Les problèmes de plaisanciers

Bonjour à tous et toutes,

Quels sont vos plus gros problèmes ou difficultés, lié à votre pratique de la plaisance ? Dans son sens large (budget, entretien, professionnel incompétent, électronique, mat, navigation...

Bref, vos problèmes et quel serait les solutions de vos rêves ?

(je suis dans le domaine nautique et je souhaite réinventer mes offres). Aucune pub ici, simplement des questionnements.

Merci énormément à ceux qui joueront le jeu !

Alexandre

L'équipage
03 mai 2020
03 mai 2020
4

Le temps libre ? :D

03 mai 2020
0

OK je note, merci

03 mai 2020
1

les femmes souvent suivent pas

03 mai 2020
0

OK, merci. Je note.

03 mai 2020
22

Bonjour;

Dans le désordre, le plus largement possible, comme ça me vient à l'esprit:

  • Des prix stratosphériques, ou "spécial pour la plaisance", soi disant "riche", 10 à 20 fois supérieurs à d'autres clientèles, (peinture, électronique par exemple)
  • Qualité souvent douteuse si ce n'est inacceptable, (radeaux de survie, produits très dépassés)
  • Revendeurs totalement incompétents, même pas au niveau des grandes surfaces, (Casto et autres..)
  • "professionnels" à l’honnêteté plus que douteuse, leur but: la facture la plus forte possible, (motoristes en particulier).
  • Services portuaires facturés très chers pour un service minimum ou quasi inexistant, (nuitées sans passages à terre ou accès aux sanitaires à certaines heures).
  • Obligation légale d'emport de matériel inadapté ou inutile, vendu, bien entendu, très très cher.
  • Obsolescence programmée systématique.
  • Réglementation de plus en plus contraignante et contrôles tatillons.
  • Interdictions de mouillage sur ancre de plus en plus fréquentes, (on verrouille pour faire payer..).
  • Perte de l'esprit d'entraide et de courtoisie en mer, perte du sens marin.

Ces constats sont unanimement faits dés qu'on discute. Attention, les pratiquants et propriétaires de navires de plaisance commencent à prendre de l'âge. Bientôt ils arrêteront la pratique de ce loisir. Les nouvelles générations ne pourront plus "suivre", il y aura de moins en moins de propriétaires car on aura fini de tuer la "poule aux œufs d'or" et supprimé le dernier espace de liberté et de responsabilité.

Si vous voulez réinventer vos offres, il y a de nombreuses possibilités, à condition des sortir des sentiers battus et d'oser un autre esprit commercial.

Cdlt

03 mai 2020
0

Merci beaucoup pour ce retour !
Je suis plaisancier (bien avant d'être dans le domaine pro) et j'ai 27 ans. Et je confirme plusieurs de ces points...
Merci pour le temps pris.

06 mai 2020
0

Très bonne synthèse... Trop souvent le plaisancier a l'impression d'être vu comme la poule aux oeufs d'or.

J'ajouterai une petite précision sur le prix du matériel : les pièces détachées et équipements spécifiques ont souvent des prix complètement délirants encore plus quand l'offre se réduit.
Cas vécu ces dernières années : remplacement d'un génois, comme le bateau est encore construit, on se dit que la simplicité est de demander au chantier : prix exhorbitant, contact à la voilerie qui fournit le chantier : 50% du prix du chantier pour un tissus d'un gramage supérieur. Sentiment d'être un pigeon qu'on termine de plumer et pas un client qu'on aiderait à faire naviguer son bateau tout en gagnant une juste rémunération : 250 euro de marge pour expédier un génois sur quelques centaines de kilomètres, il faut pas exagérer.

Même problème avec des pièces détachées de moteur : un arbre pour un petit hors-bord de 2cv : 100 euro. Pour un prix de revient de combien à son arrivée en Europe ? Limite le faire fabriquer par un petit artisant local couterait moins cher.

03 mai 2020
15

les hommes parfois ne suivent pas

03 mai 2020
0

C'est le monde à l'envers 😍😂

0

non c'est le monde tout court

03 mai 202003 mai 2020
4

Merci @Flora d'équilibrer cette équation.
J'ai la chance de naviguer très souvent et toujours avec mon épouse depuis 55 ans. C'est ensemble que l'on décide de nos navigations, la lecture des cartes et des guides nautiques est notre pain quotidien hiver comme été. Pour les dépenses sur le bateau, disons que c'est plus moi dans les dépenses de type électronique, voiles, et accastillage. Je dois maintenir le bateau en état et prêt à prendre la mer dans les 10 minutes s'il y a du soleil et surtout du vent. Donc je fais les pleins d'eau, gasoil, bouffe, butagaz ... le plus souvent possible.

J'ai la chance d'avoir un petit chantier local capable de tout faire sur mon bateau, car avec l'âge j'ai maintenant des limites. Il habite proche de chez moi, donc je dois payer le déplacement pour aller au port faire les travaux sur mon bateau, mais en échange c'est une compétence moteur et bateau au top et moins chère que les chantiers du port. MOn petit artisant compétent est pour moi essentiel. Pour cela je pense à bien régler les factures et à lui donner du boulot...

04 mai 2020
0

T'en as, de la chance ...

03 mai 2020
0

bien plus rare

03 mai 2020
2

Très curieuse de savoir qui sont les 10 qui m'approuvent ? ;-)

03 mai 2020
0

Met une annonce de cobaturage, tu le sauras très vite! ;-)

03 mai 202016 juin 2020
0

moi
pas trop fan du sexisme à l'ancienne, rampant

D'ailleurs puisqu'on parle de ça, effectivement, c'est un truc que j'ai remarqué dans le milieu de la voile et qui est un peu gênant : les stéréotypes sexistes vont souvent bon train. C'est vrai sur les bateaux, lorsqu'on navigue. Mais c'est encore plus vrai - et c'est classique - dès qu'on parle technique. D'ailleurs HeO est très largement dans la moyenne sur ce thème là - sans vouloir dire du mal de ce merveilleux forum.

Le sexisme dans le milieu de la voile : on en parle ? ça mériterait un fil dédié ! (peut-être qu'il existe déjà, j'ai pas cherché) C'est vrai que dès fois c'est lourd.

04 mai 2020
0

Merci !
Les choses évoluent lentement dans ce domaine, mais elles évoluent !

07 mai 2020
0

Rentrer dans une écluse et constater le nombre de mecs à la barre et par conséquent le nombre de braves dames qui jouent avec les parebat les amarres et les murs degueu...🤗

03 mai 2020
3

Ce qui m'a arrêté :
- Ma totale incompétence technique
- Cette incompétence entraine des surcoûts
- Budget important pour le type de voilier que je souhaitais
- Mon épouse qui au fil des jours de réflexion est passée de 6 mois de vie à bord à 3 semaines, a avoué ne pas vouloir faire de longues nav, etc. J'ai donc abandonné ce mode de vie pas suffisamment partagé.

Bon, elle m'a fait le même coup pour la moto, mais le budget n'étant pas le même, j'ai fait semblant de la croire et je roule seul.

Pour moi, la solution est donc la location ponctuelle, mais étant près de mes sous, je trouve les tarifs repoussants pour deux personnes, même si justifiables et même entre particuliers, car le calcul n'est pas tant basé sur le coût du bateau mais plutôt sur un coût de séjour ramené au passager. Or, quand je vais sur l'eau, ce n'est pas pour me retrouver avec des personnes simplement pour diminuer le montant de la participation, mais pour y être seul avec ma femme.

03 mai 2020
0

Psychologie: Le bateau c'est un rêve d'homme, pas de femme et c'est logique, bien que des hommes puissent penser que les femmes en manque. Et à deux il est normal que le partage soit équitable.
Anecdote pour bien comprendre la différence: Mon épouse attendait sagement au parking que j'ai fini de faire le clown au dessus d'elle en voltige aérienne. Au retour je lui demande si elle avait apprécié le spectacle. Et elle de rire en me disant "A un moment je me suis dite, pourvu qu'il ne me tombe pas dessus". Logique féminine !

04 mai 2020
0

Outremer,
En toute sympathie, merci de ne pas généraliser...on pourrait donner suite au post de TDM2023.
La psychologie féminine est une histoire d'éducation et de culture, la seule logique est là.
Dans la famille, c'est moi qui rêve de bateau et qui fait vivre le rêve.

04 mai 2020
5

ça m'étonne toujours ce genre de propos ..pourquoi vouloir a tout pris que les hommes et les femmes (ou l'inverse) aient les m^me centres d'interet ..
un constat tout de m^me on voit peu de femmes avoir un bateau ,elles accompagent le plus souvent son homme ..

perso c'était le cas ,ma femme "m'accompagnait" puis maintenant en retraite et bien elle a son propre centre d'interet et moi j'ai le mien .point .Ainsi tout le monde est content et conciliant .Je pars en mer chaque année environ 90 j et madame reste à la maison bien contente ..et en retour je fais tout pour son centre d'interet ...

ou est le sexisme là dedans .

04 mai 2020
0

Hello Calypso,
Je tiens à dédramatiser, et surtout à ne jeter la pierre au visage de personne.
Il ne s'agit pas d'imposer que tout le monde aient les mêmes centres d'intérêts. Mais on peut s'interroger : pourquoi les hommes seraient attirés vers tel type de hobbie (typiquement qui implique de la force, de l'aventure et/ou un certain degré de technicité), quand les femmes seraient attirés vers tel autre type de hobbie (typiquement qui implique de la délicatesse, de la minutie). Les féministes disent qu'il n'y a pas de raison naturelle à cet ordre des choses, et que c'est un conditionnement social et culturel - ancré depuis des siècles - qui attribue certaines activités aux hommes, et d'autres aux femmes. Cette attribution de rôle engendre des inégalités et des injustices (on en a un exemple si on regarde le nombre de femmes patron au CAC40). C'est contre cette attribution de rôles, et les injustices qu'elle crée, que les féministes se battent.
Et dans le milieu de la voile, l'attribution de rôle fait partie de la navigation : l'un est à la barre, l'autre est à l'embraque, l'autre à la cuisine, il y a le mécanicien, l'architecte, celle qui recoud les voiles, etc. Chacun a son rôle : dans quelle mesure le conditionnement social des hommes et des femmes favorise l'accès de certains à tels rôles et de certaines à tels autres rôles ? N'y a-t-il pas là une injustice "structurelle" ancrée tellement profondément qu'on ne la remarque quasiment plus.
Calypso tu en donnes un bon exemple : "tout de m^me on voit peu de femmes avoir un bateau ,elles accompagent le plus souvent son homme .." Pourquoi peu de femmes ont un bateau ? parce que le plus souvent, dans leur éducation, elles ont été orientées vers d'autres activitées. C'est pas génétique la capacité à se passionner pour le bateau, c'est construit dans nos pratiques socio-culturelles.
Donc quand je parle de sexisme Calypso, je ne cherche pas à te jeter la pierre. Je ne dis pas que ton comportement est sexiste. Simplement, ta situation - comme celles de nombreux Heonautes j'imagine - est le symptôme, le stigmate, d'un sexisme ancré de manière plus profonde dans nos sociétés

Les blagues sexistes - qui parfois vont bon train sur les pontons et les fils du forum, et aussi lourdes soient-elles - ce n'est que la partie emmergée de l'iceberg. L'enjeu est plus profond.

04 mai 2020
1

@tdm2023 je partage ton propos mais je me pose des questions : on va toujours dans le m^me sens :pourquoi la femme ne ferait pas la m^me chose que les hommes ,ça va toujours dans ce sens lorsque l'on parle inegalité ..on peut aussi retourner la problematique :pourquoi les hommes ne ferait pas ce que les femmes font ...

le probleme c'est que l'on hiérarchise les choses :il est plus "noble" de barrer que de faire la cuisine mais ça c'est une vue de l'esprit !!! question pourquoi donc?

pour ce qui est de la force ;desolé mais c'est comme ça c'est la nature qui a voulu celà ..

pour la petite histoire véçu ..un sacré probleme : dans l'atelier de menuiserie de ma boite il y avait environ 20 hommes et 1 femme ..une jeune femme tres bonne menuisiere ..seulement pour installer les cabines à bord elle n'avait pas le force ni l'endurance donc elle faisait les meubles dans l'atelier ..un jour elle demande a etre payé comme les hommes elle etait aussi bonne qu'eux . Reaction de certains hommes ;ok c'est normal donc moi je demande a faire aussi uniquement les meubles dans l'atelier bien au chaud
Par ailleurs si j'étais femme je serai vexé de ces histoires de quota ... on va te donné tel poste "parce que tu es une femme" pour respecter les quotas imposé ..c'est assez dingue ce truc ..

05 mai 2020
0

"pour ce qui est de la force ;desolé mais c'est comme ça c'est la nature qui a voulu celà .."
C'est faux.

Ce sont les compétitions sportives (fortement sexistes) qui poussent à croire cela.

La force est bien davantage corrélée à la taille ou au poids qu'au sexe.
Les petits maigres devraient-ils donc être moins payés ? Ce serait logique, bien plus logique qu'en fonction du sexe en tout cas.

Ca revient au même ?
Déjà, non, ca ne revient pas au même.
Et quand bien même ce le serait, au moins, ce ne serait pas sexiste, et ca change tout.

06 mai 2020
1

"pour ce qui est de la force ;desolé mais c'est comme ça c'est la nature qui a voulu celà .."

"C'est faux"
là c'est juste ! quand on force c'est qu'on s'y prend mal :)

04 mai 2020
1

Et pourquoi vouloir à tout prix que les hommes et les femmes aient des centres d'intérêt différents ?!
Les femmes qui rêvent de bateau et qui en ont un, cela existe (j'en suis).
Il arrive aussi que femmes et hommes partagent le même rêve.
Merci d'éviter les généralisations !

04 mai 2020
0

@Estran;

Va dans un centre équestre et regardes le nombre d'hommes et de femmes à cheval !
Et tu verras que c'est exactement à l'inverse de la plaisance...

Pourquoi ?
Je n'ai pas de réponse !
L'équitation est une activité accidentogène connue.

Certaines activités attirent plus d'hommes, d'autres plus de femmes, c'est quand même un fait avéré, on n'y peut rien.
Et il est quand même heureux que chacun(e) puisse choisir son activité en fonction de ses gouts.

04 mai 2020
1

@Arzak

"Certaines activités attirent plus d'hommes, d'autres plus de femmes, c'est quand même un fait avéré" -> ça d'accord
mais "on n'y peut rien." -> pas si sûr
"Et il est quand même heureux que chacun(e) puisse choisir son activité en fonction de ses gouts." -> D'accord, mais les féministes veulent attirer notre attention sur le fait que les gouts sont construits socialement, et ne sont pas un fait naturel lié au sexe.

Il y a en plus un double effet kiss-cool : les inégalités de salaires pèsent sur les possibilités d'accès à ce loisir couteux.

Dire "on n'y peut rien", à mon humble avis, c'est grave : c'est entériner l'injustice comme un état de fait. Alors même qu'il y a des choses à faire.

04 mai 2020
0

tdm .. ..ça fait tout de m^me longtemps que les garçons et les filles suivent la m^me scolarité .A une epoque d'accord il y avait l'ecole des filles qui apprenaient à coudre et l'école des garçons qui jouaient au foot ..mais celà a bien changer tout de m^me ...

04 mai 2020
0

Bien, très bonne remarque, Calypso !

Mais les modèles, les exemples sous les yeux des jeunes filles, les rôles "induits" par la société sont très prégnants...

Je fais de soucis en BTS (orientation automobile) et je n'y ai vu qu'une jeune fille pour le moment... Aucune raison... à part le poids de la société.

04 mai 202016 juin 2020
0

oui, les choses évoluent.. lentement, très lentement..

Un article sur le sujet :
www.cairn.info[...]-47.htm

Voir le tableau, pour des personnes sorties des études début des années 2000 :

04 mai 2020
1

Malheureusement, les parents perpétuent souvent les stéréotypes de genre, consciemment ou pas (papa bricole avec ses garçons et maman cuisine avec ses filles), et les ados, peu enclins à se distinguer du groupe, finissent le boulot.

Tant que l'esprit moutonnier sera prédominant dans la société, je ne suis pas très optimiste quant à l'évolution des choses...

04 mai 2020
1

et voilà bien le probleme ..le bricolage ,sous entendu noble pour le papa et le garçon et la cuisine ,sous entendu de deuxieme étage pour maman et fifi ... et si l'on faisait le contraire je suis certain que les papa serait bien content les mamans pas sûr

mais bon je vais passé pour un sexiste mdr ..

04 mai 2020
0

@ Calypso
Le sous-entendu t'appartient, c'est ton interprétation.
Pour moi, il n'y a pas d'activité plus "noble" que d'autres.

04 mai 2020
2

je ne me questionne jamais par rapport à moi m^me mais ce qui m'interesse generalement c'est la perception des choses par le plus grand nombre ,par la société toute entiere .
Dans notre société on a hierachisé les taches et le travail d'une maniere qui n'est pas juste et qui repose sur des concepts de faux intellectuel ...
les hommes font des taches soit disant plus noble (bricolage)que les taches faite par les femmes (cuisine),ça c'est ce que l'on perçois c'est notre hierachisation alors les femmes se battent pour faire la m^me chose que les hommes pour etre l'égale des hommes ,quelle betise pour ne pas dire plus .

on trouve la m^me chose sur le travail manuel lui c'est de la seconde zone.
D'ailleurs notre President découvre que sans les "petites mains" pas d'économie de base possible ..on verra demain...

perso je propose que chacun s'eclate suivant ses gouts ,ses competences, ou ses aspirations sans hierarchisation de celà c'est mieux ou plus que l'autre .

05 mai 2020
0

@tdm Comme dit Arzak en équitation tu as 1 homme pour 9 femmes et le cout annuel s'apparente au cout de faire du bateau ...et pourtant la tres grande majorité des cavaliers sont des cavalieres ..

04 mai 2020
2

@ Estran ..et bien c'est parfait alors ...desolé mais ma femme c'est les animaux , pourquoi moi je devrais a tout pris avoir ce centre d'interet ?

moi c'est le bateau elle c'est les chevaux et tout le monde est content .mais en passant ses chevaux ça me donne bien plus de boulot que mon bateau lui en donne ..mais bon c'est avec grand plaisir .

ne pas confondre égalitarisme et égalité .

04 mai 2020
0

Surprise de constater que la quasi totalité des intervenants parlent de leur femme.
En ce qui me concerne pas ce problème depuis 60 ans de navigation.
Par contre le coût annuel de mon bateau,45pieds, minimisé par un hivernage en grece,ne pourra sans doute être supporté par enfants ou petits enfants.
Ils naviguent avec moi et après loueront pour leurs vacances.

05 mai 2020
1

@Estran , ce que je trouve critiquable en plaisance c'est qu'un tres grand nombre de femmes suivent le lobbys imposé par son homme ..le bateau plait à monsieur,monsieur achete un bateau et madame suit plus ou moins volontairement ...

c'est il me semble un constat ..malheur ou pas je ne sais

il y a des exceptions bien entendu mais ça reste tout de m^me justement des exceptions ..

06 mai 2020
0

Les moutons à 5 pattes ça existe mais c'est pas la majorité.Ma fille et ma petite fille font du cheval mais n'aiment pas le bateau. Ma femme non plus d'ailleurs.

04 mai 2020
1

Bien sur que l'on peut avoir des loisirs partagés ou des loisirs chacun de son côté, toutefois il y a tout de même un critère financier à prendre en compte. Nous avons toujours fait compte bancaire en commun, toutes les rentrées d'argent d'où qu'elles viennent ont été mises dans la communauté. Sur certaines périodes, ma femme a gagné le double de moi, sur d'autres, je fus seul à faire bouillir la marmite. Je me vois mal dépenser 60K€ pour mon loisir alors que de son côté mon épouse a un loisir à 2500€/an. A 60K€ je souhaite que ce soit un loisir commun.
Et comme ça fait 44 ans que ça marche très bien comme ça ...

05 mai 2020
0

"ou est le sexisme là dedans "
-> "pourquoi vouloir a tout pris que les hommes et les femmes (ou l'inverse) aient les m^me centres d'interet"
Globalement, il était déjà à la deuxième phrase.

04 mai 2020
0

Ridicule cet avis du voltigeur Outremer,et bien machiste......
Ne pas oublier que le champion du monde de voltige est une femme !
Elle avait le record de vrilles à l'envers en décrochage en autre il le semble

2

Pirate a écrit:
- Ma totale incompétence technique
- Cette incompétence entraine des surcoûts
- Budget important pour le type de voilier que je souhaitais

Incompétence: un bateau ce n'est pas une voiture et la mer ce n'est pas la route;
les stages et écoles de formation sont de moins en moins existants, adaptés, utilisés et appréciés.
L'auto formation (livres) est un préalable, les sorties sur le bateau des autres sont une bonne approche, mais il faut savoir que l'on ne saura jamais tout et que c'est en navigant que l'on apprend et acquiert de l'expérience. Un moteur, ce n'est pas compliqué, et son entretien est à la portée de tous. Sur un bateau on ne fait pas n'importe quoi; "se plier" à une certaine discipline et acquérir une un savoir faire et une autonomie est l'assurance d'une meilleure utilisation du bateau et de ses équipements accompagnées d'une réduction des coûts.

Un bateau ce n'est pas AVOIR (un budget gonflé pour un bateau et des équipements que l'on utilisera mal ou pas parce qu'il y aura toujours quelque chose à mettre au point avant de partir) mais ETRE, c'est à dire naviguer avec un projet sur un bateau adapté à l'équipage et au programme en respectant les éléments .

Ces remarques sont bien sûr à l'intention d'Alexgruissan et de son désir d'orientation au bénéfice des éventuels plaisanciers potentiels...

03 mai 2020
1

Trouver des gens "sérieux" pour faire certains boulots (surtout dans le sud !)
Compétents, à l'heure et tenant leurs promesses...

03 mai 2020
0

Quel genre de boulot ? Tout m'interesse lol

04 mai 2020
0

moi ce serait monter au mat ou descendre dans le coffre pour bricoler le moteur je ne suis plus assez souple ....

03 mai 2020
1

beaucoup de gens très compétents dans le sud

03 mai 2020
6

bonjour ,
tout n'est pas si mauvais ,tous ceux qui vont sur l'eau ne sont pas maso non plus .
bien que très développée ,la plaisance reste de l'artisanat .
évidement si l'ont veut le dernier voilier à la mode avec un équipement top que l'on renouvelle
tous les ans ,ça coûte un bras .
mais si vous enlevez tout ce qui est inutile et superflu ,on peut naviguer sur un voilier convenable
pour bien moins cher que ne vous coûte votre voiture à l'année (carburant compris ).évidement il faut apprendre et c'est ça qui en fait le charme
alain

03 mai 2020
0

Bien sur.
Je suis d'accord sur le côté artisanal. Ce qui est parfois un bien, mais parfois un mal aussi...

Secteur peu organisé.

03 mai 2020
0

Trouver des artisans de confiance, compétents, disponibles, avec des tarifs abordables et SURTOUT à l'écoute des demandes et pas de ce qu'il veut refiler à prix d'or...

03 mai 2020
3

Peut-être un réseau national de pièces détachées d'occase en ligne. Sur le principe de CARECO pour l'auto (par exemple)

En contact avec les centres de déconstruction ou les assureurs.

0

Bonjour,
Je suis d’accord globalement avec ce qui est dit plus haut.
Les «  pros » du nautisme sont souvent des bricoleurs, sauf pour établir la facture.
J’ai par principe d’essayer d’entretenir moi-même mes bateaux. Mais mes compétences ne sont pas toutes au top. Dans ce cas, je fais appel à des pros de mes connaissances. Avec eux, ça se passe bien.
Mais j’ai souvent eu l’occasion de voir des trucs invraisemblables.
Je me souvent une fois au port de Lesconil. Le bateau à côté de moi était en panne moteur. Je vois arriver un mécano. Son bleu et ses chaussures de Sécu noires de cambouis. Il pose avec énergie sa caisse à outils métalliques sur le banc du cockpit. On pouvait le suivre à la trace.
Au bruit qu’il faisait à l’intérieur, le pauvre plancher recevait les coups des clés diverses et variées.
À son départ, les propriétaires ont passé leur après-midi à nettoyer les traces de son passage.
HONTEUX
Protections, Nettoyage après le travail sont assez rares.
Dommage.
Bonne journée,
Patrice

03 mai 2020
1

Le froid qui m’oblige à sortir le bateau de l’eau 7 mais par année.

03 mai 2020
4

BONJOUR,Un peu H S &: le civisme , le respect et l'entr'aide entre plaisanciers quelque soit leur niveau, leur expérience leur moyens .j'ai 78 ans je navigue encore.comme tout le monde j'ai appris j'ai fait des erreurs et j'apprends encore.alors aux plus jeunes naviguez naviguez quelque soient les obstacles encore et encore il en restera quelque chose.

1

On est de la même génération...65 ans de plaisance active...
civisme, respect, entraide, partage d'expériences, de navigation permettent de nous enrichir sans nous appauvrir...

04 mai 2020
0

Petit navire et awa

On est de la même génération à 35 ans près.... bon c’était la petite blagounette du jour

0

la génération est d'abord une façon de voir les choses et se débrouiller avec les moyens du bord au maxi sur un bateau (voile ou moteur) est une donnée qui n'a pas d'age

03 mai 2020
2

Et vous, les professionnels, quels sont vos problèmes avec vos clients plaisanciers?

0

c'est une façon aussi d'aborder la question

03 mai 2020
2

je suis plaisancier depuis XXXXXXannées ,j'ai été d'abord marin ,puis pro pendant pas mal d'années ,conssessionaire grande marques tout en faisant de la voile et des régates.et fini ma carrière comme expert maritime le jour ou j'en ai eu marre de descendre dans les cales et de grimper aux mats .
maintenant j'arrive en fin de parcours et tant faire ce peut ,j'interviens sur ce forum pas toujours avec bonescien l'arménien bien connu .
je pourrais écrire un livre sur les clients .
quand je me suis installé sur le port d'hyeres ,je suis arrivé avec mon J7 pijo ,et qu'es-ce que j'ai eu comme clients ?: tous ceux que les autres ne voulaient pas ,les chiants ,les mauvais payeurs ext. et souvent le même avait tout à la fois .
après en avoir recadré quelques uns, comme les ports c'est clochemerle ,ça c'est vite su .ce sont les autres professionnels qui m'en ont voulu .
entre le moment ou je me suis installé itinérant et le moment ou j'ai pris ma fonction d'expert ,j'avais monté la plus belle affaire du port avec 100m2 de magasin sur le port ,un hangar de 200m2 pas trop loin
et une participation dans un ship sur toulon et une agence à la londe les maures .
la jalousie c'est terrible .au fait les X c'est romain j'aurais pu mettre VX.
j'ai même réussi entre deux ventes d'affaires à prendre du temps pour aller faire de la voile un peu partout dans le monde .
mais des histoires de clients je préfère les garder pour moi ,un peu de pudeur ,il y en a trop qui se reconnaitraient .
alain;-)

03 mai 202003 mai 2020
1

@Papy-Zoom : Qu'ils veulent tout avoir entre 0€ et rien

Ok, je sors (je ne suis pas pro)

C'est ma vision que j'imagine du côté d'un pro.

hors sujet mais pour, qu'il n'y ait pas de malentendu dans ma réponse ci-dessus, je n'achète jamais au prix fort. Je cherche toujours une promo ou une occase. Ou alors je recherche un équivalent en auto ou je détourne quelque chose d'existant selon mon besoin (exemple mécanique ou électricité).

Pour l'accastillage ou l'électronique, c'est sûr que c'est moins évident de détourner ce qui existe dans un autre domaine. Mais je ne suis pas à l'affut du dernier cri.

04 mai 2020
0

a oliver29,c’est ma philosophie egalement.
quelqu’un vend il la piece, l’accessoire ,le vetement que je cherche.
souvent les gens se trompent de taille ou de modele,et en cherchant bien,on trouve du neuf ou quasi a moitie prix.

04 mai 2020
0

@ Mitch58 : Oui, il faut saisir l’opportunité quand elle se présente pour acheter par anticipation ou être patient pour attendre la bonne occasion.

Quand tu es dans l'urgence, tu payes le prix fort.

03 mai 2020
0
  • 1 pour le materiel de mauvaise qualité mais pour lequel le prix ne baisse pas . exemple inox : cable , chandelier , etc
03 mai 2020
2

d'abord je garde mes anciens catalogues de chez AD USHIP BIG SHIP et compagnie et tous les ans je compare les prix des mêmes objets quand ils existent encore. Ca montre et ça démontre à foison que ces gens là sont le plus souvent des voleurs et des profiteurs mais ça on le savait .
Ensuite je regarde pour voir s'il y a quelque chose d'intelligent et de nouveau. Oui sans doute mais leur publicité, en particulier chez Big SHip est horriblement mal faite, ils donnent des noms très savants pour faire bien mais il faut se creuser longtemps la tête pour savoir de quoi ils parlent. On a franchement l'impression que si on ne comprend pas c'est qu'on est les idiots les plus stupides qui puisse exister. Alors c'est simple je vais voir ailleurs
Le pire c'était ; mais ça s'est peut être arrangé depuis, c'était garmin ils vous vendaient un appareil avec des fonctions théoriquement formidables mais ils oublient de dire comment les mettre en route de façon simple et claire et la SAV internet quand elle existe n'arrange rien.

Je sais bien que je suis un petit vieux sans doute à moitié débile mais j'en ai marre qu'on nous prenne pour des idiots.

03 mai 202003 mai 2020
1

je ne sais si je dois repondre car je n'ai besoin de rien en particulier je me debrouille tout seul .

Parfois j'ai eu besoin d'un mecano mais je vais voir un vrai pas ceux qui ne pratiquent que la plaisance plutot celui qui intervient sur des vrais bateaux là il a fait ses preuves .

03 mai 2020
2

Pour ma part, la première galère est le port. Mais ça le débat est déjà ouvert ailleurs sur le forum.

En suite, le temps libre pour naviguer, mais ça, ça relève de l'organisation du salariat. Donc peut-être pas ton rayon non plus.

En suite l'entretien/rénovation, qui demande du temps et de l'énergie, avec des connaissances et de l'outillage. Ou effectivement beaucoup de sous.

Ce qui me manque de plus c'est des assos type ateliers partagés. Avec ces assos ou les connaissances et les outils sont mis en commun j'ai pu apprendre à entretenir et retaper des vélos et retaper un vieille Volvo 240. Mais pour le bateau... je n'ai pas l'impression qu'il existe quelque chose de tel... c'est dommage.
Pouvoir avoir les bons outils, la petites astuce qui va bien, les mains en plus quand deux sont trop juste ça aide beaucoup et fluidifie le travail. Ne pas bosser seul dans son coin aide aussi beaucoup à se motiver et à cocher dans un truc chiant ou qui paraît insurmontable.

03 mai 2020
0

la divagation à voile c'est l'autarcie ,donc comme le sav n'existe pas en mer ,il faut se dem...
tout seul avec ses petites mains et ce que l'on a à bord
divaguer c'est prévoir ..sur les pontons on navigue entre les apèros et les compte rendus des voisins sur leurs divagations océanes et tempétueuses ,quand ce ne sont pas les nôtres ..
ce petit monde (dont je fais partie ) est une entité en lui même ,ou tout se côtoie du pire au meilleur ,
je ne sais pas dans quel ordre je dois le mettre ,
je commence à parler à mon aspirateur ,c'est normal?
alain

03 mai 2020
2

Salut Alain,
Jusque-là tout va bien, c’est quand il te répond qu’il faut s’inquiéter.🤯

03 mai 2020
9

Si son aspirateur fait une dépression, c'est normal.

03 mai 202003 mai 2020
5

Quand j'avais le temps, j'avais pas les sous
quand j'ai eu des sous, je n'avais pas le temps
maintenant que j'ai le temps et un peu de sous, c'est la santé qui lâche...
Jamais content !
Heureusement j'ai trouvé la navigation associative...

03 mai 2020
0

Perso, par exemple sur Gruissan comme je suis débutant, j'aurais aimé une assoc sans passer par le Yachtclub pour avoir des conseils, en donner, des coups de main, des idées de nav, des idées sur le pourquoi du comment, etc...bref une mutualisation des compétences et compétences...

03 mai 2020
0

Je comprend l'idée.
Après le yacht club est une association...

Apres si tu cherches des conseils, des nav et des échanges, ben appelle moi c'est avec plaisir !

03 mai 2020
0

quel est ta profession alexgruissan?

03 mai 202003 mai 2020
1

A l'origine, je suis consultant en business development (jolie nom n'est-ce pas ?) 😅😛

Il y'a deux ans, après l'achat de mon troisième bateau, j'ai décider de vivre de ma passion, alors j'ai voulue vendre des bateaux. Mais tout en conseillant le client, en faisant des recherches pour lui, en étant le plus honnête possible (je l'espère).
Puis les clients me demande de plus en plus de faire des travaux sur leur bateau. Alors je met mon père sur le coup, qui a eu plusieurs bateau et qui maîtrise quasi toutes les parties. La aussi les clients satisfait (jusqu'à maintenant).

Puis après on m'a demander des voiles... Alors j'ai trouver des fabricants...

Bref, j'aime tout les domaines. De la vente à l'entretien en passant par les voiles.

Mais aujourd'hui encore mon cœur de métier c'est la vente, j'aimerai en faire encore, mais je préférerai pivoter vers du service et aider les gens avec passion et du mieux possible.

Voile mon petit parcours.

Ps : commercialement je ne suis pas très extra, je passe du beaucoup de temps au téléphone avec mes clients, je les conseilles, je les aides sincèrement. Mais je ne me changerait pas. J'aime plus ça que l'argent donc...

04 mai 2020
5

pour devenir millionnaire en € dans le nautisme ,la recette :
commencer milliardaire
alain

04 mai 2020
0

J'ai cru comprendre que le but d'Alexgruissan est de réussir "raisonnablement" dans la profession... ça devrait te parler ?

04 mai 2020
0

Oui ses le secret de la réussite ^^ en plus les filles adore ça....

04 mai 2020
0

Alexgruissan,
Si déjà tu as la volonté de passer du temps avec tes client, tu as un bon terreau.
Un bon professionnel c est aussi une relation avec le client: de la pédagogie, de l écoute et partage. Mais comme c'est chronophage ne pas avoir trop de créanciers sur le dos!

03 mai 202003 mai 2020
0

Un souhait:
Que tous les mécaniciens soient comme celui qui était intervenu à bord.
Bermuda bleu et tee-shirt blanc en arrivant.
Intervention, un outil dans une main, un chiffon dans l'autre.
Une fois fini, il est reparti avec toujours les outils, les mains propres et le tee-shirt immaculé.
En plus avec un prix tout à fait correct.
J'imagine que certains ici l'ont déjà croisé.

Et pour naviguer:
En plutôt grand pour le confort:
Un multicoque car cela va vite.
Un monocoque de course car cela doit offrir des sensations extraordinaires
Un vieux voilier car c'est si beau.
Et un bateau à moteur pour avoir des horaires relativement respectés (pour madame)
Mais je n'ai pas les moyens,alors vive le BDA. :-)

03 mai 2020
5

En plus de tout ce qui a été dit par d'autres, le sujet de l'électronique (brièvement évoqué plus haut), car je connais un peu le domaine :
- une norme d'interfacage (NMEA 2000, sans parler du NMEA183) qui n'est pas vraiment respectée
- énormément de matériels "propriétaires", peu ergonomiques, vendus à des tarifs exorbitants
(je l'ai déjà dit sur d'autres posts, je n'ai jamais compris pourquoi on trouvait encore des traceurs étanches riquiqui à la table à carte alors que n'importe quel PC fait mieux pour moins cher.)
- Heureusement une offre open source émerge tant en logiciel qu'en matériel, mais uniquement en mode bidouille. très peu de choses sérieuses vendue sur ces bases.
Je me trompe peut être mais je ne connais pas de spécialiste d'électronique marine qui propose de mettre un PC avec OpenCPN ou QTVLM pour un client qui lui demande de refaire son installation.
D'un autre coté, le client n'aura vu que le dernier Raymaeine ou B&G pleine page dans Voile et Voiliers, qui n'a jamais publié un article sur le raspberry pi...

En électricité, c'est pareil, les installation ne sont pas optimisées nativement pour l'usage à bord

03 mai 202003 mai 2020
0

et j'ajoute un post séparé pour un sujet à mon sens majeur, mais rarement évoqué :
- une communauté de plaisanciers énorme mais très peu structurée et donc faible face aux autres intervenants du secteur.
En UK, mais d'autres auront d'autres exemples, la Cruising Association a 6000 membres (c'est pas énorme mais ça existe). en.wikipedia.org[...]ciation
Rien de tel en France.
Ca mériterait un autre fil!

03 mai 2020
0

Ouahou merci pour ton retour c'est énorme et plein de valeur !

03 mai 202003 mai 2020
0

En France, il y a quelques associations de propriétaires de bateaux identiques plus ou moins actives, comme le First 30 ou le Romanée, que je connais un peu.

Mais rien à voir avec la "7 seas cruising association" américaine par exemple... ou la british que tu cites...

Pourquoi ?

03 mai 2020
0

Intéressant, mais que font ces assos ?
Achat groupe, test produit ? Défense ?

04 mai 2020
2

Je crois pas, elles permettent essentiellement de partager les expériences de navigation, mais aussi les travaux d'entretien, les modifs apportées, etc...

Au temps où la construction amateur était très active, il y avait une association l'Unité Amateur, qui s'était bien organisée après quelques dérapages, avec des antennes régionales, mais surtout un groupement d'achats en coopérative et une revue mensuelle qui comportait aussi le bulletin de commande de l'offre mensuelle. C'était bien avant internet et le téléphone portable ! ça fonctionnait essentiellement avec des bénévoles, mais il y avait aussi deux ou trois salarié(e)s au siège dans la région parisienne (Plaisir, de mémoire ?).

J'y ai participé activement, comme d'autres ici sans doute ?

Tu as un projet, si je comprends bien ?

04 mai 2020
0

C'est ça.
J'ai un projet.
J'ai même plusieurs projets en fait.

Je travaille dans le nautisme, mais j'ai cœur à faire évoluer cette filière et à aider les plaisanciers (dont je fait parti).

Donc jessai de comprendre les problématiques et d'y apporter une solution...

Mais ce n'est pas... Simple 😅

0

Participer à la formation en faisant naviguer est une priorité avant tout problèmes matériels.
Les associations sont là pour cela, même le YCG fait embarquer des néophites lors de ses manifestations.

Faute de formation,pas nécessairement payante, les problèmes matériels vont s'accumuler pour les possesseurs de bateau d'autant plus que les vendeurs veulent vendre le maximum, c'est à dire tout et n'importe quoi à celui qui s'y connait peu, et les réparateurs faire changer un moteur soit disant HS alors qu'il suffisait de remplacer une pièce accessoire.

04 mai 2020
0

un professionnel qui vend un moteur ne fait pas la meilleure affaire sur le long terme ...
déjà si le pig..non le client n'est pas trop nul ,il va demander plusieurs devis sur différentes marques ,donc il sera obligé de s'aligner avec éventuellement une reprise de la vieille mécanique .
le moteur neuf aura 2 ans de garantie et normalement si l'entretient est fait correctement 10 ans sans gros frais .
alors qu'un moteur ancien tous les ans il y a quelque chose à faire dessus ,c'est une rente ...
réfléchissez bien ,ne tuez pas le pig.. non la poule aux œufs d'or
alain ,-)

04 mai 2020
-1

Bonjour Flora

Pour te répondre ainsi qu'à yannbis, je pense que seule une organisation bien structurée peut nous aider à stopper le racket des ship et autres "professionnels" ou acteurs de la mer.

En son temps l'Unité Amateur commandait à peu près 100 mats/grééments par an!
Le mouvement amateur avait une telle importance que même Bénéteau était monté au créneau pour dénoncer l'Unité Amateur comme concurrent déloyal! On était reconnus et respectés.

Nous avions initié des contacts et un dialogue avec le secrétariat d'état à la mer, (organisme de tutelle), et même provoqué une conférence/débat/démonstration sur l'absence de fiabilité des radeaux de sauvetage et du matériel dit de "sécurité". Autant vous dire que les fabricants étaient très mal à l'aise lorsque 50% seulement des radeaux tirés lors de cette conférence, se sont gonflés!

Nous sommes de nos jours seuls face à des revendeurs qui n'y connaissent rien, sont incapables de donner ne serait-ce qu'un avis, et verrouillent le marché.
Nous sommes seuls face à l'administration qui ne veut prendre aucun risque, (cf l'éternel projet de permis de conduire les navires à voile), et la FIN qui a des intérêts opposés aux nôtres, (la même FIN à longtemps tenté d'imposer un contrôle technique des bateaux de plaisance!).

Comme toujours, il faut être nombreux pour être puissants, la 7 seas cruising association en est un très bon exemple. D'autres associations fonctionnent bien, par exemple Sail the World, ou des regroupements par types de bateaux.

En rêvant un peu, si tout le monde se regroupait, on en ferait des choses...

04 mai 2020
0

Bonjour Darjeeling,
Sais-tu ce qu'est devenue L'unité amateur ?

04 mai 2020
0

A ma connaissance il reste une antenne en Bretagne et peut être d'autres vers Lyon et en région PACA.

A la fin de ma construction, (réussie), le mouvement c'est beaucoup essoufflé:
- Une génération a achevé sa construction et navigue,
- Certains se sont suffisamment enrichis pour acheter en neuf ou en occasion,
- D'autres ont de moins en moins de temps à consacrer à la navigation,
- Les modes de vie ont évolué vers plus de vacances, mais courtes,
- On "consomme" plus de voyage, c'est plus facile,
- La pratique des loisirs nautiques n'est pas toujours aussi idyllique que l'on veut le faire croire

04 mai 2020
0

Merci. Quel bateau ? Moi c'était un Flot 40.
Je sais que l'antenne Midi-Pyrénées à Toulouse fonctionnait toujours à la fin des années 90, mais depuis ?
Nous avions mis à l'eau en 83 sur le canal du Midi (en même temps que Nunky qui passe par ici de temps en temps).

:-)

04 mai 2020
0

Trismus 37' en sandwich. Il y en a un certain nombre sur les côtes Atlantiques

05 mai 2020
0

Oui, il s'en est construit beaucoup par des amateurs et des chantiers (en alu), plusieurs centaines je crois, pas seulement en France.

J'en ai bien connu plusieurs en voyage.
Il y a un site qui les recensait, géré par les "Diablinte".

05 mai 2020
0

Bonjour Flora;

Il existe un site très documenté, toujours actif, dont font partie les Diablinte:
Le Trismus est toujours vivant et actualité pour la croisière sans soucis à faible budget.
Le Flot 40, c'est aussi un bon canote!

06 mai 2020
0

Hello,
le lien que tu mentionnes ne s'ouvre pas ?
j'ai trouvé :

les.trismus.free.fr[...]

Merci (+ en MP)

06 mai 2020
0

Bonjour!

C'est le bon lien, tout y est sur cette famille de bateaux. N'hésites pas pour les MP...

A+

06 mai 202006 mai 2020
05 mai 2020
0

à Marseille : ucap.fr

03 mai 2020
0

Bon ben moi aussi je vais vider mon sac.
Un point pour les néo-marins qui n'ont reçu aucune expérience de la mer par leur famille et leur milieu.
Pour eux c'est vraiment la galère,car il n'existe rien de vraiment sérieux en France pour recevoir une évaluation fiable et honnête de son niveau et compétences en voile croisière. Il y a les historiques stages Glénans, mais qui finalement servent juste à te sortir du statut de novice à celui d'équipier mais c'est rien de plus, de toute façon la formule de stage à la semaine une fois l'an, devient vite moins efficace car il faut toujours 2-3 jours pour se remettre dans le bain et retrouver les sensations. Pour progresser faudrait faire un mois complet et à condition de tomber avec les quelques bons moniteurs ...
La solution, ce serait une adaptation du Yachtmaster à la Française avec une forte orientation solo. Une fois qu'on aurait breveté un truc bien sérieux, type Yachtmaster Coastal ou une Maîtrise de Navigation Côtière en voilier habitable, ceux qui sont des nouveaux plaisanciers auraient plus de sérénité à s'embarquer avec familles et amis.
C'est un sujet qui a déjà été évoqué en France par des professionnels de la plaisance car ils pensent qu'il y a un frein pour renouveler le cheptel, mais vu les enjeux pour les organismes déjà bien implantés (FFV ?),c'est pas surprenant que rien ne change.

04 mai 2020
1

Ce qui m’énerve vraiment c’est le manque de fiabilité/durabilité des équipements …

1

l'utilisation et l'entretien des équipements est-il fait par l'utilisateur.

j'ai utiliser 15 ans de l'electronique qui avait déjà 10 ans.....

04 mai 2020
0

Un problème que je rencontre souvent c'est la difficulté (voir l'impossibilité) de trouver des pièces. Par exemple à Panama, qui est pourtant un pays clef du nautisme, on ne trouve rien ou quasi rien.

04 mai 2020
0

Pour ma part,

Problème 1, le temps. Vie quotidienne, famille, travail, laissent peu de temps.
Problème 2, le budget. Pas assez d'argent pour acheter du matos durable, ou s'appuyer sur des pros de tous les domaines, donc besoin de temps pour apprendre et faire. Retour au problème 1.
Problème 3, pour naviguer en famille, besoin d'un navire hors budget (genre 30' mini). Retour problème 2.

Solution 1, ok. Adhérer à un club de voile et pratiquer la voile légère, les régates en D3 (D2 demande trop de temps, cf problème 1)

Solution 2, ok. Naviguer en kayak de mer...parfois plus rapide qu'un voilier, accède à toutes les îles, embarque vivres et couchages, toujours plus maniable (rase caillou), beaucoup moins cher, avec un budget entretien à zéro €, aucun souci de talonnage, se sort de l'eau à volonté sans grue et pour 0 €, mais...pas de vent dans les voiles.

Solution 3, patience. Attendre que les enfants soient grands et plus autonomes.

Solution 4, recherche. Attendre l'occase de rêve pour un transportable maniable à la mise à l'eau, maniable à la godille (no motor,no problem).

Fj

04 mai 2020
0

Pour moi le yacht club ne correspond pas à mes attentes et trop cher

0

club, lieu de rencontre des propriétaire qui cherchent souvent des équipiers pour une sortie, une régate, un croisière...

04 mai 2020
1

Si la plaisance était un problème, je ferais autre chose.
Il faudrait plutôt parler de besoins, de services ou de formation pour certains.
Au préalable, je dirais que se lancer dans ce loisir sans être très autodidacte risque de coûter très cher, mais si on a les moyens ce n’est pas grave et je ne suis pas d’accord sur les à priori sur les pros dans le sud. Il y en a de très bons et les tarifs ne sont pas toujours délirants.
Là encore c’est une question de discernement et d’apprentissage. Si vous y allez la CB en bandoulière et sans connaître le sujet vous allez vous faire balader.
Aujourd’hui avec la somme de connaissances sur le web et sur ce forum en particulier, ne pas savoir faire sa vidange et changer les filtres ou une courroie, c’est ne pas vouloir le faire, ce que je comprends parfaitement.
Pour des pb de mécanique plus pointus il y a des pros mais il faut être précis dans la demande.
Je fais pas mal de choses sur mon bateau, mais mes compétences s’arrêtent à l’électricité et aux réseaux, c’est un domaine qui n’imprime pas dans mon cerveau.
A ce sujet j’aimerais trouver un pro qui optimise mon réseau à base de ST60 sans tout changer vu que ça fonctionne, mais qui le mette à ma main.

04 mai 2020
2

Mon problème vient des législations souvent abusives et ubuesques dans un peu tous les domaines de la plaisance, dépendantes aussi de la localisation.

04 mai 2020
1

Je ne comprends pas les plaintes concernant la législation et les contrôles. Ca fait 20 ans que je navigue, et je n'ai jamais été contrôlé. La législation me semble normale: quand on navigue au large, avoir une balise de détresse, un radeau de survie, des extincteurs, c'est logique. Il suffit de lire les récits de naufrage pour constater que beaucoup de vies sont sauvés grâce à cela.
Beaucoup de gens se plaignent également du prix des équipements électroniques. Mais il ne faut pas comparer les prix des équipements électroniques du nautisme avec les prix des équipements électroniques de masse. Les débouchés dans le nautisme sont très réduits: combien de pilotes auto vend chaque année Raymarine ? 10 000, peut-être. C'est dérisoire pour amortir les frais de R&D, de fabrication d'outillage, d'assemblage, de distribution et d'après-vente. C'est normal que cela coûte cher. Amortir ces frais sur 10 000 pièces, ce n'est pas pareil que sur 1 000 000.
Et pour revenir à la question initiale, ce qui me manque le plus, c'est le temps. Avoir un bateau coûte cher, mais surtout demande du temps pour l'entretenir. Et comme cela coûte cher, il est difficile d'en rajouter pour sous-traiter l'entretien ou la rénovation. Alors quand on a que 5 semaines de liberté, il n'en reste pas beaucoup pour naviguer.

04 mai 2020
-3

Tu as bien de la chance de ne pas avoir eu de contrôle!

Quelques absurdités:

En face de l'estuaire de la Loire contrôle en règle et très minutieux de la GM. Un peu énervé je leur fait remarquer que si je me crashe sur la plage de La baule avec mon voilier de 5m et son 2,5cv, ça sera une catastrophe écologique, par rapport au porte-conteneurs sortant de Donges dont on voit le jour à travers la coque, et tiens pourquoi vous ne le contrôlez pas? Pas de réponse!

Et le coup de la pêche aux bars au nord ou au sud du 48ème? les bars migrent le marquage l'a prouvé! (je ne suis pas pêcheur)

Et le copain contrôlé à fond, alors qu'il bricolait sur son bateau au mouillage dans la rivière!

Et j'en ai d'autres!

04 mai 2020
0

Le budget...
Le temps...

04 mai 2020
5

Si je résume brièvement, ce pourrait être une structure associative ou autre, qui pourrait dispenser de la formation, du conseil, procéder à des achats pour en faire bénéficier ses membres, les défendres etc etc.
Une sorte de coopérative en somme.

Intéressant.

04 mai 2020
1

Ah, il y aurait sûrement à faire, de plus cette "coopérative associative" pourrait être force de proposition et think tank. Sur le problème des places de port il y a très probablement des idées à discuter voir à tester.
Idem pour d'autres points sur l'aménagement du littoral, ou des plaisanciers bénévoles pourraient contribuer..
En France les compétences dans le domaine du nautisme existent, mais ne sont-elles pas un peu sous-utilisées voir gaspillées..?
Quoiqu'il en soit, si une version Française de la "Cruising Association" se mettait en place, genre Coopérative Française des Marins Plaisanciers, le principe serait bien intéressant.

04 mai 2020
0

Super ! oui le régime SCOP correspond à ton projet... faut trouver les associés.

www.les-scop.coop[...]op.html

04 mai 2020
0

Ça, ça serait top !

04 mai 2020
0

Ce strait un beau projet.
Dans lequel à titre personel je suis prêt à m'impliquer. Mais comme tout projet, il ne fonctionne que si les membres sont présent et actif.
Je vais tenter a réfléchir à cela et peut être d'ouvrir un autre poste en essayant de prendre la température et pourquoi pas mettre ça en place...

04 mai 2020
-1

Les tarifs à la tête du client, enfin plutôt de son bateau. Il a un gros bateau donc il doit payer cher.

Par exemple les manutentions à la longueur du bateau. Si on veut être logique ca devrait être au poids. Les places de port devraient être à la surface. Tout comme le stationnement sur bers. Les corps mort devraient être à l’évitement (donc à la longueur pour ce cas).

Le prix des pièces qui double alors qu’il y a juste 50% de matière en plus entre deux produits (accastillage en général).

Ensuite en entretien, franchement 4h de main œuvre pour faire une vidange et l’entretien d’un moteur (changement des filtres, roue pompe et anode), faut arrêter. Même quelqu’un qui l’a jamais de sa vie met moins de temps.
D’ailleurs ca m’étonnerait pas que certains employés soient facturés 12h par jour.

1

pour info, les places de port sont à la surface, longueur maxi et largeur maxi définissent les catégories

les manutentions sont facturés pour la plus part du temps au poids...

le staionnement sur ber est généralement facturé à la surface (longueur avec une largeur maxi ou réelle)
le ber (ou calage) est fonction du bateau (poids, longueur, forme,prise au vent) et plus le bateau est important plus la prestation est couteuse. (sauf à avoir un biquille!)

05 mai 202005 mai 2020
0

Non ce n'est pas à la surface, c'est à la longueur / largeur maxi. Ce qui est différent.
Si c'était réellement à la surface, les ports prendraient la taille réelle et la largeur réelle pour calculer la surface.
Parle en à tous les propriétaires de Pogo ou bateau du style qui doivent payer des places pour des 14m alors que leur bateau en fait 12,20. Le miens j'ai la chance qu'il soit d'une taille "standard" ce qui m'évite ce problème.

Je sais pas où tu es basé, mais dans les 3 ports qui ont levé mon bateau, ils sont tous au mètre linéaire pour le grutage. Les sables, arzal, portes de l'atlantique.

Je vois aussi des tarifs de démâtage en fonction de la longueur du bateau, et pas en fonction de la longueur du mat, par exemple. Par contre sur ce même tarif, le prix du stockage du mat est au mètre linéaire.

05 mai 2020
0

En Méditerranée, si ! à la surface.

05 mai 2020
0

En Espagne aussi généralement.

05 mai 2020
0

en France aussi c'est a la surface longueur et largeur pour definir la catégorie

05 mai 2020
0

@calypso, pour la catégorie.
En Espagne, tu es facturé à la surface, soit par exemple en saison 0,20€xLxl/jour.(exemple seulement, le prix varie selon les ports)

05 mai 2020
1

Pas à la surface réelle ! Tu payes pour une longueur largeur maxi.

05 mai 2020
0

@ptitoine, si c'est à moi que tu réponds, tu te trompes, j'essaierai de te mettre une facture pour te le prouver.

05 mai 2020
0

Effectivement c’était pour Calypso ma réponse ;-)

05 mai 202016 juin 2020
0

Port de La Rochelle :

05 mai 2020
0

Effectivement La Rochelle est passé à la surface réelle
www.portlarochelle.com[...]s-2020/

06 mai 2020
0

j'ai été voir le site de la Rochelle concernant les tarifs , je ne sais s'ils sont passé à la surface pure et dure mais c'est bien compliqué . ILs font un melange de surface et de base fixe ..qui n'a plus rien a voir avec un tarif X au metre carré multiplié par Lxl .

06 mai 2020
0

Ca se fait sur une transition de 5 ans. Pour éviter les fortes hausses ou fortes baisses. Il y a un lissage entre l’ancien tarif à la longueur / largeur et le nouveau à la surface pure pendant cette durée.
D’où le calcul un peu alambiqué pour le moment.

06 mai 2020
0

oui l'idee est bonne mais la mise en application est bien tordu

04 mai 2020
1

Il y a une telle diversité de plaisanciers que c'est difficile de répondre à la question.
J'en connais qui changent de voiles pour du high tech tous les cinq ans et d'autres qui cherchent de l'occase quand leur génois de 15 ans s'est ouvert en deux.
Il y a des clubs nautiques sympas et décontractés et des yacht-clubs où tu dois présenter ta gold pour entrer.
etc...
Personnellement je trouve qu'une des difficultés concerne l'entretien.
Il y a très peu de standards dans la conception et dans les équipements (voire des systèmes propriétaires).
Il y a même des choix technologiques qui s'opposent (on le voit souvent sur le forum).
Il y a des méthodes qui se contredisent (il faut vernir le teck, non, surtout pas , de l'huile de lin, de l'huile de teck, rien du tout, etc...). Il faut faire tourner le pmoteur régulièrement, non, si mais alors un certain temps, oui, mais ça suffit pas, etc...
Le matériel est souvent très cher pour la plaisance et peut être parfois approvisionné dans l'industrie, mais alors comment être sûr que celui que l'on a repéré est le bon. Il y a très peu de données techniques sur le matériel embarqué sur nos bateaux, et même chez les fournisseurs, quand on arrive à connaître le nom du fournisseur car souvent le même produit est commercialisé par plusieurs marques, il est difficile pour un particulier d'obtenir ces infos.
Enfin le prix des pros est à la limite de la décence, même si je leur concède qu'ils sont écrasés de charges et autres (j'ai remarqué d'ailleurs que dans l'automobile ça avait aussi gravement augmenté).
Je ne veux pas dire que c'est du vol, mais dans ma boîte, un ingé avec cinq ans d'expérience gagne moins de 20 euros net, impôts payés, par heure : ça veut dire que pour payer une heure de mécano à 80 euros il faut qu'il bosse une demi-journée. On peut comprendre la peur de se faire arnaquer et de voir le devis flamber.
J'ai vu des forfaits carénage à 800 euros pour un 10 mètres, hors produit et grutage : deux jours de boulot !!
Ca c'est le constat.
Je pense que ce qui manque, c'est d'une part du conseil, mais du conseil technique simple (chose qu'on ne sais pas faire souvent), par exemple sous forme de fiches (mais pas comme dans les revues, quelque chose de plus "terrain"). D'autre part du forfait ou du devis avec garantie de résultat.
Ce qui manque aussi c'est un recueil de données pour trouver des pièces (par exemple j'ai des boitiers de lattes antar sur ma grand voile et je peux dire que j'ai galéré pour trouver des chappes en pièces détachées, parce que les sites qui les vendaient sur le net ne vendent qu'aux pros.
Voilà ma contribution, il y aurait de quoi écrire un roman.

04 mai 2020
0

"un ingé avec cinq ans d'expérience gagne moins de 20 euros net, impôts payés, par heure : ça veut dire que pour payer une heure de mécano à 80 euros il faut qu'il bosse une demi-journée."

pfff comparaison hasardeuse !

L'ingé est salarié, salaire net tu dis ; le mécano est à son compte avec les charges qui vont avec... c'est un tarif horaire TTC.

0

mauvais raisonnement ou fake news
payer 80€ l'heure de mécano, c'est inclure son déplacement, son outillage, la structure qui l'héberge, le temps du diagnostique, de son intervention réelle, de sa recherche de fourniture, de son téléphone, de sa combinaison fournie pas sa boite ... etc

04 mai 2020
4

Je ne critique pas, je pose simplement une équation qui explique pourquoi beaucoup ne font pas appel à des professionnels pour faire des travaux simples.
Je sais bien que 80 euros de l'heure c'est pas ce qui lui va dans la poche. Merci pour ce cours d'économie.
Est-ce que j'ai dit que ce n'était pas justifié ?
Est-ce que j'ai dit que c'était du vol ?
Non. Je n'ai fait aucune comparaison de salaire mais un rapport salaire/charge d'entretien d'un bateau.
J'ai juste dit que payer l'intervention d'un pro pour quelqu'un qui gagne déjà correctement sa vie c'était pas anodin.
Cela dit, payer le même taux horaire pour changer une courroie de distri ou faire une vidange ou passer de l'antifouling, il faut peut-être se poser des questions du pourquoi les gens font leur vidange ou leur carénage eux-même.

04 mai 2020
0

Disponibilité du lift en mars, avril, mai.
Il est incroyable qu'on ne puisse pas faire tourner un engin de se type plus de 8 heures par jour en période d’affluence.

0

Pour Info,
le problème est peut être la saturation du terre-plein!!!

A gruissan quand je dirigeai le port (82-87), une journée de printemps d'élévateur (roulev 15tonnes) ça pouvait être 5 camions arrivant des chantiers de construction avec 7 ou 8 déchargements à faire, plus de 15 à 20 manutentions pour carénage ou mise à l'eau, et quand il y avait 30 noeuds de tramontane, c'était pas évident pour les plaisanciers de manoeuvrer sur l'eau

il y avait de la place sur le terre plein et le port assurait alors la plupart des calages sur ses bers

Pour certain bateau c'était moins de 10 mns pour une mise à l'eau, et pour d'autres plus d'une demi heure pour la sortie et le calage sur un ber adapté....

L'entretien de l'élévateur (cables, treuils,sangles, moteur, hydraulique) et les consommations étaient à caser dans l'emplois du temps

04 mai 2020
0

Non, ce n'est pas un problème de saturation de terre plein, mais d'emploi du lift, sans compter les professionnels qui bloquent des créneaux pour rien.

0

quel port, quelle gestion...

une CCI gestionnaire qui a des professionnels du port comme adhérent pose le problème suivant:
satisfaire ses adhérents professionnels ou satisfaire les usagers plaisanciers .

04 mai 2020
0

Petit complément, j'ai une pièce cassée, j'imagine qu'on peut la refaire avec une imprimante 3D. A qui m'adresser (c'est un exemple).

04 mai 2020
0

Ca c'est une bonne question.
La réponse c'est : à un bureau d'étude de CAO mécanique.
(Aparté que j'écris à chaque fois à ce sujet : avant d'imprimer, il faut dessiner la pièce, c'est le plus compliqué/long)
Mais à moins de trouver un freelance passionné, je ne vois pas qui pourra/voudra prendre les cotes d'une pièce, puis la dessiner... et dans tous les cas ce sera très cher, certainement plus qu'une pièce neuve de série.
Sinon, faire soi-même, mais pas évident et il faut du temps...comme tout ;-)

04 mai 202004 mai 2020
3

En ce qui me concerne j'aimerais pouvoir profiter d'un espace type atelier partagé dans lequel on pourrait faire un maximum de choses soi même ou être guidé par des personnes compétentes pour l'entretien de son voilier.

Être bien conseillé et savoir se débrouiller un maximum sur l'entretien du bateau sans entrer dans une relation "marchande" ni consommer un "bien" : c'est aussi ce qui fait le charme de la plaisance. Et notre ADN de marin : se débrouiller avec peu...

Je bricole comme ci comme ça, des amis ou voisins de ponton m'aident de temps en temps mais ils n'ont pas toujours la dispo, le matériel, ou les compétences pour m'aider quand j'en ai besoin.
EN ce cas je me tourne vers internet, mais le bas blesse souvent sur une particularité, un détail pour lequel le "tuto" ou le forum ne vous apportera pas de réponse adaptée, ou pire seront contradictoires (réparation gelcoat : gelcoat seul, résine polyester + couche gelcoat, polishage ou pas? etc etc) .
Exemple : saviez vous que pour remplacer une poire d'alimentation essence il fallait "chauffer" le tuyau caoutchouc pour assouplir le tuyau et faciliter le passage ? Pas moi... Même si cela paraît très bête je n'en aurai pas eu l'idée toute seule :-/ Or la fuite s'est déclenchée la veille d'un départ pour l'aire de carénage. Une chance que mon voisin ait été présent ce jour-là !

On pourrait disposer de matériel mutualisé que l'on utilise pas couramment chez soi (à poste: scies, machine à coudre,... ou mobile : pince à rivets, etc.), d'un espace pour bricoler et de conseils "terrain".

Le tout permettrait de répondre à des demandes fortes liées à l'usage de biens et à du matériel actuellement cher voire introuvable... par exemple j'ai été bien contente de réaliser des pièces introuvables avec une imprimante 3D (pour mon bateau un capot pour écran de loch, des butées de rail), j'ai cousu des poches de rangement sur mesure avec des chutes de bâches et des vieilles voiles...

Regarde comment rentabiliser ton activité, si tu n'es pas + commercial que ça, m il y a des formes d'assos où l'on peut être rémunéré et qui pourraient être bien adaptées à ton projet

Si une telle structure ouvre au Havre je serai parmi les premières clientes, évidemment.

04 mai 2020
0

Un atelier partagé ! excellente idée ! c'est un peu tard pour moi mais j'applaudirais des 2 mains si cela devait voir le jour dans mon coin.

ça te parle Alexgruissan ?

04 mai 202004 mai 2020
1

C'est vrai qu'il y a de plus en plus d'ateliers partagés/collaboratifs et/ou solidaires, dans le vélo notamment.
Ça n'existe pas dans le nautisme. Peut être parceque les ports sont dispersés, les plaisanciers aussi, et s'y ajoute la saisonnalité.
Dans les grandes villes côtières , un atelier partagé multi usages (pas seulement nautisme) a sa place... et existe peut être déjà?

Une piste au Havre : lh3d.fr[...]/

04 mai 2020
1

Je connais bien LH3D :-) ils y sont très sympas,
exactement comme pour les ateliers vélos bien connus au Havre également,

bien vu la diaspora des plaisanciers... L'espace permettrait aussi d'identifier des compétences sur place pour prise de rdv lorsque les plaisanciers sont à bord ?

04 mai 2020
0

Mais un atelier partagé, avec mutualisation de l'outillage, des connaissances, des coups de mains.
Avec selon les cas (et le budget dispo) un tour, une fraiseuse, une imprimante 3D, un poste à souder, etc.

Cela ne s'appellerait pas : Un club ?

04 mai 2020
2

vous avez des clubs ou il y a un atelier avec des machines indispensable et des membres du club qui sont dispo pour donner un coup de main ou leur savoir ..certains club aussi organisent des cours de toute sorte ,meteo ,diesel, electricité , securité ,navigation etc ..bien souvent suivant les demandes et tout celà gratuitement il suffit d'adherer

04 mai 2020
1

je ne suis plus en metropole,ni dans un port,mais j’aurais bien aimé,quand mon bateau etait a port miou,si ca se trouve ca existe deja,qu’on puisse echanger nos’places de ports ,a taille équivalente.
avec un site et une resa ,polo de toulon prend la place de bobby frejus.
il echangent leurs places qu’ils payent a l'année.
que les ports disposent des places vacantes,soit,mais si on se les echange,c’est gratuit.
a charge de la personne eau et électricité + une taxe de séjour histoire que les hoteliers ne montent au créneau.
ca serait convivial,raisonnable financièrement,un peu comme ceux qui échangent leurs villas pour les vacances.

04 mai 2020
0

tu oublies un truc, tu n'es pas propriétaire (à part rares cas particuliers...) de ta place...

Tu ne peux pas prêter ta place, ni la sous-louer d'ailleurs...

Ta bonne idée au départ n'est peut-être pas si bonne... La faute aux contrats de "location" d'une place...

05 mai 2020
0

mitch58 c'est sur ce constat qu'a été créé le passeport escale en Atlantique.

Tu as une place à l'année en Morbihan: Tu dispose de 120 port (ou plus) dans lesquels tu peux "nuiter" 5 nuits/an (base de 2 consécutives) Tu peux donc "coucher dehors" toute l'année.
Et c'est ton port qui paie la note.

05 mai 2020
0

ce n'est pas si simple que ça, c'est 5 nuitées par zone de plusieurs ports (et c'est très mal expliqué dans les documents Passeport escales.
Typiquement tu as une Zone Belle ile/Quiberon/Houat/hoedic (peut être pas la réalité, mais c'est l'idée) et tu as 5 nuitées dans cette zone/an. Donc tu as vite atteint les plafonds autour de ton bassin de nav.
Mais c'est un excellent principe!

05 mai 202005 mai 2020
1

C'est un peu faux...
Une multitude de ports te proposent 5 nuits par port voire même par marina au sein d'un même port (exemple Gijon)
C'est un peu vrai aussi : certains ports s'associent pour proposer ensemble 5 nuits (exemple Lorient-ville/Kernevel/port Louis ou en Espagne Viveiro/A Coruña (1ère marina)

Un amateur de marina, ce qui n'est pas franchement mon cas, peut par exemple naviguer un mois facilement en Galice sans jamais payer une escale.

Belle-île et Quiberon offrent 5 nuits chacune.

05 mai 2020
0

Ce n'est pas ce dont je me souviens pour Belle Ile. J'ai fait un raccourci pour l'exemple, en tout en cas en Bretagne Sud, il y a un paquet de zones.
En l'occurrence, je l'utilise sur un bateau associatif, donc on s'en rend vite compte dès le milieu de saison, il n'y a plus de nuitées gratuites.
Surtout, la "zonification" est loin d'être claire, cf site du passeport escale qui n'en dit rien.

04 mai 2020
0

Un passeport escales gratuit en somme ? Bonne idée.

04 mai 2020
0

Donc, tu peux faire payer en bnb sur ton bateau au ponton, mais tu n'as pas le droit de prêter ta place de ponton. Encore une ineptie...

Pourtant ça peux participer au commerce local (à part les frais de port bien entendu)

04 mai 2020
0

sauf que ce n'est pas TA place c'est une place .
celà evite toutes les combines bien connu ..de sous location .. voir de profil et c'est ecrit dans ton contrat que tu as signé

05 mai 2020
0

Je connais aussi l'AVRM pour les propriétaires ou fans des RM

05 mai 2020
0

Alors pour répondre à ta question et dans l'ordre Alexgruissan :
1. La place au port : c'est juste absurde de devoir attendre 7-8 ans en moyenne dans la majorité des ports français pour avoir une place. Certaines régions comme Arcachon affichent même +30 ans d'attente ! Il est très difficile de faire aboutir le moindre projet de port mais je pense qu'il faudrait sortir de débats idéologiques sur cette question et réfléchir tous ensemble à comment inventer des ports qui conviennent à tout le monde (écologiques en circuits fermés, pas de nuisances visuelles (comme dans certains coins aux Etats-Unis où des bateaux sont stockés demi-enterrés), etc) et qui sont la source d'activité économiques et d'échanges aux abords avec petits commerces, restaurants, etc.
2. Les coûts mais surtout le rapport qualité/prix des prestations d'entretien. Ca a été pour moi l'élément déclencheur qui m'a poussé à quitter l'entreprise pour laquelle je bossais et créer BoatOn () pour 1) guider les plaisanciers quand on ne sait pas vers quel pro se tourner et 2) valoriser les meilleurs pros d'une région en les mettant en avant (notre base de données est alimenté par les avis des plaisanciers). Sur ce point-là, il faut reconnaître que la majorité des prestataires nautiques sont des artisans, qui ont 1-2 employés ou sont à leur compte et sont souvent démunis devant les contraintes administratives et la gestion commerciale qu'imposent une entreprise.
3. Le manque d'organisation et de structure du secteur (là je parle avec ma casquette d'entrepreneur du nautisme). En effet, à l'inverse d'autres secteurs comme l'automobile, la standardisation et organisation est quasi inexistante. Par exemple, il n'existe pas de base de données unique officielle pour les pièces détachées ou autres composants. Résultat : impossible d'être sûr des correspondances, de mettre en place des systèmes logistiques performants pour faire baisser les coûts d'achats et d'approvisionnement, etc.

En bref, beaucoup de choses à améliorer pour simplifier la vie d'un plaisancier mais je constate quand même que les choses bougent beaucoup depuis 5-6 ans et que le secteur se réinvente. Ce que j'aime aussi est le côté passionné des pratiquants dans l'ensemble et ça c'est plutôt un point très positif !
A dispo si tu veux en parler davantage Alexgruissan

05 mai 2020
0

Oui pour les bases de données uniques de pièce détachée, sur beaucoup de nos bateaux (construits dans les années 80 voire avant) on ne les trouve plus. Or il y a maintenant de multiples façons de refaire sur plan, mais c'est un vaste sujet qui touche tous les domaines de notre vie quotidienne...
Autre vaste sujet je rebondis sur la notion de places de port au risque d'en faire bondir + d'un.
Est il logique qu'à notre époque la plupart des bateaux ne sortent en moyenne qu'une dizaine de fois par an voire pour certains jamais depuis des années ? N'y a t il pas matière à réfléchir sur l'usage du bien en tant que tel, avant d'envisager des aménagements, des extensions, encore et encore ? Mais ce sujet mériterait un fil, à part entière...

05 mai 202005 mai 2020
0

Et tu oublies que, quand un bateau est de sortie, une place de parking est occupée par les autos du proprios et celles de ses copains...
On n'en sort pas!

06 mai 2020
0

Bluemanta est actuellement embêté avec une panne moteur et pas un mécano qui veuille venir à son bord au mouillage. J'ai déjà pensé ce qui se confirme ici: ammmener d'avantage de services de bricolage ou mécanique ou livraison de pièces sur des bateaux au mouillage me semblerait une avancée. En méditerranée on a la livraison de glaces ou de pizzas mais côté entretient /réparation bateau pas grand chose semble t il. Si tu es multitâches cela peut être une idée ?

06 mai 2020
0

BS13 où est Bluemanta ? On peut peut-être l'aider

0

Je suis inquiet sur ce cas.
Les interventions sur l'autre fil le poussent à réaliser des opérations qui peuvent être dangereuses pour un gars non bricoleur d'une part et semble-t-il psychiquement affaibli : sortir seul un moteur sur un bateau au mouillage.
Cela ressemble à une situation vu en Norvège : un très vieux monsieur seul sur un grand bateau alu et bloqué depuis plusieurs mois à cause d'un petit hublot de coque cassé.
Le constructeur en avait envoyé un mais non percé.
Et il n'avait plus de réaction positive face au pb.
C'est terrible à voir.

Il faut faire très attention de ne pas mettre en gros danger des personnes qui ont autant besoin d'une aide humaine que d'un mécano.

07 mai 2020
0

+1 Tout à fait d'accord, Hubert.

06 mai 2020
0

Il est dans les caraïbes. Tu peux trouver ses (més)aventures ici (www.hisse-et-oh.com[...]4jh-hte )

Et pour sa localisation exacte, il y a un lien sur son 1er fil (il avait utilisé un fil existant donc il faut descendre chercher les messages de ces jours ci)

06 mai 2020
0

Il est sur l'île de Bonaire, sous administration hollandaise, au large du Vénézuela, dans un mouillage secure, en principe hors zone cyclonique.

07 mai 2020
0

Merci à tous les deux, on n'intervient très rarement dans cette zone mais je vais voir si on une solution !

07 mai 2020
1

le problème principal de la majorité des plaisanciers c'est que le bato coûte tout ce que l'on a et souvent un peu plus ..
mais bon être le plus riche de mon cimetière ne m'intéresse pas .
alain

07 mai 2020
0

En ce qui concerne les réparations au mouillage, en grece un mécano est intervenu pour un problème refroidissement moteur/ chauffe eau électrique le lendemain de mon appel au mouillage entre 21 et minuit pour 100€ et en plus il a réglé mon moteur h car il trouvait qu il tournait trop vite.
Difficile de trouver l equivalent sur la côte d azur

0

Intervenir sur le bas moteur au mouillage c'est une toute autre histoire que réparer un chauffe eau ou régler un ralenti ...

08 mai 2020
0

@Alexgruissan

en ce qui me concerne aucun problème.
je fais tout moi même, de l'entretien à la réparation,
de la résine au gel coat, en passant par les courroies de distribution et les turbines d'embases.

certes je suis bricoleur, mais surtout terriblement déçu par le passé du comportement mercantile exacerbé de professionnel peu scrupuleux, au final plus connu au tribunal de la rochelle que sur les quais eux mêmes. vous comprendrez que pour éviter d'éventuelle poursuite, pardon de nouvelles poursuites, je n'utilise pas de terme qui pourraient etre reprochés, ou opposés !

tout faire soi-même n'est finalement pas si difficile,
la première fois on apprend ensuite on perfectionne. c'est pas cela l'apprentissage ?

pour les places dans les ports, bon y'a tellement de passe-droit, que j'écarte le sujet.
=> inutile de m'envoyer un MP je n'expliquerai pas comment faire mais à La Rochelle il m'avait fallu 2 jours.

pour les achats indispensables,
en majorité sur internet, et chez le ship au bout de ma rue pour l'urgent.

en ce qui concerne les tarifs pratiqués par les PRO's, faut qu'ils vivent,
certaines additions sont certainement gonflées, mais ma dernière facture à 15 ans, je n'ai pas d'avis depuis.
cependant la plaisance a évolué, et est il encore raisonnable dans cette société de consommation ou l'ont est heureux de changer son lave linge tous les 7 ans, sa voiture tous les 10, sa femme régulièrement, de vouloir à tout prix conserver en état de fonctionnement des moteurs antédiluviens, de continuer à naviguer sur des bateaux de plus de 20 ans, de rechercher des pièces de mats ou de bômes, fabriqués en 1980( francespar, national mast etc....)

une voiture de plus de 20 ans est considérée comme une poubelle, mais un bateau doit rester intact.
allez dans un garage demander un bouton de lève vitre pour une 104 horizon 1980 vous allez voir la réponse du garagiste! à défaut s'il en a il vous le vendra a prix d'or ;-)

la plaisance à le double défaut d’être, un loisir, et fabriqué en petite série, cherchez l'erreur.

alors de quoi ai-je besoin, finalement de rien, et ca me va bien comme cela.

@Alexgruissan c'est quoi le modèle économique de ton projet ?

08 mai 2020
0

Merci Vile coyote pour ton super retour et surtout d'avoir pris de ton temps.

Je n'ai justement pas de projet défini.
Aujourd'hui, je vends des bateaux par passion et je commence une activité de maintenance entretien de bateau (itinérant et à flot). Les ship nous font la guerre, car ils travaillent à 80€ de l'heure... Nous entre 40 et 45€.

L'idee c'est de proposer des services dont les gens ont besoin, rapidement et à des prix competitif.
Donc j'analyse les besoins et les critiques mais créer des offres qui répondent aux besoins des clients.

En tant que plaisancier je fait beaucoup moi même sur mon bateau, mais il y'a des domaines auquel je ne préfère pas toucher. Et la on a parfois tenter de me raqueter.

Alors, créer un service souple, rapide, déontologique et à des prix raisonnables me semble important.

Visiblement et au vu des commentaires précédent je ne me trompe pas vraiment.
À moi de trouver les meilleurs services, au bon prix et avec éthique.

08 mai 2020
0

Le constat est le suivant :

L'entretien et la maintenance sont des points bloquant.
Compétences, couts, délais, éthique, écoute et satisfaction. ..

À nous de réussir à développer des produits et services avec ces éléments en priorité.

Ps : à 40/50€ de l'heure, il est possible d'en vivre correctement. (salaire, vehicule, charges...

08 mai 2020
0

Je dois dire que je ne suis pas très satisfait des artisans nautiques. je fais moi même tout ce que je sais faire, mais il y a des choses ou soit je suis incompétent, soit pas assez qualifié pour la qualité que je désire.
J'ai fait faire une peinture de coque (oeuvres mortes et roof), bateau à terre depuis 2 ans, celle-ci a cloqué 6 mois après. J'ai voulu faire changer des hublots (fortement cintrés, droits je le fais). Après 3 rappels, j'ai bien eu un devis de fabrication, mais pas de mise en place... J'ai voulu faire remettre une antenne haubans pour mon Emmeteur/récepteur BLU (qui marche). Je n'ai eu que des devis pour fourniture et pose de matériel complet alors que j'ai tout, appareil + boite d'accord. (ce matériel ne se fait plus). Bref, un gars vient me voir, me propose de bosser et est compétent. j'ai des trucs à faire faire et je ne trouve pas.

08 mai 2020
1

bonjour,
j'ai un ami qui professe dans un lycée maritime ,les stagiaires viennent pour la plupart pour passer le temps et toucher une indemnité ,à part quelques uns(e) qui sont intéressés par ce qu'ils apprennent .il est complètement écœuré .
donc comment avoir des intervenants compétents sans formation valable .surtout pour ce métier qui est très difficile ,ce n'est pas du travail à la chaîne et en plus pas toujours dans de bonnes conditions .
quand nos successeurs ne seront plus habitués à toucher de l'argent sans ne rien faire ,peut être que ça changera .
malheureusement ce cas d'espèce n'est pas que dans la plaisance .
alain

08 mai 2020
0

+1 fritz,
quand tu vois les salaires dans la plaisance, tu ne rêves que d'une chose, changer de métier.
le copain de ma fille travaille dans un chantier, heureusement qu'ils sont encore au 39H sinon ca ferait pas lourd. sans parler des conditions de travail et du non-respect systémique des consignes élémentaires de sécurité ! bref, une révolution est a faire, mais les tarifs ne correspondront pas.
car les plaisanciers ne voulent pas payer pour cela

la plaisance est destinée à disparaitre d'elle même, enfin la plaisance des années 80, familiale et démocratique, désormais elle ne sera plus réservé qu'a une élite ayant les moyens de faire faire.
les principaux fabricants de bateaux n'ont ils pas déja emprunté cette voie, en ne produisant que des bateaux de plus de 9m !

les petits, les bricoleurs, les plaisanciers, de moins en moins nombreux d'ailleurs, n'auront plus comme seule solution, que d'utiliser la plaisance comme un produit de consommation, mais n'est ce pas là le projet de la FIN ?
je vous laisse méditer

0

si les employés ne gagnent pas bien leur vie, ce n'est pas le cas de pros propriétaires de chantiers qui les revendent, en recréent d'autres après une année sabatique de navigation,...etc

08 mai 2020
0

Tu connais des patrons comme cela ?
Parce que là, récemment, c'est plutôt des gouffres financiers pour la plupart. Même pour des superbes boites comme RM (superbe en terme de réputation, commandes, etc...).

0

j'en connais au moins deux ... un qui doit toujours être en activité et un autre qui intervient quelque fois sur sur hisse et oh

08 mai 202008 mai 2020
5

une solution restez avec à la plaisance des années 80 ..on parle moteur ..combien ça coute ? un petit HB , une bonne godille ça fait l'affaire et dans les années 80 un bateau de 9m c'était dejà un grand bateau m^me à 4 à bord ..

mais maintenant il faut que ce soit "comme à la maison" .. apres on rale que c'est cher ...

et avec la plaisance des années 80 on n'a besoin d'aucun prestataire de services ,rien ne tombe en panne puisqu'il n'y a rien ... pas de problemes ..

08 mai 2020
1

j'aime bien vos avis tranchés à la serpe ,mais il faudrait peut être arrondir les angles .
j'ai été des deux cotés de la barrière en même temps .
j'ai eu un employé (pas longtemps) qui s'est bouzillé le gros orteil en déplaçant un ber sur l'aire de carénage ,je l'ai emmené aux urgences ou il lui ont fait une belle poupée avec quelques points de suture
et lui ont donné 8 jours de rtt ,je lui ai donné le choix ,soit il venait travailler le lendemain matin ,
soit il prenait la porte ,je leur fournissait ,combinaisons et chaussures de sécurité régulièrement ,
mais en tong quand il fait chaud c'est plus agréable .à l'époque de l'expansion du port d'hyères les entreprises qui s'installaient cherchaient du personnel qualifié et n'hésitaient pas à débaucher chez les concurents surtout quand la clientèle suit , donc il fallait bien payer ses employés si on voulait les garder ,ce qui était le cas .
d'ailleurs c'est ce qui a coulé mon successeur .
je ne vais pas vous donner des cours de gestion d'entreprise , mais celui qui dirige doit savoir mieux que son personnel et contrôler en permanence le travail effectué .
autrement c'est n'importe quoi .
j'ai pris ma retraite en 2007
alain

08 mai 2020
0

j'ai coutume de dire que quand tu fais appelle à un prestataire plaisance losqu'il te serre la main pour te dire bonjour il facture dejà 100€ . idem au garage d'ailleurs .

08 mai 2020
1

je pense aussi que nos bateaux sont de plus en plus sophistiqués et suréquipés. Plus on a de matériel, plus celui-ci est susceptible de tomber en panne. On en est dépendant, mais il nous permets aussi de naviguer dans de bonnes conditions ou même simplement de naviguer. Est-ce qu'il y aurait autant de bateaux aux Antilles s'il fallait faire le point uniquement au sextant? Qui sait encore faire une estime? Qui sait encore équilibrer son bateau pour qu'il navigue barre amarrée ou même sous régulateur? je pense que tout ce matériel est un plus et un avantage certain. On sait exactement ou on est, ou sont les autres, on téléphone quand on veut, on a la météo même au large. Mais je pense que la sécurité, c'est savoir naviguer "avec sa B... et son couteau".

1

d'accord avec ED850@

mais pas d'accord avec tous ceux qui naviguent en faisant confiance uniquement aux instruments...
Qu'arrive-t-il en cas de panne, si on ne sait pas faire le point, utiliser correctement une carte, des instructions nautiques, un livre des feux, quand on a une panne electrique , quand on a pas de météo toute cuite...

plutôt que de perdre son temps et son argent à attendre que la réparation ou la mise au point des appareils d"AIDE A LA NAVIGATION" soit faite , apprenezl'indispensable de la navigation "à l'ancienne " ce qui ne vous empêchera pas d'utiliser ces instruments pour vous faire plaisir au prix fort , prix qui n'améliore en rien la sécurité tout en facilitant la navigation.

08 mai 2020
1

et ce qui est c.. c'est que pour avoir "tout comme à la maison " il faut travailler plusieurs mois par an pour naviguer 8j , 15j dans le meilleur des cas .
Donc plusieurs mois d'em... au boulot pour si peu de temps de plaisir , (si tout va bien ce qui n'est pas garantit non plus ) .
c'est plein de bon sens nos loisirs!!!

08 mai 2020
2

Euh cout? t'as un bateau (pas bien jeune, certes) qui peut t'emmener partout pour moins de 50K€. Après tu choisis. Assurance au tiers, c'est 100€, les ports? T'es pas obligé d'y aller, le diésel? Le vent existe. L'équipement? un sondeur, un AIS (si tu veux être sécure) et 2 ou trois tablettes (1 achetée les autres cadeaux bonux, c'est bien suffisant) Cartographie? :tu demandes à n'importe quel bateau de voyage, il a tout. Panneaux solaires? sur LBC, t'as ce qu'il faut. Régulateur d'allure, d'occase ça ne manque pas...T'as un peu d'avance si ton moteur se bloque ;-) et basta. OK, si tu veux dormir à Monaco, louer des voitures, faire resto tous les soirs, avoir le dernier modèle intégré NKE, les répatiteurs NASA, voiles kevlar et bouts en Dyneema, ça passe pas, mais on peut quand même naviguer sans tout ça non?

08 mai 2020
1

on peut faire m^me avec beaucoup moins ...

lorsque je lis ici toutes les questions sur le materiel je me dis tout de m^me les bateaux sont ultra équipé et apres ils s'étonnent que ça coute cher ..et la plus part vont ou ? quelques milles par an ,un ou deux ports a coté du sien et le bateau est relegué au ponton pour 11 mois ...
il faut avoir les moyens tout de m^me , pas tous mais tout de m^me une grande partie des plaisanciers surement

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer