Mal de mer, et pourtant...

Bonjour à tous,
Vos discussions me font rêver. Hélas, j'ai un gros handicap : le mal de mer !
J'adore et ne peux me passer de la mer (catamaran, planche, nage en mer...) mais sur un voilier, ou bateau à moteur, je n'ai eu que de mauvaises expériences, impossible de ne pas avoir le mal de mer. Il faut que je vous précise que je suis très sensible : en voiture, en car même combat si assise trop derrière et tournants...
Auriez-vous des conseils à me donner ou pouvez-vous peut-être me faire part de votre expérience qui pourrait me redonner l'espoir de pouvoir un jour embarquer et rêve ultime (que je n'ai pas réalisé à cause de cela) voyager sur mon propre bateau ! ou faut-il que je renonce définitivement ?!!!
Merci d'avance

L'équipage
26 jan. 2020
26 jan. 2020
0

malade, même à la barre ?

26 jan. 2020
0

Non, si vraiment je peux garder la barre c'est ok !
L'unique fois où effectivement je n'étais pas malade parce que j'étais à la barre, on m'a demandé de mettre le moteur en route (plus de vent) et là... l'odeur, c'était fini !...
Finalement c'est compliqué d'être toujours à la barre !...

26 jan. 2020
0

"Le programme est ouvert à tous et pas uniquement réservé aux militaires. Ainsi, des marins-pêcheurs, des personnes travaillant dans la marine marchande ou encore des skippers professionnels ou amateurs ont pu suivre la simulation."

www.realite-virtuelle.com[...]r-2303/

26 jan. 202026 jan. 2020
0

Bon à se rappeler:
Les hopitaux militaire, et en particulier Clermont Tonnerre, font partie du parcours de soin national; ils sont donc ouvert à tous.

En plus le docteur Bonne est sympa :-)

26 jan. 2020
0

Rien que de voir la personne assise et le siège potentiellement mouvant...
Bon extra par ailleurs si ça marche ! Mais je dois aller à Brest ?!!!
J'habite le Sud-Est...
Si d'autres solutions existent, je prends !

26 jan. 202026 jan. 2020
0

Faut se renseigner.
C'est une réalisation qui date de 2 ans, ça devrait se développer ailleurs qu'à Brest.
Je ne serais pas surpris qu'à terme on puisse suivre la formation à Marseille ou Toulon.

26 jan. 202026 jan. 2020
0

www.facebook.com[...]/watch/

(Cliquer sur la photo pour démarrer la vidéo)

26 jan. 2020
1

Mon Amirale et meilleure équipière est hypersensible au mal de mer, au point de ne jamais vraiment s'amariner. Son problème a été complètement résolu par les patchs de scopolamine. A utiliser uniquement sur prescription médicale et après examen ophtalmologique (ça tombe bien, je suis ophtalmo...!). Il y a des effets secondaires : sécheresse, flou visuel, mais pas de somnolence.

26 jan. 202026 jan. 2020
1

Bonjour Bleues et bienvenue,

Par expérience, il existe des facteurs favorisant le mal de mer. On parle de règle des 4 F
- Faim
- Frousse
- Froid
- Fatigue

Mais un gros facteur que l'on oublie, est la peur d'avoir le mal de mer ! Tout marin la eut dans son expérience et comme d'autres compétences, cela s'apprivoise pour le gérer.

Gérer ces facteurs dès qu'ils apparaissent permet de retarder l'effet du mal de mer, voir les contrer. Bien anticiper et se préparer avant le départ. Exemple: mettre à porter de main sa veste, pull, pantalon, pour qu'ils soient accessible dès les premier ressentit du froid et éviter de plonger dans le fond de la cabine la tête la première pour aller chercher ses vêtements...

  • Ne pas hésiter à s'alimenter dès les premières faim.
  • Du breizh cola (ou coca si tu n'as que cela :-) est efficace contre les effets.
  • Manger des bananes, pour avoir toujours quelque chose dans l'estomat
  • Ne pas hésiter à vomir, cela soulage et fait du bien.

Oublier la honte d'être malade est essentiel...

Rester le moins souvent à l'intérieur, et si besoin passer le plus rapidement en position coucher.

Pour calmer le mal de mer, lorsque l'on sent qu'il arrive, observer l'horizon (qui lui ne bouge pas), et prendre la barre pour être actif et concentrer sur une tâche.

Nous ressentons tous une incommodation le temps de l'amarinage : C'est le temps que notre cerveau se souvienne de l'effet de la mer. Et avec le temps (plus tu cumuleras de sorti en mer), plus ton cerveau se souviendra rapidement de cet effet et l'amarinage sera plus rapide.

La mère de mes grand enfants, est très sujette au mal de mer. Du genre à être la tête dans le sceau dès la sortie du port. Cela na la jamais empêcher de partir naviguer, ni même faire des transats !!!

Donc, pour conclure, tous les espoirs te sont permis, persévérance, patiente et cumuler les expériences te permettrons de mieux te connaître et gérer le mal quand bien même si il arriverait le jour ou tu le maîtrisera.

Bon courage,

Tom

26 jan. 2020
1

Vous citez les 4 "f" qui font le lit du mal de mer, en oubliant le 5ème : la Foif !

26 jan. 2020
0

Mais quand vous partez plusieurs jours, comment fait votre Amirale ?..., vu les effets secondaires.
Est-ce qu'au bout d'un temps, on finit par ne plus en avoir besoin ?

26 jan. 2020
1

Plus besoin se quoi ? de l'Amirale ?

26 jan. 2020
0

Merci Tom, tu me redonnes espoir !
et merci à ceux qui ont bien voulu échanger avec une desesperate nauséeuse ! Je suis à l'écoute de tous vos conseils car vraiment une amoureuse de la mer... (calme pour l'instant!)

26 jan. 2020
0

Pour ce que j'ai pu voir avec les différentes personnes avec qui j'ai navigué. Ce n'est pas une étude scientifique, mais de simples constatations avec le temps.

Seulement une personne qui s'allongeait au sol du carré dès les ammares larguées et reprenait ses esprits à l'arrivée au port suivant.

Les personnes qui arrivaient avec l’appréhension du mal de mer, l'avaient à coup sur.

Le mal de mer arrive après quelques heures de navigation (2 ou 3h après)

Quand j'ai commencé à naviguer, c'était les débuts du Walkmann. Les ados qui étaient avec moi semblaient moins sujets au mal de mer avec le casque et la musique.

Question : Le sens de l'équilibre est dans l'oreille interne, la musique au casque a t-elle en effet ? Le fait d'avoir l'esprit occupé par la musique ?

Le fait d'avoir l'esprit occupé, laisse moins de temps pour penser au mal de mer. Quand tu es à la barre, tu as l'esprit occupé. Il nous arrivait souvent de chanter à bord et là encore, la sensation de mal de mer était réduite.

Certains disent de regarder un point fixe, l'horizon, le compas, ses pieds...

Ce ne sont que des constats, mais à force, l'organisme s'habitue, et on le ressent moins. Mais quoi qu'il en soit, si tu es malade, il faut l'être avec quelque chose dans le ventre.

En règle générale, une fois ce désagréable moment passé, les jours suivants sont paisibles et là, c'est que du bonheur.

26 jan. 2020
0

Merci Oliver pour ce témoignage qui me permet de compléter ma préparation -déjà bien initiée par Tom, à une prochaine sortie :
Je ne serai pas malade, je ne serai pas malade, je ne serai pas malade (méthode Coué !)
J'aurai mangé des bananes et pas bu de coca (j'ai horreur de ça, ça risque de me donner mal au cœur ! non ça risque rien : je ne serai pas malade)
Je ne crains rien et surtout pas de vomir
J'ai ma doudoune à portée de main, et la barre dans l'autre
Pas de sortie la veille mais une bonne nuit de sommeil !
Merci encore et si d'autres marins aguerris ont des conseils à me donner, je prends !

26 jan. 2020
1

Naviguer, naviguer, naviguer, avec quelqu'un qui ne l'a pas.
Ma chère et tendre était très sensible au mal des transports en général. Au bout du 2e jour en mer, ça va mieux. Un jour on a pris une bonne rouste en mer, et elle a passé 8h la tête dans le seau. Apparemment ça lui a "recalé" l'oreille interne et elle est beaucoup moins sensible désormais (il faut vraiment de mauvaises conditions pour qu'elle soit malade) certains bateaux sont plus sujets a provoquer le mal de mer (comme certaines voitures).
Le sturgeron l'aide bien et est très efficace.

26 jan. 2020
1

Le Stugeron a changé notre vie. Quelle galère que le mal de mer en famille. Depuis des années ma femme et mes belles-filles prennent du Stugeron sans aucune gêne ni effets secondaires. Merci à son inventeur... ! ! ! MM

26 jan. 2020
0

Oups, effectivement j'avais pas pensé à une solution aussi radicale !!!
Merci pour ce nouvel espoir, il n'y a plus qu'à... Après tout 8 h dans une vie, qu'est-ce que c'est ? ça vaut bien ce sacrifice (pourvu que ça marche sur moi !)

26 jan. 2020
0

je crois qu'il y a eu des contrefaçons (chinoises ou autres). Trouve le Stugeron en pharmacie ou sur un site sûr. Bonnes navs. MM

26 jan. 2020
2

Voici ce qui se dit sur ce site concernant ce médicament :

"Plaidoyer CONTRE le Sureptil / cinnarizine
Les principaux "anti mal de mer" sont des anti-histaminiques, comme Nautamine ou Mercalm et ce Sturgeron / Sureptil.
Mais une des molécules les pires est bien la cinnarizine, ce Sturgeron; il a été retiré du marché en France et de nombreux pays, pour effets secondaires graves, troubles du rythme cardiaque (QT et torsades de pointe). Pourquoi ? Parce que c'est à la fois un anti-histaminique mais aussi un truc qui bloque le calcium. D'autre produit comparable (Teldane par exemple) ont été retirés pour des raisons similaires.
Pourquoi aller chercher un truc dangereux à l'étranger, alors que des alternatives équivalentes existent ?
De plus, en cas de "problème", votre assurance pourrait se faire un plaisir de vous enfoncer grave."

Un avis neutre et bien informé sur les éventuels effets secondaires ?

26 jan. 2020
0

Le mercalm est parfaitement efficace chez les gens qui n'ont pas le mal de mer, pour s'endormir.
J'aimerais bien voir un exemple où l'assurance s'est retournée contre quelqu'un qui avait pris du sturgeron...
Tous les médicaments sont dangereux si on les gobe comme des Dragibus.

26 jan. 202026 jan. 2020
0

Le mercalm est parfaitement efficace chez les gens qui n'ont pas le mal de mer, pour s'endormir.

Le Mercalm est parfaitement efficace sur moi et ne m'endort pas. Encore testé hier. (Au moteur avec des vagues de trois quarts arrière .. burp).

Il marche aussi avec mes enfants, en demi comprimé sinon ça les endort.
(NB: ce sont de grands ados hein pas des bébés de 3mois)

Arrêtez de voir le mal partout et de céder aux rumeurs débiles qui circulent sur internet, propagées par des gens certes amusants mais finalement plus dangereux que les médocs eux mêmes.

Après si vous aimez vomir vos tripes à chaque fois que ça brasse un peu, libre à vous.

27 jan. 2020
0

Le mercalm fait dormir... pas forcément.

La somnolence est un symptôme du mal de mer

Selon mon expérience le mercalm doit être pris avant d’être malade. Moi j’en prends la moitié d’un ça me suffit

Après plus on navigue moins on est malade. L’idéal c’est de dormir dans un endroit qui clapote avant de partir

26 jan. 2020
0

Je ne peux pas te répondre, ce n'est pas de moi mais un copié collé d'une autre discussion, mais ta réponse comme celle de beaucoup sur ce site est pleine d'humour et de bon sens. Merci aussi pour ça

26 jan. 2020
3

il y a des kiné qui ré éduquent l'oreille interne pour supprimer le mal de mer

26 jan. 2020
2

Un truc classique qui marche bien : passer une nuit au mouillage avant d'entreprendre une longue navigation, on s'amarine en douceur.

26 jan. 2020
0

Merci Flora pour ta réponse positive et sympathique qui complète utilement les autres. Une idée supplémentaire que j'adopterai

26 jan. 2020
2

... et aussi le sparadrap ! Non, non je ne veux pas relancer la polémique ! A priori ça déchaîne les passions
Merci à tous j'ai plein de solutions grâce à vous (et bien sûr, je vous tiens au courant pour le sparadrap !...)

26 jan. 2020
0

Je crois que c'est un peu plus compliqué que ça. MM

26 jan. 2020
0

Je suis assez sensible au mal de mer, au point que parfois je regrette d'être sur mon bateau au lieu d'être allongé sous un pommier ! Mais rassures toi, ça finit par passer… Il faut occuper son esprit, ne pas lâcher prise. Je navigue en solitaire, et je ne peux me permettre de me laisser aller, je fais comme si je n'avais pas le mal de mer et je continue. Je dois reconnaitre que sur le bateau des autres, si on n'est pas en responsabilité, c'est plus difficile de ne pas se laisser aller… Si ça ne va vraiment pas et si le temps le permet (j'ai bien sûr plus facilement le mal de mer quand ça remue bien) je réduis l'allure, et je m'accorde des petites siestes, généralement je vomis au réveil, mais je suis capable de reprendre les choses en main. Et puis, cela finit toujours par aller mieux, on s'amarine ! De plus, avec les aides électroniques à la navigation, je passe beaucoup moins de temps à la table à carte, et je m'en trouve mieux. Le fait de naviguer souvent, même pour de courtes traversées, réduit le risque de mal de mer.

26 jan. 2020
1

Je suis beaucoup moins sensible depuis que j'ai vraiment de quoi me protéger contre le froid.
Et ne pas oublier que la principale source de déperdition est la tête, car le sang y va en priorité pour protéger vraiment ce qui est important (le cerveau). Donc bonnet indispensable; le sang peut alors aller réchauffer le reste du corps.

26 jan. 2020
0

Bonjour,
Pour le Stugeron, interdit en France mais autorisé ailleurs en Europe (vas savoir pourquoi !) je le commande en Belgique pour un usage ponctuel au cas où et surtout pour s'amariner très vite dans le cas d'une absence de mer prolongée. Même les "grands marins" peuvent être sensible au mal de mer à cause de la règle des 4F (parfois 5F si on ajoute la Fouaffe...) et du stress.
Un conseil, t'occuper le plus possible sur le pont, à la barre, à ranger les drisses, écoutes, etc. S'OCCUPER l'esprit et le corps font que le mal de mer devient très vite un lointain souvenir.
Le Stugeron est à prendre comme aide pendant une journée, parfois deux, en préventif, après, terminé, et ce sur des personnes (que je connais) très vite malades.
NE PAS rester enfermé, "à la cave" ou à ranger les affaires dans la chambre, la bannette, ranger l'avitaillement en mer ou faire la cuisine au sous-sol. Rester le plus possible dehors, bien couvert et sans fumeurs alentour. Prévenir dès qu'on se sent légèrement nauséeux, sans honte pour anticiper et tu verras que ça passe rapidement.

26 jan. 202026 jan. 2020
0

Bonjour Bleues,

C'est un sujet qui est abordé de plus en plus fréquemment. Et tant mieux parce qu'à de rares exceptions près, tout le monde est touché à un moment ou à un autre mais avec des sensibilités diverses.

Beaucoup de choses utiles ont été dites.
3 chose à ajouter :
1. Il existe les lunettes seetroen dont certains sont très satisfaits.
2. Le fait de naviguer fréquemment aide beaucoup a mon avis pour 2 raisons. D'abord l'accoutumance du cerveau c sûr. Mais aussi, plus on navigue sur un bateau, plus l'univers nous est familier, plus on a des compétences et plus on peut faire des choses. Être acteur plutôt que spectateur sur un bateau change bcp.
3. L'effet positif du gingembre sur le mal de mer a été scientifiquement démontré. Il s'en vend en gélules.

Bonne navigations, courage et tu vas voir que ce problème va aller en diminuant.

26 jan. 202026 jan. 2020
0

Bonjour,
On peut acheter du stugeron par 3 ou 4 boites en farmacia en Espagne et sans ordonnance. C’est très efficace et sans aucun effet secondaire selon mon médecin.
J’ai moi même toujours eu le mdm au moindre clapot.
Depuis que je suis propriétaire de mon bateau, j’ai vécu quelques situation assez compliqué avec de la mer très formé et plus jamais le mal de mer!!! Comme si il suffisait d’etre Le capitaine pour ne pas avoir le droit d’être malade et mettre sa vie et celles des équipiers en danger. La responsabilité qu’ange tout.
Courage

0

À Patwick,
J’etzis En Espagne cet été (côte nord). Les pharmacies ne délivrent qu’une boîte de Stugeron à la fois. Refus systématique de plusieurs.
En cas de problème de cœur ou de pression artérielle mauvaise: médicament interdit.
À Bleues,
C’est moi qui a lancé le fil sur le sparadrap. C’est une ami qui comme toi avait le mal de tous les transports qui m’a donné le truc. D’apres Mes retours, cela fonctionne sur environ 60% des personnes. Cela ne coûte rien d’essayer...
Le Coca, les gâteaux secs, la banane (même goût dans les 2 sens).
Pouvoir se couvrir efficacement, surtout les extrémités.
La prévention, la gentillesse envers un membre d’équipage sensible est un plus.
Pour quelqu’un de sensible, c’est important de se sentir cocooner.
S’occuper, barre, prendre part aux décisions, discussions est très important et permet de penser à autre chose.
Ne pas s’isoler en regardant ses pieds...
Ne pas descendre, sauf nécessité (wc).
Commencer par des navigations courtes et par beau temps. Préférer les ports aux mouillages un peu rouleurs.
Un pourcentage infime de personnes ne s’amarine jamais. Ce serait bien le diable que tu en fasses parti !
Bon courage,
Patrice

27 jan. 2020
0

Biodramina.
Se trouve en Espagne.
c'est en passant aux Baléares qu'un voileux nous en avait donné une plaque pour une jeune-fille que nous avions à bord. C'est quasi-miraculeux ce truc.
Je l'ai re-testé plein de fois sur une multitude de sujets d'ages et de sexes variés, çà marche à tous les coups et c'est efficace même si les signes ont déjà commencé. Il existe un dosage pour enfants. Pas de somnolence.
Seul problème : il faut se le procurer en Espagne.

27 jan. 2020
1

la formule de la biodramina est identique au mercalm

27 jan. 2020
1

Je reconnais le message du début.
En fait, le plus important, c'est de vaincre la peur du mal de mer.
A certains moments, rien que le mot "bateau" me donne des nausées.
Il y aura forcément de mauvaises experiences, ne serait-ce parce qu'il faut bien tester ses limites et trouver les méthodes qui marchent pour soi : il faut absolument dépasser ces mauvaises experiences et les remplacer par de bonnes experiences.

Il faut aussi commencer en douceur.
1) avoir bien chaud (sauf à être en méditerranée en été). Eviter le petit frais, même si on n'est pas frileux.
2) se remplir l'estomac d'un truc sucré. Le bon truc, c'est d'avoir SA bouteille de coca qui traîne dans un coffre. Ca sert aussi de message au reste de l'équipage qui faut pas venir te casser les pieds maintenant.
3) Rester à l’extérieur, dans la position qui vous convient. Ne pas écouter ceux qui diront "je te l'avais dit, fallait que tu te mettes ici ou là ..." La meilleure place est clairement dans la descente : le corp au chaud, le museau à l'air. Par contre, on gêne tout le monde, donc bouger tout le temps fini par rendre plus malade qu'autre chose.
4) ne pas hésiter à prendre des médoc (faut pas non plus vider la pharmacie, mais il ne faut pas se fourrer dans une experience atroce). Chacun aura ses préférences, mais pour en avoir essayé pas mal, le stugeron, c'est radical pour moi (et ca ne coûte rien). A ne pas prendre sur le long terme.
5) Ne pas forcer. S'occuper le cerveau, c'est bien, mais il faut ménager le corps. Si le but du jeu est de louvoyer dans du force 5 avec un virement tous les 5minutes, autant rendre les armes directement.
6) Vomir, c'est marrant. C'est une conviction bien plus simple à avoir que de se dire qu'on ne sera pas malade. Si ce que l'on vomi est bon, ca peut devenir franchement marrant. Faut juste rester discret pour les autres. Vomir offre 30minutes de répit !
7) Le miracle du dodo : même dans la pire des tempêtes, si on est vraiment crevé, on dort. Et quand on dort, on ne peut pas être malade.
Il est possible de prolonger artificiellement le sommeil en restant comateux. Pour dormir sereinement, il faut se choisir un bon doudou qui rassure : un petit seau pliable : www.ruedelamer.com[...]93.html
Comme on n'est pas malade, on se contente de cracher un peu dedans, pour la gloire. Ca fait des replis, donc ca n'en risque vraiment pas d'en foutre partout.
Paumé dans une cabine, avec son petit seau porte-bonheur, à biberonner doucement une bouteille de coca, vous pourrez y rester des jours, sans souffrir, ni être une source de stress pour l'équipage. Vous êtes un bon petit zombi qui sortira dès qu'il fera beau.
C'est de leur faute, ils n'avaient qu'à vérifier la météo.
8) Partir dans une croisière sympa : Dites clairement que vous avez le mal de mer, et que si le bateau risque potentiellement de démarrer par 2 jours de force 5, ca se passera sans ton aide. Il arrive qu'un bateau sortant de 2semaines de nav récupère des équipiers : ca, c'est le plan foireux : eux, ils sont déjà amarinés. Accessoirement, éviter les petits jeunes, les anciens, et surtout les anciennes, ont tendance à être largement plus compréhensifs.
9) Avoir confiance : on finit par s'amariner. Ca prends des jours pour être en forme dans le petit temps, ca prends des années pour être en forme dans le gros temps, mais on y arrive. C'est juste un moment à passer.
Je garde finalement de bons souvenirs de mes nausées, mes plus gros stress étant principalement liés à ce que le reste de l'équipage pouvait penser de moi.

27 jan. 2020
0

Je trouve que cette réponse contient tous les bons conseils

J’ai eu la chance de n’embarquer que sur ses bords où le mal de mer dédramatise comme un mal nécessaire et non comme un mal honteux de mauvais marins.

J’ajouterai que ceux qui ne sont pas malades ont le devoir de faire acte de prévention: chercher des habits chaud proposer à manger se charger de la navigation. Non seulement parce que c’est sympa mais aussi par sécurité et parce que voir vomir un équipage peut être une cause de mdm

27 jan. 2020
0

Ma chère a pris du zirtec cetirizine, en DCI , pour une allergie, et s’est rendu compte qu’elle n’avait plus le mal de mer , depuis elle continue avec succès.
Médoc actif et peu toxique.
Bien sûr les patch de scopolamine sont efficaces mais avec de fréquents effets secondaires

27 jan. 2020
0

Sinon, à part les produits chimiques, il y a aussi le produits naturels : Les plantes

Commercialisé en grande surfaces sous le nom de 'Jägermeister'...

Selon la dose utilisée, il peut y avoir un effet de somnolence, mais c'est que du naturel.

Perso, comparé au cola, je n'hésite pas une seconde. Il peut aussi être consommé en grog, pour les rages de dents, la gastro, les ongles incarnés, etc. Tous les prétextes sont bons.

Ok, je sors ;-)

28 jan. 2020
0

Bonjour. Entendu de la part de navigateurs expérimentés que le gingembre au menu, et la cure d'avocat quelques jours avant le départ pouvait protéger contre le mal de mer.
Les femmes en étant les plus sujettes il serait bon de les intéresser à ce fil pour qu'un grand nombre d'entre elles y participent.
Déjà avec la prévention des 5F ci-dessus et l'organisation systématique de petites navigations de difficulté et durées progressivement croissantes pourrait éviter plus de la moitié des cas. J'ai été témoin de croisières interrompues par elles après la 1ère traversée sans préparation, et le refus définitif de remonter à bord. Cette expérience très désagréable avait dégoûté ces femmes du bateau.
Celles qui acceptent de continuer le font par amour de leur homme ou esprit de sacrifice.
Dans "Plaisance" il devrait y avoir "Plaisir".

28 jan. 2020
0

Pas mal a ete dit plus haut mais en complement:
- la Scopolamine est reconnu comme un des medicaments les plus efficaces * (mais attention au risque de glaucome, comme il a ete dit plus haut - pas trouvable dans tous les pays pour cette raison). Tout notre equipage (10) a pu tester avec grand succes sur la Sydney to Hobart, 1/2 patch derriere l'oreille. Pas bon sur le long terme bien sur, juste pour les premiers jours le temps de s'habituer...
- la meilleure place quand on a le mal de mer et que ca souffle, c'est en bas, allonge' sur le dos (avec un seau au cas ou). C'est dur une fois malade, on se dit qu'on ne peut pas faire sans le vent frais dans les narines, mais en fait ca marche bien. Et surtout on libere le cockpit pour les marins operationnels plutot que de l'encombrer.
- essayer de faire de petites excursions (taches simples) avant d'etre malade pour habituer son corps, bouger et respirer doucement.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les hivers se suivent...

Bricolages d'hiver

  • 4.5 (19)

Les hivers se suivent...

février 2020