec mon nouveau bateau, 36 pieds, 6,5/7T, j'ai testé la manœuvrabilité à petite allure, sous GV seule, au mouillage, ou dans une baie, ça le fait bien, mais je ne me risquerais pas de manœuvrer comme ça entre les pontons d'un port encombré. Bon, si on est obligé, c'est différent, on fait comme on peux, en choisissant une place en fonction du vent (comme précisé par Philou2 plus haut), mais bon, franchement, je préfèrerais ne pas avoir à le faire, en cas de problème, je préfère aller au mouillage pour au moins tenter de réparer ...

Autre cas, avec mon précèdent bateau (8m58 x 3m , 4T, celui qui avait le RC16D), en panne de moteur, comme d'hab, je me dirigeais vers le port de la Ciotat par pétole, attendant une risée pour rentrer, quand un petit bateau moteur m'a proposé de prendre une amarre pour me tirer jusqu'au quai.
J'avais accepté bien sur et je trouve que c'est une solution bien efficace.

23 mar. 2021
1

Comme Philou2, j'ajouterais que quand c'est bien fait sans problème, il se peut que personne à la capitainerie ne s'en aperçoive...

23 mar. 202123 mar. 2021
0

perso en cas de probleme de moteur pour rentrer dans un port ,j'appelle la capitainerie et ils viennent me remorquer ...ça fait parti de leur job et service ..dans la limite du port

et ainsi je ne risque pas de provoquer un accident ou incident aux autres bateaux ni au mien par la m^me occasion

23 mar. 2021
8

Bonsoir,

je ne me vois pas avoir un bateau avec lequel je serais "esclave" de mon moteur!

Pour moi, un des premiers critères de choix d' un canote est que je puisse le manœuvrer seul à la voile ou à la godille.

j' ai acheté mon Brise de Mer 31 au Havre, avec le moteur bloqué, et l' ai ramené à la voile (avec l' aide d' une godille pour les manœuvres).

Le moteur est très utile et très pratique, mais si il tombe en panne (non réparable) en cours de croisière, je sais que çà ne m' empêchera pas de continuer.

Gorlann

23 mar. 202124 mar. 2021
4

Il ne faut pas exagérer : un moteur correctement installé et correctement entretenu (j’ajoute correctement utilisé) est probablement ce qu’il y a de plus fiable sur un voilier.

Du moment qu’il a do GO propre, de l’huile, de l’air et qui est refroidi, il n’y a pas de raison qu’il ne marche pas.

23 mar. 2021
2

Vieux sujet devenu sujet de M...
Peux pas m'empêcher de raconter ;-)
Roscoff port plaisance Bloscon, envoi de la toile dans l'avant port (à gauche en sortant de la marina) tranquillou à l'abri, moteur lancé bien chaud opérationnel, route pour sortir direction nord du Menk, appel VHF reçu de la capitainerie plaisance m'intimant l'ordre de sortir au moteur ; réponse moteur en marche sur stop ; retour oui mais vous avez vos voiles c'est interdit par chambre de commerce (ou autre Autorité je sais plus bien) et ça peut créer des ennuis réponse de ma part "s'ils sont pas contents ils sauront bien me le dire" : 4mn à suivre zod de la capitainerie plaisance avec un petit mec moralisateur "faut pas parler comme ça Monsieur" échange court du genre regarde l'échappement tu vois bien que je suis au moteur, terminé mais personne satisfait.
Entrée en Yealm River belle journée d'été, on embouque sous toile plein cul au flot, 105 de coeff (oui le coeff en angleterre...mais bon dans la rivière on a du jus dans le cul) j'annonce à l'équipage "désolé avec ce courant je vous offrirai pas l'arrivée et la prise de ponton sous toile, paré à mouiller et lancer bourrique. Ben au lancer la bourrique a poussé de tels hennissements qu'on l'a pas mise en route au final. Capitainerie avisée VHF. Une annexe d'un bateau mouillé dans le port vient en appui au cas où. Tout terminé sous toile, affalé à l'arrache, accosté ponton avec un bon envoi et une bonne récup de notre aussière vite tournée par un équipage hollandais, terminé pont et machine. Contact capitainerie tout ok Sir bonne soirée si besoin aide mécanique et/ou manoeuvre on voit ensemble demain.
Y'en aurait plein d'autres... Une bonne idée je suppose c'est à chaque manoeuvre avec le moteur (qu'elle est pas toujours si simple la manoeuvre) se représenter la situation sous toile + déhalage sur aussières et autres moyens non motorisés.
Salcombe, entrée sous toile, remontée sous le YC et direction mouillage proches barges carburants : tout ok mais "sails down please" en arrivant au final.
Y'en aurait des tas d'autres...C'est toujours un peu "oui Ms'ieur l'agent " tout ça ;-)
Cdlt
JM

23 mar. 2021
-3

D'accord avec Lulu : la plupart des "pannes" moteur auraient pu être évitées avec un entretien préventif correct. Exemple de la durite essence qui se détache : le serrage des durites devrait être vérifié chaque année (ce que je fais); et la durite changée avant qu'elle ne perce (j'en change une par an).

23 mar. 2021
14

@lulu2 :
"un moteur correctement installé et correctement entretenu est probablement ce qu’il y a de plus fiable sur un voilier."

C'est une plaisanterie ? Quel est le sujet de conversation le plus fréquent entre gens de bateaux : le moteur et tous ses aléa !

Le plus fiable sur un voilier, ce sont les voiles et bien heureusement !

23 mar. 2021
2

Toujours pareil.Quand ça se passe bien,tu es le kingoss du port.Si par malheur tu te prends le petit refus au mauvais moment,et que ça se termine en s'agrippant au balcon du voisin,tu deviens le pire des inconscients,même si tu n’as rien abîmé...

23 mar. 2021
1

En Martinique il ya une belle flotte de Surprises qui sortent tous les week-ends, aucun n'a de moteur et les autres usagers des différents ports et marinas n'ont pas l'air de s'en plaindre.
C'est avant tout une question de déplacement du bateau, mais c'est bien de savoir le faire le jour où le moteur ne répond pas.
Il me semble intéressant de manoeuvrer sous voile pour prendre un coffre ou mouiller, avec par exemple le moteur allumé débrayé, pour s'entraîner.

24 mar. 2021
4

L'expérience des manoeuvres à la voile est parfois bien utile. Au mouillage en Grèce, près des îles Petali, le démarreur du 4JH2 Yanmar a grillé 36 heures avant qu'on doive rendre le 48 pieds à son propriétaire. Nous avons alors fait une pseudo-régate pour nous rapprocher du continent le plus rapidement possible. Près de la cote, nous avons demandé de l'aide pour nous faire remorquer pour entrer dans un des ports. Aucun n'a proposé son aide et ceux contactés ont carrément refusé leur accès pour des raisons d'assurance. Il y avait heureusement un vent qui montait tout doucement cet après-midi là. Par téléphone, nous avons trouvé un démarreur disponible au Pirée avant 19h car tout était fermé le lendemain. Nous avons alors décidé de rentrer dans le port de Lavrion à un peu plus d'une heure de taxi du Pirée. On a commencé par bien se mettre le plan du port dans la tête grâce à Navionics.
Avant d'entrer dans le port, nous avons affalé la grand voile sachant que le bateau, un 48 pieds de 19 tonnes est assez manoeuvrant avec le foc seul par force 3/4. Nous avons fait quelques manoeuvres pour bien prendre la main et surtout bien maitriser la vitesse. Dans le port, nous avons rapidement repéré une place en bout de panne, face au vent avec un bateau contre qui s'appuyer. J'ai rapidement imaginé arriver devant la place, face au vent, après avoir enroulé le foc, puis culer en dirigeant le bateau avec la barre et surtout le propulseur d'étrave. Mon fils dans l'annexe avec son 4CV devait freiner le bateau quand il culerait, poussé par le fardage des 20 mètres de mât. En fait, tout s'est parfaitement bien passé. La bateau s'est bien arrêté devant la place, face au vent, avant de culer contre le bateau à côté, bien dirigé avec le propulseur d'étrave sans rien abîmer. Tout le monde a fait exactement ce qu'il fallait pour réussir. C'est une fois ammarré qu'on a découvert que c'était la panne réservée d'une société de location. Heureusement, un homme qui était venu surveiller le bateau à côté pendant la manoeuvre nous a dit qu'il était le patron de l'agence et nous a gentiment proposé de rester après avoir échangé sur notre problème de démarreur. Deux équipiers sont immédiatement partis au Pirée en taxi et tout était réparé le lendemain matin. On apprécie alors d'avoir régaté et navigué pendant des dizaines d'années sur des petits bateaux, même si on imagine jamais pouvoir faire de telles choses avec un bateau de 19 tonnes.

24 mar. 2021
3

Lors de mon stage niveau 4 aux Glénans (en 2001), le moniteur nous a longuement fait pratiquer les manœuvres de port au moteur ET à la voile. C'était dans le port de Saint Quay Portrieux, qui est assez large pour cela.

Je n'ai jamais regretté ces exercices.

Beaucoup plus récemment, je me suis retrouvé en avarie moteur devant le chenal d'entrée du Crouesty par vent d'Ouest.

J'ai bien sûr prévenu la capitainerie, puis j'ai embouqué le chenal avec génois seul, car au portant il aurait pu être délicat d'affaler la Grand Voile.

La capitainerie m'a alors trouvé une place en bout de ponton, ce qui évidemment, a rendu la manœuvre plus simple.

Mais ça rassure de savoir qu'en principe, on est capable de manœuvrer dans de telles circonstances.

24 mar. 2021
0

Dans les années 70 le jeu (pratiqué largement par les bateaux des Glénans) à Perros Guirec était de passer la porte d'accès au port sous toile...
Cdlt
JM

24 mar. 2021
2

@Lulu2,

peux-tu me citer ne serait-ce qu' un moteur inboard "moderne" que l' on peut démarrer à la manivelle?

Parce que tout moteur, aussi bien installé, entretenu et utilisé qu' il soit, ne pourra JAMAIS être totalement à l' abri d' une panne électrique ou électronique.
Et si pus de jus... plus de moteur, même si "tout beau tout neuf"!

Gorlann

24 mar. 2021
0

Jminet: Je confirme que nous passions l'écluse étroite de Perros à la voile ou à la godille. Nous n'avions pas le choix.

Plus difficile, nous sortions du bassin du port de Granville aussi à la voile (Ghibli, Brise de Mer). L'écluse imposait deux virements.

Par ailleurs, JAMAIS un port ne m'a fait de remarques lors des dizaines d'entrées de port effectuées à la voile. Seulement à St Malo (bassin Vauban sur un Ovni 40) et St Hélier j'avais donné une explication par VHF. Hélice perdue .

karibario.blogspot.com[...]os.html

24 mar. 2021
0

savez-vous jusqu'à quelle taille et poids de bateau il est possible de godiller ?

24 mar. 2021
-1

Avant tout, muchas gracias a Kobaia pour ton compliment sur le Quernet.
C'est un Baudouin 1960, donc l'un des 6 premiers de la serie.
Je profite de ton fil pour réitérer mon appel aux infos sur les 6 loctudy du chantier Baudouin. Le Quernet a ete vendu en 1970 a un trouvillais je pense. Mais sa vie antérieure, que nenni. Je 'ai rien. Le 1et Loctudy était le Morskoul , (fou de bassan en breton). Je ,'en ai pas retrouvé trace. Et si c'était le Quernet. Rien ne le prouve. Rien ne le dément...

Revenons à notre fil.

Je me rappelle mon 1er bateau de gamin. C'était un Mousse. Dans les ports je m'amusais faire les manoeuvres à la voile. Avec le coup, je me sentais faire corps avec le dériveur au point de le contrôler au centimètre près. A tort ou à raison et sans grand mérite vu les dimensions de la bête. ...
Il m'en reste aujourd'hui d'excellents souvenirs.
J'ignore si les ports ont le droit aujourd'hui de réglementer voire interdire les manoeuvre à le voile ou à la godille. En revanche, je pense que cela est totalement stupide. Car ce sont justement là les moyens les plus sûrs et précis de déplacer sur de courtes distances les voiliers de dimensions raisonnables.

24 mar. 2021
0

"jusqu'à quelle taille et poids de bateau il est possible de godiller ?" Je pense que la limite est la longueur de l'aviron nécessaire pour godiller sur un voilier haut de franc-bord.

Bien sûr, il faut du temps pour lancer un voilier lourd à 1 nd. Certains utilisaient deux godilles.

24 mar. 2021
2

Effectivement savoir faire des manœuvres à la voile dans un port est un gage de sécurité pour soi, son bateau et les autres.
Pratiquant beaucoup de dériveur arrivé au ponton avec de l'erre en cas de courant ou de vent dans les différents direction sont pour moi une habitude.
L'année dernière au moment de rentrer mon trimaran de 7.70m le moteur tombe en panne à l'extérieur du port, je remet le génois (sur enrouleur) en adaptant la surface pour la vitesse du bateau et sa manœuvrabilité et je suis rentré au fond du port pour échouer à côté de la cale ou je devais le désarmer et le démonter pour le mettre sur sa remorque.

24 mar. 2021
1

le 1 GM 10 encore vendu demarre tres bien a la manivelle

24 mar. 2021
0

@Polmar “ Un surprise entrant vite plein vent arrière 😱 dans l'écluse de Saint Malo et s'arrêtant calmement juste devant la porte de sortie 🤏, fermée bien sûr.”

Je serais preneur de quelques détails sur cette manœuvre : arrêté à l’aussière, le bateau ? Ou sinon par vent quasi nul ? Pas la place de se mettre vent debout j’imagine..

Un bateau en vent arrière ne s’arrête pas tout seul, même sans voiles, non ?

Merci !

24 mar. 2021
4

J’ai appris la voile avec un grand marin et pour lui la rentrée ne se faisait qu’à la voile. Et bien je dois avouer que ça a fait partie des « petites choses » qui m’ont fait aimer la voile. Ces entrées en douceur où il fallait être réactifs et concentrés.
Et puis c’était sympa de faire râler tous les gros cakes à gros moteurs et gros diesels tout autour.

24 mar. 2021
0

@Jean,
sans aide pour baisser le décompresseur, tu arrives à démarrer SEUL ton 1GM10?

Sur le 1GM10 (refait à neuf) de mon ex-Sangria, je n' y arrivais QUE si quelqu' un s' occupait d' actionner le décompresseur.

Il y a bien-sûr moyen de bricoler un truc avec des poulies et une garcette pour le manipuler avec un pieds, mais je ne me vois quand-même pas faire çà quand il y a de la mer, surtout que je pense que tout bateau équipé d' un tel moteur doit se manœuvrer sans problème à la voile, ce qui à mon avis est plus sûr que de tenter un démarrage à la manivelle dans des conditions difficiles, au risque de se blesser (c' est souvent arrivé!).

Gorlann

24 mar. 202124 mar. 2021
2

Manœuvrer à la voile fait partie du cursus de n'importe quelle école de voile, et de la progression FFV. Que votre voilier soit motorisé ou pas!

Il y a des situations plus compliquées que d'autres ou uniquement à la voile c'est quasi impossible.
Là il faut sortir des aussières en plus, sa pomme de touline, son annexe, demander du renfort ...
La pratique du mouillage et de la prise de coffre à la voile sont des bons exercices, pour se préparer à ce genre d'éventualité, comme cela est dit dans le sujet.
Si vous n'arrivez à prendre un coffre seul à la voile se sera dure de récupérer un HLM sans le moteur.

Je pense que quand on sait récupérer une défense à l'eau, seul et à la voile on sait manœuvrer son voilier, c'est un excellent auto test pour savoir ou on en est, sans danger ni risque d'incident.

24 mar. 2021
0

@gorlann le fait d avoir démarré mes gromonos Xt 550 et Honda Paris Dakar 600 pendant des années m a donné le timing mais j ai démarré le ysm 8 pendant un mois de croisière et le 1 gm a titre d essai, une fois, en effet le ysm 8 avait tellement d inertie que c était plus facile et le 1 gm a besoin de plus de vitesse,

Mettre des coussins sous les genoux, prendre 5 inspirations profondes et tu le démarreras, je parle d un moteur récent

24 mar. 202124 mar. 2021
1

Pexcha " Un surprise entrant vite plein vent arrière 😱 dans l'écluse de Saint Malo et s'arrêtant calmement juste devant la porte de sortie "

Je pense savoir de qui il s'agit.

L'écluse est large et un Surprise peut y effectuer un demi-tour. Mais je pense qu'il rentrait GV à demi-affalée ou sous génois seul. Avec un seau traîné pour s'arrêter sur la fin.

Pourt ma part, je suis rentré dans cet écluse, vt arrière par petit temps, avec un Ovni 40 dont j'avais perdu l'hélice .

24 mar. 2021
0

Bonsoir. Le seau trainé sur l’arrière est efficace et pour faire virer le bateau ,aller sur l’avant , le seau toujours dans l’eau , ça tourne sec! Également de grands coups de rame avec la gorille aidé bien. François

24 mar. 202124 mar. 2021
-5

Surprise : 1 300 kg ...
C'est juste le poids de mes tanks eau et GO !
🥳
Avec l'OVNI 40, c'est déjà plus compliqué (tout le monde ne tourne pas en rond autour de "sa" place de "son" ponton 🤣🤔🤫...)

24 mar. 2021
3

faby : 1300kg...
bah oui, tout le monde n'a pas un gros cul. 🙈🙉🙊

24 mar. 202124 mar. 2021
4

Peut être que celui qui a un gros cul la ramène un peu trop, surement proportionnel à l'égo, avec des remarques toujours aussi instructives.

25 mar. 2021
2

bonjour chacun fait comme il veut du moment qu'il "n’emmerde " pas les autres ! bien entendu arriver au mouillage(je ne parle pas d'une marina) à la voile et repartir idem fait parti du baba d'un navigateur quand on est sure de son coup !pour les marinas de nos jours si à la rigueur rentrer un muscadet par vent faible pourquoi pas?,avec un 50 pieds faut avoir un sacrè coup..... avant avec les lourds voiliers ançiens à la peche certains rentraient doucement avec un peu de toile (les Dundees) mais ces voiliers avaient une inertie enorme et les bassins etaient peu encombrès
à priori louvoyer dans un chenal ou un port est interdit(voir les textes) meme si avec un voilier de taille modeste on ne s'occupera pas de vous,si vous provoquez un accident on se reportera aux textes avec les conséquences ...... peut etre certains içi se souviendront =dans la marina du kycn à Nieuport un des ançiens dirigeants du West DIep(il ne sagit pas de J fardeau) qui aimait bien jouer les keke ,un soir de week end en pleine saison est rentrè toutes voiles dehors dans le bassin avec un surprise! pour faire bien à la plaçe de la barre il avait mis une pelle de maçon, c'est sure que l'on ne risquait pas de l'ignorer..... seul soucis il etait tres gitè et son galhauban s'est pris dans la barre de fleche d'un bateau amarrè! je vous raconte pas le spectacle= ridiculisè pour 20 ans plus les frais....

perso en cas de panne moteur (un bout dans l heliçe par exemple) je viens au plus prés du port à la voile je mouille,je plonge ou je demande un remorquage à la capitainerie

25 mar. 202125 mar. 2021
1

Dans les kornati cet été un 35 pieds arrive à la voile dans un mouillage un peu encombré. 15 noeuds de vent mais des méchantes rafales. Il s’est pris 1 vedette de plein fouet puis est reparti dans un slalom insensé entre les bateaux. Tout le monde serrait les fesses. Il s’est fait copieusement insulter. Je n’ai pas vu comment il avait pris son coffre mais il est reparti au moteur le lendemain matin.

25 mar. 2021
2

Quand je vois quelqu'un arriver à la marina (entre catways) à la voile, la question que je me pose c'est de savoir s'il fait ça habituellement et qu'il maîtrise, ou qu'il fait ça exceptionnellement pour épater ses passagers du jour.
Les navigateurs c'est comme les médecins, ce n'est pas écrit sur la plaque s'ils sont compétents.

Personnellement en cas de panne moteur vu que je ne suis pas dans une zone isolée, je demanderais gentiment de l'aide. Si pour préserver mon ego je m'emplafonnais un autre bateau, je ne serais pas fier.

25 mar. 202125 mar. 2021
0

Si vous êtes en panne moteur et que vous ne savez pas faire sans:
la vhf c'est pas pour les chiens
Sans vhf c'est le moment de sortir vos petits drapeaux: delta ou victor, suivant la merde dans laquelle vous êtes, c'est pas honteux et c'est bien mieux que tout bousiller sur son passage^^

Ce n'est pas quand le problème se pose qu'il faut chercher la solution, mais avant par anticipation et ce n'est plus le moment d'apprendre c'est trop tard fallait y penser avant à moins de croire que vous allez tout faire "dans le génie"

*Tout cela quand on est devant le port, je précise pour le mal comprenant qui m'a mis un -1
Je n'ai pas dis qu'il fallait utiliser la VHF pour un oui ou un non.
mais dans le stricte cadre de du sujet manoeuvres de voiles dans un port...
*

25 mar. 2021
7

Vous pouvez avoir un moteur sous garantie entretenu comme la prunelle de vos yeux et qui ne pose jamais de problème mais le jour où vous prenez un filet dans l hélice vous êtes comme les autres...et vaut mieux savoir faire

25 mar. 2021
0

Question subsidiaire pour les habitués des pannes moteur ou des arrivées à la voile: Vous faites la manœuvre sous GV seule, sous génois seul, ou avec tout dessus? J'aime bien faire des prise de corps-mort ou de mouillage à la voile, mais pour rentrer au port je me disais que si j'étais dans une situation de panne, je rentrerai probablement sous genois seul, partiellement enroulé pour améliorer la visibilité, l'enrouleur permettant aussi de mieux doser la puissance. Vos avis/expériences?

25 mar. 2021
2

Salut,

Une arrivée à la voile se gère selon les circonstances, la force du vent, sa direction, l'orientation du ponton d'accueil (contactées sur les 9, les capitaineries ne m'ont jamais refusé de manœuvrer à la voile dans leur avant-port), etc.

Comme souvent, si on est bien préparé dans sa tête, les choses ont plus de chances de bien se dérouler. Il convient de garder l'esprit ouvert. Le but, c'est de ramener le bateau et l'équipage dans un port. N'importe lequel. Celui qui sera le mieux situé par rapport au vent, où on pourra à coup sûr faire un demi-tour pour s'arrêter à un ponton.
Je devais ramener un voilier à Bormes, avec un fort sud ouest je l'ai posé au Lavandou sans accroc. Il aurait été ridicule - et probablement dangereux - d'essayer à Bormes.

Personnellement, je me sens plus sûr à la voile que remorqué par un inconnu. Mes trois entrées de port à la voile en Méditerranée - sur le lac je le fais souvent avec mon petit 22" - se sont faites avec deux ris dans la grand voile. J'avais des quillards de location suffisamment manœuvrant, et surtout j'avais deux fois sur les trois effectué d'abord un cercle (360°) à l'extérieur du port pour bien jauger des réactions de la bestiole.

Un manque à virer me semble plus probable sous génois seul que sous GV seule. La seule différence c'est que dans le cas où on navigue avec un équipage rodé, un équipier sera au pied de mât pour finir d'affaler la GV plutôt qu'aux écoutes du gégène.

Cet équipier est ensuite idéalement placé pour passer ou tendre une première amarre au maître-bau. À partir de là, on est posé, le reste c'est du fignolage.

Amitiés,
Jef-la-première-règle-c'est-qu'il-n'y-a-pas-de-règle...

25 mar. 2021
3

@Calea au portant avec le génois seul, au près avec la GV seule.

26 mar. 2021
0

Quasi toujours GV seule, avec genois prêt à re-hisser.
Avec la GV, c'est plus facile à virer, accélérer et freiner.
Bien sûr, choisir son endroit pour ne pas arriver portant, de préférence. Si il n'y a pas le choix, affalage de GV un peu avant et continuer sur l'erre ( à bien casser avant d'arriver).
Mais le genois est sur mousquetons, et je suis souvent en solo, ce qui explique aussi la chose : trop de temps de perdu à aller affaler devant. Et la godille à poste !!!

26 mar. 2021
1

Bonjour,
Heureusement qu'il n'y a que sur Heo qu'on rentre à la voile dans les ports...
Si tout le monde faisait ça vous imaginez le binz ?
Blague à part bien sûr que j'ai déjà fait ça,avec un canote en alu de 31 pieds dont on avait cassé la chaise du hors-bord, c'est un peu chaud quand même;le vent n'est jamais très franc dans les ports avec les habitations .
Je sui rentré à Porquerolles, et sorti aussi,devant la mauvaise volonté du personnel en tirant un Sourherly avec l'annexe (moteur HS).
En rentrant avec ma copine à la barre et en sortant seul (elle était repartie chez elle) comme j'avais remarqué à l'entrée que quand elle lâchait la barre le bateau suivait comme un petit toutou.
Des vrais chiens à la capitainerie,ils m'avaient dit qu'ils etaient trop occupés pour m'aider...
Leur tête quand ils m'ont vu sortir du port,tous assis sur leur banc à glander a été ma plus belle récompense...
Sinon je fais 90% de mes mouillages à la voile,avec une petite marche arrière grace à une retenue de bome,si le vent n'est pas trop violent .
Pareil pour les départs mais seulement si c'est doux,pour le guindeau c'est pas top de toute façon.
Des fois moteur en route au ralenti au cas ou...oui je sais je suis un tricheur !
Je ne suis pas superman,simplement faut connaître son bateau et ses limites,les débutants sont impressionnés mais il n'y a rien d'extraordinaire dans l'affaire.
Par contre à Salvador de Baia j'ai vu les gars rentrer et se mouiller à la voile dans des endroits très encombrés avec leurs barcasses de 15/20m de long et surtout d'autant en tonnes,très impressionnant !
Un local que je félicitais a juste répondu que c'était facile il faisait ça tous les jours...comme quoi...

26 mar. 2021
1

le Quernet dans un des premiers messages du fil de discussion tu as eu une panne de moteur en sortant d'un port.
Et que tu avais envoyer la GV en catastrophe pour ne pas percuter le musoir qui était encore à "quelques malheureuses petites encâblures".
Je trouve que tu as bien manoeuvré, mais l'urgence n'était pas vraiment avérée: Une encâblure = 120 brasses = 195 m; il y avait de la marge! ;-)
Bonne navigation!

26 mar. 2021
-1

@zef29:
Quand tu dis "Les navigateurs c'est comme les médecins, ce n'est pas écrit sur la plaque s'ils sont compétents.", il y a quand même quelques indices:

Bateau loué souvent reconnaissable au nom à l'étrave.

Type de bateau (régate ou pêche promenade)

Age et état du bateau et de son skipper (je fais davantage confiance en un vieil Armagnac rutilant mené par un sexa athlétique qu'un sun odyssée flambant neuf mais rayé de partout mené par un octo bedonnant)

Comportement de l'équipage et particulièrement du skipper (calme ou énervé)

Sinon je me méfie comme de la peste des voiliers avec une barre rouge dans la GV...

26 mar. 2021
0

100 % d'accord avec matelot47704 !

(une habituée des pannes moteur et des manoeuvres tout à la voile)

26 mar. 2021
0

N’oubliez surtout pas que les ports ne sont plus des ports mais des parkings !
Donc si la direction du vent est bonne pour rentrer dans sa place tout va bien à la voile, s'il s'agit de tirer des bords entre deux panes étroites ...joker...
En solo je privilégie le génois sur enrouleur plus facile à doser !
Bonne manœuvre !

26 mar. 2021
3

Réussir une prise de bouée à la voile en douceur est un vrai plaisir, glisser hors d'un mouillage au petit matin sans déranger personne...

L'eau de l'Aude là

Après la pluie...

  • 4.5 (6)

L'eau de l'Aude là

mars 2021