l'incorrection de certains skipper au mouillage

Ci dessous extrait d'un email envoyé aux Glénans mais qui pourrait s'adresser à certains professionnels ou non :
Bonjour, tout d'abord je me présente, ex président de yacht club, skipper diplomé BBPV depuis1992, arbitre fédéral de la FFV, 20 ans de navigation autour du monde, ancien directeur d'une agence de location bateaux, educateur spécialisé et sportif....55 ans et j'en passe.
Hier soir 2 de vos bateaux (des rm il me semble) sont venus mouiller un devant à 5 mètres devant moi et l'autre sur mon babord également à 5 mètres. Je leur ai fait remarquer qu'ils étaient trop près mais personne n'a bougé de plus nous avions un BMS grand frais.La nuit tombante, le bateau sur mon babord a dérapé et est allé s'encastrer sur un voilier canadien abimant tout son avant, chandeliers...... puis a failli se faire un cata, j'ai donc hélé le bateau qui se trouvait devant moi, tout d'abord pour l'avertir que son collègue était en difficulté et que j'estimais que lui aussi était trop près et risquait de déraper sur moi..... pour toute réponse j'ai eu droit à un "je suis professionnel va te faire voir....et j'en passe et des meilleures....).(Pour ma part j'ai usé du vouvoiement.....).
C sous la menace que je leur est demandé de changer de mouillage pour la sécurité de leur bateau mais surtout du mien dont je suis propriétaire depuis plus de 20 ans avec zéro sinistre à mon actif en tord mais au moins 5 sinistres que j'ai subi du fait de la non capacité de certains bateaux à savoir mouiller correctement.
Je n'apprécie pas le coté hautain de certains jeunes "skippers ? , moniteurs ? ," qui devraient être un modèle pour les passagers voire les élèves qu'ils transportent. Surtout quand en plus ils sont en faute, prenant les autres bateaux pour des moins que rien !!!
Donc SVP apprenez à vos encadrants la politesse, le savoir faire et peut etre un jour ils feront de bons marins que l'on a plaisir à cotoyer et non pas des marins imbus de leur personne croyant tout savoir .....jusqu'au jour ou la mer les remet à leur place.
Je m'adresse à votre association mais surtout à tous ces soient disants professionnels qui manquent de respect et pour qui un petit diplome leur permet de péter plus haut que leur gouvernail.
Signé, un amoureux de la mer juste un peu marin

L'équipage
02 jan. 2015
02 jan. 2015
0

celà c déroulé au mouillage de st anne en Martinique

03 jan. 2015
7

Le meme mail sans dérouler tout ton cv et ca aurait été parfait !

03 jan. 2015
7

c juste pour que les glénans sachent à qui ils ont à faire....et mon cv est loin d'etre complet (rires)

05 jan. 2015
0

Ulysse a Moanna j ai bien connu ce mouillage , j y venais régulièrement plonger, et je me rappelle a l époque une équipe style aventuriers des mers du sud ( look? forban) et genre " touche pas a mon mouillage" etc, pas trop la classe dans le coin, ni la courtoisie ce que j ai pu observer .......

02 jan. 2015
0

Bien vu ! Il y a quelques mois sur Minorque nous avons essuyez plusieurs coups de vent au mouillage de Fornell. Lors de l'un d'eux dépassant les 45nds nous avions demander à quelques bateaux de s'écarter de notre mouillage. Nous avions 45m de chaîne et n'avons pas bougé sur 4,5m deau. Certains venaient avec 3x la hauteur d'eau et ne comprenaient pas pourquoi ils derappaient...

02 jan. 2015
0

Je me souviens d'un de ces épisodes à Fornells le 9 juillet 2014 à 5 heures du matin avec un violent orage.
Nous étions mouillés avec 40m de chaîne dans 5 m d'eau et avons failli être percuté par un voilier dérapant comme un bolide devant nous.

Mais il faut dire aussi que par endroits à Fornells, les fonds passent brusquement de 4/5 mètres à 8/12 mètres ce qui peut surprendre les adeptes du mouillage syndical de 3 fois la profondeur (sans tenir compte du franc bord)

Au matin, la météo prévoyant de nouveau du vent fort un zodiac de la capitainerie a tourné dans le coin pour avertir les skippers de mouiller en conséquence.

Et pour en revenir aux observations de matelot@17317, ce comportement de certains skippers est hélas fréquent.

02 jan. 2015
0

hello
a fornells, j avais simplement ete pose la pioche sur le plage a gauche du hangar a bateaux (70 metres de chaine) nous avions encore le challenger
clair on a pas boge, le fun a ete quabd nous avons recupere le mouillage, un loca n y croyais pas lol
maintenant j ai 90 m sur le melody

02 jan. 2015
7

le mouillage syndical ca vaut rien, en general je mets tout (70m)des qu'il y a du vent fort quelque soit le fond...s'il y a la place sinon je cherche ailleur

02 jan. 2015
0

à fornelles le fond c'est une dalle de roche recouverte par 50CM de vase ,ça ne tient pas en cas de coup de vent il faut aller dans le fond ou serrer sur la gauche en direction du port
alain

02 jan. 2015
0

Bravo.
Mais........
Même avec le "petits marin", il faut avoir du respect...

02 jan. 2015
9

Bonne histoire mais est ce que ca fait avancer le schmilblick...
Personellement, je ne dis jamais rien avant que ca merde...je me dis que le mec d'a coté a ses raisons...et pis j'engage la conversation sur autre chose car s'il faut agir autant que ce soit avec des copains....

02 jan. 2015
3

et bien moi quand un coup de tabac est annoncé, je m'écarte du troupeau, donc seul dans un coin le long de la côte, et je lâche du mouillage généreusement, j'emmerde personne comme ça, mais il arrive quelques fois ou certain vienne ce mettre à côté dangereusement, poliment je leur signale ma longueur de chaine, le dernier en date , ma seulement dit que je n'était pas dans la normes des 3x fois. Et il mouilla avec un doigt d'honneur à la clé. Pas de bagarre, pas de grossièretés , juste un haut parleur sur le pont pour écouter la musique, et à la nuit tombante, sans bagarre, sans grossièretés ils ont levée l'ancre, et au passage c'est moi qui lui ai fait un gentil doigt, il a rejoint le troupeau distant d'environ 150m , en bateau comme dans la vie les comportement sont les même.

3

Pas nouveau, hélas.
Aurigny, 1979
Un arpège mouille sur la bouée ( anneau en galva très agressif) en se contentant de passer le bout en aller retour sans nœud.
Début de soirée le vent tourne brusquement Nord Est et force très vite ( dépression secondaire non prévue passant sur la Bretagne)
Son bâti de régulateur d'allure coiffe ma bouée et se bloque dessus, je l'aide à se dégager et lui conseille de mettre une chaîne.
Réponse : je suis moniteur pro plus bras d'honneur et quelques autres mots que je n'ai pas compris, j'étais jeune ...

Dans la nuit avec un vent montant jusqu'à 64 noeuds de N.E. Son amarre casse et le bateau est détruit au fond du port, l'équipage passant plusieurs heures dans les vagues à attendre que la mer baisse pour atteindre l'échelle, c'était à Pâques ! Eau bien froide.

Mais bon c'était pas sa faute, c'était un professionnel ...

P.s. Pour ceux qui ne connaissent pas Aurigny, c'est une rade ouverte au nord est.

02 jan. 2015
1

Avec 10 fois la hauteur l'eau, il n'y a plus grand monde dans les mouillages.

02 jan. 2015
0

Et c'est tant mieux !!!!
(sinon y'al camping!)

02 jan. 2015
0

... Le gars m'a dit ...

02 jan. 2015
5

en 1870, un de mes ancêtres à voulu mouiller 10 fois la hauteur d'eau aux mariannes…
une légende familliale dit qu'il sera de retour très vite…
enfin quand il aura fini de remonter la ligne de mouillage quoi…

:acheval: :acheval: :acheval:

02 jan. 2015
2

L'été dernier. Mouillage de la Badine. 5 à 6m d'eau. Sable partout. Je mouille 30 m de chaine à environ 40 m d'un super Maramu. Le gars ma dis: éloignez vous, j'ai mouillé 100 m de chaine!
Évidemment, je l'ai poliment rassuré sur le fait que je ne quitterai pas le bateau. Il râlait. Les 2 bateaux ne se sont jamais touchés.
Les "tout pour ma pomme!" commencent à pulluler (pas que sur l'eau, mais aussi).

10

c'est pas le diplome qui fait le marin,il y a des cons partout :-)

02 jan. 2015
0

Même sur l'eau, ça fait un sujet de conversation :topla:

02 jan. 2015
5

Bonsoir, ça c'est un bon post.
Il faut inventer le PDM (positionnement dynamique de mouillage).
Tu arrive dans la baie, tu appuies sur un bouton et tu pars à l'apéro.
L'électronique va gérer la crise. Propulseur de proue et de poupe avec couplage sur le moteur de propulsion secondaire électrique, tout cela commandé par l'ordinateur de bord relié au GPS.
Avantage énorme : plus besoin de s'enmer.er avec un ancre et une chaîne.
Bien sûr tout ce système obligatoire suivant l'article de la division 240-X-XX .
Bon vous avez tous compris je viens de finir l'apéro.
Sur la route c'est le même problème, mais quand un jeune me double et se rabat trop vite, je reste calme.
L'avantage avec la mer c'est qu'elle aime et protège ceux qui la respecte.
Jacques

02 jan. 2015
0

Et tu veux pas monter deux azipods à l'arrière plutôt? ^^

02 jan. 201502 jan. 2015
6

Pour mettre de la sécurité dans un mouillage, quand les voisins se sont mis trop près et ne veulent pas ou n'osent pas se replacer ou ajuster leur mouillage , je tire ma révérence et vais mouiller plus loin...

Un seul bateau se déplace et ce sont 4 ou 5 qui se retrouvent en sécurité:
c'est ça aussi la solidarité maritime.
Si j'avais pris ou fais le meilleur mouillage forain du coin, je n'en suis plus à un mouillage près surtout quand il s'agit d'une sécurité collective...

Heureusement qu'il y a encore des quelques rares associations pour que les débutants puissent observer, apprendre et acquérir de l'expérience (ce n'est malheureusement pas le cas de beaucoup de ceux qui se sont payés-avec des sous- un bateau et qui se considèrent en savoir suffisamment pour naviguer)

Naviguant depuis plus de 50 ans, et professionnel de la plaisance, j'en apprends tous les jours et vous?

Avoir 70 m de mouillage par des fonds de 4.5 mètres, çà se discute, par rapport à l'encombrement du mouillage, à la taille des bateaux, aux dimensions de l'ancre et de la chaine, à la nature des fonds, à la météo, direction et force du vent, à l'état du plan d'eau, abrité , clapot, houle, à la durée de l'arrêt, à la présence ou non de l'équipage à bord, à l'environnement global , abri, courant, traffic etc

merci de pardonner de n'avoir pas pris en compte comme il se doit, la baignade, l'annexe et tous ses à-cotés, les bains de soleil de l'équipage, la cuisine, ses pluches et ses odeurs, la vaisselle, la vidange, les toilettes et douches, les essais moteurs, la vidange des cales, le séchoir à serviettes ou l'étandage du linge....

Arrivant dans un mouillage dans une ile grèque du nord de la mer Egée, je mouille à 100 mètres d'un voilier suisse (nous sommes seuls au mouillage)

Une heure plus tard, je me fais agonir parce que j'ai mal mouillé et que nos bateaux risque de se toucher§

Explication: un fort coup de vent (que nous avions pris dans un autre mouillage bien abrtité) avait entraîner ce "brave" suisse à affoucher et il venait de relever l'un des ses deux mouillages très longs et il se retrouvait sur notre bateau et pour cause, il relevait le mauvais mouillage à mon sens, c'est à dire celui qui travaillait.
Quel est votre point de vue sur cette question?

03 jan. 201503 jan. 2015
4

"Avoir 70 m de mouillage par des fonds de 4.5 mètres, çà se discute"
Une parole sensée... Un marin mouille ce qu'il faut, ni plus ni moins (et c'est ça le problème). Comme d'autres l'ont dit, mouiller trop long prive les autres de la place nécessaire. Et puis penser que la longueur de la chaîne peut remplacer une bonne ancre moderne avec une longueur de câblot pour éviter les chocs (Spade, Rocna, Manson etc... pas les CQR, Delta, Fob etc.. du passé), ce n'est pas faire preuve de compétence...

03 jan. 2015
0

affourcher ne sert pas à grand chose, sinon la courtoisie est de plus en plus rare dans les mouillages, hélas.

03 jan. 2015
6

Chaque année, les cons sont de plus en plus nombreux, mais j'ai l'impression que ceux de l'année prochaine sont déjà là...

03 jan. 2015
3

Mes préférés, ce sont ceux qui font tourner leur moteur pour recharger les batteries à 9 heures du soir une fois que tout est ré devenu calme et bien sur juste à ton vent pendant que tu es à l apero....

03 jan. 2015
1

moi je fais tourner le compresseur de plongée: un bordel !!!! mais j'ai honte... :oups:

03 jan. 2015
0

c'est pour les glaçons de l'apéro des fauchées, tout le monde na pas la place pour avoir des panneaux solaire!!!!

06 jan. 2015
0

certain fauché comme tu le dit navigue sur des sun odyssey 379 flambant neuf

03 jan. 2015
29

Je constate que sur H&O, y a que des pros. Du mouillage, de la navigation par gros temps, de la courtoisie, du sens marin et j en passe. Je suis pas peu fier d etre de la meme communauté!
Sauf qu'il m est arrivé de faire des erreurs.... Me donnez-vous l absolution?
:heu:

03 jan. 2015
0

Dommage que sur ce forum l'humilité légendaire du marin ai coulée il y ai fort longtemps :heu:

03 jan. 2015
0

on a tous un petit peu de bon sens marin!

ce que l'on peut regretter c'est de ne pouvoir former un équipage qui regrouperait les parts de vérité de chacun!

Plutôt que de dire que l'humilité ait coulée, contentons du "Méa Coule pas" quand la brillante manoeuvre c'est transformée en catastrophe...

03 jan. 2015
0

Amen :jelaferme:

03 jan. 201503 jan. 2015
16

L'ordre d'arrivée sur le mouillage est normalement ce qui doit régler l'ordre des manoeuvres de dégagement quand ça tourne mal.
Mais lorsque les premiers arrivés mouillent avec des longueurs excessives rapportées aux conditions meteo prévues, ils s'approprient abusivement un espace qui pourrait être utile aux autres.
Il me parait donc courtois de raccourcir sa ligne au fur et à mesure que le mouillage s'encombre et si les conditions météo le permettent.
C'est un peu le même comportement que ceux qui occupent en se garant mal deux places de parking au lieu d'une.

03 jan. 2015
0

Tiens encore une allusion au port-parking! ce sera beaucoup plus compréhensible du plus grand nombre.

03 jan. 2015
0

bien sur y'a que des pro on va pas raconter les fois ou on a eu la honte...c'est pas commercial...

03 jan. 2015
0

oh il n'y a lieu de s'offusquer , c'est ainsi partout en tout lieu et en toute circonstance ... pas plus au mouillage qu'ailleurs

03 jan. 2015
0

Déjà mouillé depuis la veille sans avoir dérapé malgré un peu de vent, un voilier un peu plus long que le mien mouille sa pioche à peu peu près au même niveau que la mienne. Il recule et s'arrête à 15 m du mien. Je lui indique qu'il y a un risque de collision.
Il ignore mes propos et s'installe pour déjeuner en famille.
Je lache 10 m de mouillage et met ostensiblement des pare battages à poste. Lui, il regarde et ne fait rien.
Ca n'a pas loupé, il a dérapé. Les pare battages ont amorti le choc. Son balcon arrière a touché le mien.
Plutôt que de d'avancer doucement, remonter son mouillage tranquillement, il a paniqué, embrayé à fond, frotté son safran dans ma chaîne, remonté son mouillage en catastrophe.
Et est parti re-mouillé à 500m.
Plusieurs années après j'ai toujours des marques de son antifouling sur le safran.
Je pense que le prochaine fois, je relèverai ma pioche ce qui le conduira à se déplacer vu que ma chaîne passait juste en dessous de son yacht ...
La prochaine fois, je fais des photos et un film ...
Un bon truc : marquer sur le traceur la position lorsque l'ancre est mouillée, puis celle lorsque le mouillage est en tension. Après on surveille le traceur.

03 jan. 2015
1

et la Bouée de mouillage personne ne sent sert pour signaler sont ancre? une sacré indication pour ceux qui arrive

03 jan. 2015
4

Oui CAPTEN la bouée d'orin signal l'ancre,perso j'ai renoncé a la mettre les bateaux de jour la prenne pour un corps mort !!!!!

03 jan. 2015
0

Dans mon cas, à Paulilles, un indélicat est simplement parti en emmenant la bouée, pendant que nous étions à l'intérieur.
Et cela a failli m'arriver une 2ème fois à Port Cros; cette fois c'était un bateau de promenade qui l'avait crochée et la tirait pour la récupérer. Mais cette fois j'étais dehors et ai pu conserver mon bien.

03 jan. 2015
0

tu n'es pas le seul à qui s'est arrivé.

et en plus si le vent tourne, et les bateaux évitent, les safrans , quilles et hélices et compagnies sont ravis de te la choper!

03 jan. 2015
0

cela met arrivé une fois à la badine, ceci dit je la sort rarement
André

03 jan. 2015
2

moi c'est pareil, pour que je sorte la badine faut vraiment que je sois énervé :mdr:

05 jan. 2015
0

andré
ça n'a rien à voir avec la navigation c'est du badinage ....
alain

03 jan. 2015
3

Je me souviens de mes premiers mouillages sur la Costa Brava dans les années 70.

On arrivait dans des calanques idylliques, 1 ou 2 bateaux maxi, Ils vous interpellaient pour vous conseiller sur le mouillage "mouillez plutôt là, c'est de meilleure tenue et si la Tram se lève vous serez mieux abrité! Et quand vous aurez fini venez à bord boire le café (ou l'apéro)"

Que c'est loin tout ça !

03 jan. 201503 jan. 2015
0

Il y a un fait que beaucoup de plaisanciers ignorent...
Question: vaut-il mieux mouiller dans 10 m d'eau avec 36 m de chaîne de 10 (scope = rapport 3,6) ou dans 5 m d'eau avec 25 m de chaîne de 10 (rapport 5) ?
L'intuition dit 25 m dans 5 m d'eau !
Le calcul dit: il faut la même force pour lever entièrement la chaîne (117 kg), et de même pour 45 m dans 15 m d'eau (rapport 3) !!!

Pour les 'petits' bateaux
48 m de chaîne de 8 dans 10 m d'eau (rapport 4,8) , ça tient aussi bien que 30 m dans 4 m d'eau (rapport 7,5) (139 kg), et ça ouvre beaucoup de possibilités.... (27 kg de plus entre 30 m et 48 m de chaîne de 8)
Bon, c'est plus difficile à relever, car il y aura 10 m de chaîne (15 kg) + le poids de l'ancre...
Les océanographes le disent depuis longtemps: plus on mouille profond, plus le scope peut être réduit.
Je pratique en n'hésitant pas à mouiller profond avec un scope réduit, loin de la foule qui persiste à chercher la hauteur d'eau minimale...

03 jan. 2015
0

Heureusement que la plupart des plaisanciers ignorent ce "fait", car c'est archi faux.

Ca représente le même nombre de kg dans les deux cas, mais ce n'est pas le poids seul qui fait tenir le mouillage. Sinon, des ancre léger en alu ne tiendraient pas et les 'ricains et canadiens, qui mouillent presque que avec du câblot seraient tous en train de chasser...

C'est surtout l'angle de tir, définit par le rapport entre la longueur de chaine et le profondeur plus franc bord qui est beaucoup plus déterminant que le poids.

Mais ce sujet a été débattu sur ce forum et sur d'autres des centaines de fois. Il existe d'excellents livres sur le mouillage, comme celui d'Alain Poiraud. www.amazon.fr[...]4423462

Ce petit tableau démontre les forces en jeu lorsque le vent monte. Pour un voilier de 10m65 et 42 noeuds de vent, on parle de 818kg, sans parler des effets essuies glaces et des vagues. Test 139kg de mouillage "ne font pas le poids"...
stephane.demerliac.free.fr[...]ere.htm

05 jan. 2015
0

La force de traction horizontale n'est pas la seule qui fait chasser un ancre. La traction verticale déloge l'ancre et la fait chasser.

Plus l'angle approche de 90 degrés par rapport au fond, plus l'ancre tend à lever et à sortir du sable. Ce phénomène est fortement accentué par le clapôt.

C'est pourquoi il faut un rapport maximum entre longueur de mouillage et hauteur d'eau en cas de conditions extremes.

Ceux qui laissent des rapports de 3:1 ou 4:1 peuvent chasser en cas de fort vent et clapôt. J'ai plusieurs videos de ceux qui croyaient qu'ils avaient mis assez de chaine... alors qu'ils traversaient le mouillage à 2-3 noeuds en chassant.

05 jan. 201516 juin 2020
2

Un fichier tableur pour ce type de calcul, en version .xls pour Excel et .ods pour Open / Libre Office...


05 jan. 2015
0

"J'aurais donc tendance à penser (hors calcul) qu'il augmente la force horizontale nécessaire pour lever la chaine.".
Oui: Excellente remarque: Le calcul exact exige de déterminer l'angle du câblot à l'extrémité de la chaîne pour savoir de quelle hauteur la chaîne est 'descendue' lorsque on large du câblot. Je vais tâcher de reprendre les équations pour calculer cela...

Pour l'Anchor Buddy, je ne retrouve plus la vieille démonstration sur un forum américain (PC changé depuis longtemps). La réponse complète était: Si on augmente le poids, l'optimum est de le répartir tout au long de la chaîne (= augmenter le poids de la chaîne), sinon le placer vers l'ancre car c'est là qu'il est le plus difficile à 'lever', la tension de la chaîne étant la plus horizontale (et donc la composante verticale la plus faible').

Mais le rôle essentiel du câblot (par son élasticité) est de réduire les chocs sur l'ancre qui l'arrache du fond.
Un exemple (Pratical Sailor)
On a mesuré un choc de 635 kg dans un vent de 23 N sur un catamaran de 38 pieds (6 tonnes) dans 5 m d'eau avec un rapport (scope) tout chaîne (8 mm) un peu inférieur à 3. Le test s'est arrêté, on comprend pourquoi.

Dans l'image, voici les forces enregistrées pour un scope de 4,3: on voit que les valeurs de la formule de Knox (F2) sont dépassées dès 20 N d'un facteur 2.
Notez que la hauteur d'eau est faible, et qu'un scope de 4,3 correspond à seulement 22 m de chaîne. Il est clair que ce cata subissait une force supérieure à la valeur de la force horizontale, donc la chaîne se tendait brutalement.

05 jan. 2015
0

OK, c'est intéressant de penser que si l'on mouille plus profond, genre 10m, on n'a pas besoin d'autant de rapport.

Par contre, dans ton exemple on peut supposer que les gens mouillent avec un vent de terre et non pas un vent de mer. Dans ce cas, Ducon ne sera pas si con que le Malin ça car il aura moins de clapôt, étant (en principe) plus proche de la rive.

Personnellement, j'ai bien l'expression "trop fort n'a jamais manqué".

Donc dans 10m, 60m-70m de chaine et câblot, s'il risque de souffler.

05 jan. 2015
0

Pytheas tout celà n'est qu'hypothese d'ecole pour demonter ce que l'on veut demontrer

on peut aussi prendre le contre pieds

Jean Decon a un PTE il est donc seul mouillé pret de la plage il va donc pouvoir allongé sa chaine .. mais il n' aura pas besoin de le faire car etant pret de la cote il ne sentira pas le vent se levé car avant de mouiller à cet endroit il aura regardé la meteo biensur .

Par contre Jean Malin est entouré de bateaux ayant les GTE ne pourra pas allongé sa chaine et en plus il va prendre tout le vent et le clapot ..il n'a plus qu'une solution .. partir de là ..

05 jan. 2015
0

biensur ..

c'est la periode des vagues qui compte , mais qui compte soit pour amplifier le roulis du bateau ou soit pour le diminuer tout dependera de la periode de roulis du bateau lui-m^me ...Si la periode de la vague s'ajoute a celle du bateau ça va s'additionné , mais elle peut aussi etre decaler . Dans ce cas il y deux acteurs la vague et le bateau et ça peut etre tres dangereux voir invivable à bord

05 jan. 2015
3

Ducon est un pauvre plaisancier moyen: avec un petit bateau de 9 mètres, 30 m de chaine et un guindeau manuel (ou pas de guindeau).
(et si seulement 30 m de chaine ce n'est pas à cause du prix de la chaine mais du poids sur l'avant

Malin est riche avec son bateau de XXmètres, 50 m de chaine et un guindeau electrique.

SuperMalin a un dériveur intégral: il va se planquer à l'échouage au fond de la rivière ou dans l'arrière-port.

06 jan. 2015
0

Pour participer utilement à une discussion, il est recommandé de lire complètement ce qui est écrit.
Jean Ducon mouille dans 3,6 m d'eau AVEC UN RAPPORT (scope) DE 4,2. Et je dis pourquoi... J'accepterai sans problème une réfutation argumentée, j'apprécie moins les procès d'intention.
Citer une partie seulement d'une phrase permet peut-être de faire une carrière politique, mais pas de participer utilement à une discussion sur un forum de plaisanciers honnêtes (qui peuvent avoir tort, et le reconnaître).
je n'ai pas honte de tenter une approche 'scientifique' (c'est un bien grand mot)
car ce type d'arguments peut être réfuté, contesté, à l'inverse du gros bon sens populaire (la terre est plate), des idées reçus (la bombe atomique dérègle le climat), de la simple répétition des traditions (donner du vin à un enfant jeune va le fortifier...) etc...

06 jan. 2015
2

Merci de cette contribution techniquement fondamentale au débat...

0

le poids de la chaine quand elle se tends est le meme qu'il y ait douze metres de fond ou quatre metres a longueur de chaine egale bien entendu,par contre l'angle de tire est plus fermée ce qui est bon pour la penetration de l'ancre donc je maintient que c'est mr ducon qui mouille plus profond ,en precisant bien entendu qu'on ait le choix

0

oui d'accord!mais imaginons que le vent devienne tres fort et que la chaine soit tendue en permanence plus l'angle sera ouvert plus la force d'arrachage sera importante, il n'y aura plus l'effet de corde du au poids de la chaine(j'ai lu la theorie des cordes dans l'article de mr fraysse :-)

0

oui excuse j'ai confondu avec un nom approchant ,je vais le rechercher :-)

07 jan. 2015
0

Raisonner uniquement en terme d'angle et de profondeur me semble simpliste. C'est ignorer le fonctionnement dynamique de l'ancre.

Une ancre, ce n'est pas un caillou. Elle est faite pour s'enterrer quand on tire correctement dessus, et pour sortir quand on tire verticalement dessus.

J'ai toujours mouillé dans moins de 5 metres d'eau, j'ai toujours mouillé un même dispositif, une ancre de 12 kg, 10 m de chaine de 8 et 7 m de pate d'oie. Ca fait juste 27 ans que cela dure.

J'ai eu des problèmes quand ma Britanny s'est usée. Elle n'accrochait plus, même dans 1 m d'eau. Il fallait que je la plante à la main et alors elle tenait. Tout était pareil, l'ancre, son poids, la chaine, la ligne, la profondeur, l'angle de tire. Posée, elle dérapait, plantée, elle tenait.

Je l'ai remplacé par une Kobra II, et je n'ai plus eu de souci. J'ai tenu plusieurs fois dans plus de 30 nds de vent. Une fois en particulier à Macinnagio, dans 5 m d'eau, toute une nuit. Et ceux qui connaissent le coin savent la violence des rafales.

Alors je calme un peu la théorie. Le bon mouillage, c'est celui qui marche avec ton bateau et ta pratique.

Jacques

07 jan. 201516 juin 2020
0

@ JeanlittleWing
Ne pas être d'accord avec ces calculs, c'est comme passer sur un pont limité à 10 tonnes avec un 20 tonnes, et dire que les ingénieurs sont des incapables car le pont ne s'est pas écroulé. Non, ils ont pris une marge de sécurité pour pouvoir dire: jusqu'à 10 t, nous sommes SÛRS que le pont va tenir... Au delà, ce n'est pas sûr, mais c'est bien possible qu'il résiste...
Où est le facteur de sécurité dans le calcul ?. Dans l'hypothèse que la traction verticale exercée par la chaîne doit être au plus égal au poids de l'ancre. Pour une ancre bien enfouie dans le sable, c'est négliger la résistance qu'oppose le sable au décrochage vers le haut de l'ancre. On prend le pire des cas: le sable ne contribue pas...
@ Pierre 2
Tout à fait d'accord. Une mauvaise ancre, ou pas crochée, va déraper avant que la force calculée soit atteinte. Les bonnes ancres ont une efficacité de 20 ou plus (1 kg d'ancre peut retenir 20 kg de traction ou plus).
Voici un exemple de valeurs d'efficacité

Et bien sûr comme tu le dis, "donner de bonne conditions" consiste à faire jouer au maximum la contribution de la chaîne et le cablot, afin de minimiser le rôle de l'ancre, mais qui reste essentiel...
Pour être clair, je suis sûr qu'une ancre de 10 kg enfuie totalement dans le sable
et reliée au bateau par un simple câblot de 10 mm peut tenir un bateau de 10 t dans une tempête.Tout repose sur l'ancre. Mais on ne peut pas compter sur ce type d'enfouissement avec certitude.

06 jan. 2015
0

Lorsque je mouille à la Badine, ou à Pollensa, c'est souvent dans 3 à 4 mètres d'eau. Je file systématiquement au minimum 25 mètres de chaîne (10 mm), ce qui fait 5 à 6 fois profondeur + franc-bord.

En revanche dans 8 à 9 mètres d'eau, je mouille mes 40 m de chaine, ce qui ne fait plus que un peu plus de 4 fois profondeur + franc-bord.

Si du très gros temps est prévu, je rallonge alors avec mon câblot jusqu'à 6/7 fois profondeur + franc-bord

Cela doit se rapprocher des calculs de Phytheas54...

Avec mon ancre de 16 kg, (Kobra) Je n'ai JAMAIS dérapé...même par 40/45 nœuds de mistral-tramontane. Mais j'ai hélas récupéré plusieurs fois des bateaux dans ma chaîne ou accroché à ma coque.....
Dans ce cas, il vaut mieux ne pas s'énerver, ça n'améliore pas les manœuvres du fautif.

07 jan. 2015
0

Lorsque je mouille, je cherche toujours à me mettre suffisamment loin sur l'arrière des autres bateaux afin qu'à l'évitage, même s'ils ont mouillés court, je ne risque pas de les gêner.
Il est évident que dans un mouillage très encombré, je ne peux pas toujours me permettre de filer 5/6 fois la profondeur. Mais souvent les dits mouillages où 95 % des bateaux à moteur présents se sont installés que pour la journée; le soir venu l'endroit est plus calme et on peut sans crainte rallonger la toué, sans crainte de gêner les autres.

03 jan. 201516 juin 2020
1

"Heureusement que la plupart des plaisanciers ignorent ce "fait", car c'est archi faux. "
Ben non, l'équation de la chaînette est connue depuis le XVIIIe siècle...
Je parle bien de la force HORIZONTALE pour décoller une chaîne du fond avec un angle 0° sur l'ancre (chaîne tangente au fond) et non du poids.

Le fameux tableau qui traine partout est HEUREUSEMENT faux (c'est un tableau de l'ABYC américain pour le dimensionnement du matériel, avec un facteur de sécurité de 2 à 4 !)
C'est dans ce blog (le 5ème de la série)
pytheas.heoblog.com[...]dex.php
et puis je te livre un scoop:


Selon les travaux de Knox, la force maximale F exercée par le vent et le clapot associé est voisine de
F (kg) = 1/500 * (longueur)^2 * (vitesse du vent)^2
longueur en m; vitesse du vent en noeuds; ^2 : élévation au carré
Pour une bateau de 9 m par exemple, on obtient
Vent (N) L = 9 m
5 4 kg
10 16
15 36
20 65
25 101
30 146

Pour le vent seul (sans le clapot)
la formule est
F (kg) = 1/1250 * (longueur)^2 * (vitesse du vent)^2
V 9 m
5 2 kg
10 6
15 15
20 26
25 41
30 58
35 79
40 104

Donc pour un 10,65 à 42 N, le vent seul contribue 160 kg, et avec le clapot associé un maximum de 400 kg...

Et comme personne en France ne connait ses travaux, voici une source (tiré de PBO). PS J'ai lu et médité toute la série d'articles qu'il a écrit et j'ai comparé aux autres rares valeurs expérimentales (comme ici, à des données de Pratical Sailor (revue américain) (F1 vent seul, F2 vent + clapot)

Voici la page de titre de mon exemplaire du Poiraud (la version anglaise est moins chère)


05 jan. 201505 jan. 2015
0

D'excellentes remarques.
MAIS regardons les chiffres de plus près (en l'absence d'abord de clapot)
Jean Ducon, plaisancier très moyen, est content de mouiller dans très peu d'eau (3,6 m) avec un rapport (scope) de 4,2 et sa grosse chaîne de 10. Il est tranquille car il a entendu dire qu'il fallait un rapport de plus de 3. Il a sorti combien de chaîne ? 15 m. Il ne peut pas larguer beaucoup plus, car comme tout le monde tente de venir près de la plage où il y a peu de fond, il ne reste pas beaucoup de place. La force maximale pour décoller la chaîne du fond est de 58 kg.
Jean Malin, plaisancier plus réfléchi, décide de mouiller dans DOUZE (12) m de fond avec le même scope de 4,2. Il y a peu de monde autour de lui à cette profondeur. Il a sorti tous ses 50 m de chaîne de 10. La force maximale pour décoller la chaîne du fond est de 195 kg, 3,3 fois plus que dans le cas de Jean Ducon.
Le vent monte. Jean Ducon va déraper bien plus tôt que Jean Malin car sa chaîne va vite être tendue et tirer fortement sur l'ancre...
Pour avoir la même sécurité que Jean Malin, il aurait dû mouiller 27 m de chaîne, un rapport de 7,5 !!!! Mais il n'a pas forcément la place pour le faire.

Conclusion: Il ne suffit pas de parler de rapport (scope), il faut aussi tenir compte de la longueur de chaîne sortie.
Donc, un faible rapport (4 par exemple) est DANGEREUX dans UNE FAIBLE HAUTEUR D'EAU car la longueur de chaîne sortie est trop faible.
PS1 avec une chaîne de 8, les valeurs sont 37 kg et 124 kg, toujours 3,3 fois plus. Et toujours 27 m de chaîne pour avoir la même sécurité.

Le vent est monté et le clapot est là. Seule parade, filer du câblot pour atténuer les chocs. Comment va faire Jean Ducon, qui est coincé entre les bateaux ? Jean Malin, plus au large, dans une zone moins encombrée, aura bien plus de chance de pouvoir le faire.

Je crois que ces chiffres méritent réflexion, et que mouiller AVEC UN RAPPORT FAIBLE (genre 4) n'est PAS FORCEMENT DANGEREUX dans une FORTE HAUTEUR d'EAU, car la longueur de chaîne sortie est forte.

PS2 C'est l'océanographe et plaisancier américain Van Dorn, dans un bouquin de 1974 'Oceanography and Seamanship' (500 pages !, 2ème édition en 1993) a pour la première fois (je crois) tenté d'attirer l'attention des plaisanciers sur ces faits simples. Il s'était occupé des problème de mouillage pour la marine US pendant des années. Mais son étude scientifique sur le rôle capital du câblot dans l'amortissement des chocs dus au clapot est trop complexe pour être comprise par le plaisancier moyen. Elle a d'ailleurs disparue de la 2ème édition. Mais sa conclusion demeure: Quand le clapot monte, sortir toute la chaîne et autant de câblot reste la meilleure chance...

PS3 Je vais 'rendre lisible' le tableur que j'utilise pour calculer ces chiffres, et le poster ici...

05 jan. 2015
0

Merci pour ce tableur,

Je vais y ajouter la formule de la force maximale F exercée par le vent et le clapot associé.

Question: quand on a un mouillage mixte: chaine + câblot en nylon que devient le calcul?
Sachant que le poids du câblot est négligeable mais qu'il peut permettre à la chaine de rester à plat. j'aurais donc tendance à penser (hors calcul) qu'il augmente la force horizontale nécessaire pour lever la chaine.

Dans ce cas toute longueur de câblot supérieure à celle nécessaire( élasticité comprise) pour relier l'ancre à plat est elle superflue ?

Enfin dans ma question précédente j'aurais empiriquement placé ce poids (anchor buddy ou autre) le plus éloigné possible de l'ancre, pour justement garder le maximum de chaine à plat, et donc de force de traction... une sorte d'empennelage long et élastique. Non?

06 jan. 2015
0

Pour l'Anchor Buddy (= kellet), Alain Fraysse a donné la démonstration
alain.fraysse.free.fr[...]mix.htm
L'accroissement de la force horizontale est (approximativement) égal au poids de l'A.B multiplié par le rapport (distance de l'AB au davier) / (hauteur davier-fond)
Le gain optimal est donc obtenu en mettant le poids près de l'ancre (= la plus grande distance possible entre l'AB et le davier)
"the best improvement is obtained by putting the kellet near the anchor"

05 jan. 201516 juin 2020
0

Merci Dulcinea d'avoir pris le temps de lire ce que j'ai écris.
Tu as raison avec la hauteur du clapot avec un vent de terre.
Mais (il y a toujours un mais en science ;-) ) ce qui compte, c'est moins la hauteur du clapot que la distance entre les crêtes des vagues (la longueur d'onde, donc la période (c'est lié) = la durée de répétition du passage des crêtes).
Si la période des vagues est la même que la période de tangage du bateau (2,5 à 3,5 s selon la longueur, en gros), il y aura phénomène de résonance et le bateau va faire des plongeons
J'ai essayé de quantifier tout cela, mais il est difficile de calculer la période de tangage d'un bateau (sauf à avoir les plans d'architecte et le logiciel kivabien)
et la prévision de la période des vagues en fonction du fetch (distance avec la côte) n'est pas très précise non plus.
Il n'est cependant pas sûr que la situation soit pire du point de le période plus au large que près du bord. Un bon sujet de thèse, mi expérimental, mi théorique !
J'ai collecté sur internet des vues de bateaux au mouillage dans le clapot pour faire des estimations. C'est impressionnant, mais pas facile de réduire ça à des formules...
On voit bien que la hauteur du clapot n'est pas énorme...

"Donc dans 10m, 60m-70m de chaine et câblot, s'il risque de souffler."
Perso, pour un 11 m j'ai 50 m de chaîne de 10 et 50 m de câblot de 18 (je crois !) et il m'est arrivé de mouillé dans 13 m d'eau (à marée haute) avec 40 m de chaîne dans des rafales de 35 N et un courant de 2N (seul refuge proche en Irlande avec un force 8 annoncé, et un mouillage assez plein avec de grosses vedettes, à Youghall). Ma Rocna a tenu.

05 jan. 2015
0

A mon avis le premier qui va se tirer, ce sera un troisième larron qui n'aime pas les mouillages encombrés, surtout quand le vent commence à monter ... celui-là c'est Jean Némar

05 jan. 201505 jan. 2015
0

@ Calypso2
Je ne démontre rien, je présente des chiffres qui devraient faire réfléchir...
Je n'ai jamais dit qu'il FALLAIT mouiller dans une grande hauteur d'eau, mais que ce n'est pas FORCEMENT une mauvaise idée...
Allez, un PTE c'est quoi, 1 m ? et un grand 2 m ?
J'ai vu beaucoup de gros bateau avec sans doute un grand tirant d'eau essayer de se mettre dans 4 à 5 m d'eau. Je ne connais pas beaucoup de bateaux, petits ou gros, qui mouillent dans 12 m d'eau.
Pour la force du clapot, voir ma réponse à Dulcinéa.
PS Au mouillage de Porz Ler (NE de Houat), j'ai vu mon bateau rouler de 45° au passage de vaguelettes de 10 à 20 cm de haut provoquées par le passage au loin du Dravanteg qui assure la laision Houat-Continent (Port Maria).
J'ai vu un pauvre anglais subir la même punition pendant des heures à Angra aux Açores par vent faible. Les petites vaguelettes avaient la même période que la période du roulis des son assez gros bateau. Toutes les 30 s environ, il roulait de 30-40°, alors que d'autres bateaux ne bougeaient presque pas...
C'est plus la période des vagues qui compte que la hauteur...

05 jan. 2015
0

Alors il n'y a aucun problème...Le monde est bien fait...

0

ben je suis ravis d'apprendre que ceux qui mouillent dans moins de trois metres d'eau sont des cons ,je vois qui il y a de sacrés scientifiques sur ce site ,ah!! au fait l'angle de tire ça vous dis quelque chose ? (plus on est proche de l'horizontale plus l'ancre s'enfonce )

0

je te laisse dans ton monde de certitude et de suffisance :-)

0

tu as raison on va pas se disputer c'est improductif :-)

06 jan. 201506 jan. 2015
0

@Pierre2
Ca, ce sont des question intéressantes mais difficiles
Essayons d'y voir clair
Jean stoppe son bateau et jette son ancre de 10 kg dans 4 mètres et file 16 m de chaîne de 8. Il y a donc 12 m de chaîne sur le fond et 4 qui pendent à l'étrave si le bateau ne bouge pas.
La résistance d'une chaîne trainée sur le fond est environ égale à son poids dans eau (1,26 kg par mètre).
La résistance de l'ancre juste posée sur le fond est voisine de la moitié de son poids dans l'eau (8,8 / 2 = 4,4 kg).
Supposons que le bateau recule doucement exerçant une force de (par exemple) de 10 kg sur la chaîne. La chaîne va s'incurver et se lever sur 5 m des 12 m qui sont au fond (au total 4 m pendues + 5 = 9 m) (on fait ce calcul avec mon tableur) et il ne restera donc que 7 m sur le fond. La résistance (reste de chaîne) + ancre est alors de 71,26 + 4,4 kg = 13,2 kg. Rien ne bouge.
Si le bateau applique 13 kg, 6 m vont se lever du fond (au total 6 + 4 = 10 m levés) et il restera 6 m sur le fond, une résistance (reste de chaîne + ancre) de 6
1,26 + 4,4 = 12 kg. Donc la force appliquée par le bateau est supérieure à la résistance de la chaîne + ancre, et l'ancre va commencer à glisser doucement sur le fond. Angle de tire ? 0°, car il reste de la chaîne au fond.
On comprend qu'il est inutile de reculer à fond les manettes pour commencer à faire glisser l'ancre afin de l'enfoncer !
Dès que l'ancre a commencé à crocher, elle exerce une plus forte résistance et il faut augmenter la force appliquée par le bateau pour continuer à l'enfoncer. Toute la chaîne va se lever lorsque la force atteindra 38 kg. Entre 13 et 38 kg, l'angle de tire restera 0° car toute la chaîne n'est pas levée. Les pattes de l'ancre seront déjà bien enfoncées. Au delà de 38 kg, la chaîne sera tendue, mais l'angle à l'ancre ne sera PAS celui qu'on calcule en considérant une triangle de 16 m d'hypoténuse et de 4 m de petit côté (14, 6°) car la chaîne est toujours incurvée. Il existe une formule pour calculer cet angle réel (travaux de Fraysse), plus petit que 14,6°
J'ai été long, mais j'espère avoir été clair...
En résumé: Le rapport (scope) n'est pas un paramètre très important quand on regarde la manière dont l'ancre croche. Pour des forces assez importantes, l'angle de tire est 0° ou proche de zéro quel que soit le scope...

07 jan. 201507 jan. 2015
0

Excellente question, Pierre2 !!!
Bon est déjà d'accord sur deux points:
1 - Il est stupide de mouiller avec un rapport faible (Disons 3 ou 4) dans une faible hauteur d'eau (disons 3 m), car on n'utilise qu'une longueur ridicule de chaîne (9 ou 12 m)
2 - Même avec un scope faible (3 ou 4), il n'y a pas d'inquiétude à avoir pour le crochage de l'ancre. La chaîne va rester horizontale même avec une forte traction
Reste le problème du vent qui monte quand on veut mouiller à une grande profondeur. regardons ça de près
Jean a un 'petit' bateau de 8m, une bonne ancre de 10 kg, mais seulement 25 m de chaîne de 8, car sinon c'est trop lourd sur l'avant, et il n'a pas de guindeau.
1 - Un mardi, il va mouiller dans son coin favori. Personne. Il peut donc mouiller dans 3 m d'eau. Il sait qu'il faut sortir toute la chaîne (25 m). Le scope est confortable: 8,3 !
La chaîne va se lever entièrement pour une force de 130 kg. Est-ce la maximum pour la sécurité ? Non. Le mouillage sera sûr tant que la force verticale (vers le haut) exercée par le mouillage sera inférieure au poids de l'ancre. Une formule de Fraysse indique que la force verticale sur l'ancre sera égale au poids de l'ancre pour un angle de la chaîne de 2,7° par rapport au fond, ce qui correspond à une force sur l'ancre de 213 kg.
Maintenant, grâce à la formule de Knox pour le vent ET LE CLAPOT, on calcule que cela correspond pour un bateau de cette taille à des rafales de 41 N !!!!
Confortable !!! (et avec une BONNE ancre (pas une CQR ou une Fob etc..), mais une Spade, une Rocna etc...l'ancre va bien tenir 21 fois son poids)

2 - le WE suivant, Jean revient au même endroit. Mais le mouillage est plein. Il n'y a plus de place, sauf dans 8 m d'eau (un scope de seulement 3,1).
La chaîne va se lever avec une force de 44kg. La force verticale est égale au poids de l'ancre pour un angle de 7,7°, soit une force de 75 kg. Cela correspond à des rafales de 24 N seulement. C'est trop juste, pense Jean, je peux pas prendre ce risque, je dois rentrer au port !
MAIS Jean n'a pas pensé qu'il pouvait utiliser une longueur de câblot en plus de la chaîne (c'est pas trop cher, et ça ne pèse pas trop lourd).
Une formule de Fraysse indique que s'il utilise 21 m de câblot, l'extrémité de la chaîne sera à 5 m sous la surface, donc à 3 m du fond, avec la même forme que le mardi, donc avec la même résistance.
Jean peut maintenant affronter le même mauvais temps, et sauve son week-end. Mais il râle (il est français) car il va falloir ramer beaucoup plus avec l'annexe pour aller prendre une mousse au village le soir!

Voici AMHA ce qu'un bon manuel de navigation devrait enseigner (avec le tableur kivabien).

PS Fraysse a fait une petite erreur dans son commentaire de la dernière formule utilisée (je traduis)
"Par exemple, si un mouillage tout chaîne de 25 m permet une hauteur de 5 m (d'eau), le fait d'ajouter 12 m de câblot nylon permet de gagner une hauteur de 10 m supplémentaire"
Il faut lire "5 m" supplémentaire, pour une hauteur d'eau totale de 10 m.
J'ai fais le calcul complet de cette situation à partir des équations fondamentales (calcul de l'angle de la chaîne au davier): la formule de Fraysse est correcte, c'est juste le commentaire qui est faux...

07 jan. 2015
1

la théorie des cordes c'est plutôt Stephen Hawking :mdr:

07 jan. 2015
0

d'accord avec jacques mais pas avec pytheas, avec des quantites de chaine de 25 mètres ou plus, pas besoin de calculs savants.

pour ma part testé avec 3 jours entre 30 et 40 nœuds, coin de bonifacio, sable, 10 mètres de chaine de 8, 25 mètres de bout, pour me sécuriser ceinture de plomb de 7 kilos à mi mouillage mais ça tenait tres bien.

10 metres de fond, first 30

0

mais justement pour que l'ancre tienne bien il faut lui donner de bonne conditions ,la chaine et le cablot font partie de ces condition ,je me souvient que mr fraysse a la fin de son article disait :c'est l'ancre et l'ancre seule qui tient le bateau!

07 jan. 2015
1

Je n'ai lu nulle part, dans ce post intéressant (mais c'est très long, ça m'a peut être échappé, d'avance pardon), que ce qui fait décrocher l'ancre (convenablement mouillée, s'entend), ce n'est pas la traction continue exercée dessus, mais les variations brutales de tractions dues aux vagues et aux rafales de vent.
.
Ma mémoire a retenu de mes lointaines lectures que les pics de traction peuvent atteindre 5 fois la traction moyenne, et qu'une chaîne est inadaptée à amortir l'effort, d'autant plus qu'elle est proche de la ligne droite, donc dans une hauteur d'eau faible.
.
Dans ce cas, mouiller avec du mixte, câblot élastique et chaîne, dans une hauteur d'eau plus importante, "serait" meilleur.
.
Et j'ai mis "serait" entre guillemets, car plus la hauteur d'eau est faible, mieux on est protégé au mouillage, en général, avec des vagues largement atténuées.
.
personnellement, je ne mouille jamais dans plus de 5 m d'eau, pas pour la tenue, mais pour échouer tranquillement dans des coins peinards.

0

je mets bcp moins de chaine que toi avec ma cobra de 20 KG et je n'ai jamais derapé non plus (j'ai un guindeau manuel) il faut trouver un juste milieu pour etre en securité et laisser de la place aux autres

03 jan. 2015
0

Un petit souvenir d'un mouillage à Collioure il y a une dizaine d'années

......à 19 heures, nous arrivons à Collioure, où la baie est déjà bien encombrée.
Il nous faut maintenant trouver une place convenable pour mouiller, ce qui ne semble pas évident à première vue, car comme le vent est tombé, les bateaux sont dans tous les sens.

Nous nous approchons d'un trou, à côté d'un Daïmio. Le propriétaire est debout dans le cockpit et contemple la baie. Je suis à l'étrave, paré à mouiller, "Bonjour Monsieur, nous voulons mouiller à côté, est-ce que vous savez où est votre ancre ?" – "Bien sûr que je le sais !" dit-il en désignant vaguement l'étrave. " Pouvez-vous me dire où ?" Sa réponse furieuse me laisse pantois: "Non cela ne vous regarde pas !". Ça alors, on ne nous l'avait pas encore fait celle-là, dirait mon fils!.

Nous en sommes quitte pour aller nous mettre un peu plus loin en laissant cet aimable marin à ses occupations.
Cette traversée de 201 milles est terminée.
....

07 jan. 2015
0

Collioure j'ai donné à l'ancre j'avais mis 25/30 m de chaine c'était fin mai la tramontane donnait mais petit à petit a montée puis rafales à tel point que le doigt de chaine a été cassé , je suis partit à Port Argeles qui est mieux protégé des rafales que Colioure , quand on mouille le danger c'est aussî les rafales, à Maccinagio j'ai eu une année jusqu'à 50nd de vent j'avais mis 50m de chaine dans 5m côté port le sable tient très bien , par sécurité veille toute la nuit, beaucoup de voiliers ont dérapé ce jour la, c'était l'année où il y a eu 180km au cap Nord et de la casse aux ports de Bastia, Solenzara (ancre kobra Oce 423)

03 jan. 2015
0

ça me fait me souvenir d'un bouquin que j'ai lu il y a longtemps, où un type sur un voilier pur veut faire une escale aux Galapagos. Pas de chance, en se rapprochant des îles, le vent tombe et le courant le déporte et va lui faire manquer l'archipel. Ni une ni deux, il a pris ce qu'il avait de plus léger en ancre (un simple grappin je crois) et en ligne de mouillage et il a mouillé froidement par deux cent mètres de fonds pendant quelques heures en attendant que le vent se lève.
Cdt
Eric

03 jan. 201503 jan. 2015
2

Un navire de 1500 t de l'US Navy a tenu 24 h de tempête sur un mouillage très profond (milieu de l'océan) en polypropylène de 20 mm de scope (0.9, oui en tension élastique !), 50 m de chaîne et une ancre Danforth de 100 kg !

05 jan. 2015
0

les pecheur chilien pechent dans le courant de humbolt et pouille la nuit par 1000 a 1500m de fond avec de la ligne fine ( vive les glenans)

05 jan. 201505 jan. 2015
0

@ Dulcinea
Oui, en fait pour donner l'histoire exacte, il devait relever une bouée océanique retenue par ce mouillage. Au lieu d'utiliser du carburant pour rester sur place,, le temps étant trop mauvais pour relever la bouée, ls se sont amarrés sur elle ! je n'ai pas la hauteur exacte, mais plusieurs milliers de m certainement. Et ce mouillage a tenu...

03 jan. 2015
0

merci pytheas moi qui suit un adepte (un peu forcé j'ai pas de guindeau) du mouillage léger par rapport aux normes sur HEO.
j'ai pu tester mon mouillage lourd cet été à santa manza, 72 heures entre 30 et 40 nœuds de vent

bateau first 30, kobra 8 kilos, 10 mètres de chaine de 8, 30 mètres de bout dans 10 mètres d'eau (arrivé le dernier)

l'aprem j'ai fait glisser ma ceinture de plongée sur 20 mètres à peu prés. j'ai longuement observe le mouillage, à aucun moment la jonction chaine bout n'a décollé du fond de plus de 50 cms et il restait facilement 80 pour cent de la chaine sur le fond

la kobra comme dab s'enfonce jusqu'à ce qu'on ne la voit plus !!

j'ai de la chance, en corse et en sardaigne je ne mouille que dans du sable

05 jan. 2015
0

Au milieu de l'océan...à 1000m ... 5000m ?

Ils devaient avoir beaucoup polypropylène de 20 mm !!!

03 jan. 2015
0

Tiens, encore des Glénans ?

03 jan. 2015
0

et alors, ça dérange?

03 jan. 2015
1

L'enfer c'est les autres...
.
Depuis 13 ans que je navigue à Madagascar, où il n'y a personne ou presque, le mouillage c'est que du bonheur !
.
Du coup, l'été lorsque je rentre naviguer en Bretagne, je sers les dents car j'ai pris de mauvaises habitudes : n'accepter que la meilleure place et y mouiller long.
Du coup, j'ai fini par ne plus fréquenter les mouillages habituels ne supportant plus la proximité des voisins (en fait ça me stresse, de voir un bateau au mouillage à moins de 30 m)
Vais finir en vieux con :oups:

03 jan. 2015
1

Comme d autres :-p

03 jan. 2015
2

Je savais que tu te reconnaîtrais ;-)

03 jan. 2015
0

je me souviens d'une époque lointaine, où nous étions à 2 mousquetaires des Glénans, sans moteur, mouillés dans la chambre à Bréhat.... nous avions toute la chaine, et en pleine nuit un bateau tape et je me fait enguirlandé car selon lui je dérapait.... nous n'avions pas bougé... il avait mouillé 6 ou 9 m à marrée basse, avec 10 m de marnage... il a fallu que je crie pour qu'il s'éloigne, en remontant son mouillage, il a pris notre chaine et nous a fait déraper ! A tout rehisser en pleine nuit pour refaire une manip propre.... bien sur le mousquetaire est un vélo.... mais bon !
Pour faire bonne mesure, le lendemain, des balladins des Glénans aussi sont venus mouiller leur pioche en plein dans un vivier.....
mais cela remonte à plus de 30 ans...
Bref, Glénans ou plaisanciers moyens, vous trouverez toujours des imbéciles sur tous les bords !

03 jan. 2015
1

mon intervention n'était nullement contre les Glénans (les imbéciles.....surement) mais quand je vois un bateau des glénans aux antilles (il y en a plus d'un....) , j'ai du mal a imaginer qu'il s'agisse d'une école de formation à la voile mais plûtot un moyen déguisé pour certains nantis de venir faire une croisière aux caraibes à bon marché avec des bénévoles qui sont tout heureux de se sentir "propriétaire" d'une coque qui ne leur appartient pas. Et comme c pas cher on ne leur met peut-etre ? que 15 mètres de chaines ?????? Mais heureusement en Martinique ils sont surtout sur les pontons de la marina....tiens comme les voiliers de locs qui ne bénéficie pas de la loi de 1901.......

03 jan. 2015
1

Sais-tu combien de futures professions libérales ou "nantis" fréquentent les Glénans?

Crois-tu que tous les beaux bateaux qui naviguent appartiennent à leurs skippers?

Les locataires de bateaux n'ont-ils pas une attitude de "propriétaire" pendant la période de location?

Les Glénans utilisent-ils des voiliers de locations pour les stages de croisière extérieures à leurs bases traditionnelles ?

Merci de vos réponses.

:pecheur:

03 jan. 2015
0

je ne vais pas entrer dans une polémique qui ne sert à rien, mais au moins que l'on respecte les propriétaires qui en ont bavé pour acheter leur bateau et qui se permettent juste de signaler à des soit disant skippers professionnels de bien vouloir prendre un peu de distance quand ils mouillent à 10 mètres de mon étrave.....ça me rappelle quand j'étais jeune un gros camion que j'avais eu devant moi (a l'époque j'avais une R5) je dormais sur un parking et je suis allé le voir car son moteur tourné pour la clim.....il n'était pas propriétaire de son camion.....il s'est excusé et s'est garé bien plus loin même pas une insulte....je n'ai jamais su s'il était d'une grande compagnie et je m'en foutais bien....alors de savoir qui fréquente les glénans je m'en contrefou juste je suis tombé sur un bel imbécile prétentieux.....et inutile de me dire qu'il y en a partout....je sais....c pas pour celà que je vais me taire....et pour la petite histoire au matin mon brave camionneur m'offrait un café et si quelqu'un me dit qu'un camionneur n'a rien à voir avec un marin je suis bien d'accord.....certains sont bien plus intelligents, polis et respectueux.....Brel s'était bien trompé quand il prenait les marins pour des exceptions......(tout au moins certains !!!!) Faites la mer pas la guerre !!!!

03 jan. 2015
0

Mais à part ça, il ne s'agit pas de taper sur les glenans :mdr:

03 jan. 2015
2

Ca fait quand même un certain temps qu'ils sont interdits de séjour dans certains ports de Bretagne Sud.
Il y a peut-être des raisons !
G.

03 jan. 2015
0

mon commentaire à pir2lune est valable aussi pour toi.....et désolé quand je croise un con....si je connais son nom je le nomme......et en bateau s'il veut passer innaperçu comme beaucoup......on ne met pas Glénans en panneau publicitaire

03 jan. 2015
1

@moanaaimerlapaix,
quand on intervient comme tu le fais, la moindre des choses serait aussi de renseigner ton profil.
le camouflage n'est pas une oeuvre de paix.

Face à la mer, on ne peut se dérober et s'afficher comme étant des Glénans est un signe de franchise et aussi d'humilité,

mais nul n'etant parfait.....

alors,@moanaaimerlapaix, à quand ton profil renseigné?

04 jan. 2015
1

@Moanaaimerlesgentils, le Marin n'est pas le centre du monde et savoir que tu vis de l'exploitation d'un sunfizz (très bon bateau) peut être intéressant pour bien apprécier tes commentaires.

C'est tout ce que je voulais savoir.

Sans doute es-tu au même prix que les Glénans pour tes prestations? et tu fais sans aucun doute beaucoup mieux ...

Bonne année 2015 et que les vents te soient favorables....

03 jan. 2015
7

c quoi cette histoire de profil renseigné ? certain m'on reproché de trop laisser mon cv.....tu veux peut-etre mon adresse, mon tel....combien de fois je vais pisser par jour
Moanaaimerla paix
moanaaimer tout le monde
moanaaimernaviguer
moanajustedonné mon avis
moanasituveuxpasm'écouterbranchetaradio
moana chez moi est marqué en grand (lettre de 60 cm) de chaque coté sur mes cagnards, mon pavillon est français et pas belge et quand les autorités me contactent par radio j'entends " Moana" répondait et non pas "le voilier blanc qui fait cap......pouvez vous vous identifier....."
Mais bon raconter des péripéties que l'on a vécu c toujours mieux en ce plaçant du coté du délinquant que de la victime....après tout le pauvre, il n'avait qu'à pas etre là et ça ne lui serait pas arrivé.....
Dans les journaux il y a plein de victimes qui se plaignent des comportements odieux de certains, je suppose que pour toi c inadmissible, les victimes ont surement toujours tord !!!et une balle perdue est scandaleuse que pour celui qui la reçoit......
Je laissais juste un témoignage et pas une annonce de rencontre, je n'ai pas besoin d'internet pour rencontrer les gens.....ni mes amis marins.....
bruno du moana (certain me reconnaitrons.....)
et bonne année pir2lune je guetterai tes cagnards

03 jan. 2015
1

12, 4.5 ou 8m de fond, 80m, 30m 15m de chaine c'est pour les matheux
la nature ne donne pas dans la théorie.
La seule vraie précaution à prendre est de vérifier que le mouillage tient, marche arrière pendant le temps nécessaire pour voir comment le mouillage réagit, après on peut tout imaginer si l'on ne se sent pas sûr.
Quant au mouillage qu'on partage, on n'est pas chez les bisounours les mouillages ne sont pas des parks de supermarché ; là les coups de portières sont plus catastrophiques,
lorsque c'est plein c'est plein il faut aller voir ailleurs car ailleurs il y a toujours de la place,
désolé pour ceux qui pensent le contraire

03 jan. 201503 jan. 2015
1

"la nature ne donne pas dans la théorie."
Depuis la nuit des temps, les hommes ont tenté de comprendre la nature. Et avec quelques succès (et toujours des interrogations)
Si cela ne n'intéresse pas de savoir prévoir approximativement ce que doit être un mouillage dans des conditions données, c'est ton droit de le faire au pif et de faire hurler ton moteur pour voir... Moi je fais confiance à l'intelligence de ceux qui ont donné des réponses (même) approximatives à partir d'expériences (quand on doit ancrer un 100 000 t d'un prix astronomique, ça motive pour expérimenter), et je me dispense de faire une marche arrière.

Et moi de savoir que je peux mouiller dans 15 m (QUINZE) d'eau avec 50 m de chaîne de 10 avec la même sécurité qu'avec 35 m dans 5 (CINQ) m d'eau avec une chaîne de 8, je trouve cela utile pour ma tranquillité d'esprit... et les endroits où il y a 15 m d'eau ne sont pas des parkings la veille de Noël.

03 jan. 2015
0

"fin du débat"
Oui, ça ne risque pas d'être fructueux...

03 jan. 201503 jan. 2015
0

tu as certainement raison
avec une erreur: ne penses pas pour les autres
et puis inspire toi du proverbe québecois: pour connaître son voisin marche dans les traces de ses mocassins après tu peux le critiquer
fin du débat

06 jan. 2015
6

J'ai un véhicule qui n'a pas de protection de portières. Sur les parkings je me gare donc à 20 ou 30m du troupeau et du garage à caddy, si possible au pied d'un lampadaire. Et bien au retour, il y a toujours un con pour se foutre à côté ou derrière moi, côté coffre tant qu'à faire. J'imagine qui se sont les même abrutis qui viennent se coller aux mouillages.

A propos des Glénans, l'été dernier un croiseur de leur flotte, pavillon Kig ha Farz" dans le pataras, vient prendre un mouillage à côté de nous dans les Anglos. La soirée se passe bruyamment, à coup de sono et de bouteille de rhum.
Le lendemain matin, on aperçoit dans le grand Russel un croiseur avec des équipiers agitant les bras. On se rapproche.

Nous: "tiens rebonjour"
Eux: "on est en panne"
- ah ?!
-le moteur démarre pas
- la batterie peut-être ?
-.............
-vous voulez quoi ?
-ben un remorquage sur St Peter (nous 28", eux 34/36")
-mais bien sûr, avec 3 noeuds de courant dans le nez
-n'avez pas une batterie en rabe ?
-non
-on fait quoi alors ?
- au choix on vous remorque jusque Carteret, vous demandez assistance, ou vous mouillez en attendant la renverse.
-mais on a plus de guindeau
-à défaut de cerveau, vous avez peut-être des bras. Bonne journée.

03 jan. 2015
0

et comme on voie de tout sur les zones de mouillages tres frequenté , et qu'il y a aussi pas mal d'accidents dés que le mauvais temps se leve et que c'est souvent le bordel et bien les ports installent des corps morts et font payé ... et de nouveau on est reparti pour des polemiques ... ainsi de suite ...

0

en general ,si on a bien mouillé avec du bon matos ,des que le vent se leve ,les mediocres derapent !alors ou est le probleme ? :-D

03 jan. 2015
0

le probleme c'est qu'ils te rendre dedans ..ou accroche son propre mouillage et là boujour la m...

0

ah!!! comme j'ai un deriveur integral je mouille toujours sur la plage ,donc je ne risque rien ;-)

05 jan. 2015
1

bjr,
comment tu fais avec les bouées jaunes ,tu passes par dessus ????
généralement je mouille 3à 4 fois le fond et quand il y a du monde
je met un poids de 10KGS sur la chaine dès que l'ancre à touché le fond .
avec ça on ne chasse pratiquement jamais ,et on évite très peu
souvent ça surprend les voisins qui eux on mouillé long
en plus mon voilier à tendance à tirer des bords au mouillage
bien qu'en mettant mes panneaux solaires du portique verticaux
ça le stabilise un peu .
alain

0

je prefere avoir une ancre plus lourde que d'avoir un poids merdique :-)les bouees jaunes il n'y en a pas hors saison !

03 jan. 201516 juin 2020
0

Salut à tous,

Vous oubliez tous l'instinct grégaire de nos condisciples.....

Souvent, j'ai constaté en arrivant sur une zone de mouillage peu ou pas fréquentée, qu'après avoir jeté l'ancre qu'un premier voilier viendra le faire à proximité, ainsi qu'un deuxième, etc....exemple: un mouillage à Houat en mai.
J'en n'ai même rencontré un qui voulait se mettre à couple à ce mouillage car il avait la paresse de jeter l'ancre!!!

Concernant le comportement des chefs de bord des Glénans, on est amené à rencontrer toutes les attitudes; comme chez les plaisanciers d'ailleurs.Cela va du petit chef prétentieux au chefs de bord respectueux.

Pierre 2 le dériveur sur une plage, d'accord, mais à condition de ne pas avoir une bande de touristes alcoolisés venue faire la fête toute la nuit devant ton étrave!!! :alavotre:

03 jan. 2015
1

oh oui , petite histoire ,on été à l'apero au mouillage , un bateau vient sur nous ...à 10/20m arret brutal , tout le monde en vrac ...echoué ils ont attendu que la marée descende puis remonte ... apres le skipper m'a dit qu'il pensait avoir de l'eau vu la taille de mon bateau .. seulement j'ai un deriveur et lui un quillard...

et oui !!! belle leçon ..

10 jan. 2015
0

Mortel le coin, si on connait pas il y a interet a regarder la carte, c est assez traitre.
Dans ce coin avec mon tiran d eau et l encombrement, je mouille au niveau du fort.

07 jan. 2015
0

J'ai rigolé comme cela à la Plage Noire du Langoustier.

C'est un mouillage au sud de Porquerolles, trés fermé, avec une matte de posidonies au milieu.

Je me prépare tranquille à rentrer pour mouiller.

Un monocoque arrive à fond au moteur et me double, probablement dans l'idée de me piquer la place. Et se tanque direct sur la matte de posidonies.

On finissait l'apéro quand ils sont arrivés à se dégager.

Jacques

03 jan. 2015
0

A Sète cette été un chef de bord des glénant ma bien aider pour me mettre a quais alors que la tramontane raffalais avec mes 2 filles a bord 4 et 7ans
Alors que l'agent nous a volontairement ignore

03 jan. 2015
0

dans mes début de nave avec mon sangria, je suis allé à Minorque en direct, arrivé la bas, une merveilleuse crique assez grande , de grand voilier par rapport au mien, on est allé mouiller vers eux, et d'un coup arrêt buffet, dans des herbiers. quelques marins arrivent en zodiac pour nous sortir de ce caca, ils on pris la manœuvre de mon baot, et sortie d'affaire, nous fument conviés à l'apéro, avec un cour magistral de mouillage et de nav. évidemment c'était des dériveur.
André

03 jan. 2015
20

On ne peut comprendre l'attitude du plaisancier au mouillage qu'en faisant intervenir les concepts de l'éthologie animale.
Le plaisancier mouillé s'installe à son corps défendant dans la peau d'une bête montrant les crocs dès lors que l'on pénètre dans son espace de protection. Ici, l'espace de protection est défini par le rayon d'évitage qu'il peut faire varier à loisir en allongeant sa ligne. Aux Glénan où l'on a coutume de s'entasser à six sur des Mousquetaires la distance d'intimité est courte. Elle a été définie une fois pour toute pour la ligne de mouillage à trois fois la hauteur d'eau. Un navigateur sur Supermaramu la majore automatiquement d'un facteur 3.
Lorsque par effet de brise, ou coulis côtier, le voisin immédiat entre dans le cercle d'évitage (que l'on appelle aussi dans toutes les espèces espace d'évitement) une décharge d'adrénaline mobilise son système de défense. Le poil se dresse et les mots fusent.
Il ne faut pas diaboliser l'agressivité, elle est normale. Plus la séquence d'agression est courte (le voisin évite brutalement et dans un sens inattendu) et plus l'attaque est violente. Si l'agresseur vous dépasse en taille, en poids, en violence du matériau (acier par exemple) alors vous perdez le contrôle ou vous êtes un surhomme si vous gardez le calme.
Pour éviter cela, anticipez. Préparez un ty punch et armez vous d'une grosse défense ballon. Au plus près du contact, interposez votre défense et tendez lui le verre. Tout le reste vous sera accordé de surcroît.

03 jan. 2015
0

:pouce: :bravo: :bravo: :bravo: :topla: :alavotre:

05 jan. 2015
0

ça c'est une idée qu'elle est bonne ,j'aime le ti-punch
dis moi ou tu jettes ton ancre ...
alain :alavotre:

05 jan. 2015
0

petit bras t'est la bas en été
en hiver c'est réservé aux hommes .
bonnes navs quand même veinard
alain

05 jan. 2015
0

La prochaine fois c'est du côté du canal de Beagle. Je te donnerai le WP. Tu es le bienvenu.

05 jan. 2015
0

Tu me donnes l'occasion de dire que l'élite de HEO peut aussi aller naviguer comme moi sur La Cardinale. C'est un super projet monté par l'ancien président de Sail The World Pierre-Jean Jannin et un ancien administrateur de STW Bernard de Ravignan (grosse expérience) . Ils ont monté une assoss et ont installé une superbe goélette en acier de 16 m pour 4 ans du côté d'Ushaia.
Je te mets le blog de Objectif Sud. Il est super bien écrit. On aimerait lire plus souvent des blogs de cette qualité.

objectifgrandsud.com[...]/

03 jan. 2015
0

Gradlon ou la psychologie appliquée au mouillage et a l évitage. Mdr.
Tu devrais écrire un nouveau manuel de navigation, y a une vraie niche :langue2:

04 jan. 2015
0

Pour le bouquin, c'est fait. Il s'appelle "Zizanies à bord". Mais dans le livre j'ai surtout insisté sur l'irrésistible attirance du mât que l'on repère dans une crique lorsque l'on cabote près de la côte. ça fait parti du problème. Je rajouterai l'évitage dans la prochaine édition.

04 jan. 2015
0

Il y a une solution: faire disparaître le mât... :scie:

03 jan. 2015
0

Je suis vraiment désolé, en racontant ma petite histoire, je ne savais pas que celà susciterait autant de commentaires, donc promis je ne dirai plu rien sur ce site.
Toutes mes excuses aux personnes que j'aurai pu incommodé
mais poli ne veut pas dire "brave con" j'en démordrai dorénavant de vive voix......avec les incorrects
moanajustevouloiretretranquillesurmonpetitcoindemer......les poissons ne m'ont jamais injurié

03 jan. 201503 jan. 2015
0

Cet été à Port Man (port cros Ile du levant, Hyeres), haut lieu de dérapages et mouillages "touristiques"
Une vedette arrive, se met à 8m devant moi (10m de fond) mouille un minimum même pas syndical, attaque au champagne (10h du mat) et musique de merde correspondante
Bien entendu 1 h plus tard dérapage sans autre réaction que des rires gras et avinés des mecs, une nana essaie de se mettre à la manœuvre des moteurs avec pour seul succès de nous aborder virilement. A bord, 2 ados 15-17 ans morts de honte, les seuls lucides à bord qui visiblement auraient souhaité être n'importe où ailleurs.
Je leur lève mon verre.

Une journée un peu venteuse à Port Man et il y a de quoi remplir 3 pages de ce forum.

04 jan. 2015
0

Enfin mouiler a Port man en saison, il y a quand meme mieux a faire

04 jan. 2015
0

(port man)Ce fut le meilleur mouillage par mistral de la région :alavotre:
C'est devenu un piège à éviter même par pétole snif snif :non: :non:

peut être est ce aussi que plus jeune sur notre corvette et 75cm de tirant d'eau on mouillait 3 fois la hauteur (3 m) presque sur la plage
Maintenant 1,50 te et presque 2m de plus de long on chez les yacht alors :aurevoirdame:

04 jan. 2015
0

faut quitter la méditerranée et picétou :bravo:

04 jan. 2015
1

Si vous saviez comme je suis bien en Egée , des mouillages sans personnes , des ports presque vide , des gens sympa ,
la vie bien moins chère et les rencontres toujours avec de vrai marins , pas des glands ....
Kali Kronia

04 jan. 201504 jan. 2015
0

Chuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut !

faut pas le dire !!!

TOUT CE QUE VIENT DE DIRE PERLE NOIRE EST FAUX !
La grèce, c'est arnaque est Cie!
Tout le monde y est fainéant, malhonnête, menteur et ne pense qu'à extirper tes roros de ton larfeuille !

En plus, y'a BEAUCOUP TROP DE VENT pour des humains et le soleil occasionne des brulûres au 3ème degré à la moindre exposition !

Les fonds sont pourris et la météo capricieuse !

L'eau est polluée et les russes ont tout envahis!
N'Y VENEEEEEEEEEEEEZ PAAAAAAAAAAAS !

04 jan. 2015
0

Désolé , un moment d'égarement .. , C'est vrai ce que dit Grietick , en plus le pinard est dégueu , les filles super moche , le poisson pas frais et le fromage pas de chez nous !!
Je n'ai pas eu encore le plaisir de vous rencontrer , mais nous avons quelques amis en commun .
Il est vrai que notre bassin de navigation est un peu vaste .....
Peut être un mouillage cette année , mais pas trop prés quand même , Faudrait pas réécrire ce fils en fin de saison ... :alavotre:

05 jan. 2015
0

Depuis le temps que je le dis....... et en plus ils pourraient voter à GAUCHE!
C'est dingue, non?

04 jan. 2015
4

Pour un mouillage tranquille, il ne faut pas oublier l'équipement indispensable c'est-à-dire un bon lance-pierre, une réserve suffisante de boules puantes et un peu d'adresse...

Si vous estimez manquer de virtuosité, ajouter donc une pince à linge à vos ustens-iles

pfffzzzz

05 jan. 2015
0

Du permanganate de potassium en poudre ou du bleu de méthylène en boulette, ça fait son effet.

05 jan. 201505 jan. 2015
0

@cobra
Salut
Cela faisait un bail.

04 jan. 2015
1

Nous avons mouillé 50 mètres de chaine par huit mètres de fond dans la baie d'Eidembrn au Spitzberg.
Le phoque qui était sur un cailloux au bord de l'eau n'a rien dit. Et pourtant il était là avant nous.
Les deux rennes qui nous regardaient ont juste eu l'air de se demander si nous n'étions pas mouillés un peu long...

04 jan. 2015
9

soutien à moanaaimerlapaix, parfois difficile d'exprimer son avis sans se prendre quelques flèches acerbes en retour.

04 jan. 2015
0

merci, les fléches de cupicons ne me font pas peur.......

04 jan. 2015
3

Je navigue toute l'année aux baleares, sous pavillon allemand
Aux mouillages les seules qui rale toujours c'est des français
Et comme ils ne savent pas que je parle français je vous explique pas les noms d'oiseaux (c'est a croire que nous sommes une race de marins superieur nous les français ????????????????)

04 jan. 2015
0

humour mode ON
Les français sont râleurs c'est bien connu, mais si on râle ce n'est pas que l'on se trouve meilleur, c'est juste que les autres on les trouve moins bons. :heu:
humour mode OFF
Cdt
Eric

04 jan. 2015
0

@Pytheas54

Que penser du principe de l' " Anchor Buddy" ? Cela ne devrait il pas si non raccourcir le mouillage, mais au minimum le sécuriser en rajoutant du poids ?

04 jan. 2015
2

Théorie et tests concordent: Le meilleur endroit pour mettre du poids, c'est au niveau de l'ancre elle-même (le plus bas possible sur le mouillage). Donc inutile: il vaut mieux une ancre plus lourde

05 jan. 2015
0

Si ta chaîne se balade, et que ton ancre n'accroche pas, le poids de l'ancre ne change à mon avis peu de chose, non?
Lester la chaîne à l'endroit où celle-ci remonte vers le bateau ajoute le poids de la chaîne "à terre" en plus de celui de l'ancre et du lest.
Bon après... je n'ai pas l'expérience qu'il faut pour juger de l'efficacité de l'une ou l'autre des deux solutions... "toutes choses égales par ailleurs"... et c'est bien cette dernière hypothèse qui manque dans tous les avis récoltés ici, théoriques ou pratiques.

04 jan. 2015
0

je m'en suis fabriqué un il y a quelques années (j'avais vu un truc du style sur des btx allemands), un gros cylindre de métal avec une 'anse' en chaine avec mousqueton entourée d'un bout de tuyau pour que ça glisse facilement et un bout pour le descendre.
C'est un très bon amortisseur pour ça ça fonctionne,
mais pour être honnête quand ça bastonne c'est plus ou moins pratique de se balader jusque sur l'avant avec un gros poids dans les mains.
Et ça ne m’empêche pas de mettre + 5 m de chaine pour le repos de l'esprit (ou 10).
Donc pas mal mais sur un 9 mètre en ne le stockant pas à porté de main à l'avant pas assez pratique pour l'utiliser régulièrement

05 jan. 2015
0

là ils ont inventé l'eau chaude
c'est connu depuis des lustres
evidement sous un autre aspect
alain

04 jan. 2015
3

hihihi tu as raison Eric il faut un-peu d'humour !
mais quand je vois un vacanciers qui passe trois semaines en bateaux venir donner des leçons a des mallorquins qui prennent leurs bateaux de fois par semaine toute l'année .
j'ai un peu honte des fois
donc svp mais amis marins français , quant vous allez naviguer dans des contré éloigné respecter un peu les autochtone qui ne sont pas habitué a cette agréssivité .

04 jan. 2015
3

Râlons enfants de la patrie iii eu !

04 jan. 2015
0

...
l'étendard faséyant est levé
...

04 jan. 2015
1

Le dernier arrivé le soir au mouillage qui se dit que se mouiller en arrière de ceux arrivés plus tôt, cela va gâcher son bon plaisir c'est dans les choses courantes.

Il est en général sourd à toute remarque de bon sens sur le fait que 5 mètres entre son cul et l'avant de votre bateau c'est trop peu pour la nuit.

Je note tout d'abord dans mon livre de bord que je tiens soigneusement, son heure d arrivée

Ensuite, je sors ostensiblement mes pare-battages ainsi que mon appareil photo. Je prend de façon bien visible des photos de nos deux bateaux , quitte a aller en prendre dans l annexe ( en général ca fait on petit effet) , en lui indiquant qu'en cas de problème elles feront fois pour la détermination des responsabilités avec nos assurances !!

Cela évite les éclats de voix , même si en général je me fait traiter de connard, mais dans 80% des cas cela conduit le mal appris a se remouiller ailleurs

04 jan. 2015
8

Tu parles d un binzzzz! Le temps que tu prends à faire tout ca, je me suis déjà enfilé trois apéros.... T aurais presque aussi vite fait de relever ton mouillage et aller voir ailleurs :-p

04 jan. 2015
0

et dans 5 ans plu besoin d'appareil photo, tu feras un test adn......pauvre monde

04 jan. 2015
0

Sur espalmador ....beaucoup de monde et la un Anglais arrive ....Joli bateau d'environ 10 mètres. Il voit une bouée ; il se jette dessus ......Hop c'est bon .......Sauf que ...la bouée en question est une bouée de marque de la zone de baignade. Bouée qui n'est pas amarrée au fond mais a celle d'a coté en série ......Et bien le lendemain matin il y était encore . La chance :vent nul

04 jan. 2015
2

eh bien je ne reconnais pas dans quel pays vous mouillez votre quille ,mais dans le mien jamais eu de probleme semblable .

Lorsque quelque me fait peur lorsqu'il mouille trop pret et bien je lui dit gentillement et poliment ,il me remercie et va un peu plus loin ... et prends l'apero lorsqu'il passe à coté du bateau ou me dit un petit mot ...

drole de pays que votre pays !!!

04 jan. 2015
1

Bonsoir José, des gars comme "pcg" cela me fait peur, j'ai l'impression d'être à la sécu.........
D'accord avec toi un petit mot, un petit ou grand apéro... et vive la vie.
Bonne soirée,
Gilles

04 jan. 2015
0

Ces problèmes au mouillage sont quotidiens en Corse , Sardaigne et cote d 'azur au mois de Juillet Aout aux quels je suis abonné n'étant pas retraité .

Depuis que je suis en Grèce c'est beaucoup plus calme car moins fréquenté avec plus de linéaire de littoral, même si cela demeure une grande spécialité des skippers italiens dont la devise est souvent "pousse toi de la que je m'y mette " .

Cette méthode " sans engueulade ni insulte" m'a été donnée par un vieux skipper belge de 75 ans qui avait beaucoup roulé sa bosse en méditerrannée .

Je fais quasiment 30 jours de mouillage pendant mon mois de vacances depuis 15 ans et toujours en période de forte fréquentation.

J 'ai déjà été drossé en Corse dans des enrochements avec moult dégâts par mon voisin de mouillage qui avait trouvé mes remarques de précaution sans fondements.
In fine c'est moi qui ai été emmerdé et qui en ai été de ma poche pour faire réparer !!

J'ai rechapé de peu a un deuxième sinistre du même genre avec en Sardaigne avec un vieux 16 mètres en acier qui avait mouillé 15 mètres devant moi et dont l 'équipage fin saoul n'a pas senti le bateau reculé le matin a 8 heures du matin alors qu'un bon 25 noeuds s'était levé . Ils on finis échoués sur la plage , et j'ai juste réussi a me dégager dans une manoeuvre désesperée pour dégager ma ligne de mouillage sur laquelle ils étaient.

Et faute d'avoir mis des parebats en nombre j'ai eu aussi un flanc bien abimé par mon voisin dont le bateau a dérapé alors que nous étions tout les deux a terre , car il avait mis 2 fois la hauteur d'eau et aucun parebat, car il n'y avait pas de vent quand il était arrivé !

Donc désolé quand je pense que la situation est accidentogène je prend les devants pour éviter des emmerdements . Or en méd occidentale en Juillet et encore plus a mi Aout avec les orages nocturnes , les mouillages bondés sont a forts risques !

Ca ne me gêne donc nullement de montrer à mon voisin qui vient de se mouiller a moins de 10 mètres et qui m'ignore quand je lui fait signe qu'on est trop près, qu'il est à coté d'un chieur qui prend toutes ces précautions pour qu'il se prenne 100% de responsabilité en cas de problème

05 jan. 2015
0

Holà, Jakez! Je t'invite à relire le CV du Monsieur avant de s'en prendre à son vocabulaire :-D

Pour rire encore un peu, à la première lecture de "J'ai rechapé de peu", j'ai compris "j'ai rechapé un pneu"... Du coup, tu t'en doutes, j'ai perdu le fil ...

;-)

06 jan. 201506 jan. 2015
1

Chez moi quand un bateau est drossé sur la côte, c'est trop tard, il est en train de se faire exploser par les choc sur les roches ou sur le sable par le ressac.
Il ne reste donc plus que quelques secondes pour éviter la disloquation totale du bateau.

07 jan. 2015
0

Photo : technique lue sur ce forum et expérimentée cet été à pserimos, Dodécanese, un voilier vient mouiller trop pres, photos avec l'iPad ( c'est plus visible qu'un simple appareil photo ) de l'avant puis de l'arrière, avec pour commentaire : c'est pour l'assurance.
Sur le post initial, c'était " pour l'assurance et l'avocat ( lawyer )"
Il est parti une demi heure plus tard, le temps de sauver la face ?
Technique douce donc séduisante.

04 jan. 2015
1

Calypso2 tu as raison ,ils semblerai que vos mouillage releve plus d'un depart a la guerre que a un sejour relax , il faudrait commencé par etres courtois si quelqu'un mouille un peu proche a votre idee les places sont cher l'été !

04 jan. 2015
3

C'est un problème que l'on a pas trop en Manche à l'Automne.

04 jan. 201504 jan. 2015
12

Hello,

Ca ne vous arrive jamais vous de rater votre coup et de vous retrouver trop près d'un autre bateau dans un mouillage encombré?

Moi oui. Si je n'ai pas de soucis pour mouiller correctement pour que ça tienne, j'ai souvent un soucis pour estimer exactement ou va se retrouver le bateau à la fin de la manoeuvre. Résultat des fois, je prend bien mon temps pour repérer le bon endroit, sur du sable, pas trop prêt des autres, je mouille et ... je me retrouve a moins de 10m d'un autre ( pas a chaque fois heureusement )

Dans ce cas, pas de panique, je fais un signe au bateau d'à coté pour lui montrer que j'ai bien vu que j'étais trop près, et selon les circonstances, je relevé mon ancre et recommence la manoeuvre ( on est en vacances, on a le temps) ou bien dans certains cas, je reste mais précise a mon voisin que je bougerais en cas de besoin ou bien que je ne reste pas longtemps ( si je dois rester pour la nuit je refais la manoeuvre dans tous les cas)

Et bien je n'ai jamais eu de reproches ( ou alors j'ai oublié), en général un courtois " pas de problème " ou bien " regardez par la y'a de la place"

Pas de quoi s'engueuler non?

La seule chose qui me rend nerveux au mouillage, c'est quand un gars mouille 1x la hauteur d'eau et qu'il viens jouer a frotte coque au moindre courant d'air ...

04 jan. 2015
0

Encore une fois très juste Harry.
Ce que je trouve pas facile, c'est d'estimer la longueur de mouillage de l'autre.
Vous allez me dire qu'il n'y a qu'a lui lui demander mais même ça ça ne suffit pas.
Au mouillage a a sark, on mouille par environ 10 petits mètres et je laisse filer mes 40 mètres de chaine de 10.
Je regarde la bateau a cote de moi et lui pose la question. Il me répond 30 mètres.
On est bien.
Le temps de faire ce que j'ai a faire a bord, débarquer, aller bon ire un coup et revenir, je vois mon bateau a côté du siens.
Je speed et vais voir le gars en lui demandant si c'est son mouillage ou le miens qui a ripé.
Apparemment c'est le miens.
Je monte a bord et je verifie ma position qui n'a pas bougé d'un chouilla.
Je reprends 10 mètres de chaine sans trop comprendre comment cela est possible.
Le lendemain matin je regarde le bateau d'à cote remonter sa ligne de mouillage, il devait avoir pas loin de 100 mètres!
Alors bon, prochaine fois je prendrai un plus grand pied de pilote.
C'est pas évident de partager l'espace quand on ne connait pas son voisin.

05 jan. 2015
3

l'auteur du sujet nous a fait part de son aventure , il a precisé ses "qualités" pour donner du poids à son recit , il a eu raison .

et pour etre meprisant et imbue de sa personne , tu n'es pas mal non plus en la circonstance .

05 jan. 2015
0

Et alors?

05 jan. 2015
0

pour plus d'info voir le site sur internet: Bruno Moana

05 jan. 201505 jan. 2015
0

ah bah ça, ça fait avancer le schimdilibilik...
C'est bien connu, c'est au dernier arrivé que revient le droit de se mettre où il veut et au premier arrivé (poli) de s'en aller "modestement". C'est vrai ça, après tout, si des goujats arrivent à fond les ballons et balancent la sono toute la nuit, libre aux autres de partir s'ils ne veulent pas faire la fête avec eux.

Non mais qu'est-ce qu'il ne faut pas lire parfois...
(Tu t‘es) Vous vous êtes senti visé ou quoi?

PS: et un coup de relecture ne ferait pas de mal non plus...

05 jan. 2015
5

depuis que j'ai publié cet email, que de calomnies.......heureusement certains comprennent.
Quand à vous Tramontane, je suppose que quand on vous fout le poing sur la gueule vous vous inquiètez d'abord de l'état de la main qui vient de vous boxer. Et quand une personne agée se fait agresser vous défendez d'abord le délinquant !!! Après tout la personne agée n'avait qu'à pas etre là.......et si mon cv vous géne vous n'étiez pas obligé de le lire.

05 jan. 2015
1

il faut rester humble face a la mer et voir aussi sont intérêt premier...ne pas se mètre en danger
rester sans bouger dans ton mouillage comme tu dit l'avoir fait!!! (même si tu es dans ton droit) c'est chercher la bagarre, c'est aussi nuire a ta tranquillité...
En plus de la nom assistance a personne en danger tu à manquer a la sécurité de ton équipage et de ton bateau....

BREF tu es un danger public désoler de te choquer.

05 jan. 2015
5

Y a un truc qui me fait bien rigoler dans ce fil, c’est quand on a un profil vide on essuie des critiques, et quand quelqu’un comme l’initiateur de ce fil déroule tout son pédigrée, les critiques sont encore plus virulentes…Je vous laisse conclure.

05 jan. 2015
1

qui aime bien chatie bien :policier:

05 jan. 2015
0

Au mouillage c'est comme au port, il y a des malappris !

Il y a le voisin qui vient s 'excuser d'avance du désagrément qu'il va te causer de faire tourner son diesel pendant 30mn maxi, et celui qui met sur son pont un groupe 2T super bruyant, , dont il a fait le plein et qui se casse pour diner et revenir 3 heures après, car il ne supporte pas le bruit !!

07 jan. 2015
0

Et qui, généralement, s'étonne de retrouver son groupe au fond de l'eau.

Jacques

05 jan. 201516 juin 2020
1

Un bon patator, ça peut résoudre pas mal de problèmes de voisinage, et si on a pas besoin de s'en servir, on peut faire des frites avec les munitions. :acheval: :acheval: :acheval:

05 jan. 2015
0

un patator c'est quois?

Remplir un profil c'est aussi manquer de modestie, ici c'est comme au club med tous le monde il est gentil, il est director présidente général docteur ingénieur prof moniteur etcetera...sans oublier la BMW L'avion prive le chalet....mais ques tu fou au club med alors??????
mais dans la vraie vie aucun bon sens! aucun sens marin!!!!prêt a se prendre un coup de poing pars qu'il a raison
mois je revendique plus rien juste m a liberté de vivre......poussiere redeviendra poussiere!!!!

05 jan. 2015
0

Le Patator est une arme de destruction massive constituée de tubes PVC de 100 et de 40, d'une culotte amovible et d'un allumeur piézo. Le projectile est une patate dans laquelle on enfonce le tube de 40 pour lui donner la forme qui va bien. Une fois la patate en place, on enlève la culotte, ( PVC, bien sûr... ) on pulvéride un peu de spray Narta ou autre dans le tube de 100, on referme la culotte, ( qui en fait sert de culasse ) on vise soigneusement le navire ennemi ou qui a eu l'outrecuidance de mouiller à promiscuité, ( alors au choix, tir à couler ou à démâter, c'est selon l'humeur du moment ) et on actionne l'allumeur. La patate part dans un bruit de tonnerre et va frapper l'envahisseur.
Voili voilou.

05 jan. 2015
1

Et avec 2 patators, tu peux tirer à patates ramées, non ? :whaou:
A patate rouge, c'est plus compliqué !

05 jan. 2015
0

Avec ce truc il y a moyen de se planter quelques morceaux de PVC dans la gueule...

05 jan. 2015
1

pfioulala ! quelle foire d'empoigne ici, on se croirait au mouillage ! :acheval:

05 jan. 2015
0

Les bidochons au mouillage....

05 jan. 2015
0

Ce qui serait intéressant, c'est la réaction de l'Association concernée ?
;-)

05 jan. 201505 jan. 2015
4

c'est quand on est le premier (au mouillage et que l'on a souvent pris le meilleur endroit) que l'on a tous les devoirs envers ceux qui arrivent ensuite; celui de l'accueil d'abord, de la convivialité, de l'appel au bon sens (marin), voire de la pédagogie non pas doctrinale mais concrète...

N'avez vous jamais eu l'occasion montrer où et comment mouiller à un voisin un peu embarrassé voire en difficulté?

Ne serait-ce pas un bon truc que de retourner le fil:

la correction (pas au sens raclée) de certains skippers au mouillage

il faut positiver et souligner davantage ce qui est sympath...

on peut rêver du monde des Bisounours

05 jan. 2015
4

moi, je vote pour les Bisounours; c'est bien plus mieux que les "Lapins crétins"

05 jan. 201505 jan. 2015
2

ce qui est dissuasif /
c'est la paire de palmes avec masque et tuba avec la pince coupe haubans

bien en vue ,ça dissuade .avec un écriteau (si vous pouvez lire c'est que vous êtes trop près)
mais maintenant je n'en ai plus .
alain

05 jan. 2015
7

Salut à tous.
Pour être un très vieux des Glénans, je suis perplexe sur ces "super marins" qui n'ont qu'un sujet de conversations ponton à savoir "l'incompétence bien connue" des Glénans...
Je sais qu'il y a des cons partout, mais le radotage malveillant c'est gonflant non ?
Pour ma part je suis ravi d'avoir suivi les cours de cette école et y ai rencontré des gens formidables...

0

bonjour
je suis d'autant plus irrité par les rares stupides qui exercent parfois aux Glenan, que j'ai cette école en grande estime (j'ai appris la voile grâce à la première édition de leur bouquin, mon fils y a fait ses classes avant de devenir moniteur pro) et je suis désespéré de les voir "souiller" une image de marque qui a beaucoup fait pour la voile.

Mais peut-être est-il difficile de trouver des bénévoles, ce qui obligerait à ne pas trop faire la fine bouche sur le recrutement ?

C'est dommage, car les "stupides" font parfois vraiment très fort dans le genre !

05 jan. 2015
1

Ce n'est pas de l’incompétence des Glénans dont j'ai parlé,
mais de l'incompétence de certains "moniteurs" des Glénans.
(mon ancien bateau doit en porter encore les traces !)
Ce n'est pas tout à fait pareil.
G.

05 jan. 201516 juin 2020
0

Oui, ben moi, j'ai les noms. Si c'est pas de l'incompétence pour le skipper d'un voilier des Glénans de marcher au moteur, c'est quoi, alors???
Bon, en même temps, il embête personne au mouillage, celui là.

06 jan. 2015
0

" il embête personne au mouillage, "
Ça va pas tarder, il a l'air bien décidé !:-D
Et toi tu étais à la voile ? ;-)

06 jan. 2015
0

j'étais aussi au moteur, pétole molle oblige, mais moi, je ne suis pas les Glénans. :mdr:

05 jan. 2015
2

ben moi j'en rajoute une couche sur l'inexperience de beaucoup de "moniteurs" des glenans...vecu de l'interieur, puis de l'exterieur.
.

en theorie c'est bien, mais en pratique....beaucoup de moniteurs sont des jeunes paumés, les "BOC" (terme regroupant les objecteurs de consciences, contrats aidés, et bénévoles), sans connaissance de la voile.
.

ils suivent des stages de formation comme élèves, puis sont "balancés" moniteurs de stages adultes en croisiere habitable....cela m'est arrivé comme stagiaire, c'était catastrophique. et pourtant, un stage "4 voiles", en avril, a Marseillan....loin des touristes.
.

il y avait aussi a bord 2 autres BOCS sensés apprendre, mais surtout la pour glander et nuire au stage.
.

plein d'exp similaires m'ont été racontées.
.

au Marin en Martinique, je voyais les "arrivées de stages" s'echouer sur le haut fond pourtant bien balisé.
une fois j'ai pris mon annexe pour tenter de derouter le "moniteur", qui bien sur m'a pris de haut, et s'est échoué 30 secondes plus tard.
.
les glenans, ce n'est plus ce que c'était....vraiment pas.

05 jan. 2015
0

C'est bien triste tout ça...tout se perd mon brave monsieur. :-(

07 jan. 2015
0

Objecteurs de conscience ? Le service national a été supprimé en 1996 par Jacques Chirac.

Je ne pense pas qu'il doit en rester beaucoup, au Glénan ou ailleurs.

Et je ne crois pas non plus que cela n'était leur vivier de recrutement principal.

D'ailleurs, il y a 28 ans, sortant de fac et souhaitant justement faire un service civil, je leur avait adressé un CV, j'avais le Caev, le permis mer, 3 ou 4 saisons d'expériences de moniteur de voile et un peu de pratique en régate. Ben il ne m'ont pas pris.

Par ailleurs, pourquoi un contrat aidé ne concernerait qu'un incompétent ?

Jacques

05 jan. 2015
0

pourtant cette été j'ai rencontre un moniteur des glénans fort sympathique qui ma bien aider a me mètre au ponton à Sete
bien sur la météo était un peu compliquer pour un papa seule avec ses filles et j'aurais peut être pas du jouer avec la météo mais je devais récupère un autre équipier a la gare...
j'ais éte longtemps dans la critiques des glénant...après une expérience désastreuse......mais il fau nuance vos propos.
Un peu de modestie!!!!!
Je précise que le placier na pas bouger de sont bureau.....en Espagne c'est très diffèrent

07 jan. 2015
0

en Espagne, il te faut faire la différence entre les ports publics et les ports privé. Dans les ports privés les placiers sont présents pour t'aider à faire les manoeuvres, et dans les ports publics c'est comme en France ils sont à l'ombre dans leurs bureaux, ce sont des employés de mairies, moins tu les déranges, mieux c'est pour eux.

05 jan. 2015
1

a tramontane...ben oui, ils sont sympas, jeunes, etc, mais parfois trop jeunes dans certaines situations...mais bon, y a aussi des vieux c... !

06 jan. 2015
1

Le mieux serait d instaurer des places de parking... :bravo:

06 jan. 2015
15

C'est assez drole et marrant ces amalganes concernant les Glenans.
Voici une institution vieille de 70 ans qui a vu des milliers de moniteurs passé ,des dixeme ou centaine de milliers de stagiaires , qui a formé et forme des encadrants qui ont et animent des centaines d'ecoles de voiles en France et ailleurs .
Voici une association a but non lucratif qui coté navigation doit faire l'equivalent de plusieurs fois le tour de la terre pas an. Elle a une histoire et un savoir a nul autre pareil ,une reputation qui n'est plus a refaire ...Elle a contribué grandement et a été la locomotive de la democratisation de la voile et si l'on fait du bateau c'est grace quelque part directement ou indirectement grace aux Glenans

Et certain ma fois ,legerement affirme du haut de leur grande connaissance du milieu : et bien c'est pas si terrible que celà , ils ne font que des conneries ,coté enseignement c'est à coté de la plaque, les moniteurs sont des "bocs" le bouquin est nul et d'un autre age ...

un peu d'humilité serait une bonne chose ...

07 jan. 2015
2

Si tu avais ton bateau dans un des ports situés en face des Glénan à l'année, tu saurais de quoi je parle ! Encore une fois, je n'attaque pas l'asso, mais le niveau de compétence de plus en plus léger des "moniteurs" depuis des années.
Quand à l'humilité, un BE, des années de chef de bord, 5 bateaux, qq dizaines de milliers de milles me donnent qualité pour pouvoir juger, je pense !
G.

06 jan. 2015
1

je rejoins Calypso2 et partage son point de vue

06 jan. 2015
0

L’école des Glénans est une institution vénérable, respectable pour tout ce qu’elle nous a apporté. J’ai toujours dans ma bibliothèque le premier cours des Glénans, avec lequel j’ai commencé à naviguer et qu’il m’arrive encore de consulter, ne serait-ce que pour apprécier la finesse pédagogique et l’humour avec lesquels il a été écrit. Mais la société a évolué, ou plutôt s’est transformée, et l’école a subi la même transformation, y compris les contraintes économiques. Il ne faut donc pas trop s’étonner si le comportement des chefs de bord s’est adapté à notre époque et prépare les stagiaires à la foire d’empoigne qu’est devenue la pratique de la navigation à voile, dans ce cas particulièrement en leur montrant in situ ce que sera la pratique du mouillage forain quand ils seront eux même chefs de bord. Poil au corps.

06 jan. 2015
0

Moi ce que je trouve drôle, c'est qu'avec autant d’expérience on arrive encore à se prendre la tête avec ce genre de choses. Et si un type se retrouve a cinq mètres de mon étrave c'est simple. Je remonte le mien en lui disant bonjour et il est bien obligé de se bouger.

06 jan. 2015
1

ce n'est pas en le faisant bouger que tu lui apprendras à évaluer son évitage et, en conséquence, à poser son ancre au bon endroit et mettre la longueur de chaine qui convient.

Il ne relèvera son mouillage que s'il est croisé avec le tien. La plus part du temps, il te débordera comme il se doit, pour t'aider dans ta manoeuvre... (en s'appuyant de toutes ses forces sur le haut de tes chandeliers!)

06 jan. 201516 juin 2020
0

ils sont pas toujours au moteur!!
photo prise entre GRENADE ET CARIACOU
MARS 2009

06 jan. 2015
0

On fait vraiment des trucs pas mal avec Photoshop. Super.

:langue2:

0

peut etre que les glenans c'etait mieux avant ;-)

1

une expérience sympa : faisant escale à Arcachon en soirée, je trouve un mouillage bien encombré et pas trop habitué à ce genre de situation à l'époque (pas beaucoup plus maintenant : il n'y a pas grand monde dans le nord !)

voyant que j'hésite, un gars me hèle et me dis : "pose ton ancre juste derrière mon tableau, et met 40 m de mouillage comme moi"
c'était pile poil !
bon souvenir

07 jan. 2015
0

tu ne le savais pas, mais c'était un moniteur bénévole des Glénans!

ou un ancien, il en existe depuis 1946

06 jan. 2015
0

Cela se passe aussi dans l'autre sens :heu:
Mouillage de la grand plage de Houat au mois d'aôut, beau temps, petit NW... on peut imaginer le nombre de bateaux.
Je trouve un trou, je mouille, là un cher monsieur sur le bateau le plus lointain entre ceux qui m'entouraient (qui avaient tous des gens à bord) commence à hurler et gesticuler d'une façon fort peu aimable.
Gros sourire, je remonte tout et je m'en vais. Je suis formel que la distance entre moi et lui était au moins double que la moyenne entre tous les bateaux.
J'avais des italiens à bord, ils l'ont tout de suite appelé "le croate" car apparemment mouiller à moins de 100m d'un bateau croate on a souvent droit à toute sorte de protestations et reflexions désagréables. (ainsi disaient-ils)

:jelaferme:

06 jan. 2015
10

Autre cas: nuit noire, pluie, un peu de vent disons un bon 5, je vois arriver un bateau de 7-8m avec mari et femme visiblement très inquiets: la gv affalée qui bat de toutes les côtés, la bôme abandonnée sur les filières, du cordage trainant dans l'eau, les deux trempés comme des poussins, bref ils n'avaient pas l'air très gai, plutôt grosse frayeur limite panique...
Ils reussissent finalement à mouiller à une distance raisonnable d'un gros bateau, qui les a renvoyés tout de suite dans les roses en hurlant.
Ils tournent et tournent, presque en frôlant les rochers, ça se voyait qu'ils n'allaient pas bien, finalement je les ai appelés et je leur ai proposé de se mettre à couple de mon bateau, sur mon ancre, ce qu'ils ont fait immédiatement avec énorme soulagement. On reste d'accord, en cas des problèmes ils se seraient détachés.
Finalement nuit tranquille, le pauvre monsieur est resté toute la nuit assis sur les bancs du cockpit sous la pluie, cependant le lendemain matin les sourires de remerciement que j'ai eu ont éclairé toute ma journée. :-)

06 jan. 2015
21

Il est intéressant, ce fil, et révélateur du monde des voileux dans sa forme de vérité.
Un monde où parfois, la fameuse "solidarité des marins" nous laisse dubitatifs.
En tout cas, pour avoir été il y a un "certain temps" un "débutant" (on l'est toujours un peu, et puis on trouvera toujours quelqu'un pour nous considérer comme tel, n'est-ce pas ? un vrai de vrai au teint halé qui ne doute jamais de rien) Je n'ai pas toujours trouvé qu'on soit toujours bien accueilli, ni dans un espace où la valeur qui fait référence soit la tolérance.

Le dernier exemple donné par Roberto me "parle", j'ai l'impression d'avoir été un peu un jour ce gars qui au final n'ose même plus mouiller car il sait plus si il va se faire engueuler par un mauvais coucheur qui trouvera qu'il mouille et/ou manœuvre comme un naze, alors il se tire ailleurs, ou il reste mais passe la nuit le nœud aux tripes et sa femme ne comprend pas le lendemain pourquoi il n'a même pas envie de descendre avec l'annexe pour aller visiter l'île comme on en avait rêvé et finit par lui reprocher ce qu'elle croit être de la mauvaise humeur.

Solidarité des voileux ? Bah ... des fois j'en doute ... ou alors parfois ( souvent ?) indexée sur la nombre de pieds et la valeur d'équipements afférents, ... une part (... j'ai dit une part ...) de folklore auquel on aime croire mais au final, tellement d'individualités où chacun pense être le meilleur marin du monde.... Un petit manque parfois dans la dimension de modestie dans ce monde exigeant il est vrai, mais cette exigence ne devrait pas exclure des valeurs simples et élémentaires comme la sympathie, et la tolérance... et quelque chose qui tiendrait du QACR ( le Quotient d'Aptitude au Cool Raoul).

06 jan. 201506 jan. 2015
0

+1 domnomade
.
ps je précise que dans mon cas c'est lui qui a voulu rester dehors, je faisais un peu aller retour et je lui ai proposé d'aller se coucher mais bon il n'a pas voulu.
J'avais déjà raconté cette anecdote et le monsieur s'était manifesté (ici sur heo), qui sait s'il passe par là encore (?)
.
En tout cas je pense que si un jour il pourra aider quelqu'un d'autre il n'hésitera pas une seconde.

07 jan. 2015
0

Salut Dominique, bien sûr je t'ai mis une étoile.
Je n'osais m'exprimer car sur ce site je suis , après avoir été un voileux, devenu un "graisseux" suivant certains intégristes.
Je partage toute ton intervention et pour compléter des "couillons" j'en ai rencontrés "à voile ou à vapeur"!!!
Tout cela finalement ne reste qu'une question de respect et de savoir vivre.
Gilles

07 jan. 2015
0

Sauf que souvent on n'évite pas pareil donc méfiance!

0

Pas du tout ! Graisseux et voileux ne sont pas egaux ! Un mouillage avec une vedette est sûrement plus délicat car la prise au vent est forte et le bateau se ballade pas mal, à mon avis, c'est plus compliqué qu'avec un voilier.

0

graisseux ou voileux pour le mouillage c'est l'egalité :-)

07 jan. 2015
0

J'aime pas le con qui te gueule "Vous êtes sur mon ancre !" Mouillage pas 5 mètres de fond, grosse pétole sur plusieurs jours, et toi planté à 25 mètres de son bateau dégueulasse avec sa chaîne toute rouillée.
:litjournal:

07 jan. 2015
2

Je suis débutant et c'est vrais qu'avec les mouillages je ne suis ne suis pas encore à l'aise quant il y a du monde. Je n'ai pas de marques sur la chaîne et j'ai du mal à estimer la longueur de ce que l'ai laisser filé. De plus, comme je n'ai pas de guideau, j'essaye de ne pas en mettre trop (chaîne de 8, ancre de 8 kg).
La plupart du temps je plonge pour voir comment est déroulée la chaîne et comment l'encre est posée. Si je dois passer la nuit et qu'il y a de la roche au fond, je fais un tour avec la chaîne autour d'un caillou.
Dans la région de Marseille, il peut y avoir vraiment du monde dans les calanques et les criques et ça m'est arrivé souvent qu'un petit bateau se mette très près et remonte mon ancre en partant. C'est pas bien grave en fait.
Sinon une fois dans la calanque de Morgiret au Frioul, en été avec plein de bateau, je trouve une place potentielle avec 5 m de fond. Je me fais appelé par le bateau à côté qui m'annonce qu'il a mis 75m de chaîne et que je suis dans son cercle d'évitage. Je suis parti, mais avec 2 bateaux mouillés comme lui, ils ferment la calanque.

07 jan. 2015
1

Super de vérifier le mouillage en plongée, le sienet souvent celui des voisins,

hélas! les cercles d'évitage sont souvent à rapprocher du portefeuille, de l'égoisme ou d'un individualisme forcené, ou de l'incompétence voire de l'inconscience.

07 jan. 201516 juin 2020
1

Je pense qu'il devait être bien marseillais, cet homme, parce qu' étaler 75m de chaîne dans Morgiret, c'est tout simplement pas possible si tu ne veux pas te manger tous les rochers à l'évitage. Y craint dégun, çuilà !!!

07 jan. 2015
0

Oui, c'était à l'entrée de la calanque près des rochers (en haut à droite sur la photo).
Il n'avait sans doute pas réellement 75m mais c'était une personne d'un certain âge avec sa femme et moi j'étais avec des copains et on n'était surtout pas venu pour se prendre la tête. J'ai préféré partir.

07 jan. 2015
1

Ne surtout pas bloquer la chaine d'ancre au fond. Si il y a de la houle tu risque de péter ta chaine (vécu). De plus, si elle se coince lors de la remontée tu auras l'air fin .

En revanche excellente habitude de plonger sur son mouillage (piquer l'ancre suffira si tu connais la direction du vent annoncé).

07 jan. 2015
0

OK, je ne savais pas qu'on pouvais cassé ainsi la chaîne.

07 jan. 2015
3

Je suis surpris de la mise en cause des skippers des glénans au début de ce fil.

La promiscuité qui règne sur les bateaux lors des stages me fait peur .

Par contre j'ai toujours été surpris par l'amabilité , la gentillesse et le sens de l'entraide des skippers et des skippeuses des Glénans. Il doit y avoir des exceptions , mais globalement , ils sont infiniment plus agréables que la moyenne des plaisanciers rencontrés .

07 jan. 2015
1

Visiblement on n'a pas tous rencontré les mêmes.
J'en garde aussi un mauvais souvenir, ainsi que malheureusement ma coque et un chandelier, ce que j'estime impardonnable. (aucune sorte d'excuse ou au minimum d'aveu, le mépris total!)

07 jan. 2015
0

je trimbale depuis 10 ans une défense de taille respectable trouvée en Méditerranée et sur laquelle est écrit au feutre indélébile "C N Glénans"

En ayant trouvé une autre de même taille et non identifiée , fin juillet en rentrant à Gruissan, je tiens la défense Glénan à disposition des bateaux de l"association.

Je remercie le CNG , mais aussi l'ECB devenu INB pour les formations apportées à bon nombre de professionnels du Nautisme et pour les services que m'a rendu cette défense de l'Espagne à la Turquie.

Comme le disait le Capitaine à la Réserve en enseignant le matelotage: savoir faire un noeud (et surtout le défaire) est un art qui rend service et peu même vous sauver la vie

09 jan. 2015
0

les Glénans?
comme dans tout "groupement/association/"on peut rencontrer des personalités/attitudes/comportements...."variés"(!!)
1/mon muscadet(en 79 ou 80)a été perforé sur le bordé car pércuté au mouillage des Lavezzi par une cavale des glénans...si je n'avais pas vu depuis la rive,cet abordage,l'équipage de la cavale....cavalait(!) sans rien dire...le trou ds le bordé n'empêchant pas de naviguer(mer belle) j ai regagné la base de Bonifaccio...les responsables Glénans ont immédiatement (bien)réparé(CP+colle+peinture)...ceux de la cavalle ont du prendre un bon branle....
2/au mouillage du Fazzio(une amarre à terre pour ne pas éviter:classique ds ce mouillage)un 10 m glénans a( bien)mouillé puis amarre à terre lui aussi,il s'est stabilisé parrallèlement à nous ,laissant tout au plus 50/60 CENTIMETRES entre nos 2 bordés!!ils ont refusé de s'écarter..il a fallu que je me rende à leur base (au fond de la crique)pour qu un responsable vienne leur dire(fermement) de s'éloigner(il a suffit de déplacer leur amarre à terre)
malgré ces 2 "expériences"plutot négatives"je ne condamne pas l'ensemble des glénans...sachant que dans certaines zones ils sont particulièrement nombreux...et que sur le nombre....de toutes façons en haute saison les mouillages de Méd continentale/de Corse/de bretagne sud sont très encombrés...avec des plaisanciers de "niveaux et expériences" hétérogènes(!!)ajoutez à ça quelques suffisants/grincheux/égoistes/monsieurs "je sais tout"et voilà reunies les ingrédients de possibles frictions...des hommes et des...bateaux!

07 jan. 2015
2

Petit souvenir à Morgiret (frioul)
Je précise que je ne suis pas à l'aise dans un mouillage "bondé" et fermé comme l'était morgiret ce jour là.
Je ne sais pas pourquoi on a quand même mouillé.
De nature inquiète et perfectioniste, je tourne et retourne et quand je me décide enfin à alonger de la chaîne, je me retouve très (trop) près d'un gros bateau de marseillais.
Eux sont visiblement "chez eux" car à couple de 2 bateaux et ambiance papa-maman à bord.
le monsieur commence à me faire les gros yeux.
Je le titille du haut de sa grandeur et de son bateau qui domine le mien pour lui demander force conseils... Du coup, le captain me conseille juste de rallonger et me confirme de rester "en surveillant".
On a finalement évité de se frotter et eux sont partis avant la nuit.

Je pense qu'il y a toujours moyen de faire en restant sympa.

Si ca crain trop je me barre ou vais voir plus loin.
Maintenant que j'ai un bateau encore plus grand je fuis encore plus les mouillages bondés. Ca ne nous a pas empêcher de mouiller dans les calanques cet été mais pas n'importe où.

Mais je suis toujours un peu inquiet en arrivant dans un mouillage. Faut envisager la renverse, l'évitage des uns et des autres, les posidonies, les rochers, les couloirs des "promènes couillons" ... bref, c'est quand même une sacré alchimie que de faire correspondre tout ça et finalement tiens à pas grand chose entre une bonne nuit au mouillage et une grosse cagade!!!

09 jan. 2015
0

avis au breton qui subie l'école des Glénan
les Glénan on maintenant plusieurs base comme Sète, Port Camargue, Bonifacio (je crois).... Malgré leur présence nous nous en plaignons pas.
J'ais rencontre une fois un ancien des glénant qui n'était pas fortiche certes il n'étais chef de bord.....mais depuis plus de problème.
Le bouquin des Glénan constitue une référence et je le possède a bord
Je t'invite donc à modère tes propos.....

10 jan. 2015
0

Une fois en Corse on mouille vers 10 h du matin a Scandola, il y a du fond mais on a de la chaine tout va bien . A midi un ULDB a mat raccourci mouile a 5 metres devant nous, le vent s est leve 10 nds maxi mais on se balade un peu, on lui dit gentilement de mouiller derriere nous, et on se fait jetter. Finalement le mec lache un peu de chaine de facon a se retrouver au niveau de notre cockpit, du coup je remonte 5 metres vu que je les avait pas invites a bord. DEux heurs plus tard, ils decident de lever l ancre, mais le souci c est que leur ancre est devant nous et la chaine passe sous notre bateau. J aurais pu mettre un coup de moteur pour degager de quelques metres, mais comme je suis con je n ai pas bouge d un poil, le souci c est qu il y avait 30 ou 40 metres d eau et ils n avaient pas de guindeau, et nous on n avait pas prevu de bouger tout de suite. A deux ils ont du remonter la chaine par periode ou nous ne trouvions pas au dessus .
Trois semaines apres on les retrouve sur le continent, scenario quasi identique avec un autre voilier alors que la place ne manquait pas.
Il y en a qui aiment le contact et les emmerdes

11 jan. 2015
0

T'es venu avé l'ARC?

11 jan. 2015
0

non.....comme ça?
C'était juste pour demander.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Piégeage des gouttes

Après la pluie...

  • 4.5 (37)

Piégeage des gouttes

mars 2021