Longueur de chaîne au mouillage...

Juste pour re-re-re-lancer un "tube".
J'ai lu quelque part que pour qu'une ancre croche bien (et ne décroche pas), il fallait que l'angle que fait la chaîne avec le fond ne dépasse pas 15° :
pierre.lavergne1.free.fr[...]is.html

Durant les longues soirées d'hiver, et avant de tout oublier, je me suis rappelé de mes cours de trigonométrie:
Le sinus de cet angle correspond, je crois, au rapport côté opposé sur hypoténuse (ici H/L: voir dessin)
Pour un angle de 15° ce rapport est de 0,25 soit 1/4
D'où je déduis que la longueur de chaîne (L), qui est égale à H/ sin? doit valoir à peu près HX4
Ce qui nous donne 4 fois la hauteur d'eau pour garder un angle de 15°.
M'sieur, M'sieur j'ai bon?

L'équipage
06 fév. 2018
06 fév. 2018
0

La pratique donnerait en effet: 4 fois la hauteur d'eau + le franc bord.

Il est certain que si on mouille dans 15 m de fond, le franc-bord ne joue pas beaucoup, mais par 3 à 5 m de hauteur d'eau, il vaut mieux en tenir compte.

Toute la ligne n'est pas forcément uniquement en chaîne, elle peut être également mixte...mais pas uniquement textile.

Voir ce tableau, déjà donné dans un autre fil.

06 fév. 2018
0

Oui, enfin, sauf l'approximation.
www.google.fr[...]/search
->3.86
 
Maintenant, il s'agit de la situation maximale où la chaine est tendue. (je précise, avant que d'autres ne le fassent avant, et induisent en erreur)
Or, c'est bien dans la situation où la chaîne est tendue parce que le vent souffle que cette contrainte est la plus importante, donc il faut bien considérer la chaîne tendue.

06 fév. 2018
2

équation de chainette !

0

Peut être que la raison première est que, avec 30 knds de vent, la hauteur d'eau varie de plus de 50% avec les vagues levées par le vent.

Du coup, quand tu as 4,5m d'eau en haut d'une vague, ce n'est plus 15m qu'il faudrait mais 22,5m...

06 fév. 2018
1

Ah bon ,pourquoi?
JJ

06 fév. 2018
0

à moins d'être dans un atoll à lagon ,près de la barrière sous le vent
donc mer plate et l'ancre dans une patate ....
un poids additonnel sur la chaine permet de casser l'angle et d'augmenter la tenue de l'ancre sans allonger la chaine .
alain

06 fév. 2018
0

Bonsoir à tous.
Je confirme ce que vient d'écrire Fritz the cat.
Au printemps dernier, nous avons mouillé par 5 mètres de fond dans l'anse du vieux château à l'île d'Yeu. Le vent tourné plein sud en début de soirée et forci jusqu'à 30 nœuds en rafale - ce qui n'était évidemment pas du tout prévu... Une houle d'un mètre cinquante s'est levé et heureusement que nous avions - comme toujours - une petite ancre empenné sur le mouillage...

07 fév. 2018
6

avec 30 noeuds en rafales et 1,50 de houle le mieux serait plutôt de quitter ce mouillage au plus vite !!

:acheval: :non:

06 fév. 2018
1

Une ancre dont les caractéristiques sont adaptées au bateau, croche d'autant mieux que le fond est favorable, que la forme de l'ancre est adaptée au type de fond et que les cuillères, crocs, soc de charrue sont bien plantées et le reste, que la verge éventuellement complétée par un jas, reste au maximum horizontale plaquée sur le fond, que le poids et la longueur de ligne lestée, au mieux de la chaine maintiennent cette horizontalité. Règlementairement un mouillage mixte pour nos bateaux comporte au minimum 8m de chaine suivi de 30m de ligne souple (il peut être consacré au 3° mouillage de miséricorde.
Un mouillage habituel est souvent de 100m (1° et 2° de secours). Vu le poids on le réalise souvent en mixte à 40/60 ou 50/50.

En matière de longueur à mouiller il vaut mieux mettre plus que le minimum calculable ou empirique . Dans tous les cas il faut vérifier que l'ancre a croché. L'examen en plongée montre parfois que la réalité est différente de ce qu'on pense. Quand on voit les 100m de mouillage tendu à fond et le bateau qui enfin ne recule plus que l'on apprécie un mouillage réussi. Un adepte de la Corse du Nord a décrit un dérapage de 300m.

06 fév. 201816 juin 2020
1

Bonsoir,
quand j'ai prévu de rester au mouillage, pour dormir tranquille, j'utilise un poids mobile que j'envoie sur la ligne et qui va se bloquer en bout de chaîne pour que l'ancre travaille à plat. Un poids d'haltère avec une poulie ouvrante et un bout pour le récupérer avant de lever l'ancre, c'est le deuxième bout qu'on voit à l'étrave.
J'ai aussi une vieille ceinture de plongée sur laquelle j'ai mis tous les plombs tradi qui me restaient avant que je ne les remplace par de la grenaille, en gros 14kgs, en cas de grosse inquiétude. Je ne m'en suis encore jamais servi, les 5 kgs du disque m'ayant déjà permis d'étaler des claques à 40 noeuds au cours d'un orage. On est quand même content quand c'est fini...

07 fév. 2018
0

Très naïvement et sans polémique, est-ce que 5 kgs de poids en bout de chaine sont plus efficaces que 3,5 m de chaine de plus (qui font aussi approx 5 kgs pour de la chaine de 8) ?

08 fév. 2018
0

Si j'en crois la littérature (Gree et Poiraud), le poids concentré en 1 point n'a aucune action dans la tenue de l'ancre lorsque la ligne est tendue, c'est à dire quand il y a risque de chasse ou décrochage.
Par contre, le fait d'être en ligne mixte explique certainement la constatation... en plus du choix de l'ancre (?) et de l'endroit où la mouiller, et la technique pour ce faire.
Mais en la matière, la foi permet de dormir tranquille, et en cela, la technique semble efficace ;-)

08 fév. 2018
0

@Hoolof et jeanlittlewing
L'article V&V cité plus bas testant la tenue d'une ancre en conditions statiques parle de l'alourdissement de la chaine :
"si on examine la version simplifiée de l'équation de chainette, on arrive très vite à la conclusion que pour un même poids total de la ligne (ndlr: c'est notre sujet de discussion : 5 kg de pb vs 3 mètres de chaine de 8 en sus ? ), il vaut mieux davantage de longueur et un poids au mètre moindre plutôt qu'un poids au mètre plus élevé et une longueur moindre. Autrement dit, on gagne davantage de tenue en ajoutant de la longueur qu'en alourdissant la chaîne".

Ne pas oublier, cependant, que l'équation de la chaînette ne tient pas compte de la résistance des disques intervertébraux...

31 déc. 2020
0

prends un poids de 5kgs tu passes un bout dedans et tu essaies de le soulever en tenant le bout par les extrémités en écartant les bras,si tu y arrives t'est costaud ..et même un peu plus .
Alain

07 fév. 2018
1

La question est : est ce que l'on peut remplacer les 5 kg de plomb par 5 kg de chaine, que l'on place ou on veut dans la longueur de la chaine ?
la foi...

07 fév. 2018
0

Ben, on concentre le poids sur 30cms de diamètre, je pense que c'est ce qui fait la différence. En fait, je me borne à constater. Les autres chassent, pas moi.

08 fév. 2018
0

Personnellement j’ai un mouillage mixte et ce qui me gêne le plus est que lorsque cela souffle le bateau a tendance à tirer des bords sur son mouillage, plus que mes voisins. Mon hypothèse est que le câblot amplifie les oscillations car trop à l’horizontale du fait de son faible poids. Peut-être qu’un poids mobile à la liaison chaine-câblot aiderait ?

08 fév. 201808 fév. 2018
0

@ Persil pas fané: Oui, peut être... En fait, je suis infoutu d'expliquer pourquoi ni comment ça marche, mais pour moi, jusqu'à présent, ça marche, et plutôt bien.

11 fév. 2018
1

Prends l'équation de chainette, ajoute un vecteur correspondant au poids mis en plus sur la chaine au point x... et recalcules l'angle résultant au niveau de la verge de l'ancre... quelque soit la tension à l'autre extrémité (sur le davier) ce vecteur poids aura une influence. AMHA.

29 déc. 2020
0

L'équation de chaînette n'est plus de mise si le poids n'est plus uniformément réparti !!!

06 fév. 2018
0

Pas con...

07 fév. 2018
1

mais non , tout le monde n'a pas de guindeau, j’apprécie quand ça a soufflé de remonter ma ceinture de plomb puis le mouillage et l’efficacité du poids est bien supérieure, ça casse l'angle du mouillage sans le rallonger

08 fév. 2018
0

J'ai testé par rafales fumantes de mistral et observé , 8 mètres de fonds, mes 9 mètres de chaine derrière une kobra de 8 kilos, 35 mètres de bout souple, avant la descente de la ceinture de plomb , la chaine se soulevait du fonds sauf sur les derniers mètres avec le poids elle se soulevait sur le dernière tiers.

Avec un bout lle mouillage n'est jamais tendu comme une corde, difficile à comprendre pour les bornés du tout chaine

ça a été prouvé par alain fraysse

la seule fois où j'ai chassé c'était avec un mouillage tout chaine par pas plus de 25 noeuds, et des rappels désagréables, ça n'arrive qu'avec le tout chaine

08 fév. 2018
0

ma ceinture de plomb fait 10 kilos, soit l’équivalent de 5 metres de chaine de 8, au moins et la force du poids est sa concentration à un point clé , jonction chaine bout

à nouveau le problème ,avec la kobra est qu'elle s'ensable vraiment profond, pas facile pour la remonter

08 fév. 2018
2

pas pareil, ils ne vont pas mettre 300 mètres de bout, le problème du poids n'est pas le même, de plus

:pecheur:

07 fév. 2018
2

OK pour l'intérêt certain du partitionnement du poids quand on n'a pas de guindeau.
par contre, pour l'efficacité, c'est plus une question de foi : la cassure est réelle quand ça ne tire pas, mais elle est alors peu utile. Quand le mouillage est tendu comme une corde, là, par contre... je préfère mes 3 mètres de chaine supplémentaires, qui font le même poids, et une ancre moderne à la surface sur dimensionnée.

08 fév. 201808 fév. 2018
0

Sans les plombs : les derniers mètres ( 2 ou 3 ?) ne se soulèvent pas.
Avec les plombs : 6 mètres ne se soulèvent pas.
C'est on ne peut plus normal : les plombs correspondent au poids de 3 mètres de chaine...
Il faudrait faire l'observation : avec les plombs et comparer sans les plombs mais avec 3 mètres de chaine en plus.

=> je ne remets pas en cause l'intérêt du mouillage mixte, bien au contraire,
mais celui du plomb que l'on rajoute en bout de chaine, par rapport aux quelques mètres de chaine supplémentaires (en mouillage mixte, cela va de soi, dans les deux cas...)
Hormis le fait de partitionner l'effort pour relever le mouillage, bien sûr.

J'ajoute que mon mouillage étant constitué de 60 mètres de grade 70, je suis effectivement en "tout chaine" la plupart du temps. J'ai du mal à me décider à en mettre 50 mètres à la poubelle. La nuit, je frappe systématiquement sur la chaine une amarre souple de 15 mètres que je viens tourner au taquet arrière, et qui me sert d'amortisseur (avec le tuyau ad hoc pour protéger du ragage). Je réfléchis à doubler ce système (comme une patte d'oie), mais je crains la complication inutile...

08 fév. 201808 fév. 2018
0

OK pour l'équivalence, pas sûr de l'intérêt (5 mètres de chaine supplémentaire revient à rallonger la chaine de 60%... la partie qui ne se soulèverait pas serait évidemment plus importante que sans...); mais il y a le partitionnement et la protection des vertèbres : cela n'a pas de prix...

Par contre, rajouter 5 ou 10 kg de poids au milieu de 60 mètres de chaine... ?

11 fév. 2018
1

L'avantage de poids supplémentaire façon Hoolof c'est la facilité de manipulation... et aussi du stockage à bord. Un intérêt est aussi de ne pas rallonger outre mesure le rayon d'évitage.

06 fév. 2018
0

il y a 3 ans en septembre j'ai étalé sur la plage de maccinagio
avec 60m de chaine de 10 une ancre delta de 20kgs du vent qui descendait de la montagne à 150km/h (dixit le sémaphore) qui m'avait prévenu la veille de ne pas rester à centuri ,vu ce que la météo prévoyait .
j'avais mis mon poids au milieu de la chaine .
j'y suis resté trois jours en attendant que ça se calme
je ne voulais pas prendre le risque de rentrer au port car l'entrée est perpendiculaire au vent et c'est des rochers ..
quand j'ai voulu partir j'ai eu un mal fou à arracher l'ancre du fond de sable avec le moteur ..dans 3m d'eau je ne voyais pas l'ancre elle était complètement enfouie
alain

06 fév. 2018
1

Hello,
Comme disait un bon pote, qui vivait essentiellement au mouillage;"tu mets au moins 40m"...!
J'ai récupéré un cata l'année dernière, qui était parti comme une fleur, avec une rafale à - de 20 noeuds...lorsque j'ai demandé au proprio combien de chaîne il avait mouillé, il m'a répondu"on mouille scrupuleusement 5X la hauteur d'eau"(...)
Ils étaient dans 3 m...
:mdr:

08 fév. 2018
0

En juillet 2017 à Maccinagio j'ai moi aussi pris un coup de vent brutal 35 noeuds mini d'après le sémaphore avec rafales pius tout cela en moins d'une 1/2 heure,mouillage sur la plage devant l'entrée du port où bien sûr je n'ai pas oser entrer, j'arrivai de Porquerolles et j'étais bien fatigué mouillage de la cqr 25 kgs et 50m de chaine de 10.De la direction bannette et 5 h de sommeil profond.Le bateau n'a pas bouger d'un mètre mais les coups de rappel étaient brutaux.En mouillage la longueur de chaine est une assurance.

07 fév. 201807 fév. 2018
1

Mouiller 5 fois la hauteur d'eau correspond à une habitude courante qui ne fonctionne pas très bien par tout petits fonds, perso si ça souffle je mets toujours toute ma chaîne (30m) plus un peu de câblot pour amortir, même dans 2.5m d'eau.
Après tu dis " une ancre tient bien avec un angle de 15°" : ça dépend des ancres, des plates peuvent bien tenir avec un angle plus ouvert, et les socs de charrue tiennent merveilleusement bien par vent fort ont besoin d'un angle bien fermé : avec ma kobra dans des conditions difficiles je mouille 7 à 8 fois la hauteur d'eau.
Je n'utilse pas de poids en plus et je ne pratique pas l'empennelage.

07 fév. 2018
1

pour moi le soucis n'est pas que " 5x" mais plutot le fait que bien souvent on est rangö comme des sardines dans un mouillage, et j'ai toujouirs la crainte que mon boat tape un autre qui est mouillé plus court.......

07 fév. 2018
4

bonjour ,
t'en fais pas s'il est mouillé plus court et que ça souffle il ne tardera pas à libérer la place ,de toutes façons s'il est arrivé après c'est à lui de partir ,ou si c'est toi, hé bien tu n'avais qu'a pas te mettre là ..
alain

07 fév. 201807 fév. 2018
0

Ceux qui pratiquent régulièrement les mouillage, plus ou moins ventés, ont tous une méthode à eux et en sont généralement satisfaits.

En voilà une, lue sur un forum, pour la longueur de la touée: 3 à 4 fois la hauteur d'eau + franc-bord, plus 10 m de ligne.
Dans un petit fond de 3 m (comme dans le cas cité par Pat 45), cela donnerait quelques 25 m, ce qui garantirait une bonne tenue.

Quant à moi, je mouille généralement 4 à 5 fois la profondeur + franc-bord, avec un minimum de 25 m dans les petits fonds.

Avec la Kobra de 16 kg et 40 m de chaine de 10 mm, plus le câblot, je n'ai JAMAIS chassé; même sous les rafales de Tramontane à > 40 nœuds, qui descendent de la montagne (à cheval ?) Cala Montjoy (au Cap Creus)....

07 fév. 201807 fév. 2018
1

Débat très intéressant, mais ce n’est pas toujours simple.
En mer à marée, il faut prévoir la longueur à marée haute tout en calculant l’évitement à marée basse. Comme parfois il y a peu de place entre les bateaux, je dois souvent faire des concessions entre «bien mouiller» et «pas taper»! C’est pour cela que je mouille toujours en «tout chaîne de 8» (plus facile à ramener avec le guindeau électrique) avec une ancre FOB 14 kg pour 4 tonnes de navire. Mais il m’arrive de n’avoir plus que 3 fois la hauteur d’eau en marée haute. Ces conditions ne sont possibles que par temps à peu près clément et j’avoue n’avoir jamais dérapé, mais je ne me fais pas d’illusion, cela viendra un jour!

07 fév. 2018
1

Ne pas oublier que la tenue dépend avant tout de la qualité du fond. On ne met pas nécessairement la même longueur dans du sable serré que dans de la vase ou du gravier.

07 fév. 2018
0

Il y a la theorie et la pratique.
La theorie a ete exposée en debut de l'article...
Quant à la pratique, c'est bien joli de donner des exemples, c'est bien de participer, mais pour que le marin moyen puisse extrapoler les exemples vecus, encore faudrait il qu'il ait tous les renseignements...
Je ne parle pas de la hauteur d'eau et de la force du vent, mais du poids du bateau et de son fardage meme approximatif, de la hauteur des vagues qui créent un rappel prejudiciable à la tenue de l'ancre.
Avec ces renseignements on peut extrapoler une experience autrement ce ne sont que des mots .....car à part les initiés qui connaissent les bateaux de chacun des signataires ....je ne suis pas dans ce cas et ne pense pas etre le seul....

07 fév. 2018
3

C'est pour ça qu'un profil bien renseigné, indiquant le lieu de navigation et le type de bateau, est bien utile.

Mais si beaucoup le font, c'est loin d'être le cas de tous les intervenants... :non:

07 fév. 2018
0

Depuis que j'ai mon bateau, je n'ai encore jamais osé mouiller l'ancre (je navigue généralement seul). Chaque fois, j'ai choisi l'itinéraire et la destination en fonction de la présence de bouées, de coffres, ou d'un port.
Mais ça me démange...
Mon voilier est petit, et les situations météo clémentes sont donc privilégiées.
Je navigue sur l'Atlantique. Sachant que le marnage est de plusieurs mètres, la longueur de chaine suffisante en BM ne l'est plus en PM.
Est-ce un problème lorsqu'on est dans un secteur très abrité?

Autre question, comment faites-vous, sur un petit voilier, pour gérer l'ancre sans guindeau (je parle surtout de la remontée).

07 fév. 201807 fév. 2018
0

Pour la chaîne tu prends la moyenne, et tu rallonges ta ligne pour la marée haute. Pour remonter sans guindeau, et bien c'est simple; assis devant ta baille, les pieds bien calés tu tires doucement, le bateau se déplace lentement et tu retires etc. Si c'est trop difficile car trop de vent, tu mets en route le moteur, tu embrayes en marche avant barre amarrée ou pilote c'est mieux et tu tires ton mouillage. De la patience pas d'énervement.
JJ

07 fév. 2018
0

Merci, c'est bien noté.
Ce qui m'ennuie, c'est que le bateau va "plonger" légèrement sur l'avant sous mon poids, et que l'entrée d'eau du moteur risque de se trouver hors d'eau; j'ai vu un bateau de la même taille que le mien, sur lequel le davier avait été placé à l'arrière. Le montage est inhabituel, mais c'est peut-être pour résoudre ce problème.

07 fév. 2018
1

On peut aussi reprendre le câblot (noeud de Prusik) ou la chaîne (manille) avec une drisse ou écoute au moyen du winch. Le faire par étape. Ca marche très bien en cas de panne ou absence de guindeau...

07 fév. 2018
2

Le mouillage est aussi une option essentielle de sécurité quand vous êtes poussé à la côte. Il faut donc avoir IMPERATIVEMENT une idée de son comportement et donc un entrainement minimum de son utilisation. Sur un petit voilier habituellement on peut remonter le mouillage à la main, sans trop d'effort.
Les erreurs les plus habituelles sont l'absence de vérification de l'accrochage de l'ancre et le mouillage fantaisiste trop court pour de fausses bonnes raisons, en plus sans anticiper sur la MTO ou la marée. .Ensuite les mouillages volontairement aventureux et/ou avec abandon du navire.
Dans ce domaine, surtout en Vacances, on a tendance à vouloir croire au Père Noel.
Si on doit mouiller pour la nuit noter absolument le cap de sortie en urgence. En l'absence de mouillage fiable à 100%, admettre qu'il faut parfois, si nécessaire, regagner le large

07 fév. 2018
0

Message reçu; cet été, je m'y colle.

07 fév. 2018
2

une autre regle pratique qui parait sensee est distance davier/fond multipliee par la force beaufort du vent :-)

07 fév. 2018
0

Par force 0 (pétole)... ça marche pas !

07 fév. 2018
0

j ai des doutes aussi sur force 12, mais bon.. :-)

07 fév. 201807 fév. 2018
0

12x la hauteur d'eau si tu ne tiens pas le mouillage c'est pas une question de longueur de la ligne je pense :D plutôt l'ancre qui laboure le fond (surface trop faible) ou l'élément le plus faible qui casse
ca m'est arrivé à force 10 c'est le câblot qui s'est coupé sur un point de ragage insuffisamment protégé, mais ça aurait pu être le taquet qui s'arrache, ou un maillon de la chaine qui pète..

07 fév. 2018
0

"on" connait les classiques qui assurent une tenue maxima
un sol sableux/vaseux( pas extremement dur)
une ancre plutot soc de charrue "moderne"(delta/cobra/spade/rocna)poids préconisé(voir tableau classiques)

une trés grande longueur de chaine+une bonne longueur de cablot
un coup de marche arrière (ou pas si vent fort pour"crocher/vérifier)
en cas de coup de vent ou orages un poids additionnel ne peut pas faire de mal
la tenue max sera t elle suffisante?oui la plupart du temps
peut on réunir tous ces "classiques"?pas toujours
sable/vase pas accéssible
voisins de mouillage trop nombreux
arrivéé nocturne(à moins de connaitre par coeur..)
ect....
ce n'est pas à proprement parler "mouiller" mais si on peut porter un(trés long) bout à terre....on dort bien mieux....

07 fév. 2018
0

Bje
J'entends souvent parler de mouillage "sur" ce qui pour moi est une aberration. Le mouillage idyllique de l'après midi peut se transformer en un véritable cauchemar la nuit.
Il n'y pas de solution miracle personnellement avec un 35 pieds c'est une ancre de 16 kg et 30m de chaîne mini et parfois 60m avec un croc sur la chaîne tenu en patte d'oie sur les taquets (quand la chaîne rague sur des fonds rocheux je suis immédiatement prévenu).
Maintenant il faut tenir compte de l'occupation du mouillage, si vous êtes seul hormis le dérapage il n'y aura pas de PB à condition de surveillez votre bateau mais dans un mouillage avec des voisins à proximité vous ne saurez jamais comment ou trop tard quand ils vont éviter.
Néanmoins malgré toutes les précautions que je prends habituellement il m'est parfois arrivé de passer de passer la nuit dans le cockpit pour surveiller le comportement de mon bateau au mouillage.
L'expérience contribue à la sécurité du bateau et de son équipage mais il y aura toujours un moment ou la situation sera angoissante
Bye

07 fév. 2018
3

Nous, en Grèce, avec les copains, on a un principe simple:
on commence par mouiller 30 mètres de chaîne et après on discute, en tous cas, jamais moins que 5 fois la hauteur d'eau (après les 30 m de base bien sur).
Jusqu'à présent, ça a bien marché.
JY.P.

07 fév. 2018
1

Il y a un ouvrage intéressant: ''Mouillage Equipement et Technique'' d'Alain Gree,
Bien qu'il a plus de 35 ans, ce bouquin reste d'actualité

07 fév. 2018
0

Oui un bouquin bien fait.

Même si les performances des ancres ont été améliorées depuis cette période, les préconisations, et résultats de tests restent une très bonne base de départ.

07 fév. 2018
1

auquel on peut ajouter "Tout savoir sur le mouillage" de Alain Poiraud, inventeur de la SPADE.

07 fév. 201807 fév. 2018
0

Bonjour à tous

Bon nous avons vu la partie sous l'eau du mouillage.
Mais coté pont quelles sont vos pratiques?
Mains de fer et reprise en patte d'oie sur les deux taquets? amortisseurs?

A vous

Le Moko

08 fév. 201808 fév. 2018
0

Avec mon mouillage mixte chaîne / câblot, pas besoin de main de fer ni de patte d'oie, l'amortissement étant justement assuré par le câblot et aussi d'une certaine manière par le poids mobile.
En revanche, je protège la longueur de câblot qui peut raguer dans le davier avec un martyr constitué d'un morceau de tuyau de Ø 16 coulissant et bloqué en place avec de la garcette et deux demi-clefs.

08 fév. 201816 juin 2020
0

J ai des serieuses doutes sur cet "angle de 15°" qu on ne faudrait pas depasser; cfr image test de tenue relative en augmentant l angle, sur du sable a 7° on a reduit la tenue de l ancre a la moitie, sur la vase a 75%..

08 fév. 2018
0

doutes masculines bien sur :mdr:

29 déc. 2020
0

Vous avez raison d'avoir un doute ; dès que l'angle n'est plus nul, il apparaît une composante verticale de la force de traction qui a tendance à soulever l'ancre...

30 déc. 2020
0

c'est assez curieux que l'ange de 15° est uniquement donné pour la chaine en bout de l'ancre et que celle ci est absolument à plat sur le fond

08 fév. 201816 juin 2020
0

Comme je mouille rarement dans des profondeurs de plus de 6/8 mètres, avec mes 40 mètres de chaîne je ne passe pas sur le câblot.

Donc je laisse la chaîne sur le davier, ce qui évite les soucis de ragage, et frappe juste derrière une main de fer, dont le cordage est amarré sur le taquet, environ 1m50 derrière. (On le voit sur cette photo)
Ce cordage donne suffisamment de souplesse pour amortir les à-coups.

Si le vent est vraiment très fort, je rajoute un deuxième cordage (en V) sur le taquet opposé.

Et si j'en viens au cordage (épissuré sur la chaîne), comme Hoolof, celui-ci est protégé du ragage dans le davier, par un morceau de tuyau PVC.

08 fév. 2018
0

Bjr
Je fais quasiment la même chose.
J'utilisais la main de fer (difficile à enlever rapidement) que j'ai remplacé par un croc qui se largue plus facilement et je frappe en V sur les 2 taquets

08 fév. 2018
0

J'ai supprimé l'ergot de blocage de cette main de fer Wichard, ce qui la rend facile à poser et enlever.

Comme elle reste sur le pont, la traction est toujours dans l'axe, ce qui élimine les risques de torsion, observés par certains utilisateur, lorsqu'elle frappée sur la chaîne en avant du davier.

08 fév. 2018
1

Pour avoir un meilleur amortissement (plus long de cablot) je frappe ce cablot sur un taquet arriere avec croc de grue sur la chaine le tout sur le pont pour plus de facilite...dans les mouillages à peu pres tranquilles autrement 50m de chaine et cablot incorporé toujours amarré sur taquet AR pour rallonger l'amortissement
Amortir bien sur les à coups sur le pont par des protections adequates, quand le croc est au dessus du pont

08 fév. 2018
0

Pour avoir un meilleur amortissement (plus long de cablot) je frappe ce cablot sur un taquet arriere avec croc de grue sur la chaine le tout sur le pont pour plus de facilite...dans les mouillages à peu pres tranquilles autrement 50m de chaine et cablot incorporé toujours amarré sur taquet AR pour rallonger l'amortissement
Amortir bien sur les à coups sur le pont par des protections adequates, quand le croc est au dessus du pont

08 fév. 201808 fév. 2018
0

Idem,
comme KOALA-5, la main de fer est en arrière du davier, plus facile à mettre et enlever.
Le bout souple est en V, puis chaque partie est accrochée à mes taquets d'amarrage au milieu du bateau.
Tout en souplesse on reste dans l'axe.
En longueur, j'ai toujours, la longueur du bateau soit 10m et ensuite 4 à 5 fois la profondeur à marèe haute.
Ancre de 16kg.

08 fév. 2018
0

. Juste un exemple (voir Dodds ou Fraysse) : par 35 noeuds de vent, avec un angle de 10° pour l'ancre, 25m de chaîne sont équivalents à 29m de câblot (calculs basés sur la table ABYC).
. EN STATIQUE, plus ça souffle, plus les avantages de la chaîne sur le câblot diminuent.
. EN DYNAMIQUE, le câblot est toujours plus performant que la chaîne.
. C'est de la physique pure et c'est pas nouveau. Tirez vous-même vos conclusions.

08 fév. 2018
0

"dans 3 mètres d'eau avec 15 mètres de chaîne, donc 5 fois la hauteur et 30 Nds de vent, ça m'étonnerait que ça tienne longtemps. "
J'attends toujours une réponse argumentée !
JJ

0

j'ai remarqué que par fonds faibles il faut mettre en proportion de la profondeur beaucoup plus qu'en eaux plus profondes.

sans doute parce que 15 mètres de chaînes vont se tendre en ligne droite, même s'il y a peu de fond et l'ancre va être tirée plus vers le haut.

par grande profondeur, on se rapproche de 3 fois la hauteur sans pb ainsi il m'est arrivé de mouiller 200 mètres à l'est de Bréfort avec un courant de l'ordre de quatre noeuds et environ 25 m de fond (pas de sondeur à l'époque) et à peine trois fois la hauteur d'eau. (10 m de chaîne et 70 m de bout)

cela a parfaitement tenu, le courant ayant tendance à coucher l'amarre : je veux dire que le bout plongeait presque à la verticale au niveau du chaumard (mais petit bateau : Mousquetaire)

mais une surprise au moment de relever : il n'y avait plus de courant en surface mais il y en avait toujours au fond, plaquant le mouillage au sol ! une belle corvée pour décrocher !

les pattes de l'ancre plate avaient un peu plié ...

08 fév. 2018
0

Je redonne le tableau des essais de V&V sur la tenue de l'ancre en fonction des lignes de mouillage.
Ils sont clairs et nets...même si on n'y croit pas.

08 fév. 2018
0

test en statique = le bateau ne tire pas de bords, le vent reste constant sans rafales brusques et applique une tension constante et établie... le tout chaine est alors évidemment le mieux, plus grace à la trainée dans le sable que par son poids.

mais pas en situation dynamique, où le bateau tire des bords avec à chaque fois un coup de bélier, ou qu'il y a de brusques et fortes rafales = coups de butoirs transmis directement à l'ancre (et que l'on ressent fort bien dans le bateau...), dont les conséquences sur la tenue de l'ancre ne sont pas testées ici. Toutes situations où l'élasticité du cablot amortit le choc : ça se voit très bien quand on a 10 mètres de cablot à plat pont....

08 fév. 2018
0

Oui j'ai vu le tableau, mais ce n'est pas une explication, et malheureusement je ne suis pas croyant.
JJ

08 fév. 2018
0

Sur le tableau il n'est pas question de cela! Ne connaissant pas l'article et les protocoles d'essai, on ne peux pas se faire d'opinion. vu comme cela, c'est faire appel à la croyance.
Les phénomène dont tu parles ne me sont pas du tout étrangers.
JJ

08 fév. 2018
0

je l'avais lu à l'époque mais bof je pense que leur protocole était foireux, un chalutier de 30 tonnes ...
sur que ça croche pas sans une tonne de chaine

08 fév. 201808 fév. 2018
0

Mais je suis entièrement d'accord avec l'article : en cas de traction constante* , la tenue de la chaine est supérieure aux autres, au moins dans les limites de tension testées.

  • les conditions du test sont clairement mentionnées : le peson étant connecté sur la ligne de mouillage, le chalutier met les gaz PROGRESSIVEMENT en marche arrière.

Tant qu'on reste dans ces conditions, pas de souci en étant en tout chaine.
Faut éviter les fortes rafales et les coups de butoir dus aux bords tirés par le voilier à ces moments là. Car à ces moments là, on n'est plus du tout dans les conditions du test.

D'ailleurs, dans "les conseils pour mouiller sereinement", en GRAS en pas de page , il est dit que je cite
"avec beaucoup de vent (sic)
et surtout s'il y a des vagues (re sic)
il est bon d'avoir une certaine longueur de cablot (re re sic)

afin de mieux amortir les chocs".
C'est très clair : l'auteur recommande un mouillage tout chaîne dans les conditions du test c'est à dire quand il n'y a que peu de vent et pas de chocs, mais de mouiller en mixte en cas de fort vent et de chocs possibles (cas de la houle, mais aussi des rafales, du mouvement essuie glace, ...)

encore une fois : je suis entièrement d'accord avec lui.
La conclusion qu'il en fait est que ce test est inutile, car inadapté aux conditions réelles : juste une pub pour l'ancre.

09 fév. 2018
0

Merci KOALA, je n'ai pas d'avis, je cherche à comprendre une donnée brute qui surprend.
JJ

08 fév. 2018
0

choc avec ou sans amortissement : ce n'est pas de la croyance, mais de la physique.

08 fév. 201816 juin 2020
0

Voilà l'article avec le protocole de l'essai.

Si vous n'êtes pas d'accord, je n'y suis pour rien, adressez-vous à Voiles et Voiliers.


08 fév. 2018
0

Protocole en statique,
conclusion en forme de conseils rappelant que la réalité est différente et qu'il est prudent de ne pas appliquer les conclusions du test.
Une belle occasion de parler d'une ancre, sans donner possibilité de conclure quoi que ce soit...

09 fév. 2018
0

Comme dit plus haut, avec 40 m de chaîne de 10, et des mouillages en moyenne dans 5 à 7 m de fond, j'ai rarement la nécessité de passer au câblot.

Cependant, lorsque je le fais, j'ai remarqué que le bateau tire des bords, de part et d'autre de l'axe du vent, beaucoup plus importants que lorsqu'il est uniquement sur chaîne.
Avec moins de longueur de chaîne (lorsque je n'avais que 25 m) ce phénomène était encore plus accentué. Ce qui est quand même un facteur pouvant favoriser le décrochage de l'ancre

30 déc. 2020
0

Quand un article écrit des débilités du genre, je cite : "un angle de 10° correspond à 6 fois la hauteur d'eau" , on peut se poser des questions ?? !! on a bien grosso modo sin(10°) = 1/6 mais cela voudrait dire que la chaîne est rectiligne ce qui est impossible sauf en exerçant une force horizontale infinie (oui !) sur le bateau....

30 déc. 2020
0

@julien3522 ... Ca devient sérieusement lourd là.
Vous avez certainement du remarquer (sur les outils de Mr Fraysse) qu'à partir du moment où la chaine se lève, elle se lève rapidement, et qu'une chaine de mouillage classique est "grosso modo" tendue bien avant sa limite de resistance... Ce qui arrive avec des vents irréguliers pas si forts, en particulier si la ligne n'est pas amortie par une bonne longueur de câblot (à la flotte ou sur le pont, chacun fait comme il veut)

D'ailleurs, la courbe de chainette qui fait tant jaser ne s'applique pas uniquement aux chaines, mais à n'importe quel câble, bout, ou n'importe quoi d'assez souple pour que la forme soit définie par son propre poids et la tension appliquée sur ces extrémités. (donc, une corde à linge, un caténaire, un cable de téléphérique, une corde de guitar, une corde à sauter, l'écoute de génois ... C'est pas comme si c'était difficile à tester tout seul)

Bref, MERCI de cesser de répondre à des posts âgés de plusieurs années avec des propos péremptoires contenants tout autant d'approximations que ceux que vous dénoncez !
Maintenant, si le but est d'expliquer que Pierre Lavergne, lui-même reprenant à son compte les travaux d'Alain Fraysse, sont des abrutis, faites vous plaisir : vous ne décrédibilisez que vous-même.

30 déc. 2020
0

Qui , vous mis à part, a parlé d'abrutis et de lourdeur? Je constate qu'ici, pas moins que dans d'autres forums, ça dérape vite, sans jeu de mots ! Agrégé de physique, je pensais rectifier quelques erreurs et apporter un peu de rigueur. Désolé de m'être mal fait comprendre ; en tous cas, je suis vacciné contre la tentative de m'exprimer dans les forums...A bon entendeur salut !

08 fév. 2018
0

Mouillage avec une Delta dans 5m d'eau dans le sable, 60m de chaine de 10, poids du bateau 7,5T, Mistral en rafale à 120 km/h. L'ancre avait tenu bon 10 heures, mais au lever du jour, elle a ripée et j'ai été balayé par le vent (La Ciotat 2015)
Comme quoi, la pratique ne se laisse pas toujours superposer sur la théorie.

08 fév. 2018
0

Moralité, plus c'est long et plus c'est bon à condition que cela soit vigoureux (oups je voulais dire du Vigouroux!)

08 fév. 2018
0

Vous n'avez pas fini de faire le tour des conditions possible de mouillage , encore un effort !!!

si l'on prend les parametres :
- hauteur d'eau entre 5 et 15m avec un pas de 2m ,
- poids du bateau entre 3 et 6t avec pas de 1t
- force du vent entre 15 et 40nds avec un pas de 10nds
- longueur de chaine 3 à 5 fois le profondeur
- nature du sol , sable dur ,sable mou, herbier,vase
- hauteur des vagues 0.5m à 2m
- poids de l'ancre , diametre de la chaine

vous devez nous amusez jusqu'au printemps ...

:acheval: :litjournal: :jelaferme:

08 fév. 2018
0

Tu as raison pépé, j'ai oublié le poids de la delta :cheri:

09 fév. 201816 juin 2020
0

j'ai 2 mains de fer récupérées sur des sangles de camion, elles me servent pour le guindeau du pauvre ( je n'ai pas de guindeau )

09 fév. 2018
0

pas bête moi je fais un noeud !

09 fév. 2018
1

Je vous mets en vrac quelques idées
- L'ideal serait de mouiller par l'arrière le bateau sera plus stable dans l'axe du vent et en plus on est prêt à partir en cas de gros soucis.
- Mouillage avec patte d'oie reprise sur les taquet et dans la patte d'oie le bout de liaison avec une cosse pour coulisser tranquillement sur la patte d'oie a l'autre bout une bonne main de fer. Il faut que la chaîne soit bien molle au niveau du davier.
Il faut utiliser du bout polyamide avec forte élasticité. J'en avais acheté chez ad du 3 torons en 12 rupture donnée 3 T. Et ça va très bien. La patte d'oie passé par les chaumards pour limiter le ragage. La main de fer plongé sous l'eau ce qui permet de maintenir la chaîne plus longtemps au fond.
- Suggestion au lieu de mettre un poids comme cité plus haut mettre l'ancre secondaire coulissant sur la chaîne avec des manilles et un bout extensible et la laisser descendre jusqu'à toucher le fond. Elle servira d'amortisseur et d'empennelage si l'ancre principale dérape.
- certains nous disent dans telle hauteur d'eau tant de chaîne il ne faut pas oublier que le sondeur n'est pas à la surface. Par exemple sur mon bateau quand je lis sur le sondeur par exemple 5m il faut que je pense qu'au davier ça fait 7m environ.
- il est préférable contrairement aux idées reçues de mouiller face à un endroit plat que derrière le relief (à moins que ce soit une falaise) le vent y est beaucoup plus stable et il y a moins d'à coup sur le mouillage. Bien sûr ce n'est pas toujours possible. Il faut s'adapter à la configuration du terrain.
- il ne faut pas oublier de faire un test de traction avec accélération et relâché du moteur. On ne sait pas ce qu'il y a sous le sable. Cet été j'ai dérapé tranquillement avec peu de vent parce que sous le sable il y avait un plateau rocheux. Mon voisin avec la même ancre tenait je pense que son ancre avait trouvé une petite faille.

Voilà mes petites réflexions.

11 fév. 2018
0

J'ai lu ce fil avec beaucoup d'intérêts . Ya un truc qui me chiffonne : Ceux qui comme Holoof mettent une gueuse montée sur poulie et qui vient se bloquer au niveau de la jonction cablot / chaine ; Pourquoi ne pas faire en sorte de laisser passer la gueuse jusqu'au bout de la chaine coté ancre ? De cette manière , c'est bien 5Kg qui sont placés au bout de la verge et qui lui imposent de fermer l'angle avec le plan d'attaque du sable ( ce qui assure la tenue ) . Car , c'est bien beau d'avoir un phénomène de ressort du à la formation d'un angle cablot / chaine pour amortir les chocs de rappel , mais quand ça tire trop à cause du vent , l'ensemble est tendu et donc la verge se lève ... ( pas de commentaires salaces svp ). Il me semble que ce système revient un peu à avoir une ancre plus lourde . Une boite à chats rempli de plomb pèse 4,5Kg.Un anneau solide coulé avec , permet le positionnement d'un mousqueton qui va glisser de maillon en maillon jusqu'en bas de la chaine et plus ça tire , plus il descend vers la verge . Par précaution , j'ai coulé 2 boites . Je ne me suis jamais servi que d'une . Faut avouer que je n'ai jamais affronté 50Nds de vent lors d'un mouillage la nuit

11 fév. 2018
0

De mon point de vue il n'est pas bon de descendre le poids jusqu'au bout de la chaîne c'est comme si ce poids faisait partie de l'ancre et donc ne sert plus d'amortisseur. Ce n'est pas le poids de l'ancre qui retient le bateau mais la surface de l'ancre. En plus j'ai remarqué que mon ancre (Space) disparaît presque à tous les coups avec une bonne longueur de chaine, souvent près de 5 m.
Pour faire un test il suffit de mettre un bout de chaine sur le ponton et faire différents essais de traction à la main pour comprendre la différence entre le poids au bout de la chaîne et par exemple à 10/15m de la verge.

11 fév. 2018
0

On ne mouille pas à cinq mètres de l'estran donc on peut très bien larguer le mouillage et se débiner avec un bateau manœuvrant au moteur on peut même faire demi tour sur place.

11 fév. 2018
0

J'ai une gueuse monté d'origine sur un calot de 50m, je ne l'ai jamais utilisé vu que je mouille de préférence dans 5 ou 6m d'eau. La gueuse doit faire près de 20kg, elle plaque la chaine de l'ancre au fond ou à maintenir un angle aigu de la chaine lors d'un mouillage profond, à condition de débiter les 50m de câblot.
Personnellement je préfère affourcher une 2eme ancre avec 20m de chaine supplémentaire. l'expérience étant une lanterne porté dans le dos qui éclaire le chemin parcouru, je suis méfiante...

29 déc. 2020
0

désolé, c'est tout faux ! pour que la chaîne soit rectiligne, il faudrait exercer une force de tension infinie ; en réalité, elle prend la forme d'une courbe dite de chaînette.
La hauteur d'eau à mouiller dépend de la hauteur d'eau mais aussi de la force horizontale subie par le bateau au mouillage (fardage).
Pour plus de précisions, vous pouvez me contacter, j'ai écrit un article sur le sujet...

0

Ne pas oublier le courant qui va dramatiquement accentuer l'effort sur le mouillage.
Dans les anglos ou à Chausey on est parfois très surpris

29 déc. 2020
0

Pour dormir tranquille, la solution est d'empenneler ; je l'ai fait à Herm en vives-eaux au pied de Rosaire Steps ;il y avait 3 noeuds de courant.

29 déc. 2020
0

Une évidence quelques soient l'ancre et la profondeur : l'angle de la chaîne avec l'horizontale au niveau de l'ancre doit rester nul. Dès que ce n'est plus le cas, la force de traction sur l'ancre a une composante verticale qui dépasse très rapidement le poids de l'ancre et tend à la soulever !

29 déc. 2020
0

Julien3522, était-il vraiment nécessaire de déterrer ce fil ?
J'imagine que vous avez écrit un super article, super impressionnant, pour venir nous dire que "c'est tout faux", et nous expliquer qu'il faut que la chaîne soit rigoureusement horizontale.

Ah, ben, merde, maintenant il faut en plus vérifier la planéité des fonds avant de mouiller...
Du coup, on n'a plus trop le droit de mouiller proche des cotes, le fond ayant tendance à être en pente :s

Ou alors ... Peut-être que les ancres prévoient quand même un tir avec un peu d'angle vers le haut ?
Ne serait-ce parce que - j'en sais rien - il est hautement improbable que le bout de la verge puisse être en dessous du soc ?

29 déc. 2020
0

Il ne s'agit pas de prendre un niveau à bulle ! L'important, c'est que la chaîne parte à peu près horizontalement de l'ancre ; typiquement pour un voilier de 9 m hauteur d'eau 8 m 33 m de chaîne de 8, un angle de 6° seulement crée une force verticale vers le haut de 15 daN soit largement le poids de l'ancre ! l'idéal est d'avoir une certaine longueur de chaîne posée au fond...

29 déc. 2020
0

En fait, il faudrait mouiller en côte, mais côté descente. Ok, je sors...

29 déc. 2020
0

Faut bien parler de quelque-chose.
de cata en baie de morlaix (les irresponsables...)
ou de covid, tiens on va bientôt parler du 3eme confinement.....

29 déc. 2020
3

Je déclare la réouverture du débat sans fin !!! 😁😉

29 déc. 2020
3

Il n'y a que la pratique assidue des mouillages nombreux et répétés en 50 ans de pratique (du grappin de 40 kg à la main à l'ancre à jas je crois que j'ai tout essayé) dans des mers différentes ce qui permet de se forger une opinion petit à petit. Un petit coup d’œil quand même sur l'équation de chainette et à la littérature technique si on a les bases pour comprendre ça permet de tordre le cou aux gris gris divers, genre poids de 10 kgs au milieu de la chaine quand il y a des tractions à plus d'une tonne sur le mouillage ça fait quoi 10 kg?, c'est de l'ordre du bouchon de champagne..
Après plusieurs centaines de mouillages et des dérapages involontaires avec de mauvais mouillages de mauvaises ancres sur des voiliers divers de location, en ayant testé les gris gris, l'empelennage, l'affourchage et autres amusements pénibles et dangereux à remonter quand il faut partir en catastrophe que j'ai utilisés à bon et mauvais escient, je me suis fait une religion définitive : une très bonne ancre bien dimensionnée par rapport au poids au fardage et à la taille tout compris du bateau (la plupart des plaisanciers ne connaissent pas le poids de leur bateau chargé et le sous estime) plutôt type Spade ou Rocna un sacré progrès, 50 m de chaine, la possibilité de rallonger le mouillage avec 50 m de cablot si le vent va dépasser les 50 n. Mettre une main de fer sur la chaine pour soulager le guindeau et se reprendre sur les taquets avant ou aller jusqu'aux taquets arrière si ça va souffler à 30 n et plus pour amortir les à coups, j'ai dans ce cas des tuyaux de pompier réformés pour éviter le ragage , surtout s'il y a un peu de clapot. Et on dort tranquille et je n'ai jamais plus dérapé depuis 40 à 50 mouillages chaque années depuis 10 ans certains parfois très ventés (rafales à 70 n une fois et plusieurs fois au delà de 50 dans ce cas je rajoute du câblot) voire houleux avec la proue sous l'eau (12 m et 9,5t). Évidemment il faut mouiller dans des fonds de relativement bonne tenue s'il y a une prévision de vent fort ça fait partie de la sécurité de base. L'avantage de mon ancre Rocna sable dur vase c'est que plus on tire dessus plus elle s'enfonce complétement et rapidement on voit plus que la chaine. Le seul souci c'est pour la remonter surtout pas au guindeau sinon il casse.
Évidemment faut mouiller long, mais jusqu'à 20 n réel avec 3 fois le fonds dans les mouillages trés encombrés j'ai jamais bougé. Par vent fort (40n) c'est 7 fois le fonds minimum 10 fois si c'est possible. A moduler selon la profondeur. Enfin pour éviter de faire l'essuie glace il m'arrive de hisser l'artimon avec un ris si le vent est fort, ça stabilise bien (de l'un des rares avantages du gréement ketch).

29 déc. 2020
0

Rien de mieux : tout est dit.

En lieu et place de l'artimon, qui n'est pas dispo sur tous les voiliers, on peut avoir une voile de mouillage en forme de Y : stabilité assurée.

29 déc. 2020
0

On peut aussi gréer le tourmentin à l'arrière de la bôme, ça fonctionne bien. Et au moins, le tourmentin prend l'air.

29 déc. 2020
0

J'ai essayé. Le mien est beaucoup trop grand, pas du tout taillé pour ça, très compliqué à régler. Et quand je suis parvenu à l'installer, je me suis rendu compte qu'il était très peu efficace; ayant vu les deux systèmes en place, je sais que c'est un Y qui convient, qui fonctionne comme s'il y avait 2 voiles. Pas besoin qu'il soit très grand. Stabilité parfaite.

Mon avis est que le tourmentin peut parfaitement convenir comme voile de mouillage à ceux qui ne l'installeront jamais.

29 déc. 2020
0

En fait Faby9, depuis la dernière fois où le sujet de cette voile en Y est sorti, j'ai eu l'occasion de tester et de mettre en œuvre sur un bateau ami, et je reviens sur ce que je disais à l'époque, Léa culpa. Tu as raison, le système est plus simple et plus efficace que le tourmentin.
Le tourmentin fonctionne, à condition qu'il ne soit pas trop grand, et sera relativement efficace sur des bateaux en dessous d'une certaine taille. Mais le système en Y est mieux, et plus compact. Celui que j'ai testé a été fait par un voilier espagnol en recyclant des vielles voiles pour moins de 100€. Le voilier a pris modèle sur un existant, il va aussi me montrer un système qui s'installe sur l'étai (mousquetons ou ralingue) dont apparemment les utilisateurs sont très contents.

29 déc. 202029 déc. 2020
0

C'est ce que je répète : il suffit d'avoir réellement essayé les 2 systèmes pour comprendre qu'en effet, il faut une voile en Y.
En fait, le Y se règle comme s'il était composé de 2 voiles (dont une partie commune : le pied du Y) : une intallée pour tb amure, l'autre pour bd amure. Ainsi, il n'y a pas de délai lors de changement d'amure, et le voilier reste stable face au vent.

29 déc. 2020
0

Où est-il Juliusse ton voilier espagnol ? Tu veux parler du pataras et non de l'étai je suppose. Moi j'ai deux pataras textiles, j'aimerais bien un système à mousquetons entre eux et la bome, par exemple.

29 déc. 202029 déc. 2020
0

@matelot19001, le système en Y que j'ai testé ressemble un peu à celui là
www.bannerbaymarine.com[...]dex.php
Donc à mon avis utilisable avec pataras double.
Celui que je n'ai pas encore vu s'installe lui sur l'étai. Donc un étai sans enrouleur (peut être aussi sur étai largable, je lui demanderai). Ne l'ayant pas encore vu, je ne peux pas dire. J'ai vu il y a quelques années au mouillage un X avec un espèce de tout petit "double tourmentin" envoyé sur l'étai (sans enrouleur), chaque côté renvoyé sur un bord. J'imagine que ça doit y ressembler.

Pour le prix, c'est à confirmer mais je crois qu'il faut fournir les vieilles voiles.
Le gars est dans la zone de la Corogne, on doit me filer ses coordonnées.

29 déc. 2020
0

OK merci, je n'avais pas bien compris le système.

29 déc. 202029 déc. 2020
0

Pourquoi l'installer sur le pataras ?
Le mien est double, mais je ne l'utilise pas pour la voile de mouillage : je relie les 3 branches aux taquets arrière (Bd et Tb) et vit de mulet; la voile est ensuite hissée par la balancine.
Si elle est bien coupée, elle n'a pas besoin d'être guidée par le pataras.

edit : le modèle banner bay n'utilise évidemment pas le pataras.

@Juliusse : la voile de mouillage doit se mettre le plus à l'arrière possible.
Je doute fortement qu'installée sur l'étai largable cela fonctionne correctement.

30 déc. 2020
0

@Juliusse : la voile de mouillage doit se mettre le plus à l'arrière possible.
Je doute fortement qu'installée sur l'étai largable cela fonctionne correctement.

C'est ce que je crois aussi.
Le gars me dit que c'est efficace, et que suivant le bateau un système peut être plus adapté que l'autre. (Précision, il m'a parlé de l'étai principal sans GSE, ralingue ou mousquetons, pas d'etai largable, c'est moi qui ait supposé que c'était peut être possible) j'attends de voir de toute façon, il n'a aucun intérêt à me vanter une solution plutôt qu'une autre, il fait les 2, au même prix.

30 déc. 2020
0

OK. Je ferai l'essai.

30 déc. 2020
0

DomDe a tout dit, rien à rajouter.

30 déc. 2020
0

J envisage achete ancre rocna pour mieux dormir tu dis si tres enfoncee pas de guindeau question tu remontes comment ?
Pour info j ai bateau 9 metres beneteau bien charge poids je pense 5 tonnes ancre actuelle 15 kg rocna 15 kg c est bon?
J ai un guindeau quick qui n est pas une force de la nature
Merci pour ton conseil

30 déc. 2020
0

Arrivé à pic, je mets le bloque-chaine, et décroche l'ancre lentement au moteur.

29 déc. 2020
0

Bonjour à tous,
Je ne sais pas vous....mais moi, tous les ans vers le jour de l'an, je reçois une foultitude de messages de Hisse-Heo pour m'informer gentiment des précautions à prendre concernant la longueur de chaîne de mouillage!.....
Sans doute une façon de dire qu'ils pensent à moi et de me souhaiter leurs voeux.

En tous cas bons voeux de bon vent (plus favorable que cette année) à tous.

29 déc. 2020
4

Et en dehors de la longueur de chaîne, il faut mettre la boule de mouillage ou non ?
OK, je sors !

30 déc. 2020
0

Au sujet du câblot-amortisseur de mouillage 3 torons 16mm :
- Polyamide, blanc à fil rouge : s'allonge de 25% sous charge de travail
- Polyester: résistance-27%, allong.7% donc 3,5 fois moins , prix +21%, poids + 42%

Suggestion d'amortisseur : sur un pont de 10 m de long et 2 m de larg au tableau on peut avoir ~16m de câblot (25% = 4m d'amortissement)en l'amarrant à l'étrave, le faisant courir sur le passavant jusqu'à une grosse poulie à plat-pont dans l'angle arr. du pont = 10m puis dans l'autre poulie arr. (poulies de spi ?) = 12m et encore 4m vers l'avant où le câblot se raccorde à un câble très protégé contre le ragage qui lui passera par le davier et s'accroche sur la chaîne par une grosse main de fer.
On voit le câblot amortisseur s'allonger et se rétracter car tout se passe sur le pont.
Pour la chaîne,suite à ce fil je pense la remplacer (10mm Long 35 m )par 8mm Long 50m avec le même câblot de 40m de 3 torons Polyamide 16 mm. Bateau 8T 12m.

30 déc. 2020
0

Bah moi, je tourne mon bout amortisseur au taquet arrière, et laisse le noeud à la chaine descendre dans l'eau. Pas de poulie avec frottements, pas de retour, du simple. C'est en effet impressionnant de voir le bout s'allonger et son diamètre diminuer de façon importante.
Changer de diamètre de chaine (en passant à du grade 7 ?) implique généralement de changer de barbotin.

0

En faisant comme tu le dis cela provoque un frottement intense au niveau du chaumard

30 déc. 2020
0

Pas de frottement car j'ai un 2ème réa au dessus de celui pour la chaine.
Seulement au passage d'un chandelier, où j'installe un tuyau .

30 déc. 2020
2

Tellement plus simple d avoir un mouillage mixte !

30 déc. 2020
1

@jeanlw, en effet.

30 déc. 202030 déc. 2020
0

Y'a toujours plus simple, moins cher, plus astucieux. La première règle de simplicité est de faire avec ce que l'on a. Installer mon bout amortisseur me prend quelques minutes : une boucle d'un coté sur le taquet, un noeud sur la chaîne de l'autre, je largue quelques mètres, c'est fini.

J'ai un mouillage mixte. Mais il m'arrive souvent de ne pas mouiller les 50 mètres de chaîne. En réalité, c'est même rare quand je les mouille. Je ne me vois pas en couper 30 mètres pour les mettre à la poubelle : mon système, version Artimon, me convient parfaitement. D'autant qu'en laissant ainsi, si une hélice passe sur mon mouillage (et en Grèce, ça arrive...), c'est l'hélice qui va souffrir.

30 déc. 2020
0

Quand on part rapidement et en solo, démonter ce truc , parfois il fait nuit on galère on oublie ça peut se mettre dans le guindeau

J ai 30 metres de chaîne et je mets 10 m de bout sauf conditions benignes

30 déc. 202030 déc. 2020
0

Je suis désolé de tout ce qui a pu t'arriver avec ce système, tu as de l'expérience que je n'ai pas.

"démonter ce truc", c'est simplement défaire un noeud de machard, ça prend à peine 30 secondes. Faut peut-être s'entraîner à le faire et le défaire les yeux fermés (idem pour le noeud de chaise : ça peut servir )

Le noeud ne peut absolument pas se mettre dans le guideau, car il ne passe pas au bloque chaîne.

Avoir une grande longueur de chaîne peut être utile dans certains endroits ou certaines pratiques.
Avec 30 mètres de chaine seulement, je ne me sentirais pas tranquille du tout dans les ports grecs, où j'en mouille parfois 40 ou 50 mètres quand il y a du fond, et où je préfère que ce soit de la chaîne qui reste à portée de croche ou de l'hélice des voisins.
Donc pour ma pratique, je resterai à ce que j'ai actuellement : 50 mètres de chaîne, dont je mouille la quantité nécessaire à laquelle je rajoute une douzaine de mètres de bout à plat pont. En 4 années d'utilisation, à raison de 5 ou 6 mois par an (sauf COVID), et 90% du temps au mouillage, je n'ai jamais eu de galère avec ce système (utilisé par Artimon, qui a une pratique bien plus longue que moi...).

30 déc. 2020
0

Tu as inversé les données Jean ! Dans le temps, à Ajaccio, il me semble que tu avais 10 mètres de chaîne et 30 mètres de bout !!!!
Comme dit plus haut, en ce qui me concerne, je préfère être tant que faire se peut, uniquement sur la chaîne (40 m).
Un câblot parti dans l'hélice d'un bateau à moteur...merci j'ai déjà donné !!!

30 déc. 202030 déc. 2020
0

"s 10 mètres de chaîne et 30 mètres de bout "

pour la sieste en temps d'été, c'est largement suffisant. Suffit de prendre la précaution de mettre le réveil pour rentrer au port avant 17 heures.

"Un câblot parti dans l'hélice d'un bateau à moteur...merci j'ai déjà donné !!!"
Moi, je n'ai pas donné, mais je l'ai vu sur d'autres, et je n'ai pas du tout envie de tenter l'expérience. Manifestement, notre ami au profil un peu convivial n'a jamais connu, lui...

30 déc. 202030 déc. 2020
1

Détrompe-toi, JeanLW a énormément d'expériences de mouillages un peu partout.
Nous avions simplement l'un et l'autre un avis différent sur le mouillage, le mixte ou le tout en chaîne.

30 déc. 202030 déc. 2020
0

"Un peu partout", dis tu ? une ligne de 40 mètres, cela restreint quand même sérieusement le terrain de jeu.

Sinon, j'ai bien compris qu'il avait LA vérité universelle et incontestable. De plus, il a manifestement l'expérience de mon mouillage, puisqu'il affirme aussi avoir eu des tas de soucis la nuit à défaire un noeud de machard (j'ai bien noté qu'il savait faire un noeud de chaise depuis 1972 (!!!) , mais j'ignore ce que ça vient faire ici : faut peut-être lui dire qu'il ne se pratique pas vraiment sur une chaîne ?)

Cela dit, je maintiens : quand je vois certains départs de navires dans les ports grecs frôler ma ligne de mouillage avec leurs hélices, je suis bien heureux que cette ligne possède 50 mètres de chaine, avec toutefois en réserve 50 mètres de câblot.

30 déc. 2020
0

" Cela dit, je maintiens : quand je vois certains départs de navires dans les ports grecs frôler ma ligne de mouillage avec leurs hélices, je suis bien heureux que cette ligne possède 50 mètres de chaine, avec toutefois en réserve 50 mètres de câblot."

Bien d'accord avec toi Faby9...Je ne connais pas la Grèce, mais il n'y a pas besoin d'aller aussi loin pour constater des faits un peu identiques, avec certains bateaux (pas forcément d'ailleurs des bateaux à moteur).

Il ne m'arrive pas souvent de devoir rallonger la ligne en passant au câblot (50 m), mais ça arrive parfois lorsque le vent monte et que je suis dans > 8 m de fond.
J'essaye d'avoir toujours 5 fois la hauteur d'eau + franc-bord.

30 déc. 2020
0

Merci Koala Tout à fait et je suis passé de la danforth à la Kobra puis de 3 mètres de chaîne à 10 mètres puis a 30, à l âge de raison 😎🤓👏

30 déc. 2020
0

En effet ayant appris le noeud de chaise en 1972 j ai du oublier ...

Profites bien de ton experience et de ta compétence que nous sommes heureux que tu partages avec les humbles plaisanciers comme nous !😩

Et à l’occasion un profil rempli c’est plus convivial, non ? 👏😇🤓

30 déc. 202030 déc. 2020
-2

??? tu es vexé parce que je ne parle que de ce que je fais et de mes choix, et que je refuse d'appliquer tes diktats et les considérer comme vérité absolue et incontestable ???

quant au profil :

"First 30 1981 Port St Louis en hivernage , saison sur bouée à Bandol

Article sur traversée Atlantique Nord été 2001"

c'est sensé être convivial ? à moitié, ou plus exactement du tiers, oui, ça l'est un peu...

30 déc. 2020
1

Relis ce que tu as écrit : apprends donc à faire un noeud de chaise

Mon profil dit quel est mon bateau, où il est, où je le base l ete, et l article raconte ce que j ai fait de plus interessant avec.

Mais tu as raison je vais le completer au point qu personne ne doutera plus que je sache faire un noeuds de chaise !😎

30 déc. 2020
0

Tu affirmes avoir eu des tas de problèmes avec un système que nous sommes nombreux à utiliser. je cite, notamment de nuit :
"démonter ce truc" Or il s'agit simplement de défaire un noeud de machard; Si ainsi que tu le dis toi-même tu as des soucis à défaire un noeud de machard la nuit, alors oui, il faut apprendre à le faire et défaire y compris les yeux fermés.

Ton profil ? je le trouve convivial, les 2 à la fois.

30 déc. 2020
3

Tant qu'on a une bonne ancre Bruce avec trois fois la hauteur d'eau, peu importe la constitution de la ligne de mouillage ! (en mode très ironique je précise...)

30 déc. 2020
1

L'important avec une ancre Bruce, c'est d'avoir une cave bien remplie, afin de pouvoir offrir un coup à boire à ceux qui seront venus sécuriser le bateau qui aura chassé et se sera pris dans leur mouillage !!!!
Mais hélas, c'est loin d'être toujours le cas !!! Autres expériences vécues.

30 déc. 2020
0

J ai oublié une fois ou deux en début de saison, et j’ai mouillé toute la saison sauf 3 nuits au port.

Chaîne ou bout ca ne change rien d ailleurs car j’installe un système plus complexe avec le bout pour qu il soit dans l axe du bateau pour ne pas risquer de raguer sur les flancs du davier, en gros je fais un noeud sur le bout , je fais le tour des deux taquets et je reviens sur mon noeud

C est plus simple avec la chaîne, un seul noeud suffit

30 déc. 2020
0

Noeud de bosse

31 déc. 2020
0

j'ai essayé le nœud de bosse sur la chaine en sortie de davier et je m'en suis fait une belle sur le tube du balcon ,depuis je mets une main de fer ,j'ai pas encore le masque il est resté au frioul
sur ce forum j'ai de plus en plus l'impression de revenir à l'école de voile dans la section débutants
légèrement mongoliens .
alain mdr 😸

31 déc. 202031 déc. 2020
0

Je fais le noeud juste après le bloque chaine et avant le passage au davier, tranquillement installé sur le pont.
C'est parce qu'il me fallait jouer au cascadeur au delà du davier (qui déborde de 50 cm environ) que je n'utilise plus la main de fer.
Cela montre qu'il n'y a pas de règle applicable à tous.

31 déc. 2020
0

Noeud de bosse sur le bout pas la chaîne 🙃

31 déc. 2020
1

Message pour Fritz 😬

31 déc. 202031 déc. 2020
0

Jean, puisque tu parles plus haut de ta ceinture de plongée utilisée en poids amovible, lorsque tu n'avais pas beaucoup de chaîne; l'as-tu utilisée aussi depuis que tu as plus de longueur ?

En ce qui me concerne, j'ai remarqué que l'utilisation du poids, descendu le long de la ligne jusqu'à environ 50 cm du fond, diminuait sensiblement l'effet essuie-glace et les chocs.
Il y a bien des fils à ce sujet sur Héo, mais je ne les retrouve pas.
Voir: www.le-bar-du-port.com[...]cre.htm

31 déc. 2020
-1

Les systèmes les plus simples étant les moins compliqués : une ceinture de plongée en poids amovible, plus le noeud sur le bout qui fait le tour des deux taquets et revient sur le noeud, pour "assurer" un mouillage un peu pas assez sûr...

c'est vachement moins compliqué et en même temps beaucoup plus simple faire et à défaire qu'un noeud de machard sur une chaine quand "parfois il fait nuit on galère on oublie ça peut se mettre dans le guindeau" .

31 déc. 2020
1

Non mais je suis prêt à le faire, pas eu plus que 35 noeuds cet été, sinon je n hésiterai pas si les conditions dégénèrent vraiment, mon mouillage est costaud et bien dimensionné pour un First 30 même si je pou rai avoir une ancre un peu plus lourde

31 déc. 202031 déc. 2020
0

C'est vrai que quelques kg d'ancre de plus ne seraient pas superflus. Mon fils avait une Kobra de 14 kg, pour son Gib Sea 28; mais il avait un guindeau.
Et si tu as encore ta Danforth, avec son jas, qui l'empêche de se mettre sur la tranche, d'après le bouquin d'Alain Grée, c'est une bonne ancre.
Cependant, il s'agit d'un autre fil, qui comme il se doit, fait couler beaucoup d'encre sur les forums.

01 jan. 2021
1

Qui fait couler beaucoup d'encre ou beaucoup d'ancres?😇

Phare de Saint Mathieu Plougonvelin Finistère

Phare du monde

  • 4.5 (152)

Phare de Saint Mathieu Plougonvelin Finistère

2022