Les cocotiers, c'est Hollywood ?

O, Grands Bourlingueurs humanistes de HEO, vous qui revenez d’un tour du monde, racontez-nous : y a-t-il encore des coins un peu perdus, où il fait bon passer, tout en ayant un véritable échange avec les « locaux » ?
Du petit racket des annexes au Cap Vert aux charmantes baies ravagées par les grands « resorts » à touristes, peut-on encore en restant à l’écart découvrir réellement un pays, un archipel ? Sort-on jamais de l’ « ambiguïté » (pour le moins) d’arriver sur son « yacht » , même modeste, devant une côte de pauvres pêcheurs ?
Le rouleau compresseur de la Grande Uniformisation, le tourisme de masse et autres font-ils que, finalement, la Bretagne et la Corse sont bien belles ?
Bref, le rêve (ou le mythe?) cocotiers-lagons bleus sont-ils encore à la hauteur aujourd’hui?

L'équipage
21 mar. 2005
21 mar. 2005
0

oui
Mais je dirais pas ou :-)
sinon ce ne serait plus bon.
Ne m'en veut pas...
Dan

21 mar. 2005
0

Oh oui, il en reste plein (heureusement !)
Pour la Corse, il suffit d'éviter le mois d'aout, et c'est le paradis tout le reste de l'année (y'a quasi personne !)

Pour le reste du monde, il suffit d'aller voir le site d'Alain (www.le-popote.com[...]/ ) pour se rendre compte que même dans les coins les + fréquentés, il reste encore beaucoup de coins formidables.

En fait, il suffit juste de l'éviter, la masse ...

21 mar. 2005
0

antilles
meme aux antilles il y a des endroits tres peinard, au vent des iles par exemple ou vers grenade, a noel 03 que 3 voiliers au deux pitons, cherche un guide des loueurs et evite ces zomes indiqués , por le pacifique pas été depuis 7 ans , il y avait personne dans enormenent de mouillage , oui tu peux partir et te faire plaisir

21 mar. 2005
0

le paradis n'est pas toujours où on le croit...

et n'est pas le même pour tous !

"eau et gaz à tous les étages..."

Sur les côtes Françaises (et européennes de + en +) c'est l'état qui raquette, pas directement la population, bien que à travers certains tarifs...?

Donc mieux vaut laisser une pièce à un gamin de Mindelo pour qu'il garde l'annexe, ça lui évitera d'avoir besoin de voler pour se nourrir.

Les premiers conquistadors arrivaient chargés de verroteries à offrir aux autochtones abordés, ensuite certains ont utilisés des méthodes plus musclées.

Mais il ne faut pas débarquer quelques part en pensant qu'ils sont pauvres (matériellement), leur richesse est certainement ailleurs, à nous de la faire valoir, puisque la notre (matérielle) est tellement flagrante qu'il vaut mieux rester modeste...
La découverte de rivages nouveaux est peut-être là, pas seulement la plage de sable doré avec fond de cocotiers...

21 mar. 2005
0

y'a pas de réponse magique...
...mais pour un lundi, ça fait du bien regarder
"Une minute (et 8,6 Mo) de vidéo-croisière sur Getaway, au Vanuatu" sur :-)

21 mar. 2005
21 mar. 2005
0

c'est peut-être un peu idiot...
...mais la prochaine fois que Dan allias Voile demandera quelque chose, il faudra lui répondre :
"moi je sais, mais j'te dirais pas, nananère...!"

21 mar. 2005
0

comprenez
la derniere fois que j'ai ecrit sur une revue sur l'un de ces endroits en 97, 3 ans plus tard il y avait du béton... des touristes à gogo etc...
alors je veux bien les donner en confidentialité.

Pareil pour un gouffre (speleo) j'indique une salle avec concrétions à d'autres spéléos. Résultat il n'y en a plus aucune tout est cassé, noirci etc....

en confidentialité oui mais pas sur un site ne m'en veuillez pas.
Dan

21 mar. 2005
0

Et il y en a pour qui
le grand resort, les rackets d'annexe... c'est tout de même le paradis.
Les échanges avec les ocaux / aucun problème en général si TU APPORTES quelque chose dans l'échange. Un sourire te suffirait-il ? oui, alors donne au moins ça EN PREMIER. Si tu ne peut pas, l'argent que tu laisses peut aussi être apprécier comme ta partie de l'échange :-).
Ca ne veut pas dire acheter les gens, mais les hopis (indiens) ne veulent plus qu'on les prennent en photos depuis qu'ils ont vu l'exploitation commerciale qui en avait été fait au debut du 20ème. Ils acceptent pourtant que des cinéastes tournent des documentaires sur leur vie, pour de l'argent (ils sont matière première et doivent profiter aussi des éventuels bénéfices) et dans l'espoir qu'une trace de leur existance existera. Voilà bien un échange.
Ton problème est que tu pars avec des idées préconcues de lagon bleu et de "véritable échange". C'est la curiosité et l'adaptation progressive de tes vues fac à la découverte qui font que ton voyage est réussi ou raté. Arrête de lire des rengaines, renseigne-toi sur ce qui existe et ce qui pourrait t'interesser sans AUCUN préjugé : si tu pars avec l'idée que c'est le paysage qu'il faut voir à tel endroit, tu passeras à côté du "véritable échange".
Il n'était pas question pour moi d'aller aux US lorsque je suis parti de la med. Et puis, au fil des rencontres, je me suis retrouvé en camping-car (n'en déplaise à certain, c'est plus pratique pour visiter l'intérieur et avoir de "véritables echanges" :-p ) entre Alaska et Key-West en passant par Newfoundland et Mexico pendant un peu plus de 2 ans.
Ton voyage c'est toi qui le fait et c'est avec ta tête et tes sentiments.
Commence par te coiffer comme un cocotier et tu verras que la vie est bien plus belle et que rien n'est finalement surfait si tu décides que cela ne l'est pas :-D .

21 mar. 200516 juin 2020
0

Cocotiers
aux origines du mythe:
passons sur Magellan, qui avait une façon expéditive d'inculquer le respect des locaux à l'égard de ses équipages: une démonstration à priori d'armes à feu (à balles et à boulets) pour leur apprendre qui était le plus fort. C'était une sorte de "principe de précaution". A noter que les Phéniciens, quelques siècles auparavant, avaient préféré l'approche paisible, négociée et commerciale à la manière forte: le progrès technique alors même qu'il fait dans nos sociétés l'objet d' un dogme quasi-religieux, ne va pas toujours de pair avec le progrès humain et la qualité de la vie.

Wallis, puis Cook, plus raffinés, humanistes (nous sommes au 18° siècle) avaient des instructions précises pour aborder les "natives" avec courtoisie, délicatesse, traiter avec eux et leur acheter les provisions et fournitures nécéssaires à leurs équipages; c'étaient des scientifiques,des géographes, non des conquérants, mûs par la curiosité.

L'accueil des Tahitiens - et surtout des Tahitiennes fut fabuleux. Imaginez des marins "sur leur faim" depuis des mois. Ce dont on préfère ne pas se souvenir à notre époque rêveuse, c'est que les "petits cadeaux" faisaient partie de ces transactions, au point que, malgré des punitions sévères, les clous et le fer ( monnaie préférée des Tahitiens, qui en étaient à l'âge de pierre quant aux outils) du grééement disparaissaient -au point de mettre en péril la manoeuvrabilité et la sécurité des navires-, et qu'un phénomène d'inflation se produisit en raison du volume de l'offre -pourtant contrôlé autant que possible par les chefs d'expédition- et de l'intensité de la demande. Il y eut quelques incidents , quelques coups de feu, donnant lieu à des enquêtes rigoureuses du commandement et de la punition des coupables, qu'ils fussent Anglais ou locaux, puis de nouveaux accords avec les habitants pour maintenir la paix et l'harmonie.
Les Français arrivèrent avec la tête embrumée des théories de Jean Jacques Rousseau (à l'orée du 21° siècle, ils n'en sont pas encore complètement revenus).Voyant comme chacun ce qu'ils croyaient voir, ils s'imaginèrent avoir trouvé la "Nouvelle Cythère", le pays idéal, non corrompu, sans pouvoir politique -et même sans pouvoir du tout !- sans guerre (comment n'ont-ils pas vu les armes, les maxillaires inférieurs des "ennemis" tués conservées comme trophées?), sans argent, sans propriété privée... Les rapports des nouveaux arrivants avec la population connurent la même harmonie, les mêmes échanges commerciaux (un peu plus chers à cause de l'"inflation"), les effusions aussi intenses, au point que les équipages de Bougainville laissèrent sur place un souvenir ultime et durable: la syphilis (qui dévasta le pays -cette maladie inconnue n'ayant pas développé d'anticorps, à supposer qu'il en existe d'efficaces pour cette pathologie).

Quoi qu'il en soit, au retour des premiers explorateurs, le rêve des tropiques s'étendit dans toute l'Europe. Après Mai 1968, il atteignit des sommets, dans une totale irréalité.

Puis Dieu mourut, à ce qu'on dit. Comme la nature a horreur du vide, il fut rapidement remplacé par le "Veau d'or", en formulation moderne le "dieu Fric". D'aucuns - les plus nombreux -sont incapables de vivre, donc de naviguer sans le vénérer ardemment- et le littoral, très recherché et non extensible, subit lui aussi la loi de l'offre et la demande. Les capitaux concentrés permettent des acquisitions d'envergure, des constructions lourdes -hôtels, marinas, domaines privés, quartiers "de plaisir".Les municipalités ont découvert l'évidence, avec une semi-privatisation d'une partie du domaine public maritime, où, au prix d'un investissemnt raisonnable en corps morts, chaînes et bouées, elles nous font payer chèrement notre prétention à vouloir stationner sur cette portion de baie ou d'estuaire que nous occupions "précairement" en échange d'une redevance acceptable envers l'Etat, juridiquement "propriétaire" de l'endroit.
Les transports bon marché permettent d'étendre cette peste aux quatre coins du monde. Vivement la fin du pétrole! (mais il sera trop tard)

Il reste encore des endroits où l'on peut mouiller une ancre (et même un corps mort) en toute tranquillité, autant en Europe qu'à l'autre bout du monde.
Ne comptez pas sur moi pour dire où et comment.
J'ai trop vu d'endroits de rêve dévastés après qu'un navigateur naïf ait répandu la description de ce qu'il avait vu et vécu.

21 mar. 2005
0

j'ai lu ça quelque part...
... " J'ai trop vu d'endroits de rêve dévastés après qu'un navigateur naïf ait répandu la description de ce qu'il avait vu et vécu."

Je ne pense pas que les bétonneurs de côtes attendent l'avis de l'un d'entre nous pour aller s'y installer.
Je leur souhaite d'avoir des moyens d'investigations bien plus poussés.

En tous cas avant qu'il n'y ait quelques ports français de plaisance, c'était des zones désertiques, marécageuses et infectées de moustiques, ce serait étonnant qu'un marin voileux passant par là ai pu dire que l'endroit était paradisiaque.

Merci Winjammer de nous faire partager tes connaissances sur les découvreurs des nouveaux mondes, mais un peu comme Voile, ne soit pas étonné si on ne répond pas à tes questions...

21 mar. 2005
0

a terre
a terre tout le monde veut garder son bout de reve car on est bloqué a attendre les beaux jours ou le grand voyage, en navigation les memes personnes vont te dire ou trouver la plage sympa , le bon muillage et petit resto qui va bien , la , on est derriere un clavier , ne juge pas , retrouve les sur l eau

21 mar. 2005
0

bon j'en donne un
2des îles des Chagos.
Tu ne trouvera que des voiliers. Pas d'habitants ils n'y sont plus (mais reviendront peut-être)
pas d'eau, pas d'électricité.
Dan

21 mar. 2005
0

pas de jugement...

...juste pour dire que c'est pas très sympa de venir dire ici :
"je connais des coins supers chouettes mais je les garde pour moi..."

Mieux vaut ne rien dire !

0

bon d'accord dan
les chagos c'etait facile c'est un petit paradis!
mais sans aller si loin pour quelqu'un qui a un peu d'imagination et de poesie il y a plein d'endroits magiques il y a de petites merveille a notre porte en med et en bretagne ,la plupart des navigateurs ne les connaissent pas ,il suffit d'aller en italie ou en espagne et on trouve de quoi se depayser
et ne crois pas que ces propos viennent d'un reste a terre ,j'ai navigué dans le monde entier ,pas a la voile certe mais les yeux voyent la meme chose quelque soit le pont du bateau
amicalement

21 mar. 2005
0

Cocotiers !!!!!!???!!!!!!!
C'est dingue comme certains assimilent la sérénité et le bonheur aux rivages avec cocotiers. Si vous voulez voir des paysages somptueux, des mouillages déserts, des gens agréables et accueillants, acheter-vous un bon ciré et des polaires et allez-vous balader un peu plus au Nord : Norvège, Colombie Britannique, etc.)
Je sais c'est plus dur... Bon je m'arrête parce que sinon ils vont tous arriver !!
Non je déconne : c'est pas si facile :)

21 mar. 2005
0

Cocotiers !!!!!!???!!!!!!!
C'est dingue comme certains assimilent la sérénité et le bonheur aux rivages avec cocotiers. Si vous voulez voir des paysages somptueux, des mouillages déserts, des gens agréables et accueillants, acheter-vous un bon ciré et des polaires et allez-vous balader un peu plus au Nord : Norvège, Colombie Britannique, etc.)
Je sais c'est plus dur... Bon je m'arrête parce que sinon ils vont tous arriver !!
Non je déconne : c'est pas si facile :)

21 mar. 2005
0

plus près je te conseille
l'irlande... Magnifique...
Dan

21 mar. 2005
0

cocotiers
Juste un petit mot pour vous dire que j'habite l'ile de Saint Martin depuis un an, que mon bateau est mouillé dans le lagon, et que ce qui me manque le plus, c'est la Bretagne et la côte sud de l'Angleterre.

22 mar. 2005
0

cocotiers
o st martin ????? il y a bien longtemps qu'il n'y en a plus...
à part 1 ou 2 replantés...
cordialement
Dan

21 mar. 2005
0

cocotiers, bananiers, paletuviers a donf!
ttes les iles equatoriales du pacifique...style marianne gilbert...autour de madagascar style aldebarran, glorieuse etc...clipperton...les iles de la cote africaine style sierra-leone, guinee bissau etc...st helene, ascension...bon j ai garde le meilleur pour mezigue :-) :-) :-)bon vent pour y aller :-) :-) :-)

21 mar. 2005
0

Finalement...
Le voyage, c’est bien nous qui le faisons dans nos têtes, avec ce que nous sommes et ce que nous pouvons apporter aux autres.
Merci à tous, en particulier Evenkeel.
Pour les « taiseux », je comprends leurs précautions de chercher à préserver certains endroits.
D'autant que ma question était plus « psychologique » qu’une naïve demande de « bons plans ».
Je suis stupéfait par la qualité de vos réponses : quel miracle ce site, qui mélange allègrement la gaudriole la plus grasse (j’adore!) avec une finesse et un sérieux incroyables.
Longue vie à HEO et que les dieux du vent vous soient favorables.

21 mar. 2005
0

yes
just Go To !

22 mar. 200516 juin 2020
0

Pécisions
Les bétonneurs de côtes sont, ou du moins ont été de grands compulseurs de revues nautiques (dont certaines ont poussé délibérément au crime), ainsi que récoltants de bruits de pontons. On a même pu voir ( j'ai vu ) des "soixante huitards" parcourir les mers et transmettre sans s'en rendre compte des informations de première main à des collègues qui s'étaient sédentarisés en "promotion portuaire". Ensuite les promoteurs ont fait leurs études de marché.

Les seuls "nid à moustiques" que je connaisse étaient l'ancien site du port des Minimes à La Rochelle et quelques stations du Languedoc et du Roussillon

Les marins sont des marins, et, à moins d'avoir 4 mètres de tirant d'eau, ne recherchent pas à priori le béton, pour lequel les touristes, avec leur camping-car à voiles ont une grande affinité.
90% (à première vue, peut-être plus) des voiliers qui naviguent en Bretagne ne "logent" pas dans des "Marinas"

s'il n'y avait eu de fortes réticences administratives, le littoral de France serait bétonné jusqu'à l'intolérable tant est forte la pression de l'argent (comme, par exemple les projets de bétonnage du Fier d'Ars et de la baie de La Flotte sur l'île de Ré, qui, pour le moment, sont "gelés", ou la destruction par bétonnage de la calanque des Issambres). Celui de Bormes les Mimosas s'est réalisé, malgré la condamnation du Conseil d'Etat, toute de principe, puisqu'il avait ordonné la démolition du port et du programme immobilier; on voit mal la chose se faire dans la pratique, financièrement et techniquement. Le but des ports de plaisance n'est qu'un prétexte à faire de grosses opérations immobilières, essentiellement la vente de milliers de "cages à lapins".

de l'autre côté de l'Atlantique, Falmouth Harbor, un véritable paradis où j'ai vécu, est bétonné: un grand hotel, une marina, pour touristes argentés bien sûr (qui ne l'est pas fait tache dans ce nouveau paysage, et les quelques gens du pays qui y sont autorisés ne sont plus des amis, mais des larbins).

Bon courage, et Vive la Bretagne!

22 mar. 2005
0

var
sur la cote du var , a part juillet et surtout aout ; il y a des mouillages formidable , tres tres beau et PERSONNE , vive le var

22 mar. 2005
0

en pere peinard!
j avais pas bien lu le sujet et je pensai que lon ne parle que de cocotiers...
Si on etend la zone aux pins voire a la glace ou a la neige, y
a de quoi faire un tour du monde sans voir ame qui vive...sauf en mer :-)

22 mar. 2005
0

Nids à moustique et paradis....
Dans son revcensement des coins à mousitiques, Windjammer ne connait peut-être pas ce que je considère comme la capitale européenne du moustique : Lelystad en Hollande, pardon, aux Pays-Bas. C'et un coin gagné sur l'Ijselmeer il y a quelque 40 ans...mais c'est aussi le "port d'attache" du Batavia alors on supporte les uns pour jouir de l'autre.
En fait, comme 'lont déja souligné certains, il n'est pas toujours nécessaire d'aller loin pout trouver des mouillages paradisiaques.
Sur nos côtes, hors la période de juillet/août, des tas de coins deviennent édeniques : mouillages, petits ports etc...
Le paradis de Sercq, aux mouillages surpeuplés en saison redevient lui-même avant et après.
J'ai eu en 2003 un grand bonheur, au mouillage dans Derrible Bay, nuit calme et clair de lune.
De même aux Iles Scilly et tant d'autres endroits, notamment les mouillages dans les mers intérieures hollandaises...

22 mar. 2005
0

et 1 troisieme avec cocotier
Nouvelle guiné,
mais tu partageras ce coin de paradis et ses cocotiers avec les tremblements de terre, les ouragans, et les émeutes...
comme dans tout, équilibre, le blanc et le noir , le jour et la nuit. Et PARTOUT ou se trouve ce que TU cherche tu trouverasdes contraires.
en fait, le paradis est partout et nulle part...
Cordialement Dan

23 mar. 2005
0

Les "cocotiers" c'est le bateau
Et si le paradis, les cocotiers, endroits de rêve, ..... tous ces lieux tant recherchés, étaient au final, qu'un seul et même lieu : notre bateau... Ce bateau que l'on chérie, emménage à notre image, suivant nos convictions, nos rêves, notre idéal.... Peu importe le lieu ou l'on mouille l'étrave, on se trouvera toujours dans un paradis à bord de notre bateau...

23 mar. 200516 juin 2020
0

Mais que voila une réponse

comme je les aime, croire que le paradis se trouve ailleurs et la meilleure façon de foirer les ballades, raison pour laquelle je ne cherche jamais à savoir ou à prévoir une escale.
Tout se fait au petit bonheur la chance, et sans écouter ni lire ni rechercher des infos sur un lieu quel qu'il soit...

Cela me laisse au moins le goût d'un semblant de découverte dans le gosier

Où que je sois, du moment que c'est sur ma barque je suis bien... alors, pourquoi s'en faire...

pfffzzzz

23 mar. 2005
0

Eh oui, le batau....
"Les bateaux sont des îles flottantes, des îles libres qui ont rompu les amarres". (Michel Déon, "Les poneys sauvages".
That's all!

23 mar. 2005
0

Précisions
A Hollywood (Cal ou Fl), c'est effectivement plein de cocotiers :-D :-D :-D

23 mar. 200516 juin 2020
0

le coin perdu ou presque
il y en a une quasi infinité aux Etats-Unis où il s'écoulera du temps avant que le littoral ne soit entièrement bétonné
dans la fabuleuse baie de Chesapeake (photo) soit un entonnoir de 300 kilomètres sur 60 à l'océan ( et 6 au fond ) avec des dizaines de cours d'eau y aboutissant, on trouve une quantité d'endroits où s'amarrer, ou mouiller. A distance, se trouvent les villes de Baltimore, Annapolis, Cambridge et quelques autres, mais c'est "ailleurs" et ne gène pas.
du Maryland à la Floride, sur à peu près 1.000 milles s'étend l'"Intercoastal Waterway" une voie d'eau complètement folle qui par endroits se trouve dans une nature complètement sauvage, d'autres fois se perd dans des lagunes peu profondes à perte de vue, où l'on suit son chemin à l'aide de ..poteaux indicateurs plantés en pleine eau. S'y trouvent aussi par endroits des îlots déserts où il fait bon camper "sauvagement". L'on m'a dit que dans ces eaux évoluaient quelques alligators, c'est pourquoi, délaissant la tente au sol, j'installais mon hamac entre les branches d'un cyprès. Par endroits on trouve des poissons suicidaires qui ne demandent qu'à finir au barbecue, le risque étant qu'un alligator se prenne dans la ligne (on m'a dit que cela mettait cet animal en fureur, et qui sait jusqu'où cela peut aller?.)
Dans les deux cas, l'on a pas besoin d'un croiseur de haute mer pour parcourir ces merveilles des mois durant, au contraire, un trop grand tirant d'eau pose de vrais problèmes (échouements, impossibilité de naviguer ailleurs que dans les chenaux et c'est dommage). Dans maints endroits, on mouille près du cordon littoral, et l'on va à pied vers les plages de sable infinies sur lesquelles brise la houle de l'océan.
Seule précaution -chaque pays a ses coutumes que je me fais un devoir de respecter (de quel droit viendrai-je perturber des gens qui ne sont pas venu me chercher?)- les Américains sont très "légalistes". Le principe est : "tout est permis, sauf ce qui est interdit" - à l'encontre de chez nous où "tout est permis, même ce qui est interdit"- et il vaut mieux être au courant de ce qu'il ne faut pas faire ( d'autant que deux courants de législation récents -la règlementation "écolo" et celle "anti-harcèlement sexuel" ont sérieusement compliqué les choses. Autre détail qui peut faire problème, c'est que la langue locale est l'Anglais, les francophones son relativement rares et beaucoup de gens parlent une sorte d'Espagnol.

25 mar. 200516 juin 2020
0

ce ne sont pas des cocotiers
mais il y a de la place en Amérique (ici dans le delta du Mississipi)
Ma solution: acheter un bateau sur place, naviguer sans modération, puis revendre le navire avant de revenir - si on revient: j'ai failli ne pas.

25 mar. 200516 juin 2020
0

en Europe
il suffit de chercher un peu. Si on fuit, il faut aller loin. Sinon, c'est -presque- à côté

25 mar. 200516 juin 2020
0

Le plaisir

à quelques minutes de chez soit :-)

Enfin presque au heures de pointe, vous risquez aussi de mettre quelques heures

Bien assez trainé j'va poncer... :-(

pfffzzzz

25 mar. 200516 juin 2020
0

Superbe! bravo Cobra!
la Basse-Seine?
un faux air de Marne -mais pour y arriver, il faut démâter -

Ma photo, c'est pour mémoire. On peut ne pas y aller.
L'espace est maintenant couvert de bouées de corps-morts -payants-. C'est très animé: on y profite sans restrictions de "Star Academy" ou des match de foot-ball (au moins du son) et du bruit ainsi que de l'odeur des moteurs d'"annexe. Il ne manque plus qu'un personnage avec une casquette et un carnet à souches qui rabatte les réfractaires vers les bouées numérotées. On peut "leur" faire confiance: ça viendra.

Encore un paradis à rayer de la carte.
Dommage, c'était tout près.

25 mar. 2005
0

dans le même registre
sans aller bien loin, à 3 jours de mer de la Bretagne : la cote ouest de l'Irlande.

Des abris partout, et des pubs. Moi qui vis depuis plusieurs années sous les cocotiers, je vous affirme qu'un pub est une ressource nettement plus avantageuse.

première anecdote : Kinvarna, petit port médiéval à 20 miles au sud de Dublin.
Le quai fait 20 mètres, mon bateau 10.
Je demande l'autorisation de m'installer au pêcheur qui bricole dans sa barque, en chemisette à manche courtes, sous la pluie.

"Yes, but not too long. Wee need the quai next winter"
"off course, think you !!"

deuxième anecdote après un passage houleux à Inishmoore ( Aran ) :
"Continent", en face de l'île précédente.
je rentre au moteur, dérive relevée, dans un trou de cailloux de la carte.
Entrée limite, 1 mètre d'eau, 10 mètres de large, mais derrière, c'est un bassin calme en eau, parfaitement protégé du large.
Kayak à l'eau.
Y'a une maison sur la route un peu plus loin.
Aucun doute possible sur sa fonction.
J'ai les sous dans la poche.
je rentre.
Un petit vieux, tout seul, qui sirote sa bierre face à la fenêtre.
Je commande la même et me pose.
Il vient s'assoire à coté de moi et me dit
"you are french, an't you ?"
"Yes !! why??"
"Because you are the first boat I've seen hier for forty years"
"Ah... Ok..."

Ca vaut tous les cocotiers du monde.

27 juin 2005
0

sous l'eau
c'est encore là que c'est le plus tranquille. Si j'avais un bateau tdm j'emporterai un masque et un tuba. Ya bien des poissons corrompus, qui font semblant d'être copains pour avoir à manger, mais c'est pas grave. Ca reste une féerie et le dépaysement est garanti. Notez que pas loin du cap de la Hague il ya aussi des fonds sous-marins bien sympas. C'est différent. Ca sonne pas terrible "la hague", et pourtant c'est bien joli. Il ya toujours des petits villages authentiques autour de l'usine et des paysages "fin du monde" extraordinaires. Essayez de vous mettre dans la peau d'un ethnologue quand vous allez au supermarché. Ou tout simplement d'un voyageur cool et vachement ouvert, comme à touli toulala, ça peut être une bonne expérience. J'ai lu dans un autre fil le récit d'un navigateur qui disait que lorsqu'il était arrivé à tulavi lalaitou, il avait eu pour la première fois l'envie de posséder la terre. Moi récemment je marchais dans ma rue et je me suis rendu compte que je ne la connaissais pas ma rue et qu'elle ne m'appartenait pas. Un jour j'ai rencontré un mec bourré dans la rue, d'à peu près mon age cad environ 25, il ne voulait plus bouger parcequ'il disait qu'il n'y avait plus de terre vierge. Dans mon village il ya un quadra qui a navigué plusieurs années dans le monde, et maintenant il est un sage, il cultive ses tomates. Un jour je lui ai parlé d'une ecrivain, son premier succès "l'antivoyage", où elle dit à peu près que son voyage en Inde et tout ça elle aurait aussi bien pu le faire dans sa tête, et il m'a répondu que pour pouvoir dire ça il fallait l'avoir fait le tour du monde. Donc je ne sais plus s'il faut partir ou pas, vous voyez ?
Je ne me rappelle plus si j'ai lu l'avis de Gilou, mais j'aime bien sa question. Je suis sûr qu'un peu d'ironie ça ne nous empêche pas de voyager pour de bon et d'en profiter. Ou de rêver. Non ya plus de terres vierges, c'est foutu.
Reste qulques petits poissons multicolores...

:-D :-D

27 juin 2005
0

Cheveux longs et idées de lointains!

Bonjour
Je connais un Corse aimant les chemises à fleur depuis 1968 ingénieurs de sont état chanteur par accident qui bourlingue à travers le monde qui vie de campagnes publicitaires pour les hôtels exotiques et des binocles, j'ai souvent constaté que c'est jeune " révolutionnaires" venues nous apporter la bonne parole dans nos usines de prolo se sont rapidement reconverties aux capitalismes "ludique, culturel et sportif"
.Vous avez raison ,conservez secret vos petits paradis peut être avons-nous les mêmes, chut !
D'ailleurs l'enfer c'est l'autre ? Non! Discrétion ! Cordialement votre.

0

entierement d'accord
pour le soit disant chanteur(bruiteur je dirais )ya pas plus capitaliste ,gardez bien secret vos endroits de bonheur!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

Après la pluie...

  • 4.5 (130)

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

mars 2021