Longueur,Largeur et tenue de "route..."

Comment choisir quand le choix est si divers,
D'un coté je lis des commentaires qui affirment que pour affronter la haute mer il faut des bateaux le plus long et large possible!. De l'autre je lis les adeptes de petits voiliers qui vantent leurs 6.50 m arguant, qu'ils ont affrontés pratiquement toutes les mers du globe!.Sur quels critères se baser, on en revient à la case départ"pour quel programme de nav.
Allez soyons fous...si un jour je me sent assez sûr pour partir de la Rochelle pour me rendre aux Baléares ou en Corse, en sachant que j'ai un petit budget vous conseilleriez un 6.50 m x ~ 3.00 m, ou un 7.50 m voire 8.00 m par 2.50 m?.C'est courant sur le marché, quel critères sont les plus important pour ne pas rester collé au port quand la météo fait un rot, ou pour ne pas courir un risque parce que la météo à changer sans prévenir pendant la traversée.Je pense bien que certains diront le plus gros possible mais c'est comme les voitures il est plus prudent de rouler dans une grosse cylindrée mais si l'on est un conducteur responsable et que l'on connaît les limites de sa machine, on peut rouler en Fiat 600.Je ne parles pas du confort mais beaucoup plus simplement d'une traversée responsable en tenant compte des avis météos. Merci, Michel

L'équipage
06 sept. 2004
06 sept. 2004
0

Le bateau m2 ...
On connaissait le syndrome du mètre de carène en plus ... voilà helpingu avec le syndrome du mètre-carré de carène en plus :-)

En général c'est plutôt pour la voilure qu'on parle en m2 ...

Limite "troll" ta question ...

06 sept. 2004
0

J'étais sûr que l'on me dirait "C'est con ta question"
Mais alors comment tu exprime les qualité d'un bateau dans une mer formée " elle n'est pas comme moi...!"

06 sept. 2004
0

Merci Gébé
Voilà déjà une appréçiation que je glisse précieusement dans ma biblio d'avis avisés.Michel :-D

06 sept. 2004
-1

Bon aller j'ai du temps aujourd'hui
je me repose de ma construction bateau et je ne pense pas que tu est troll (drôle peut-être)

Ma réponse serait la suivante et cela ne concerne que moi...
le plus large possible .
precision : quand la météo fait un rot, tu n'a rien à foutre en mer....

06 sept. 2004
0

Les exploits relatés par les média ne sont pas de bons exemples.

Faire de longues distances sur un 6,50 m, c'est une chose, tenir le coup physiquement et y dormir en est une autre.

Sur le mien, je suis bien content d'arriver dans un port le soir, et ne me verrais pas refaire le tour du cadran.

06 sept. 2004
1

c'est pourtant un excellente question ...
je ne comprend pas les réponses !

le rapport longueur/largeur, mais plus encore poids/largeur sont très important pour les caractéristiques marines d'un bateau!

Or en général les bateaux larges sont plutôt peu lestés (stabilité de forme), alors que les bateau étroits sont plutôt assez lourds (stabilité de lest).

Il en résulte des comportements différents...

bateau large et léger, coque planante, idéal pour se faire plaisir, surtout au portant, mais plus contraignat à mener (bien ajuster la surface de voilure pour rester à plat, et guarder une ceratine stabilité de route, changement de rythme et de vitesse très fréquent du à la faible inertie...à tendance à taper...

bateau étroit et lourd, moins sport, moins bonnes vitesses de pointes, mais en vitesse moyenne peut y gagner grace eau confort, plus grande tolérance, tape moins et passe mieux dans le clapot, plus facile a rendre stable de route car moins sensible aux changements de vents, on peut y faire la Cuisin en mer... bref mieux pour un bateau type voyage...

après, c'est une question de choix et de philosophie ! ... mais les anglais et américains qui voyagent sur de petits bateaux ont fait leur choix sans équivoque... (cf . bcp de sites internet sur le sujet).

06 sept. 2004
0

Mais non Helpingu ...
j'ai pas dit qu'elle est con ta question :-)

Avoue qu'elle ressemble à de la provocation ...

Dans une mer formée, plus ton bateau est gros, plus t'es content ... enfin jusqu'à une taille de 14 à 15 mètres. Au delà il y a d'autres problèmes. Mais "gros" ne signifie pas spécialement "large". De toute façon un bateau bien conçu a un rapport largeur/longueur lié à sa forme de carène, à sa voilure, à son lest, etc ... Donc il n'y a pas de rapport largeur/longueur optimal: il y a juste des bateau bien ou mal dessinés.

Donc c'est pas par ce bout-là que t'auras une réponse ... c'est plus sûrement en consultant ton portefeuille que t'auras une réponse sur la taille optimale :-D

06 sept. 2004
0

Idées actuelles ...
Je ne crois pas que le classement large-étroit de Balibar soit encore valable maintenant. C'est devenu beaucoup plus ocmplexe et moins carricatural que cela. Beaucoup de bateaux modernes de voyage sont plutôt lourds ET large, certains bateaux de course sont étroits (voir VDH), d'autres sont des luges, etc ... On ne peut plus classer ainsi.

06 sept. 2004
0

Si c'est pas encore très clair,
Au moins j'ai des pistes à débroussailler. Merci

06 sept. 2004
0

ce n'est pas la grosseur qui compte.....
j'approuve entièrement la réponse de gébé.
Tout y est dit !!! ;-)
Si petit budjet, ta pas le choix!!! :-(
entre un 6.50 et 8m la marge est grande.
Le confort coût très chèr !!!
Pour moi la voile ces du sport donc 6.50 " avec une belle garde robe " peut de confort et beaucoup de sensation!

06 sept. 2004
0

Vétérans ...
Bon, comme Helpingu pose beaucoup de questions, je suis allé voir sa fiche: les mecs qui lui proposent un 6.50 en forme de luge devraient aller la voir avant de lui donner des conseils :-D

En plus il a un petit espoir un jour de ne plus naviguer en solitaire ... Alors c'est par là (le respect des souhaits de Madame) et par le portefeuille que ça va se passer, beaucoup plus sûrement que par le fun des bords de surf sauvage au largue, avec le spi sur le bout dehors et le gilet de poids sur les épaules :-D

Mettons que sauf sportifs et/ou aventuriers baroudeurs aguerris, ce sera difficile de créer dans un bateau en dessous de 9 mètres ce qu'il faut pour y vivre à deux (avec une non passionnée mais néanmoins amoureuse) pendant de longues périodes.

Les p'tits jeunes, vous pouvez rigoler, on dira rien :-D

07 sept. 2004
0

Merci Robert
de prendre ma défense, il est vrai que j'ai posé beaucoup de questions dans un laps de temps très court.Mais promis je me calme avant de subir les foudres des marins expérimentés que vous êtes.Si il est vrai que j'ai espoir d'amener mon épouse à la navigation, ce ne seras pas da la nav. hauturière, beaucoup plus sûrement des sorties ponctuelles et pas ou peu de nav. de nuit. Cela je ne pourrais l'affirmer que lorsque je serais à bord.Sans doute que je mets la charrue avant les boeufs,certainement que j'aurais plus d'avis personnels après avoir suivi quelques stages, et j'aurais été quitte de vous embéter avec des questions aussi basiques.Je vous demande seulement de comprendre tant qu'on n'a pas des certitudes, on nage et on creuse.Merci, Michel :-| :-| :-|

06 sept. 2004
0

Même si les chinoiseries ne t'interressent pas
Va quand même sur le site "mandragore2.net" outre le coté interressant du site avec la construction d'un bateau, une jonque chinoise en l'ocurrence. Je présente un projet de jonque chinoise avec une analyse assez fouillée du problème de la navigation hauturière et de la vie en mer dans la définition du programme . Il s'agit pas là de te convaincre de naviguer chinois mais d'avoir une approche de la vie à bord. Pour revenir à ta préoccupation,méfie toi des modes elles sont par essence même fugaces. Ce qui compte a mon avis au dela de la vitesse, de la remontée au vent, toutes chose essentiel bien sur, c'est la capacité a récupérer physiquement après un période difficile. Seul un bateau confortable permet cela. C'est à mon avis le premier critère de sécurité. Fatigué, mouillé, brinqueballé dans tous les sens quand il devient pénible de faire même un simple café, un simple ennuis mineure et cela peut tourner au drame.Les critères de fun, de glisse c'est joli près de la cote mais au large c'est autre chose. Alors méfiance avec ce bateaux ultra léger, large, ou tout le monde travail tout le temps à régler ici, a contrôler là, qu'il faut barrer en permanance parque dessinné pour le près, avec couple de rappel brutaux avec leur lest profond....

07 sept. 2004
0

Merci
Pour les pistes que tu me donne, je ne cherche rien d'autre que de me faire une idée assez juste de ce qu'il me faut, en considérant bien sûr l'aspect budgétaire qui comme chacun sait est le nerf de la guerre.

06 sept. 2004
0

6,50 ou 8m?
pour moi, la bonne taille, c'est quand je peux tout faire tout seul...
aujourd'hui, un 28' demain un peu plus grans certainement, mais les surfaces de voiles grandissent vite... et qund tout va bien, c'est pas encore un problème, mais selon la loi de je ne sais plus qui plus ca va mal, plus ca va mal...

mon bilan: mieux vaut 8X3 (je sais, je rajoute un peu de largeur mais ca donne des first 28, Aquila etc) plutot qu'un etap 22 qui en dépit de toutes ses qualités sera vraisemblablement moins confortable.

quand aux pogo et autres "GTI", je ne me recoonais pas les compétences pour savoir m'en servir. en plus , depuis le jour ou j'ai découvert qu'il était possible de s'habiller debout dans un bateau, j'avoue que j'ai pris gout à ce genre de confort.
j'omet volontairement (et ce n'est pas par machisme, mesdames je vous aime) les désidératas féminins en terme de confort à bord

cordialement

06 sept. 2004
0

il faut aussi penser
à la capacite du bateau a faire route dans la brafougne mais aussi dans la petole, un petit bateau peut avoir une capote pour mettre son ciré et s etirer apres le repos du capitaine.

Autre possibilités, reperes des bateaux qui, tu penses, pourrai te plaire, on te dira ( pour ceux qui les connaisse ), celui qui sera eventuellement le mieux, apres tu seras toujours maitre de ton achat.

06 sept. 2004
0

Madame a aussi son avis !!
Moi au départ dans ma recherche j'étais plutot parti sur un first 30 ,aquila etc .. mais je n'ai reussi à decider Madame à faire la folie d'acheter un bateau qu'en la mettant sur un 35 pied pour qu'elle se sente en securité ainsi que notre fils de 2 ans . Maintenant j'en suis trés heureux même si il est vrai que cela coute beaucoup plus cher et cela est plus physique tout seul . Mais au moins je n'ai pas droit à une grimace chaque fois que l'on part naviguer .Et je pense que cela est important car il me parait primordial de pouvoir faire partager sa passion avec tes proches sans les degouter au premier coup de vent .

06 sept. 2004
0

Hakuna ...
a dit l'essentiel ...

06 sept. 2004
0

Le batô idéal n’existe pas...

Dans tous les cas de figure, il ne peut être que celui que l’on peut avoir, et que l’on adapte avec plus ou moins de bonheur à ses aspirations du moment, car les idées et les besoins changent régulièrement pour de multiples raisons...

Alors, pourquoi essayer de trouver l’impossible, ne serait-il pas plus amusant pour ne pas dire passionnant de se lancer dans l’aventure avec tous les impondérables qui vous attendent?

A force d’interroger les autres, vous risquez de passer à côté de votre propre vérité alors...
Faites ce qui vous plaît, restez logique et suivez vos propres raisonnements

Cela ne sera en aucun cas pire que tout ce que vous espérez glaner en vous fiant à l’expérience des gourous de comptoir…

pfffzzzz

PS: Rappelez-vous que raisonner, argumenter en public, c'est marcher avec des béquilles dans la recherche de la vérité

07 sept. 2004
0

pas d'accord avec toi Cobra
le bateau idéal existe, puisque c'est le prochain que l'on souhaite acheter...il n'y a qu'à voir les arguments que l'on sort à nos épouses, conjointes ou autres pour les convaincre!

07 sept. 2004
0

Quelle est donc la différence
entre nos opinions spot, la chose que vous souhaitez pour demain, sera à tous les coups différente de celle que vous voudrez après demain et ainsi de suite…

Cela est du à notre besoin de changement et aussi aux acquis et aspirations dans l’évolution de notre vie.

pfffzzzz

07 sept. 2004
0

Coefficients

Il y a peut-être 6 mois ou 1 an, quelqu'un a donné ici divers coefficients d'un bateau de "voyage", rapports entre surface de voile, longueur à la flottaison, déplacement, maitre couple, etc...permettant d'avoir une grande stabilité de route.

Michel lui avait proposé de mettre ces chiffres en article.

Ca fait 1 heure que je cherche ce fil, en utilisant divers mots dans le moteur de recherche (j'ai évité de taper "barre d'écoute".

Je ne le retrouve pas

07 sept. 2004
0

Tu devrais ...
Quand je l'avais tapé, ça m'avais donné plein de choses, mais pas B d'E

Donc on peut supposer ..... :-D

PS: je me souviens du rapport recommandé de l = 1/3 de L. Je lis ce fil en pensant aussi à ces coeffs, mais reste très dubitatifs quand j'entends qu'un First 28 fait 8X3 .... Il devrait dans ce cas ramer à mort, hors je ne pense pas qu'un F28 soit un bateau lent !

Freja qu'y s'pose des questions !

07 sept. 2004
0

C'était toi, Freja ?

J'aurais aimé retrouver ces divers coeff, pour vérifier mon tableau Excel.

J'ai fait une feuille de calcul Excel avec ces coefficients, permettant à partir d'une caractéristique quelconque d'un bateau précis, (la surface de voile du mien par exemple), de connaitre l'autre paramètre idéal, comme la longueur de flottaison, histoire de voir s'il entre dans les dimmensions du bateau de voyage, et sinon, combien manque t-il.

07 sept. 2004
0

des réponses pour Freja
pour le first 28, de mémoire 8,40 x 3
pour l'aquila (j'en suis sur) : 8,28x2,96 ou 3 (selon les brochures ou essais)
et ces 2 bateaux ont des performances assez similaires et ne rament pas particulièrement (j'ai déja tenu 8nœuds de moyenne au travers avec l'aquila entre Oléron et la rochelle et un peu plus sous spi il est vrai entre port joinville et les sables)

quand au rapport entre largeur et longueur, et je prend volontairement un cas un peu spécial, le pogo 8,50, il me semble qu'il fait 3,50 de large et les quelques uns que j'ai pu voir ne sont pas restés très longtemps visibles... (bien sur ce sont eux qui allaient vite, n'allez pas croire)

cordialement

07 sept. 2004
0

Débranchez...
... vos ordi et allez naviguez !!!

Ce n'est pas ici que vous apprendrez à apprécier le bon bateau qui correspondra à vos envies personnelles et à vos possibilités financières.

Pour savoir nager il faut se jeter à l'eau... C'est ensuite que l'on passera par là pour demander des conseils à ceux qui nagent mieux ou plus vite...

07 sept. 2004
0

Non, non Basile
Tu penses bien que si c'était moi qui avait pondu ce document très intéressant, je l'aurais remis en ligne sans tarder.

Pour Spot, effectivement, le Pogo est bien un illustre contre exemple. C'est bien pourquoi je me demande si ce rapport d'un tiers entre la largeur et la longueur reste un concept valable ou n'est pas plutôt dépassé par l'architecture navale moderne.

Quant à "de passage", s'il lui prenait lui même l'envie de débrancher son ordi, que ce soit pour aller naviguer, aller aux champignons ou aux p...., ça nous ferait des vacances et lui donnerait peut être une chance de dire moins de conneries dans une journée

Naviguer, j'en reviens justement, donc j'ai des questions. Et je ne compte pas sur "de passage-qui-heureusement-ne-fait-que-passer-donc-on-ne-devrait-pas-longtemps-entendre-ses-conneries" pour y répondre.

07 sept. 2004
0

Pas si bête que ça
le point de vue de "de passage" !

C'est en forgeant qu'on devient forgeron, c'est ce que je comprends ;-)

Alain P.

07 sept. 2004
0

ouaip
et c'est en sciant que Léonard de Vinci :-D :-D :-D

08 sept. 2004
0

Empirique
Trouvé sur la toile. La formule est utilisable avec des unités ango-saxonnes.

COMFORT FACTOR = disp / (.65 * (.7 * lwl+.3 * loa) * beam^1.33) Dimensions of "Length" to the 2/3 power. An empirical term developed by yacht designer Ted Brewer. Large numbers indicate a smoother, more comfortable motion in a sea way. The equation favors heavy boats with some overhang and a narrow beam. These are all factors that slow down the boat's response in violent waves. This design philosophy is contrary to many modern "racer / cruisers", but it is based on a great deal of real blue water data, not just what looks good in a boat show. A value of 30 - 40 would be an average cruiser. Racing designs can be less than 20, and a full keel, Colin Archer design, could be as high as 60. This factor is related to LOA, longer boats have higher comfort factors, and is linear with respect to the roll period.

Ca vaut ce que ca vaut.
Ca donne par exemple :

Beneteau First 210 (1991) 10,3
Beneteau First 26 (1984) 13,9
Beneteau First 265 (1992) 14,8
Beneteau First 29 (1984) 17,8
Beneteau First 305 (1985) 19,9
BENETEAU FIRST 310 (1991) 16,3
Beneteau Oceanis 430 (1986) 24,1
JEANNEAU ATTALIA 32 17,1
Jeanneau SUN ODYSSEY 28.1 16,9
Jeanneau Sun Odyssey 32 21,8
Jeanneau SUN ODYSSEY 32.2 23,3
Jeanneau Sun Odyssey 34.2 21,8
Jeanneau Sun Odyssey 35.1 19,2
Wauquiez Amphora 25,8
Wauquiez Centurion 32 21,0
Wauquiez Gladiateur 21,5
Wauquiez Pretorien 35 24,6

08 sept. 2004
0

heuuuuu
c'est bien ta table !

mais comment qu'on fait quand on capte que pouic à la langue roosebeef ???
si quelqu'un pouvait traduire ça serait fichtrement super !

merci d'avance

08 sept. 2004
0

Pouic Pouic !
A tous les coups, le temps que j'ecrive, un autre aura déjà posté la réponse. Mais bon, tant pis.

En gros, ça dit qu'un architecte, Ted Brewer (déjà entendu ce nom là), a développé une formule empirique pour définir le confort à la mer (confort factor) d'un bateau. Ce facteur tient compte des caractéristiques de la coque,de la profondeur de quille, et non du blabla du vendeur pendant un salon, qui définissent la réponse du bateau dans la mer formée. Au résultat, les bateaux de régate ont un coef très bas, les bateaux de croisières ont un coef entre 30 et 40, et des Colin Archer peuvent dépasser 60. A priori, plus le bateau est long et lourd, et plus il est confortable à la mer.

Bon, à part le plaisir de voir mon 430 en 3ème position derrière 2 Wauquiez, rien de nouveau sous le soleil: c'est toujours le débat "vaut il mieux un bateau lourd pour affronter le mauvais temps, ou un leger pour le fuir". On en revient toujours au même point, c'est à dire un compromis: un bateau lourd, mais pas trop pour ne pas se trainer, etc ...

Mais c'est quand même intéressant de connaitre ceci, ne serait ce que par culture personnelle, donc un grand merci à Gatonegro de l'avoir trouvé et mis sur le site

08 sept. 2004
0

C'était par hasard...
Freja, j'ai choisi tout à fait par hasard cette liste de bateaux :-D :-D :-D

08 sept. 2004
0

plus de confort...
pour un zoom en comparaison avec l'O430
Wauquiez Centurion 42 29,7
Wauquiez Centurion 45 27,3
WESTERLY 43 36,7
Beneteau First 435 (1987) 28,5

A taille égale, l'Oceanis est une bèèète de course
:-D

08 sept. 2004
0

Et ouais !
Qui l'eut cru ?

Cela dit, c'est bien pour ça que je l'ai choisi: un bateau trèèèèès confortable avec une carène où l'architecte (P.Briand) ne s'est pas emm... avec les containtes de jauge de l'époque pour dessiner une carène rapide. Résultat: souvent du 8 nds en route fond, une fois 9 nds, au près et au travers, et des potes qui ont fait plus de 10 nds sous spi (heureusement qu'ils ne me l'ont dit qu'après, mon spi, mer.... !)

Dnas mon cas, ce rapport me semble donc assez réaliste par rapport à ce que je connais de mon bateau.

Merci Gato :-)

08 sept. 2004
0

merci
merci Freja pour la traduction ! ça me fait plaisir de voir que mon bateau (F 29) est bien positionné ( ça je m'en doutais!)

et merci aussi à Gatonegro pour la liste

09 sept. 2004
0

Confort
Attention, il s'agit d'une évaluation empirique du "confort" du yacht. Pas de sa vélocité.
Etre affublé d'un 10 (comme le F210) ne signifie pas qu'il ira plus vite qu'un gros Westerly 43 dont le coef est 37.
L'un n'empêche pas l'autre mais le lien n'est pas si direct...
On peut aller vite avec du confort aussi.
POur info, le groupe HN du centurion 42 est 26, celui de l'O430 et 20 ou 21 (suivant qu'il ait des ailettes ou non). Et là, plus la valeur est grande, mieux c'est.

09 sept. 2004
0

EST CE QUE ??????
Vous n'oubliez pas de prendre en compte deux ou trois autres petits soucis?
La facilité d'obtenir un anneau est inversement proportionnel à la longueur de l'engin! :-(
Le cout du dit anneau a une courbe ascendante dont le logarithme est x x proportionnel au nombre de pieds ajoutés ;-)
Et enfin un accessoire destiné à un 35 pieds aura un prix "inflaté" d'une manière disproportionnée par rapport à celui d'un 24 pieds.
Et enfin pour conclure;
Bien heureux le patron qui sort son ship le plus souvent possible rien qu'avec sa compagne ou un pot et triste est le capitaine qui toujours cherche un équipage occasionel pour sortir son grand bateau.
Mais peut être suis je trop rabat joies.

09 sept. 2004
0

What is il ?

Ces abréviations dans la formule ?

lwl
loa

09 sept. 2004
0

Cours d'anglais !
loa = longueur hors tout
lwl = largeur au baud

Matelot Basile, vous me le copirez 100 fois !
(chacun son tour, hé hé hé)

09 sept. 2004
0

RE: what is it ?
- LWL est l'abréviation de 'length at water level' (longueur à la flottaison).
- LOA est l'abréviation de 'length over all' (longueur hors tout).

09 sept. 2004
0

Matelot Freja !
Veuillez vous presenter chez le directeur:
lwl = Longueur à la flottaison ;-))

Un site pour comparer les coques:

www.image-ination.com[...]lc.html

09 sept. 2004
0

Damned
I am confused !

09 sept. 2004
0

resctif
A un détail près Freja !

loa=longueur hors tout
lwl=lenght of Water Line = Longueur de flottaison
beam=maitre baud

En mètrique, la formule
disp / (.65 * (.7 * lwl+.3 * loa) * beam^1.33)

devient :
=(déplacement/0,453)/(0,65(0,7LongFlot /0,3048+0,3LongHT/0,3048)(baud/0,3048)^1,33)

A vos tableurs...

09 sept. 2004
0

merci kidd
pour le lien ...

09 sept. 2004
0

M'sieur ! M'sieur ! M'sieur !

Vous n'avez pas dit si c'est le déplacement en tonnes ou en Kg.

J'ai fait la formule, il faut mettre en Kg.

J'ai droit à un + 1 ?

10 sept. 2004
0

Fayot !
:-D

09 sept. 2004
0

analyse simpliste des résultats de la formule
ben, comme pas mal d'entre nous, je me suis amusé à faire un chtit tableau (put... j'ai du mal à me remettre au boulot cette année) avec des résultats qui corroborent ceux de Gatonegro (merci pour la formule au passage).

bon, ben en gros plus c'est gros plus c'est confortable!

09 sept. 2004
0

Ouai
l'architecture navale est pleine de formules empiriques qui ne font que dire ce qu'on a voulu leur faire dire.
Les anglo-saxons aiment les carènes classiques avec une bonne stabilité statique.
Il a parait-il été dur de les convaincre de prendre en compte des paramètres de stabilité dynamique propres aux carènes légères pour les classifications européennes (A, B, C,...)

10 sept. 200416 juin 2020
0

Et puis d'abord
leurs étraves droites elles font rien qu'enfourner dans les creux, et c'est les vieilles carènes à élancements qui les passent dans le mauvais temps, même de plus petits bateaux, nananère.

Mais cette partie avant du débat semble cyclique: il y a longtemps qu'en régate on a remplacé les étraves droites à boute-hors par des knockabout, ajoutant sans reculer le point d'étai, de la longueur de flottaison à la gîte.

Peu gênant quand on reste à quai; gageons pourtant que nos modernes berlingots gagneront un faux nez avant de perdre leur gros derrière.

Quant aux micro-croiseurs, ils exigent autant de vigilance sur l'océan que le Spirit of St Louis au-dessus, et permettent d'embarquer peu du nécessaire à une traversée.
Mais on a le droit de les trouver plus amusants qu'un Jumbo Jet.

L'étroitesse de leur maître-bau s'explique d'ailleurs par leurs fréquents chavirages, leurs barreurs ayant fini par trouver plus commode de redresser des coques étroites que de faire le zouave à califourchon sur la quille.

10 sept. 2004
0

Je retrouvé le fil des coefficients

www.hisse-et-oh.com[...]dex.php

Ci-dessous, le texte de URBIFAL

Il faut apprendre à savoir ce qu'est un bateau.
Dans tous les cas de figure, il vous faut avoir les plans. Quand vous les aurez, allez voir un architecte compétent et payez-le pour qu'il vous dise ce que sont, sur le papier, les qualités et défauts de ce bateau. Cela vous coûtera 50 ou 60 E. mais cela les vaut largement. J.P. Villenave a bonne presse sur ce forum.
J'ai vu, il y a quelques années, un type qui bricolait sur un bateau acier de 10 m de long. Il ne connaissais rien à l'architecture navale. Ceci explique, sans doute, que son mât avait une hauteur dangereuse et, de ce fait, un centre de voilure beaucoup trop haut.
Je vous communique ici quelques points qu'il est précieux de calculer et de connaître.
L'essentiel se réfère à la longueur de flottaison (LF).
1 - La voilure est une surface. Vous en prendrez la racine carrée que vous diviserez par la LF. Vous obtiendrez ainsi un coefficient plus ou moins proche de 0,88. Plus grand que 0,88, votre bateau est fortement voilé. Plus faible que 0,88, il est faiblement voilé. Quand on parle de voilure, on parle de la somme, GV plus triangle avant.
2 - La carène immergée, déplacement, est un volume. Calculez-en la racine cubique et divisez LF par Rac. cub. du déplacement. Vous obtiendrez un résultat plus ou moins proche de 4,5. Plus élevé que 4,5, votre bateau tend vers la légèreté ; plus faible, il tend vers la lourdeur.
3 - Multipliez les deux coefficients. Vous arriverez autour de 4.
Quatre est le bon rapport pour un bateau de voyage que l'on qualifiera de mi-lourd.
4 - Examinez la courbe des aires.
La courbe des aires représente l'évolution des surfaces (donc des volumes) des couples immergés entre les deux points extrèmes de la flottaison. Si elle est étriquée à l'avant et enflée à l'arrière, votre bateau enfournera à la première vague de l'arrière en soulevant son gros cul. Cela n'est qu'un des aspects du problème.
5 - Calculez "Phi", le coefficient prismatique.
Phi = Déplacement / Surface du couple maximum X LF
a - Votre phi est supérieur à 0,5 : C'est le cas des bateaux de voyages qui doivent tailler leur route tout droit sous 12° de gite, barre amarrée.
b - Votre phi est inférieur à 0,5 ; c'est le fait des bateaux légers et agiles qui démarrent au moindre souffle. Pour un bateau de voyage, un bon coefficient est de 0,53 à 0,55
Essayez alors de faire un rapprochement de bon sens entre, coefficient prismatique, bon remplissage de la courbe des aires et stabilité de route.
6 - Retour au plan de voilure
Établissez le rapport entre hauteur du centre de voilure (CV) et largeur à la flottaison. Il est bon que sur un bateau de voyage ce rapport n'excède pas 1,85, sinon, vous passerez votre temps à réduire.
Voilà ! J'espère vous avoir fait comprendre quelques données fondamentales, mais, après tout, c'est peut-être d'un bateau de régate dont vous avez envie. Les calculs restent les mêmes, mais les résultats changent.
En dernière analyse, le plus important est de savoir ce que vous voulez. Cela n'est pas toujours simple.
Aimablement vôtre.

10 sept. 2004
0

Je creuse...je creuse...et vous aussi merci
On peut dire que vous vous décarcassez pour aider les nouveaux et c’est réconfortant. J’ai aussi trouvé le site
www.ribadeau.com[...]ex.html
qui me semble bien documenté à mon niveau, si l’un d’entre vous le consulte et me donne son avis, c’est sympa.Merci, Michel
:-D

10 sept. 2004
0

Une approche mathématique compréhensible
Pour ceux qui cherchent des relations cohérentes entre les divers éléments d'un (bon) bateau, je vous suggère une des pages de Stephane Demerliac, lauréat du concours d'archi de Cruising World et ancien collaborateur de L.N (mais tout son site est excellent et mérite d'être lu!)

stephane.demerliac.free.fr[...]ios.htm

11 sept. 2004
0

Merci Christian
L'ayant lu sur HEO, je ne peux que confirmer la qualité de tes infos est toujours appréçiée.Tu es une mère pour nous... que dis-je...un océan. Plus sérieusement merci pour la qualité que vous avez de mettre à la portée des nouveaux arrivants les informations que vous détenez par votre expérience. Michel :-D

12 sept. 2004
0

Pourquoi se torturer les neurones?
Pour l'achat d'un bateau, je ne crois pas que ce soit une bonne démarche que de jongler avec des formules mathématiques, d'autant plus que le bateau mathématiquement idéal n'existe certainement pas.
Les architectes utilisent ces formules pour optimiser les caractéristiques en fonction d'un programme précis, voire d'une compétition spécifique : par exemple pour le Vendée Globe, les bateaux navigueront presque toujours au portant, pour l'Ostar, il faut un bateau performant au près, etc... Certains croiseurs sont de parfaits bateaux de marina au gréement sommaire quant aux possibilités de réglage (je pense à la suppression quasi générale de l'indispensable barre d'écoute en dessous de 10m).
Pour nous autres plaisanciers, les choses sont tout à fait différentes.
Je crois qu'il vaut mieux partir du programme envisagé : croisière familiale, régates en équipage etc..., selon que l'on privilégie les performances ou la vie à bord (par exemple avec de jeunes enfants)...
En fonction de cela, on cherche, on essaie, en louant éventuellement, jusqu'au moment où on trouve celui à bord duquel on a envie de naviguer, comme le conjoint éventuellement.
Imaginons Monsieur qui sélectionne un bateau très performant, voire une bête de course au confort sommaire alors que Madame rêve de quelquechose de plutôt confortable et pas trop sportif, agréable à vivre. Divorce assuré!
L'achat d'un bateau est surtout une affaire de coeur, avec quand même un peu de rationnel, ce qui permet à chacun de nous de posséder le meilleur bateau du monde...par rapport à notre programme.

12 sept. 2004
0

Ecumeur, tu as raison mais.......
Pendant longtemps, on a construit des bateaux à partie de demi-coques sculptées (et beaucoup n'étaient que des copies de ceux réputés bons marcheurs)

Ensuite, avec le développement de la plaisance, les formules mathématiques sont venues le plus souvent après pour justifier tel ou tel choix, ou pour se conformer à une jauge de course arbitraire, ou mieux encore pour fournir des courbes à une administration tâtillonne et formaliste (double pléonasme!) qui ne les vérifiait d'ailleurs pas (ses sbires en auraient-ils été capables?)

Cependant, ces formules à l'origine empiriques et plus ou moins traficotées pour les besoins de la cause, ont subi la loi de la sélection naturelle et ne sont restées que celles qui collaient vraiment à la réalité.
Et, aujourd'hui, progrès oblige, les softs d'archi nav' ont été programmés à partir de ces formules!

Prendre ces formules au pied de la lettre pour choisir un bateau serait, en effet, une aberration.
Par contre, une fois que l'on a divers modèles en tête, mais qu'on'accorde qu'une confiance très limitée aux essais des revues, il peut être intéressant de comparer les ratios de lest et de voilure, ou le rapport déplacement/confort de chaque choix possible, en fonction d'éléments plus objectifs que des impressions, de radio-pontons ou d'un coup de coeur.

--
christian.navis.free.fr[...]/

12 sept. 2004
0

Ecumeur et christian Navis,
Vos échanges sont pour moi une source d’informations très appréciables mais pour Ecumeur j’ajouterais quelques réflexions qui sont le lot je pense de tout futur voileux qui cherche à s’informer « entre autre sur HEO » avant de prétendre dire « C’est ça qu’il me faut ! »Lorsque l’on a peu ou pas de connaissances, et que l’on trouve des gens ayant autorité sur le sujet, il est semble-t-il bien légitime de glaner les informations qui font défauts. Ou vous en êtes, vous ne vous rappelez peut-être plus que vos connaissances sont le fruit de plusieurs années d’expériences voire d’erreurs que vous ne commettrez plus. Des exemples : C’est quoi ce problème de suppression de « l’indispensable » barre d’écoutes sur un bateau de – de 10 m,je suis sûr qu’il y a plein de silencieux non inscrits qui consulte le site en quête d'’infos "« je l’ai fait » ou trouve-t-on ces infos ?,je ne savais même pas que certains bateaux étaient construits dans l’optique d’une course ou d’un vent dominant donné,autre exemple j’ai vu à plusieurs reprise que l’on parlait de gréements 5/8 ou 7/9 ? « J’ai honte, mais ça passera. Je suis persuadé que tu as raison, lorsque tu dis qu’il faut passer par la location pour avoir une approche plus fine de ce qu’il me convient. Mais c’est aussi en échangeant avec ceux d’entre vous qui le voulez bien, que j’aurais « AUSSI » une idée plus réaliste de ce qu’il me faut.La preuve, lorsque j’ai commencé à entrevoir la possibilité d’acquérir un bateaux, j’avais plein d’a-prioris, j’en ai encore mais au fur et à mesure de mes lectures et contacts avec vous je diminue la part d'inconnus et de préjugés. Au début je pensais que le monde de la voile était réserver aux gens à pognon ! , Puis en approchant je me suis dit que avec mes modestes moyens je pourrais me payer un 5.50 m ou 6.00 m puis par quelques débats que j’ai suivis sur les coûts d’entretiens et aptitudes que devaient avoir des bateaux j’ai commencer de rêver de plus grand. Ensuite j’ai appris que l’on devait savoir au départ le problème de navigation que l’on ferait ! , re-casse-tête quand j’ai appris que ce que je croyais être une navigation « de salon » près des côtes était au contraire celle qui demandait le plus d’attention et de connaissances.Comme tu vois, mes bateaux en est encore à faire l’élastique car doutant de mes connaissances futures, je me limitais psychologiquement tandis que maintenant vous me faites rêver à un point tel que j’envisage des dimensions telles que 8 ou 9.00 m pour élargir le « salon »qui seront il est vrai tempéré par mon budget. Même si je me fait remballer, je vous remercie pour les doux rêves que vous me faites faire, et c’est juré craché, je vais faire des stages de voiles et des locations pour suivre vos conseils.Michel

12 sept. 2004
0

Helpingu ...
tu ne vas pas pouvoir comprimer le temps pendant très longtemps. Là, en quelques semaines sur HEO tu peux gagner un peu de temps en lisant les autres. Encore que ça va être difficile de faire le tri entre le bon grain et l'ivraie, qui peuvent avoir la même apparence flatteuse ...

Mais le système va très vite atteindre ses limites. C'est commme si tu voulais apprendre ce que c'est que la bonne bouffe en n'entendant que les autres en parler. Et comme il y a autant de bonne bouffe différentes que de gens différents tu vois l'impasse :-)

L'expérience c'est la somme des conneries qu'on a faite, et c'est une lanterne qui éclaire derrière soi :-) ça ne se transmet pas bien, voire pas du tout, et c'est heureux car sinon le monde serait bien monotone.

Comptes qu'il te faudra quelques années pour apprendre les choses, mais que ce ne sera pas du temps perdu: ce sera le meilleur du temps. Car beaucoup plus tard , tu vas comme nous tous, passer par un sommet puis régresser plus ou moins vite, l'âge et la flemme aidant ;-)

12 sept. 2004
0

Helpingu, la barre d'écoute...
L'ensemble des remarques suivant mon fil me semble pertinent. C'est vrai qu'au fil des années qui ont suivi un noviciat plus ou moins pavé d'erreurs (les années suivantes aussi d'ailleurs!), on accumule une certaine expérience et on peut dire "je crois que c'est mieux comme cela ou autrement"...et encore!
Revenons à cette barre d'écoute. Le palan de grand'voile dont l'écoute sert à régler cette dernière est frappé sur une barre transversale le long de laquelle il peut coulisser selon le réglage choisik par le barreur.
Pour faire simple, par petit temps, on régle le chariot au milieu de la barre, dans l'axe du bateau. la Grand'voile a ainsi du creux et propulse mieux le bateau.
Quand le vent monte, la barre devient dure, le bateau gîte de manière de plus en plus importante et se vautre. En déportant plus ou moins vers l'extérieur le chariot, cela permet d'aplatir la GV, le bateau gîte moins et reprend de la vitesse et la barre redevient normale (le safran orienté freinait le bateau).
La meilleure efficacité de la barre d'écoute est lorsque l'écoute est frappée à l'extrémité de la bôme et que la barre d'écoute est en travers du cockpit.
Le stade suivant est la prise du premier ris.
J'ai volontairement occulté d'autres subtilités de réglage.
Au dessous de 10m, les constructeurs supprimment de plus en plus la barre et se contentent d'une cadène au fond du cockpit, au prétexte que c'est une demande de la clientèle. Normal si la clientèle fait un tour devant le port en dessous de Beaufort!..et veut de la place pour l'apéritif dans le cockpit!
C'est une autre affaire lorsque l'on part un peu plus loin dans des conditions qui risquent d'être un peu plus ventées ou avec rencontre de grains.
J'ai beaucoup navigué à bord de Melody(s) et la barre d'écoute ne nous a jamais empêchés de boire un Ti'Punch!
Mon bateau actuel a une barre d'écoute dans le cockpit et je suis bien content de retarder la balade en pied de mât pour prendre un ris, d'autant plus que je navigue en solitaire.
J'espère avoir répondu à la question d'Helpingu.
Même si je ne partage pas tous leurs avis et conseils, tu peux te référer au cours des Glénans qui traite à peu près toutes les questions liées à la navigation à voile.
Si tu es vraiment novice, je ne peux que te recommander un bon stage d'une semaine en école de croisière qui te premettra d'apprendre l'essentiel en situation et de dégrossir tes objectifs (je suis très réservé sur les Glénans sur ce point).

13 sept. 2004
0

Pour Helpingu

Je ne te conseille pas un 5.5 m ou 6 m. Dans ces tailles, un Challenger Micro ou un Corsaire font 550 Kg, ce qui est léger. Ce sont des bateaux pour des jeunes ou ceux qui s'amusent à quelques miles du port. Il y a bien quelques félés de la soixantaine qui font régulièrement le tour de la Bretagne en Corsaire (des Suisses d'ailleurs) mais là ça relève de la passion et d'une grande expérience.

En 6.40 m, il y a le Kerlouan, de 1600 Kg dont 500 Kg de lest. Moteur in-bord. Bateau très confortable, très logeable à l'intérieur car petit cockpit. Très grande tenue de route : barre amarré, il reste constamment sur son cap. Pour virer, un simple réglage d'écoute sans toucher la barre. En vitesse par rapport à un bateau de cette taille mais plus léger, dans le petit temps il se défend bien car moins sensible au clapot. Quand le vent monte, bien sûr il se fait distancer, mais quand il monte encore, il continu alors que le plus léger jète l'éponge. Malheureusement, ils ne sont plus tout jeunes, et il y a l'osmose. Dommage qu'on ne fasse plus ce type de bateau.

13 sept. 2004
0

Pour des navigations sérieuses à petit budget...
Je pense que le minimum est un bateau du type Sangria (plutot NV) ou Ecume de Mer, soit 7,60 ou 7,90m.
Ce sont des bateaux très marins, solides et bien conçus, assez habitables pour y séjourner et qui permettent d'envisager de belles navigations.
On les trouve sur le marché aux alentours de 10 à 13000 € en bon état.
Ma préférence irait à un moteur in board, meilleure traction, plus fiable, pas de stock d'essence à bord.
J'ai eu un bateau avec moteur HB. Suite à un démâtage avec un bon clapot, l'hélice déjaugeait et le bateau n'avançait pas. Situation dangereuse en raison du lieu (raz Blanchard).
Actuellement, je navigue avec un Ecume de Mer de 1976 à roof long avec in board 10 CV.

14 sept. 2004
0

Quand on vous titille l'humeur...
c'est constructif! vous me donnez des bases de choix avec les arguments techniques qui les motivent. Je suis je pense un peu comme vous, sujet à l'exagération! sans doute mon signe astro"j'y crois pas" ou l'age? allez savoir?. J'avais une certaine inclinaison pour deux bateaux le First 26 ou Etap 26

car insubmersibles, c'est sans doute la peur du débutant qui me fait réagir ainsi! et influençé par les commentaires que j'ai lu ici ou là disant qu'il faut privilégier une bonne longueur. Bien sûr que la longueur du bateaux est un coéfficient de la grosseur du porte-monnaie, mais mes réticences budgétaires seront dans des limites d'achats de +ou-20.000 euros
plutôt reservés par le coût d'entretien et de place d'ammarrages. Je prends note que vous optez plutôt pour un moteur in-board! et je ne conteste pas vos avis mais j'avais lu que "pour motifs économiques" il était préférable d'avoir un moteur HB pour la facilité de démontage pour soit le remplaçer soit le réparer, donc coût de main d'oeuvres moins conséquentes. Pardon de vous avoir un peu fait fulminer! par des questions candides
et merci. Michel

14 sept. 2004
0

Dans ces tailles, je pencherais aussi pour un HB plutôt que IN BORD

J'ai visité cet été le first 25 d'un pote. A la place du in-bord d'un autre bateau, un coffre immense sous le cockpit. A la place de la cabine arrière d'un autre bateau (ridiculement basse pour clostrophobes sous 9-10 m), des coffres immenses dans le cockpit.

Le moteur, un HB en puits, qui agit droit sur le safran et qui ne déjauge pas. Avec tous ces coffres, on a la possibilité (pas ridicule du tout) d'avoir un petit HB de 4 ou 5 cv en secours, et qui peut servir pour l'annexe. Sécurité maxi et maintenance facile.

Le problème du puits ? On l'a longtemps critiqué, mais est-ce que ça perturbe plus la marche d'un voilier qu'une hélice de in bord constament immergée ?

Seul hic, le prix d'occasion exagéré pour des bateaux de plus de 20 ans. Si ce modèle se faisait neuf, je crois que je serait tenté.

14 sept. 2004
0

+/-
20.000 euros, tu as d'excellents bateau de 9 mètre des années 75-85, dont p.ex. le First30, avec tous les attributs d'un vrai bateau marin. Pas un jouet de plage :-)

14 sept. 2004
0

Helpingu
je viens de relire ton premier message, si tu as effectivement en projet d'aller faire un tour jusqau'en corse avec ce bateau, il me semble bien qu'il doit être homologué en 2e catégorie (jamais regardé les cartes de ce coin là bien loin de mes bases mais les sudistes me corrigeront si je me gourre).
c'est vrai que la législation doit changer mais pour l'instant...
donc, ce souci d'homogation va fatalement jouer sur la taille du canot.
pour ce qui est du moteur inboard, le mine avoue ses 26 printemps et en dehors de l'entretien normal, c'est une horloge franc comtoise (avec le bruit en rapport). en plus les sorties et rentrées de port (grosso modo 1h de moteur) suffisent à charger les batteries, je ne connais pas les rendements des alternateurs sur les HB mais je crois que c'est nettement moins efficace

14 sept. 2004
0

lwl-loa
LWL= length waterline (longueur à la flottaison)
LOA= length over all (longueur hors tout)

0

insub
ce n'est pas forcement une demarche de debutant de vouloir acheter un boat insubmersible
le defunt marcel bardiaux en a toujours eu et pourtant c'etait un sacré bourlingueur!!

15 sept. 2004
0

d accord avec basile
utilisateur de mon hors bord, j en suis vraiment heureux, moins lourd qu un inboard, degage quand meme pas mal de puissance et entretien moins pesant.

Takari avait son moteur en puit, ses anciens proprio avaient bouché la trappe, bonne solution a mon gout

Pour le probleme de l helice qui cavite, voici ma solution : une chaise qui puisse descendre bien bas, arbre tres long, moteur 4 tps ( beaucoup de couple, moins d essence stockée à bord puisque moins de consomation )
Ensuite, souvent ( du moins en med ) quand il y a de la houle ou fort clapot, il y a aussi du vent, donc, on envoie la toile au port, pareil pour l affalage, en plus c est beaucoup plus facile ( moins de risque de passer au bouillon ), si y a pas de vent, ben on ne va pas aller se faire brasser la tronche au moteur.

Pour la corse, la Troisieme categorie suffit.

La HSB est super agréable, c sur, ceci dit, les 1, 40 de Takari suffisent pour se tenir assis dans le carré, et la capote suffisante pour enfiler le ciré, bien evidement ma femme preferait un kelt 29 ( super volume habitable ).

Si tu trouves l un des derniers numeros de voiles et voiliers concernant les petits bateaux de grand voyage, achetes le, ca t ouvriras peut etre aussi les yeux sur certaines choses, en temoignage il y a 3 sangrias, un tequila, un brise de mer 28 et un ancien bateau de course de 9 m

16 sept. 2004
0

J'avais déjà acheté
V&V, et ma remarque sur le HB découlait de l'article

sur le Sangria "Covas". Merci de toutes ces précieuses remarques qui me seront fort utiles. Michel

16 sept. 2004
0

j'ai testé...
helpingu, j'aieu un écume de mer roof long, bteau extra, confortable a la mer (8m)mais pas assez de place dedans pour ma carcasse, je l'ai changé et depuis j'ai un karaté, (10m) je suis content un excellent bateau, sur, marin, mais la place intérieure est comptée...
Pour le prix de ces acquisitions le prix d'une 406 d'occase.

16 sept. 2004
0

Tant pis j'me livre à la foule...
Dans ce fil ou plein de bonnes choses sont apparues,
je me pose encore une question. Suis-je anormal ou est-ce naturel d'envisager avant une décision d'achat plusieurs éventualités. Je m'explique, je parts de l'idée que dans la vie tu as souvent plus intérets à viser petit et ensuite progresser que d'avoir les yeux plus gros que le ventre.Point n°1 établi " je suis sans expérience " point 2 je suis un peu effrayé par les dimensions de boat que certains "peut-être avec raisons" me recommandent, alors que à vue de novice je vois un 7.50 m comme gros bateaux je lis 9.00, 10.00 ou 12.00 m. Je ne conteste pas que "ça doit tenir la route" mais pour maitriser la bête en solo ce qui est je crois le lot de la majorité d'entre nous!. Bien sûr l'on me rétorqueras : ça dépends de ton programme, mais alors le candide que je suis demande, si la navigation près des côtes est plus source de dangers qu'au loin je vois un malaise dans la réglementation qui donne un 5ème catégorie pour un petit bateaux "donc il ne doit pas trop s'éloigner des côtes" et par contre là ou certains ne voient pas de dangers particuliers il faut un 2 voire 1ère catégorie!. Point n°3 y a t-il des retraités parmi vous ou futur et qui de ce fait envisagent leurs passions avec une retraite d'ouvriers moyens
ou légèrement supérieur, car avec ce que je lis sur les frais d'entretiens je me demande comment ils s'en sortent?. Sortir d'une pensions une place au ponton à plutôt + que - 2000 euros plus les taxes assurances et entretiens courants ça tourne dans les 300 euros mensuels...aïe...aïe ou est-ce moi qui suis trop pessimiste c'est en tout cas le coût d'entretien qui me ferait "rétrécir la taille du bateaux". Est-ce que les grandes tailles de bateaux s'accommodent mieux avec un programme grand et long voyage,économiquement?. Pour rappel mon programme sera très certainement: port d'attache du coté de la Vendée et les sorties que j'éspère multiples en Atlantique plus ou moins proche et Méditerranée avec en arrière pensée de trouver un port ou une escale abritée pour la nuit
c'est en tout cas l'avis d'un terrien qui aspire à l'air du large et qui tiens compte de l'âge du capitaine. J'espère que la foule ne me lyncheras pas, j'en profite pour faire un clin d'oeil à Fleurette si je me fait remballer moi 1° je fais le mort un moment : il est toujours salutaire d'avoir du recul cela permets l'autocritique 2° j'ai plus d'humour que de science et cela m'a toujours aidé à affrontés les débats contradictoires, 3° je n'ai aucune leçon à donner à quiconque mais j'ai une vue très personnelle de ceux qui me toisent du haut de leur savoir "et en général ce ne sont pas ceux qui ont le plus à dire ou à démontrer: je les mémorise visuellement " du haut de leurs morgue ou de leurs culture il font exactement comme moi au petit coin il baissent leurs pantalons " visualise un homme politique sans son pantalon!" ils ferment les yeux et ils poussent...ils poussent...alors tout deviens relatif dans la vie. Salut, Michel

16 sept. 2004
0

moi je la trouve sympa ta démarche.
j'ai eu un peu la même lorsque j'ai voulu acheter mon premier bateau.
et puis finalement j'ai acheté sur un coup de coeur.

dans plaisance il y a plaisir , le bateau que tu achetera doit te plaire tout en conservant un fond de bon sens que tu sembles de toute façon avoir.

Si je peux me permettrev quelques conseils d'un vieux navigateur jeune à un veune novice vieux ...
Comme tu le dit dans ton dernier message il y a pas mal de paramètres à prendre en compte.

Le premier c'est l'argent . pouvoir acheter un bateau est une chose . Mais les nouilles à tous les repas à cause des frais du bateau , ça demande d'être passionné . ça ne semble pas être le cas de ton épouse .

Donc il ne te faut pas un monstre ruineux .
ça limite déja la taille : le cout annuel croit au cube de la longueur .
A toi de voir combien tu desires consacrer chaque année au bateau.

D'un autre coté , tu n'es plus un gamin , tu es novice (c'est toi qui le dit) et tu espères reussir à embarquer ton épouse un jour.

Donc il ne te faut ni une bête de course qui mettra le liston dans l'eau à la première risée , ni un trop petit bateau qui te forcera à des contorsions qui ne sont plus de ton age (et ça n'ira pas en s'arrangeant...) et qui salera le port de son mat dès que ta chère et tendre mettra le pied sur le plat bord .
D'experience , il est plutot difficile de vaincre certaines réticences féminines : mon épouse n'a aimé ni le seau du Muscadet ni le balcon avant et encore moins de voir sous l'eau à travers les hublots de coque au près par bonne brise.

En conclusion il te faut le mouton à 5 pattes .

je te donne donc mon avis , pour ce qu'il vaut:

achètes un bateau entre 7.5M et 8.5M , n'y consacre pas forcément la totalité di prix que tu voulais y consacrer , cherches un port pas trop cher et près de chez toi.

Si tu es entre charente et vendée , il y a jard sur mer , port d'échouage particulièrement bon marché . mais il faut prévoir un bateau pouvant échouer sans risque deux fois par jour, donc petit tirant d'eau .

Fais des ronds dans l'eau avec , emmene ta femme par grand beau temps , petit à petit elle s'habituera et y prendra gout (surtout si la première escale se termine au restaurant)

Réflechis bien mais pas trop tout de même sinon cela restera un rêve .

amicalement

l'arthopode

16 sept. 2004
0

Pourquoi on me pique mes idées?
Curieusement, justement à la recherche de cette fois "l'endroit idéal" mes dernières vacances se sont passées à la Tranche sur mer, d'ou j'ai cherché quel port serait une bonne solution et effectivement je suis allé à Jard qui m'a séduit ainsi que l'Aiguillon sur mer. Comme je cherche le mouton à 5 pattes j'envisage de descendre un tout petit peu vers Fouras et Port-des-Barques l'an prochain pour faire une comparaison. Je suis de ton avis le port d'échouage est une bonne solutions et pense que ta philosophie sur la navigation dénote une approche réaliste qui me convient. Salut, Michel

16 sept. 2004
0

sur les ports que tu cites
l'aiguillon et fouras : évites , c'est vraiment trop envasé
Port des barques est a peine un abri.
par contre un peu plus loin il y a marenne et la tremblade qui ne sont pas mal du tout.

16 sept. 2004
0

merci
:-)

16 sept. 2004
0

un bon compromis
en quillard classique (amha) je mettrais le sangria et autrement je verrais bien un biloup en 7 ou 8m .
c'est deux tres bons bateaux un volume correct un confort correct aussi et pour la nav en solo ils ne posent pas de problemes particuliers.
bien entendu ce n'est que mon avis et chacun est libre de l'interpreter comme bon lui semble !

16 sept. 2004
0

quel programme
le choix d'un bateau amha , c'est une affaire de compromis,
j'ai un vieux mini et un reve d'antilles ,
un 6,50 large , toilé et léger,
et un 11,70 acier lourd et peu voilé mais large.
sensations totalement différentes ,
que ce soit au niveau confort , ou vitesse , meme si c'est relatif .
pour les manoeuvres , ce n'est pas plus dur de maneuvrer l'un ou l'autre .
et quand à partir avec l'un ou l'autre je ne sais pas lequel choisir
tout dépendra si je suis seul ou accompagné .

16 sept. 2004
0

parmi les ports du coin
ne pas oublier Marans, un peu à l'intérieur mais pas cher et d'un accès pas trop compliqué (y a bien un pont à faire lever mais pour l'hivernage c'est à mon avis loin d'être idiot)

17 sept. 2004
0

Marans...
Je mettrais donc Marans au programme de mes pérégrinations vacancières. Merci, Michel

24 nov. 2004
0

Le juste bateau ?...
J'ai suivi le fil avec beaucoup d' attention et j' ai trouvé très sympas toutes les remarques et conseils. On trouve tout !...
J' en suis a mon troisième bateau (6,5 puis 8,5 dériveur intégral) et maintenant un 10,50 pour le printemps. De plus j' ai loué une vingtaine de voiliers avec mes amis jusqu' à 14 mètres. Cela m' amène a beaucoup d' humilité, et je n' ai pas de conseil à prodiguer.
Il s' agit d' une démarche personnelle par l' expérience qui s' acquiert au fil des sorties...
C'est la seule leçon à retenir.
Il a été évoqué LA TREMBLADE que je connais particulièrement bien. pour démarrer des petites croisières familiales en toute sécurité c' est super. Je reste à votre disposition si vous souhaitez en savoir plus.
En attendant je vous souhaite beaucoup de plaisir, avec la passion qui va avec.
Cordialement

24 nov. 2004
0

Le monde est en 3 D
Si si le monde est en 3D et je suis surpris de ne voir que 2D évoquées dans ce fil.
Bien sur ça va réagir mais quoi y dit lui?
N'empéche marin aguéri ou pas (d'ailleurs au passage un marin hyper velu a la deuxieme nuit en solo par mer formée commence a l'etre moins!)lorsqu'il a le cul posé au niveau de la mer (voire en dessous) trouve les vagues a sa proue trés hautes. Haute comment me direz vous? Comme je commence a avoir peur vous répondrai-je! Bien sur que la compétence joue mais on en parle mieux en prenant de la hauteur.
Cordialement.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (184)

novembre 2021